Electronique - La Normalisation Dans La Conception Electronique

download Electronique - La Normalisation Dans La Conception Electronique

of 17

Embed Size (px)

Transcript of Electronique - La Normalisation Dans La Conception Electronique

  • 8/17/2019 Electronique - La Normalisation Dans La Conception Electronique

    1/17

    Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.© Techniques de l’Ingénieur, traité Électronique E 3 830 − 1

    La normalisationdans la conception électronique

    par  Alain Y. LE MAOÛTChef du Département Normes et Standards à Bull S. A.

    et article décrit les contraintes imposées par le respect des normes dans la construction de dispositifs électroniques. Les problèmes de la normali- 

    sation des systèmes électroniques complexes (fonctionnalité, interconnexion et compatibilité opérationnelle) ne sont pas abordés.

    C’est un domaine très vaste, couvert par un important référentiel normatif : JTC1 (ISO/CEI) pour les techniques de l’information ; ITU-T pour les télécom- munications (anciennement CCITT). L’électronique est une industrie mature, qui se développe depuis un demi-siècle ; il n’est donc plus pensable de tout recréer exnihilo à chaque projet, tant parce qu’il existe un parc installé important et donc un contexte électronique et électrique figé (réseaux d’alimentation, machines de 

    1. Intérêt du respect des normes ............................................................. E 3 830 - 41.1 Normes volontaires..................................................................................... — 41.2 Normes réglementaires .............................................................................. — 4

    2. Nature des normes et des certifications ........................................... — 42.1 Sémantique.................................................................................................. — 52.2 Types de norme ........................................................................................... — 52.3 Types de certification .................................................................................. — 6

    3. Classification des matériels.................................................................. — 83.1 Structure....................................................................................................... — 83.2 Domaine sectoriel d’emploi........................................................................ — 83.3 Environnement d’utilisation ....................................................................... — 8

    4. Mécanisme de prise en compte de la normalisation ..................... — 84.1 Cycle de vie du produit ............................................................................... — 94.2 Moyens......................................................................................................... — 10

    5. Organismes normatifs et législatifs ................................................... — 115.1 Niveau international .................................................................................... — 115.2 Niveau national............................................................................................ — 11

    5.3 Industrie et recherche.................................................................................. — 125.4 La législation................................................................................................ — 12

    6. Domaines couverts.................................................................................. — 126.1 Composants................................................................................................. — 126.2 Interfaces de servitude................................................................................ — 136.3 Sécurité......................................................................................................... — 136.4 Compatibilité électromagnétique............................................................... — 146.5 Marquage ..................................................................................................... — 14

    7. Assurance qualité des entreprises...................................................... — 157.1 Normes EN 29001, EN 29002, EN 29003.................................................... — 157.2 La certification.............................................................................................. — 16

    8. Conclusion ................................................................................................. — 16

    Pour en savoir plus........................................................................................... Doc. E 3 830

  • 8/17/2019 Electronique - La Normalisation Dans La Conception Electronique

    2/17

    LA NORMALISATION DANS LA CONCEPTION ÉLECTRONIQUE  ___________________________________________________________________________________

    Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.E 3 830 − 2 © Techniques de l’Ingénieur, traité Électronique

    fabrication, équipements de test et de maintenance) que par la pression de la société (concurrence économique, lois sociales, contraintes d’environnement).

    C’est dès la rédaction du cahier des charges d’un nouveau produit qu’il faut intégrer les contraintes normatives, en confrontant les finalités et la nature du produit au système normatif existant, volontaire ou réglementaire, international 

    ou local, temporel ou pérenne.De cette confrontation, il découlera au minimum le droit de commercialiser 

    légalement le produit, mais aussi un meilleur bilan économique et en final une meilleure satisfaction du client.

    (0)

    Sigles des organismes

    Sigle Signification

    ACTE Applications Committee for Terminal Equipment

    AELE Association Européenne de Libre Échange

    AFAQ Association Française pour l’Assurance de la Qualité

    AFNOR Association Française de Normalisation

    ANSI American National Standards Institute

    AQAP Allied Quality Assurance Programme

    ARINC Aeronautical Radio INCorporated

    ASTC Standard Committee for Telecommunications

    BSI British Standards Institution

    CBEMA Computer and Business Equipment Manufacturers Association

    CCIR Comité Consultatif International des Radiocommunications

    CEI Commission Électrotechnique Internationale

    CEN Comité Européen de Normalisation

    CENELEC Comité Européen de Normalisation Électrotechnique

    CECC CENELEC Electronic Components Committee

    CEE Communauté Économique Européenne

    CFR Code of Federal Regulations

    CISPR Comité International Spécial des Perturbations Radioélectriques

    CNET Centre National d’Études des Télécommunications

    CODEC Codage/Decompression

    CSA Canadian Standards Association

    CTR Common Technical Regulation

    DIN Deutsches Institut für Normung

    EAN European Article NumberingECMA European Computer Manufacturers Association

    EIA Electronic Industries Association

    EN Europaische Norm

    EPHOS European Profile Handbook for Open Systems

    ETSI European Telecommunications Standards Institute

    EUROBIT European Association of Manufacturers of Business Machines and Data Processing Equipment

  • 8/17/2019 Electronique - La Normalisation Dans La Conception Electronique

    3/17

    ___________________________________________________________________________________ LA NORMALISATION DANS LA CONCEPTION ÉLECTRONIQUE

    Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.© Techniques de l’Ingénieur, traité Électronique E 3 830 − 3

    EWOS European Workshop for Open Systems

    FCC Federal Communication CommissionFIPS Federal Information Processing Standard

    GAM Guerre Air Mer

    GATT General Agreements on Tariffs and Trade

    GOST Gosudarstvennyi Komitet SSSR po Standartam (organisme de normalisation russe)

    GPIB General Purpose Interface Bus

    GS Geprüfte Sicherheit

    GSA General Services Administration

    IEC International Electrotechnical Commission (cf. CEI)

    IEEE Institute of Electrical and Electronics Engineers

    IPC Institute of Printed Circuits

    ISA Instrument Society of AmericaISO International Organization for Standardization

    ITSTC Information Technology Steering Committee

    ITU-T International Telecommunications Union-Telecommunications (ex CCITT)

    JEDEC Joint Electronic Device Engineering Council

    JEIDA Japan Electronic Industry Development Association

    JIS Japanese Industrial Standard

    JISC Japanese Industrial Standards Committee

    JTAG Joint Test Action Group

    JTC Joint Technical Committee

    LCIE Laboratoire Central des Industries Électriques

    LNE Laboratoire National d’Essais

    MITI Ministry of International Trade and Industry

    NAFTA North American Free Trade Agreement

    OSI Open Systems Interconnection

    RAQ Reconnaissance Assurance Qualité

    RNE Réseau National d’Essais

    SDO Standard Developping Organization

    SEMI Semiconductor Equipment and Materials Institute

    STD Standard Terminal Driver

    TAG Technical Advisory Group

    TC Technical Committee

    TEI Terminal Equipment Identifier

    Text Encoding Initiative

    TüV Technischer Uberwachungs Verein

    UL Underwriter’s Laboratory

    UPC Universal Product Code

    UTE Union Technique de l’Électricité

    VDE Verband Deutscher Elektrotechniker

    Sigles des organismes (suite)

    Sigle Signification

  • 8/17/2019 Electronique - La Normalisation Dans La Conception Electronique

    4/17

    LA NORMALISATION DANS LA CONCEPTION ÉLECTRONIQUE ___________________________________________________________________________________

    Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.E 3 830 − 4 © Techniques de l’Ingénieur, traité Électronique

    1. Intérêt du respectdes normes

    1.1 Normes volontaires

    Un produit nouveau, sans concurrence, fabriqué en quantité dansune usine intégrée (produisant tous les éléments) peut sans doutene se préoccuper que peu ou prou de la normalisation. Il peut mêmedans son domaine devenir la référence et servir de modèle à unenorme. C’est une stratégie de grand groupe financièrement trèspuissant, qui décide d’investir suffisamment pour se trouver ensituation de monopole, avec un produit protégé par ailleurs par desbrevets difficilement contestables.

    1.1.1 Économie

    Plus généralement, le lancement d’un nouveau produit implique

    un risque économique assumé par le promoteur. Il faut pouvoir mini-miser ce risque et limiter les investissements problématiques : parexemple développer une chaîne automatique de réglage spécifique,faire développer un composant particulier. De nombreux aspectsd’un projet peuvent être réexaminés sous cet angle.

    1.1.2 Méthodes de fabrication

    Les méthodes de fabrication peuvent être prises en compte dansle choix des composants : par exemple, l’utilisation de machinesd’ inser t ion automatique des composants impl ique unconditionnement en bande sur bobine, conforme à un certainstandard.

    Les CMS (composants montés en surface) nécessitent descomposants aux caractéristiques physiques et thermiques

    compatibles avec ce mode de soudage.

    1.1.3 Compatibilité

    Les aléas d’approvisionnement des composants et sous-ensembles peuvent conduire à de difficiles problèmes decompatibilité mécanique et fonctionnelle.

    Il est bien évident que l’utilisation de composants conformes, voirecertifiés conformes à une norme, permet de trouver des remplace-ments compatibles.

    1.1.4 Testabilité

    Le marché propose de plus en plus des équipements de tests

    polyvalents, à base d’ordinateurs temps réel. Chaque applicationnécessite l’écriture d’un programme nouveau. Ces testeurs dia-loguent avec le sous-ensemble à travers des interfaces norma-lisées. Le développement d’un sous-ensemble doit donc être faiten tenant compte de cette interface, de ses contraintes physiques(connecteur, niveau de signal), mais aussi de ses capacitésspatio-temporelles.

    1.1.5 Maintenabilité

    Le problème est identique au précédent ; les interfaces de testpeuvent être réutilisées pour la maintenance : isolement d’unsous-ensemble, détection d’un composant défectueux, voire unemaintenance préventive par la comparaison des performancesréelles avec les performances spécifiées.

    1.1.6 Fiabilité

    La fiabilité d’un produit, donc sa qualité intrinsèque se prédisentfacilement aujourd’hui. Les normes de composants donnent le MTBF(Mean Time Between Failure ) et les divers paramètres permettantles calculs. Par ailleurs, il existe des tables normalisées donnant lafiabilité effective des composants, basées sur les mesures réelles(base de données CNET par exemple).

    L’emploi de composants normalisés permet la détermination dela fiabilité de façon rigoureuse et économique. Il faudrait des moyensénormes pour déterminer ces données de façon expérimentale.

    1.2 Normes réglementaires

    La plupart des démocraties modernes et en particulier l’Unioneuropéenne ont publié des lois destinées à protéger les citoyens deséventuelles agressions   ou excès  du progrès technique. Ces loiss’appuient sur un référentiel normatif et, de ce fait, astreignent à res-pecter ces normes.

    Par ailleurs, l’Union a recommandé que les achats publics desDouze soient faits en référence aux normes européennes, ce quiaccroît encore l’intérêt de leur prise en compte.

    1.2.1 Exigences essentielles

    La législation de l’Union Européenne se limite à établir lesexigences essentielles auxquelles les produits doivent se conformerpour assurer la santé publique ou la sécurité au niveau de l’envi-ronnement ou du consommateur. Les normes européennes sontdéveloppées en fonction de chaque directive, afin de fournir aufabricant un ensemble de spécifications techniques reconnues parla directive, comme donnant une présomption de conformité auxexigences essentielles.

    En ce qui concerne les équipements électroniques et l’environ-

    nement, deux aspects ont été couverts par les directives : la sécu-rité et le contrôle du rayonnement électromagnétique.

    1.2.2 Qualité

    D’une façon plus générale, une directive (91/265/CEE) a porté surles terminaux de télécommunication, pour assurer des conditionségales de connexion au réseau public. Cette directive a ceci de par-ticulier qu’elle inclut comme méthode de preuve de conformité lanotion de respect de normes d’assurance qualité par l’entrepriseproductrice du terminal.

    2. Nature des normeset des certifications

    La publicité et le marketing aiment à utiliser ce qui est brillant,flatteur, mais difficile à contrôler.

    La normalisation allemande fait particulièrement recette ; combiende composants sont déclarés DIN, sans autre détail, or DIN estl’organisme de normalisation de la République fédéraled’Allemagne, il y a plus de 10 000 normes DIN au catalogue... Quine s’est vu proposer un produit entièrement certifié conforme ? Belargument ! mais certifié à quoi, pour quel usage ? Y a-t-il descertifications partielles ?

  • 8/17/2019 Electronique - La Normalisation Dans La Conception Electronique

    5/17

    ___________________________________________________________________________________ LA NORMALISATION DANS LA CONCEPTION ÉLECTRONIQUE

    Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.© Techniques de l’Ingénieur, traité Électronique E 3 830 − 5

    Ces abus sont pernicieux, car ils sous-tendent l’escroquerie etdiscréditent ce qui devrait être le garant de la qualité et de laconfiance.

    2.1 SémantiqueL’incorporation incontrôlée à notre vocabulaire technique de

    nombreux vocables américains rend parfois notre langage ambigu,voire incompréhensible.

    Ainsi, le terme américain « standard » couvre-t-il un domaine plusgénéral que son équivalent français. Le français utilise deux mots,« norme » et « standard », pour couvrir le même domaine.

    2.1.1 Norme

    Une norme est un document établi par consensus et approuvépar un organisme public reconnu qui fournit, pour des usagescommuns et répétés, des règles, des lignes directrices ou des

    caractéristiques, pour des activités ou leur résultat, garantissant unniveau d’ordre optimal dans un contexte donné.

    Identification d’une norme : une norme est identifiée bien sûr aupremier chef par son titre ; [exemple :   clavier numérique poursystèmes électroniques domestiques (SED)] ; ensuite par un codealphanumérique, ici CEI 948 : 1988.

    Les trois premières lettres sont le sigle de l’organisme qui publiela norme EN, ISO, CEI, etc., les premiers chiffres une référencenumérique, parfois une suite de nombres ou un tiret suivi de 1 ou2 ou 3, indique une filiation comme ISO 9001, 9002, mais ce n’estpas une règle. Les derniers chiffres indiquent la date de publication.Cette date change à chaque nouvelle version.

    Une norme ne peut être modifiée pendant une certaine période(au moins 3 ans pour l’ISO) en dehors de corrections éditoriales oud’erreurs. Elle est révisée tous les 5 ans et peut alors être reconduiteou annulée.

    2.1.2 Standard

    Le standard est une règle fixée par un groupe d’entreprises ou àl’intérieur d’une seule entreprise pour caractériser un produit, uneméthode de travail, un objectif de qualité.

    Les règles de classification, d’évolution des standards sontvariables et dépendent des organismes auteurs. Leur portée est pluslimitée que celle de la norme ; ils sont l’expression de règlesdéfinissant de nouveaux produits : par exemple, standard JEDEC duboîtier T02.

    Parfois, avec le succès, le standard devient une norme :

    Spécification technique → Standard → Norme

    est l’évolution classique du référentiel d’un produit qui réussit (parexemple le CD audio).

    2.1.3 Certification

    La certification est l’expression de la conformité d’un produit oud’un processus à une référence.

    Un organisme de certification atteste par écrit la conformité d’unproduit au vu d’un ou de plusieurs rapports d’essais effectués pardes laboratoires accrédités. Il délivre un certificat de conformité.

    Il convient de dire :

    « La norme de sécurité CEI 950 est en passe de devenir la référence universelle pour la sécurité des produits électroniques. »

    « La société Bull se réfère à un standard interne d’identité visuelle pour réaliser un emballage .»

    « Un certificat de conformité à la norme EN 60 950 sera exigé pour la commercialisation de tel produit à l’intérieur de l’Union européenne. »

    2.2 Types de norme

    L’utilisateur néophyte est toujours rebuté par la première approched’une norme ; souvent le langage est technique et spécialisé, lesprécautions « oratoires » nombreuses et sibyllines. Ce qu’il fautsavoir, c’est qu’une norme est rarement, voire jamais, un documentautonome, compréhensible et applicable en soi. Pour des raisonsd’efficacité, de structuration logique, une méthodologie de classifi-cation a été mise en œuvre, verticale d’abord, par sujet — électro-technique, machines tournantes, traitement de l’information —,

    horizontale ensuite — mesurage, fiabilité, sémantique. Il en résulteque chaque norme doit être, à la lecture, replacée dans cette arbo-rescence.

    Il y a bien sûr une structure à l’intérieur de chaque norme :— le titre ;— une introduction sur l’objet de la norme ;— un chapitre sur la définition des termes spécifiques rencon-

    trés dans la norme ;— un autre sur les documents applicables et cités ;— une liste des mots-clés utilisés, ce qui aide les recherches dans

    les systèmes de bases de données fondées sur un thésaurus, parfois.

    Ceci, quel que soit le type de norme.

    2.2.1 Norme de terminologie

    C’est une norme cernant un vocabulaire particulier, en donnantune définition précise des termes, des exemples d’utilisation.

    Cette notion de vocabulaire normatif est très importante, car unlangage précis est le garant d’une utilisation sans ambiguïté et doncde l’efficacité du processus.

    À ce sujet, les traductions de normes, en particulier de l’anglais,posent de très graves problèmes d’interprétation.

    2.2.2 Norme de base

    C’est une norme de portée générale ou qui comporte des dispo-sitions d’ensemble pour un domaine particulier (exemple  : Couleurset signaux de sécurité, ISO 3864).

    Cette norme peut être utilisée comme telle pour définir l’archi-

    tecture d’une machine. Plus souvent, elle sera reprise commeréférence dans d’autres types de normes.

    2.2.3 Norme de produit

    C’est une norme qui spécifie les exigences auxquelles doit satis-faire un produit ou un groupe de produits, pour assurer son ou leuraptitude à l’emploi. L’aptitude à l’emploi peut être une notion exhaus-tive ou partielle, par exemple : traiter du pas des vis « filetagemétrique ISO pour usages généraux » ou traiter de la sécurité,c’est-à-dire de l’innocuité du produit, vis-à-vis de l’environnement.

  • 8/17/2019 Electronique - La Normalisation Dans La Conception Electronique

    6/17

    LA NORMALISATION DANS LA CONCEPTION ÉLECTRONIQUE ___________________________________________________________________________________

    Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.E 3 830 − 6 © Techniques de l’Ingénieur, traité Électronique

    Les autres contraintes relatives au produit sont en général citéesen référence à des normes de base.

    2.2.4 Norme d’essai

    C’est une norme qui donne les méthodes d’essai, mais aussi lescritères d’évaluation des essais : tailles d’échantillon, fourchetted’acceptation, classe de matériel.

    Il faut bien avoir à l’esprit qu’une norme participe à un ensembleet s’inscrit dans une arborescence (figure 1).

    2.3 Types de certification

    Le respect d’une norme par un produit peut être un objectif quese donne l’ingénieur de conception pour les diverses raisons quenous avons vues. Il peut aussi être nécessaire de faire la preuve decette conformité par une opération de certification. L’UnionEuropéenne qui a, au moyen des directives, introduit de nombreusesnormes réglementaires s’est aussi penchée sur les moyensd’assurer, sans imposer de charges inutiles au fabricant, la définitionde procédures d’évaluation de la conformité. Cela s’est traduit parla décision du conseil (90/683/CEE) définissant 7 modules,c’est-à-dire 7 cheminements possibles, pour garantir la conformitéd’un produit industriel à une ou plusieurs normes. La figure 2 résumeces dispositions.

    Ces modules évoquent plusieurs notions qu’il est nécessaire deconnaître avant d’entreprendre leur analyse.

    2.3.1 Certification de type

    Le contrôle de conformité s’effectue sur un ou deux échantillonsde production du produit et sur l’examen de la documentationtechnique correspondante.

    La certification de type n’assure donc pas une garantie totale deconformité, puisqu’elle ignore les aléas de la fabrication : dispersion,assurance qualité.

    2.3.2 Certification de produit

    Ce niveau de certification prend en compte les méthodes defabrication et le système qualité de l’entreprise, pour la productionet les essais ; il peut être étendu à l’inspection et aux essais du produitlui-même dans leur principe, pour la conformité du produit au typecertifié.

    Plus finement encore, la certification produite peut inclure destests par prélèvement sur les produits fabriqués, voire des testsunitaires sur chaque produit fabriqué. On parle alors de certificationproduit unitaire.

    2.3.3 Certification d’entreprise

    Nous avons vu qu’une norme pouvait décrire un processus ouun service ; il est donc possible d’envisager la certification d’uneentreprise globale à telle ou telle norme. L’exemple classique est lacertification des systèmes d’assurance qualité d’une entreprise auxnormes ISO 900 X (cf. § 7). Une telle certification obtenue par uneentreprise peut l’affranchir de la nécessité de faire certifier sesfabrications de type ou produit, la certification de l’entreprise étantconsidérée comme un garant de bonne pratique industrielle.

    Figure 1 – Structure hiérarchiquedes normes de sécurité

  • 8/17/2019 Electronique - La Normalisation Dans La Conception Electronique

    7/17

    ___________________________________________________________________________________ LA NORMALISATION DANS LA CONCEPTION ÉLECTRONIQUE

    Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.© Techniques de l’Ingénieur, traité Électronique E 3 830 − 7

    Figure 2 – Procédure d’évaluation de la conformité (d’après [1])

  • 8/17/2019 Electronique - La Normalisation Dans La Conception Electronique

    8/17

    LA NORMALISATION DANS LA CONCEPTION ÉLECTRONIQUE ___________________________________________________________________________________

    Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.E 3 830 − 8 © Techniques de l’Ingénieur, traité Électronique

    3. Classificationdes matériels

    Il peut paraître évident pour un concepteur de savoir quelle est

    la nature exacte du produit sur lequel il travaille.En principe, le cahier des charges qui définit la finalité du travail

    doit être explicite sur ce point. La réalité est toute différente, car leproduit s’inscrit dans une vaste matrice résultant d’une systématiqueselon plusieurs critères et le maître d’œuvre n’a pas toujours unevue très claire sur ces domaines. De la précision de cetteclassification dépendra la définition des normes et standards appli-cables, des certificats exigibles ou souhaitables.

    Ainsi, les catalogues fournisseurs proposent régulièrement desventilateurs produisant un niveau sonore conformément à tellenorme de bruit. C’est une information sans intérêt ou presque ; eneffet, un ventilateur est un sous-ensemble, qui sera monté dans uncoffret adapté à une gaine et le niveau sonore résultant n’aura rienà voir avec celui indiqué par le fournisseur, qui, bien sûr, ignore toutde votre cas d’emploi.

    Un produit spécifié pour fonctionner dans des locaux climatisés

    (16 à 32 oC), voilà une condition facile à respecter, sauf à savoir quele hangar de stockage monte à 80 oC au soleil du Sahara juste avantl’utilisation.

    3.1 Structure

    3.1.1 Composant

    Il s’agit d’un élément de base spécialisé tel que : capteur, tête delecture, panneau de commande.

    3.1.2 Sous-ensemble

    Ce vocable désigne la réalisation pratique d’une fonction del’ensemble ; par exemple  : chaîne de lecture (tête de lecture, ampli-ficateur, câble et connecteur).

    3.1.3 Sous-ensemble autonome

    Proche du précédent, cet élément s’en distingue par la possibilitéd’une mise en œuvre indépendante de l’ensemble, la caractéristiquepremière étant une alimentation en énergie propre et la possibilitéd’un certain niveau de mise en œuvre (pour des tests par exemple).

    3.1.4 Appareil

    Il s’agit d’un produit autonome pouvant exécuter une ou plusieursfonctions, par exemple un téléviseur.

    Cet appareil est cartérisé , alimenté par le secteur, contrôlé à partird’un poste opérateur. Il reçoit et décripte les ondes hertziennes etproduit une image et des sons. C’est la classe de produits la plusfacile à situer dans le maquis de la normalisation.

    3.1.5 Systèmes

    Il s’agit d’un assemblage d’appareils interconnectés pour réaliserdes fonctions complexes. Un exemple type est un ordinateur,système usuellement composé d’une unité centrale, d’un poste devisualisation et d’une commande de lecteur, de disques ou debandes, d’une imprimante. Ces appareils sont interconnectés par desliaisons fonctionnelles et des liaisons de contrôle et commande.

    3.2 Domaine sectoriel d’emploi

    La finalité d’utilisation du matériel conditionne également ledomaine normatif qui s’appliquera. On distingue usuellement :

    — les applications civiles différenciées en grand public etprofessionnel ;

    — les applications médicales pour d’évidentes raisons de sécu-rité et de fiabilité ;

    — les applications de télécommunications, car dans cette caté-gorie se mêlent étroitement appareils et systèmes ; ainsi un Minitelinstallé chez un particulier est un appareil faisant partie du systèmedu réseau public de télécommunications ;

    — enfin, les applications militaires qui doivent tenir compte à lafois des règlements et des conditions spécifiques du champ debataille.

    Il ne faut pas confondre, dans cette classification, les domainesd’emploi et les contraintes fonctionnelles et géométriques de cer-taines applications — aéronautique, spatiale.

    3.3 Environnement d’utilisation3.3.1 Conditions d’exploitation

    La destination et le volume du matériel aident à cette classification :— portable relié au secteur ou non ;— matériel posé sur une table ;— matériel physiquement autonome ;— matériel de salle technique destiné à être monté dans un rack

    ou une armoire technique.

    Il n’y a guère d’ambiguïté.

    3.3.2 Milieu

    Il est distingué essentiellement les environnements résidentiels

    et industriels (avec une classe à part pour les milieux industrielspollués : raffineries, carrières, etc.), les environnements particuliersau matériel embarqué : maritime, aéronautique ou spatial.

    La finalité de ce critère est assez évidente.

    3.3.3 Lieu géographique. Climat

    Le lieu géographique d’emploi interfère étroitement avec lesconditions de température, d’humidité rencontrées dans des utili-sations en extérieur, dans des lieux d’habitation, de travail :bureau, atelier ou entrepôt.

    4. Mécanisme de prise encompte de la normalisation

    La prise en compte des contraintes normatives doit être une despréoccupations premières du maître d’ouvrage, dès la définition duproduit. En effet, la constatation tardive de ces contraintes conduità des aberrations malheureusement courantes comme celle quiconsiste à contrôler la conformité d’un produit à une norme, pourlaquelle il n’a pas explicitement été conçu ! La non-conformitéconduit à des reprises d’étude, à des rajouts hâtifs, qui décalent leplanning et accroissent le prix de revient (un exemple récent montraitun accroissement de 1,7 du prix de revient pour obtenir la conformitéà une norme de rayonnement). Une gestion saine des contraintesnormatives implique aussi de ne pas passer à l’excès inverse,c’est-à-dire d’être conforme à tout.

  • 8/17/2019 Electronique - La Normalisation Dans La Conception Electronique

    9/17

    ___________________________________________________________________________________ LA NORMALISATION DANS LA CONCEPTION ÉLECTRONIQUE

    Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.© Techniques de l’Ingénieur, traité Électronique E 3 830 − 9

    Il convient donc que le chef de projet ait une connaissance précisede la classe du matériel qu’il va faire développer, mais aussi des nor-mes publiques en vigueur, des règles de l’art et des évolutionsprévisibles.

    Enfin, il doit disposer en permanence de moyens de contrôlepour s’assurer de la réalité physique de la conformité.

    4.1 Cycle de vie du produit

    La conduite rationnelle d’un projet se fait en suivant un chemi-nement maintenant classique, appelé « cycle de vie » (figure 3).Chacune de ces étapes est marquée, dans un projet ration-nellement mené, par un point d’avancement qui est aussil’occasion de décider ou non du passage à l’étape suivante. Lasituation du produit par rapport aux normes applicables doit êtreun des critères de la décision.

    4.1.1 Cahier des charges

    C’est la clé de voûte. Le cahier des charges doit comporter un cha-pitre « Normalisation », donnant clairement la stratégie du maîtred’œuvre vis-à-vis de la normalisation et explicitant les normesréglementaires à respecter, ainsi que le niveau de la preuve.Implicitement, les normes et standards volontaires, en donnanttoutes les informations, permettent de classifier le matériel selon lescritères du paragraphe 3.

    Enfin, les dérogations et les exceptions souhaitées pour unestratégie économique particulière doivent être dûment mentionnées.

    4.1.2 Développement

    Cette phase englobe toute la recherche pratique de la documen-tation normative, des catalogues fournisseurs, les standards internes

    compagnie s’ils existent, les législations le cas échéant.De cette recherche résulteront les valeurs quantifiées desdomaines de fonctionnement : température, rayonnement électro-magnétique, à prendre en compte dans le dossier de prototypes.

    4.1.3 Maquette, tests et essais

    Cette phase permet de réaliser, sur le prototype ou sur desmaquettes de certains sous-ensembles, un certain nombre de testset d’essais, dont le but est de déterminer la plage de fonctionnementdu matériel ; classiquement, cette plage doit être beaucoup plusgrande que celle nommément requise, de façon à pallier ladispersion due à la fabrication et à l’usure du matériel dans le tempset à permettre une adaptabilité à d’autres exigences.

    Il est bien évident que les constantes économiques du cahier descharges peuvent limiter ces marges.

    4.1.4 Certification

    Les maquettes et les prototypes conduisent à une machine deréférence construite selon le dossier, avec les méthodes de la série.

    C’est cette machine qui est présentée pour subir les tests deconformité et obtenir la certification. Selon l’importance de la série,les essais peuvent être conduits sur plusieurs spécimens de façonà confronter les résultats.

    4.1.5 Fabrication

    La fabrication ne peut être lancée raisonnablement qu’aprèsréception des certificats. Selon la nature des certificats requis, lafabrication pourra être contrôlée, soit globalement (ISO 9000), soitpar prélèvement ou unitairement.

    4.1.6 Commercialisation

    L’entité qui commercialise un produit est légalement responsabledu respect des lois en vigueur pour ce produit — cette règle estuniverselle. Il faut donc s’attacher à adjoindre au produit tous lescertificats de conformité et les marquages requis, en particulier ladocumentation utilisateur devra être contrôlée dans cette optique.

    Un test classique consiste à prélever dans les magasins duvendeur un produit emballé et à en assurer la mise en service dansdes conditions « clients ». C’est très efficace. Cette phase peutcomporter aussi un volet de gestion et application desmodifications éventuelles.

    Figure 3 – Cycle de vie du produit

  • 8/17/2019 Electronique - La Normalisation Dans La Conception Electronique

    10/17

    LA NORMALISATION DANS LA CONCEPTION ÉLECTRONIQUE ___________________________________________________________________________________

    Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.E 3 830 − 10 © Techniques de l’Ingénieur, traité Électronique

    4.1.7 Fin de vie

    La décision d’arrêter la fabrication, puis la vente d’un produit esten général basée sur des considérations économiques. Au niveaunormalisation, elle peut poser le problème de l’obligation demaintenance et, depuis peu, celui de la récupération du matériel enfin de vie pour un recyclage « propre ».

    4.2 Moyens

    De quoi doit disposer l’ingénieur d’études pour satisfaire lesexigences normatives du cahier des charges ?

    Les grosses sociétés disposent d’un département « Normes etstandards » ; pour les plus petites, le problème est plus complexe.En général, les connaissances des ingénieurs d’études dans ledomaine sont empiriques et fragmentaires. Certes, l’information estdisponible pour la plupart des normes publiques, encore faut-ilsavoir l’exploiter.

    4.2.1 Normes publiques

    Tous les grands organismes de normes publics ou privés publientdes catalogues décrivant leur collection de normes. Ces cataloguessont à multiples accès, par domaine, par index ou code de référence.Ils sont en général en plusieurs langues et leur publication estannuelle.

    De plus en plus, ces informations sont disponibles dans des basesde données informatiques ; dans ce cas les recherches sont facilitéespar l’utilisation d’un thésaurus et de mots-clés, aidant à la recherche.Le texte des normes lui-même est disponible sur commande, soitauprès de l’organisme responsable, soit auprès de sous-traitants.

    De plus en plus, les bases de données et le texte intégral desnormes sont proposés sur CD ROM, exploitable en local sur desmicro-ordinateurs. Tout ce matériel est aussi disponible sur abon-

    nement. Enfin, quelques officines spécialisées se chargent de pro-curer les normes et d’assurer un certain niveau de recherche simplesur leur nature.

    4.2.2 Standards internes compagnie

    Toutes les grandes compagnies disposent de standards internes.Il s’agit de documents rassemblant le savoir-faire de l’entreprise surun sujet donné, par exemple : compatibilité électromagnétique.

    Un tel document liste les normes existantes sur le sujet, dans lemonde entier, recense les règlements spécifiques à chaque pays etrend réglementaires ces normes. Il fait un classement des matérielsen fonction de ces normes et définit une enveloppe des diverseslimites imposées, de façon, le cas échéant, à permettre le dévelop-pement d’un produit mondial. Enfin, on y trouve les diverses formes

    de certificat ou de marquage exigées dans chaque pays.En absence de norme sur un sujet, les standards internes

    rassemblent les connaissances des experts, de façon à codifier lesrègles de l’art sur le sujet, par exemple certains aspects del’ergonomie des matériels. Cette connaissance très précieuse estfréquemment mise à jour par les experts techniques, mais aussi lesacteurs de la vie du produit : marketing, commercial, fabrication.

    Ces collections sont la propriété des entreprises et ne sont paspubliques, pour des raisons de concurrence, mais aussi decontraintes légales ; en effet elles pourraient être considéréescomme contractuelles par les clients.

    4.2.3 Laboratoires de tests et de mise au point

    Il faut dissocier soigneusement ces deux notions. Un laboratoirede mise au point est un laboratoire interne à l’entreprise, qui sertà la conduite du maquettage. Les allers-retours sont nombreux, leplanning souple, il suggère des modifications et dépend des servicesétudes.

    Un laboratoire de tests interne rédige des rapports d’essais surla conformité d’un produit à une référence : norme, mais aussispécification d’étude. Il peut être accrédité par un organisme decertification (le RNE en France), ce qui garantit son profession-nalisme.

    Dans le cycle de vie du produit, les rapports de ce laboratoireconditionnent le passage en fabrication. Les documents qu’il peutproduire sont des déclarations de conformité ; ils ont une valeurlégale dans certains cas.

    4.2.4 Laboratoires tierce partie

    Tout à fait comparables aux précédents, ils en diffèrent surtout

    par leurs dépendances économiques et techniques d’un organismeautonome souvent public (le LNE par exemple).

    Leurs rapports d’essais ont une valeur légale et sont pris en compteplus facilement par les organismes de certification. Leurs règles defonctionnement sont rigoureuses ; ils ne prodiguent pas de conseilde mise au point. Pour certains, un produit trop incompatible estpénalisé d’un délai de six mois, avant d’être retesté. Mais la barrièreentre laboratoire accrédité d’entreprise ou tierce partie reste floueet les associations de producteurs (EUROBIT) exercent des pressionspour obtenir une équivalence complète (figure 4).

    Figure 4 – Certification produit

  • 8/17/2019 Electronique - La Normalisation Dans La Conception Electronique

    11/17

    ___________________________________________________________________________________ LA NORMALISATION DANS LA CONCEPTION ÉLECTRONIQUE

    Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.© Techniques de l’Ingénieur, traité Électronique E 3 830 − 11

    5. Organismes normatifset législatifs

    Une des préoccupations essentielles des organismes chargés deréguler les échanges internationaux est de lutter contre toutes lesformes de protectionnisme, telle que la référence à des normesnationales, sinon nationalistes. Le GATT, l’Union européenne, leNAFTA cherchent donc à utiliser un référentiel normatif aussiuniversel que possible.

    Les principaux organismes de normalisation qui furent créés àl’occasion de grands bouleversements (l’ISO est parent de l’ONU),jouissent donc de la protection des nations et prospèrent sans tropd’obstacles.

    Mais les nations sont souveraines et les normes nationales sonttoujours en vigueur, elles font partie intégrante de la culture despays, elles sont parfois antérieures aux normes internationales etde surcroît en sont la source.

    Enfin, l’évolution des techniques est si rapide que la normalisationofficielle ne peut suivre ou ne veut pas suivre pour des raisons de

    déontologie : la mode ne peut être normalisée. Les industriels ontdonc créé leurs propres organismes, pour standardiser les créationsles plus récentes et permettre les échanges techniques.

    La figure 5 indique les principaux acteurs de la normalisation.

    5.1 Niveau international

    5.1.1 ISO

    Fondé en 1946, l’ISO a pour objectif de couvrir les activitésindustrielles humaines. Ses objectifs universels en font la premièreorganisation mondiale de normalisation.

    20 000 participants travaillent à l’élaboration des standards ISOet l’on dénombre près de 300 comités techniques ou centres d’inté-rêt (exemple :  TC 159 Ergonomie).

    Depuis sa création, plus de 6 700 normes ont été publiées. Lagestion et le fonctionnement de l’ISO sont assurés par lesorganismes de normalisation des nations membres ; en particulier,celles-ci se partagent les secrétariats techniques des comités.

    5.1.2 CEI

    Largement antérieur à l’ISO, puisque fondé en 1906, cet orga-nisme est spécialisé dans les domaines de l’électricité, puis del’électronique.

    Moins universelle dans ses buts, plus technique, la CEI produitdes normes (publications) définissant les paramètres minimauxqu’un produit doit respecter, les moyens de tests de conformité.Les membres sont aussi les nations, mais également les utilisa-teurs, les fabricants, les sociétés savantes.

    Sa structure est comparable à celle de l’ISO ; son autorité esttout à fait égale, mais dans son domaine propre.

    L’évolution de la technique a amené, en 1984, ISO et CEI à créerle JTC1 pour couvrir l’industrie du traitement de l’information. C’estun bon exemple de la complémentarité des deux organismes : ainsi,la CEI normalise la fibre optique quand l’ISO normalise les jeux decaractères ou le Fortran.

    5.1.3 ITU

    Né d’un traité international, cet organisme contrôlé par l’ONU apour mission de régulariser les télécommunications au niveaumondial, radio, et/ou téléphonie.

    Tous les aspects sont couverts : économiques (facturation) ettechniques (répartition de fréquences, télévisions).

    Les normes (dites recommandations ou avis) sont élaborées parle ITU-T et le CCIR (figure 5).

    Les participants sont les administrations publiques. Les opéra-teurs de grands réseaux et les laboratoires scientifiques participentuniquement à l’élaboration des normes.

    Il existe des coordinations techniques très fortes au niveau duJTC1 ; en effet, le concept de OSI mêle intimement les troisdomaines : électronique, informatique et télécommunications.

    5.2 Niveau national

    5.2.1 CEE

    Le traité de Rome (1956) instituant la Communauté Européenne(maintenant Union européenne) a eu une conséquence importantesur la normalisation.

    Tout d’abord, la Communauté a décidé de se doter d’un réfé-rentiel normatif unique, ce qui a eu deux conséquences majeures :

    — la création de trois organismes reflets des organismesmondiaux : le CEN, le CENELEC et l’ETSI ;

    — la mise en tutelle des organismes de normalisation des Douze,qui peuvent encore travailler à la normalisation mondiale de façonautonome, mais doivent homogénéiser leurs normes nationales ettransposer purement et simplement les normes européennes ; leurprogramme de travail doit être approuvé par la Communauté(ITSTC).

    Les normes européennes sont adoptées par la Communautéélargie (AELE) et, depuis peu, par les pays d’Europe de l’Est.

    Figure 5 – Principaux acteurs de la normalisation

  • 8/17/2019 Electronique - La Normalisation Dans La Conception Electronique

    12/17

    LA NORMALISATION DANS LA CONCEPTION ÉLECTRONIQUE ___________________________________________________________________________________

    Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.E 3 830 − 12 © Techniques de l’Ingénieur, traité Électronique

    5.2.2 Normes militaires

    Chaque pays de l’Union européenne dispose de ses propresnormes, pour l’électronique en France les normes de la DélégationGénérale pour l’Armement (normes GAM). En fait, ces normesparticulières sont surclassées par les normes de l’OTAN, lesquelles

    rejoignent les normes MIL américaines. Toutes ne sont pas dis-ponibles, certaines sont couvertes par le « secret défense ».

    5.2.3 Amérique du Nord

    L’Americain National Standard Institue (ANSI) coordonne toutesles activités de standardisation aux États-Unis et représente lesÉtats-Unis auprès de l’ISO, de la CEI et de l’ITU.

    À la différence des autres organismes nationaux, l’ANSI nedéveloppe pas de normes dans des comités spécialisés, elle reprendles travaux effectués par des organismes privés, association indus-trielles ou sociétés savantes.

    Le principe d’adoption d’un norme est celui du consensus : pasd’opposition formelle et respect des règles de l’art normatif. Le grosdéfaut du système est la non-réciprocité. L’ANSI participe à l’élabo-

    ration des normes internationales, mais n’a aucun moyen d’actionsur les organismes qui la constituent, pour adopter ces mêmesnormes.

    L’ANSI est constitué des SDO ( Standard Developping Organizations ), qui sont des organismes privés, associations indus-trielles ou scientifiques. Celles qui couvrent notre domaine sont :

    ANSI/EIA

    ANSI/X3

    ANSI/JTC-1 TAG

    ANSI/ASTC1

    ANSI/ARINC

    ANSI/ISA

    ANSI/UL

    militaire (MIL)

    Les produits à l’usage de l’armement sont soit couverts par lesnormes MIL, soit de façon plus ouverte par des normes « DODapprouved » ; ces normes sont établies par les services techniquesdes armées.

    Autres organismes

    Parmi les organismes nationaux de normalisation les plus connuset possédant un référentiel complet, ou peut citer :

    — le CSA (Canada), très parent du système américain ;— le JIS (Japon) qui dépend du célèbre MITI et qui, contraire-

    ment à la légende, suit et adopte les normes CEI et ISO.

    Le système GOST de l’ex-URSS semble en pleine dérive.

    5.3 Industrie et recherche

    Comme on l’a vu, c’est essentiellement aux États-Unis que l’onrencontre des organismes privés de normalisation. Ces organismessont soutenus par l’industrie ou les universités.

    En Europe, nous avons l’ECMA qui produit des standards infor-matiques et de télécommunications (des médias informatiques enparticulier).

    Aux États-Unis ils sont légion ; leur intérêt est de couvrir au plusprès les nouveautés techniques, leur inconvénient est leur manqued’objectivité et de recul.

    On peut citer :— le SEMI, l’EIA, pour les semiconducteurs ;

    — l’IEEE couvrant les sous-systèmes électroniques (réseauxlocaux, liaisons optiques) ;

    — les UL, qui sont une institution rentable, et surtout une entre-prise privée de standardisation et de certification dans le domainede la sécurité, des composants aux sous-ensembles électroniques,plutôt qu’un organisme philanthropique.

    5.4 La législation

    5.4.1 Union européenne

    Malgré l’appartenance à l’Union, chaque pays des Douze restesouverain et c’est dans la législation de chaque pays qu’il faut cher-cher la transposition des directives techniques européennes.

    Certes l’esprit reste le même, c’est-à-dire qu’un produit conformedoit être marqué CE. Ce marquage peut se faire après une déclarationde conformité faite par le constructeur pour les directives :

    — sécurité des produits (directive basse tension 1973) ;— compatibilité électromagnétique 1992.

    La directive « Terminaux » requiert la certification du produit par

    un organisme notifié par un des pays membres.En principe, et c’est l’esprit de l’Union, l’accord d’une seule autorité

    des Douze vaut pour les autres pays. Cette équivalence est encorethéorique et ne se met en place que timidement. Par ailleurs, unrèglement du Conseil préconise pour les achats publics le choix desproduits conformes aux normes européennes en vigueur. Cerèglement s’applique progressivement et l’Union travaille sur unguide appelé EPHOS. Bien que de portée limitée aux achats d’État,cette disposition aura des conséquences importantes sur le choixdes normes.

    5.4.2 États-Unis

    Chaque État peut avoir des règlements particuliers en matière desécurité, de qualité et d’innocuité des produits.

    Mais c’est au niveau fédéral que de nombreux organismes :— Health and care authority ;— Human factor society ;— National code for electricity ;— Federal communication commission ;

    rédigent des normes réglementaires et se chargent de vérifier leurapplication.

    Le FFC représente les États-Unis à l’ITU. À l’instar de l’Unioneuropéenne, le GSA publie les FIPS, recueils de normes à respecterpour les achats publics.

    6. Domaines couverts

    Ce paragraphe n’a pas la prétention de faire une analyseexhaustive des normes existantes sur le sujet. Simplement, il se veutêtre un guide.

    6.1 Composants

    6.1.1 Composants passifs

    C’est un domaine en évolution relativement lente, bien couvertpar les normes CEI et CECC (contrôle qualité) ou par les normes EIAou UL pour les États-Unis.

  • 8/17/2019 Electronique - La Normalisation Dans La Conception Electronique

    13/17

    ___________________________________________________________________________________ LA NORMALISATION DANS LA CONCEPTION ÉLECTRONIQUE

    Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.© Techniques de l’Ingénieur, traité Électronique E 3 830 − 13

    Dans le cas de développement pour des applications militaires,il convient de se référer aux normes des clients, par exemple lesnormes MIL pour les États-Unis.

    La figure 6 extraite des Standards internes Bull donne un exempledes exigences en matière de normes d’assurance qualité, de fiabilité,de méthode de fabrication pour des condensateurs, ceci indépen-damment et en plus des caractéristiques électriques.

    6.1.2 Circuits imprimés

    Les normes classiques pour la définition des circuits impriméssont :

    CEI 326 IPC A 600

    MIL P 55110 UL 796

    Selon la destination du produit, l’une ou l’autre s’applique. Notonsl’apparition d’une contrainte nouvelle très importante : celle durecyclage des produits, la matière plastique utilisée pour les circuitsimprimés est ou sera particulièrement visée.

    6.1.3 Montage en baie, rack ou panierEn dehors des tailles des circuits imprimés imposées par une

    application particulière (matériel portable ou embarqué), il existetout un mécano normalisé, par exemple ANSI EIA 310 Racks Paneland Associated Equipment, ou CEI 547 (le célèbre rack 19 pouces).

    L’informatique, par le canal de ses bus, a aussi amené une cer-taine prolifération de cartes et de connecteurs ; citons :

    — l’ANSI/IEEE 1014 pour les États-Unis ou carte VME ;— la CEI 796-3 ou carte Europe (Eurocard).

    Enfin, il faut citer les formats PC compatibles. Ils ne sont pascouverts par une norme officielle ni même un standard.

    Sans faire de la prospective à long terme, citons le format PCMCIA normalisé par le JEIDA ; il s’agit d’un connecteur et de circuitsimprimés du format carte de crédit dédié au monde PC ; ce formatdevrait avoir un grand avenir dans bien d’autres applications.

    En dehors du format physique, ce format n’a rien à voir avec lacarte à puce.

    Notons que, sur le plan technique, les cartes et connecteurs PCcompatibles sont d’une fiabilité douteuse, en raison d’une techno-logie très grand public.

    6.1.4 Circuits intégrés semiconducteurs

    L’effort normatif dans ce domaine vient essentiellement desÉtats-Unis. La fiabilité est définie par les normes MIL STD 883

    d’assurance qualité ; l’environnement, l’encapsulation par lesnormes JEDEC.

    Si les familles logiques TTL (Transistor Transistor Logic ) ou CMOS(Complementary Metal Oxide Semiconductor ) sont très biennormalisées, les VLSI (Very Large Scale Integration ) restent lapropriété de leur fabricant.

    On peut distinguer trois familles de VLSI :— les systèmes microprocesseurs type Intel ou Motorola ;— les fonctions globales générales : récepteur radio ou télévi-

    sion, traitement du signal (CODEC) ;— les développements particuliers : fonctions custom, application

    particul ière dédiée avec un masque particul ier ou à partird’assemblage de fonctions élémentaires PLA (Programmable Logic Array ).

    Ce dernier cas voit se développer des standards, mais pour la CAOou le test. Le processus de fabrication de ces circuits est couvert parles normes SEMI (wafer, slices et autres).

    6.2 Interfaces de servitude

    Les grandes applications de l’électronique — informatique, télé-communications, automatisme — ont amené le développement detout un matériel d’interconnexion et de dialogue parfaitementnormalisé et largement industrialisé.

    Au niveau de développements particuliers, plus modestes, il peutêtre astucieux de réutiliser ces facilités.

    Citons :— le GPIB (General Purpose Interface Bus) ou IEEE 488 prévu

    pour la télécommande de chaînes de mesures et d’automates ;— le RS 232 ou ITU-T V 28, interface de télécommunication de

    base et son connecteur 25 broches, un peu supplanté maintenantpar le RNIS et son connecteur SO ISO 88 77 ;

    — l’interface JTAG/IEEE 1149-1 pour les tests et interconnexionsde VLSI à réseau logique programmable qui peut être facilementutilisé pour des tests dynamiques et/ou des reconfigurations.

    6.3 Sécurité

    La contrainte minimale et incontournable en matière de norma-lisation est celle des normes réglementaires de sécurité, avec deuxrègles en vigueur : celle de l’Amérique du Nord et celle des autrespays.

    Figure 6 – Exemple de fiche techniquepour des condensateurs au tantale

  • 8/17/2019 Electronique - La Normalisation Dans La Conception Electronique

    14/17

    LA NORMALISATION DANS LA CONCEPTION ÉLECTRONIQUE ___________________________________________________________________________________

    Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.E 3 830 − 14 © Techniques de l’Ingénieur, traité Électronique

    Pour les États-Unis et le Canada :

    — UL 1950 et CSA-C 22.2 reprennent pratiquement les termes dela CEI 950.

    La majorité des États demande le respect de :— la CEI 950 2e édition ou EN 60 950 en Europe ou NF EN 60 950

    en France. C’est la référence mondiale pour le matériel de traitementde l’information et de bureau ;— la CEI 65 pour les appareils électroniques en général.

    Le principe de base de ces documents est de protéger l’opérateurcontre :

    — les chocs électriques ;— l’incendie ;— les radiations et l’asphyxie.

    Ce sont des normes particulières qui s’appuient donc sur tout unréférentiel de normes couvrant les constituants, mais aussi lesméthodes d’essais et de conformité.

    Cela signifie, au niveau de la conception, que chaque composantdevra être examiné en fonction de son rôle dans la sécurité del’ensemble et choisi pour sa conformité à telle norme spécifique(d’où la dénomination, d’ailleurs impropre, de composant de sécuritépour qualifier certains composants utilisés dans les circuitsprimaires ; en fait, ces composants doivent être homologués CEI ouUL) (figure 1).

    Conformité

    En Europe (CEE), le fabricant est autorisé à faire une déclarationde conformité. Une certification de type peut aussi être demandéeà un organisme spécialisé (tel le LCIE en France).

    Aux États-Unis, les UL jouissent d’une sorte de monopole de faiten la matière et les produits doivent subir une certification de produit,pour pouvoir être commercialisés.

    La pierre d’achoppement actuelle réside dans une assez fortedisparité entre les normes UL composants et les normes CEIcorrespondantes, ce qui rend les certifications CEI 950 et UL 1950incompatibles. Ces différences disparaissent petit à petit.

    6.4 Compatibilité électromagnétique

    Le rayonnement et la susceptibilité aux champs électromagné-tiques sont des paramètres très sensibles, car particulièrementgênants pour les activités de radiocommunication ou les réseaux. LaCISPR, branche de la CEI, couvre ces domaines normatifs (CISPR 22).

    Là encore deux grands domaines :— l’Europe, qui à travers la directive 89/336 CEE rend réglemen-

    taires les normes EN 55 022 (le mode de preuve est la déclarationde conformité basée sur un dossier de mesures) ;

    — les États-Unis, où l’organisme responsable est la FFC quis’appuie sur la norme CFR 47 Chapitre 1 Part 2,15.

    Là encore, le principe de déclaration de conformité a été retenu,et il est souhaitable de s’appuyer sur un dossier de tests établi parun laboratoire certifié.

    Il est regrettable que les deux législations ne soient pas identiqueset donc que la conformité doive être démontrée dans chaque zone.

    6.5 Marquage

    En corollaire des règlements divers, fleurissent les étiquetages.Il est possible de les classer en trois familles : les obligatoires,légaux ; les utiles, gestion ; les folkloriques, marketing publicitaire.

    6.5.1 Marquages légaux

    Ce sont :— la plaque de firme incontournable et trop souvent oubliée ou

    erronée, ce qui est une infraction (figure 7) ;

    — la marque de conformité UL, CSA, CE (exigences essentielles)(figure 8) ;— le règlement FCC ;— divers marquages en accord avec la CEI 950.

    6.5.2 Gestion

    Le marquage le plus répandu pour l’identification et la gestionautomatique des produits se fait à base de codes à barres.

    Figure 7 – Plaque de firme

  • 8/17/2019 Electronique - La Normalisation Dans La Conception Electronique

    15/17

    ___________________________________________________________________________________ LA NORMALISATION DANS LA CONCEPTION ÉLECTRONIQUE

    Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.© Techniques de l’Ingénieur, traité Électronique E 3 830 − 15

    Il existe deux grandes catégories :— les étiquettes imposées par la grande distribution, qui a créé

    son propre standard : EAN/UPC. Spécialisé, facile à imprimer et àlire, il est restreint dans sa signification : numérique seulement, paysd’origine et code d’article ;

    — dans l’industrie, le flux de fabrication est de plus en plus suivi

    par la lecture d’étiquettes collées sur le produit. Le code le plus utiliséest le code 39 dérivé de la norme MIL 1189 B. Ce code estalphanumérique et comporte en clair la signification du codage, cequi rend aisés les contrôles visuels humains dans les processus nonautomatisés.

    6.5.3 Marquages divers

    Les aspects volontaires de la normalisation ne satisfont pas tou-jours les hommes de marketing, friands de mettre en exergue les« qualités » de leur produit. Il a donc fleuri une quantité d’asso-ciations, plus ou moins sérieuses, qui se chargent d’affirmer laconformité d’un produit à tel ou tel groupe de normes et del’exprimer par une étiquette. Cela va du très sérieux « GS » allemandà l’hypothétique « Emmenthal breton ».

    7. Assurance qualitédes entreprises

    Sur le marché actuel (européen et international) les entreprises

    sont amenées à donner plus de garanties sur la qualité des produitsou des services. Il ne suffit plus de fabriquer des produits conformes,il devient aussi nécessaire de prouver la capacité de l’entreprise àgarantir en continuité cette qualité.

    D’un côté, les entreprises ont besoin de mettre en place les sys-tèmes qualité qui leur permettent de garantir « a priori  » l’obten-tion de la qualité requise au moindre coût, pour des raisons decompétitivité et même de survie dans le marché. D’un autre côté,les clients (parfois les autorités publiques) ont besoin de savoir sile système qualité de leurs fournisseurs donne la garantie néces-saire sur la qualité des produits. Cet aspect peut avoir de lourdesconséquences pour les entreprises, dans la mesure où des clientspeuvent exiger différentes spécifications sur les systèmes qualité,ce qui entraînera un système trop lourd et trop bureaucratique,sans aucune garantie supplémentaire de qualité pour satisfaire àtoutes ces exigences. C’est effectivement dans ce contexte quel’approbation de la série de normes européennes EN 29000 en1987, suite à son approbation par l’ISO des ISO 9000, joue un rôletrès important, en permettant la sélection du modèle de systèmequalité le plus adapté, en fonction de l’aptitude fonctionnelle ouorganisationnelle de l’entreprise. La série EN 29000 précise les élé-ments pour la mise en place et la gestion du système qualité, indé-pendamment du produit ou de la technologie de production(figure 9).

    7.1 Normes EN 29001, EN 29002,EN 29003

    Ces normes sont utilisées par les entreprises dans le cadre de leursrelations contractuelles, soit dans les relations clients/fournisseurs(première et deuxième parties), soit dans le cadre de la certification

    du système qualité par tierce partie.Les exigences concernant les éléments du système qualité spé-

    cifiées dans les trois normes sont complémentaires (et non pasalternatives) aux exigences techniques spécifiées pour le produit(ou service).

    7.1.1 Norme EN 29001

    Cette norme est à utiliser lorsque la conformité à des exigencesspécifiées est à assurer par l’entreprise dans toutes les phases ducycle de vie du produit. Elle précise les exigences en matière desystème qualité qui sont applicables, lorsqu’un contrat entre deuxparties exige que soit démontrée l’aptitude d’une entreprise àconcevoir et à fournir un produit. Ces exigences visent à prévenirles non-conformités du produit/service dans toutes les phases

    allant de la conception au soutien après vente.

    Figure 8 – Marques de conformité

    Figure 9 – Normes ISO 9000

  • 8/17/2019 Electronique - La Normalisation Dans La Conception Electronique

    16/17

    LA NORMALISATION DANS LA CONCEPTION ÉLECTRONIQUE ___________________________________________________________________________________

    Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.E 3 830 − 16 © Techniques de l’Ingénieur, traité Électronique

    La norme EN 29001 s’applique :— lorsque le contrat requiert de façon spécifique un travail de

    conception et que les exigences relatives au produit sont formuléesprincipalement en termes de performances du produit ou qu’il estnécessaire de les établir ;

    — lorsque la confiance dans l’obtention d’un produit en confor-

    mité avec les exigences spécifiées doit être obtenue par la démons-tration des aptitudes de l’entreprise en matière de conception,développement, production, installation et soutien après vente.

    7.1.2 Norme EN 29002

    Cette norme est à utiliser lorsque la conformité à des exigencesspécifiées est à assurer par l’entreprise pendant la production etl’installation. Elle spécifie les exigences en matière de systèmequalité qui sont applicables lorsqu’un contrat entre deux partiesexige que soit démontrée l’aptitude de l’entreprise à maîtriser lesprocédés qui sont déterminants pour l’accessibilité des produits(ou services). Ces exigences visent à prévenir toute non-conformitépendant la production et l’installation.

    La norme EN 29002 est applicable lorsque :

    — le contrat spécifie les exigences pour le produit (ou service),à partir d’une conception déjà établie ;

    — la confiance dans l’obtention du produit en conformité avecles exigences spécifiées doit être obtenue par la démonstration desaptitudes de l’entreprise en matière de production et d’installation.

    7.1.3 Norme EN 29003

    Cette norme est à utiliser lorsque la conformité à des exigencesspécifiées est à assurer par l’entreprise, lors des contrôles et essaisfinaux. Elle spécifie les exigences de système qualité qui sontapplicables lorsqu’un contrat entre deux parties exige que soitdémontrée l’aptitude de l’entreprise à détecter les non-conformitésdu produit et à maîtriser les dispositions relatives aux contrôles etessais finaux.

    La norme EN 29003 est applicable en situation contractuelle,lorsque la confiance sur la conformité des produits à partir de ladémonstration des aptitudes de l’entreprise en matière de contrôleset essais finaux effectués sur le produit suffit.

    7.2 La certification

    Le schéma général de la certification du système d’assurancequalité d’une entreprise est le même que celui utilisé pour la certi-fication d’un produit (figure 4).

    7.2.1 Certification volontaire

    La certification à l’ISO 9001 ou 9002 ou 9003 peut être obtenueauprès d’un organisme accrédité au niveau national, l’AFAQ enFrance, les UL aux États-Unis, les TüV en Allemagne, par exemple(ces certificats ne sont pas toujours valides d’un pays à l’autre, la

    notion d’accréditation étant encore floue). La finalité en est, soit uneaction marketing pour asseoir le bon renom de la compagnie, soitle respect d’une clause contractuelle avec un client particulier.

    Les armées réclament parfois des référentiels qui leur sontpropres, AQAP en Grande-Bretagne ou RAQ en France, dans cegenre de contrat.

    7.2.2 Certification réglementaire

    Cette disposition est spécifique à l’Europe ; le respect des direc-tives techniques et l’apposition de la marque CE de conformité parle fabricant implique la conformité aux normes EN 29001/2/3.

    Ainsi, la directive 91/263/CEE relative aux équipements termi-naux de télécommunications stipule-t-elle :

    « Au choix du fabricant ou de son mandataire établi dans laCommunauté, l’équipement terminal de télécommunications peutêtre soumis :

    — soit à l’examen « CE » de type par un organisme notifié, accom-pagné par une déclaration « CE » de conformité au type (avec ousans l’approbation du système d’assurance qualité de la

    production) ;— soit à la déclaration « CE » de conformité (après l’approbationdu système d’assurance qualité complet par un organisme notifié). »

    Les annexes III et IV de la directive identifient les normeseuropéennes EN 29001 (pour le système assurance qualité complet)et la EN 29002 (système assurance qualité de production) pourdonner la présomption de conformité avec les exigences de la direc-tive. Mais l’ACTE (Comité d’approbation des équipements de télé-communications) peut ajouter des exigences spécifiques, telles queles tests de conformité aux CTR à la fin de la chaîne de production.

    8. ConclusionLe succès commercial d’un produit dépend pour beaucoup de la

    satisfaction du client.Dans un marché offrant des produits aux fonctionnalités souvent

    très proches, des facteurs qui pourraient paraître secondairesdeviennent essentiels pour assurer cette satisfaction.

    Ainsi, la fiabilité ou la facilité de maintenance, la simplicité de miseen œuvre, la compatibilité physique avec d’autres produits, le respectde l’environnement, le coût d’utilisation jouent-ils un rôle importantpour établir l’image favorable d’un bon produit.

    Par contre, un produit dangereux, polluant, générant des rayon-nements nocifs se discrédite avant même d’être apprécié sur le planfonctionnel ; plus encore, le produit qui met son acquéreur ou sonutilisateur dans l’illégalité car son utilisation enfreint la législation,conduit à de pénibles et coûteuses procédures et est interdit de vente.

    Ce souci doit conduire le concepteur à s’identifier au client et àimaginer tous les cas possibles d’utilisation afin d’anticiper les

    problèmes ; une bonne connaissance de l’existant normatif doitfaciliter grandement cette démarche.

    Ainsi, à la rationnalisation du développement et de la fabricationet à l’économie de production viennent s’ajouter un meilleur impactcommercial et un moindre coût de service après-vente.

  • 8/17/2019 Electronique - La Normalisation Dans La Conception Electronique

    17/17

    Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copieest strictement interdite. − © Techniques de l’Ingénieur, traité Électronique Doc. E 3 830 − 1

    POUR

    EN

    SAV

    OIR

    PL

    US

    La normalisationdans la conception électronique

    par  Alain Y. LE MAOÛTChef du Département Normes et Standards à Bull S.A.

    Bibliographie

    [1] Publications de la Commission des Commu- nautés Européennes.

    [2] Guide 104 : Guide CEI pour la rédaction des normes de sécurité . CEI (1984).

    [3] Guide 2 : Termes généraux et leurs définitions ISO/CEI (1991).

    [4] Guide 25 : Compétence des laboratoires d’éta- lonnage et d’essais . ISO/CEI.

    [5] CARGILL (C.F.). –Information Technology Stan- dardization. Digital Press (1989).

    [6] Développement et organisation du départe- ment des normes d’une entreprise. Manuel 5,ISO (1988).

    Normalisation

    NF EN 29001 12-1988 Systèmes qualité. Modèle pour l’assurance de laqualité en conception/développement, production,installation et soutien après la vente.

    NF EN 29002 12-1988 Systèmes qualité. Modèle pour l’assurance de laqualité en production et installation.

    NF EN 29003 12-1988 Systèmes qualité. Modèle pour l’assurance de laqualité en contrôle et essais finals.

    Où se procurer les normes ?

    AFNOR Association Française de Normalisation.

    CEN Comité Européen de Normalisation.

    UTE Union Technique de l’Électricité.

    UIT Union Internationale des Télécommunications.

    Journal Officiel (Décrets Français et Communautés Européennes).

    ECMA European Computer Manufacturers Association.

    Normadoc.

    TI France.

    IHS Information Handling Services.