Le Street Art Aujourd'hui

Click here to load reader

  • date post

    24-Mar-2016
  • Category

    Documents

  • view

    229
  • download

    1

Embed Size (px)

description

Le Street Art Aujourd'hui

Transcript of Le Street Art Aujourd'hui

  • Le street artaujourdhui

    GaLerie MaGda daNYsZ

  • de Lart a Letat urBaiNMagda daNYsZ

    Comme tout mouvement en dveloppement le simple fait de le nommer, de le rduire un seul mot, fait dbat. Graffiti, stencil art, street art, Comment dfinir le mouvement artistique le plus important de ce dbut de sicle ? Par respect pour les instigateurs du mouvement, nombre emploient le terme de graffiti, qui lui-mme a supplant lancien terme de spraycan art. Devenu rducteur face aux diffrentes techniques employes depuis par les artistes qui ont au fur et mesure toffs leurs pratiques, il ne correspond plus la richesse du mouvement. Etant issu de la rue, la logique voudrait que lon se cantonne lappeler urban art ou street art. Mais cette forme dart doit-elle par dfinition tre produite dans la rue. Lartiste serait-il prisonnier de sa pratique et de son environnement ? Si lon veut utiliser aujourdhui le terme de Street Art, cela implique aujourdhui de reconnatre les limites du terme. Par respect pour tous les artistes talentueux du mouvement, le spectre quimplique le Street Art doit tre entendu au sens le plus large possible. Il sagit de raffirmer linfluence indniable de la rue, de ses vibrations qui ont pntr, inspir, challeng ces artistes depuis prs de quarante ans tout en acceptant cette composante comme une partie ncessaire mais non systmatique de chaque uvre.

    Le mouvement artistique le plus important de ce dbut de sicle ? Convaincue depuis prs de vingt ans de cette affirmation je constate avec dlice quil est aujourdhui temps de se pencher sur ce qui fait la force du mouvement dart urbain, dun point de vue artistique plus que juste social. En quoi consiste sa force ? Le street art est une pratique n dun environnement nouveau (la ville dveloppe son paroxysme), avec des techniques propres (bombes, collages, pochoirs, etc.) aux effets particuliers, avec des messages forts (quils soient individuels dans la simple signature ou plus militants) et par-dessus tout une culture commune indniable et plus forte que nimporte quelle frontire.

    L Internationale du Graffiti existe. Les artistes du Street Art se rencontrent, saffrontent et se respectent, de prs ou de loin. Jamais un mouvement na autant gnr de passerelles internationales et de documentation photographique que tous schangent. Art de la lettre et du mot ses dbuts, il est devenu lart portrait dune gnration, o se mlent larosol, le pochoir, le collage, et bien dautres techniques. A chaque artiste de se dpasser et trouver sa voie originale. A force dmulation entre les artistes, les annes aidant, chacun des talents prsents dans lexposition est lincarnation dune dmarche personnelle nourrie lhistoire et la culture commune du street art.

  • BreVe histoire du MouVeMeNt artistiQue les prmisses : 1960 - 1942

    La lgende place les dbuts du graffiti moderne vers 1942, pendant la Seconde Guerre Mondiale, lorsque un ouvrier dans une fabrique de bombes Detroit. Lauto proclam Kilroy pris lhabitude dcrire Kilroy was here sur chaque colis prt partir au front. A la rception en Europe les soldats commencent leur tour crire Kilroy was here sur les murs subsistants aprs les bombardements.

    A cette premire ruption virale dune signature presque anonyme sajoute ensuite dans les annes 60 celle de CORNBREAD Philadelphie. Ce dernier prend dassaut la ville avec ses amis KOOL EARL et TOP CAT. A lorigine inspir par un sentiment amoureux qui le pousse signer tous les murs de la ville, CORNBREAD dveloppe une signature qui se distingue des autres. Il sagit dun tag signature peinte au mur - au B stylis. Les trois contribuent ainsi faire du graffiti ce quil est en initiant un mouvement qui devient rapidement hors de contrle et inspire des gnrations entires.

    Les annes 70 A lorigine issu de Philadelphie le mouvement met quelques annes sortir de lombre. Nul ne connat la raison exacte du transfert de Philadelphie New York, mais la fin des annes 60, le graffiti arrive New York. Ainsi, il semble que tout a commenc dans le quartier de Washington Heights Manhattan.

    En 1971, le tag se repend partout lintrieur des rames de mtro. JULIO 204 est le premier ajouter le numro de sa rue son pseudonyme. Ensuite, le premier taggeur tre reconnus en dehors de son propre quartier est TAKI 183. Il laisse des traces de son passage dans de trs nombreux endroits de la ville mettant le feu aux poudres et initiant une mulation auprs de nombreux taggeur. A ce moment-l une nouvelle forme de culture est en train dmerger. 1972, marque la naissance dun nouveau langage esthtique. Alors quune vritable guerre fait rage entre les taggeurs qui cherchent la gloire travers leur pseudonyme, certains apportent soudainement des ajouts stylistiques pour se dmarquer.

    Pour dfinir le graffiti, un de ses initiateurs, PHASE 2, souligne juste titre qu ses dbuts le mouvement ne sappelait mme pas graffiti . Les premiers le pratiquer parlent plutt dcriture, se qualifiant les uns et les autres de writers . La terminologie de lpoque nen est cependant pas appauvrie. Un rel langage technique se dveloppe trs tt dans le mouvement pour qualifier les actions entreprises et les efforts stylistiques adopts. Le bombing , racking , biting , piecing , hitting , dcrivent ainsi les pratiques tandis que des termes softie , hump , mechanical , bar , soft bar , etc. qualifient les diffrents styles de lettrage.

  • Cette criture, le writing , commence techniquement par une signature qui devient littralement avec le temps un chef duvre, ou du moins vise le devenir. La mtamorphose est lente et douloureuse. Elle demande un effort sans relche, un constant entrainement. La signature est dabord faite de lettres, puis stoffe, senrichit, jusqu parfois faire disparaitre les glyphes eux-mmes au profit de portraits, soit de formes plus abstraites ou encore dautres formes de signatures visuelles.

    Ds 1972 les taggeurs donnent naissance aux premires bases du style, dun code qui deviendra trs formel, et qui dfini aujourdhui encore le Graffiti. Ce qui a commenc comme un phnomne isol se dveloppe de faon exponentielle. En 1973 le journaliste du New York Times Richard Goldstein constate dans le premier article consacr ce phnomne que les choses sont hors de contrle: This Thing Has Gotten Completely Out of Control titre-t-il. Alors que les autorits commencent mettre en place des lois anti-graffiti, le journaliste constate aussi les qualits artistiques de certains des taggeurs malgr leur jeune ge (ils ont alors entre 14 et 15 ans pour les plus anciens dentre eux !) et limportance culturelle du mouvement.

    Lenchre stylistique fait rageAu fur et mesure que les signatures des taggeurs gagnent en style, en originalit et en couleurs, 1974 marque lanne des top to bottom , ces fresques ralises de haut en bas sur toute la surface des wagons de mtros. La signature stend ainsi et devient une uvre en tant que telle, a piece comme laime lappeler les graffeurs eux-mmes.

    Certains graffeurs se distinguent par limportance de leur production. Ainsi, BLADE est couronn Roi (King) des lignes 2 et 4 de mtro, tmoignant de sa prdominance sur les autres activistes du mouvement de fait du nombre de graffiti quil excute et de son style. En 1975, PAHSE 2 est proclam Roi du Style ( King of style ) et bien quil parle dj de se retirer du graffiti, il continue constamment inventer des nouveauts stylistiques allant dornements venant complexifier ses graffiti de nouveaux types de lettrages qui resteront cls dans lhistoire du mouvement et que chaque graffeurs emploie encore aujourdhui. Chacun des acteurs de ce mouvement sait ainsi qui a t le premier ajouter une flche sa signature et qui appartient la premire toile incorpore au lettrage. Autant de petites inventions qui ont fait avancer la vitesse de lclair le dveloppement stylistique du mouvement.

    La fin des annes 70 est marque par la constante enchre entre les graffeurs. Des centaines de trains sont repeint tous les jours alimentant une relle guerre des styles. Couleurs, formes, couches et effets 3D sont parmi les critres distinctifs que recherchent les graffeurs. A chacun de faire une pice, plus grande et plus impressionnante que son prdcesseur.

  • Les annes 80De cette explosion, que nul ne peut viter prsent, nat un intrt certain des instances culturelles, des critiques aux galeries dart. Ainsi le dbut des annes 80 est marqu par un nombre impressionnant dexpositions o les jeunes graffeurs sont dsormais considrs comme des artistes part entire. Ainsi, des lieux incontournables participent lancer la lgende autour dartistes comme SEEN, FUTURA, QUIK, BLADE, LEE, LADY PINK qui seront les premiers exposer chez Fashion Moda, la Fun Gallery ou lEsses Studio. Trs rapidement lengouement de la scne New Yorkaise dpasse les frontires des quartiers branchs et ces mmes artistes sont exposs en muse. En 1981, le prestigieux magazine Art Forum crit propos du phnomne Fahsion Moda. Cette mme anne les artistes participent lexposition de PS1 New York/New Wave aux cts dautres artistes dont Jean-Michel Basquiat mais aussi Joseph Kosuth, William Burroughs, Nan Goldin, Andy Warhol ou encore Lawrence Weiner par exemple. En 1982, Fashion Moda est invit la Dokumenta 7 de Kassel en Allemagne. Avec la mme dconcertante vidence les premiers graffeurs sont invits exposer dans de nombreux autres muses en Europe en parallle de leurs expositions dans les meilleures galeries New-Yorkaises. Entre 1980 et 1989, BLADE, DAZE, CRASH et FUTURA font ainsi de prs de 170 expositions travers le monde.

    En parallle ds le dbut des annes 80 le mouvement stend travers le monde tel une traine de poudre. Parmi les vnements de pollenisation culturelle la tourne mondiale des Clash en 1981 laquelle participe le lgendaire graffeurs FUTURA est un moment cl. FUTURA accompagne le lgendaire groupe sur scne en peignant la toile de fond et offr