Pourquoi les employeurs ont (parfois) des difficultés à recruter

Click here to load reader

Embed Size (px)

description

Le sujet des difficultés de recrutement s’invite régulièrement dans le débat public. Dans un contexte de chômage massif et en progression, l’existence d’emplois difficiles à pourvoir et par conséquent durablement vacants paraît difficilement compréhensible. Nos explications.

Transcript of Pourquoi les employeurs ont (parfois) des difficultés à recruter

  • 1. LES OFFRES DEMPLOI DIFFICILES SATISFAIREDES DIFFICULTS CERTAINES,MAIS DES ABANDONS DE RECRUTEMENT PEU FRQUENTSGUILLAUME BLACHE, ANITA BONNET, JEAN-LOUIS ZANDA DIRECTION DES STATISTIQUES, DES TUDES ET DE LVALUATIONSi plus des deux tiers des tablissements interrogs ont eu leur offre demploi pourvue, 64% dentre eux affirment avoir rencontr des difficults de recrutement. Les difficults les plus prsentes sont celles lies aux candidatures (pnurie de candidats, manque de comptences ou dexprience et dans une moindre mesure insuffisance du diplme et manque de motivation des candidats...) et sont mentionnes par un peu plus dun recruteur sur deux. Tous motifs confondus, les difficults sont plus importantes pour les petits tablissements et les secteurs de la construction, de lindustrie et de certains services. Les recrutements en CDI et les remplacements avec redfinition de poste posent galement plus de difficults. Labandon de recrutement reste un phnomne limit et concerne seulement 3% de lensemble des offres cltures. Cet abandon nimplique pas ncessairement des difficults de recrutement et reste pour prs de la moiti des cas li une disparition du besoin.P.2 LE RSULTATDE LA PROCDUREDE RECRUTEMENT DPEND LA FOIS DE LA NATUREDE LOFFRE DEMPLOI ETDU TYPE DEMPLOYEUR.P.4 LES DIFFICULTS RENCONTRES AU COURS DU RECRUTEMENT SONT DORIGINES MULTIPLES ET TOUCHENT PLUS PARTICULIREMENT LES PETITS TABLISSEMENTSP.6 LABANDONDE RECRUTEMENT RESTEUN PHNOMNE LIMITPARMILES TABLISSEMENTSAYANT TROUV UN CANDIDAT,64%ONT RENCONTRDES DIFFICULTS DE RECRUTEMENTLexpression parfois retenue d emplois non pourvus semble renvoyer une vision statique, selon laquelle existerait un stock demplois vacants. Elle ne rend pas compte de laspect dynamique du processus de recrutement qui amne parfois lemployeur cherchant un candidat externe son entreprise, faire voluer ses critres et exigences vis--vis des candidats, ou redfinir son besoin. Cest pourquoi les statistiques publies sur les emplois non pourvus sont trs variables, issues de sources multiples et manquant parfois de prcision 1.Il parat prfrable de partir des flux de procdures de recrutements engages, et dvaluer limportance des difficults, voire des checs, rencontrs dans celles-ci. Sur ce point, les enqutes menes auprs dentreprises manifestent toutes, dans leur ensemble, de difficults rencontres ou anticipes dans le processus de recrutement 2. Parmi les difficults nonces, les problmatiques de pnurie de main- doeuvre ou dinadquation de comptences disponibles se placent largement en tte.Il faut sans doute interprter avec prudence ces rsultats reposant sur les seules dclarations des employeurs, ceux-ci pouvant parfois anticiper tort des difficults ou attribuer un manque de candidats des difficults lies des exigences mal dfinies.Par ailleurs, la confusion peut aisment se faire entre ce qui relve de la complexit normale dun processus de slection de candidats et ce qui tient une relle pnurie de comptences.Ces enqutes montrent cependant que les difficults de recrutement dclares par les employeurs frappent ingalement les secteurs dactivit ou les mtiers.Les secteurs de la construction, de lindustrie et de certains services sont sensiblementplus touchs que dautres.De mme, les tablissements de petitetaille semblent largement plus exposs.Afin dvaluer plus prcisment lampleur etla nature de ces difficults, Ple emploi a men une enqute au cours de lt 2013 auprs dun chantillon dtablissements ayant dpos une offre Ple emploi, annule en mars ou avril 2013, ou satisfaite au cours des mmes mois deux mois ouplus aprs avoir t dpose 3.Il sagit donc dtablissements pour lesquels lannulation de loffre ou le dlai de satisfaction laissent prsumer lexistencede difficults rencontres dans le processus de recrutement.Les offres satisfaites dans un dlaiinfrieur deux mois reprsentent 70%de lensemble des offres cltures (satisfaites ou annules).Le sujet des difficults de recrutement sinvite rgulirement dans le dbat public y compris dans les priodes de conjoncture conomique dgrade. Dans un contexte de chmage massif et en progression, lexistence demplois difficiles pourvoir et par consquent durablement vacants parat difficilement comprhensible.CLAIRAGESET SYNTHSESSEPTEMBRE 2014N06STATISTIQUES, TUDES ET VALUATIONSSOMMAIRE1. Cf. rapport COE de septembre 2013 sur les emplois durablement vacants2. Ainsi, daprs lenqute sur les besoins en main doeuvre ralise par Ple emploi et le Crdoc, 43,3% des tablissements envisageant de recruter en 2014 anticipaient fin 2013 des difficults de recrutement, ces difficults portant au total sur 34,7% des projets de recrutements. Cf. G. Blache, D. Buchner et A. Dembo, Une amlioration des perspectives dembauche pour 2014, Ple emploi, Eclairages et Synthses n1, avril 2014.3. La gestion des offres dposes Ple permet de suivre ces offres jusqu leur sortie des fichiers.Dans la grande partie des cas, le motif de sortie est la satisfaction de loffre, lemployeur ayant trouv le candidat adquat (par le biais de Ple emploi ou non). Cependant dans un cas sur six, loffre est annule par le conseiller. Les motifs de ces annulations sont divers : annulation faute de besoin (commande reporte ou annule), annulation faute de candidat trouv ou enfin annulation en cas de recrutement en interne. Cependant, les conseillers nont pas toujours accs aux informations leur permettant de renseigner ces motifs dannulation. En effet, le recruteur peut savrer difficilement joignable ou ne pas tre trs explicite sur les raisons qui lont pouss abandonner le recrutement.

2. LE RSULTAT DE LA PROCDUREDE RECRUTEMENT DPEND LA FOISDE LA NATURE DE LOFFRE DEMPLOIET DU TYPE DEMPLOYEUR.Parmi les tablissements interrogs,plus des deux tiers dclarent avoir pourvu lemploi (Cf. Tableau 1). 15% ont renonc au recrutement, que ce soit parce que leur besoin a disparu (6,8%), faute de candidats adquats (5,7%), ou plus rarement faute de budget (2,5%). Un tablissement sur six dclare au final poursuivre le recrutement (avec ou sans laide de Ple emploi). Cependant, si le projet de recrutement a abouti cela ne signifie pas quil se soitralis sans embche. Ainsi, plus de six employeurs sur dix ayant recrut affirment avoir rencontr au moins un type de difficults dans leur recrutement.Avant de caractriser les difficults rencontres par les tablissements recruteurs ainsi que les motifs dabandons, il apparat utile didentifier les principales caractristiques des offres dposes (contenu de loffre, difficults pressenties par lemployeur en amont du recrutement, canaux de recrutement envisags, secteurs dactivit) et de relier celles-ci aux rsultats de la procdure (offre pourvue, abandon de la procdure, procdure en cours au moment de lenqute). Pour ce faire, une Analyse des Correspondances Multiples (ACM) a t mobilise suivie dune classification laide des k-moyennes (Cf. Encadr 1).A partir de linformation rsumepar les axes (facteurs) principaux (Cf. Graphique 1), la classification permet didentifier 3 groupes doffres demploi.Un premier groupe situ dans le quadrant nord-est rassemble majoritairement les offres demplois non durables (CDD < 6 mois pour 87,4% des offres) destines rpondre dans les trois quart des cas un surcrot dactivit. Le recrutement est peru comme difficileet le recours plusieurs canauxde recrutement est souvent envisag. Il sagit doffres dposes par des petits tablissements pour des emplois essentiellement ouvriers (pour plusde la moiti des offres) dans les secteursde lagriculture, de la construction etde lintrim. Cest dans ce groupe queles abandons sont les plus frquents(taux dabandon de 20,9%) et les recrutements les moins nombreux(taux de recrutement de 60,7%).La poursuite de recrutement concerne18,4% des offres dposes du groupe.Un deuxime groupe qui concerne les quadrants sud-est et sud-ouest dcrit les offres demploi au statut employ surdes CDD (environ huit offres sur dix).Le recrutement nest pas peru comme difficile et occasionne seulement un dpt Ple emploi (pour plus dune offre sur trois) ou le recours en amont des candidatures spontanes.2ENCADR 1ANALYSE DES CORRESPONDANCES MULTIPLES (ACM) ET CLASSIFICATION PAR LA MTHODE DES K-MOYENNESLutilisation de lACM permet daboutir une reprsentation visuelle synthtique des donnes. Ont t retenues comme variables actives (variables participant la construction des axes ou facteurs 1) celles qui caractrisent loffre dpose (qualification, type de contrat, circonstances du dpt de loffre, difficults pressenties en amont du recrutement, canaux de recrutement activs en dehors de Ple emploi, taille et secteur de ltablissement recruteur). La variable lie la situation de loffre au moment de lenqute (offre pourvue, abandon du recrutement, poursuite du recrutement) est utilise comme variable supplmentaire ou illustrative dans la mesure o elle constitue un indicateur de rsultat qui dpend du contexte dans lequel loffre a t dpose. Cette variable ne participe donc pas la construction des axes mais, son positionnement par rapport aux modalits actives, permet de qualifier les offres selon quelles ont t pourvues ou pas.Graphiquement, laxe 1 (30,9% de linertie) discrimine loffre demploi durable et qualifi dans le cadre dun remplacement dfinitif ou dune nouvelle activit (partie gauche de laxe des ordonnes) et, loffre demploi non qualifi et non durable dpose pour un surcrot dactivit ou pour un remplacement momentan (partie droite de laxe des ordonnes).Laxe 2 (23,4% de linertie) discrimine les offres pour lesquelles les tablissements pressentent des difficults et envisagent une mobilisation simultane des canaux de recrutement (partie au-dessus de laxe des abscisses) et, les offres dont le recrutement nest pas peru comme difficile et qui font seulement lobjet dun dpt Ple emploi (partie au- dessous de laxe des abscisses). Un troisime axe (8% de linertie), qui nest pas reprsent sur notre plan principal, discrimine les tablissements selon quils dpassent ou pas les 50 salaris.En raison du caractre qu