Le sociologue comme chasseur de mythes - va. · PDF filesociologie politique introduction : le...

Click here to load reader

  • date post

    15-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    214
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Le sociologue comme chasseur de mythes - va. · PDF filesociologie politique introduction : le...

  • SOCIOLOGIE POLITIQUEIntroduction :

    Le sociologue comme chasseur de mythes

    I) LA SOCIOLOGIE COMME POINT DE VUE OUVERT SUR LES PHNOMNES POLITIQUESA) LA SOCIOLOGIE : UN SAVOIR DONT LA DFINITION NE VA PAS DE SOI

    La sociologie est une activit qui fait rfrence des auteurs et qui discute de ce que font cesauteurs. La sociologie ne parait pas tre une activit scientifique en raison de cette rfrence : danscertaines matires scientifiques, on fait appel des expriences. En fait, contrairement la sociologie,la science sintresse des faits, des rsultats. La sociologie est un savoir moins rigoureux, pluslittraire.

    En matire sociologique, il ny a pas dappellation contrle : il nexiste pas dautorit instituecapable de dfinir la sociologie. Du fait de cette absence de contrle, la sociologie apparat comme unediscipline peu homogne. Cette absence a un impact sur la sociologie mme. La sociologie ava tre unenjeu de luttes entre des individus ou des coles.Ex : lapproche holiste (courant postulant que, pour penser le monde social, il ne faut pas partir de

    lindividu) soppose lcole de lindividualisme (pour comprendre les problmes sociaux, il fautpartir de lindividu).Il est difficile de dfinir la sociologie en terme de rsultat. La sociologie saccompagne du

    problme de la continuit dans le temps. Par exemple, la notion de sociologie existe chez Comte, maisaussi chez Bourdieu. Pourtant, la sociologie renvoie-t-elle la mme chose ?

    B) LA SOCIOLOGIE COMME PRATIQUE INTELLECTUELLELa sociologie renvoie un esprit interrogateur et est lie des protocoles dinvestigation. De

    plus, il faut tre capable dinterprter les protocoles.Il ny a pas de travail sociologique sans interrogation. La sociologie correspond alors quelque

    chose de particulier : cest un savoir qui va lencontre de toute parole dautorit. Cependant, lasociologie nest pas un jeu en soi. Des protocoles dinvestigation compltent ces interrogations.

    Il existe plusieurs manires dinvestigation comme la rcolte des rponses individuelles pourrassembler des donnes objectives. Cela permet alors la mise en place de statistiques.

    La sociologie correspond une posture dtonnement face au fonctionnement de lautorit etface au fonctionnement institutionnel.

    Les donnes doivent ensuite tre interprtes. Se pose alors le problme de la mise en forme delexplication. En effet, linterprtation est un travail de mise en forme, dcriture et danalyse. Il sagitdapporter des rponses aux questions poses.

    C) LES ACQUIS DE LA TRADITION SOCIOLOGIQUEMalgr les diffrends entre les coles, il existe un certain nombre dacquis sociologiques. En

    effet, il existe des points communs entre les diffrentes coles comme : la position du sociologue, lesacteurs sociaux quil tudie, lanalyse du rsultat final des actions que le sociologue tudie.

    Marx, Weber et Durkheim sont des sociologues sensiblement diffrents dans leurs positions.Pourtant, il existe une ide commune entre ces penseurs : dans le travail sociologique, il y a un avantet un aprs. Le rapport quentretien le sociologue par rapport un objet est diffrent au dbut et la finde la recherche.Ex 1 :Marx sintresse au capitalisme.

    Pour Marx, au dpart, le capitalisme est une activit dentrepreneur contribuant llvation duniveau de la richesse. A la fin de sa recherche, Marx propose la vision suivante : le capitalisme estun processus la faveur duquel des groupes sociaux entrent en interaction ; la suite de ceprocessus, il y a des gagnants et des perdants.

    Ex 2 : Le suicide est un problme social majeur. Au dbut, Durkheim voit le suicide comme un gesteindividuel visant mettre fin ses jours. Finalement, derrire le suicide, il existe des rgularitssociales.

    Ex 3 :Weber a beaucoup travaill sur lEtat.

  • Au dbut, cest une forme dorganisation collective dont une part de laction prtend satisfaire lintrtgnral. A lissue de ses recherches, Weber constate que la satisfaction de lintrt gnral est loindtre ce qui est au premier plan : lEtat est le sous-produit des rapports de force et qui prend laforme dune entreprise de domination.Le sociologue reoit toute une srie de reprsentations au dbut de la recherche. Il va alors

    prendre du recul par rapport ses conceptions, cette position ntant jamais simple.Les acteurs sociaux ne sont pas ncessairement ce quils disent et ne disent pas ncessairement

    ce quils sont. Cependant, ils ne doivent pas tre mis lcart. Par exemple, les sondages la sortiedes urnes ne correspondent pas ncessairement la ralit. Le rsultat final de laction rpondrarement lintention primitive de lacteur.

    Les acteurs sociaux ne veulent pas tous ncessairement la mme chose. Pour parvenir leursfins, ils entrent en relation les uns avec les autres. Pour cela, des mcanismes de transaction se mettenten place. Le rsultat de cette coopration est souvent diffrent de ce que pouvait souhaiter tel ou telacteur. Dans un certain nombre de cas, ce rsultat simpose aux diffrents acteurs, ce qui peutreprsenter une contrainte.

    Beaucoup de phnomnes sociaux sont le rsultat non intentionnel des faits et gestes dunemultitude dacteurs.

    II) LA CONSTITUTION DUN SAVOIR SOCIOLOGIQUEA) DES FONDATEURS REVENDIQUS

    Durkheim (1858-1917) est considr comme le pre fondateur de lcole sociologique franaise,cest le premier enseignant de sociologie luniversit de Bordeaux, puis enseigne partir de 1902 la Sorbonne. Il fonde en 1896 la revue Lanne sociologique. Il est lauteur de : La division sociale dutravail (1893) ; Les rgles de la mthode sociologique (1895), Le suicide (1897), Les formeslmentaires de la vie religieuse (1912),

    Marx (1818 1883) fait des recherches sur la domination et sur els rapports entres les groupessociaux. Auteur de : Les luttes des classes en France ; Le 18 brumaire de Louis Bonaparte (1852), etc

    Tocqueville (1805-1859) est un homme politique et un magistrat. Auteur de : De la dmocratieen Amrique (1835-1840) ; LAncien Rgime et la Rvolution (1856) ; etc

    Weber (1864-1920) est lauteur de : Lthique protestante et lesprit du capitalisme (1904) ; Lesavant et le politique (1918) ; Economie et socit (1922) ; etc

    Se pose le problme de lhistoire de la sociologie. Pour Raymond Aron, lhistoire de lasociologie passe par la recherche des pres fondateurs et par des travaux sociologiques. Cependant,pour lui, il y a peut-tre dautres champs, dautres sources pouvant clairer les origines de lasociologie.

    Par exemple, Siegfried crit le premier ouvrage de sociologie lectorale en 1913 (Le tableaupolitique de la France de louest). Cela pose problme car il existe des lections depuis 1848. Lessociologues ne sont pas les seuls crire sur les lections : les prfets ont eu analyser les lectionsdans des rapports. Ces patriciens ont permis Siegfried de faire ses recherches.

    Selon Weber, le savoir sociologique est issu du savoir pratique. En effet, pour comprendrelhistoire dune discipline, il existe des ouvrages publis par des patriciens.

    Le savoir sociologique est un savoir rducteur.

    B) LES CONDITIONS FAVORABLES LMERGENCE DE LA SOCIOLOGIELobjet de la sociologie est la socit.Si on veut comprendre le dveloppement de la sociologie, il faut sintresser la faon dont les

    hommes et les femmes ont t amens se voir comme formant ensemble une socit. Cescirconstances renvoient des modifications sociales qui ont au dpart lieu dans des socitsindustrielles du 18e sicle nos jours.

    En France, ces vnements sont lis la rvolution de 1789 : les monarchies ont peu peu laissla place des rpubliques diriges par des partis bourgeois et ouvriers. Cela a un impact sur la socit.Le mouvement est le mme en Angleterre avec la mise en place de la chambre des Lords.

    En Allemagne, les anciennes couches dominantes voient leur pouvoir sap par les dfaitesmilitaires. Les ouvriers prennent peu peu le pouvoir par les urnes.

  • Elias voit cette transformation comme un processus de dmocratisation institutionnelle : Onne peut comprendre la naissance de la sociologie sans avoir prsente lesprit cette transformationdes socits oligarchiques, domines par des privilgis de naissance, en socits domines par desreprsentants rvocables des partis de masse (Elias in Quest-ce que la sociologie ?).

    La gense des sciences de la socit comme la sociologie est troitement lie au dveloppementdes socits tatiques modernes.

    Ce processus de transformation sappuie sur de nouvelles formes de relations humaines. Celaamne Elias faire trois observations :

    On assiste une rduction des diffrences de pouvoir entre gouvernants et gouverns.Pour tre lus, les dirigeants vont devoir apporter la preuve de leur aptitude gouverner. Ils vontaussi devoir apprendre se mettre en scne en proposant des idaux. Cela traduit un dplacementde lquilibre des forces.Il y a une plus grande dpendance rciproque entre gouvernants et gouverns. Cela amne les gens concevoir de nouvelles formes de vie en socit.Les individus pensent davantage les socits comme des ensembles fonctionnels dindividusinterdpendants.

    Les diffrences de pouvoir sattnuent entre les diffrentes couches sociales.Lindustrialisation permet dillustrer ce processus. Pour Elias, ce processus se voit lintrieurmme des groupes sociaux. Elias parle alors dune dmocratisation fonctionnelle : Elle renvoie une modification de la rpartition des forces sociales qui peut temporairement sexprimer dansdes institutions de types diffrents aussi bien dans des systmes parti unique que dans dessystmes dmocratiques.

    Les relations sociales se modifient dans le sens dun renforcement des dpendances et descontrles rciproques et multipolaires.

    Tout le mode dpend un peu plus des autres pour vivre. Il y a une complexification des changes.Elias parle de chanes dinterdpendance, qui se sont tendues et spcifies. Ces chaneschappent notre contrle.

    C) LES DFIS DE LA SOCIOLOGIELes transformations amnent les i