RA 2009 MdM Suisse

download RA 2009 MdM Suisse

of 35

  • date post

    20-Jun-2015
  • Category

    Documents

  • view

    410
  • download

    0

Embed Size (px)

description

Rapport d'activités de Médecins du Monde Suisse 2009

Transcript of RA 2009 MdM Suisse

RappoRt annuel 2009C : 100 M : 60 J:0 N:0

sommaIrele mot du prsident Rsultats 2009 Soigner, tmoigner... Mdecins du Monde est membre de latitude 21 de Medicus Mundi Suisse de la plate-Forme Hati de Suisse dunit le rseau international leS MiSSionS inteRnationaleS Mexique Hati Bnin territoires palestiniens leS MiSSionS nationaleS Rseau Sant Migrations permanences Blanches lactualit du sige lassemble Gnrale le Comit les Finances le mot du trsorier Bilan Comptes dexploitation tableau de la variation du capital annexe aux comptes 2009 Remerciements 22 24 26 4 6 8 9

10 12 15 18 20

28 29 30 31 32 32 35

Impressumedition Mdecins du Monde-Suisse rdaction Mdecins du Monde-Suisse Graphisme Maud lanctuit Impression B.S.a papeterie Service s..r.l, Genve Crdits photographiques pierre-William Henry Volontaires MdM Responsables de mission permanences Blanches : e. Rull RSM : C. Chollet

3

Mdecins du Monde Le mot du prsIdentLa Suisse "humanitaire", entre la peur et lexclusionCes derniers mois, quelques nuages gris teints de couleur brune sont venus planer sur notre socit helvtique, remettant en question des notions qui devraient tre la base et le moteur de toute dmocratie, telles que la justice sociale, la solidarit, laccs aux soins de sant, la non-discrimination. Un dimanche de fin novembre des illusionnistes ont transform des minarets en missiles pour caresser les plus bas rflexes identitaires de lhomme : la peur et lexclusion. Dans le mme temps, une partie des opposants cette initiative dfendait le droit dexporter des armes au nom de lconomie et avec largument suprme quelles ne tuent personne puisquelles sont livres des pays non belligrants. Un paradoxe dont lhypocrisie a rarement t pousse aussi loin. Ces politiciens, qui en gnral ne craignent pas le ridicule et la contradiction, ont cit souvent la Suisse humanitaire pour faire passer leurs boniments. Mais savent-ils, ces apprentis sorciers, que leurs actions peuvent avoir des consquences tragiques sur les humanitaires quils chrissent tant dans leurs discours ? Aprs la publication dans un journal danois des caricatures de Mahomet, nous tions Naplouse dans les territoires palestiniens et avons vu des drapeaux suisses brls par une petite foule appelant la mort du mcrant scandinave. Le problme dans ce cas nest pas la confusion des tendards (une croix sur fond rouge) mais le sens de ces manifestations dhostilit envers les Occidentaux, quils soient humanitaires ou non. Les ractions, dmesures certes, organises srement, dmontrent que la rsonance de tels vnements (les caricatures de Mahomet ou le vote sur les minarets) peut tre norme dans les pays majorit musulmane. Et comme le dit si bien Rgis Debray dans Un candide en Terre sainte , que peuvent les ralits contre les reprsentations ? En effet, depuis la cration des chanes Al Jazeera et AL Arabya, lpoque o CNN faonnait les consciences en dcidant ce qui fait lactualit internationale est termine. Cest pourquoi, vous laurez compris, nos volontaires sont plus stigmatiss par la couleur de leur passeport que par les valeurs que vhicule leur engagement humanitaire. Par consquent, notre scurit devient problmatique quand nous sommes associs par les intgristes aux Croises des temps modernes, vhiculant larrogance de la pense occidentale.

dr nago Humbert Prsident de Mdecins du Monde Suisse

4

Quant aux arguments que les armes suisses ne tuent pas, nous avons t le tmoin de blessures infliges par des munitions et des grenades made in Switzerland . Alors sil vous plat, ne nous utilisez pas pour appuyer vos arguments fallacieux auprs de la population. Les humanitaires suisses et nous, pensons particulirement nos collgues du CICR qui ne sont pas le service aprs-vente des marchands darmes helvtiques. Les autres nuages sont apparus la fin de lanne dernire et menacent directement la cohsion de notre socit dans ce quelle a de plus noble, savoir la solidarit entre ses membres, en bonne sant et malades. En effet, de brillants esprits proposent sournoisement de remplacer un systme bas sur la mutualit par un autre bas sur le risque : le bolusmalus. Ce ne sont plus les gens en sant qui paient pour les gens malades, mais ces derniers en fonction de leur mode de vie. Ce qui donne concrtement, selon les promoteurs de cette ide dont linstigateur est un conseiller national mdecin en sant publique, que les gens sont responsables de leur maladie parce quils vivent mal. Do lide, par exemple, daugmenter les primes des caisses maladie pour les gens en surpoids ! Si nous poussons jusqu labsurde cette dangereuse thorie alors il faut galement augmenter les primes des gens trop maigres, de ceux qui ne font pas de sport, de ceux qui font trop de sport, de ceux qui sont trop stresss par leur travail, de ceux qui sont trop stresss parce quils nont pas de travail, de ceux qui sont susceptibles de souffrir de maladie mentale, de ceux qui sont trop gs (ge limite dfinir), de ceux qui boivent de lalcool, de ceux qui ne sont pas fidles en amour Nous pourrions continuer cette liste linfini et imaginer une socit kafkaenne dans laquelle des fonctionnaires, gardiens de lordre sanitaire, valueraient le risque et donc la prime selon les habitudes de

vie de chaque citoyen. Mais au-del de labsurdit de cette proposition politique, ce qui nous inquite cest le sens quelle tente de vhiculer dans les esprits (les gens sont responsables de leur malheur) et le fait quelle mine un systme bas sur la solidarit pour promouvoir un autre bas sur lindividualisme. Or une socit est toujours juge sur la faon dont elle soccupe des plus fragiles de ses membres. Lorsquon value un systme mdical dans un pays, ce ne sont pas les performances dun centre de chirurgie de transplantation cardiaque qui va dterminer lexcellence de celui-ci, mais laccs aux soins pour tous par la couverture du territoire. Nous avons la chance dans notre pays de possder un niveau mdical de haute qualit, notamment grce lexpertise de nos mdecins gnralistes ; mais si on plante des obstacles financiers son accessibilit, alors nous rejoindrons les systmes de sant dans lesquels cest limportance du portefeuille qui est value pour recevoir des soins et non la gravit de la maladie. Notre organisation lutte partout o elle est prsente, en Hati comme en Suisse, pour un accs universel aux soins de sant, sans discrimination pour quaucun tre humain quil soit sans papiers, Rom, demandeur dasile dbout, en situation de prcarit, victime de la crise conomique, en cessation de paiement de ses primes maladie, ne soit exclu du droit dtre soign en fonction de sa pathologie et non de sa condition sociale ou de son origine ethnique.

sont apparus la fin de lanne Les autres nuagesdirectement la cohsion de notre dernire et menacent socit dans ce quelle a de plus noble, savoir la solidarit entre ses membres, en bonne sant et malades. 5

Mdecins du MondersuLtats 2009 des soubresauts inhrents au dveloppement des organisations mdecins du monde poursuivant son dveloppement, il devenait ncessaire de mettre en adquation les statuts de lassociation avec sa configuration actuelle ; ce qui a t fait avec ladoption de nouveaux statuts lassemble Gnrale du 8 mai 2009. Lautre facette du dveloppement cest la crise financire traverse par MdM en 2009. Cette crise est la consquence des tensions provoques par le dsquilibre entre les fonds propres et les fonds institutionnels. En effet, si lassociation a pu bnficier de financements institutionnels consquents, la collecte de fonds propres reste toujours problmatique. Cette crise a conduit la cration, en juin, dun comit de suivi impliquant une forte mobilisation du Comit et louverture de discussions avec Mdecins du Monde France afin de ngocier un partenariat plus troit. Ces discussions ont t reprises dans le cadre du Rseau International et sont toujours en cours. Forte de la volont dinscrire ses projets dans la prennit, Mdecins du Monde a fait le choix de rorienter le partenariat dvelopp avec la LOWNP Hbron vers une structure tatique, le Centre de Sant Communautaire de Halloul. Dans cette mme dynamique, le Comit a pris la douloureuse dcision de mettre un terme la collaboration de longue date avec lHpital San Carlos au Chiapas, la prennisation du projet tant assure par le financement de Sanofi1. Mais une relle volont de prennisation a aussi un cot et les projets au Bnin et en Palestine en ont fait les frais accusant dimportants retards. En effet, les personnels de sant travaillant sur ces 2 projets (3 au Bnin et 7 en Palestine) sont engags par le Ministre de la Sant et pays par celui des Finances crant une lourdeur administrative et une bureaucratie dont il faut saccommoder. De plus, cette stratgie de prennit saccompagne galement dune gestion de la pnurie. Le recrutement de ces personnels de sant ne sest pas fait sans difficults, les bas salaires et les conditions de travail des fonctionnaires sont dmotivants et excluent les meilleures lments ; ainsi seuls 3 candidats se sont prsents pour les 3 postes ouverts au Bnin 2009 a permis la poursuite dun long travail de spcialisation et de professionnalisation de lorganisation : au sige, une rpartition des tches mieux dfinie au sein de lquipe sur les projets, des comptences mieux cernes et davantage valorises. un travail qui nous lesprons, dbouchera sur une reconnaissance de lexpertise de mdm par nos partenaires notamment la ddC2.pascale Giron, Directrice

1 entreprise pharmaceutique prsente au Mexique 2 Direction du Dveloppement et de la Coopration6

perspectives 201012 janvier 2010 : le sisme en Hati. Au cur du chaos, Mdecins du Monde sest fortement mobilise sur cette crise apportant une rponse durgence et assurant un redmarrage rapide des activits.MdM poursuit galement sa rflexion autour de 3 axes de dveloppement :Ladoption internationale dans la suite de la confrence du Dr Chicoine Le renforcement des missions nationales notamment en favorisant laccs aux soins d