Le communisme chinois et les juifs chinois

Click here to load reader

  • date post

    24-Jul-2016
  • Category

    Documents

  • view

    239
  • download

    4

Embed Size (px)

description

Itsvan Bakony.

Transcript of Le communisme chinois et les juifs chinois

  • T h e S avo i s i e n

    Imprialisme, Communisme & JudasmeLes trois forces qui domine le monde

    31i24

    T h e S avo i s i e n

    I

    Itsvan Bakony

    The Library of Political Secrets - 4

    Le communisme chinoiset les juifs chinois

    2

  • 2Le communisme chinois

    et les juifs chinois

    Arbre gnalogique de la famille Tchao

    M. Tchao dernier descendant du rabbin

  • 3

    2Le communisme chinois

    et les juifs chinois

    Au terme de la visite quil accomplit en Chine au milieu du XIXe sicle, le dirigeant juif Isral Joseph Benjamin II, sage dIsral, porte lattention des dirigeants isralites occidentaux, dans son rapport sur le judasme clandestin chinois, qu une certaine poque, les Juifs chinois se sont mlangs avec la population autochtone de race mongolode en contractant mariages mixtes : ils gardent leur foi avec la tnacit carac-tristique de la race juive, et prsent, ils vont jusqu ne plus se marier quavec des femmes de leur religion [...] pendant la guerre entre Tartares et Chinois, une partie dentre eux a migr dans la province de Tch-Kiang, proche de celle o se trouve notre ville, et sest installe Kang Tchou, que jai lintention de visiter. Les autres ont fait souche Arnoy, dans la province de Fo-Kien. on trouve aussi des immigrs juifs Pkin et dans toute la Chine. Aprs quoi, se rfrant larticle dun magazine juif al-lemand, le laborieux Chacham crit ceci au sujet dun groupe de Juifs chinois : Un seul dentre eux prsentait un vrai type juif, mais sauf en ce qui concerne la religion et la circoncision, leur langue, leur vture, leurs us et coutumes les ont entirement transforms en Chinois, et ils ont aussi des noms chinois [...] On dit que les Juifs sont venus en Chine par le nord-

  • 4est de lInde, aux alentours du troisime sicle Aprs Jsus-Christ ; ils ont dabord sjourn en secret Ning-hia, Hantcheou et Pkin, puis ils se sont tablis Kai-Fung-fu (1). Il est ainsi entr en Chine une vritable cin-quime colonne de Juifs clandestins qui, au fil des sicles, par suite de leur complte adaptation aux caractristiques raciales et sociales du peuple chinois, sont aujourdhui dangereusement confondus et dilus dans la population du pays. On notera que bien que les Isralites de lex-Empire cleste soient considrs comme tant les plus mlangs la population autochtone, ils observent scrupuleusement depuis le dix-neuvime sicle la coutume consistant ne se marier quentre eux, et le dirigeant juif en question signale quils ont conserv leur foi avec la tnacit caractris-tique de la race juive .

    Dans son trs intressant ouvrage intitul Recherches sur lexistence des Juifs en Chine, depuis les temps les plus reculs jusqu nos jours , Alexandre Wylie, historien des Juifs chinois, note que la prsence des Juifs tait ca-che la majorit locale, mais que nanmoins, certaines remarques in-cidentes figurant dans le rcit des voyages de Marco Polo montrent que les Juifs taient assez influents pour exercer un poids politique en Chine et en Tartane (2). Il est naturel quun judasme clandestin aussi secret que celui qui fonctionne en Chine depuis mille huit cents ans ait t difficile identifier par Marco Polo, mais les Juifs clandestins sont trs au courant de la question et mieux placs que quiconque pour tablir lexistence de cette communaut en consultant les crits de Marco Polo.

    1 Isral Joseph Benjamin II, Chacham dIsral. Eight Years in Asia and Africa from 1846 to 1855 (huit ans en Asie et en Afrique de 1846 1855). dit Hanovre en 1863, pages 206 209.2 Alexandre Wylie, Recherches sur lexistence des Juifs en Chine, depuis les temps les plus reculs jusqu nos jours . Traduction franaise dite Paris en 1864.

  • 5Juifs clandestins chinois :

    Mandarins, magistrats et militaires

    Dans son Histoire des Juifs, le Rvrend Henry Hart Milman (un protestant) crit propos des Juifs chinois : Ils taient cultivs, et comme en tmoignent certaines inscriptions, certains dentre eux ont t haute-ment honors par la volont impriale et ont accd au mandarinat. Lune de ces inscriptions date de 1515 flicite les Juifs pour leur intgrit et leur fidlit dans les domaines de lagriculture, du commerce, de la magis-trature et de larme, ainsi que pour leurs propres crmonies religieuses . Aprs avoir crit que les Juifs chinois rvraient le nom de Confucius et observaient la coutume chinoise consistant honorer religieusement les anctres, ce pasteur signale que : dautres gards, ils sont strictement juifs [...] Ils ne se marient quentre eux [...] Ils nessayent pas non plus de faire du proslytisme (1).

    Dans son Histoire des Juifs en Chine ( History of the Jews in China ), publie Londres en 1913, lhistorien juif S. M. Perlinann parle aussi de la prsence des Juifs chinois dans larme comme au sein du mandarinat ; lun deux, nomm Tchao-Ying Tcheng, commandait une section de lar-me et a reconstruit la ville de Kai-fung-fu. Les historiens juifs saccordent prter un grand talent militaire aux Juifs chinois, tartares et mongols, ce qui peut expliquer leur infiltration dans larme communiste chinoise, o ils murmurent contre le Prsident Mao Ts-Toung et plaident en faveur dune rconciliation avec lUnion Sovitique, soi-disant pour travailler lunification du communisme mondial, mais en ralit pour faire de la

    1 H. H. Milman, The History of the Jews , 3me tome, dit Londres en 1868, pages 166 et 167.

  • 6Chine Populaire un satellite domin par les Juifs qui dirigent lUnion Sovitique. Les Juifs clandestins infiltrs au sein du Parti communiste chinois et des institutions dirigeantes et sociales du pays uvrent dans la mme direction.

    Juif chinois

    Photographie publie en 1950 dans louvrage juif officiel Jewish Encyclope-die Handbook , de lauteur isralite Pa-blo Link, publi par Isral Editorial Buenos Aires en 1950 (anne juive : 5710), page 205.Entre : Juif. Cette photographie ap-parat en mme temps que celle de Juifs dautres pays sous le titre Certains types juifs .

    Dans un autre passage du livre en question, lauteur crit que cer-tains enfants juifs chinois lui ont demand pourquoi les Europens sintressaient tant eux, ce quoi il leur a rpondu : Parce que nous sommes tous de la nation et de la foi juives, nous sommes tous des descen-dants dAbraham ; par ailleurs, il reconnat pourtant ceci : Les Juifs que jai interrogs taient dapparence entirement chinoise , sauf un jeune homme de dix-sept ans qui prsentait vraiment des traits tout fait juifs. [...] Leur apparence extrieure ne permet pas de les distinguer des autres Chinois.

    Cet aveu ne fait que confirmer des faits archiconnus, mais venant dun aussi clbre et minent historien juif, il prouve avec une autori-t particulire que la plupart du temps, on ne peut distinguer les Juifs clandestins chinois des autres Chinois parce quils portent des noms

  • 7et des prnoms chinois et quils ont des coutumes et un type physique chinois , bien quils semblent faire partie du peuple chinois, ils appar-tiennent en ralit une nation et un peuple trangers : la nation et le peuple juifs. En dautres termes, ce sont des infiltrs de la nation et de limprialisme juifs au cur de la nation chinoise.

    Il est trs intressant de relever une autre dclaration de cet histo-rien juif, qui porte sur les Juifs chinois nayant pas masqu leur identit isralite : Avant de conclure, je dois ajouter, par souci de justice envers la nation juive cultive, quen Chine, les Juifs nont jamais eu se plaindre din-tolrance, ils nont jamais t soumis des lois dexception, ils nont jamais t perscuts ou mpriss du fait de leur religion. Ils ont toujours joui des mmes droits que le peuple chinois. (1)

    Juif chinois

    Membre de la secte ultrasecrte Tiao-Kiu-Kiaou, rpandue dans toute la Chine. Photographie publie au milieu du vingtime sicle par lEncyclopdie juive castillane ; cet ouvrage officiel, qui fait hautement autorit en matire de judasme, a t publi au Mexique en 1948. 3me tome.Entre : chine. Page 326, 2me colonne.

    Cet aveu est capital de la part dun isralite, et voici pourquoi. Selon les Juifs, les expulsions, perscutions et massacres pratiqus contre leurs coreligionnaires dans plusieurs pays de lEurope chrtienne et du monde musulman pour les convertir de force au christianisme ou lis-

    1 M. Perlmann, The Histoy of the Jews in China , dit Londres en 1913, pages 24 37.

  • 8lam contraignaient les Juifs de ces pays europens ou mahomtans de se convertir faussement lune ou lautre religion pour chapper de tels traitements et rester dans le pays o ils vivaient. Or, si telle tait lunique explication de ces fausses conversions et de la dcision des Juifs clandestins de masquer leur judat, comment se fait-il quen Chine o le clbre historien isralite S. M. Perlmann reconnat que les Juifs nont jamais t perscuts et nie volontiers quils aient t victimes de la moindre intolrance le phnomne du judasme clandestin ait pu exister de nombreux sicles durant jusqu nos jours, les Juifs y masquant leur identit pour apparatre comme faisant partie du peuple chinois ? Cet exemple parmi dautres prouve que si, bien souvent, les Juifs ont t obligs de plonger dans la clandestinit pour chapper aux expulsions, aux perscutions et la mort, dans la plupart des cas, ils ont manifeste-ment choisi cette attitude en fonction dune stratgie politique visant leur permettre de sinfiltrer dans la socit du pays o il vivaient afin dy monopoliser les positions dominantes et dy prendre le pouvoir.

    Cette ralit a t reconnue galement par dautres auteurs juifs au-toriss, qui ont mme admis avec une franchise inhabituelle que le fonctionnement clandestin du judasme tait motiv par un intrt politico-stratgique ou pragmatique. Ainsi, lEncyclopdie juive castillane faisant montre dune sincrit fort rare en daussi secrtes affaires souligne ce qui suit : Des dirigeants et auteurs juifs tels que Dan