RAPPORT ANNUEL DU COORDINATEUR Rأ‰SIDENT / ... COORDINATEUR Rأ‰SIDENT/HUMANITAIRE Allegra...

download RAPPORT ANNUEL DU COORDINATEUR Rأ‰SIDENT / ... COORDINATEUR Rأ‰SIDENT/HUMANITAIRE Allegra Baiocchi.

of 68

  • date post

    26-May-2020
  • Category

    Documents

  • view

    0
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of RAPPORT ANNUEL DU COORDINATEUR Rأ‰SIDENT / ... COORDINATEUR Rأ‰SIDENT/HUMANITAIRE Allegra...

  • RAPPORT DU COORDONATEUR RÉSIDENT/HUMANITAIRE SUR L’UTILISATION DES SUBVENTIONS DU CERF ANNÉE : 2018

    RAPPORT ANNUEL DU COORDINATEUR RÉSIDENT / HUMANITAIRE SUR L’UTILISATION

    DES SUBVENTIONS DU CERF

    CAMEROUN

    SITUATIONS D’URGENCE SOUS-FINANCÉES ROUND 1

    DÉPLACEMENT

    2018

    COORDINATEUR RÉSIDENT/HUMANITAIRE Allegra Baiocchi

  • 2

    RESUME DU PROCESSUS ET DE LA CONSULTATION

    a. Merci d’indiquer quand l’After Action Review (AAR) a été conduit et qui a participé.

    Le AAR a été conduit entre 06 mars et 05 Avril 2019, UNICEF, UNFPA, UNHCR, UNWomen, PAM, FAO, OMS et OIM ont participé au procès, notamment les coordinateurs des secteurs et les officiers des programmes. OCHA a aussi participé dans la revue, vérification et la consolidation des inputs.

    b. Merci de confirmer que le rapport CERF du Coordonnateur Résident et/ou Coordonnateur de l’Action Humanitaire (CR/CH) a été discuté avec l’équipe humanitaire et/ou l’équipe de pays des Nations-Unies et avec les coordonnateurs sectoriels comme mentionné dans les directives.

    OUI NON

    c. Le rapport final CERF du CR/CH a-t-il été partagé, pour examen aux intervenants dans le pays (c-à-d les agences bénéficiaires du CERF, les coordonnateurs et membres des secteurs/groupes sectoriels et les institutions gouvernementales compétentes), comme recommandé dans les directives ?

    OUI NON

    Le rapport final a été partagé avec les agences bénéficières du CERF, notamment les coordonnateurs des secteurs.

  • 3

    PARTIE I

    En 2018, la réponse humanitaire au Cameroun a été sous-financé de façon notable (44%), faisant ainsi du Cameroun l’urgence la moins financée en Afrique. Grace aux fonds du CERF, 656 203 personnes ont bénéficié d’une assistance humanitaire, qu'elles n'auraient pas reçue autrement. L’allocation CERF reçu par le Cameroun à travers la fenêtre des urgences sous financées a permis de répondre aux besoins urgents, en matière de protection (y compris protection de l’enfance et la VBG), abris et NFI, santé, alimentation, eau hygiène et assainissement (EHA) et nutrition, des personnes affectées par la crise de Boko Haram dans l’Extrême Nord du Cameroun. Ce financement a également rendu possible la réalisation de la DTM permettant aux acteurs dans la région de constater presque en temps réel l’évolution des déplacements des populations et d’adapter leur réponse en conséquence. Par ailleurs, la mise en œuvre rapide des activités en matière de santé et EHA a fortement contribué à la prévention des cas de choléra dans le département du Logone et Chari, empêchant ainsi le choléra, qui était présent dans l’état frontalier de Borno, d’atteindre le Cameroun.

    A travers le financement du CERF, le risque de détérioration rapide de la situation globale des ménages en raison des résultats alarmants de la baisse des revenus et du manque de possibilités d'emploi a été limité. En plus, les financements du CERF ont-favorisé la mobilisation d’autres financements, permettant d’atteindre plus de populations dans le besoin et de continuer les interventions après la fin du financement CERF. En conséquence de son caractère inter-organisations, le processus CERF a amélioré la coordination non seulement entre les agences du Système des Nations Unies, mais également entre les acteurs du secteur, permettant une réponse multisectorielle aux différents besoins.

  • 4

    1. APERÇU

    18-UF-CMR-28518 TABLEAU 1 : VUE D’ENSEMBLE DES SUBVENTIONS D’URGENCES (US$)

    a. Montant total nécessaire à la réponse humanitaire 304,500,000

    SOURCE

    CERF 9,884,487

    FONDS HUMANITAIRE COMMUN/ FONDS POUR LES INTERVENTIONS D’URGENCE (le cas échéant) N/A

    AUTRES (Bilatéral/Multilatéral) 0

    b. FINANCEMENT TOTAL RÉCU POUR LA RÉPONSE HUMANITAIRE 0

    18-UF-CMR-28518 TABLEAU 2: CERF SUBVENTIONS D’URGENCE PAR ALLOCATION ET PROJET (US$)

    Allocation 1 – date de la soumission officielle: 18/01/2018

    Agence Code du Projet Groupe Sectoriel/Secteur Montant

    FAO 18-UF-FAO-007 Food Security - Agriculture 501,629

    IOM 18-UF-IOM-006 Protection - Protection 389,300

    UN Women 18-UF-WOM-001 Protection - Protection 795,668

    UNFPA 18-UF-FPA-010 Health - Santé 700,072

    UNHCR 18-UF-HCR-009 Protection - Protection 908,839

    UNICEF 18-UF-CEF-022 Protection - Protection de l’enfance 712,635

    UNICEF 18-UF-CEF-023 Water Sanitation Hygiene - Eau, assainissement et hygiène

    1,000,001

    WFP 18-UF-WFP-014 Food Security - Aide alimentaire 1,500,492

    WFP 18-UF-WFP-015 Multi-Cluster - Multisectoriel 2,474,440

    WHO 18-UF-WHO-009 Health - Santé 901,411

    TOTAL 9,884,487

    18-UF-CMR-28518 TABLEAU 3: REPARTITION DU FINANCEMENT CERF PAR MODALITES DE MISE EN OEUVRE (US$)

    Total des fonds implementé directement des agencies des Nations Unies y inclus acquisition des marchandises de secours

    7,807,099

    - Fonds transférés aux partenaires gouvernementaux * 111,000

    - Fonds transférés aux partenaires ONGs Internationales pour mise en oeuvre* 1,034,544

    - Fonds transférés aux partenaires ONGs Nationales pour mise en oeuvre * 856,004

    - Fonds transférés aux partenaires de Croix-Rouge et du Croissant-Rouge * 0

    Total fonds transférés aux partenaires (IP)* 2,077,388

    TOTAL 9,884,487

    * Identique aux totals de Annex 1.

  • 5

    2. LE CONTEXTE HUMANITAIRE ET DES BESOINS

    Le Cameroun est, après le Nigéria, le deuxième pays du Bassin du Lac Tchad le plus affecté par la violence liée à Boko Haram en termes de nombre de personnes déplacées et d’incidents de sécurité rapportés sur le territoire. Près de 242 000 Camerounais et 89 000 réfugiés nigérians1 ont dû fuir leur maison en quête de sécurité et de protection à l’Extrême-Nord. Depuis 2016, le nombre de réfugiés et de personnes déplacées internes a augmenté de 37%2, entrainant des besoins humanitaires supplémentaires. La majeure partie des personnes déplacées internes, ainsi qu’environ 30 000 réfugiés hors camps, ont trouvé refuge auprès des communautés hôtes, premières personnes à apporter une assistance aux populations déplacées, cela alors qu’elles meme se trouvent déjà en situation vulnérabilité et ne disposent que de faibles moyens de subsistance. Plus de 400 000 personnes issues des communautés hôtes sont considérées comme vulnérables et nécessitent une assistance humanitaire immédiate.

    Les départements les plus affectés par la crise sont le Logone-et-Chari et le Mayo-Sava. Ces départements abritent 77% des personnes déplacées internes (soit 187 000 personnes). A eux seuls, ils cumulent près de 75% du total des incidents enregistrés entre janvier et décembre 2017. La situation s’est particulièrement dégradée dans les zones frontalières du Mayo- Sava où l’impact cumulé de l’insécurité, de la fermeture des frontières et de la baisse de l’activité économique a entrainé une forte diminution des revenus pour les ménages hôtes ou déplacés. Plus de 90% d’entre eux rapportent une baisse de revenu entre 2016 et 2017. Des besoins urgents existent en cash, alimentation, eau, santé, abris, éducation et la protection. L’insécurité alimentaire reste préoccupante en 2017 en raison de l’insécurité grandissante et de la faible production agricole dans certaines régions due aux aléas climatiques. 2,3 millions de personnes sont en insécurité alimentaire dont plus de 180,000 sont en niveau d’urgence et nécessitent une aide alimentaire immédiate3. A l’Extrême-Nord, 1 personne sur 3 se trouve en insécurité alimentaire. Par ailleurs, près de 160 000 garçons et filles souffrent de malnutrition aigüe dans le pays, dont 44 700 sous sa forme sévère. De plus, le taux de malnutrition aiguë sévère dépasse encore le seuil d’alerte (1%) pour les régions Nord et Extrême Nord4. La re ́gion de l'Extrême-Nord enregistre l’Indice de Stratégie d’Adaptation (CSI) (10,4) le plus élevé du pays, ce qui montre que beaucoup de ménages sont souvent incapables d'accéder a ̀ la nourriture. Environ 21% des ménages réduisent la consommation alimentaire des adultes en faveur des enfants en bas âge, comme stratégie d'adaptation. Au total, 54,2% des ménages consacrent plus de 75% de leurs dépenses à l'alimentation et sont donc économiquement vulnérables. Environ, 65% des ménages se situent dans le quartile de richesse le plus pauvre et n'ont pas accès au crédit pour satisfaire leurs besoins fondamentaux. Selon le Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural (MINADER), les précipitations insuffisantes pendant la campagne agricole de 2017 auront un impact négatif sur les cultures de contre -saison. De plus, le coût du panier alimentaire a considérablement augmenté (> 10%) au troisième trimestre 2017 dans l'Extrême-Nord (The Market Monitor, octobre 2017). L'enquête SMART place la région de l’Extrême-Nord proche du seuil de 5% de Malnutrition Aigüe Globale (MAG) de l'OMS, avec des taux de malnutrition aiguë globale de 4,5% et un nombre estimé de 36 000 enfants âge ́s de 6-59 mois nécessitant un soutien nutritionnel vital. La re ́gion de l'Extrême-Nord pre ́sente également une situation critique de retard de croissance avec un taux de prévalence de 40,