LA PHYSIOLOGIE ANIMALE LA asa.univ- .LA PHYSIOLOGIE ANIMALE & LA PSYCHOPHYSIOLOGIE à la Faculté

download LA PHYSIOLOGIE ANIMALE LA asa.univ- .LA PHYSIOLOGIE ANIMALE & LA PSYCHOPHYSIOLOGIE à la Faculté

of 35

  • date post

    13-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    217
  • download

    1

Embed Size (px)

Transcript of LA PHYSIOLOGIE ANIMALE LA asa.univ- .LA PHYSIOLOGIE ANIMALE & LA PSYCHOPHYSIOLOGIE à la Faculté

  • LA PHYSIOLOGIE ANIMALE &

    LA PSYCHOPHYSIOLOGIE

    la Facult des Sciences de Lille de 1958 1970

    Tome 7de

    lHistoire de la Facult des Sciences de Lilleet de lUniversit Lille1 - Sciences et Technologies

  • 2

  • 3

    Histoire de la Facult des Sciences de Lilleet de lUniversit des Sciences et Technologies de Lille

    Tome 1: Contributions lHistoire de la Facult des Sciences (1854 - 1970)par A.Lebrun, M. Parreau, A. Risbourg, R. Marcel, A. Boulhimsse, J. Heubel, R. Bouriquet, G. Gontier, B. Barfetty, A. Moses

    Tome 2: Le Laboratoire de Zoologie (1854 - 1970)par Roger Marcel et Andr Dhainaut

    Tome 3: La Physique Lille (du XIXme sicle 1970)par Ren Fouret et Henri Dubois

    Tome 4: LInstitut Electrotechnique (1904 - 1924) et lInstitut Electromcanique (1924 - 1969) par Arsne Risbourg, lInstitut Radiotechnique et les dbuts de llectronique (1931 - 1969) par Yves Leroy, lAutomatique (1958 - 1997)par Pierre Vidal

    Tome 5: Histoire de la Botanique la Facult des Sciences (1856 - 1970)par Robert Bouriquet, Le Doyen Maige par Raymond Jean

    Tome 6: LElectronique lUniversit de Lille de 1968 jusqu lan 2000par Yves Crosnier

    Tome 7: La Physiologie Animale et la Psychophysiologie la Facult des Sciences de Lille de 1958 1970 par Pierre Delorme et Jean-Marie Coquery

    Tome 8: La Gologie la Facult des Sciences de Lille de 1857 1970 par Franois Thibault

    Tome 9: LInstitut de Gographie de 1970 1986 par Alain Barr, Brigitte Coisne, Monique Dacharry, Charles Gachelin, ric Glon, Claude Kergomard, Jean Somm, Nicole Thumerelle et Jean Vaudois.

    Tome 10: Nouvelles ralits, nouvelles exigences, une option volontariste : le SUAIOpar Jean Bourgain - Alain Carette - Claudine Dumont - Francis Gugenheim Franoise Langrand - Daniel Lusiak (coordination) - Jean Marlire - Jeanne Parreau Henri-Jacques Saint-Pol.

  • 4

  • Il est difficile de parler d'histoire pourune discipline qui a fait son apparition enFacult des Sciences la fin des annes 1950. Enl'occurrence, il serait plus judicieux de parler deson introduction, de son essor et de son ind-pendance dans ces Facults car la Physiologie,au sens large, n'avait pas attendu le milieu du20me sicle pour exister dans le concert desSciences Biologiques au sein des Universits : laPhysiologie Vgtale y avait pignon sur rue, laPhysiologie Humaine tait enseigne en Facultde Mdecine depuis bien longtemps et unePhysiologie Animale embryonnaire tait plus oumoins voque dans les enseignements deZoologie en Facult des Sciences.

    Mais qu'entend-on par Physiologie dansle Rgne animal ?

    Pour tre complet, l'historique de laPhysiologie, et plus prcisment de la"Physiologie humaine" (car c'est d'elle qu'il s'a-git dans un premier temps), sans remonter l'Antiquit, devrait voquer tous les progrs quise sont succds, dans toute l'Europe, depuis le16me sicle. Pour rester sur un plan strictementfranais, disons que c'est Jean FERNEL qui, en1542, signa l'acte de naissance de la Physiologie,lorsqu'il publia ses traits de Mdecine sous letitre d'Universa Medicina, en intitulantPhysiologia (du grec phusis = nature et logos = dis-cours) la premire partie de ses ouvrages.L'objet de la Physiologie tait alors dfinicomme "la nature de l'homme sain, de toutes sesforces et de toutes ses fonctions". Depuis, leterme a progressivement pris sa significationactuelle de "science des fonctions et des constan-tes du fonctionnement des organismes vivants".

    Pendant trs longtemps, cette Physio-logie fut essentiellement anatomique, la fonctiondes organes tant dduite du seul examen deleur structure et de leur organisation. Il fallut

    attendre la fin du 18me sicle, et les dcouvertesd'Antoine de LAVOISIER concernant la respira-tion et les sources de la chaleur animale, pouraccrditer le fait que des proprits physiolo-giques puissent exister sans rapport videntavec la structure : la fonction respiratoire, parexemple, tant explique sans que fut invoquela structure anatomique des poumons et ducur

    Mais ce fut Claude BERNARD qui, pour-suivant et amliorant, grce aux dveloppe-ments technologiques, l'approche exprimentalede la Physiologie qu'avait prconise son matreFranois MAGENDIE, dmontra que la dduc-tion anatomique tait insuffisante en Physio-logie et que la comprhension des phnomnesphysiologiques devait, en plus, tenir compte dedonnes physico-chimiques.

    Si la Physiologie devint alors une science part entire, elle n'en demeura pas moins unediscipline relevant, presque exclusivement, dudomaine de la Mdecine. Toutefois, l'utilisationde modles animaux pour lucider les mcanis-mes des diffrentes fonctions conduisit, parall-lement, au dveloppement de la PhysiologieCompare et c'est ainsi que, vers la fin desannes 1950, la Physiologie Animale fut intro-duite, en tant que discipline indpendante, dansles Facults des Sciences.

    C'est en effet le dcret n 58-719 du 8Aot 1958, sign par le Ministre de l'ducationNationale, Jean BERTHOIN, au nom duPrsident du Conseil, Charles de GAULLE, paruau J.O. du 13 Aot 1958, et au B.O.E.N. n 32 du11 Septembre 1958 (pages 2499-2501) qui consti-tua l'acte de naissance de la PhysiologieAnimale dans les Facults des Sciences. Cedcret, qui avait pour objet "la composition deslicences d'enseignement", portait cration d'unCertificat d'tudes Suprieures (C.E.S.) de

    5

    1. LA PHYSIOLOGIE ANIMALE

    Pierre DELORME

    Professeur des Universits honoraire, Physiologie Animale

  • "Physiologie Animale" obligatoire dans la licen-ce s Sciences Naturelles, mention SciencesBiologiques (Licence VI, six C.E.S.) et dans lalicence de Chimie - Physiologie (Licence VIII, cinq C.E.S.).

    Si cet enseignement fut dispens Lillelors de l'anne universitaire 1958-1959, commeen tmoignent les rsultats des examens publisen 1959 (Tableau I), la Physiologie Animale n'-

    tait pas encore vraiment reprsente dans lesServices de la Facult des Sciences, car aucunenseignant n'avait t nomm pour assurer cesfonctions. Ce furent Messieurs Robert JOLY,Chef de Travaux de Zoologie, et PRUM,Professeur agrg, dtach du Secondaire, qui sechargrent de l'enseignement magistral, AndrDHAINAUT (Fig. 5), Assistant de Zoologie, sechargeant de celui des Travaux Pratiques (T.P.).

    6

    Par dcret du 21 Aot 1959, le Prsidentde la Rpublique nomma Monsieur SimonBOUISSET, Matre de Confrences stagiaire dePhysiologie Animale la Facult des Sciences deLille compter du 1er Octobre 1959 (Tableau II).

    Simon BOUISSET (Fig. 1), n le 28 Janvier1929 Toulouse, fut ainsi l'un des plus jeunesProfesseurs des Universits de l'poque.Prcdemment chercheur au C.N.R.S. [Stagiaire(du 1er Octobre 1953 au 09 Septembre 1954),Attach de Recherches (du 03 Aot 1955 1957),Charg de Recherches (de 1957 au 30 Septembre1959)] au sein du Centre d'tudes Scientifiquesde l'Homme (Laboratoire propre du CNRS,associ la chaire de Physiologie du Travail duCNAM), il y avait prpar une thse d'tat sSciences Physiques, soutenue la Facult desSciences de Toulouse en 1956. Intitule : "Le pi-zodynamographe, son application aux tudes de bio-mcanique humaine", celle-ci portait sur l'tuded'un dispositif de mesure des forces de ractionau sol (encore appel "plate-forme de force") etson apport l'analyse d'un mouvement com-plexe. Elle marquait la rsurgence d'une disci-pline, la Biomcanique, l'interface entreMcanique et Physiologie, dont les applicationspratiques concernaient tant la Mdecine, que leTravail ou le Sport. C'est une des raisons pourlesquelles sa venue avait t souhaite par le

    Recteur R. DEBEYRE, qui tait convaincu de lancessit d'une action sur l'Amlioration desConditions de Travail dans la rgion, et par leDoyen P. COMBEMALE (Fig. 1), qui tait assurde la possibilit d'une collaboration confianteentre Physiologistes des Facults de Mdecine et des Sciences.

    Simon BOUISSET fut donc charg decrer et d'organiser le Service de PhysiologieAnimale de la Facult des Sciences de Lille et deconstituer l'quipe du "Laboratoire de PhysiologieGnrale". Le Service de Physiologie Gnrale futlog, avec celui de Biochimie (Professeur JeanMONTREUIL), dans des locaux cds, avecquelque peu de rticence, par les responsablesdu Service de Zoologie (Professeurs HenriHEIM de BALSAC et Maurice DURCHON)dans le quadrilatre form par les rues deBruxelles, Gosselet, Malus et Claude Bernard(Figs. 2, 3). Les enseignements magistrauxtaient dispenss dans un amphithtre banaliset les T.P. taient assurs dans une salle quipede paillasses classiques, c'est--dire inadaptes la bonne excution des T.P. en PhysiologieAnimale. Deux pices, de 10 m2 chacune, hber-geaient le personnel et servaient galement aurangement du matriel de T.P. et celui desEnseignements magistraux.

    I/ - La Physiologie Animale la Facult des Sciences de Lille de

    1959 1965 :

    A/ - Nomination du responsable et intgration :

  • Le Professeur Simon BOUISSET dbutases enseignements de Physiologie Animale dsla rentre universitaire 1959-1960. Fortementimplant Paris, il dispensait ses trois heures decours magistraux hebdomadaires en dbut desemaine, rglait alors les problmes inhrents l'intgration de son jeune laboratoire au sein dela Facult des Sciences, puis revenait poursuivreses recherches dans son Laboratoire d'origine(Professeurs Camille SOULA, puis Jean SCHER-RER). Cette collaboration maintenue permit,sans tarder, la formation la recherche des jeu-nes moniteurs et assistants, et leur insertionrapide au sein de la communaut desPhysiologistes.

    Les enseignements pratiques dePhysiologie Animale commencrent enNovembre 1959 et furent d'abord assurs par unAssistant, le Dr. Claude LENFANT (Dr. s-Sciences) aid par un Moniteur, mile PERTU-ZON (Fig. 5). Au dpart de Claude LENFANTpour Seattle (USA), o il a accompli une trsbrillante carrire, mile PERTUZON fut nommAssistant stagiaire le 1er Octobre 1960 (TableauII). Ce recrutement allait s'avrer particulire-ment heure