INTI2016 161125 Febecoop - Fondamentaux et enjeux actuels de l’entrepreneuriat coopératif

Click here to load reader

  • date post

    08-Jan-2017
  • Category

    Education

  • view

    28
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of INTI2016 161125 Febecoop - Fondamentaux et enjeux actuels de l’entrepreneuriat coopératif

PowerPoint Presentation

Fondamentaux et enjeux actuels de lentrepreneuriat coopratif

Colloque INTI, Ulg25 novembre 2016

On ma demand de reposer les fondamentaux de lEC, ainsi que ses enjeux actuels

Important de clarifier lendroit do on parle : Febecoop : plateforme de promotion soutien lentrepreneuriat coopratifporte par des acteurs historiques et majeurs de lhistoire cooprative belge (principalement P&V / Multipharma)Ma ralit est donc faite de beaucoup dinteractions, de rencontre des projets coopratifs pour comprendre leurs besoins et essayer dy rpondre, que a soit travers laccompagnement individualis de projets ou des dispositifs plus collectifs.

1

Senrichir mutuellement

Parler de la coopration sur le plan conomique, cest avant tout se rappeler une vidence que lorganisation de march a parfois tendance nous faire oublier : lespce humaine est viscralement, frocement cooprative. Nous disposons en effet daptitudes cognitives et affectives qui nous permettent de fonctionner avec lautre, et datteindre ensemble des objectifs qui nous demeurent interdits en tant quindividu isol.

2

La coopration partout, tout le temps

Nous interagissons partout, tout le temps, sans souvent nous en rendre compte: Que faisons-nous linstant mme, dans ce colloque ? Nous mettons nos cerveaux ensemble pour apprhender des questions complexes lies lconomie sociale et lintelligence territoriale, et les rponses sont des assemblages de points de vue.

3

Les premiers avoir transpos cette posture de coopration dans le champ de lentreprise sont ces messieurs, des tisserands, qui, au milieu du 19me sicle, en Angleterre, Rochdale, ont cr la premire cooprative de consommateurs : un magasin de produits de premire ncessit prix modique, gr par ses clients. Important de comprendre le contexte : cette poque, lindustrialisation en est ses prmices, et le rapport de force est nettement lavantage de ceux qui dtiennent le capital, quelques-uns, et au dsavantage de ceux, nettement trs nombreux, qui sont venus peupler les villes et cherchent valoriser leur force de travail pour se mnager des revenus. La raison qui fait bouger ces messieurs la mise quelque peu amidonne de ces fiers pionniers, se cache un pouvoir dachat fragilis, combinaison de bas salaires proposs par les manufacturiers et des prix pratiqus par les commerants.

4

Viser lquilibre financier pour satisfaire des besoins communs

Le fondement de la coopration conomique est pos : sallier et assembler du capital pour prioritairement satisfaire des besoins communs, et non pas rechercher avant tout la rmunration du capital. Et cet ajustement de priorit est capital dans la logique de lentrepreneuriat coopratif : on bascule dans des stratgies de croissance et de financement plus raisonns, plus raisonnables, davantage tourns vers la permanence de lentreprise, et de la satisfaction des besoins communs voqus.

5

IV. Restructurations et renouveau? (1986 2016)

III. Recul et stabilisation (1961 1985)

II. Dveloppement et apoge (1919-1960)

Les origines (1844 1918)

Un (tout petit) peu dhistoire

Entre hier et aujourdhui, il y a 175 ans dhistoire cooprative, faite de hauts et de bas, que je rsumerais de la faon suivante : Les coopratives vont se multiplier un peu partout dans le monde et dans notre pays, tant dans les villes, autour des besoins de louvrier, que dans les campagnes, pour scuriser lexistence de ceux qui vivent de la terre. Assez vite, une convergence et des synergies vont sinstaller entre ce principe de rationalit conomique et des mouvements idologiques, politiques, qui voient dans ce type dentrepreneuriat lopportunit de combler des lacunes criantes sur le plan alimentaire, ou encore en matire de soins de sant et plus largement de lassurance sociale, de laccs au crdit.Il y a eu plus rcemment, deux courants forts :de laccs au march du travail : Caroline en parlera abondamment dans un instantde la rappropriation de lentreprise par les travailleurs : a, cest le dada de Didier. Cette convergence va confrer lentrepreneuriat une dimension de mouvement. Il sagit dentreprendre, certes, mais diffremment, en incluant dans cette dmarche du sens et des proccupations dordre social au sens large. Cest une alternative, qui a aussi pour vocation interpeller lentrepreneuriat plus classique.

6

Entre volution et permanence

Et nous voil, moyennant quelques raccourcis, en 2016, dans une socit qui sest complexifie, technologise, dpiliarise, mais qui, fondamentalement, prsente toujours la mme quation conomique :

Loffre de travail est toujours infrieure la demandeLaccs au capital demeure toujours aussi difficile.

7

La pertinence de sallier et de sauto-organiser pour satisfaire des besoins communs perdure donc. Et cette alliance continue se construit essentiellement sur des liens communautaires, au niveau local.

8

#1 : Un capitalisme plus numrique

Jpinglerai trois grandes diffrences dans le contexte, qui emportent autant denjeux : I. Le capitalisme est entr dans une nouvelle re, moins industrielle, (post-industrielle - 3me rvolution), plus numrique, ce qui amne son lot dopportunits mais aussi de risques. Une des principales donnes qui merge est la facilitation de la mise en contact entre individus. Si lactivit conomique continue intgrer une forte composante physique, la rencontre entre offreur et demandeur sopre de plus en plus souvent via des plateformes internet ou des applications mobiles. Do la monte en puissance de plateformes collaboratives telles que Uber, AirBnB, Deliveroo.. Dans lesquelles la valeur continue par tre capte par ceux qui ont eu le capital ncessaire pour investir. 9

Enjeu 1 : investir le champ numrique

www.platformcoop.net

Il est donc impratif de ne pas laisser le champ libre aux acteurs classiques, et de dvelopper une alternative dans le champ numrique. Un nouveau mouvement est en cours dmergence, visant faciliter lmergence de plateformes coopratives, partir dexpriences russies, comme une plateforme post-uber de 800 taximen Denver. On ne devrait pas tarder en entendre davantage parler en BE.

A la clef, il y a au minimum des meilleures conditions de travail pour tous ceux qui nont pas dautres choix que de passer par ces plateformes pour valoriser leur main duvre. 10

#2 : un systme conomique qui pose question

Deuxime lment de contexte : Besoin de sens grandissant du grand public : contribuer une conomie prenant davantage en compte la durabilit sur le plan environnemental et social, combin un essoufflement des produits dpargne classique.

11

Enjeu 2 : expliquer ses spcificits

Enjeu : Le modle coopratif doit pouvoir sexpliquer pour ne pas tre peru comme une simple voie de durabilisation de son pargne, sans impact pour le rendement. Investir dans des projets coopratifs, cest investir dabord pour la solution quapporte lentreprise, Il faut aussi aider dcrypter, car forme juridique cooprative ne veut pas ncessairement dire projet coopratif.

A la clef : Ne pas se laisser guider par le rendement dans les stratgies de dveloppementDes cooprateurs engags : dans les coopratives base largie, citoyennes, on estime de 10 15% le nombre de cooprateurs prts sinvestir en temps et en comptences dans le projet. 12

# 3 : des projets entrepreneuriaux plus complexes, multi-parties prenantes

Elment de contexte 3 : La progression des savoirs et des techniques rend les projets entrepreneuriaux plus complexes et augmente le nombre de parties prenantes potentielles (ex : NRJ renouvelables) => les projets coopratifs sont de plus en plus souvent multi-acteurs > multi-parties prenantes. NRJ renew : promoteurs, commune, agriculteurs, coles, riverains, citoyens sympathisants, environnementalistes, gestionnaire de rseau, etc.

13

Enjeu 3 : grer la participation et faire merger lintelligence collective

Enjeu 3 : Grer la participation au sein de projets entrepreneuriaux multi-acteurs, avec des catgories de cooprateurs qui viennent satisfaire, travers un projet commun, des besoins diffrencis.

A la clef : une intelligence collective, fruit dexpriences, de points de vues diffrents, pour trouver des solutions adaptes des problmatiques complexes, notamment sur le plan de la durabilit.

14

A cet gard, beaucoup dinnovation dans les projets en mergence en Wallonie et Bruxelles.15

Des projets biomasse coopratifs : est-ce raliste?

Oul, allez-vous me dire, a na pas lair simple, votre histoire16

Une exprience de 175 ans

Heureusement, on peut sappuyer sur 175 ans dhistoire cooprative, pour comprendre ce qui marche et ce qui ne marche pas. Cette exprience, agrge par lACI, se prsente sous la forme de 7 principes (cfr schma), que nous nallons pas parcourir ici dans le dtail.Limportant est, nous semble-t-il, de bien considrer que ce sont ces principes qui font de lentrepreneuriat coopratif un modle reposant sur une thorie. Leur implmentation dans lentreprise conditionne le maintien de limplication de la communaut de cooprateurs dans le projet.17

Rsilience face aux crises

En conclusion, lattention mise sur la satisfaction des besoins communs, ainsi que limplication continue des cooprateurs explique sans doute en grande partie un phnomne qui sest rvl en 2008, loccasion de la crise financire : les entreprises profondment coopratives rsistent mieux que les autres aux chocs exognes, et donc participent clairement la rsilience des territoires.

Je dirai pour finir une phrase entendue un peu plus tt dans la semaine : seul, on va plus vite. Ensemble, on va plus loin.

18

Merci!

19