Belcea Quartet - Beethoven Complete String Quartets - vol.II

Click here to load reader

  • date post

    24-Mar-2016
  • Category

    Documents

  • view

    230
  • download

    8

Embed Size (px)

description

Quartets nos. 3 in D (op.18 no.3), 5 in A (op.18 no.5) 10 in E flat (op.74, ‘Harp’), 7 in F (op.59 no.1, ‘Razumovsky’) 8 in E min. (op.59 no.2, ‘Razumovsky’), 13 in B flat (op.130), Grosse Fuge op.133,15 in A min. (op.132), 16 in F (op.135) BEETHOVEN Belcea Quartet

Transcript of Belcea Quartet - Beethoven Complete String Quartets - vol.II

  • ZIG-ZAG TERRITOIRES

    BELCEA QUARTETBEETHOVEN

    THE COMPLETE STRING QUARTETS VOL.2

  • ZZT321

    "Ces seize quatuors, composs il y a deux cents ansenviron, constituent l'une des prises de position mu-sicales les plus dterminantes et les plus puissantesde tous les temps ; dj de par lintensit sansprcdent de ce cycle; galement du fait de lvo-lution / rvolution absolument tonnante que lonpeut constater entre les premires et les derniresuvres - une rvolution qui aura dur trente ans etqui aura chang pour toujours notre faon deressentir la musique."

    Quatuor Belcea

    Ce second coffret vient clore l'intgrale que lequatuor Belcea a ralise pour ZZT, en mme tempsqu'il la donnait en concert dans de nombreusessalles en Europe et aux Etats-Unis .

    These sixteen quartets written some two hundredyears ago form one of the most complete and powerfulmusical statements ever made. The completenesslies in their unprecedented intensity and in the as-tonishing development that can be traced betweenthe early and the late works a thirty-year-long rev-olution which altered forever the way we experiencemusic.

    Belcea Quartet

    This second volume completes the cycle ofBeethoven Quartets recorded by the Belcea Quartetin parallel with live performances given in concerthalls in Europe and the USA.

    ZZT

    BELCEA QUARTET

    BEETHOVENTHE COMPLETE STRING QUARTETS VOL.2

    DISC 1 : STRING QUARTET no.3, op. 18 no.3, STRING QUARTET no.5, op.18 no.5, GROSSE FUGUE, op.133DISC 2 : STRING QUARTET no.7, op. 59 NO.1, STRING QUARTET no.8, op.59 no.2DISC 3 : STRING QUARTET no.10, op.74, STRING QUARTET no.13, op.130DISC 4 : STRING QUARTET no.15, op.132, STRING QUARTET no.16, op.135 4 CD

  • ZZT321

    DISC 3:

    STRING QUARTET no.10 IN E FLAT MAJOR op.74 HARP1 POCO ADAGIO ALLEGRO 9'502ADAGIO MA NON TROPPO 9'433PRESTO 4'494ALLEGRETTO CON VARIAZIONI 6'50

    STRING QUARTET no.13 IN B FLAT MAJOR, op.1305ADAGIO MA NON TROPPO ALLEGRO 9'296PRESTO 1'527 ANDANTE CON MOTO, MA NON TROPPO 7'128ALLA DANZA TEDESCA (ALLEGRO ASSAI) 3'129CAVATINA (ADAGIO MOLTO ESPRESSIVO) 7'1810 FINALE - ALLEGRO 10'37

    DISC 4:

    STRING QUARTET no.15 IN A MINOR, op.1321 ALLEGRO SOSTENUTO ALLEGRO 9'232ALLEGRO MA NON TANTO 8'373MOLTO ADAGIO 19'354ALLA MARCIA, ASSAI VIVACE 8'38

    STRING QUARTET no.16 IN F MAJOR, op.1355ALLEGRETTO 6'166VIVACE 3'107 LENTO ASSAI, CANTANTE E TRANQUILLO 7'428GRAVE, MA NON TROPPO TRATTO - ALLEGRO 7'30

    BELCEA QUARTET

    DISC 1:

    STRING QUARTET no.3 IN D MAJOR, op.18 no.3 1 ALLEGRO 7'592ANDANTE CON MOTO 7'413ALLEGRO 3'124PRESTO 6'07

    STRING QUARTET no.5 IN A MAJOR op.18 no.55ALLEGRO 6'406MENUETTO & TRIO 4'567 ANDANTE CANTABILE 9'518ALLEGRO 6'23

    GROSSE FUGE FOR STRING QUARTET 15'47IN B FLAT MAJOR, op.133

    DISC 2:

    STRING QUARTET no.7 IN F MAJOR, op.59 no.1 RAZUMOVSKY1 ALLEGRO 9'582ALLEGRO VIVACE E SEMPRE SCHERZANDO 9'133ADAGIO MOLTO E MESTO 13'364THEME RUSSE (ALLEGRO) 7'55

    STRING QUARTET no.8 IN E MINOR, op.59 no.2 RAZUMOVSKY5ALLEGRO 9'376MOLTO ADAGIO 13'527 ALLEGRETTO 6'438FINALE (PRESTO) 5'22

    BEETHOVEN

  • ZZT321

    Benjamin de Diesbach

    Belcea Quartet : Corina Belcea, violin I - Axel Schacher, violin II - Krzysztof Chorzelski, Alto - Antoine Lederlin, Cello

    We would like to thank Sally Walton for her generous hospitality throughout our many visits to Snape to record and performthese works.

    BQ

  • ZZT321

    NOTRE ANNE AVEC BEETHOVEN

    La musique de Beethoven a t au centre de notre vie de quatuor ds notre toutepremire rptition, en 1994. Cest cependant un peu plus rcemment que nousnous sommes compltement immergs dans le formidable cycle des quatuors,dabord pour le prparer, et ensuite pour le jouer dans son intgralit lors de lasaison 2011/2012. Et cest au cours de cette dernire anne que la musique deBeethoven est devenue une passion vraiment dvorante pour chacun dentrenous.

    Ces seize quatuors, composs il y a deux cents ans environ, constituent lunedes prises de position musicales les plus dterminantes et les plus puissantesde tous les temps; dj de par lintensit sans prcdent de ce cycle; galementdu fait de lvolution / rvolution absolument tonnante que lon peut constaterentre les premires et les dernires uvres - une rvolution qui aura dur trenteans et qui aura chang pour toujours notre faon de ressentir la musique.

    Lexploration des richesses musicales que runit luvre de Beethoven est sansfin; et pourtant, ce qui est le plus fascinant reste que sa musique nous parle sidirectement en tant qutres humains. Ce qui semble tre limpulsion prdominante,ce qui semble animer au premier chef cette musique, cest laspiration de lhommevers la libert, ce dsir insatiable de faire reculer ses limites, et en mme tempsdapprendre la vrit sur lui-mme.

    Au cours de notre anne Beethoven, nous avons compris de mieux en mieux pour-quoi ces quatuors reprsentent un tel dfi pour ses interprtes. Ainsi lintensitmme de ces uvres impose de nouvelles exigences ceux qui les abordent.Elles rclament un engagement total vis--vis de la musique. Quil sagisse des

  • ZZT321

    contrastes stupfiants de La Malinconia (le numro 6 de lopus 18), du dbut ter-rifiant de lop.95, de la sonorit dtache du monde du Heiliger Dankgesang delop.132, du cri primordial au sein du Lento de lop.135 ou du chaos ultramoderne dela Grande Fugue, Beethoven nous pousse sonder au plus profond de notrepropre vie et de notre exprience du monde, bien au-del de la formation quenous avons reue en tant que musiciens, afin de trouver notre propre expres-sion de sa musique.

    Ce fut un dfi que nous avons savour, et qui va continuer enrichir notre viependant de nombreuses annes...

    QB, Et 2012(Traduction : John Tyler Tuttle)

  • L'INTGRALE DES QUATUORS VOL.2

    Le metteur en scne italien Giorgio Strehler avait lhabitude de mettre en gardeses jeunes collgues contre les interprtations excessives duvres classiques :Vous pouvez mettre en scne Shakespeare en faisant jouer tous les acteursnus ou habills de smoking, mais avant de faire cela, rflchissez combien vosides paratront mesquines ct de la grandeur des textes que vous tes entrain dinterprter.La difficult la plus vidente que rencontrent les interprtes qui osent affronterlun des monuments de leur art est la ncessit de trouver une approche quine soit pas solennelle mais qui parvienne prserver lunicit de luvre enquestion. Cest galement le problme le plus difficile rsoudre parce que lescaractres qui distinguent un chef-duvre dautres uvres plus ordinaires re-levant dun mme genre sont ceux-l mme qui sont les plus fragiles et qui seprtent le plus facilement tre dforms.Un des aspects les plus significatifs du travail ralis par le quatuor Belcea estque chacun de ses membres est la recherche dune vrit expressive sanspour autant vouloir se distinguer pour le simple plaisir de faire quelque chosedinhabituel, ft-ce au prix dexagrations ou dexcentricits. La recherchedune vrit expressive est une formule trs vague, mais qui signifie au fondque lon ne cesse jamais de se poser la question : Quest cette uvre ?, pluttque de se demander : Que puis-je faire de cette uvre ?. Trouver une r-ponse la premire question est un but impossible atteindre, et qui est pour-tant lobjectif ultime de tout excutant digne de ce nom. Quest-ce que lecompositeur voulait dire avec cette indication ? Quelle sorte de sonorit exigetel ou tel passage ? Pourquoi un motif donn apparat-il parfois en noires avecune indication de staccato, et parfois en croches suivies de demi-soupirs ?Pourquoi cette mlodie est-elle jouer une fois piano, une autre fois pianis-

    ZZT321

  • ZZT321

    simo ? Et ainsi de suite, de manire pratiquement infinie. Personne - et souventpas mme le compositeur lui-mme - nest en mesure de rpondre ces ques-tions avec une certitude absolue, mais il faut nanmoins les poser.Pour les quatre musiciens qui forment un quatuor, enregistrer les seize quatuors cordes de Beethoven est pour ainsi dire lquivalent de ce que reprsente,pour les acteurs dune troupe de thtre, la ralisation de productions filmesde Hamlet, du Roi Lear, de Macbeth ou dOthello : lenregistrement fige des in-terprtations qui sont susceptibles de se modifier, et se modifieront probable-ment, ds la prochaine excution. On peut aussi le comparer un alpiniste seprparant faire lascension des seize plus hauts sommets du monde. Lentre-prise est dangereuse, mais il faut laborder hardiment plutt quavec crainte ettremblement.* * *Le premier des deux volumes duvres de Beethoven par le quatuor Belceacomprenait quatre des six quatuors dits de la premire priode, deux des cinqde la priode mdiane et deux des cinq de la dernire priode ; le volumeprsent contient donc les huit quatuors restants ainsi que la Grande Fugue - lefinale que Beethoven avait compos lorigine pour le quatuor opus 130, etquil a remplac par la suite. On y trouve les tout premiers et les tout derniersquatuors composs par Beethoven.Malgr le numro que lui a attribu le compositeur, le quatuor en r majeur,op. 18 n 3, fut le premier des six quatuors quil composa lge de 28 ans, pourrpondre, semble-t-il, une commande faite pendant lhiver 1798-1799 par leprince Lobkowitz, lun de ses principaux mcnes durant les premires annesque le compositeur, natif de Bonn, passa Vienne. La premire excution deluvre - par un quatuor cordes runi autour du violoniste Karl Amenda - eutlieu au cours de lanne 1799 dans le palais du prince Lichnowsky, un autre pro-tecteur de Beethoven, mais le compositeur le retravailla avant denvoyer la

  • ZZT321

    srie complte de lopus 18 lditeur.Mozart revint souvent la tonalit de r majeur lorsquil sagissait de composerdes uvres caractre hautement solennel - le premier mouvement de la Sym-phonie Haffner et le finale du deuxime acte de Don Juan - ou mme trspompeux, comme lair du docteur Bartolo, La v