La modélisation visuelle des systèmes d’information pierrot- .La modélisation visuelle ......

download La modélisation visuelle des systèmes d’information pierrot- .La modélisation visuelle ... personnes

of 12

  • date post

    16-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    214
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of La modélisation visuelle des systèmes d’information pierrot- .La modélisation visuelle ......

  • a

    Pierrot Pladeau, 2002

    La modlisation visuelledes systmes dinformation en sant

    pour leur gestion administrative, lgale, sociale et thique

    Pierrot Pladeau

    Institut de recherches cliniques de Montral, Centre de biothique, Montral, Canada

    Abstract

    Operating within complex social environments, health information systems raise numerousadministrative, social, legal and ethical issues that could become controversial. Gridlock canresult from lack of common factual understanding of their technical and social dimensions.Some argue that data flow diagrams can help to dissipate misconceptions, delimit areas ofconcern and identify solutions. But flow charts and other existing visual models provide apoor image of exactly who and how social actors interact through a system. This articlepresents a new model which adapts elements from existing ones in order to convey conceptsthat have proved useful for the social assessement of information systems. Three experimentsare presented here: the preparation of a patient consent form for a new health research datawarehouse; the social assessment of an existing controversial system for prevention of illegalaccess to prescription drugs; and an impact analysis of an act regarding disclosure ofconfidential information on networked health records. As other visual models, this one forcesthe users to engage into rigourous analysis. However, its results are signifantly different andcomplementary. They can be powerfully revealing, yet easy to understand by non specialists.Further experimentation and writing of instruction material are now needed.

    Keywords

    Medical Informatics,

    Introduction

    Les systmes dinformation et de communication en sant sont des dispositifs plus ou moinscompliqus devant sinscrire au sein de structures sociales qui, elles, sont carrmentcomplexes. Cette jonction est dautant plus dlicate quelle concide frquemment avec unedmarche de changement. Partant, les questions de nature administrative, sociale, lgale etthique que soulvent leur dveloppement et leur opration savrent souvent nombreuses,complexes, voire indites. En labsence de rponse prtablie, la recherche de solutionsappropries peut tre compromise si les dispositifs techniques et ralits sociales en prsencesont mal documents. Car les perceptions des intresss peuvent alors aisment prendre le passur les faits. Une telle drive est particulirement pernicieuse en cas de controverse puisque lesfondements des dsaccords ou antagonismes deviennent difficiles identifier et interprter.Dans ces conditions, peu importe que la controverse sexprime dans le cadre dune discussion

    Texte, tel que soumis pour publication, dans L'informatique de la sant dans le soins intgrs :connaissances, applications, valuation. Actes des 9e Journes Francophones d'Informatique Mdicale.Sherbrooke, Socit Qubcoise d'informatique Biomdicale et de la Sant (SoQibs), 2003. Prire deciter le texte, tel que publi aux pages 297-308 de ce livre http://www.soqibs.org/actesJFIM2002.html

  • b

    sereine ou dun conflit ouvert, le dbat risque de senlise ou daboutir un cul de sac. [1]

    Roch et Willison avancent que la production de schmas de flux dinformations des systmesoffre aux diffrents acteurs concerns une comprhension commune du systme considr.Ces acteurs sont alors mieux en mesure de dfinir les questions problmatiques et les solutionsenvisageables. [2] Ces schmas prsentent une utilit certaine du fait de leur simplicit, clartet caractre aisment comprhensible, mme par des non-spcialistes. [3] Leurs propositionssont aussi vrifiables. Malheureusement, ils offrent une pitre image des processuseffectivement supports par un systme [3] et des relations sociales entre acteurs relsstablissant travers les informations quil traite. De multiples points dembrayage entre lesdimensions technique et sociale dun systme particulier sont donc laisss dans lombre.Cet article prsente les rsultats de travaux de dveloppement et dexprimentation dunmodle de reprsentation visuelle mieux adapt la dmarche didentification, dvaluation etde solution des questions administratives, sociales, lgales et thiques souleves par un projetde systme dinformation ou de communication. Dans un premier temps, il explique lancessit dun nouveau modle, les caractristiques quil devrait prsenter ainsi que la sourcedes concepts sur lesquels le modle ici propos est fond. Il dcrit ensuite les rsultats de troisexprimentations. Enfin, il discute lefficacit du modle et les tapes ultrieures de sondveloppement.

    Modle visuel des processus dinformation

    2.1 Ncessit dun nouveau modle visuel

    Malgr leurs indniables qualits, les modles de flux dinformations prsentent certainesfaiblesses eu gard au traitement des questions qui nous intressent ici, spcialementlorsquutiliss par des non-spcialistes de linformatique. Leurs schmas considrent surtoutlinformation en tant quobjet stockable et communicable. Ils ngligent le fait que touteinformation est un artfact devant tre produit et pouvant son tour servir crer de nouvellesinformations de mme que, le cas chant, une conclusion affectant un ou plusieurs acteurs.Ces schmas laissent galement supposer quune mme information peut se dplacer traversles divers points relis par des flches de communication, un peu comme le contenu dunelettre passe entre de multiples mains avant darriver, inchang, son destinataire. Or, il estrare quun mme objet informationnel transite effectivement travers les itinraires dcritsdans ces schmas. Par exemple, lhpital ne se dfait jamais des dossiers mdicaux quildtient lorsquil communique des informations une banque de donnes de recherche. Ilconfectionne plutt un objet nouveau un rapport prpar selon les besoins du destinataire qui contient copie de quelques informations personnelles nominatives contenues dans sesdossiers. Le gestionnaire de la banque, lui non plus, ne se dpartit pas de ses donnes. Ilgnre plutt, par exemple, des ensembles de donnes agrges portant sur des groupesdindividus quil transmet ensuite aux chercheurs. Un schma classique de flux dinformationspeut amener un nophyte croire que des informations nominatives provenant de lhpitalsont achemines au chercheur via la banque de donnes. Dans les faits, les informationssources ne se dplacent pas. Ce sont des informations matriellement et smantiquement fortdiffrentes qui sont produites, stockes et communiques chaque phase du processus. Lesfigures 1 et 2 comparent deux modes de reprsentation de ce mme processus.

  • c

    Les schmas de flux dinformations partagent une autre faiblesse importante avec dautresmodles informatiques abstraits tels entits-relations ou orientes objets. Ils tiennent peucompte des relations sociales qui stablissent effectivement entre les acteurs sociaux traversla manipulation dinformations. Pire, certains peuvent nier le statut dacteur certaines de cespersonnes physiques ou morales. Ainsi, UML (Unified Modeling Language) ne reconnatcomme !acteur!!que lentit (tre humain ou machine) extrieure au systme qui interagitdirectement avec ce dernier dans un cas dutilisation (user case). [4] Ce langage demodlisation visuelle naccorde donc pas le statut dacteur lindividu non utilisateur, celamme si le systme traite des informations son sujet. De toute manire, les modlesinformatiques sintressent moins aux relations interpersonnelles quaux relations entrelments dun systme informatique ainsi quentre ces derniers et les entits utilisatrices.

    Figure 1!: Schma simplifi de flux dinformations souvent utilisen protection des renseignements personnels

    Figure 2 : Schma simplifi de processus dinformation relatif des personnes

    Voil pourquoi limage fournie par les modles visuels existants peut souvent diffrer, voiretre contredite, par une analyse proprement sociale des mmes processus. Par exemple, dans lecas du systme de !dossiers patients! pour la prvention de laccs illgal aux mdicamentsexamin plus loin la section 3.2, les principales entits informatiques retenues taient des!professionnels de la sant! et des !patients!. Cette catgorisation tait conforme unmodle canadien de donnes de sant. [5] Mais une analyse proprement sociale a rvl uneralit fort diffrente. certains moments, le systme mettait en prsence, non plus des!professionnels de la sant! en relation avec des !patients!, mais bien plutt desinformateurs ou agents de dtection et de prvention dinfractions la loi aux prises avec desindividus suspects ou prsums avoir commis des actes illgaux pour obtenir des mdicaments(voir figure 3), ce que confirmait lanalyse des oprations concrtes ralises par le systme.

    Figure 3 : Schma simplifi de type entits-relations (gauche) et schma simplifi de processus(droite) pour un mme systme dinformation pour la prvention de laccs illgal aux mdicaments.

    Suspect ouprsum coupable

    Agent de dtectionet prventiondinfractions

    Professionnelde la sant

    Patient

    Hpital ChercheurBanque dedonnes derecherche

    RapportDon-nesagrges

    Banquede donnesde recherche

    Base dedonnesdu chercheur

    Dossiermdicalde lhpital

  • d

    Un modle visuel adquat aux fins dvaluation sociale de systmes devrait partir desmanipulations dinformations relles ou prvues afin den expliciter les relations socialeseffectivement supportes. Par exemple, lindividu se prsentant lurgence se considreprobablement comme un patient venant chercher des soins. Mais sa situation sociale relle estbien autre lorsque la secrtaire-rceptionniste lui demande sa carte dassurance afindalimenter les processus de paiement des soins!: ici, il est un assur en relation avec uneorganisation dispensatrice de soins (lhpital) et un assureur qui va en couvrir les cots. Demme, lorsquune infirmire lui fait remplir un formulaire de consentement pour participer un projet de recherche clinique, lindividu est alors un sujet humain de recherche en relationavec une quipe de