Caractéristiques orgues Cavaillé-coll

Click here to load reader

  • date post

    11-Jul-2015
  • Category

    Documents

  • view

    73
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Caractéristiques orgues Cavaillé-coll

Orgue Cavaill-Coll du rfectoire de labbaye de Royaumont. III/P/44.

Les caractristiques sonores des orgues Cavaill-Coll.Quand, en juin dernier, Luk BASTIAENS, ma demand dcrire un article sur les caractristiques sonores des orgues Cavaill-Coll1, jai, de prime abord, song quil serait assez ais de rdiger sur un sujet que je crois connatre suffisamment pour lavoir abord souvent durant les vingts-sept ans de mon entreprise de restauration dorgues, Troyes, dans la rgion de Champagne-Ardennes. Pourtant, je me suis trs vite rendu compte quil est capital de commencer par rappeler en prambule quel point il est impossible de dissocier la stricte harmonie des tuyaux de tout ce qui se passe en amont, cest--dire bien avant que le vent nattaque le pied du moindre tuyau. Sil ne faut pas douter une seconde que la phase finale de lharmonie dun orgue soit capitale, particulirement du point de vue des organistes, elle nen reste pas moins dpendante de lensemble de linstrument. En tant que facteur dorgues, il faut encore, deux cents ans aprs la naissance dAristide Cavaill-Coll, dire, crire, rpter sans cesse quel point aucun instrument ne peut se prvaloir de possder telle ou telle caractristique sonore sans considrer sur quoi elle repose. Prendre un jeu issu dun instrument de Cavaill-Coll et le poser, simplement avec accord, sans retoucher lharmonie, sur un sommier dun autre orgue qui naura, pas les mmes caractristiques de transmissions, dalimentation, denvironnement et dacoustique aboutira, de fait, un rsultat diffrent. Cette vidence est souvent rappeler tant on entend, encore de nos jours, que tel ou tel instrument est bien un Cavaill : parce que la tuyauterie est ceci ou parce que lharmonie est cela ... Caractristiques sonores , chez Cavaill-Coll plus peut-tre que chez tout autre, relve dune dlicate alchimie entre empirisme et scientisme. Le prsent avertissement se fixe donc le but de dmontrer que cette alchimie ne fut pas la mme dun instrument lautre, loin sen faut. La varit des combinaisons entre les diffrents lments que sont la tuyauterie, la mcanique, la soufflerie, les buffets, les vaisseaux acoustiques des nefs ne permet pas de dfinir une caractristique sonore mais bien des gnralits. Et, en aucun cas, celles-ci ne peuvent dboucher sur une seule dfinition. On ne peut pas dire ou crire : les Cavaill sonnent comme ceci ou comme cela car il ny a pas une caractristique sonore de Cavaill-Coll mais bien autant que cette manufacture a produit dinstruments. Aprs avoir restaur huit instruments de diffrentes poques je peux affirmer que chaque orgue de Cavaill-Coll a trop de spcificits, tant en harmonie, en mcanique, en soufflerie, en emplacement spatial dans lglise ou simplement dpoque de construction, pour quon le rduise une seule esthtique. Il est difficile de mettre en parallle linstrument de Saint-Denis et les premiers orgues de Charles Mutin mme si tout le stock de la tuyauterie due Cavaill-Coll tait encore bien accessible en atelier son successeur. Enfin, Cavaill-Coll ayant, toute sa vie, cherch amliorer sa facture il est toujours possible de trouver dans un instrument authentique des lments qui diffrent des habitudes constates et que jessaye de dcrire ici. Il reste, par contre, raconter une histoire qui, sur une si grande production, mriterait bien plus quun article de quelques pages, mais sans aucun doute un ouvrage entier. Cest la raison pour laquelle je ne prtends nullement faire une synthse de la facture Cavaill-Coll car mes connaissances sont trop lacunaires ne concernent finalement quenviron un pour cent de la production de latelier CavaillColl ! Ce nest ni dans mon rle, ni dans mes capacits de prtendre rendre accessible les diffrents crits ou tudes dj publis ; je peux juste tmoigner de ce que jai dmont et tudi lors des restaurations2 cites ci aprs dans lordre chronologique de livraison des instruments par Cavaill-Coll.1 Juin 2010 ; article crit originellement lattention de la revue nerlandophone Orgelkunst , pour son numro trimestriel de mars/avril/mai 2011. http://www.orgelkunst.be/wcms/modules/news/article.php?storyid=553 2 http://lplet.org/orgues/

2

Saint Paul de NMES3 (Gard) livr en mai 1849 (opus 41, raison sociale : Cavaill-Coll Pre et Fils). Instrument neuf de 20 jeux sur deux claviers. Pdale de 4 jeux prvue mais non pose lpoque pour des raisons financires. Il a bnfici en 1999 dune restauration complte qui nous a demand 7 770 heures de travail. Notre-Dame de SAINT-DIZIER4 (Haute-Marne) en octobre 1862 (opus 146) o Cavaill-Coll a utilis de la tuyauterie existante (RICHARD et peut-tre COCHU). Cet instrument a cot 36 400 Francs pour 36 jeux sur trois claviers de 54 notes et pdalier de 27 notes. Il a bnfici en 1990 dune restauration complte qui nous a demand 5 930 heures de travail. Orgue priv de Monsieur Maracci5 COLOGNY (Suisse) livr en octobre 1865 (opus 226). Instrument dplac ROYAUMONT (95) par les tablissements Gonzalez en 1956. Cet instrument avait cot 64 000 Francs pour 44 jeux sur trois claviers de 54 notes et pdalier de 27 notes. Il a bnfici entre 2001 et 2006 dune restauration complte avec cration dun buffet neuf qui nous a demand 17 300 heures de travail. Quatre mille de ces heures ont t effectues par mon collgue Yves Koenig, essentiellement pour la construction du buffet. Notre-Dame de GIVET6 dans les Ardennes, livr en septembre 1868 (opus 304), petit instrument neuf de 12 jeux sur deux claviers de 54 notes et pdalier de 20 notes pay 12 000 Francs sans le buffet. Il a bnfici en 1991 dune restauration qui nous a demand 1 500 heures de travail. Saint Jean-Baptiste de LONG7 dans la Somme ; instrument neuf livr en dcembre 1877 (opus 478). Cet orgue, trs bien conserv de 20 jeux (17 jeux rels plus trois de pdale en emprunt), a t achet 22 000 Francs sans buffet, avec deux claviers de 56 notes et pdalier de 30 notes. Il a bnfici dun gros relevage en 1989 qui nous a demand 2 370 heures de travail. Saint Jean-Baptiste de ROUBAIX8 dans le Nord ; instrument neuf livr en aot 1890 (opus 646). Cet orgue, assez bien conserv de 20 jeux (16 rels plus quatre de pdale en emprunt) a t achet 35 500 Francs, avec deux claviers de 56 notes et pdalier de 30 notes. Cet orgue est parfaitement conforme au modle numro 12 du catalogue de Cavaill-Coll. Il a bnfici dun relevage partiel en 2001 qui nous a demand 820 heures de travail. Notre-Dame de MARLE9 dans lAisne, reconstruit en 1891, (opus 655), o Cavaill-Coll a rutilis en partie la tuyauterie de DAUBLAINE. Achet 21 500 F pour 22 jeux sur deux claviers de 54 notes et pdalier de 30 notes. Il a bnfici dun gros relevage effectu en 1986 qui nous a demand 1 810 heures de travail. Htel de Rgion de CHALONS-sur-MARNE10, si cet orgue ne peut pas tre considr comme un Cavaill-Coll au sens strict puisquil fut construit en 1902 par Charles MUTIN, il reste que ses 11 jeux sur deux claviers et pdalier sont dans lesprit de la maison, pour avoir t livr seulement quatre ans aprs la mort dAristide. Il a bnfici dun relevage en 1994.

3 http://lplet.org/orgues/c_nimes.htm http://www.orgue-stpaul-nimes.org/ 4 http://lplet.org/orgues/c_stdiz.htm 5 http://lplet.org/orgues/c_royau.htm 6 http://lplet.org/orgues/c_givet.htm 7 http://lplet.org/orgues/c_long.htm 8 http://lplet.org/orgues/c_roubaix.htm 9 http://lplet.org/orgues/c_marle.htm 10 http://lplet.org/orgues/c_chalon.htm

3

Le but de cet article est donc de faire comprendre deux lments qui me tiennent cur : dune part, il ny a pas quun seul son Cavaill-Coll car chaque instrument et chaque harmoniste ont leurs particularits, et, dautre part, le son dun orgue ne dpend pas que de son harmoniste et de ses tuyaux. Dailleurs, nous savons tous quil est possible, pour un facteur dorgues, de transformer profondment le rendu sonore dun orgue en relativement peu de temps. Certains de mes collgues sen sont fait une spcialit et nhsitent pas modifier rapidement les sonorits dinstruments pour plaire aux organistes titulaires ou aux propritaire. La mode, en ce moment, est de faire sonner les orgues plus fort, ce qui plat beaucoup aux auditeurs. Je pense donc utile de rappeler encore que les conditions dcoute contemporaine nont strictement rien voir avec celles des sicles prcdents. Qui plus est, lorsque ces pratiques concernent des orgues protgs au titre des Monuments Historiques, cela devient malheureusement de la destruction de patrimoine !

COMPOSITIONSIl est bien vident que la premire caractristique se retrouve dans les compositions. Il ne sagit pas ici de faire des analyses comparatives des diffrentes compositions des orgues de Cavaill-Coll, mais il est ncessaire de retrouver des constantes dans toute composition qui prtend retrouver ou imiter un son Cavaill-Coll : abondance et diversit des huit pieds sur chaque plan sonore, Bourdon 16 et Prestant 4 quasi obligatoires au Grand-Orgue, Cornet, Doublette et Quinte trs souvent aussi sur ce plan sonore, Fltes harmoniques en huit pieds au Grand-Orgue et au Rcit au minimum, en quatre et deux pieds uniquement au Rcit expressif, Plein Jeu au Grand-Orgue reprise ou progressif, avec ou sans tierce, plafond harmonique trs haut (1/20 avec un 1 montant au F5), jeux ondulants au Rcit, parfois au Positif. Batteries danches coniques sur Grand-Orgue et Pdale, anches plus solistes au Rcit et au Positif, etc... Je ne citerai titre dexemple, quune seule particularit sur les ondulants : Dans lorgue de Nmes, le jeu de Voix Cleste pos par Cavaill-Coll tait un Bourdon chemine (le mme que celui du Grand-Orgue), discord sur une Gambe appele Viole dAmour. Hamel dcrit cette association Viole dAmour et Bourdon chemine, dit Voix cleste, dans un rapport de novembre 1848 sur lorgue de Saint-Brieuc (livr par Cavaill-Coll en octobre 1848). Dans son article La palette sonore de Cavaill-Coll 11, Franois Sabatier affirme que cest la cathdrale de Toulouse (livr par Cavaill-Coll le 21 aot 1849) que lassociation Gambe et Voix Cleste devient dfinitive. Lorgue de lgli