Paris parisiens Paris cultures àParis

of 16 /16
La dynamique des Jeux ÉCONOMIE, SOCIAL, DÉVELOPPEMENT DURABLE Parisactualités Une administration modernisée Parisparisiens Balade à la Butte-aux-Cailles Pariscultures Nuit Blanche 2004 Le magazine d’information de la Ville de Paris Septembre - Octobre 2004 11 Toute l’info parisienne 24 heures sur 24 sur www.paris.fr à Paris

Transcript of Paris parisiens Paris cultures àParis

Page 1: Paris parisiens Paris cultures àParis

La dynamique des JeuxÉCONOMIE, SOCIAL, DÉVELOPPEMENT DURABLE

ParisactualitésUne administration modernisée

ParisparisiensBalade à la Butte-aux-Cailles

ParisculturesNuit Blanche 2004

Le magazine d’information de la Ville de Paris

Septembre - Octobre 2004 N°11

To u t e l’ i n f o p a r i s i e n n e 2 4 h e u re s s u r 2 4 s u r w w w. p a r i s . f r

àParis

Page 2: Paris parisiens Paris cultures àParis

Pour contacter àParis

Directeur de la PublicationJean-François Poyau

Comité éditorial Laurent Fary, Jérôme Grand, Philippe Lasnier, Jean-François Poyau, Anne-Sylvie Schneider, Patrice Tourne

Directeur de la Rédaction et Rédacteur en chefPatrice Tourne

Rédactrice en chef adjointeIsabelle Dumas Vorzet

RédactionJacques Bozzi, Dominique Feix, Christine Jehanno

Assistantes de rédactionThérèse Boisard, Julie Quitellic, Muriel Tiar

Service PhotoRaymond Mesnildrey, Henri Garat, Sophie Robichon, Arnaud Terrier, Marc Verhille

Ont participé à ce numéroMarine Batiste, Mathilde Blottière, Anne Bourgeois, Buzz, Cabu, Hélène Caure, Sébastien Drique, François Joly, Sacha Lenormand, Guillaume Tixier

Avec la collaboration des personnels, des directions et des services de la Mairie de Paris

Mise en page, réalisation et photogravure vu intégral Parisd’après maquette d’origineQuentin Design Paris

Direction artistiqueSabine Hartmann pour vu intégral

Impression Maury Imprimeurs

CréditsCouverture: S.Hartmann, S.Lenormand, F.NauzycielBuzz (5, 7, 8); Cabu (4); Dahmane(19); R. Degoul (32); D. Fallot / INA (42); H. Garat (3, 9, 43); M. Goubert (30);A.M. Heinrich (44); L. Joyeux / INA (41); P. Kogler (38);S. Lenormand (6, 9, 17, 29, 34, 35, 36); R. Mesnildrey (10, 11,24, 25, 26, 31, 45); B. Millot (23); A.M. Monthiers (44); F. Nauzyciel (37) ; J.C. Pierde / INA (40); Placid (45) ; S. Robichon (13, 20); G. Sanz (21); K. Schulz (39); P.Tauro (45);A. Terrier (39);C. Thibault (43); M. Verhille (10); C. Zapourski (44);D.R. (26, 33);Coll.Autisme 75 (27); Coll. Courir pour la vie (32);Coll. DAC (43); Coll. ESPCI (30); Coll. Mission Tramway (23);Coll. PAM (27); SIRIATECH (22); Coll. Paris 2012 (18). Cahier centralPLU: APUR, G.Corvalán, DU, S.Robichon/Mairie de Paris

Le magazine àParis est imprimé à 900000 exemplairesDépôt légal dès parution.

àParis existe aussi en version braille et en cassette audioAssociation Donne-moi tes yeux,tél. 01 47 05 40 30

Direction Générale de l’Information et de la Communication

àParisLe magazine d’information de la Ville de Paris

Retrouvez tous les numéros du magazine sur www.paris.fr

Téléphone: 01 42 76 79 82Fax: 01 42 76 79 95Courriel: [email protected]: àParis, Hôtel-de-Ville,

75196 PARIS RP

2 sommairesommaire

1Parisactualités 2Parisservices

3Parisparisiens 4Pariscultures

Pages 6 à 11

dossierUne administration modernisée

Pages 12 et 13 brèves…

Mobilisation pour l’emploiLe rendez-vous des étudiants

Pages 14 à 16 tribunes politiques

Pages 30 à 33

vie de quartiers

Pages 34 et 35 la baladeLa Butte-aux Cailles: retour au temps des cerises

Page 36 portraitChristiane Boniface, gardienne d’école

Pages 38 et 39

sortirNuit Blanche: en lumières et musiques

Pages 40 à 42 événement“Paris sur les ondes”

Pages 43 découvrirDes bibliothèques pour tous

Pages 44 et 45 sortirExpositions, spectacles, festivals

Page 46 lire, écouter, voir

Page 47 bien vu

Pages 18 et 19

zoomLa dynamique des Jeux Olympiques

Page 20 et 21 petite enfance, sports

Page 22 et 23 le point sur… Le tramway

Page 24 scolarité

Pages I à VIII Consultation sur le PLU: vos réponses

Page 25 économie

Page 26 et 27 vie quotidiennePersonnes handicapées

Page 28 pratique

Page 3: Paris parisiens Paris cultures àParis

La transition est d’ailleurs aisée avec un autre sujettraité dans ce magazine, et qui révèle lui aussi uneremarquable mobilisation citoyenne: je veux parler duPlan Local d’Urbanisme (PLU).Le questionnaire adressé à 800000 exemplaires au seindes foyers de la capitale a enregistré un taux de réponseélevé, avec plus de 120000 retours. Sur un dossierexigeant, qui nécessitait de chacun concentration, tempset réflexion, les habitants ont répondu présent. Qu’ilsen soient très sincèrement remerciés. Leurs réponsessont précieuses. Oui, cette consultation influenceraconcrètement nos décisions. Les appréciations ainsirecueillies seront intégrées au document PLU en coursd’élaboration, et qui sera soumis au Conseil de Paris audébut de l’année prochaine. Cet exercice de démocratiedirecte confirme en tout cas la réactivité de la sociétéparisienne. Son exigence aussi, a fortiori sur un sujetqui concerne directement les grandes évolutions duvisage de Paris et de la vie quotidienne qui s’y écrit. Le message est clair et nous en tiendrons compte.

Des couleurs, du mouvement, de la joie et del’harmonie: la cérémonie de clôture des Jeux d’Athènesaura été somptueuse, célébrant avec faste l’idéalolympique, à l’issue de deux semaines d’une compétitionremarquablement organisée. Sur place, tous les acteursde la candidature de Paris 2012 auront ainsi tiré d’utilesenseignements de cette magnifique édition, observant,interrogeant, échangeant avec celles et ceux qui se sontimpliqués dans sa mise en œuvre.Le 6 juillet 2005, les membres du Comité InternationalOlympique (CIO) désigneront la ville chargéed’accueillir les Jeux sept ans plus tard. Cette dernièreligne droite est bien entendu décisive: elle doit nouspermettre d’affiner notre dossier et de confirmer unenthousiasme, une cohésion, bref, un “désir olympique”susceptibles de faire la différence. Ne le cachonspas : la concurrence est rude et les autres villescandidates (Londres, Madrid, Moscou et New-York)portent des projets solides. A nous donc de convaincrenos interlocuteurs de notre capacité à organiserdignement ce grand événement, à servir les valeurs dusport au XXIeme siècle - fraternité, compétition, effortsur soi-même - et à affirmer l’identité que nous voulonsdonner à ce rendez-vous planétaire. En effet, Paris 2012 a l’ambition de proposer des Jeuxécologiques, mettant notamment l’accent sur desmodes de transport propres, des infrastructuresconformes aux normes de Haute Qualité Environne-mentale ainsi que sur le développement durable.N’hésitons jamais à le dire : Paris a besoin des Jeux.C’est d’ailleurs l’objet d’un dossier présenté dans cenuméro : celui-ci évoque la dynamique économiqueet sociale que nous voulons associer à une telledémarche. Plus que jamais, j’en suis convaincu, la générositéet le goût collectif des Parisiens peuvent apparaîtreici comme des ingrédients essentiels, de même queleur aptitude à s’investir dans un projet commun.

Bertrand DelanoëMaire de Paris

éditorial 3

Page 4: Paris parisiens Paris cultures àParis

àParis4 le regard de Cabu

Page 5: Paris parisiens Paris cultures àParis

Une administration humaine et modernisée

L’administration de la Ville de Paris change. Le point sur les améliorations déjà réalisées et sur celles à venir.

Dossier 6 à 11

Brèves 12

Campus 13

Tribunes politiques 14 à 16 1Parisactualités

Page 6: Paris parisiens Paris cultures àParis

àParis6

Moderniser l’administration parisienne etpermettre aux 45000 agents permanents dela Ville, en les formant mieux, de répondre,dans tous les domaines de la vie quotidienne,aux centaines de milliers d’usagers… Unecondition essentielle pour que ceux-ci gardentconfiance dans les services publics. Un devoiraussi, pour éviter les incompréhensions

humaines et résoudre les situationscomplexes. La qualité de l’administrationpasse ainsi par une meilleure écoute, ce quisignifie le renforcement des actions deconcertation et de médiation.

A ce titre, le recours à la médiatrice de laVille de Paris, par laquelle se règlent àl’amiable et gratuitement des litiges avec

l’administration, offre aux usagers la possi-bilité d’intervenir dans les décisions qui leconcernent directement (voir page 10).

La Mairie de Paris a créé en 2001 laDélégation générale à la modernisation,dont la mission est de mettre l’usager aucentre de toutes les politiques de servicepublic. Son travail quotidien: accompagner

Une administrationhumai L’administration de la Ville de Paris est en pleine mutation pour être plus proche de l’usager. Tour d’horizon des actions réalisées et des projets en cours.

Page 7: Paris parisiens Paris cultures àParis

7dossier

le changement dans l’organisation et lesméthodes de travail de l’administration,avec pour objectifs de les rendre visibles,lisibles et cohérentes. L’usage d’Internet aété renforcé et un numéro de téléphoneabrégé (39 75, coût d’un appel local depuisun poste fixe) a été créé pour répondre auxquestions sur la vie locale.

Nouveaux servicesDepuis 2001, dans les secteurs sociaux,

associatifs et économiques, dix nouveauxservices ont vu le jour. D’ores et déjà dansles 10e, 11e, 18e, 19e et, bientôt, dans quatrearrondissements supplémentaires, unguichet unique, appelé Espace insertion,accueille les allocataires du RMI.

Deux plateformes pour les Parisienshandicapés ont ouvert dans les mairies du12e et du 17e arrondissement (lire page 26et 27) pour répondre aux questions concer-nant les démarches administratives, lesmesures et dispositifs mis en œuvre, lessolutions qui peuvent être apportées auxproblèmes liés au handicap, comme l’in-sertion sociale et professionnelle.

Une attention particulière a été portée auxpersonnes âgées avec le renforcement desPoints Paris Émeraude : quinze plateformesde proximité assurent l’accueil, l’orienta-tion et l’information des seniors et de leurentourage (voir page 9). Par ailleurs, desinspecteurs de sécurité assurent leursdéplacements à la banque et à la poste.

La santé de chacun est prise en compteavec la circulation du Bus info santé, quisillonne les rues de la capitale et apporte,de façon confidentielle, des informationssur la drogue, le tabac, l’alcool, le sida…

Toujours dans le domaine social, undeuxième Point d’accès au droit (PAD), pourbénéficier gratuitement de permanencesd’informations et de consultations juri-diques, ouvrira mi-octobre dans le 19e arron-dissment, après celui créé voici un an dansle quartier de la Goutte d’Or (18e).

ne et modernisée

La création d’une Maison de l’adoptionpermettra prochainement d’accompagnerles futurs parents dans leurs démarches.

Dans le domaine associatif, sept Maisonsdes associations existent, d’autres sont encours de création. Elles domicilient les asso-ciations, leur offrent des salles de réunions,des accès gratuits à Internet.

La Maison des initiatives étudiantespermet, depuis deux ans, à tout étudiant ouassociation étudiante de conduire un projet.

Deux nouvelles structures réunissantdivers services publics (Poste, ANPE,RATP…), dites Maisons de services publics,ouvriront dans les 12e et 18e arrondisse-ments, dans le but de se rapprocher physi-quement des usagers.

Enfin, cinq Maisons du développementéconomique et de l’emploi ont déjà accueilli50 000 personnes souhaitant un accompa-gnement individualisé dans leur recherched’emploi.

Page 8: Paris parisiens Paris cultures àParis

àParis8

Mais la structure ne fait pas tout.Avec le Bureau des temps (voir l’interviewpage suivante), les horaires des servicespublics s’adaptent progressivement aurythme des citadins, en concertation avecle personnel concerné.

Une douzaine de crèches collectives ethaltes-garderies à horaires décalés du secteurassociatif accueillent maintenant 580 en-fants. Une convention entre l’Assistancepublique des Hôpitaux de Paris et la Ville deParis permettra d’ouvrir aux petits Parisiensune centaine de places dans les crèches deshôpitaux à des horaires atypiques (6 h-22 h)

et parfois le samedi. D’ici 2007, les famillesparisiennes pourront ainsi bénéficier de900 places à horaires décalés (voir page 20).

Côté loisirs et détente, l’ouverture tard le soir, testée cet été, de nombreuses piscines, devrait se prolonger progressive-ment tout au long de l’année.

Un meilleur accueilParmi les aménagements importants, les

conditions d’accueil du public dans lesmairies d’arrondissement s’améliorent, avecune signalétique plus claire, des formulairessimplifiés.

Des démarches simplifiéesRendre plus accessible les formulaires, limiter les pièces justificatives, éviter les déplacements inutiles,diversifier les modes de paiement, la réforme administrative et la révolution numérique vont faciliter les démarches.

• POUR LES PARTICULIERSDélivrance des actes d’état civil par Internet

Tous les ans, plus de 2 millions d’actes d’état civil sont délivrés à Paris.En 2003, sur www.paris.fr, plus de 80 000 personnes ont demandé leursactes, et les ont reçus ensuite par courrier.

Formulaire commun pour les inscriptions en crècheQuel que soit l’arrondissement concerné, la formalité est à présent lamême. Le formulaire d’inscription sera bientôt disponible en ligne.

Inscription simplifiée aux activités périscolairesDès l’année prochaine, les familles pourront pré-inscrire leurs enfantsen centres de loisirs plusieurs semaines avant les vacances scolaires.Un nouveau barème de tarification, ajusté et harmonisé pour tout Paris,a été instauré et un “compte famille” sera créé pour éviter la multiplica-tion des règlements.

Demandes de logement socialUn avis d’imposition, une inscription, en ligne dès 2005 ou dans n’importequelle mairie, suffiront pour déposer une demande de logement. Des perma-nences régulières se tiendront dans l’ensemble des arrondissements.

Délivrance de la carte de stationnement résidentiel160 000 Parisiens sont détenteurs de la carte. Environ 90 000 cartes sontrenouvelées chaque année. Fini les déplacements, le formulaire de renou-vellement est désormais disponible en ligne ; il est même envisagé derenouveler automatiquement les cartes.

Concours de la VilleEn 2003, 37 % des candidats ont choisi de s’inscrire aux concours de laVille de Paris par Internet.

Point d’accès unique pour les usagers des services sociauxSouvent fragilisés, les usagers de ces services devraient pouvoir obtenirdes rendez-vous plus rapidement et voir leurs situations d’urgence régléesplus vite grâce à un guichet unique dans chaque arrondissement.

• POUR LES ASSOCIATIONSBureau des subventions aux associations

Point unique d’information existant depuis 2002, le Bureau des subven-tions aux associations (BSA) a simplifié le dossier de demande de subven-tion, quand celle-ci est inférieure à 5 000 €. Il sera bientôt enregistrablepar Internet.

• POUR LES ENTREPRISESDe nombreux documents sont consultables en ligne sur www.paris.fr(renseignements d’urbanisme, locaux disponibles en pied d’immeuble,pépinières d’entreprises…).

Dans les services sociaux, des agents dela Ville seront formés, avec le concours detraducteurs, pour mieux accueillir lespersonnes ne maîtrisant pas la languefrançaise.

Enfin, une charte parisienne de l’accueildu public dotera prochainement tous lesservices municipaux d’engagements clairs :meilleure accessibilité, signalétique plusvisible, simplification des démarches admi-nistratives, amélioration de l’attente auguichet, diminution des délais de réponsesaux courriers, ainsi qu’un meilleur accueiltéléphonique.

Page 9: Paris parisiens Paris cultures àParis

9dossier

Non loin de l’hôpitalde la Croix-Saint-Simon,au quatrième étaged’une maison de retraite,le Point Paris Émeraude(PPE) du 20e arrondisse-ment accueille lesseniors et leur familledans des conditionsconfortables: salle d’at-tente avec larges chaiseset télévision. La coordi-natrice reçoit sur rendez-vous dans son bureau,ou sans rendez-vous lorsde permanences qui setiennent toutes lessemaines à la Maisondes associations ou au Centre social de laCaisse d’allocations familiales (CAF).

En 2003, le PPE du 20e a traité 350 situa-tions. Un public quelquefois difficile àtoucher, car isolé et ne disposant pas demoyens d’information, ou qui parfois peutrefuser toute aide, faute de connaissance.Avec son collègue, la coordinatrice a doncpour mission de faire connaître les servi-ces du PPE au public, mais aussi aux profes-sionnels de la santé et du social. Un succès:en 2004, grâce à des campagnes d’infor-mation et des réunions régulières, lademande a fortement augmenté.

“Notre rôle est d’informer, de conseiller,d’évaluer et d’orienter la demande en parte-nariat avec un réseau de médecins, d’assis-tantes sociales et de professionnels de lagérontologie. En 2003, 98 personnes âgéesnous ont contactés directement, 164 per-sonnes de l’entourage nous ont saisis et95 professionnels nous ont parlé de lasituation de leurs patients. La demandeprincipale est l’aide au soutien à domicileavec une demande d’aide ménagère, desoins infirmiers… Lorsque nous sommesconfrontés à une situation difficile nous

I N T E R V I E W

S’adapter aux rythmes des ParisiensàParis: Quel est le rôle du Bureau des tempsdont vous avez la responsabilité ?Anne Hidalgo: Favoriser la modernisation du ser-vice public, le rendre plus disponible et accessible.Aujourd’hui, les Parisiennes et les Parisiensdemandent que les crèches, les mairies d’arrondis-sement, les bibliothèques, les piscines soient ouver-tes avec des horaires plus larges. Les marchés d’après-midi (de 15h à 20h), créés avec l’appui deLyne Cohen-Solal (1), offrent la possibilité de faire descourses en semaine jusqu’en fin de journée. C’estune des actions concrètes du Bureau des temps.Que constatez-vous sur les rythmes de vie ?Les Parisiens sont raisonnables et ne désirent pasobligatoirement que tout soit ouvert tout le temps.Mais ils souhaitent un peu de souplesse pour leurfaciliter la vie. Les femmes et les hommes tra-vaillent, leurs horaires ont changé, leur organisa-tion aussi. Il faut donc que les services municipauxs’adaptent. Mais nous ne voulons pas que lesagents de la Ville subissent de nouvelles contrain-tes. Nous avons donc placé le Bureau des tempsau cœur de l’accord des 35 heures, et de l’amélio-ration des conditions de travail.Quels sont vos réalisations et vos projets ?A mi-mandature, les premières améliorationsapparaissent. J’ai cité les marchés d’après-midi. Ily a aussi 580 places de crèches à horaires décaléscréées par les associations, le plan “Piscines enété” qui offre des ouvertures renforcées, bien-venues pour celles et ceux qui ne partent pas envacances, et des outils d’information comme leguide et le calendrier des loisirs (2). Avant la fin2004, apparaîtront les Maisons de services publics,pour centraliser les informations. Les horaires despiscines et des bibliothèques vont évoluer. Noustravaillons avec Olga Trostianski (3) pour dévelop-per et faciliter l’accueil des petits Parisiens dansles crèches municipales. La société, les modes devie évoluent jour après jour, les attentes changent.La municipalité doit être àl’écoute des Parisiennes etdes Parisiens. C’est pourcela qu’elle entend poursui-vre dans la durée et laconcertation l’adaptationdes services offerts auxhabitants.(1) Adjointe chargée du Commerce,de l’Artisanat, des Professionsindépendantes et des Métiers d’art.(2) Disponibles sur le sitewww.paris.fr(3) Adjointe chargée de la Petiteenfance et la Famille.

“ „

Anne Hidalgo,première adjointe,chargée de l’Egalitéfemmes-hommes et du Bureau des temps.

Au Point Paris Emeraude du 20e arrondissement, l’un des quinze existant à Paris, deux coordinateurs se relaient pour informer les personnes âgées et leur entourage des services destinés à les aider.

U N E P L A T E F O R M E D E P R O X I M I T É

Au service des seniors

nous rendons au domicile pour en évaluerla complexité. Selon les besoins, nousmettons en place des prestations spéci-fiques, ou nous engageons l’ouverture àcertains droits, comme celui à l’allocationpersonnalisée à l’autonomie (APA).”

Contre l’isolementCette année, un travail a été mené

conjointement avec les bailleurs sociauxde l’arrondissement, pour sensibiliser lesgardiens d’immeubles à une meilleurevigilance en faveur des personnes les plusvulnérables. Car le signalement estsouvent la seule façon de repérer lespersonnes dont l’isolement peut consti-tuer un danger pour elles-mêmes.

“En 2005, nous souhaitons constituerdes groupes de paroles pour les person-nes dont un membre de la famille souffrede la maladie d’Alzheimer ou d’autrespathologies, et qui, souvent, sont à bout.C’est important qu’elles puissent se parleret être informées et soutenues.”

> Renseignements au 39 75 (coût d’un appel

local depuis un poste fixe et sur www.paris.fr

Un rendez-vous avec la coordinatrice du Point Paris Emeraude du 20e arrondissement.

Page 10: Paris parisiens Paris cultures àParis

àParis10

“La médiation est un droit, mais enaucun cas un passe-droit ou un bureau dedoléances. Je suis porte-parole des admi-nistrés, mais je ne suis ni juge ni arbitre.Ma mission, c’est de faire entendre la voixdes usagers quand il y a dysfonctionne-ment de l’administration. J’essaie d’évi-ter les affrontements entre usagers etfonctionnaires en améliorant la commu-nication et en trouvant des réponsesappropriées. Dans le cas d’une personneen détresse, il faut bien sûr traiter son casde façon plus individuelle.

Depuis trois ans, près de 1 200 requêtes,le plus souvent liées à des situationssociales, des problèmes d’habitat, delogement et d’environnement, ont ététraitées. Un exemple typique : la maisond’un administré jouxtait un terrain vagueappartenant à la Ville. Utilisé commedépôt d’ordures, le mur mitoyen de cettepersonne était, de plus, couvert de graf-fitis. A plusieurs reprises, elle s’étaitadressée aux responsables de la propreté

Quel est le rôle de la Médiatrice de la Ville de Paris, dans quels cas et comment la solliciter? Voici ses réponses.

M É D I A T I O N

Faire le lien entre les usagers et l’administration

de son arrondissement, sans résultat.Elle s’est donc dirigée vers moi. Aprèsenquête, nous nous sommes aperçus quele nettoyage du terrain et du mur dépen-dait non pas du service de la propreté maisdu service du logement et de l’habitat.Nous avons saisi cette direction, qui aprocédé au nettoyage, conformément auxobligations qui incombent à la Ville. Nousavons ainsi répondu à cette demande defaçon concrète et rapide.

Notre prochain chantier est l’améliorationde l’accueil des usagers dans les servicespublics. Humaniser les rapports entrel’administration et les usagers fait aussipartie du rôle de la Médiatrice.

Pour me contacter, il suffit d’écrire parcourrier simple. Le recommandé est inutileet le courriel n’est pas adapté, car j’aibesoin des pièces justifiant le problèmeavec l’administration. Je renvoie un accuséde réception pour pouvoir traiter lesdossiers par ordre d’arrivée. Le délaimoyen des réponses est de deux mois.

Entre-temps, les services concernés sontsaisis par la mission de la Médiation,composée d’une dizaine de membres,dont cinq juristes chevronnés, qui ont unrôle de conseil et de veille. C’est unservice gratuit.”

> Pour écrire à la Médiatrice, adressez votre courrier à :Médiatrice de la Villede Paris32, quai des Célestins75196 Paris RP

Frédérique Calandra, Médiatrice de la Ville de Paris.

Près de 1 200 requêtes ont été traitées depuis trois ans.

Le rapport annuel dela médiatrice seraen ligne en janvier2005. Les précédentssont disponibles surwww.paris.fr

Et sur paris.fr

Page 11: Paris parisiens Paris cultures àParis

3975, le centre d’appelsDepuis le 8 septembre, le numéro unique

d’informations téléphoniques au servicedes Parisiens est le 39 75, au coût d’unappel local à partir d’un poste fixe (au lieude 0,13 €/min précédemment).

Ce centre dispose d’une cinquantaine deconseillers et répond très rapidement à vosquestions. Parmi les plus fréquentes : Oùse nourrir, en cas de situation précaire ?Comment obtenir le plan du réseau despistes cyclables ? Mon chat est mort, quedois-je en faire? Existe-t-il des piscines pourles personnes allergiques au chlore ?

Vrai service personnalisé, le 39 75, quipossède sa propre banque de données,vous rappelle ou vous réoriente si laréponse n’est pas immédiate.

www.paris.fr, le site Internet Avec ses 60 000 pages et plus de

20 000 visiteurs par jour, paris.fr est l’undes cinq sites publics les plus visités deFrance. Toujours en évolution, ce site a pourobjectif de couvrir la Ville en continu. Côtépratique, vous y trouvez un moteur derecherche qui ouvre l’accès à l’ensembledes démarches administratives et à tousles domaines de la vie à Paris. L’objectif estde faire de ce site un vrai guichet adminis-tratif en ligne. Parmi les nouveaux servi-ces, le centre d’appels 39 75 est aussiaccessible en ligne, à la rubrique Contactsdu site. En adressant vos questions parcourriel, le centre d’appels répond dans lesplus brefs délais. Vous pouvez aussi écou-ter, en direct sur le site, les séances duConseil de Paris.

àParis, le magazined’information Bimestriel, àParis, imprimé à 900000 exem-

plaires, est adressé gratuitement auxParisiens abonnés à France Télécom. Lespersonnes figurant sur liste rouge, orange

11dossier

Pour mieux répondre à toutes les questions que se posent les Parisiens dans leur vie quotidienne, la Mairie de Paris met à leur disposition quatre moyensd’information sur les services, les activités et les actions municipales.

P A R I S I N F O M A I R I E

L’information parisienne en continu

ou robinson, ou n’ayant pas d’abonne-ment à France Télécom, peuvent deman-der à recevoir le magazine en appelant le39 75 (coût d’un appel local depuis unposte fixe). Avec ses quatre grandesrubriques, le magazine fait le point surl’actualité parisienne, les services dans

les domaines sociaux, dela citoyenneté, de l’emploi,ainsi que sur la vie desquartiers et tout ce qui atrait aux loisirs et à laculture.

Les journauxlumineuxImplantés dans les ruesde Paris, 170 panneaux

électroniques informent chaque jour desdifférents événements qui se déroulent àParis. Ils donnent aussi des informationspratiques, comme les dates d’inscriptionsur les listes électorales, des conseils deprévention, les numéros d’urgence, leshoraires des services publics…

Page 12: Paris parisiens Paris cultures àParis

> Accueil place Joffre (7e), face à l’Ecole militaire, entrée par l’avenue de La-Motte-Picquet, le jeudi de 9h à 19h, le vendredi de 9h à 18h. Tél. 39 75 (coût d’un appel local depuis un poste fixe)

et www.paris.fr

Pour sa 2e édition, les 14 et 15 octobre prochain,le forum “Paris pour l’emploi” s’installe sous unvaste chapiteau dressé sur le Champs-de-Mars.En octobre 2003, le premier du genre, organisépar la Ville de Paris en partenariat avec l’asso-ciation Carrefours pour l’emploi, la Région Ile-de-France, la Chambre de commerce et d’industriede Paris et l’ANPE, avait permis l’embauche deplus de 3 000 personnes. Cette année, près de300 entreprises viennent rencontrerles candidats, recueillir les CV, et pro-poser des postes à pourvoir, essen-tiellement à Paris et sa région. Lesbranches professionnelles les plusvariées y sont représentées et les orga-nismes publics privilégient les offresde recrutement direct (accessibleshors concours). Par ailleurs, des espa-ces sont dédiés à la présentation desmétiers, notamment ceux liés à l’hôtel-lerie et à la restauration. Avec plusde 40000 visiteurs attendus, dont cer-tains invités par les antennes ANPE,ce forum, ouvert à tous, constitue uneopportunité pour élargir son champ derecherche et décrocher un emploi.

àParis12

RESTOS DU CŒURLe 6 décembre, c’estl’ouverture de la cam-pagne d’hiver desRestaurants du cœur.

Plus de 610 000 repas seront ser-vis chaque jour dans 2 200 cen-tres. L’association développeégalement des actions d’insertion,d’hébergement et de formation.Les Restos du cœur ont besoin devous : pour les soutenir, vous pou-vez envoyer vos dons par chèque.> Restaurants du cœur 75515 Paris Cedex 15. Tél. 01 53 24 98 00 ou 98 16

TELETHON 2004 La Ville de Pariss’associe, les 3et 4 décembre,au Téléthon. Ils ’ o rg a n i s e ra principalementsur le parvis del’Hôtel de Ville, autour de la pati-noire traditionnellement installéepour les fêtes de fin d’année. Cetteopération nationale de mobilisa-tion populaire, organisée par l’Association française contre lesmyopathies (AFM) au profit de larecherche sur de nouvelles thé-rapies issues de la connaissancedes gènes, donnera lieu à de nom-breuses manifestations.> Tél. 39 75 (coût d’un appel local depuis un

poste fixe) et www.afm-france.org

LES LÉGENDES DU TENNIS À PARISJohn McEnroe, Boris Becker, MatsWilander, Jim Courier, HenriLeconte ou encore Guy Forgets’affronteront, du 7 au 10 octobre,sur les courts de terre battue dustade Jean-Bouin (20, avenue duGénéral-Sarrail, 16e). Ces mons-tres sacrés du tennis mondialinaugureront le premier TrophéeJean-Luc Lagardère à l’affiche ducalendrier du Delta Tour ofChampions, compétition réser-vée aux légendes du tennis âgéesde plus de trente ans.> Renseignements: 0825811812 (0,15 €/min) outrophee@jeanluclagardère.com

Toutes les initiatives sont bonnes pour lutter contre le chômage. L’opération “Paris pour l’emploi 2004” en est une à ne pas manquer.

Pour tout savoirsur les associa-tions parisiennes,rendez-vous, les22 et 23 octobre,sur la place del’Hôtel-de-Ville, àl’occasion de la 3e édition du Forumdes associations,

qui réunit près de 400 d’entre elles. Deux jours pourdécouvrir les nombreuses activités proposéesdanstous les secteurs (culturel, social, sportif, créa-tif, environnement…) avec une place particulièreréservée au bénévolat. Car, jeunes ou retraités,hommes ou femmes, les Parisiens sont de plusen plus nombreux à vouloir s’engager dans une

association de quartier. Cette rencontre permettrade mieux faire connaître les acteurs locaux etde trouver l’association qui correspond aux attentesde chacun. De l’insertion des jeunes en diffi-culté à la prise en charge des personnes âgéesou handicapées, en passant par l’entraide sco-laire, tous les domaines qui touchent à la viequotidienne y sont représentés. Par ailleurs,des débats thématiques (subventions, Maisonsdes associations, partenariat avec les institu-tions…) ainsi que de nombreux ateliers serontorganisés, le 23 octobre, de 9 h à 13 h, dansles salons de l’Hôtel de Ville.

> Village des associations, place de l’Hôtel-de-Ville. Accueil du public: de 10 h à 19 h. Tél. 01 42 76 76 58

É C O N O M I E

Mobilisationpour l’emploi

V I E A S S O C I A T I V E

Les associations en forum

Faciliter le recrutement de proximitéLa Ville de Paris a signé, en juin dernier, une charte avec12 entreprises parisiennes(1) pour privilégier le recrutementde proximité. L’objectif est double : limiter les temps dedéplacement domicile-travail et lutter contre le chômage,notamment dans l’Est de la capitale. Les sociétés parte-naires se sont engagées à favoriser l’emploi à traversplusieurs centaines d’offres et de contrats d’alternance,destinés en priorité aux Parisiens.(1) Pour connaître les entreprises signataires: 39 75 (coût d’un appel local depuis un poste fixe)

> Les demandeurs d’emploi peuvent s’adresser aux Maisonsdu développement économique et de l’emploi, qui proposent un soutien personnalisé à leur démarche : 13e (tél. 01 53 62 03 06), 14e (tél. 01 56 54 29 60), 18e (tél. 01 55 79 13 75), 19e (tél. 01 53 35 88 90), 20e (tél. 01 58 53 53 70).

brèves

Page 13: Paris parisiens Paris cultures àParis

13campus

Entièrement dédiée aux étudiants, la 4e édition des Etats généraux de la vie étudiante se tient place de l’Hôtel-de-Ville, les 4, 5 et 6 novembre prochains.

(rock, jazz, etc.) et de spectacles (théâtre,danse). Enfin, parallèlement aux Etats géné-raux, les membres du Conseil de la vie étu-diante se réuniront, le samedi 6, pourprésenter leurs travaux, qui pourraientensuite être discutés au Conseil de Paris.

> Place de l’Hôtel-de-Ville. Accueil: jeudi et vendredi de 13 h à 21 h,samedi de 10 h à 19 h. Renseignements et programme completsur www.paris.fr et tél. 39 75 (coût d’un appel

local depuis un poste fixe)

équipés de nouvel lescaisses monétiques, envoie de généralisation.

Enfin, un site Internet,www.etudiantdeparis.fr,délivre en temps réel tou-tes sortes d’informationsutiles et permet de profiter

d’offres spéciales, envoyées par courriel.A moyen terme, les deux cartes offrirontd’autres services (culture, sport, social,logement…) et d’autres avantages tari-faires. Une fusion est par ailleurs envisa-gée avec la carte de transport Imagin’Rde la RATP. (1) Paris I (Panthéon-Sorbonne), Paris III (Sorbonne nouvelle), Paris IV (Paris-Sorbonne), Paris V (René Descartes), Paris VI (Pierre et Marie Curie), Paris VII (Denis Diderot) et l’IUFM de Paris.(2) Châtelet, Censier, Bichat.

> Les différents services accessibles avec la carte “Etudiant de Paris” sontréunis sur le site www.etudiantdeparis.fr

É T A T S G É N É R A U X

Le rendez-vous des étudiants

Véritable espace d’échange et de dialogue,de rencontres et de débats, cette manifes-tation informe les étudiants des activités quipeuvent améliorer leur cadre de vie etfavoriser leur participation au débat démo-cratique. Grâce à la présence des princi-paux acteurs institutionnels de la vieétudiante, d’une centaine d’associationsculturelles, sportives, sociales ou syndica-les, et de nombreux acteurs parisiens de lavie étudiante, ils peuvent recueillir des infor-mations sur les démarches à suivre concer-nant les différents aspects de leur viequotidienne (recherche d’emploi ou de loge-ment, bourses d’études, bons plans…).Des débats enrichissent également ce ren-dez-vous autour de thèmes comme la par-ticipation étudiante (civique, solidaire,collective), l’harmonisation des diplômes oules enjeux liés à la recherche. Côté détente,plusieurs jeunes talents amateurs animentces journées avec un programme de concerts

Réussir sa rentrée universitaireL’Espace de rentrée étudiant ouvre sesportes du 27 septembre au 15 octobredans le hall d’exposition du Crous deParis. Cette plate-forme, qui rassemblede nombreux partenaires (Mairie deParis, Crous, CAF, mutuelles étudiantes,RATP, La Poste, ANPE, EDF, FranceTélécom), accompagne les étudiantsdans leurs démarches administratives,afin de faciliter leur rentrée universitaire. > Espace de rentrée étudiant, Crous,33, avenue Georges-Bernanos (5e). Accueildu lundi au vendredi, de 10 h à 18 h. Tél. 39 75 (coût d’un appel local depuis un poste fixe)

C’est une étape impor-tante pour cette rentréeuniversitaire. Les cartesd’universités et de biblio-thèques, toutes différentesjusqu’à présent, cèdentleur place à la carte unique“Etudiant de Paris”.

Dans un premier temps, quelque185 000 étudiants de six universités pari-siennes (1) vont l’utiliser, avant sa miseen place dans tous les établissementsd’enseignement supérieur de l’académiede Paris. Le Crous (Centre régional desœuvres universitaires et scolaires), l’aca-démie de Paris, le Collège des universitéset la Ville de Paris souhaitent ainsi créerune identité universi-taire parisienne et facili-ter le quotidien desétudiants. Cette carteest accompagnée naturellement de la carteCrous permettant d’accéder aux Restos U (2)

À SAVOIR Une carte universitaire unique

Suivez le guide!L’édition 2004-2005 du Guide étu-diant de Paris est disponible dansles mairies d’arrondissement, lesétablissements d’enseignementsupérieur et la Maison des initiati-ves étudiantes. Vous pouvez éga-lement le consulter en ligne surwww.paris.fr, rubrique éducation.

Page 14: Paris parisiens Paris cultures àParis

àParis14

GROUPE COMMUNISTE

Au voleur!

GROUPE UNION POUR UN MOUVEMENT POPULAIRE

… Perspectives de rentrée…Bonne rentrée à tous, en particulier :– à tous ceux qui reprennent leurs respon-sabilités associatives avec constance etdévouement ; –aux membres des 121 Conseils de quartier quis’investissent avec abnégation dans la vielocale. Cette rentrée nous donne l’occasion d’expri-mer notre inquiétude sur la politique munici-pale mise en œuvre par la gauche. Si depuis2001 Bertrand Delanoë orchestre avec talentles festivités parisiennes, beaucoup de cli-gnotants sont aujourd’hui au rouge et lacommunication ne suffit plus à masquer leséchecs municipauxLes entreprises partent vers la banlieue, lesinvestissementsétrangersbaissent,lataxepro-fessionnellediminueetletauxdechômagepari-sien (11,5 %) est désormais supérieur à lamoyenne nationale. Il est urgent d’engagerun plan de “redressement économique” pourque Paris redevienne une capitale attractive !La politique municipale se révèle inefficaceet ternit le rayonnement de notre capitale.Année après année, le maire continue àégrainer son chapelet de promesses maisson programme s’enlise: seulement quelques

centaines de places de crèches réalisées entrois ans et toujours 100 000 demandeurs delogements sociaux ! Pire, les classes moyen-nes exclues de sa politique de logementsont contraintes de quitter Paris. Les suppo-sés “quartiers verts” deviennent des quartiersghettos qui sont le fait d’une vision dogma-tique d’une équipe municipale de gauche igno-rante des réalités locales et du commerce deproximité. Les trottoirs sont toujours aussisales et les colonnes à verre perpétuelle-ment entourées de bouteilles abandonnées.Les pistes cyclables continuent à être impo-sées au forceps dans le cadre du “plan muni-cipal de chasse à la voiture”…Les réunions de concertation orchestréespar la Mairie de Paris ne sont que des leurres:soit elles entérinent des décisions déjà prisespar les amis de M. Delanoë; soit elles serventà contourner les élus locaux et assurent lepassage en force des projets après un habileracolage politicien ; soit elles permettent aumaire de se défausser sur les Parisiens enleur faisant porter la responsabilité desdécisions qu’il n’ose assumer.A quand une véritable démocratie partici-pative à Paris ?

Les pratiques municipales en revanche sontclaires : qu’il s’agisse du viol délibéré de laloi (un jugement du tribunal administratif vientd’annuler une délibération portant sur l’inté-rêt général du tramway) ou des déséqui-libres scandaleux dans la répartition des créditsmunicipaux entre les arrondissements quivotent “bien” ou “mal” aux yeux de la gauche,les dérives ne manquent pas. Sans parlerdes séances du Conseil de Paris où certainsélus de gauche accaparent le micro pourréclamer le mariage des couples de mêmesexe ou apporter leur soutien au terroriste etassassin Cesare Battisti que la justice françaisemenace d’extrader !La politique de Bertrand Delanoë patine, coûtecher et déçoit.Ecoutons les Parisiens, et travaillons ensem-ble à l’élaboration d’un projet d’alternancepour 2007 : pour un Paris où l’on aime vivreet où l’on travaille, pour un Paris ouvert et inno-vant, pour un Paris qui renoue avec sa voca-tion de capitale de l’Excellence et où chaqueParisien trouve sa place !

> Claire de Clermont-Tonnerre,conseiller de Paris

Le désengagement financier de l’Etat vis-à-visdes collectivités locales, donc de Paris,prend des proportions considérables.Cette dérive, qui s’aggrave, est au cœur de laloi de décentralisation du gouvernementRaffarin. Il en a fait une véritable machine àréduire les dépenses publiques sociales. Les Parisiennes et les Parisiens doivent en êtreinformés. Ils doivent savoir que dans ledomaine de la gestion du RMI, qui est pour-tant à la charge de l’Etat, la Ville a été contrainted’inscrire 31 millions d’euros supplémentairesà son budget, compte tenu de l’insuffisancede financements. Elle doit aussi prendre encharge, pour gérer le dispositif, les postesd’agents que l’Etat n’a pas transférés.

En matière de politique de la Ville, les asso-ciations qui agissent au quotidien dans lesquartiers ont vu les crédits de l’Etat baisser de50 % ; ce qui remet en cause de nombreusesactivités sociales et culturelles. De même, la dotation globale de fonctionne-ment accordée chaque année à notre collec-tivité, elle, a fondu de 2,4 millions d’euros.Pour les transports, la mauvaise nouvelle del’été a été l’annonce d’une hausse des tarifsdes transports collectifs qui atteint 6 % à Paris. Par la voix de Pierre Mansat, les élu-e-s com-munistes ont dit leur opposition à cette hausseet dénoncé la décision du gouvernementd’abandonner sa participation aux finance-ments des nouvelles infrastructures de

transports urbains. Ce désengagement com-promet le prolongement vers l’est de Parisdu tramway circulaire. Ce qui est en marche, c’est une aggravationsans précédent des inégalités sociales etterritoriales. Ces coupes sombres appellent à l’actionpour que l’Etat respecte ses engagements etrestitue aux Parisiens les sommes qui leuront été volées. C’est ce que nous avons pro-posé au Conseil de Paris.Les élu-e-s communistes y contribueront. C’estune question de justice sociale.

> Jean Vuillermoz,président du groupe communiste

Page 15: Paris parisiens Paris cultures àParis

15tribunes politiques

GROUPE UNION POUR LA DÉMOCRATIE FRANÇAISE

Un passé qui devrait nous inspirer

GROUPE SOCIALISTE ET RADICAL DE GAUCHE

La vie politique réserve tellement de débatspoliticiens et caricaturaux, que ce devientun plaisir salutaire d’aborder – parce quel’actualité nous en donne l’opportunité – unsujet consensuel.Le 25 août 2004, nous avons célébré le 60e anniversaire de la Libération de Paris.Le maire de Paris a organisé des manifes-tations qui se sont déroulées dans la conti-nuité, l’esprit, l’émotion, la qualité, en touspoints remarquables, qui ont marqué le60e anniversaire du débarquement du 6 juin.Et c’est très bien ainsi.Les conditions de vie épouvantables quifurent celle des Parisiens pendant l’Occu-pation, leur désarroi aussi, expliquent le

succès de la visite de Pétain à l’Hôtel deVille de Paris le 28 avril 1944.Mais, la souffrance et l’espérance galvanisantles énergies, moins de quatre mois après, plusde 600 barricades s’érigent dans tout Parisle 22 août. Avec des risques considérablescar, lors de la Libération de Paris, la divi-sion Leclerc perdra 130 hommes et aura300 blessés, les FFI dénombreront 500 tuéset 1 000 blessés ; la population civilene sera pas épargnée : 4 000 tués et 5 500 blessés.Paris aura payé un très lourd tribut à la liberté.La révolte, le courage ont fait se retrouver aufil de ces mois et de ces années, cimentéspar l’essentiel, des hommes et des femmes

que rien pourtant ne prédisposait à vivreensemble.Aristocrates et ouvriers. Intellectuels, cadreset cheminots. Riches et pauvres, communis-tes, socialistes, radicaux, démocrates-chré-tiens, gaullistes, toutes ces différences dansla résistance se sont estompées dans cesannées de fureur et de douleur.Ceux qui résistaient ne peuvent être récupé-rés par personne parce qu’ils venaient departout. Ils ont honoré leur vie et notre pays,en donnant un exemple dont il serait bien utilede quelquefois s’inspirer aujourd’hui.

> Yves Galland, président du groupe UDF

Acteurs de notre citéL’équipe municipale menée par BertrandDelanoë a résolument voulu restaurer le dia-logue avec tous les acteurs du monde asso-ciatif parisien.Ainsi, la municipalité, grâce à l’action quo-tidienne et volontaire de Marie-Pierre deLa Gontrie, a souhaité mettre en lumièrel’engagement associatif, son dynamisme et sacréativité. Les attentes des 13500 associationsparisiennes étaient naturellement fortes :besoin de locaux permanents ou ponctuels,envie de bénéficier d’une visibilité dans la ville,sollicitation d’aides financières pour déve-lopper leurs activités. Il fallait, de fait, établirde nouveaux rapports fondés sur un parte-nariat renouvelé. Un foisonnement d’initiatives a fait écho auxdemandes. La municipalité a ainsi mis à dispo-sition des outils de communication, lancédes expériences nouvelles, comme lesstands associatifs sur les marchés alimentai-res découverts, créé un Espace associatif pari-sien, une Maison des initiatives étudiantes,développé chaque année un peu plus le Forumdes associations, renforçant ainsi tous les lieuxd’échanges et de contact entre les Parisiennes,les Parisiens et leurs associations.

Au-delà de la réforme, si nécessaire, de laprocédure d’instruction des demandes desubventions, qui a été menée, une autreforme d’aide publique, concrète, logistiqueet informative a vu le jour, grâce à la créationdes Maisons des associations. D’ores etdéjà, cinq Maisons ont ouvert leurs portes àParis. Avant la fin de la mandature, l’objectifest plus que jamais que chaque arrondisse-ment bénéficie d’un tel équipement ayantvocation à accueillir et accompagner ledéveloppement des associations localesimplantées au cœur de la vie sociale, culturelleet citoyenne de notre ville.Cette volonté d’apporter une aide aux citoyensacteurs dans leur cité est pour nous fonda-mentale. C’est pourquoi tous les outils inéditsmis en place pour développer la démocratieparticipative nous sont chers. La démocratielocale, sous toutes ses formes, se porte bienà Paris. La création de Conseils de la jeunessedans chaque arrondissement, d’un Conseilparisien de la jeunesse, du Conseil de lacitoyenneté des Parisiens non communau-taires, d’un Conseil parisien de la vie étudiante,de Conseils des anciens mais aussi des121 Conseils de quartier à l’origine de plus

de 11000 propositions de projets ou d’actionspour améliorer le cadre de vie permet auplus grand nombre de participer à la vie locale.Il s’agit aujourd’hui de pérenniser, de souteniret de développer ces dispositifs.Se rendre disponible pour consacrer de sontemps personnel aux activités d’une asso-ciation, c’est être un(e) citoyen(ne) engagé(e).Cela mérite d’être rappelé alors que l’indivi-dualisme et le repli sur soi sont trop souventprésentés comme des caractéristiques de lasociété dans laquelle nous vivons. A cet égard,comment ne pas saluer tout particulière-ment, l’action désintéressée des milliers debénévoles sans lesquels la vie associative dansnotre ville n’aurait pas ce haut niveau de dyna-misme et de vitalité.Une nouvelle culture démocratique pour Paris,sous le signe de la transparence, de la concer-tation et de la proximité: pour nous, c’est aussipermettre à chacun, qu’il ait un engagementindividuel ou collectif, de trouver sa place, pourfinalement arriver à être acteur, ensemble!

> Patrick Bloche, président du groupe socialiste et radical de gauche

Page 16: Paris parisiens Paris cultures àParis

àParis16 tribunes politiques

Ces tribunes n’engagent pas la rédaction du magazine.

GROUPE LES VERTS

Un cœur vert pour Paris

GROUPE DU MOUVEMENT RÉPUBLICAIN ET CITOYEN

EDF: non au libéralisme aveugle, oui au service publicLe groupe des élus du Mouvement répu-blicain et citoyen a pris l’initiative, lors duConseil de Paris de juillet, d’un vœu surl’approvisionnement en électricité de la Villede Paris, et sur le statut d’EDF. Ce vœu demande “que le gouvernementrenonce à son projet funeste de privatisa-tion d’EDF-GDF”, et “que la Ville de Parismaintienne et poursuive son partenariatavec EDF” en dépit de l’ouverture à la concur-rence du marché de l’électricité. Il a étéadopté avec le concours de l’ensembledes groupes de la majorité, à l’exception desVerts en ce qui concerne le partenariat entrela Ville et EDF.

L’ouverture du capital d’EDF, qui va de pairavec l’ouverture à la concurrence du ser-vice public de l’électricité décidée lors dusommet européen de Barcelone en mars2002, rencontre une légitime hostilité dupersonnel d’EDF-GDF. Au-delà des person-nels, ce sont les usagers qui ont tout àperdre dans cette politique : en effet, tousles exemples étrangers montrent que l’ou-verture à la concurrence et la privatisationdes services publics de l’électricité se tra-duisent par une augmentation des prix, etpar des coupures de courant. En France, nousavons l’électricité la moins chère d’Europeet un service fiable : pourquoi casser ce

qui marche, si ce n’est par idéologie libéraleaveugle ?La Ville de Paris devra choisir par appel d’of-fre son fournisseur d’électricité : c’est la loi.Mais les élus du Mouvement républicain etcitoyen feront tout pour qu’EDF reste l’opé-rateur de la Ville. Il en va de l’intérêt desusagers, et de l’avenir d’EDF, qui doit resteren situation de redevenir, le plus tôt possible,l’établissement public dont la France a besoin,pour assurer l’égal accès de tous à l’énergieélectrique et la continuité du service public.

> Georges Sarre, ancien ministre, président du groupe MRC

Les Halles ont besoin d’une rénovation :jardin mal ordonnancé, équipements publicspeu accessibles, liaisons entre le Forum etla surface mal conçues, réseau de transportau potentiel sous-exploité, surconsommationénergétique… Quatre projets ont été retenus,aucun réellement acceptable en l’état. Lescandidats ont pu cet été compléter leurspropositions avant que la Ville n’opère unchoix. Le nouveau quartier ne doit passeulement être plus beau, il doit être surtoutplus utile aux Parisiens. Pour élaborer unprojet novateur, des priorités claires doiventêtre dégagées : – un impact minimal du chantier sur la viedes riverains et des usagers : l’organi-sation des travaux doit permettre de conserver les usages publics du jardin, duconservatoire, etc. ;– pas de surdensification du site par uneexpansion du nombre de commerces et debureaux : mieux vaut répartir les activités

plutôt que les concentrer dans l’hypercentre,de nombreux projets étant en cours à Paris eten Ile-de-France ;– préserver un jardin d’un seul tenant pouroffrir au centre de Paris, déjà saturé, un espacede respiration, avec des lieux adaptés auxdifférents publics : habitants, enfants, tra-vailleurs du centre commercial, promeneurset touristes ; – améliorer la gare utilisée par un grand nom-bre de Franciliens, pour en faire un espaceplus lisible, plus accessible (aux person-nes handicapées notamment), agréable etplus sûr ;– créer un pôle de fret intermodal rail-route : faire entrer les marchandises parwagons et non par camions au centre de Parisen reliant le réseau ferroviaire et la voirie auto-mobile souterraine qui serait exclusivementréservée au fret, pour que Paris soit la pre-mière des capitales à réduire drastique-ment la pollution et l’effet de serre ;

– créer un pôle exemplaire d’énergiesrenouvelables : le projet ne doit pas entraî-ner une surconsommation énergétique, maisviser à l’autosuffisance en systématisantl’utilisation d’énergies renouvelables (solaire, photovoltaïque, géothermie, bio-masse…) et en privilégiant des matériauxdurables et isolants. Ce projet ne peut se contenter d’être de purprestige, ni la seule expression d’une per-formance architecturale. Il doit laisser uneplace à une ambition qui se nourrit de ces exi-gences et contraintes. Aux paysagistes etarchitectes de s’en saisir. L’audace et la nova-tion doivent être au service des Parisiens.

> Alain Riou, président, et Nicole Azzaro,Véronique Dubarry, François Flores, vice-présidents du groupe Les Verts. > Jean-François Blet, membre de la Commission urbanisme, et Jacques Boutault,maire du 2e arrondissement.