LES ECHOS DE SAINT-MAURICE - DIGI- jeunes latinistes ont ainsi découvert sur ce terrain l’état...

download LES ECHOS DE SAINT-MAURICE - DIGI- jeunes latinistes ont ainsi découvert sur ce terrain l’état des

of 7

  • date post

    14-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    213
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of LES ECHOS DE SAINT-MAURICE - DIGI- jeunes latinistes ont ainsi découvert sur ce terrain l’état...

  • LES ECHOS DE SAINT-MAURICE

    Edition numrique

    Michel GALLIK

    Chronique du coll

    ER

    ge

    Dans Echos de Saint-Maurice, 2001, tome 96b, p. 50-55

    Abbaye de Saint-Maurice 2014

  • 50 LES ECHOS DE SAINT-MAURICE

    La vie scolaire

    Tenir le cap . Le Recteur Guy Luisierdonnait ce titre son rapport sur lan-ne scolaire 1999-2000. Le systmegymnasial valaisan, comme celui desautres cantons, est en profonde muta-tion. Les enjeux de lenseignement sontdevenus complexes. Le renouvellementest lordre du jour ; le collge doit semettre en phase avec les exigences dumonde actuel sans pour autant oublierla riche tradition humaniste du pass.Pour russir cette transformation, la di-

    rection du collge associe de plus en plusle corps professoral dans la ralisationdes rformes et la mise en place des nou-velles structures. Depuis ce printemps,le conseil rectoral, organisme de gestiondu collge, est form dune nouvellequipe : Mme Anne-Marie Martin, pro-fesseur de franais et de latin, MM. YvesFournier, enseignant en histoire, alle-mand et musique, David Hendersonprofesseur danglais et Georges Vionnet,professeur de biologie et de chimie, se-condent le chanoine Guy Luisier.Le 2 novembre a t un moment fortde ce dbut de lanne scolaire. M.Claude Roch, rcemment lu Conseillerdtat, tait reu au collge en sa qua-lit de Chef du Dpartement de ldu-cation, de la Culture et des Sports. PourM. Roch, ctait un retour sur les lieuxde ses tudes gymnasiales puisque cest Saint-Maurice quil obtint en 1964son diplme de maturit commerciale.Laccueil fut particulirement dfrent.Les intermdes musicaux apportrent cette rencontre une solennit non d-nue dmotion, surtout grce labrillante interprtation dun negro-spiritual par la jeune Maria-LindaDurandin. Dans ses allocutions devantles lves puis en prsence du corps pro-fessoral, le Chef du Dpartement a faitpart de son souci daccompagner la mo-dernisation des tudes gymnasiales.Cest en partie cette adaptation de len-seignement secondaire qui a fait le

    CHRONIQUE DU COLLGE

    Le Conseiller dEtat Claude Roch au milieu des jeunes.

  • 51LES ECHOS DE SAINT-MAURICE

    27 octobre lobjet dune confrence etdun dbat lors de lassemble annuellede lAssociation des Anciens lves duCollge. Professeur de philosophie Genve et ancien du Collge, Jean Ro-main a dvelopp sa rflexion sur laquestion de la transmission du savoir,fonde sur la comptence du matre.Mme Cilette Cretton, enseignante Martigny, fut sa contradictrice.Cette modernisation, cest aujourdhuicelle de la nouvellematurit. Dsor-mais ltudiantexerce une meilleurematrise de son cur-sus gymnasial. Eneffet, en fin dedeuxime anne, il ala possibilit dechoisir des cours options soit parmiles cours tradition-nels (grec, latin, co-nomie, sciences ex-primentales), soitdans dautres disci-plines (arts visuels,musique, espagnol). En quatrime an-ne, le futur maturiste peut opter pourune option complmentaire (arts vi-suels, biologie, chimie, conomie, go-graphie, histoire, mathmatiques appli-ques, philosophie, physique, psycho-pdagogie, sport). Il reste galement auxmaturistes choisir un travail de matu-rit parmi des dizaines de thmes pro-poss par les professeurs de toutes lesdisciplines : ce choix se fait actuelle-ment.Cette anne, la maturit sera la derniresous son ancienne forme. On ne peut

    que souhaiter aux tudiants de 5e an-ne de russir leur examen final. Lesrsultats de juin dernier furent excel-lents : 155 jeunes ont obtenu leur di-plme (54 en littraire, 12 dans la sec-tion latin-sciences, 33 en sciences, 24en conomie et 32 en section moderne).Les effectifs restent importants. Malgrune lgre baisse par rapport lannedernire, 1026 tudiants, dont 547filles, frquentent le collge de lAbbaye.

    Dans ce chiffre, il faut compter les 36lves du cycle priv. Le corps profes-soral volue aussi. Six professeurs ontquitt leur poste en juin dernier : parmieux M. Laurent Fuchs, de Saint-Mau-rice et Venthne, professeur de math-matiques depuis 1967, a fait valoir sesdroits la retraite et M. Jean-JacquesMartin, professeur de franais depuis1993, qui ces dernires annes avaitconsacr toute son nergie soccuperavec succs des relations publiques denotre tablissement. Sept nouveaux en-seignants viennent dtre engags pour

    Bonne humeur dans la salle des professeurs...

  • 52 LES ECHOS DE SAINT-MAURICE

    faire face, entre autres, aux exigencesnouvelles dun enseignement lacarte : Mmes Barbara Andres et KarinHauser, pour le sport, Mmes AnneBussard-Meunier en dessin, VroniqueRichard en psychologie et pdagogie,Marie-Thrse Vannay comme profes-seur despagnol, MM. DominiqueFormaz en dessin et Hormoz Kechavarzcomme enseignant au cycle.

    La vie culturelle

    Voyage culturel

    Conduits par M. Thierry Bueche, pro-fesseur de grec, et le Recteur GuyLuisier, matre de latin, quelques lvesdes classes littraires (de 4e et de 5e) ontparticip entre le 8 et le 12 avril unmagnifique voyage en Italie. Les sitesvisits sont parmi les plus beaux et lesplus intressants de ce pays. Tous sontrevenus enthousiastes de ce priple.La vieille cit trusque dOrvieto, for-tement plante sur son roc, entoure enpartie par ses remparts et borde dun-pic, brille aussi par sa grandiose ca-thdrale du XIIIe sicle orne de fres-ques de Signorelli et de Fra Angelico etde magnifiques mosaques en faade. Lepuits de Saint-Patrice, creus au XVIe

    sicle pour pourvoir la ville en eau, futun sujet dtonnement. En effet, deuxescaliers en spirale descendent 62mtres de profondeur sans que celui quimonte et un autre qui descend ne serencontrent. Lharmonie des Templesgrecs de Paestum en Lucanie a forc lad-miration. Dambuler travers les ruesde Pompi, cette cit campanienne quela mort a saisi le 24 aot 79 en lenseve-lissant sous une paisse couche de cen-

    dres et de lave alors que ses habitantsvaquaient leurs occupations quoti-diennes ne peut que rappeler la prca-rit des socits humaines (pensons latragdie rcente du 11 septembre). Celieu est devenu pour les historiens et ar-

    chologues une source exceptionnelle deconnaissances. Nos jeunes latinistes ontainsi dcouvert sur ce terrain ltat dessavoirs antiques.La ncropole trusque de Cerverteri, leCampo Santo de Pise furent dautrestapes captivantes de ce voyage.

    Les expositions

    Plusieurs muses de Suisse romande ontorganis ce printemps de remarquables

    Grgoire, un personnage trs familier du collge. Notreconcierge auxiliaire ne manque pas une occasion pour

    changer quelques mots avec ces demoiselles...

  • 53LES ECHOS DE SAINT-MAURICE

    expositions. Plusieurs groupes ont saisiloccasion denrichir leur culture.Les classes de latin (1e, 2e, 3e, 4e), en sedplaant au muse Rath de Genve,ont pu saisir quelle tait limportancedu port antique dOstie pour la capi-tale de lEmpire romain. La prsenta-tion mthodique de centaines de picespermettait une approche pdagogique.En 1997, la Fondation Gianadda deMartigny avait prsent une splendideexposition consacre aux icnes russesde la galerie Tretiakov de Moscou. Ceprintemps, 50 icnes consacres auxsaints russes retraaient lhistoire reli-gieuse et politique de la Sainte Russie.

    Les uvres exposes allant du XIVe auXXe sicle donnaient une illustrationstupfiante de la force spirituelle dupeuple russe. Deux classes de deuximeanne ont ainsi dcouvert comment ledivin peut sinscrire dans les uvresdart.Au dbut du IIIe trimestre, les deux clas-ses de 4e littraire ont approfondi leurconnaissance de lcrivain suisse-alle-

    mand Friedrich Drenmatt en visitantle centre qui lui est consacr Neuch-tel.

    Reprsentations thtrales

    Le dernier livre du Nouveau Testamentne cesse dexercer sur ses lecteurs unetrange fascination. Le quatrime van-gliste, auquel ce texte est attribu, a suatteindre les sommets de lart littrairede son poque (fin Ier sicle ap. J.-C.)par ses visions extraordinaires qui, de-puis deux millnaires, ont stimul legnie de tant dartistes et par la profon-deur de sa rflexion thologique.

    Prpars par leurs profes-seurs de religion, de philo-sophie pour les quatrimeset cinquimes annes, leslves de presque toutes lesclasses ont t initis lacomprhension du plusmystique des auteurs no-testamentaires. Au dbut oc-tobre, la compagnie du Sa-blier, troupe franaise venantde Saint-Cloud (Hauts-de-Seine) en fit une lecture trsforte.Romo et Juliette ! Qui napas eu le cur troubl par le

    destin malheureux des jeunes amants deVrone ? Shakespeare a lev au rang demythes ces jeunes peine sortis de lado-lescence : lexpression la plus forte dessentiments amoureux saffirme en effetdans cette exceptionnelle tragdie.couter le texte dans la riche langue dudramaturge anglais ajoute un intrtculturel supplmentaire. Une compa-gnie dacteurs britanniques, le Theatre

    Une fois par anne, une vente de livres doccasion trs bas prix estorganise par les bibliothques de lAbbaye et du Collge.

  • 54 LES ECHOS DE SAINT-MAURICE

    from Oxford, sest produite le 22 octo-bre devant un public averti des 3e, 4e et5e du collge.

    Le retour du cin-club

    Tel le phnix renaissant de ses cendres,le cin-club du collge se lance dans unenouvelle aventure. Depuis larrt decette activit culturelle au printemps1999, M. le recteur Guy Luisier souhai-tait sa rapparition. Larrive au sein ducorps professoral de M. HormozKechavarz, fru du septime art, adonn limpulsion pour raliser ce pro-jet. Au dbut de cette nouvelle annescolaire, un comit ad hoc a propos unprogramme allchant de films plus oumoins rcents afin de susciter la curio-sit et lintrt des lves, aujourdhuiplus attirs par un cinma spectaculaireque par des uvres intimistes ou mar-ques par lesthtisme.Beaucoup danciens ont en mmoire lesriches heures du cin-club du collge. linitiative du recteur Dayer, une

    quipe de professeurs sous la directionde M. Hermann Pelligrini avait lanc en1963 un cindoc afin de promouvoirla culture cinmatographique (Palma-rs 1962-1963