SOCIETES ET INDIVIDUS VIOLENCES, SOLIDARITE, FRATERNITE ?

download SOCIETES ET INDIVIDUS VIOLENCES, SOLIDARITE, FRATERNITE ?

of 16

  • date post

    23-Feb-2016
  • Category

    Documents

  • view

    28
  • download

    0

Embed Size (px)

description

SOCIETES ET INDIVIDUS VIOLENCES, SOLIDARITE, FRATERNITE ?. 100 degrés. MON DIEUUU CELA EST L’ENFER …. !. 20 degrés. UFFF . . . JE LA TROUVE UN PEU FRAÎCHE !. OHHH QUE JE SUIS BIEN ICI . . . !. 35 degrés. 90 degrés. IL ME SEMBLE QUE J’ATTEINT LE SATORI. - PowerPoint PPT Presentation

Transcript of SOCIETES ET INDIVIDUS VIOLENCES, SOLIDARITE, FRATERNITE ?

Diapositive 1

SOCIETES ET INDIVIDUS

VIOLENCES, SOLIDARITE, FRATERNITE?

Pour illustrer ces sujets, je souhaite vous faire part de petites expressions ou des comportements du quotidien qui illustrent bien notre thme de la violence en gnral; mais qui tmoignent aussi dune modification certaine dans les rapports entre les individus entre eux et avec leur environnement.1

100 degrsMON DIEUUUCELA EST LENFER . !Tout au long du diaporama qui accompagnera mes propos, vous observerez des photos qui illustrent ce que lon appelle le syndrme de la grenouille ou comment distiller, insidieusement et trs progressivement, de nouvelles informations dans la population afin que cette dernire les intgre naturellement. Les dessins sont de notre ami Jose-Santos Nalda Albiac qui na pu se dplacer ce colloque et qui vous transmets le bonjour !

Sur cette premire diapositive, vous constaterez quune grenouille trempe directement dans de leau bouillante ragira immdiatement en sautant du rcipient je vous laisse dcouvrir sur celles qui vont suivre, Alors, comment pouvons nous comprendre lapparition de nouveaux concepts et expressions, qualifiant les rapports humains dans notre socit actuelle? Quelles violences sexpriment travers nos mots, travers le langage de nos enfants? Quels messages sont contenus dans les attitudes et les comportements actuels? Nos principes de solidarit intergnrationnels, nos services publics, peuvent ils encore rpondre la ralit de notre organisation sociale actuelle?

En fait, quel rapport lindividu daujourdhui entretient-il avec lui-mme, avec les autres; quels rapports entre les individus entre eux, avec les institutions et avec leur environnement?2

1/ Dans la vie familiale.Des parents investissent souvent leur enfant comme un capital quil convient de valoriser, appliquant la logique dune gestion des ressources humaines leur ducation. Les caractristiques du modle managrial seraient elles luvre dans la sphre familiale?

Dernirement, un reportage tl faisait tat du baby business avec notamment la dcouverte dun site internet vendant des perruques pour des bbs de 1 9 mois.

Alors, mme la famille deviendrait elle, une petite entreprise charge de produire des enfants employables et de les armer pour affronter la guerre conomique?Avez vous aussi observ les petites lolitas de 8 ans qui sont habilles comme leur Maman, ou comme leur Maman souhaiterait shabiller elle-mme?

3

2/ Chez des enfants et des adolescents des expressions nous renseignent bien sur leurs tats dme aujourdhui et l aussi, a bouge grave de chez grave!.A une poque nous disions comme cest bien; Le quotidien des enfants serait il trop fade? avez vous remarqu que dans leurs conversations daujourdhui, ils utilisent de plus en plus de superlatifs? (cest trop bien, cest trop bon, trop cool, a mclate, ).

Quel esprit produit lutilisation du qualificatif cass et que peut il engendrer chez la personne qui lentend?Et puis, lorsquils en ont assez ils disent: a me gave. Alors, est-ce que cest linfo produite quils ne veulent pas ou ne peuvent pas digrer, est ce quils ont trop dinfos et quils en sont gavs ? Ont-ils la capacit dintgrer les infos quils reoivent et ne peuvent-ils en absorber plus?a le fait, a le fait pas ou a va le faire (indiquant que lessentiel est dans le faire et non dans ltre)On a fait un malheur: pour dire que ctait une russite Vendu pour exprimer un accordTu me saoules avec tes questionsMort de rireEt puis, a me tue, a mclate.4

20 degrsUFFF . . . JE LA TROUVE UN PEU FRACHE !Quelques qualificatifs de nos adolescents qui crent des mots ou en dforment dautres pour marquer leur diffrence, revendiquer leur singularit:- une femme est devenue une meuf.- un garon moche : un steak - une fille moche : un cadavre - une fille ou un garon qui a de lacn : un cratre - un flirt masculin : une cale - une fille pas forme : un fax - Ils emploient la mtaphore des airbags pour dsigner des seins.Et un problme est devenu un blme.5

Construits comme de vritables spectacles par les jeunes et par les mdias eux-mmes, quels besoins, rpondent les combats de rues (fights) de bandes de supporters lissue de certaines rencontres sportives?6

Entendez vous ces formules devenues banales, chez les jeunes en rupture, comme:"j'ai la rage ou "j'ai la haine ?Dautres expriment leur tat de contemplation face une situation avec des expressions comme: a dchire, cest trash, jhallucine

Par ailleurs, avez-vous constat que lon qualifie les personnes garantes de la Paix civile dans notre socit: Des forces du maintien de lordre , alors qu une poque on les appelait des gardiens de la Paix?

7

35 degrsOHHH QUE JE SUIS BIEN ICI . . . !La temprature continue monter !

Lexpression Il va devoir assumer les consquences de ces actes sexprime aujourdhui chez nos jeunes en termes: il va payer cash! Pourquoi largent revient il toujours au centre des propos?8

Avez-vous vu ou entendu ces expressions dans des publicits rcentes? cest horrible, les enfants aimeront ou tinquite pas Papa, je vais tapprendre!.Avez-vous remarqu cette nouvelle expression apparue rcemment chez nos adolescents et qui caractrise leurs pairs pris dans des jeux vidos: cest no life, que lon peut traduire en il ny a pas de vie!Aprs toutes ces heures passes devant des jeux virtuels, les enfants sont-ils dans la vraie vie (sociale, environnementale, relationnelle) . Comment comblent-ils leurs besoins dexprimentation?

Vous souvenez vous qu une poque, un tat de satisfaction sexprimait avec: Cest le paradis et quaujourdhui le mme tat sexprime en disant: cest denfer!Jai aussi constat que la langue de nos djeuns se rpandait dans toutes les couches de notre socit et que mme les parents se sentent obligs de les imiter. Etonnant nest-ce pas? Devrions-nous nous interroger sur la place des parents et sur celle des enfants?

9

90 degrsIL ME SEMBLE QUE JATTEINT LE SATORI3/ Dans la sphre politique,Lidologie gestionnaire transformerait elle chaque individu en capital humain?

Alors qu une poque un individu proposait ses services, aujourdhui, il faut savoir se vendre pour trouver une place. Les verbes optimiser et impacter font partie du vocabulaire essentiel tout bon manager.Dailleurs, le manager en question, serait-il l pour faire du bon mnage? Pouvons-nous nous interroger sur la notion defaire le mnage dans un quartier par un nettoyage au karcher?

Les militants associatifs ou politiques dune poque sont dsormais devenus des adhrents une association, un parti alors, serions nous devenus des consommateurs associatifs le quantitatif serait-il privilgi au qualitatif?

10

4/ Dans lorganisation de notre socit

Plutt que de dbattre sur lorganisation de la cit, la dmocratie, le bien-tre de la population, les finalits de lexistence humaine ou le bien commun, avez-vous constat que lon dbat sur les taux de croissance, sur celui des prlvements obligatoires, sur le montant des dficits publics, sur le solde de la balance commerciale, etc?Les prlvements sociaux taient une contribution de chacun au service du fonctionnement de la communaut, cette solidarit sociale tait en fait des cotisations sociales, cela devient des charges sociales pour les citoyens et les entreprises chargs de sen acquitter.

Bien heureusement, les gens sans travail sont indemniss par la socit, ils peuvent encore bnficier de laccs aux soins par la CMU (Contribution maladie Universelle). Combien de gens oublient la solidarit nationale qui sexprime travers tous ces dispositifs qui vont du RSA (Revenu de Solidarit Active) lallocation logement, en passant par les prestations familiales, les aides lemploi

Quels effets, la mondialisation et la globalisation des changes, produisent-elles sur les individus dans notre socit; en termes de sentiment disolement, de rupture de lien social?Alors, on dit que la socit entire est sous pression! En prnant une comptition gnralise, on transmet lide que, pour tre le meilleur, il faut tre le premier. Mais se proccupe ton des consquences de ce principe: on parle de la lutte pour rester dans la course, de la stigmatisation des perdants, de lhyperactivisme, du stress, de la tension harcelante du toujours mieux.Que penser, que dire, des notions de ghettosation de certains quartiers, de sgrgation urbaine des diffrentes classes sociales, qui font les titres de notre presse nationale?11

5/ Dans le monde de lentreprise

Quelles consquences, le management et la gestion des hommes et des femmes dans le monde de lentreprise induisent-elles? Le terme gestion des ressources humaines prendrait-il le pas sur celui dune gestion humaine des ressources?

Aujourdhui, dans le monde de lentreprise, un salari doit pouvoir "pntrer ou bien attaquer le march", il a des cibles commerciales. Il est Charg de (de mission, de clientle, etc.),Pourquoi ne peut-il plus simplement participer un projet, y apporter son nergie, son intelligence, ses comptences, etc. ?. Faire passer le bb ou transmettre le bb semble signifier Transmettre un problme que l'on du mal rsoudre, ou que l'on a pas envie de traiter quelqu'un d'autre. Un bb serait-il un problme ? Des problmes dorganisation ou professionnels seraient-ils des Bbs ? Quels types dimplications symboliques sont en jeu ?12LexcellencerenforceLes facteurs institutionnelsDe la performanceLinterventionmobiliseLes processusorganisationnelsDu dispositifLobjectifrvleLes paramtresQualitatifs De lentrepriseLe diagnosticstimuleLes changementsanalytiquesDu groupeLexprimentationmodifieLes conceptscaractristiquesDu projetLa formationclarifieLes savoir-fairemotivationnelsDes bnficiairesLvaluationrenouvelleLes problmespdagogiquesDe la hirarchieLa finalitidentifieLes indicateursreprsentatifsDes pratiquesLexpressionperfectionneLes rsultatsparticipatifsDe la dmarcheLe managementdveloppeLes effetsc