Où sont passés les jours de la vieille .pdf

of 4 /4
Mais où sont passés les jours de la vieille ? Mise en images : Julien Carcasona-Llaury. Vous savez, ces quelques journées qui font la passerelle entre Mars et Avril, journées généralement froides et tourmentées, ultimes et terribles soubresauts de l'hiver finissant ! Eh bien, on n'y a pas eu droit... qui s'en plaindrait... d'autant que les amoureux de la Nature sauvage et cultivée n'ont pas fini de trembler car se profilent, début Mai, les célèbres et craints Saints de Glace - Mamert,Pancrace et Servais – généralement annonciateurs de meurtrières gelées tardives. N'empêche - est-ce une conséquence du Réchauffement climatique annoncé ?- le temps -pris au sens du temps qu'il fait- paraît complètement chamboulé. Exemple : début Mars, je note l'inversion des températures entre Nord et Sud ; 24°C à Paris pour 16°C à Perpignan mais également, par deux fois sur l'ensemble du département, averses d'une pluie sale (coup de sirocco?) et diluvienne encrassant paysages (même les névés du Dormidó), chaussées, vitres... et rendant les eaux de la Castellane, de ses correcs (ravins) et de la Têt (je n'ai pas observé les autres fleuves et rivières) à la fois fortes et boueuses. En ce début Avril, les températures devenues estivales me font penser avec une pointe d'angoisse au proverbe catalan : Aquell que ha viscut dos bons meses d'Abril pot s'apuntar a morir. (Celui qui a connu deux beaux mois d'Avril dans sa vie peut se préparer à mourir). Mais aujourd'hui, avec le réchauffement climatique qui avance à grands pas, ce dicton est-il encore de saison ? J'en doute ! Sur le plan de la Nature, voilà ce que j'ai noté depuis la Saint Valentin jusqu'au début Avril : Dans les bois, au-dessus de la Coume, l'ambiance est toujours hivernale : les chênes pubescents sont encore effeuillés de même que, plus haut, les hêtres sylvestres et les bouleaux... les clématites dressent de sombres draperies sur des ronces en sommeil seuls des saules laissent apparaître des embryons de feuillage voire des chatons jaunes ou cendrés alors que quelques merisiers arborent leurs blanches panicules... Plantes herbacées en fleurs : au milieu du sentier, une puis deux Primevères...près du correc de la Coume, isolée, une Pulmonaire minuscule et, le long du talus, une rangée d'Hellébores vertes et de petits tapis de Violettes des bois … Sur le plan animalier, j'ai remarqué quelques labours de sanglier, des fientes de sauvagine (peut-être une Martre) bien en évidence sur les pierres du sentier, des nids anciens de merles et de geais et ai été surpris par le brusque envol d'un Loriot mâle (jaune et noir)... Par contre, en cette fin d'hiver, sur les plateaux calcaires dominant les villages de Calce et Baixas, c'est la couleur qui règne déjà avec les clochettes blanches de la Bruyère arborescente, les différents tons de rose du Romarin ainsi que de multiples touffes de Thym en fleurs, le violet et le jaune des Iris nains, la pointe bleutée des Muscaris, la hampe colorée des premières Orchidées « géantes » et les teintes délicates des petites Ophrys... Retour à Mosset juste après les élections municipales : En suivant le bord de rivière depuis le gouffre de la Carole- tout en écume blanche- jusqu'aux moulins d'olí et de la Société, je suis accueilli par de nombreux tapis de Lunaires (monnaie du pape) aux belles fleurs mauves veinées de violet envahissant talus et rives de la Castellane puis, dans le sous bois, c'est un joli parterre d' Anémones des bois (ou Anémone sylvie) aux grandes fleurs blanches solitaires, de Scilles Lis Jacinthe aux feuilles luisantes et aux grappes bleues pyramidales au milieu de Violettes des bois...enfin, jaillissant de ronciers dénudés apparaissent Hellébores vertes et Euphorbes characias arborant leurs glandes noirâtres... C'est fin février que j'ai observé, en plaine, la première hirondelle... en Mars débutait, à Mosset, la restauration des nids anciens par les mâles, premiers migrateurs revenus d'Afrique (d'après le journal la Hulotte)... et début Avril je découvrais, carrer del Puig (rue du sommet ou du château) le

Embed Size (px)

Transcript of Où sont passés les jours de la vieille .pdf

  • Mais o sont passs les jours de la vieille ? Mise en images : Julien Carcasona-Llaury.

    Vous savez, ces quelques journes qui font la passerelle entre Mars et Avril, journes gnralement froides et tourmentes, ultimes et terribles soubresauts de l'hiver finissant ! Eh bien, on n'y a pas eu droit... qui s'en plaindrait... d'autant que les amoureux de la Nature sauvage et cultive n'ont pas fini de trembler car se profilent, dbut Mai, les clbres et craints Saints de Glace - Mamert,Pancrace etServais gnralement annonciateurs de meurtrires geles tardives.N'empche - est-ce une consquence du Rchauffement climatique annonc ?- le temps -pris au sens du temps qu'il fait- parat compltement chamboul. Exemple : dbut Mars, je note l'inversion des tempratures entre Nord et Sud ; 24C Paris pour 16C Perpignan mais galement, par deux fois sur l'ensemble du dpartement, averses d'une pluie sale (coup de sirocco?) et diluvienne encrassant paysages (mme les nvs du Dormid), chausses, vitres... et rendant les eaux de la Castellane, de ses correcs (ravins) et de la Tt (je n'ai pas observ les autres fleuves et rivires) la fois fortes et boueuses.En ce dbut Avril, les tempratures devenues estivales me font penser avec une pointe d'angoisse auproverbe catalan : Aquell que ha viscut dos bons meses d'Abril pot s'apuntar a morir. (Celui qui a connu deux beaux mois d'Avril dans sa vie peut se prparer mourir).Mais aujourd'hui, avec le rchauffement climatique qui avance grands pas, ce dicton est-il encore de saison ? J'en doute !

    Sur le plan de la Nature, voil ce que j'ai not depuis la Saint Valentin jusqu'au dbut Avril :Dans les bois, au-dessus de la Coume, l'ambiance est toujours hivernale : les chnes pubescents sont encore effeuills de mme que, plus haut, les htres sylvestres et les bouleaux... les clmatites dressent de sombres draperies sur des ronces en sommeil seuls des saules laissent apparatre des embryons de feuillage voire des chatons jaunes ou cendrs alors que quelques merisiers arborent leurs blanches panicules...Plantes herbaces en fleurs : au milieu du sentier, une puis deux Primevres...prs du correc de la Coume, isole, une Pulmonaire minuscule et, le long du talus, une range d'Hellbores vertes et de petits tapis de Violettes des bois Sur le plan animalier, j'ai remarqu quelques labours de sanglier, des fientes de sauvagine (peut-treune Martre) bien en vidence sur les pierres du sentier, des nids anciens de merles et de geais et ai t surpris par le brusque envol d'un Loriot mle (jaune et noir)...

    Par contre, en cette fin d'hiver, sur les plateaux calcaires dominant les villages de Calce et Baixas, c'est la couleur qui rgne dj avec les clochettes blanches de la Bruyre arborescente, les diffrentstons de rose du Romarin ainsi que de multiples touffes de Thym en fleurs, le violet et le jaune des Iris nains, la pointe bleute des Muscaris, la hampe colore des premires Orchides gantes et les teintes dlicates des petites Ophrys...

    Retour Mosset juste aprs les lections municipales :En suivant le bord de rivire depuis le gouffre de la Carole- tout en cume blanche- jusqu'aux moulins d'ol et de la Socit, je suis accueilli par de nombreux tapis de Lunaires (monnaie du pape) aux belles fleurs mauves veines de violet envahissant talus et rives de la Castellane puis, dans le sous bois, c'est un joli parterre d'Anmones des bois (ou Anmone sylvie) aux grandes fleurs blanches solitaires, de Scilles Lis Jacinthe aux feuilles luisantes et aux grappes bleues pyramidales au milieu de Violettes des bois...enfin, jaillissant de ronciers dnuds apparaissent Hellbores vertes et Euphorbes characias arborant leurs glandes noirtres...

    C'est fin fvrier que j'ai observ, en plaine, la premire hirondelle... en Mars dbutait, Mosset, la restauration des nids anciens par les mles, premiers migrateurs revenus d'Afrique (d'aprs le journal la Hulotte)... et dbut Avril je dcouvrais, carrer del Puig (rue du sommet ou du chteau) le

  • cadavre d'un hirondeau (jeune individu) tout en plumes... C'est cette priode que j'ai entendu, sur les hauteurs de Sabadell les cris en srie du Pic noir et le rire sonore du Pic vert... mais il y avait belle lurette (depuis fvrier, au moins!) que les merles noirs faisaient les beaux pour les merlettes- et les menaants -pour les congnres du mme sexe- et cela avec le mme chant... que le rouge queue noir, le geai, le chardonneret et les msanges...se montraient de moins en moins farouches (priode des amours oblige!) et que le faucon crcerelle faisait le saint esprit (quasi immobile, sur place en battant des ailes) afin de reprer sa petite proie (lzard ou criquet) du ct des tiures.

    Ren, Emilie, Jacques,Michle, Henri, Antoine et les autres (auxquels manquent, hlas, Janie des fleurs en panache et Serge le crateur des jardins d'en haut) ont repris bigos i aixada et la terre qui n'a gure dormi durant ce faux hiver va, tout de mme, repartir de plus belle, naturellement, en ignorant les pesticides mais gorge du fumier des Abellas et del Camp de la Sal.

    PS : Les Grands Mufliers (gueules de loups) que nous admirons, en t, le long du talus entre SantBartomeu et la Mort de Scipion sont visibles, en cette mi-avril, entre Catllar et le virage de Sournia...de mme que les Phalangres fleurs de Lis aux belles grappes blanches...

    Correc de la Coume Hellebore verte

    Pulmonaire Euphorbe characias

  • Iris nains Orchide de la garrigue

    Bruyre arborescente Ophrys jaune

    Lavande stoechas et Ciste blanc Iris jaunes

  • Croquis extraits du Guide illustr des Oiseaux de France et d'Europe Editions Grnd. Loriot jaune- Chardonneret- Rouge queue noir- Merlette- Pivert et Pic cendr- Faucon crcerelle-