Observatoire Cetelem 2016 : Vers l'âge d'or de la silver economie ?

download Observatoire Cetelem 2016 : Vers l'âge d'or de la silver economie ?

of 48

  • date post

    13-Apr-2017
  • Category

    Marketing

  • view

    3.727
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Observatoire Cetelem 2016 : Vers l'âge d'or de la silver economie ?

  • 2016

    CONSULTEZ LE SITE :www.observatoirecetelem.com

    Suivez lactualit de LObservatoire Cetelem sur son fil Twitter @obs_cetelem

    Contactez Flavien Neuvy,responsable de LObservatoire Cetelem

    flavien.neuvy@cetelem.fr Tl. : 33 (1) 46 39 10 68

    Ce document est imprim avec des encres vgtales sur un papier dont la pte est issue darbres provenant de forts gres de manire responsable. ag

    ence

    cosm

    ic.c

    om -

    100

    677

    90 n

    2016

    SENIORS : VIVE LA VIE (SOCIALE) !

    QUAND LHUMAIN CTOIE LE NUMRIQUE

    VERS LGE DOR DE LA SILVER CONOMIE ?

    VERS

    L

    GE

    DOR

    DE

    LA S

    ILVE

    R C

    ONOM

    IE ?

  • SOMMAIRE

    Seniors, vive la vie (sociale) !Page 16

    2

    Une consommation humaine visage numriquePage 44

    3

    Les pays de LObservatoire CetelemPage 66

    4

    Consommation en Europe : lembellie se poursuitPage 4

    1

    LDITO DE FLAVIEN NEUVY, RESPONSABLE DE LOBSERVATOIRE CETELEM

    Senior est un mot employ tous les temps. Selon le mtier et la gnration de celui qui lemploie, lge que lon accorde la personne dsigne par ce terme peut varier dans de grandes proportions. Ltymologie ne nous est pas dun grand secours pour en fixer prcisment le contour. Issu du latin, senior signifie plus vieux . Il a galement donn naissance au mot seigneur , ce qui augure de limportance que lon doit leur accorder ! Convenons enfin que le senior daujourdhui nest pas celui dhier. ge gal, il profite de moyens financiers suprieurs, dune esprance de vie qui lest tout autant, dune sant bien meilleure qui lui permet denvisager le temps, et la manire de loccuper, sous son jour le plus agrable.

    LObservatoire Cetelem de la Consommation 2016 a donc point ses outils dtude sur cette communaut appele jouer un rle toujours plus grand dans notre socit. Je vous laisse dcouvrir le primtre en termes de limites dge.

    Il ressort de cette dition de nombreux enseignements particulirement intressants, mme de faire tomber de nombreux clichs qui collent aux seniors. Il sen dgage aussi une image complte et synthtique qui rvle les seniors en passe de trouver la pierre philosophale de la consommation contemporaine. Une alchimie consumriste qui les voit tirer le meilleur parti du magasin, dInternet, des nouvelles conomies mergentes, telle lconomie collaborative. Ilapparat enfin que dans leurs vies mme les seniors arrivent pleinement faire la part des choses, conjuguer intrts et plaisirs personnels sans rien sacrifier ceux qui leur sont chers.

    Ce nest pas l le seul enseignement positif de cet Observatoire Cetelem de la Consommation 2016. Le baromtre confirme que le moral des Europens sinscrit la hausse, tant titre personnel que par rapport la situation du pays, avec un resserrement encourageant des opinions.

    Bonne lecture tous.

    Le senior nest plus un clich !

    PARTENAIRES & MTHODOLOGIE

    Les analyses sociologiques et conomiques, ainsi que les prvisions ont t ralises en collaboration avec la socit dtudes et de conseil BIPE (www.bipe.com), sur la base dune enqute ralise entre le 2 novembre et le 4 dcembre 2015. Enqute ralise par Internet, par TNS-Sofres panel TNS_LSR, mthode des quotas. 10 673 Europens interrogs avec des chantillons dau moins 800 individus par pays (1 004 personnes en France) dont au moins

    275 individus de plus de 50-75 ans par pays. Interrogation dchantillons reprsentatifs des populations nationales (18 ans et plus) de 13 pays :Allemagne (DE), Belgique (BE), Danemark (DK), Espagne (ES), France (FR), Hongrie (HU), Italie (IT), Pologne (PL), Portugal (PT), Rpublique tchque (CZ), Roumanie (RO), Royaume-Uni (UK), Slovaquie (SK).Calcul de la moyenne des Europens : afin de permettre une analyse des sous-jacents sociodmographiques de la consommation, cette moyenne est pondre par le poids dmographique de chaque pays. Les valeurs refltent le comportement du consommateur europen des 13 pays de ltude.

  • 4 520162016

    Aprs une anne 2014 de reprise timide et ingale, 2015 a t le thtre dune croissance en phase dharmonisation et de consolidation en Europe. Dans un contexte international toujours tendu, les Europens retrouvent un peu dair sur le plan conomique et tmoignent dun regain doptimisme tant global que personnel. Les indicateurs de lObservatoire Cetelem de la Consommation sinscrivent ainsi tous la hausse, avec des mouvements de relative euphorie dans des pays jusqualors moroses.

    1 CONSOMMATION EN EUROPE: LEMBELLIE SE POURSUIT

  • 6 720162016

    La croissance de retourLEurope renoue lentement mais srement avec la croissance conomique (Fig. 1).

    Avec une croissance de +1,6 % en Zone Euro en 2015 (vs +0,9 % en 2014), les Europens devraient voir les politiques daustrit sassouplir et leur pouvoir dachat gagner un peu dair. Les nouvelles sur le front de lemploi sont (enfin) aussi positives, laissant entrevoir un repli progressif du chmage dans plusieurs pays.

    La confiance aussiLes Europens accompagnent cette reprise en maintenant la hausse leur consommation (+1,8 % en 2015, source: Commission europenne). Signe que la confiance est au rendez-vous, la perception

    DES EUROPENS (PRESQUE) TOUS PLUS OPTIMISTES

    Fig. 1 Taux de croissance du PIB des pays de lObservatoire CetelemSource : Commission europenne, prvisions de novembre 2015.

    Des Allemands qui doutentCeci nest quune demi-surprise. Aprs avoir men lEurope pour sortir de la crise conomique et politique, lconomie allemande a cal en 2015. En cause ? Le ralentissement de la demande ex-trieure, notamment en Chine, et lembargo russe qui ont fortement pnalis les exportations. cela sajoute le scandale automobile qui touche un des fleurons de son industrie. Certes, la croissance est toujours nettement positive, mais les multiples r-visions la baisse des instituts nationaux ne sont pas passes inaperues auprs des consomma-teurs germaniques.

    La France reprend ses espritsDu ct des pays qui voient leur note progresser, lEspagne et lItalie enregistrent de trs nettes volutions. Avec presque un point de gagn, ces deux pays affichent dsormais une note sup-rieure 4/10, signe despoir conomique retrouv aprs quelques annes noires.

    La France participe galement ce mouvement de reconqute en gagnant un demi-point. Elle re-joint ainsi la moyenne europenne aprs six ans de morosit durant lesquels cette note ne stait pas loigne de 4/10. Les Franais semblent d-sormais moins critiques lgard de la situation de leur pays.

    La note moyenne de confiance

    continue de refaire son retard

    ES FR SK RODE PT UK PL CZBE HUIT DK

    2015 1,7 1,3 3,1 1,1 0,9 1,7 2,5 2,9 3,5 4,3 3,2 3,5 1,6

    2016 1,9 1,3 2,7 1,4 1,5 1,7 2,4 2,2 3,5 2,2 2,9 4,1 2

    2017 1,9 1,7 2,4 1,7 1,4 1,8 2,2 2,5 3,5 2,7 3,3 3,6 1,8

    quils ont de la situation gnrale de leur pays samliore pour la troisime anne conscutive aprs plusieurs annes de baisse post-crise. Tire notamment par un regain des pays mditerra-nens, la note moyenne des pays suivis par lOb-servatoire Cetelem atteint cette anne 4,7 et nest plus trs loin de retrouver son niveau davant-crise (4,8 en 2008).

    Sans doute frein par ses relations tendues avec lUnion europenne, le Royaume-Uni na pas vu sa note progresser, mais reste dans le peloton de tte, juste derrire lAllemagne et le Danemark.

    Le Portugal et la Hongrie ferment la marche mais enregistrent des progressions significatives et en-courageantes. Ce sont cependant les deux seuls pays de lObservatoire Cetelem donner une note dapprciation de la situation gnrale de leur pays infrieure 4/10.

    La fin de lEurope plusieurs vitesses ?

    Cet Observatoire Cetelem constitue une premire depuis les six dernires annes. Jamais les notes donnes par les Europens navaient t aussi resserres. La baisse de la note allemande, la stabilisation des notes britanniques et belges conjugues aux regains ibrique, italien et fran-ais traduisent une homognisation du regard des Europens par rapport la situation gn-rale de leur pays.

    Une situation trs contraste compare 2014 o lObservatoire Cetelem identifiait nettement une Europe trois vitesses avec une Allemagne locomotive , loin devant une Espagne et une Italie en queue de train .

    Seul pays europen qui voit sa note baisser signifi-cativement, lAllemagne perd 0,7 point. Si les Alle-mands continuent dtre les plus optimistes parmi les Europens concernant la situation de leur pays (5,7 soit un point de plus que la moyenne), cette note est la plus mauvaise enregistre depuis six ans.

    Le sourire commence revenir chez les Europens. La crise semble sloigner et cette bouffe doxygne ouvre de nouveaux horizons.

  • 8 920162016

    ES FR SK RODE PT UK PL CZBE HUIT DK

    2015 6,3 5,8 4,9 5,6 5 4,6 6,1 4,4 4,7 4,9 4,6 5,1 -

    2016 6,2 6,2 5,2 5,5 5,4 4,7 6,2 4,3 5 5,2 5 5,4 6,2

    Moyenne tous pays > 5,65,52015 2016

    Espagne et Italie en toute confiance Aprs avoir consenti des efforts importants, les mnages espagnols et italiens ont profit dun meilleur contexte conomique qui a permis une reprise de la consommation. En Espagne, la baisse des taux dintrt a permis aux classes moyennes de sendetter un cot plus rduit, favorisant les achats de biens dquipement. LItalie, quant elle, a enfin connu une anne positive en cra-tion demplois, rsultat dune politique volon-tariste, aprs une anne 2013 catastrophique et

    Bien que les volutions par pays soient moins prononces, Espagne et Italie recollent progressi-vement la moyenne europenne tandis que les Belges et les Britanniques reviennent en tte au niveau des Allemands (6,2/10).

    Comme chaque anne, les consommateurs euro-pens jugent plus favorablement leur situation per-sonnelle (Fig. 2) que celle de leur pays (Fig. 3), dun

    une anne 2014 atone. La croiss