La Reconnaissance Du Soi Et Du Non Soi

of 6/6
 Pseudopodes visibles  pour capter des bactéries LE DÉROULEMENT DE LA RÉPONSE IMMUNITAIRE I. La rép onse immu nita ire p ar les cellu les d u S. I inné La phagocytose est une réaction de destruction des microbes. Lors d'une phagocytose interviennent les cellules phagocytaires et les monocytes (qui se transforment en macrophages). Ces cellules sont attirées par des substances chimiques relâchées par les cellules au niveau de la lésion ( chimiotactisme ). Elle se déroule en 4 phases : - Adhésion : la bactérie vient en contact avec le macrophage et est reconnue comme étrangère. - Absorption : des pseudopodes (prolongeme nts cytoplasmiques) entourent la bactérie =} formation d'une vésicule par endocytose. - Digestion : les lysosomes introduisent des enzymes qui détruisent la bactérie. - Rejet : les débris bactériens sont rejetés par exocytose. La phagocytose par les phagocytes est complète, contrairement aux macrophages. On assiste à une coopération cellulaire ; les macrophages phagocytent les antigènes et ont la capacité de présenter à la surface de leur membrane les molécules du soi associées à un déterminant a ntigénique (peptide ) de l'antigène pha gocyté = on parle de soi modifié. Les macrophages deviennent donc des CPA (cellules présentant l'antigène) . Cela va induire des réactions immunitaires spécifiques : le déterminant antigénique peut être reconnu directement par les LB (lymphocyte B), mais c'est surtout utile aux LT4 (Lymphocyte T helper) et LT8 (lymphocyte T cytotoxique) qui reconnaissent le soi modifié.  Les 3 premières étapes de la phagocytose
  • date post

    14-Jul-2015
  • Category

    Documents

  • view

    90
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of La Reconnaissance Du Soi Et Du Non Soi

LE DROULEMENT DE LA RPONSE IMMUNITAIREI. La rponse immunitaire par les cellules du S.I innLa phagocytose est une raction de destruction des microbes. Lors d'une phagocytose interviennent les cellules phagocytaires et les monocytes (qui se transforment en macrophages). Ces cellules sont attires par des substances chimiques relches par les cellules au niveau de la lsion (chimiotactisme). Elle se droule en 4 phases : - Adhsion : la bactrie vient en contact avec le macrophage et est reconnue comme trangre. - Absorption : des pseudopodes (prolongements cytoplasmiques) entourent la bactrie =} formation d'une vsicule par endocytose. - Digestion : les lysosomes introduisent des enzymes qui dtruisent la bactrie. - Rejet : les dbris bactriens sont rejets par exocytose.

Pseudopodes visibles pour capter des bactries

Les 3 premires tapes de la phagocytose La phagocytose par les phagocytes est complte, contrairement aux macrophages. On assiste une coopration cellulaire ; les macrophages phagocytent les antignes et ont la capacit de prsenter la surface de leur membrane les molcules du soi associes un dterminant antignique (peptide) de l'antigne phagocyt = on parle de soi modifi. Les macrophages deviennent donc des CPA (cellules prsentant l'antigne). Cela va induire des ractions immunitaires spcifiques : le dterminant antignique peut tre reconnu directement par les LB (lymphocyte B), mais c'est surtout utile aux LT4 (Lymphocyte T helper) et LT8 (lymphocyte T cytotoxique) qui reconnaissent le soi modifi.

II. La rponse immunitaire par les cellules du S.I adaptatifElle se droule dans tous les organes lymphodes secondaires (rate et ganglions lymphatiques) possdant des cellules ayant acquis leur immunocomptence. Elle se produit quand la raction inflammatoire est insuffisante pour empcher la prolifration de l'agent tranger. Il existe 2 types de rponse spcifique, la Rponse Mdiation Humorale (les LB, lymphocyte B, deviennent des plasmocytes qui produisent des anticorps circulants) et la Rponse Mdiation Cellulaire (les LT8, lymphocytes T, deviennent des LT cytotoxiques et dtruisent les cellules de type soi modifi). Toute rponse immunitaire spcifique comporte 3 phases : Phase d'induction : reconnaissance du soi ou du non soi et slection des cellules immunocomptentes Phase d'amplification : multiplication et diffrenciation des clones slectionns Phase effectrice : destruction de l'lment tranger- La phase d'induction. Premire tape (commune aux 2 types de ractions immunitaires spcifiques) : Reconnaissance et prsentation de l'antigne. Un ensemble de clones de lymphocytes immunocomptents va tre slectionn. Les macrophages phagocytent l'antigne et deviennent des cellules prsentatrices dantignes : les CPA. Les LB fixent les antignes libres, le complexe est endocyt puis dgrad en peptides, associs des molcules du CMH et prsents la surface du LB. Macrophages et LB sont des CPA.. Deuxime tape. C'est une phase d'activation. L'activation des lymphocytes met en jeu une communication, une coopration cellulaire, par l'intermdiaire des cytokines (regroupe interleukines, perforines. = messagers chimiques). - Le LB : Une fois qu'il a fix et phagocyt l'antigne, le LB est activ (1er signal). Cela entrane l'expression de rcepteurs interleukine 2 (IL-2) sur la membrane du LB. - Le LT : Le premier signal d'activation est semblable pour le LT4 et LT8. Ils ont chacun des rcepteurs IL-1 leur surface. Le contact avec un macrophage va stimuler le LT et le macrophage, qui libre l'IL-1. La fixation de L'IL-1 sur le LT4 et le LT8 constitue leur premier signal d'activation. Cela entrane l'expression de rcepteurs IL-2 leur surface.. La slection des LT a eu lieu parce que seuls les clones immunocomptents ont reu l'IL-1 ncessaire leur activation. Celle des LB a eu lieu parce que seuls les clones immunocomptents ont pu devenir des CPA. La phase d'amplification Les interleukines ont pour rle de provoquer l'expansion clonale des cellules slectionnes, et leur diffrenciation en cellules effectrices.

- LT4 : Aprs le premier signal d'activation, le LT4 libre de l'IL-2 qui vient se fixer sur les rcepteurs de sa membrane, c'est une auto-activation. Certains LT4 vont constituer des LT4 mmoire, les autres se diffrencient en LT helpers (ou auxiliaires). - LB : Les LT helpers reconnaissent le soi modifi des LB et librent de l'IL-2 qui se fixe sur les LB. Certains LB vont constituer des LB mmoire. Les autres vont tre activs par l'IL-4 des LT helpers (2me signal =}activation des LB immunocomptents). Enfin, la libration de l'IL-6 par les LT helpers conduit la prolifration des clones immunocomptents et leur diffrenciation en plasmocytes, cellules effectrices de la RMH, productrices d'anticorps circulants. - LT8 : De la mme faon, les LT8 fixent l'IL-2 produite par les LT helpers, ce qui entrane leur prolifration et leur diffrenciation en LT cytotoxiques (LTc), cellules effectrices de la RMC. Les lymphocytes mmoires constituent la mmoire immunitaire (grande dure de vie), utiliss dans la vaccination ou certains tests de dpistage. La phase effectrice Elle met en jeu des ractions spcifiques et non spcifiques, qui conduisent la neutralisation et la destruction de l'antigne.. Neutralisation de l'antigne : les anticorps spcifiques circulants produits par les plasmocytes fixent les antignes =} formation d'un complexe immun.. Destruction (lyse) des cellules infectes (virales) ou trangres : Lors de la RMC, la lyse des cellules cibles fait intervenir les LTc, qui reconnaissent le soi modifi (double reconnaissance). Ils librent une protine par exocytose, la perforine, qui vient perforer la membrane de la cellule cible et provoquer une entre d'eau dans celle-ci et entraner son implosion. Lors de la RMH, la formation d'un complexe immun (anticorps libre/antigne) entrane l'activation des molcules du complment (protines enzymatiques du plasma qui s'activent en cascade) qui se combinent l'anticorps. Certains des produits issus de cette activation entranent la perforation puis la lyse des cellules cibles. Cela entrane le recrutement des cellules phagocytaires (macrophages, granulocytes) qui dtruisent les dbris cellulaires. Tout au long de la rponse immunitaire se produit une raction inflammatoire (gonflement, chaleur, rougeur).

[En vert] : des explications accessibles

LA RECONNAISSANCE DU SOI ET DU NON SOI : LE SYSTME HLA

[En marron] : des connaissances non exigibles

Ce systme a t dcouvert l'origine sur les globules blancs : d'o le nom de systme HLA ( Human Leucocyte Antigen) : c'est dire antignes (ou marqueurs) des leucocytes humains ; On dit encore systme dhistocompatibilit.

Alors quest-ce que cest ??Dabord presque toutes les cellules de l'organisme portent leur surface un ensemble demolcules (protines) constituant des marqueurs = cest le systme HLA. Ces marqueurs sont spcifiques dun individu donn et reprsentent son moi biologique , son identit biologique ! [ces molcules, vous le savez maintenant, rsultent de lexpression de gnes situs sur la paire dechromosomes n6 et pour lesquels existe une grande variabilit dallles. Chaque individu ayant une combinaison dallles diffrente alors chaque individu prsentera un systme HLA qui lui est propre]

Le nombre de combinaisons possibles est immense, et nous avons chacun la notre. Ce qui fait, qu'en dehors de jumeaux ou de frres et surs, chacun a un systme HLA original.

Ensuite, parmi les dfenses de lorganisme, nous possdons des cellules charges dunesurveillance immunitaire. Cest assur par une catgorie de lymphocytes qui adhrent et glissent constamment la surface des cellules la recherche de marqueurs trangers qu'ils pourraient reconnatre. [ rappelez-vous !! ce sont eux-mmes une catgorie de globules blancs !] [dfenses immunitaires : parmi les globules blancs : les lymphocytes LT et lesmacrophages]

Alors, La dtection des marqueurs par les cellules responsables de nos dfenses immunitairespermet de reconnatre les cellules du corps comme tant du soi , cest dire appartenant bien lindividu. Tout va bien et les dfenses restent inactives . [nos cellules ainsi ne sont pas dtruites par celles charges de nous dfendre, ouf !]

Mais, vous lavez devin, si des molcules HLA sont non reconnues, absentes, ces cellulesconsidrent qu'elles ont affaire un lment tranger et tentent de le dtruire. [En fait toute molcule prsente la surface de cellules dont la fabrication ne rsulte pas de linformation gntique propre lorganisme est immdiatement reconnue comme trangre par le systme immunitaire et doit tre dtruite..] Seuls les vrais jumeaux ont des systmes HLA entirement identiques et on peut changer leurs organes sans aucun rejet. Soi modifi : expression au sein dun complexe peptide-HLA de peptides diffrents de ceux du soi.

A quoi a sert ?Dabord quelques notions importantes : - On appelle antigne toute substance trangre l'organisme capable de dclencher une rponse immunitaire visant l'liminer. Il s'agit le plus souvent de protines ou fragments de protines qui sont reconnus de manire spcifique. [par des anticorps et galement par certainsglobules blancs, les lymphocytes T8. Les anticorps sont produits par les lymphocytes B et leur production est stimule par les lymphocytes T4 qui jouent un rle de chef d'orchestre du systme immunitaire.]

- Les gnes du systme HLA appartiennent deux classes diffrentes : Les gnes de classe 1 permettent la fabrication des marqueurs prsents sur toutes les cellules de lorganisme. Ils sont classs en trois groupes (A - B - C). Les gnes de classe 2 galement rpartis en trois groupes (DR DQ - DP) commandent la fabrication des marqueurs quon retrouve uniquement sur certains types de cellules du systme immunitaire (varit de globules blancs prsents dans le sang) comme : Les lymphocytes B. Les monocytes Les macrophages Eh bien le systme HLA est un outil indispensable pour la dfense de l'organisme contre les agressions extrieures : virus, parasites... En gros, Les virus ou les agents pathognes intracellulaires [prsents dans les cellules infectes] peuvent tre dgrads, dtruits dans les cellules infectes. Les morceaux de virus, de bactries rsultant de cette dgradation se retrouvent associs avec les molcules HLA de classe I et ainsi exposs la reconnaissance par les cellules immunitaires [lymphocytes T 8 cytotoxiques], ce qui active ces cellules pour se dfendre. Ces cellules ne savent reconnatre que des morceaux de virus, bactries (...) associs des protines de son HLA.

De la mme manire, les phagocytes, les macrophages prsenteront les antignes extracellulaires quils ont phagocyts et dgrads avec leurs molcules HLA de classe II (ou CMH de classe II). Ces cellules sont qualifies de CPA = cellule prsentatrice dantigne.

Mais le systme HLA intervient galement quand un individu doit recevoir une greffe dorgane (reins, foie, poumons). Les risques quil fasse ou pas un rejet reposent en partie sur le systme dhistocompatibilit. Plus les diffrences H. L. A sont grandes, plus les ractions de rejet sont importantes. Dautre part, la russite de la greffe envisage chez un sujet est susceptible loccasion dune transfusion de sang, dune grossesse antrieure, ou encore dune greffe de ne pas russir pour dautres raisons. En effet la suite de ces diffrents vnements, il a dvelopp des anticorps appels anti-H. L. A entranant une raction de rejet supplmentaire. Pour les greffes de moelle, il faut mme avoir deux systmes compltement compatibles comme HLA-A, -B, -C et -DR et les sous-groupes du donneur et du receveur doivent tre compatibles en tout point pour que la transplantation puisse russir (d'o le prlvement d'un frre ou d'une sur). Dans le cas contraire, lorganisme du receveur rejette les cellules souches trangres ou bien les cellules transplantes rejettent lorganisme tranger.

Conclusion :Le systme HLA, bien plus qu'un outil pour raliser les greffes, est le composant indispensable pour permettre l'organisme de se dfendre contre les agressions extrieures.