La Fraternite de Shamballa. JAN VAN RIJCKENBORGH

download La Fraternite de Shamballa. JAN VAN RIJCKENBORGH

of 35

  • date post

    26-Jul-2015
  • Category

    Documents

  • view

    619
  • download

    16

Embed Size (px)

Transcript of La Fraternite de Shamballa. JAN VAN RIJCKENBORGH

AVANT-PROPOS Les dveloppements sur la Fraternit de Shamballa, repris dans ce livre, furent donns sous forme d'allocutions dans le Temple de la Rose-Croix Haarlem, Pays-Bas. Attendu que ce message de la Fraternit concerne tous les lves du Lectorium Rosicrucianum, nous avons maintenu dans le texte la forme d'expression directe. Nous prions et esprons que ce message qui, par cette dition, sera rpandu dans le monde entier pour un cercle beaucoup plus grand d'intresss, touchera des curs rceptifs, y suscitant la raction juste. Catharose de Ptri et J. van Rijckenborgh

I LES SECRETS DU GOBI (I) Madame Blavatsky dit un jour, citant le philosophe chinois Chuang: Les choses que les hommes savant, ne peuvent en aucune faon, tre compares, quant leur nombre, aux choses qui leur sont inconnues. En effet, le savoir humain est bien pauvre, compar ce qu'il devrait tre. Soit dit toutefois sa dcharge qu'il existe dans le cosmos et le microcosme un tel nombre d'nigmes, le Logos nous fait entrevoir tant de phnomnes insondables, qu'on ne peut reprocher personne que l'entendement humain reste si loign de la ralit universelle. La parole du Psalmiste: Ta connaissance, Eternel, m'est trop prodigieuse, est l'aveu loyal de l'homme confront la cration divine. Nanmoins, il est certain que la connaissance et l'entendement humains se dirigent souvent dans une direction diamtralement oppose celle de la manifestation divine. Voil pourquoi la parole du philosophe chinois nous touche si profondment. Cet tat de choses trs rel nous porte de srieuses considrations. Le Logos ne rpand pas sa connaissance universelle sans intelligence et au hasard travers le monde, mais chaque rvlation divine a, comme base fondamentale, une ncessit, une logique absolue. C'est pourquoi cette connaissance perdue est une accusation contre l'humanit. C'est aussi pourquoi elle nous place de temps en temps devant des consquences dsagrables et met l'humanit dans des situations qui la confondent. Dans ces conditions, vous pouvez comprendre aisment que l'Ecole Spirituelle fasse de temps autre des tentatives pour ramener tout au moins une partie de l'humanit vers cette base fondamentale de ncessit et de logique absolue, afin d'oprer une raction en accord avec les exigences divines. C'est sous cet angle que nous vous demandons d'envisager cet ouvrage. Nous n'avons pas l'intention de vous parler du dsert de Gobi de faon plus ou moins intressante, mais notre tche consiste vous instruire d'vnements proches qui, ainsi, ne vous prendront pas au dpourvu. Notre dsir le plus cher est que vous puissiez tmoigner avec nous des temps heureux o nous seront dvoiles, non seulement une partie du monde reste jusqu' nos jours inconnue et cache, mais aussi des activits et des cratures prodigieuses de la nature originelle qui nous feront comprendre les raisons pour lesquelles nous sommes appels microcosme et jusqu'o peut s'tendre notre connaissance de Dieu et de la nature originelle. Pour beaucoup, notre poque est remarquable par l'intrt que suscitent les vnements sociaux, conomiques et politiques; notre re est, pour quelques-uns seulement, le prlude troublant et oppressant d'une rvolution cosmique, rvolution cosmique qui ne serait pas seulement ralise d'en haut, mais galement d'en bas. Pour comprendre tout ce qui a rapport cela, nous devons d'abord savoir approximativement en quoi consiste le secret du dsert de Gobi. Cette rvlation ne doit pas tre vue comme une profanation, mais comme un signe de la maturit des temps et comme une Fama Fraternitatis pour tous ceux qui ont des oreilles pour entendre et des yeux pour voir. Au cur du dsert de Gobi, dans l'Asie Centrale, se trouve le centre de l'activit de la Fraternit Universelle, pour autant que cette activit s'occupe de ce monde et de son humanit dchue; c'est de l que partent toutes les impulsions. Ce vritable cur spirituel du monde, situ dans la partie la plus impntrable du Gobi, est l'origine des travaux spirituels de tous les foyers dont nous avons dj parl: ceux de l'Australie, de la Grande Pyramide, de l'Himalaya, ceux qui se situent entre les Colonnes d'Hercule au versant sud de l'Atlas. Les diffrentes activits de la Fraternit actuelle, comme, par exemple, celles des deux ples procdent de ce mme centre et sont diriges par lui. Le Gobi n'est pas proprement parler un dsert de sable, mais plutt un incommensurable domaine de steppes, un lieu strile, aussi inconnu et bien plus impntrable que le Gran Chaco dans l'Amrique du Sud. Peu de voyageurs ont essay de pntrer jusqu'au cur du Gobi. Une profonde solitude l'entoure et il y rgne une lugubre pouvante. Il existe peu d'crits sur cette contre et ses secrets, l'attention des spculateurs spirituels restant gnralement fixe sur des lieux de la terre plus connus. Un texte connu est celui que Marco Polo crivit au 13me sicle,

alors qu'il se trouvait en prison. Marco Polo a emprunt, pour se rendre en Chine, le vieux et classique chemin du th qui traverse une partie du Gobi. Il dcrit la terreur panique et le respect religieux que les peuplades des pays limitrophes prouvent pour cette rgion, par suite des apparitions en masse des spectres qui la hantent. Pour le gnostique ce phnomne est cependant trs simple : les thers plantaires sont, dans le Gobi, si transparents et si concentrs que la sphre chimique et la sphre thrique du monde physique passent l'une dans l'autre de faon peu prs imperceptible, ce qui rend possible, aux sens ordinaires, la perception de l'agitation et des mouvements de la sphre rflectrice. C'est ce phnomne qui provoque cette peur mortelle du Gobi et qui assure ce domaine un parfait incognito, cartant ainsi les profanes. Toutefois, le Gobi a toujours jou un rle dans les antiques connaissances universelles; depuis le commencement des temps dialectiques, le cur de ce domaine a t connu sous le nom de Terre Sainte des Fils de Dieu. Donc, lorsque l'criture sainte et les initis parlent de la Terre Sainte, pour notre plante, ils ne pensent certainement pas l'endroit o les Arabes et les Juifs s'affrontrent, quips d'armes occidentales. Toutes les impulsions rgnratrices mtaphysiques qui, sous forme de rayonnement, touchent le monde, partirent et partent encore de ce cur, laissant partout leur trace. Qu'il s'agisse de la prodigieuse construction de la Grande Pyramide, de la sagesse et de la force des Manichens et des Cathares, de la mission de la Rose-Croix, tout part de cette source et s'explique par elle. Le sige de l'Ordre de la Siddha, la Fraternit Universelle, se trouve dans cette Terre Sainte. Bien des lgendes furent tisses sur le Gobi et des fragments d'vnements historiques anciens suscitrent des rcits mystrieux. L'antique sagesse nous rapporte, par exemple, que longtemps avant la civilisation pr-lmurienne, une grande mer intrieure s'tendait l'endroit o se trouvent actuellement des lacs sals et des dserts striles. Au cur de cette mer habitait, rparti sur douze les, le Dernier Vestige de la race divine. Ces les possdaient une beaut et un charme merveilleux. Leurs habitants divins taient appels les Fils de la Volont et du Yoga ou les vrais Elohim. Ils connaissaient et matrisaient tous les secrets de la nature et taient en possession de la Parole inexprimable, actuellement perdue. Ils connaissent les secrets de la nature originelle et les gardent pour ceux qui s'en rendent dignes. Cette agglomration d'les existe encore, telle une oasis dans le dsert de Gobi. Tous ceux qui connaissent la Parole secrte savent cela et tous ceux qui connaissent cette Parole y ont accs. Il n'existe aucune liaison ordinaire avec cette oasis du Gobi. Cet endroit est soigneusement protg contre les intrus, aussi bien par la voie terrestre que par la voie arienne. Il n'y a que sept passages secrets qui sont dsigns d'une faon voile comme les sept passages souterrains de Shamballa. Nous avons pour mission de vous parler de ces choses et de vous clairer autant qu'il est possible sur la profondeur de la sagesse que l'humanit possdait jadis. Car le temps de la rvlation est arriv et notre intention n'est pas, dans la tension nerveuse actuelle, de classifier une fois pour toutes, ces choses saintes en quelques notes. Il fut jadis prophtis que tout ce qui tait cach serait un jour rvl; mais il fut dit galement que beaucoup de faux prophtes surgiraient. Nous sommes donc avertis de ne pas croire en n'importe quel esprit, mais d'prouver s'ils sont de Dieu. La Bible nous prvient: A ceci vous reconnatrez l'esprit de Dieu: tout esprit qui confesse que Jsus-Christ est venu dans la chair est de Dieu et tout esprit qui ne le confesse pas n'est pas de Dieu. Ds qu'un grand tournant mondial se produit, tout ce qui, de Dieu, de l'Absolu, est cach, est nouveau manifest et l'humanit tout entire est confronte avec la vie relle du Royaume Inbranlable. Cette rvlation, ce dploiement, ne se prsente pas au dbut comme un jugement, mais bien comme un appel la rsurrection, comme une main secourable tendue en vue d'une rgnration. Elle ne doit pas non plus tre vue comme une dmonstration publique, mais comme un sacrifice d'amour incommensurable, sacrifice presqu'impossible supporter de la part de ceux qui, pour nous qui sommes dans la dtresse, se sont consacrs Dieu. Lors donc que ce sacrifice s'accomplit, vous ne pourrez le reconnatre comme l'esprit de Dieu que lorsqu'il peut tre reli la confession que Jsus-Christ est venu dans la chair. Il ne s'agit pas, dans ce cas, d'une croyance historique qu'un certain Jsus est venu dans la chair il y a environ 2000 ans - mais il s'agit de la manifestation de Jsus et de la radiation christique, avec

toute sa force, sa beaut, dans l'tre propre. La rvlation des temps de la fin, qui prcde la Grande Rvolte, donnera aux hommes une vision intgrale de la vraie vie de l'humanit originelle. Il s'ensuivra un bas les masques impitoyable de toutes les spculations sur le monde mtaphysique, aussi bien dans le monde religieux et thologique, que dans le monde philosophique, plaant chacun,