Ins reperes 2012-09

download Ins reperes 2012-09

of 14

  • date post

    18-Nov-2014
  • Category

    Documents

  • view

    518
  • download

    5

Embed Size (px)

description

 

Transcript of Ins reperes 2012-09

  • 1. Rpublique tunisienne Statistiques Tunisie / Institut National de la Statistique Observatoire de la Conjoncture Economique Septembre 2012 Repres conomiques Lettre dinformation de lObservatoire de la Conjoncture Economique Croissance alentie Aprs une anne 2011 agite au-del du prvisible, qui sest solde par une rcession conomique indite, le rtablissement tant attendu et espr de lactivit conomique savre encore bien timide. Confronte un contexte socio-politique dlicat, qui pse naturellement sur le climat des affaires et la demande intrieure, lconomie nationale a t en plus rattrape en 2012 par la pesanteur de la morosit de son environnement extrieur immdiat, ce qui la condamne traverser pendant un bon moment encore un trou dair aux causes multiples. Les derniers dveloppements de la conjoncture internationale restituent le profil dune conomie mondiale qui volue trois vitesses. La dynamique des conomies mergentes, quoique ralentie, demeure relativement robuste et reste toutefois le principal moteur de la croissance mondiale. Alors que lconomie amricaine retrouve peu peu le chemin dune croissance auto-entretenue malgr quelques dceptions. Au mme moment, lEurope entre dans une phase de lgre rcession et continue dinquiter la fois par les dveloppements de la crise de la dette et la dgradation corrlative des perspectives dactivit, avec la crainte que laggravation des difficults conomiques et financires de la zone euro ne se propage pour affecter plus encore les autres conomies du Globe. Le renforcement de la solidarit europenne travers les mcanismes de soutien de la BCE semble rassurer pour linstant les marchs, mais le contexte resterait durablement difficile et incertain, tant lenvironnement financier que le Editorial ncessaire dsendettement des agents privs et les cures, plus ou moins svres, daustrit pseraient durablement sur les conomies. Face un tel environnement, et plonge en pleine crise depuis dbut 2011, lconomie nationale a dabord marqu un rtablissement heurt mais progressif au cours de lanne dernire. La croissance du PIB en rythme annuel sest affiche par la suite en territoire positif au taux de 4.6% lan au premier trimestre 2012 et est ressortie un niveau plus modr de 2.1% au cours du trimestre suivant. Malgr une croissanceObservatoire de la Conjoncture Economique 1
  • 2. Repres conomiques septembre 2012 de nouveau positive et une baisse du taux de chmage, il est peut tre encore prmatur pour parler dun redressement conomique. Il faut dabord souligner que lconomie nationale fait face en 2012 deux chocs majeurs. Le premier renvoie une conjoncture dgrade chez nos principaux partenaires europens qui a fini par se rpercuter et peser, avec un certain dlai, sur lactivit nationale, et notamment sur lvolution des exportations ds la mi-2011. En fait, la croissance 3.3% au cours de la premire moiti de lanne est relativiser et masque en ralit une conjoncture encore peu amne dans son ensemble, et diffrencie selon les secteurs dactivit. Indiscutablement, laffaiblissement continu des exportations de biens est concomitant avec une rcession dans les industries manufacturires. Le sentiment conomique chez les oprateurs industriels reflte par ailleurs les apprhensions par rapport aux perspectives court terme du secteur. Un tel choc exogne externe constituera un frein au retour de la production industrielle son niveau potentiel davant crise. La dconvenue au niveau de lindustrie manufacturire semble nanmoins avoir t compense partiellement par le rtablissement des activits non manufacturires dans les mines, une volution un peu plus favorable au niveau de lagriculture et dans les services. Du coup, si la croissance du premier trimestre 2012 constitue plus un rebond technique , celle du deuxime trimestre correspond une croissance spontane plus compatible avec la conjoncture actuelle. La forte acclration de linflation depuis la mi-2011 constitue le second choc avec lequel lconomie nationale devra tant bien que mal composer. Elle devrait peser davantage sur le pouvoir dachat des mnages et donc amortir la consommation finale. En outre, la situation du march de lemploi demeure trs mitige en dpit dune apparente baisse du chmage dun taux circonstanciel de 18,9% au quatrime trimestre 2011 un niveau encore trs lev 17,6% au printemps 2012. Le pire, cest que cette situation risque de durer, compte tenu de linertie structurelle et culturelle qui caractrise le tissu conomique. Car, pour gnrer des emplois prennes, il faut arriver crer des employeurs viables (cf . f ocus la f in du document). Editorial On sait aussi que la Tunisie doit renouer avec une croissance rgulire dau moins 6% pour que le chmage se stabilise. Or, les prvisions officielles font tat dune progression de 3,5% de lconomie cette anne et de 4,3% lan prochain. Le scnario pour 2012 semble hypothqu, ce qui ne manquera pas daffecter les grands quilibres macroconomiques, en particulier ceux des finances publiques. Alors quaujourdhui les relais de croissance sont absents, voire restent encore imaginer et le redmarrage de linvestissement tarde se concrtiser, plomb par lattentisme des oprateurs conomiques.Observatoire de la Conjoncture Economique 2
  • 3. Repres conomiques septembre 2012 Environnement international La crise en zone euro affecte la croissance mondiale Au second trimestre 2012, lconomie mondiale aurait progress de 2,8% lan, taux le plus bas depuis la fin 2009. Ce ralentissement touche aussi bien les conomies avances qumergentes. En particulier, la situation en zone euro continue faire peser de srieuses menaces sur lensemble de lconomie mondiale. Son PIB sest contract de 0.2% au deuxime trimestre, aprs avoir stagn au premier et reflu de 0.3% au dernier trimestre 2011. Du ct de la demande, les dpenses de consommation et dinvestissement se sont replies, respectivement de 0.2% et 0.8% alors que les importations ont progress de 0.9% aprs deux trimestres de baisse. Les difficults persistantes de la Grce, de lEspagne et de lItalie continuent miner le climat conjoncturel europen. Selon les dernires enqutes de conjoncture, une baisse du PIB de la zone euro de lordre de 0.6% est envisager au troisime trimestre de lanne, ce qui replongerait lconomie europenne en rcession. Le marasme touchant la priphrie de la zone euro a fini par gagner le noyau central, avec une contraction attendue de la production franaise aprs trois trimestres de stagnation. LAllemagne continue cependant faire exception, son conomie qui reprsente plus dun quart de la production de la zone euro, a progress de 0.3% au deuxime trimestre et devrait encore chapper la contraction au troisime. Les perspectives pour les prochains mois sont toutefois teintes dincertitudes en raison dun ralentissement persistant des nouvelles commandes. La situation en zone euro sest rpercute sur les autres conomies avances. Ainsi, bien que lconomie Japonaise ait progress de 0.3% au deuxime trimestre,