Alexandre Dumas - Vingt Ans Après

of 1257/1257
Alexandre Dumas VINGT ANS APRÈS (1845) Édition du groupe « Ebooks libres et gratuits »
  • date post

    06-Aug-2015
  • Category

    Documents

  • view

    28
  • download

    10

Embed Size (px)

Transcript of Alexandre Dumas - Vingt Ans Après

dition du groupe Ebooks libres et gratuits

Alexandre Dumas

VINGT ANS APRS(1845)

Table des matires I. Le fantme de Richelieu ........................................................8 II. Une ronde de nuit .............................................................. 21 III. Deux anciens ennemis ...................................................... 35 IV. Anne dAutriche quarante-six ans.................................. 57 V. Gascon et Italien ................................................................. 72 VI. DArtagnan quarante ans ............................................... 81 VII. DArtagnan est embarrass, mais une de nos anciennes connaissances lui vient en aide............................................... 91 VIII. Des influences diffrentes que peut avoir une demipistole sur un bedeau et sur un enfant de chur ................. 104 IX. Comment dArtagnan, en cherchant bien loin Aramis, saperut quil tait en croupe derrire Planchet................... 115 X. Labb dHerblay .............................................................. 127 XI. Les deux Gaspards .......................................................... 140 XII. M. Porthos du Vallon de Bracieux de Pierrefonds ........ 155 XIII. Comment dArtagnan saperut, en retrouvant Porthos, que la fortune ne fait pas le bonheur ..................... 164 XIV. O il est dmontr que, si Porthos tait mcontent de son tat, Mousqueton tait fort satisfait du sien ...................177 XV. Deux ttes dange ........................................................... 187 XVI. Le chteau de Bragelonne ........................................... 200 XVII. La diplomatie dAthos ..................................................211 XVIII. M. de Beaufort ........................................................... 227 2

XIX. Ce quoi se rcrait M. le duc de Beaufort au donjon de Vincennes ......................................................................... 237 XX. Grimaud entre en fonctions........................................... 251 XXI. Ce que contenaient les pts du successeur du pre Marteau .................................................................................270 XXII. Une aventure de Marie Michon ................................. 286 XXIII. Labb Scarron .......................................................... 306 XXIV. Saint-Denis ................................................................329 XXV. Un des quarante moyens dvasion de Monsieur de Beaufort ................................................................................. 341 XXVI. DArtagnan arrive propos ....................................... 356 XXVII. La grande route ........................................................ 372 XXVIII. Rencontre ................................................................383 XXIX. Le bonhomme Broussel ............................................. 397 XXX. Quatre anciens amis sapprtent se revoir ...............407 XXXI. La place Royale ..........................................................422 XXXII. Le bac de lOise ........................................................ 430 XXXIII. Escarmouche...........................................................442 XXXIV. Le moine .................................................................. 452 XXXV. Labsolution ..............................................................469 XXXVI. Grimaud parle ......................................................... 479 XXXVII. La veille de la bataille ........................................... 489 XXXVIII. Un dner dautrefois ............................................ 506

3

XXXIX. La lettre de Charles Ier .............................................520 XL. La lettre de Cromwell .....................................................530 XLI. Mazarin et Madame Henriette ..................................... 541 XLII. Comment les malheureux prennent parfois le hasard pour la providence ................................................................550 XLIII. Loncle et le neveu...................................................... 562 XLIV. Paternit .....................................................................569 XLV. Encore une reine qui demande secours ......................582 XLVI. O il est prouv que le premier mouvement est toujours le bon ..................................................................... 600 XLVII. Le Te Deum de la victoire de Lens............................ 613 XLVIII. Le mendiant de Saint-Eustache ............................. 640 XLIX. La tour de Saint-Jacques-la-Boucherie ..................... 656 L. Lmeute............................................................................ 667 LI. Lmeute se fait rvolte ................................................... 677 LII. Le malheur donne de la mmoire .................................. 695 LIII. Lentrevue ..................................................................... 705 LIV. La fuite .......................................................................... 715 LV. Le carrosse de M. le coadjuteur ..................................... 734 LVI. Comment dArtagnan et Porthos gagnrent, lun deux cent dix-neuf, et lautre deux cent quinze louis, vendre de la paille .................................................................................. 754 LVII. On a des nouvelles dAramis .......................................768

4

LVIII. Lcossais, parjure sa foi, pour un denier vendit son roi ..........................................................................................786 LIX. Le vengeur..................................................................... 799 LX. Olivier Cromwell ............................................................ 813 LXI. Les gentilshommes ....................................................... 821 LXII. Jsus Seigneur ............................................................. 831 LXIII. O il est prouv que dans les positions les plus difficiles les grands curs ne perdent jamais le courage, ni les bons estomacs lapptit .................................................. 843 LXIV. Salut la Majest tombe ..........................................854 LXV. DArtagnan trouve un projet .......................................867 LXVI. La partie de lansquenet ............................................. 886 LXVII. Londres .................................................................... 896 LXVIII. Le procs ................................................................. 906 LXIX. White-Hall .................................................................. 921 LXX. Les ouvriers .................................................................934 LXXI. Remember .................................................................. 947 LXXII. Lhomme masqu ..................................................... 957 LXXIII. La maison de Cromwell........................................... 971 LXXIV. Conversation ........................................................... 983 LXXV. La felouque Lclair ............................................ 997 LXXVI. Le vin de Porto ....................................................... 1014 LXXVII. Le vin de Porto (Suite) ......................................... 1029

5

LXXVIII. Fatality ............................................................... 1036 LXXIX. O, aprs avoir manqu dtre rti, Mousqueton manqua dtre mang .........................................................1048 LXXX. Retour .....................................................................1060 LXXXI. Les ambassadeurs.................................................. 1072 LXXXII. Les trois lieutenants du gnralissime ................ 1085 LXXXIII. Le combat de Charenton .................................... 1106 LXXXIV. La route de Picardie ............................................. 1121 LXXXV. La reconnaissance dAnne dAutriche ...................1132 LXXXVI. La royaut de M. de Mazarin .............................. 1140 LXXXVII. Prcautions ........................................................ 1146 LXXXVIII. Lesprit et le bras ...............................................1154 LXXXIX. Lesprit et le bras (Suite)..................................... 1160 XC. Le bras et lesprit ........................................................... 1171 XCI. Le bras et lesprit (Suite) ............................................. 1174 XCII. Les oubliettes de M. de Mazarin ............................... 1185 XCIII. Confrences ............................................................. 1192 XCIV. O lon commence croire que Porthos sera enfin baron et dArtagnan capitaine ............................................ 1201 XCV. Comme quoi avec une plume et une menace on fait plus vite et mieux quavec lpe et du dvouement .......... 1214 XCVI. Comme quoi avec une plume et une menace on fait plus vite et mieux quavec lpe et du dvouement (Suite)1225

6

XCVII. O il est prouv quil est quelquefois plus difficile aux rois de rentrer dans la capitale de leur royaume que den sortir ............................................................................ 1234 XCVIII. O il est prouv quil est quelquefois plus difficile aux rois de rentrer dans la capitale de leur royaume que den sortir (Suite) ................................................................ 1245 Conclusion........................................................................... 1252 propos de cette dition lectronique ............................... 1256

7

I. Le fantme de Richelieu

Dans une chambre du palais Cardinal que nous connaissons dj, prs dune table coins de vermeil, charge de papiers et de livres, un homme tait assis la tte appuye dans ses deux mains. Derrire lui tait une vaste chemine, rouge de feu, et dont les tisons enflamms scroulaient sur de larges chenets dors. La lueur de ce foyer clairait par-derrire le vtement magnifique de ce rveur, que la lumire dun candlabre charg de bougies clairait par-devant. voir cette simarre rouge et ces riches dentelles, voir ce front ple et courb sous la mditation, voir la solitude de ce cabinet, le silence des antichambres, le pas mesur des gardes sur le palier, on et pu croire que lombre du cardinal de Richelieu tait encore dans sa chambre. Hlas ! ctait bien en effet seulement lombre du grand homme. La France affaiblie, lautorit du roi mconnue, les grands redevenus forts et turbulents, lennemi rentr en de des frontires, tout tmoignait que Richelieu ntait plus l. Mais ce qui montrait encore mieux que tout cela que la simarre rouge ntait point celle du vieux cardinal, ctait cet isolement qui semblait, comme nous lavons dit, plutt celui dun fantme que celui dun vivant ; ctaient ces corridors vides de courtisans, ces cours pleines de gardes ; ctait le sentiment railleur qui montait de la rue et qui pntrait travers les vitres de cette chambre branle par le souffle de toute une ville ligue contre le ministre ; ctaient enfin des bruits lointains et sans cesse renouvels de coups de feu, tirs heureusement sans but 8

et sans rsultat, mais seulement pour faire voir aux gardes, aux Suisses, aux mousquetaires et aux soldats qui environnaient le Palais-Royal, car le palais Cardinal lui-mme avait chang de nom, que le peuple aussi avait des armes. Ce fantme de Richelieu, ctait Mazarin. Or, Mazarin tait seul et se sentait faible. tranger ! murmurait-il ; Italien ! voil leur grand mot lch ! avec ce mot, ils ont assassin, pendu et dvor Concini, et, si je les laissais faire, ils massassineraient, me pendraient et me dvoreraient comme lui, bien que je ne leur aie jamais fait dautre mal que de les pressurer un peu. Les niais ! ils ne sentent donc pas que leur ennemi, ce nest point cet Italien qui parle mal le franais, mais bien plutt ceux-l qui ont le talent de leur dire des belles paroles avec un si pur et si bon accent parisien. Oui, oui, continuait le ministre avec son sourire fin, qui cette fois semblait trange sur ses lvres ples, oui, vos rumeurs me le disent, le sort des favoris est prcaire ; mais, si vous savez cela, vous devez savoir aussi que je ne suis point un favori ordinaire, moi ! Le comte dEssex avait une bague splendide et enrichie de diamants que lui avait donne sa royale matresse ; moi, je nai quun simple anneau avec un chiffre et une date, mais cet anneau a t bni dans la chapelle du Palais-Royal ; aussi, moi, ne me briseront-ils pas selon leurs vux. Ils ne saperoivent pas quavec leur ternel cri : bas le Mazarin ! je leur fais crier tantt vive M. de Beaufort, tantt vive M. le Prince, tantt vive le parlement ! Eh bien ! M. de Beaufort est Vincennes, M. le Prince ira le rejoindre un jour ou lautre, et le parlement Ici le sourire du cardinal prit une expression de haine dont sa figure douce paraissait incapable. Eh bien ! le parlement nous verrons ce que nous en ferons du parlement ; nous avons Orlans et Montargis. Oh ! jy 9

mettrai le temps ; mais ceux qui ont commenc crier bas le Mazarin finiront par crier bas tous ces gens-l, chacun son tour. Richelieu, quils hassaient quand il tait vivant, et dont ils parlent toujours depuis quil est mort, a t plus bas que moi ; car il a t chass plusieurs fois, et plus souvent encore il a craint de ltre. La reine ne me chassera jamais, moi, et si je suis contraint de cder au peuple, elle cdera avec moi ; si je fuis, elle fuira, et nous verrons alors ce que feront les rebelles sans leur reine et sans leur roi. Oh ! si seulement je ntais pas tranger, si seulement jtais Franais, si seulement jtais gentilhomme ! Et il retomba dans sa rverie. En effet, la position tait difficile, et la journe qui venait de scouler lavait complique encore. Mazarin, toujours peronn par sa sordide avarice, crasait le peuple dimpts, et ce peuple, qui il ne restait que lme, comme le disait lavocat gnral Talon, et encore parce quon ne pouvait vendre son me lencan, le peuple, qui on essayait de faire prendre patience avec le bruit des victoires quon remportait, et qui trouvait que les lauriers ntaient pas viande dont il pt se nourrir, le peuple depuis longtemps avait commenc murmurer. Mais ce ntait pas tout ; car lorsquil ny a que le peuple qui murmure, spare quelle en est par la bourgeoisie et les gentilshommes, la cour ne lentend pas ; mais Mazarin avait eu limprudence de sattaquer aux magistrats ! il avait vendu douze brevets de matre des requtes, et, comme les officiers payaient leurs charges fort cher, et que ladjonction de ces douze nouveaux confrres devait en faire baisser le prix, les anciens staient runis, avaient jur sur les vangiles de ne point souffrir cette augmentation et de rsister toutes les perscutions de la cour, se promettant les uns aux autres quau cas o lun deux, par cette rbellion, perdrait sa charge, ils se cotiseraient pour lui en rembourser le prix. Or, voici ce qui tait arriv de ces deux cts :

10

Le 7 de janvier, sept huit cents marchands de Paris staient assembls et mutins propos dune nouvelle taxe quon voulait imposer aux propritaires de maisons, et ils avaient dput dix dentre eux pour parler au duc dOrlans, qui, selon sa vieille habitude, faisait de la popularit. Le duc dOrlans les avait reus, et ils lui avaient dclar quils taient dcids ne point payer cette nouvelle taxe, dussent-ils se dfendre main arme contre les gens du roi qui viendraient pour la percevoir. Le duc dOrlans les avait couts avec une grande complaisance, leur avait fait esprer quelque modration, leur avait promis den parler la reine et les avait congdis avec le mot ordinaire des princes : On verra. De leur ct, le 9, les matres des requtes taient venus trouver le cardinal, et lun deux, qui portait la parole pour tous les autres, lui avait parl avec tant de fermet et de hardiesse, que le cardinal en avait t tout tonn ; aussi les avait-il renvoys en disant comme le duc dOrlans, que lon verrait. Alors, pour voir, on avait assembl le conseil et lon avait envoy chercher le surintendant des finances dEmery. Ce dEmery tait fort dtest du peuple, dabord parce quil tait surintendant des finances, et que tout surintendant des finances doit tre dtest ; ensuite, il faut le dire, parce quil mritait quelque peu de ltre. Ctait le fils dun banquier de Lyon qui sappelait Particelli, et qui, ayant chang de nom la suite de sa banqueroute, se faisait appeler dEmery. Le cardinal de Richelieu, qui avait reconnu en lui un grand mrite financier, lavait prsent au roi Louis XIII sous le nom de M. dEmery, et voulant le faire nommer intendant des finances, il lui en disait grand bien. merveille ! avait rpondu le roi, et je suis aise que vous me parliez de M. dEmery pour cette place qui veut un honnte homme. On mavait dit que vous poussiez ce coquin de Particelli, et javais peur que vous ne me forassiez le prendre. 11

Sire ! rpondit le cardinal, que Votre Majest se rassure, le Particelli dont elle parle a t pendu. Ah ! tant mieux ! scria le roi, ce nest donc pas pour rien que lon ma appel Louis Le Juste. Et il signa la nomination de M. dEmery. Ctait ce mme dEmery qui tait devenu surintendant des finances. On lavait envoy chercher de la part du ministre, et il tait accouru tout ple et tout effar, disant que son fils avait manqu dtre assassin le jour mme sur la place du Palais : la foule lavait rencontr et lui avait reproch le luxe de sa femme, qui avait un appartement tendu de velours rouge avec des crpines dor. Ctait la fille de Nicolas Le Camus, secrtaire en 1617, lequel tait venu Paris avec vingt livres et qui, tout en se rservant quarante mille livres de rente, venait de partager neuf millions entre ses enfants. Le fils dEmery avait manqu dtre touff, un des meutiers ayant propos de le presser jusqu ce quil et rendu lor quil dvorait. Le conseil navait rien dcid ce jour-l, le surintendant tant trop occup de cet vnement pour avoir la tte bien libre. Le lendemain, le premier prsident Mathieu Mol, dont le courage dans toutes ces affaires, dit le cardinal de Retz, gala celui de M. le duc de Beaufort et celui de M. le prince de Cond, cest--dire des deux hommes qui passaient pour les plus braves de France ; le lendemain, le premier prsident, disons-nous, avait t attaqu son tour ; le peuple le menaait de se prendre lui des maux quon lui voulait faire ; mais le premier prsident avait rpondu avec son calme habituel, sans smouvoir et sans stonner, que si les perturbateurs nobissaient pas aux volonts du roi, il allait faire dresser des potences dans les places pour faire pendre linstant mme les plus mutins dentre eux. 12

Le fils dEmery avait manqu dtre touff

Ce quoi ceux-ci avaient rpondu quils ne demandaient pas mieux que de voir dresser des potences, et quelles serviraient pendre les mauvais juges qui achetaient la faveur de la cour au prix de la misre du peuple.

13

Ce nest pas tout ; le 11, la reine allant la messe NotreDame, ce quelle faisait rgulirement tous les samedis, avait t suivie par plus de deux cents femmes criant et demandant justice. Elles navaient, au reste, aucune intention mauvaise, voulant seulement se mettre genoux devant elle pour tcher dmouvoir sa piti ; mais les gardes les en empchrent, et la reine passa hautaine et fire sans couter leurs clameurs. Laprs-midi, il y avait eu conseil de nouveau ; et l on avait dcid que lon maintiendrait lautorit du roi : en consquence, le parlement fut convoqu pour le lendemain, 12. Ce jour, celui pendant la soire duquel nous ouvrons cette nouvelle histoire, le roi, alors g de dix ans, et qui venait davoir la petite vrole, avait, sous prtexte daller rendre grce Notre-Dame de son rtablissement, mis sur pied ses gardes, ses Suisses et ses mousquetaires, et les avait chelonns autour du Palais-Royal, sur les quais et sur le Pont-Neuf, et, aprs la messe entendue, il tait pass au parlement, o, sur un lit de justice improvis, il avait non seulement maintenu ses dits passs, mais encore en avait rendu cinq ou six nouveaux, tous, dit le cardinal de Retz, plus ruineux les uns que les autres. Si bien que le premier prsident, qui, on a pu le voir, tait les jours prcdents pour la cour, stait cependant lev fort hardiment sur cette manire de mener le roi au Palais pour surprendre et forcer la libert des suffrages. Mais ceux qui surtout slevrent fortement contre les nouveaux impts, ce furent le prsident Blancmesnil et le conseiller Broussel. Ces dits rendus, le roi rentra au Palais-Royal. Une grande multitude de peuple tait sur sa route ; mais comme on savait quil venait du parlement, et quon ignorait sil y avait t pour y rendre justice au peuple ou pour lopprimer de nouveau, pas un seul cri de joie ne retentit sur son passage pour le fliciter de son retour la sant. Tous les visages, au contraire, taient mornes et inquiets ; quelques-uns mme taient menaants. 14

Malgr son retour, les troupes restrent sur place : on avait craint quune meute nclatt quand on connatrait le rsultat de la sance du parlement : et, en effet, peine le bruit se fut-il rpandu dans les rues quau lieu dallger les impts, le roi les avait augments, que des groupes se formrent et que de grandes clameurs retentirent, criant : bas le Mazarin ! vive Broussel ! vive Blancmesnil ! car le peuple avait su que Broussel et Blancmesnil avaient parl en sa faveur ; et quoique leur loquence et t perdue, il ne leur en savait pas moins bon gr. On avait voulu dissiper ces groupes, on avait voulu faire taire ces cris, et, comme cela arrive en pareil cas, les groupes staient grossis et les cris avaient redoubl. Lordre venait dtre donn aux gardes du roi et aux gardes suisses, non seulement de tenir ferme, mais encore de faire des patrouilles dans les rues Saint-Denis et Saint-Martin, o ces groupes surtout paraissaient plus nombreux et plus anims, lorsquon annona au Palais-Royal le prvt des marchands. Il fut introduit aussitt : il venait dire que si lon ne cessait pas linstant mme ces dmonstrations hostiles, dans deux heures Paris tout entier serait sous les armes. On dlibrait sur ce quon aurait faire, lorsque Comminges, lieutenant aux gardes, rentra ses habits tout dchirs et le visage sanglant. En le voyant paratre, la reine jeta un cri de surprise et lui demanda ce quil y avait. Il y avait qu la vue des gardes, comme lavait prvu le prvt des marchands, les esprits staient exasprs. On stait empar des cloches et lon avait sonn le tocsin. Comminges avait tenu bon, avait arrt un homme qui paraissait un des principaux agitateurs, et, pour faire un exemple avait ordonn quil ft pendu la croix du Trahoir. En consquence, les soldats lavaient entran pour excuter cet ordre. Mais aux halles, ceux-ci avaient t attaqus coups de pierres et coups de hallebarde ; le rebelle avait profit de ce moment pour schapper,

15

avait gagn la rue des Lombards et stait jet dans une maison dont on avait aussitt enfonc les portes. Cette violence avait t inutile, on navait pu retrouver le coupable. Comminges avait laiss un poste dans la rue, et avec le reste de son dtachement, tait revenu au Palais-Royal pour rendre compte la reine de ce qui se passait. Tout le long de la route, il avait t poursuivi par des cris et par des menaces, plusieurs de ses hommes avaient t blesss de coups de pique et de hallebarde, et lui-mme avait t atteint dune pierre qui lui fendait le sourcil. Le rcit de Comminges corroborait lavis du prvt des marchands, on ntait pas en mesure de tenir tte une rvolte srieuse ; le cardinal fit rpandre dans le peuple que les troupes navaient t chelonnes sur les quais et le Pont-Neuf qu propos de la crmonie, et quelles allaient se retirer. En effet, vers les quatre heures du soir, elles se concentrrent toutes vers le Palais-Royal ; on plaa un poste la barrire des Sergents, un autre aux Quinze-Vingts, enfin un troisime la butte SaintRoch. On emplit les cours et les rez-de-chausse de Suisses et de mousquetaires, et lon attendit. Voil donc o en taient les choses lorsque nous avons introduit nos lecteurs dans le cabinet du cardinal Mazarin, qui avait t autrefois celui du cardinal de Richelieu. Nous avons vu dans quelle situation desprit il coutait les murmures du peuple qui arrivaient jusqu lui et lcho des coups de fusil qui retentissaient jusque dans sa chambre. Tout coup il releva la tte, le sourcil demi fronc, comme un homme qui a pris son parti, fixa les yeux sur une norme pendule quallait sonner dix heures, et, prenant un sifflet de vermeil plac sur la table, la porte de sa main, il siffla deux coups.

16

Une porte cache dans la tapisserie souvrit sans bruit, et un homme vtu de noir savana silencieusement et se tint debout derrire le fauteuil. Bernouin, dit le cardinal sans mme se retourner, car ayant siffl deux coups il savait que ce devait tre son valet de chambre, quels sont les mousquetaires de garde au palais ? Les mousquetaires noirs, Monseigneur. Quelle compagnie ? Compagnie Trville. Y a-t-il quelque officier de cette compagnie dans lantichambre ? Le lieutenant dArtagnan. Un bon, je crois ? Oui, Monseigneur. Donnez-moi un habit de mousquetaire, et aidez-moi mhabiller. Le valet de chambre sortit aussi silencieusement quil tait entr, et revint un instant aprs, apportant le costume demand. Le cardinal commena alors, silencieux et pensif, se dfaire du costume de crmonie quil avait endoss pour assister la sance du parlement, et se revtir de la casaque militaire, quil portait avec une certaine aisance, grce ses anciennes campagnes dItalie ; puis quand il fut compltement habill : Allez me chercher M. dArtagnan, dit-il. Et le valet de chambre sortit cette fois par la porte du milieu, mais toujours aussi silencieux et aussi muet. On et dit dune ombre. 17

Rest seul, le cardinal se regarda avec une certaine satisfaction dans une glace ; il tait encore jeune, car il avait quarantesix ans peine, il tait dune taille lgante et un peu au-dessous de la moyenne ; il avait le teint vif et beau, le regard plein de feu, le nez grand, mais cependant assez bien proportionn, le front large et majestueux, les cheveux chtains un peu crpus, la barbe plus noire que les cheveux et toujours bien releve avec le fer, ce qui lui donnait bonne grce. Alors il passa son baudrier, regarda avec complaisance ses mains, quil avait fort belles et desquelles il prenait le plus grand soin ; puis rejetant les gros gants de daim quil avait dj pris, et qui taient duniforme, il passa de simples gants de soie. En ce moment la porte souvrit. M. dArtagnan, dit le valet de chambre. Un officier entra. Ctait un homme de trente-neuf quarante ans, de petite taille mais bien prise, maigre, lil vif et spirituel, la barbe noire et les cheveux grisonnants, comme il arrive toujours lorsquon a trouv la vie trop bonne ou trop mauvaise, et surtout quand on est fort brun. DArtagnan fit quatre pas dans le cabinet, quil reconnaissait pour y tre venu une fois dans le temps du cardinal de Richelieu, et voyant quil ny avait personne dans ce cabinet quun mousquetaire de sa compagnie, il arrta les yeux sur ce mousquetaire, sous les habits duquel, au premier coup dil, il reconnut le cardinal. Il demeura debout dans une pose respectueuse mais digne et comme il convient un homme de condition qui a eu souvent dans sa vie occasion de se trouver avec des grands seigneurs. Le cardinal fixa sur lui son il plus fin que profond, lexamina avec attention, puis, aprs quelques secondes de silence : 18

Cest vous qui tes monsieur dArtagnan ? dit-il. Moi-mme, Monseigneur, dit lofficier. Le cardinal regarda un moment encore cette tte si intelligente et ce visage dont lexcessive mobilit avait t enchane par les ans et lexprience ; mais dArtagnan soutint lexamen en homme qui avait t regard autrefois par des yeux bien autrement perants que ceux dont il soutenait cette heure linvestigation. Monsieur, dit le cardinal, vous allez venir avec moi, ou plutt je vais aller avec vous. vos ordres, Monseigneur, rpondit dArtagnan. Je voudrais visiter moi-mme les postes qui entourent le Palais-Royal ; croyez-vous quil y ait quelque danger ? Du danger, Monseigneur ! demanda dArtagnan dun air tonn, et lequel ? On dit le peuple tout fait mutin. Luniforme des mousquetaires du roi est fort respect, Monseigneur, et ne le ft-il pas, moi, quatrime je me fais fort de mettre en fuite une centaine de ces manants. Vous avez vu cependant ce qui est arriv Comminges ? M. de Comminges est aux gardes et non pas aux mousquetaires, rpondit dArtagnan. Ce qui veut dire, reprit le cardinal en souriant, que les mousquetaires sont meilleurs soldats que les gardes ? Chacun a lamour-propre de son uniforme, Monseigneur. Except moi, monsieur, reprit Mazarin en souriant, puisque vous voyez que jai quitt le mien pour prendre le vtre.

19

Peste, Monseigneur ! dit dArtagnan, cest de la modestie. Quant moi, je dclare que, si javais celui de Votre minence, je men contenterais et mengagerais au besoin nen porter jamais dautre. Oui, mais pour sortir ce soir, peut-tre net-il pas t trs sr. Bernouin, mon feutre. Le valet de chambre rentra, rapportant un chapeau duniforme larges bords. Le cardinal sen coiffa dune faon assez cavalire, et se retourna vers dArtagnan : Vous avez des chevaux tout sells dans les curies, nestce pas ? Oui, Monseigneur. Eh bien ! partons. Combien Monseigneur veut-il dhommes ? Vous avez dit quavec quatre hommes, vous vous chargeriez de mettre en fuite cent manants ; comme nous pourrions en rencontrer deux cents, prenez-en huit. Quand Monseigneur voudra. Je vous suis ; ou plutt, reprit le cardinal, non, par ici. clairez-nous, Bernouin. Le valet prit une bougie, le cardinal prit une petite clef dore sur son bureau, et ayant ouvert la porte dun escalier secret, il se trouva au bout dun instant dans la cour du Palais-Royal.

20

II. Une ronde de nuit

Dix minutes aprs, la petite troupe sortait par la rue des Bons-Enfants, derrire la salle de spectacle quavait btie le cardinal de Richelieu pour y faire jouer Mirame, et dans laquelle le cardinal Mazarin, plus amateur de musique que de littrature, venait de faire jouer les premiers opras qui aient t reprsents en France. Laspect de la ville prsentait tous les caractres dune grande agitation ; des groupes nombreux parcouraient les rues, et, quoi quen ait dit dArtagnan, sarrtaient pour voir passer les militaires avec un air de raillerie menaante qui indiquait que les bourgeois avaient momentanment dpos leur mansutude ordinaire pour des intentions plus belliqueuses. De temps en temps des rumeurs venaient du quartier des Halles. Des coups de fusil ptillaient du ct de la rue Saint-Denis, et parfois tout coup, sans que lon st pourquoi, quelque cloche se mettait sonner, branle par le caprice populaire. DArtagnan suivait son chemin avec linsouciance dun homme sur lequel de pareilles niaiseries nont aucune influence. Quand un groupe tenait le milieu de la rue, il poussait son cheval sans lui dire gare, et comme si, rebelles ou non, ceux qui le composaient avaient su quel homme ils avaient affaire, ils souvraient et laissaient passer la patrouille. Le cardinal enviait ce calme, quil attribuait lhabitude du danger ; mais il nen prenait pas moins pour lofficier, sous les ordres duquel il stait momentanment plac, cette sorte de considration que la prudence elle-mme accorde linsoucieux courage. En approchant du poste de la barrire des Sergents, la sentinelle cria : Qui vive ? DArtagnan rpondit, et, ayant de 21

mand les mots de passe au cardinal, savana lordre ; les mots de passe taient Louis et Rocroy. Ces signes de reconnaissance changs, dArtagnan demanda si ce ntait pas M. de Comminges qui commandait le poste. La sentinelle lui montra alors un officier qui causait, pied, la main appuye sur le cou du cheval de son interlocuteur. Ctait celui que demandait dArtagnan. Voici M. de Comminges, dit dArtagnan revenant au cardinal. Le cardinal poussa son cheval vers eux, tandis que dArtagnan se reculait par discrtion ; cependant, la manire dont lofficier pied et lofficier cheval trent leurs chapeaux, il vit quils avaient reconnu son minence. Bravo, Guitaut, dit le cardinal au cavalier, je vois que malgr vos soixante-quatre ans vous tes toujours le mme, alerte et dvou. Que dites-vous ce jeune homme ? Monseigneur, rpondit Guitaut, je lui disais que nous vivions une singulire poque, et que la journe daujourdhui ressemblait fort lune de ces journes de la Ligue dont jai tant entendu parler dans mon jeune temps. Savez-vous quil ntait question de rien moins, dans les rues Saint-Denis et SaintMartin, que de faire des barricades. Et que vous rpondait Comminges, mon cher Guitaut ? Monseigneur, dit Comminges, je rpondais que, pour faire une Ligue, il ne leur manquait quune chose qui me paraissait assez essentielle, ctait un duc de Guise ; dailleurs, on ne fait pas deux fois la mme chose. Non, mais ils feront une Fronde, comme ils disent, reprit Guitaut. 22

Quest-ce que cela, une Fronde ? demanda Mazarin. Monseigneur, cest le nom quils donnent leur parti. Et do vient ce nom ? Il parat quil y a quelques jours le conseiller Bachaumont a dit au Palais que tous les faiseurs dmeutes ressemblaient aux coliers qui frondent dans les fosss de Paris et qui se dispersent quand ils aperoivent le lieutenant civil, pour se runir de nouveau lorsquil est pass. Alors ils ont ramass le mot au bond, comme ont fait les gueux Bruxelles, ils se sont appels frondeurs. Aujourdhui et hier, tout tait la Fronde, les pains, les chapeaux, les gants, les manchons, les ventails ; et, tenez, coutez. En ce moment en effet une fentre souvrit ; un homme se mit cette fentre et commena de chanter : Un vent de Fronde Sest lev ce matin ; Je crois quil gronde Contre le Mazarin. Un vent de Fronde Sest lev ce matin ! Linsolent ! murmura Guitaut. Monseigneur, dit Comminges, que sa blessure avait mis de mauvaise humeur et qui ne demandait qu prendre une revanche et rendre plaie pour bosse, voulez-vous que jenvoie ce drle-l une balle pour lui apprendre ne pas chanter si faux une autre fois ? Et il mit la main aux fontes du cheval de son oncle.

23

Non pas, non pas ! scria Mazarin. Diavolo ! mon cher ami, vous allez tout gter ; les choses vont merveille, au contraire ! Je connais vos Franais comme si je les avais faits depuis le premier jusquau dernier : ils chantent, ils payeront. Pendant la Ligue, dont parlait Guitaut tout lheure, on ne chantait que la messe, aussi tout allait fort mal. Viens, Guitaut, viens, et allons voir si lon fait aussi bonne garde aux Quinze-Vingts qu la barrire des Sergents. Et, saluant Comminges de la main, il rejoignit dArtagnan, qui reprit la tte de sa petite troupe suivi immdiatement par Guitaut et le cardinal, lesquels taient suivis leur tour du reste de lescorte. Cest juste, murmura Comminges en le regardant sloigner, joubliais que, pourvu quon paye, cest tout ce quil lui faut, lui. On reprit la rue Saint-Honor en dplaant toujours des groupes ; dans ces groupes, on ne parlait que des dits du jour ; on plaignait le jeune roi qui ruinait ainsi son peuple sans le savoir ; on jetait toute la faute sur Mazarin ; on parlait de sadresser au duc dOrlans et M. le Prince ; on exaltait Blancmesnil et Broussel. DArtagnan passait au milieu de ces groupes, insoucieux comme si lui et son cheval eussent t de fer ; Mazarin et Guitaut causaient tout bas ; les mousquetaires, qui avaient fini par reconnatre le cardinal, suivaient en silence. On arriva la rue Saint-Thomas-du-Louvre, o tait le poste des Quinze-Vingts ; Guitaut appela un officier subalterne, qui vint rendre compte. Eh bien ! demanda Guitaut. Ah ! mon capitaine, dit lofficier, tout va bien de ce ct, si ce nest, je crois, quil se passe quelque chose dans cet htel.

24

rejoignit dArtagnan, qui reprit la tte de sa petite troupe

25

Et il montrait de la main un magnifique htel situ juste sur lemplacement o fut depuis le Vaudeville. Dans cet htel, dit Guitaut, mais cest lhtel de Rambouillet. Je ne sais pas si cest lhtel de Rambouillet, reprit lofficier, mais ce que je sais, cest que jy ai vu entrer force gens de mauvaise mine. Bah ! dit Guitaut en clatant de rire, ce sont des potes. Eh bien, Guitaut ! dit Mazarin, veux-tu bien ne pas parler avec une pareille irrvrence de ces messieurs ! tu ne sais pas que jai t pote aussi dans ma jeunesse et que je faisais des vers dans le genre de ceux de M. de Benserade. Vous, Monseigneur ? Oui, moi. Veux-tu que je ten dise ? Cela mest gal, Monseigneur ! Je nentends pas litalien. Oui, mais tu entends le franais, nest-ce pas, mon bon et brave Guitaut, reprit Mazarin en lui posant amicalement la main sur lpaule, et, quelque ordre quon te donne dans cette langue, tu lexcuteras ? Sans doute, Monseigneur, comme je lai dj fait, pourvu quil me vienne de la reine. Ah oui ! dit Mazarin en se pinant les lvres, je sais que tu lui es entirement dvou. Je suis capitaine de ses gardes depuis plus de vingt ans. En route, monsieur dArtagnan, reprit le cardinal, tout va bien de ce ct.

26

DArtagnan reprit la tte de la colonne sans souffler un mot et avec cette obissance passive qui fait le caractre du vieux soldat. Il sachemina vers la butte Saint-Roch, o tait le troisime poste, en passant par la rue Richelieu et la rue Villedo. Ctait le plus isol, car il touchait presque aux remparts, et la ville tait peu peuple de ce ct-l. Qui commande ce poste ? demanda le cardinal. Villequier, rpondit Guitaut. Diable ! fit Mazarin, parlez-lui seul, vous savez que nous sommes en brouille depuis que vous avez eu la charge darrter M. le duc de Beaufort ; il prtendait que ctait lui, comme capitaine des gardes du roi, que revenait cet honneur. Je le sais bien, et je lui ai dit cent fois quil avait tort, le roi ne pouvait lui donner cet ordre, puisqu cette poque-l le roi avait peine quatre ans. Oui, mais je pouvais le lui donner, moi, Guitaut, et jai prfr que ce ft vous. Guitaut, sans rpondre, poussa son cheval en avant, et stant fait reconnatre la sentinelle, fit appeler M. de Villequier. Celui-ci sortit. Ah ! cest vous, Guitaut ! dit-il de ce ton de mauvaise humeur qui lui tait habituel, que diable venez-vous faire ici ? Je viens vous demander sil y a quelque chose de nouveau de ce ct. Que voulez-vous quil y ait ? On crie : Vive le roi ! et bas le Mazarin ! ce nest pas du nouveau, cela ; il y a dj quelque temps que nous sommes habitus ces cris-l. 27

Et vous faites chorus ? rpondit en riant Guitaut. Ma foi, jen ai quelquefois grande envie ! je trouve quils ont bien raison, Guitaut ; je donnerais volontiers cinq ans de ma paye, quon ne me paye pas, pour que le roi et cinq ans de plus. Vraiment, et quarriverait-il si le roi avait cinq ans de plus ? Il arriverait qu linstant o le roi serait majeur, le roi donnerait ses ordres lui-mme, et quil y a plus de plaisir obir au petit-fils de Henri IV quau fils de Pietro Mazarini. Pour le roi, mort-diable ! je me ferais tuer avec plaisir ; mais si jtais tu pour le Mazarin, comme votre neveu a manqu de ltre aujourdhui, il ny a point de paradis, si bien plac que jy fusse, qui men consolt jamais. Bien, bien, monsieur de Villequier, dit Mazarin. Soyez tranquille, je rendrai compte de votre dvouement au roi. Puis se retournant vers lescorte : Allons, messieurs, continua-t-il, tout va bien, rentrons. Tiens, dit Villequier, le Mazarin tait l ! Tant mieux ; il y avait longtemps que javais envie de lui dire en face ce que jen pensais ; vous men avez fourni loccasion, Guitaut ; et quoique votre intention ne soit peut-tre pas des meilleures pour moi, je vous remercie. Et tournant sur ses talons, il rentra au corps de garde en sifflant un air de Fronde. Cependant Mazarin revenait tout pensif ; ce quil avait successivement entendu de Comminges, de Guitaut et de Villequier le confirmait dans cette pense quen cas dvnements graves, il naurait personne pour lui que la reine, et encore la reine avait si souvent abandonn ses amis que son appui paraissait parfois au ministre, malgr les prcautions quil avait prises, bien incertain et bien prcaire. 28

Pendant tout le temps que cette course nocturne avait dur, cest--dire pendant une heure peu prs, le cardinal avait, tout en tudiant tour tour Comminges, Guitaut et Villequier, examin un homme. Cet homme, qui tait rest impassible devant la menace populaire, et dont la figure navait pas plus sourcill aux plaisanteries quavait faites Mazarin qu celles dont il avait t lobjet, cet homme lui semblait un tre part et tremp pour des vnements dans le genre de ceux dans lesquels on se trouvait, surtout de ceux dans lesquels on allait se trouver. Dailleurs ce nom de dArtagnan ne lui tait pas tout fait inconnu, et quoique lui, Mazarin, ne ft venu en France que vers 1634 ou 1635, cest--dire sept ou huit ans aprs les vnements que nous avons raconts dans une prcdente histoire, il semblait au cardinal quil avait entendu prononcer ce nom comme celui dun homme qui, dans une circonstance qui ntait plus prsente son esprit, stait fait remarquer comme un modle de courage, dadresse et de dvouement. Cette ide stait tellement empare de son esprit, quil rsolut de lclaircir sans retard ; mais ces renseignements quil dsirait sur dArtagnan, ce ntait point dArtagnan lui-mme quil fallait les demander. Aux quelques mots quavait prononcs le lieutenant des mousquetaires, le cardinal avait reconnu lorigine gasconne ; et Italiens et Gascons se connaissent trop bien et se ressemblent trop pour sen rapporter les uns aux autres de ce quils peuvent dire deux-mmes. Aussi, en arrivant aux murs dont le jardin du Palais-Royal tait enclos, le cardinal frappa-t-il une petite porte situe peu prs o slve aujourdhui le caf de Foy, et, aprs avoir remerci dArtagnan et lavoir invit lattendre dans la cour du Palais-Royal, fit-il signe Guitaut de le suivre. Tous deux descendirent de cheval, remirent la bride de leur monture au laquais qui avait ouvert la porte et disparurent dans le jardin. Mon cher Guitaut, dit le cardinal en sappuyant sur le bras du vieux capitaine des gardes, vous me disiez tout lheure 29

quil y avait tantt vingt ans que vous tiez au service de la reine ? Oui, cest la vrit, rpondit Guitaut. Or, mon cher Guitaut, continua le cardinal, jai remarqu quoutre votre courage, qui est hors de contestation, et votre fidlit, qui est toute preuve, vous aviez une admirable mmoire. Vous avez remarqu cela, Monseigneur ? dit le capitaine des gardes ; diable ! tant pis pour moi. Comment cela ? Sans doute, une des premires qualits du courtisan est de savoir oublier. Mais vous ntes pas un courtisan, vous, Guitaut, vous tes un brave soldat, un de ces capitaines comme il en reste encore quelques-uns du temps du roi Henri IV, mais comme malheureusement il nen restera plus bientt. Peste, Monseigneur ! mavez-vous fait venir avec vous pour me tirer mon horoscope ? Non, dit Mazarin en riant ; je vous ai fait venir pour vous demander si vous aviez remarqu notre lieutenant de mousquetaires. M. dArtagnan ? Oui. Je nai pas eu besoin de le remarquer, Monseigneur, il y a longtemps que je le connais. Quel homme est-ce, alors ? Eh mais, dit Guitaut, surpris de la demande, cest un Gascon ! 30

Oui, je sais cela ; mais je voulais vous demander si ctait un homme en qui lon pt avoir confiance. M. de Trville le tient en grande estime, et M. de Trville, vous le savez, est des grands amis de la reine. Je dsirais savoir si ctait un homme qui et fait ses preuves. Si cest comme brave soldat que vous lentendez, je crois pouvoir vous rpondre que oui. Au sige de La Rochelle, au pas de Suze, Perpignan, jai entendu dire quil avait fait plus que son devoir. Mais, vous le savez, Guitaut, nous autres pauvres ministres, nous avons souvent besoin encore dautres hommes que dhommes braves. Nous avons besoin de gens adroits. M. dArtagnan ne sest-il pas trouv ml du temps du cardinal dans quelque intrigue dont le bruit public voudrait quil se ft tir fort habilement ? Monseigneur, sous ce rapport, dit Guitaut, qui vit bien que le cardinal voulait le faire parler, je suis forc de dire Votre minence que je ne sais que ce que le bruit public a pu lui apprendre elle-mme. Je ne me suis jamais ml dintrigues pour mon compte, et si jai parfois reu quelque confidence propos des intrigues des autres, comme le secret ne mappartient pas, Monseigneur trouvera bon que je le garde ceux qui me lont confi. Mazarin secoua la tte. Ah ! dit-il, il y a, sur ma parole, des ministres bien heureux, et qui savent tout ce quils veulent savoir. Monseigneur, reprit Guitaut, cest que ceux-l ne psent pas tous les hommes dans la mme balance, et quils savent sadresser aux gens de guerre pour la guerre et aux intrigants pour lintrigue. Adressez-vous quelque intrigant de lpoque 31

dont vous parlez, et vous en tirerez ce que vous voudrez, en payant, bien entendu. Eh, pardieu ! reprit Mazarin en faisant une certaine grimace qui lui chappait toujours lorsquon touchait avec lui la question dargent dans le sens que venait de le faire Guitaut on paiera sil ny a pas moyen de faire autrement. Est-ce srieusement que Monseigneur me demande de lui indiquer un homme qui ait t ml dans toutes les cabales de cette poque ? Per Bacco ! reprit Mazarin, qui commenait simpatienter, il y a une heure que je ne vous demande pas autre chose, tte de fer que vous tes. Il y en a un dont je vous rponds sous ce rapport, sil veut parler toutefois. Cela me regarde. Ah, Monseigneur ! ce nest pas toujours chose facile, que de faire dire aux gens ce quils ne veulent pas dire. Bah ! avec de la patience on y arrive. Eh bien ! cet homme cest Cest le comte de Rochefort. Le comte de Rochefort ! Malheureusement il a disparu depuis tantt quatre ou cinq ans et je ne sais ce quil est devenu. Je le sais, moi, Guitaut, dit Mazarin. Alors, de quoi se plaignait donc tout lheure Votre minence, de ne rien savoir ? Et, dit Mazarin, vous croyez que Rochefort

32

Ctait lme damne du cardinal, Monseigneur ; mais, je vous en prviens, cela vous cotera cher ; le cardinal tait prodigue avec ses cratures. Oui, oui, Guitaut, dit Mazarin, ctait un grand homme, mais il avait ce dfaut-l. Merci, Guitaut, je ferai mon profit de votre conseil, et cela ce soir mme. Et comme en ce moment les deux interlocuteurs taient arrivs la cour du Palais-Royal, le cardinal salua Guitaut dun signe de la main ; et apercevant un officier qui se promenait de long en large, il sapprocha de lui. Ctait dArtagnan qui attendait le retour du cardinal, comme celui-ci en avait donn lordre. Venez, monsieur dArtagnan, dit Mazarin de sa voix la plus flte, jai un ordre vous donner. DArtagnan sinclina, suivit le cardinal par lescalier secret, et, un instant aprs, se retrouva dans le cabinet do il tait parti. Le cardinal sassit devant son bureau et prit une feuille de papier sur laquelle il crivit quelques lignes. DArtagnan, debout, impassible, attendit sans impatience comme sans curiosit : il tait devenu un automate militaire, agissant, ou plutt obissant par ressort. Le cardinal plia la lettre et y mit son cachet. Monsieur dArtagnan, dit-il, vous allez porter cette dpche la Bastille, et ramener la personne qui en est lobjet ; vous prendrez un carrosse, une escorte et vous garderez soigneusement le prisonnier. DArtagnan prit la lettre, porta la main son feutre, pivota sur ses talons, comme et pu le faire le plus habile sergent instructeur, sortit, et, un instant aprs, on lentendit commander de sa voix brve et monotone : 33

Quatre hommes descorte, un carrosse, mon cheval. Cinq minutes aprs, on entendait les roues de la voiture et les fers des chevaux retentir sur le pav de la cour.

34

III. Deux anciens ennemis

DArtagnan arrivait la Bastille comme huit heures et demie sonnaient. Il se fit annoncer au gouverneur, qui, lorsquil sut quil venait de la part et avec un ordre du ministre, savana au-devant de lui jusquau perron. Le gouverneur de la Bastille tait alors M. du Tremblay, frre du fameux capucin Joseph, ce terrible favori de Richelieu que lon appelait minence grise. Lorsque le marchal de Bassompierre tait la Bastille, o il resta douze ans bien compts, et que ses compagnons, dans leurs rves de libert, se disaient les uns aux autres : Moi, je sortirai telle poque ; et moi, dans tel temps, Bassompierre rpondait : Et moi, messieurs, je sortirai quand M. du Tremblay sortira. Ce qui voulait dire qu la mort du cardinal M. du Tremblay ne pouvait manquer de perdre sa place la Bastille, et Bassompierre de reprendre la sienne la cour. Sa prdiction faillit en effet saccomplir, mais dune autre faon que ne lavait pens Bassompierre, car, le cardinal mort, contre toute attente, les choses continurent de marcher comme par le pass : M. du Tremblay ne sortit pas, et Bassompierre faillit ne point sortir. M. du Tremblay tait donc encore gouverneur de la Bastille lorsque dArtagnan sy prsenta pour accomplir lordre du ministre ; il le reut avec la plus grande politesse et, comme il allait se mettre table, il invita dArtagnan souper avec lui.

35

Ce serait avec le plus grand plaisir, dit dArtagnan ; mais, si je ne me trompe, il y a sur lenveloppe de la lettre trs presse. Cest juste, dit M. du Tremblay. Hol, major ! que lon fasse descendre le numro 256. En entrant la Bastille, on cessait dtre un homme et lon devenait un numro. DArtagnan se sentit frissonner au bruit des clefs ; aussi resta-t-il cheval sans en vouloir descendre, regardant les barreaux, les fentres renforces ; les murs normes quil navait jamais vus que de lautre ct des fosss, et qui lui avaient fait si grandpeur il y avait quelque vingt annes. Un coup de cloche retentit. Je vous quitte, lui dit M. du Tremblay, on mappelle pour signer la sortie du prisonnier. Au revoir, monsieur dArtagnan. Que le diable mextermine si je te rends ton souhait ! murmura dArtagnan, en accompagnant son imprcation du plus gracieux sourire ; rien que de demeurer cinq minutes dans la cour jen suis malade. Allons, allons, je vois que jaime encore mieux mourir sur la paille, ce qui marrivera probablement, que damasser dix mille livres de rente tre gouverneur de la Bastille. Il achevait peine ce monologue que le prisonnier parut. En le voyant, dArtagnan fit un mouvement de surprise quil rprima aussitt. Le prisonnier monta dans le carrosse sans paratre avoir reconnu dArtagnan. Messieurs, dit dArtagnan aux quatre mousquetaires, on ma recommand la plus grande surveillance pour le prisonnier ; or, comme le carrosse na pas de serrures ses portires ; je vais monter prs de lui. Monsieur de Lillebonne, ayez lobligeance de mener mon cheval en bride.

36

Volontiers, mon lieutenant, rpondit celui auquel il stait adress. DArtagnan mit pied terre, il donna la bride de son cheval au mousquetaire, monta dans le carrosse, se plaa prs du prisonnier, et, dune voix dans laquelle il tait impossible de distinguer la moindre motion : Au Palais-Royal, et au trot, dit-il. Aussitt la voiture partit, et dArtagnan, profitant de lobscurit qui rgnait sous la vote que lon traversait, se jeta au cou du prisonnier. Rochefort ! scria-t-il. Vous ! cest bien vous ! Je ne me trompe pas ! DArtagnan, scria son tour Rochefort tonn. Ah ! mon pauvre ami ! continua dArtagnan, ne vous ayant pas revu depuis quatre ou cinq ans, je vous ai cru mort. Ma foi, dit Rochefort, il ny a pas grande diffrence, je crois, entre un mort et un enterr ; or je suis enterr, ou peu sen faut. Et pour quel crime tes-vous la Bastille ? Voulez-vous que je vous dise la vrit ? Oui. Eh bien ! je nen sais rien. De la dfiance avec moi, Rochefort ? Non, foi de gentilhomme ! car il est impossible que jy sois pour la cause que lon mimpute. Quelle cause ? Comme voleur de nuit. 37

Vous, voleur de nuit ! Rochefort, vous riez ? Je comprends. Ceci demande explication, nest-ce pas ? Je lavoue. Eh bien, voil ce qui est arriv : un soir, aprs une orgie chez Reinard, aux Tuileries, avec le duc dHarcourt, Fontrailles, de Rieux et autres, le duc dHarcourt proposa daller tirer des manteaux sur le Pont-Neuf ; cest, vous le savez, un divertissement quavait mis fort la mode M. le duc dOrlans. tiez-vous fou, Rochefort ! votre ge ? Non, jtais ivre ; et cependant, comme lamusement me semblait mdiocre, je proposai au chevalier de Rieux dtre spectateurs au lieu dtre acteurs, et, pour voir la scne des premires loges, de monter sur le cheval de bronze. Aussitt dit, aussitt fait. Grce aux perons, qui nous servirent dtriers, en un instant nous fmes perchs sur la croupe ; nous tions merveille et nous voyions ravir. Dj quatre ou cinq manteaux avaient t enlevs avec une dextrit sans gale et sans que ceux qui on les avait enlevs osassent dire un mot, quand je ne sais quel imbcile moins endurant que les autres savise de crier : la garde ! et nous attire une patrouille darchers. Le duc dHarcourt, Fontrailles et les autres se sauvent ; de Rieux veut en faire autant. Je le retiens en lui disant quon ne viendra pas nous dnicher o nous sommes. Il ne mcoute pas, met le pied sur lperon pour descendre, lperon casse, il tombe, se rompt une jambe, et, au lieu de se taire, se met crier comme un pendu. Je veux sauter mon tour, mais il tait trop tard : je saute dans les bras des archers, qui me conduisent au Chtelet, o je mendors sur les deux oreilles, bien certain que le lendemain je sortirais de l. Le lendemain se passe, le surlendemain se passe, huit jours se passent ; jcris au cardinal. Le mme jour on vient me chercher et lon me conduit la Bastille ; il y a cinq ans que jy suis. Croyez-vous que ce soit pour avoir commis le sacrilge de monter en croupe derrire Henri IV ? 38

Non, vous avez raison, mon cher Rochefort, ce ne peut pas tre pour cela, mais vous allez savoir probablement pourquoi. Ah ! oui, car jai, moi, oubli de vous demander cela : o me menez-vous ? Au cardinal. Que me veut-il ? Je nen sais rien, puisque jignorais mme que ctait vous que jallais chercher. Impossible. Vous, un favori ! Un favori, moi ! scria dArtagnan. Ah ! mon pauvre comte ! je suis plus cadet de Gascogne que lorsque je vous vis Meung, vous savez, il y a tantt vingt-deux ans, hlas ! Et un gros soupir acheva sa phrase. Cependant vous venez avec un commandement ? Parce que je me trouvais l par hasard dans lantichambre, et que le cardinal sest adress moi comme il se serait adress un autre ; mais je suis toujours lieutenant aux mousquetaires, et il y a, si je compte bien, peu prs vingt et un ans que je le suis. Enfin, il ne vous est pas arriv malheur, cest beaucoup. Et quel malheur vouliez-vous quil marrivt ? Comme dit je ne sais quel vers latin que jai oubli, ou plutt que je nai jamais bien su : La foudre ne frappe pas les valles ; et je suis une valle, mon cher Rochefort, et des plus basses qui soient. Alors le Mazarin est toujours Mazarin ? Plus que jamais, mon cher ; on le dit mari avec la reine.

39

Mari ! Sil nest pas son mari, il est coup sr son amant. Rsister un Buckingham et cder un Mazarin ! Voil les femmes ! reprit philosophiquement dArtagnan. Les femmes, bon, mais les reines ! Eh ! mon Dieu ! sous ce rapport, les reines sont deux fois femmes. Et M. de Beaufort, est-il toujours en prison ? Toujours ; pourquoi ? Ah ! cest que, comme il me voulait du bien, il aurait pu me tirer daffaire. Vous tes probablement plus prs dtre libre que lui ; ainsi cest vous qui len tirerez. Alors, la guerre On va lavoir. Avec lEspagnol ? Non, avec Paris. Que voulez-vous dire ? Entendez-vous ces coups de fusil ? Oui. Eh bien ? Eh bien, ce sont les bourgeois qui pelotent ! en attendant la partie. Est-ce que vous croyez quon pourrait faire quelque chose des bourgeois ? 40

Mais, oui, ils promettent, et sils avaient un chef qui fit de tous les groupes un rassemblement Cest malheureux de ne pas tre libre. Eh ! mon Dieu ! ne vous dsesprez pas. Si Mazarin vous fait chercher, cest quil a besoin de vous ; et sil a besoin de vous, eh bien ! je vous en fais mon compliment. Il y a bien des annes que personne na plus besoin de moi ; aussi vous voyez o jen suis. Plaignez-vous donc, je vous le conseille ! coutez, Rochefort. Un trait Lequel ? Vous savez que nous sommes bons amis. Pardieu ! jen porte les marques, de notre amiti : trois coups dpe ! Eh bien, si vous redevenez en faveur, ne moubliez pas. Foi de Rochefort, mais charge de revanche. Cest dit : voil ma main. Ainsi, la premire occasion que vous trouvez de parler de moi Jen parle, et vous ? Moi de mme. propos, et vos amis, faut-il parler deux aussi ? Quels amis ? Athos, Porthos et Aramis, les avez-vous donc oublis ? peu prs. 41

Que sont-ils devenus ? Je nen sais rien. Vraiment ! Ah ! mon Dieu, oui ! nous nous sommes quitts comme vous savez ; ils vivent, voil tout ce que je peux dire ; jen apprends de temps en temps des nouvelles indirectes. Mais dans quel lieu du monde ils sont, le diable memporte si jen sais quelque chose. Non, dhonneur ! je nai plus que vous dami, Rochefort. Et lillustre comment appelez-vous donc ce garon que jai fait sergent au rgiment de Pimont ? Planchet ? Oui, cest cela. Et lillustre Planchet, quest-il devenu ? Mais il a pous une boutique de confiseur dans la rue des Lombards, cest un garon qui a toujours fort aim les douceurs ; de sorte quil est bourgeois de Paris et que, selon toute probabilit, il fait de lmeute en ce moment. Vous verrez que ce drle sera chevin avant que je sois capitaine. Allons, mon cher dArtagnan, un peu de courage ! cest quand on est au plus bas de la roue que la roue tourne et vous lve. Ds ce soir, votre sort va peut-tre changer. Amen ! dit dArtagnan en arrtant le carrosse. Que faites-vous ? demanda Rochefort. Je fais que nous sommes arrivs et que je ne veux pas quon me voie sortir de votre voiture ; nous ne nous connaissons pas. Vous avez raison. Adieu. Au revoir ; rappelez-vous votre promesse. 42

Et dArtagnan remonta cheval et reprit la tte de lescorte. Cinq minutes aprs on entrait dans la cour du Palais-Royal. DArtagnan conduisit le prisonnier par le grand escalier et lui fit traverser lantichambre et le corridor. Arriv la porte du cabinet de Mazarin, il sapprtait se faire annoncer quand Rochefort lui mit la main sur lpaule.

Rochefort lui mit la main sur lpaule.

43

DArtagnan, dit Rochefort en souriant, voulez-vous que je vous avoue une chose laquelle jai pens tout le long de la route, en voyant les groupes de bourgeois que nous traversions et qui vous regardaient, vous et vos quatre hommes, avec des yeux flamboyants ? Dites, rpondit dArtagnan. Cest que je navais qu crier laide pour vous faire mettre en pices, vous et votre escorte, et qualors jtais libre. Pourquoi ne lavez-vous pas fait ? dit dArtagnan. Allons donc ! reprit Rochefort. Lamiti jure ! Ah ! si cet t un autre que vous qui met conduit, je ne dis pas DArtagnan inclina la tte. Est-ce que Rochefort serait devenu meilleur que moi ? se dit-il. Et il se fit annoncer chez le ministre. Faites entrer M. de Rochefort, dit la voix impatiente de Mazarin aussitt quil eut entendu prononcer ces deux noms, et priez M. dArtagnan dattendre : je nen ai pas encore fini avec lui. Ces paroles rendirent dArtagnan tout joyeux. Comme il lavait dit, il y avait longtemps que personne navait eu besoin de lui, et cette insistance de Mazarin son gard lui paraissait dun heureux prsage. Quant Rochefort, elle ne lui produisit pas dautre effet que de le mettre parfaitement sur ses gardes. Il entra dans le cabinet et trouva Mazarin assis sa table avec son costume ordinaire, cest--dire en monsignor ; ce qui tait peu prs lhabit des abbs du temps, except quil portait les bas et le manteau violet.

44

Les portes se refermrent, Rochefort regarda Mazarin du coin de lil, et il surprit un regard du ministre qui croisait le sien. Le ministre tait toujours le mme, bien peign, bien fris, bien parfum, et, grce sa coquetterie, ne paraissait pas mme son ge. Quant Rochefort, ctait autre chose, les cinq annes quil avait passes en prison avaient fort vieilli ce digne ami de M. de Richelieu ; ses cheveux noirs taient devenus tout blancs, et les couleurs bronzes de son teint avaient fait place une entire pleur qui semblait de lpuisement. En lapercevant, Mazarin secoua imperceptiblement la tte dun air qui voulait dire : Voil un homme qui ne me parat plus bon grandchose. Aprs un silence qui fut assez long en ralit, mais qui parut un sicle Rochefort, Mazarin tira dune liasse de papiers une lettre tout ouverte, et la montrant au gentilhomme : Jai trouv l une lettre o vous rclamez votre libert, monsieur de Rochefort. Vous tes donc en prison ? Rochefort tressaillit cette demande. Mais, dit-il, il me semblait que Votre minence le savait mieux que personne. Moi ? pas du tout ! il y a encore la Bastille une foule de prisonniers qui y sont du temps de M. de Richelieu, et dont je ne sais pas mme les noms. Oh, mais, moi, cest autre chose, Monseigneur ! et vous saviez le mien, puisque cest sur un ordre de Votre minence que jai t transport du Chtelet la Bastille. Vous croyez ? Jen suis sr.

45

Oui, je crois me souvenir, en effet ; navez-vous pas, dans le temps, refus de faire pour la reine un voyage Bruxelles ? Ah ! ah ! dit Rochefort, voil donc la vritable cause ? Je la cherche depuis cinq ans. Niais que je suis, je ne lavais pas trouve ! Mais je ne vous dis pas que ce soit la cause de votre arrestation ; entendons-nous, je vous fais cette question, voil tout : navez-vous pas refus daller Bruxelles pour le service de la reine, tandis que vous aviez consenti y aller pour le service du feu cardinal ? Cest justement parce que jy avais t pour le service du feu cardinal, que je ne pouvais y retourner pour celui de la reine. Javais t Bruxelles dans une circonstance terrible. Ctait lors de la conspiration de Chalais. Jy avais t pour surprendre la correspondance de Chalais avec larchiduc, et dj cette poque, lorsque je fus reconnu, je faillis y tre mis en pices. Comment vouliez-vous que jy retournasse ! je perdais la reine au lieu de la servir. Eh bien, vous comprenez, voici comment les meilleures intentions sont mal interprtes, mon cher monsieur de Rochefort. La reine na vu dans votre refus quun refus pur et simple ; elle avait eu fort se plaindre de vous sous le feu cardinal, Sa Majest la reine ! Rochefort sourit avec mpris. Ctait justement parce que javais bien servi M. le cardinal de Richelieu contre la reine, que, lui mort, vous deviez comprendre, Monseigneur, que je vous servirais bien contre tout le monde. Moi, monsieur de Rochefort, dit Mazarin, moi, je ne suis pas comme M. de Richelieu, qui visait la toute-puissance ; je suis un simple ministre qui na pas besoin de serviteurs tant celui de la reine. Or, Sa Majest est trs susceptible ; elle aura su votre refus, elle laura pris pour une dclaration de guerre, et 46

elle maura, sachant combien vous tes un homme suprieur et par consquent dangereux, mon cher monsieur de Rochefort, elle maura ordonn de massurer de vous. Voil comment vous vous trouvez la Bastille. Eh bien, Monseigneur, il me semble, dit Rochefort, que si cest par erreur que je me trouve la Bastille Oui, oui, reprit Mazarin, certainement tout cela peut sarranger ; vous tes homme comprendre certaines affaires, vous, et, une fois ces affaires comprises, les bien pousser. Ctait lavis de M. le cardinal de Richelieu, et mon admiration pour ce grand homme saugmente encore de ce que vous voulez bien me dire que cest aussi le vtre. Cest vrai, reprit Mazarin, M. le cardinal avait beaucoup de politique, cest ce qui faisait sa grande supriorit sur moi, qui suis un homme tout simple et sans dtours ; cest ce qui me nuit, jai une franchise toute franaise. Rochefort se pina les lvres pour ne pas sourire. Je viens donc au but. Jai besoin de bons amis, de serviteurs fidles ; quand je dis jai besoin, je veux dire : la reine a besoin. Je ne fais rien que par les ordres de la reine, moi, entendez-vous bien ? ce nest pas comme M. le cardinal de Richelieu, qui faisait tout son caprice. Aussi, je ne serai jamais un grand homme comme lui ; mais en change, je suis un bon homme, monsieur de Rochefort, et jespre que je vous le prouverai. Rochefort connaissait cette voix soyeuse, dans laquelle glissait de temps en temps un sifflement qui ressemblait celui de la vipre. Je suis tout prt vous croire, Monseigneur, dit-il, quoique, pour ma part, jaie eu peu de preuves de cette bonhomie dont parle Votre minence. Noubliez pas, Monseigneur, reprit Rochefort voyant le mouvement quessayait de rprimer 47

le ministre, noubliez pas que depuis cinq ans je suis la Bastille, et que rien ne fausse les ides comme de voir les choses travers les grilles dune prison. Ah ! monsieur de Rochefort, je vous ai dj dit que je ny tais pour rien dans votre prison. La reine (colre de femme et de princesse, que voulez-vous ! mais cela passe comme cela vient, et aprs on ny pense plus) Je conois, Monseigneur, quelle ny pense plus, elle qui a pass cinq ans au Palais-Royal, au milieu des ftes et des courtisans ; mais, moi, qui les ai passs la Bastille Eh ! mon Dieu, mon cher monsieur de Rochefort, croyezvous que le Palais-Royal soit un sjour bien gai ? Non pas, allez. Nous y avons eu, nous aussi, nos grands tracas, je vous assure. Mais, tenez, ne parlons plus de tout cela. Moi, je joue cartes sur table, comme toujours. Voyons, tes-vous des ntres, monsieur de Rochefort ? Vous devez comprendre, Monseigneur, que je ne demande pas mieux, mais je ne suis plus au courant de rien, moi. la Bastille, on ne cause politique quavec les soldats et les geliers, et vous navez pas ide, Monseigneur, comme ces gens-l sont peu au courant des choses qui se passent. Jen suis toujours M. de Bassompierre, moi Il est toujours un des dix-sept seigneurs ? Il est mort, monsieur, et cest une grande perte. Ctait un homme dvou la reine, lui, et les hommes dvous sont rares. Parbleu ! je crois bien, dit Rochefort. Quand vous en avez, vous les envoyez la Bastille. Mais cest quaussi, dit Mazarin, quest-ce qui prouve le dvouement ? Laction, dit Rochefort.

48

Ah ! oui, laction ! reprit le ministre rflchissant ; mais o trouver des hommes daction ? Rochefort hocha la tte. Il nen manque jamais, Monseigneur, seulement vous cherchez mal. Je cherche mal ! que voulez-vous dire, mon cher monsieur de Rochefort ? Voyons, instruisez-moi. Vous avez d beaucoup apprendre dans lintimit de feu Monseigneur le cardinal. Ah ! ctait un si grand homme ! Monseigneur se fchera-t-il si je lui fais de la morale ? Moi, jamais ! Vous le savez bien, on peut tout me dire. Je cherche me faire aimer, et non me faire craindre. Eh bien, Monseigneur, il y a dans mon cachot un proverbe crit sur la muraille, avec la pointe dun clou. Et quel est ce proverbe ? demanda Mazarin. Le voici, Monseigneur : Tel matre Je le connais : tel valet. Non : tel serviteur. Cest un petit changement que les gens dvous dont je vous parlais tout lheure y ont introduit pour leur satisfaction particulire. Eh bien ! que signifie le proverbe ? Il signifie que M. de Richelieu a bien su trouver des serviteurs dvous, et par douzaines. Lui, le point de mire de tous les poignards ! lui qui a pass sa vie parer tous les coups quon lui portait !

49

Mais il les a pars, enfin, et pourtant ils taient rudement ports. Cest que sil avait de bons ennemis, il avait aussi de bons amis. Mais voil tout ce que je demande ! Jai connu des gens, continua Rochefort, qui pensa que le moment tait venu de tenir parole dArtagnan, jai connu des gens qui, par leur adresse, ont cent fois mis en dfaut la pntration du cardinal ; par leur bravoure, battu ses gardes et ses espions ; des gens qui sans argent, sans appui, sans crdit, ont conserv une couronne une tte couronne et fait demander grce au cardinal. Mais ces gens dont vous parlez, dit Mazarin en souriant en lui-mme de ce que Rochefort arrivait o il voulait le conduire, ces gens-l ntaient pas dvous au cardinal, puisquils luttaient contre lui. Non, car ils eussent t mieux rcompenss ; mais ils avaient le malheur dtre dvous cette mme reine pour laquelle tout lheure vous demandiez des serviteurs. Mais comment pouvez-vous savoir toutes ces choses ? Je sais ces choses parce que ces gens-l taient mes ennemis cette poque, parce quils luttaient contre moi, parce que je leur ai fait tout le mal que jai pu, parce quils me lont rendu de leur mieux, parce que lun deux, qui javais eu plus particulirement affaire, ma donn un coup dpe, voil sept ans peu prs : ctait le troisime que je recevais de la mme main la fin dun ancien compte. Ah ! fit Mazarin avec une bonhomie admirable, si je connaissais des hommes pareils. Eh ! Monseigneur, vous en avez un votre porte depuis plus de six ans, et que depuis six ans vous navez jug bon rien. 50

Qui donc ? Monsieur dArtagnan. Ce Gascon ! scria Mazarin avec une surprise parfaitement joue. Ce Gascon a sauv une reine, et fait confesser M. de Richelieu quen fait dhabilet, dadresse et de politique il ntait quun colier. En vrit ! Cest comme jai lhonneur de le dire Votre minence. fort. Contez-moi un peu cela, mon cher monsieur de Roche-

Cest bien difficile, Monseigneur, dit le gentilhomme en souriant. Il me le contera lui-mme, alors. Jen doute, Monseigneur. Et pourquoi cela ? Parce que le secret ne lui appartient pas ; parce que, comme je vous lai dit, ce secret est celui dune grande reine. Et il tait seul pour accomplir une pareille entreprise ? Non, Monseigneur, il avait trois amis, trois braves qui le secondaient, des braves comme vous en cherchiez tout lheure. Et ces quatre hommes taient unis, dites-vous ? Comme si ces quatre hommes eussent fait quun, comme si ces quatre curs eussent battu dans la mme poitrine ; aussi, que nont-ils fait eux quatre !

51

Mon cher monsieur de Rochefort, en vrit vous piquez ma curiosit un point que je ne puis vous dire. Ne pourriezvous donc ma narrer cette histoire ? Non, mais je puis vous dire un conte, un vritable conte de fe, je vous en rponds, Monseigneur. Oh ! dites-moi cela, monsieur de Rochefort, jaime beaucoup les contes. Vous le voulez donc, Monseigneur ? dit Rochefort en essayant de dmler une intention sur cette figure fine et ruse. Oui. Eh bien ! coutez ! Il y avait une fois une reine mais une puissante reine, la reine dun des plus grands royaumes du monde, laquelle un grand ministre voulait beaucoup de mal pour lui avoir voulu auparavant trop de bien. Ne cherchez pas, Monseigneur ! vous ne pourriez pas deviner qui. Tout cela se passait bien longtemps avant que vous vinssiez dans le royaume o rgnait cette reine. Or, il vint la cour un ambassadeur si brave, si riche et si lgant, que toutes les femmes en devinrent folles, et que la reine elle-mme, en souvenir sans doute de la faon dont il avait trait les affaires dtat, eut limprudence de lui donner certaine parure si remarquable quelle ne pouvait tre remplace. Comme cette parure venait du roi, le ministre engagea celui-ci exiger de la princesse que cette parure figurt dans sa toilette au prochain bal. Il est inutile de vous dire, Monseigneur, que le ministre savait de science certaine que la parure avait suivi lambassadeur, lequel ambassadeur tait fort loin, de lautre ct des mers. La grande reine tait perdue ! perdue comme la dernire de ses sujettes, car elle tombait du haut de sa grandeur. Vraiment, fit Mazarin. Eh bien, Monseigneur ! quatre hommes rsolurent de la sauver. Ces quatre hommes, ce ntaient pas des princes, ce 52

ntaient pas des ducs, ce ntaient pas des hommes puissants, ce ntaient mme pas des hommes riches ; ctaient quatre soldats ayant grand cur, bon bras, franche pe. Ils partirent. Le ministre savait leur dpart et avait apost des gens sur la route pour les empcher darriver leur but. Trois furent mis hors de combat par de nombreux assaillants ; mais un seul arriva au port, tua ou blessa ceux qui voulaient larrter, franchit la mer et rapporta la parure la grande reine, qui put lattacher sur son paule au jour dsign, ce qui manqua de faire damner le ministre. Que dites-vous de ce trait-l, Monseigneur ? Cest magnifique ! dit Mazarin rveur. Eh bien ! jen sais dix pareils. Mazarin ne parlait plus, il songeait. Cinq ou six minutes scoulrent. Vous navez plus rien me demander, Monseigneur, dit Rochefort. Si fait, et M. dArtagnan tait un de ces quatre hommes, dites-vous ? Cest lui qui a men toute lentreprise. Et les autres, quels taient-ils ? Monseigneur, permettez que je laisse M. dArtagnan le soin de vous les nommer. Ctaient ses amis et non les miens ; lui seul aurait quelque influence sur eux, et je ne les connais mme pas sous leurs vritables noms. Vous vous dfiez de moi, monsieur de Rochefort. Eh bien, je veux tre franc jusquau bout ; jai besoin de vous, de lui, de tous ! Commenons par moi, Monseigneur, puisque vous mavez envoy chercher et que me voil, puis vous passerez 53

eux. Vous ne vous tonnerez pas de ma curiosit : lorsquil il y a cinq ans quon est en prison, on nest pas fch de savoir o lon va vous envoyer. Vous, mon cher monsieur de Rochefort, vous aurez le poste de confiance, vous irez Vincennes o M. de Beaufort est prisonnier : vous me le garderez vue. Eh bien ! quavez-vous donc ? Jai que vous me proposez l une chose impossible, dit Rochefort en secouant la tte dun air dsappoint. Comment, une chose impossible ! Et pourquoi cette chose est-elle impossible ? Parce que M. de Beaufort est un de mes amis, ou plutt que je suis un des siens ; avez-vous oubli, Monseigneur, que cest lui qui avait rpondu de moi la reine ? M. de Beaufort, depuis ce temps-l, est lennemi de ltat. Oui, Monseigneur, cest possible ; mais comme je ne suis ni roi, ni reine, ni ministre, il nest pas mon ennemi, moi, et je ne puis accepter ce que vous moffrez. Voil ce que vous appelez du dvouement ? je vous en flicite ! Votre dvouement ne vous engage pas trop, monsieur de Rochefort. Et puis, Monseigneur, reprit Rochefort, vous comprendrez que sortir de la Bastille pour rentrer Vincennes, ce nest que changer de prison. Dites tout de suite que vous tes du parti de M. de Beaufort, et ce sera plus franc de votre part. Monseigneur, jai t si longtemps enferm que je ne suis que dun parti : cest du parti du grand air. Employez-moi tout autre chose, envoyez-moi en mission, occupez-moi activement, mais sur les grands chemins, si cest possible ! 54

Mon cher monsieur de Rochefort, dit Mazarin avec son air goguenard, votre zle vous emporte : vous vous croyez encore un jeune homme, parce que le cur y est toujours ; mais les forces vous manqueraient. Croyez-moi donc : ce quil vous faut maintenant, cest du repos. Hol, quelquun ! Vous ne statuez donc rien sur moi, Monseigneur ? Au contraire, jai statu. Bernouin entra. Appelez un huissier, dit-il, et restez prs de moi, ajouta-til tout bas. Un huissier entra. Mazarin crivit quelques mots quil remit cet homme, puis salua de la tte. Adieu, monsieur de Rochefort ! dit-il. Rochefort sinclina respectueusement. Je vois, Monseigneur, dit-il, que lon me reconduit la Bastille. Vous tes intelligent. Jy retourne, Monseigneur ; mais, je vous le rpte, vous avez tort de ne pas savoir memployer. Vous, lami de mes ennemis ! Que voulez-vous ! il me fallait faire lennemi de vos ennemis. Croyez-vous quil ny ait que vous seul, monsieur de Rochefort ? Croyez-moi, jen trouverai qui vous vaudront bien. Je vous le souhaite, Monseigneur.

55

Cest bien. Allez, allez ! propos, cest inutile que vous mcriviez davantage, monsieur de Rochefort, vos lettres seraient des lettres perdues. Jai tir les marrons du feu, murmura Rochefort en se retirant ; et si dArtagnan nest pas content de moi quand je lui raconterai tout lheure lloge que jai fait de lui, il sera difficile. Mais o diable me mne-t-on ? En effet, on conduisait Rochefort par le petit escalier, au lieu de le faire passer par lantichambre, o attendait dArtagnan. Dans la cour, il trouva son carrosse et ses quatre hommes descorte ; mais il chercha vainement son ami. Ah ! ah ! se dit en lui-mme Rochefort, voil qui change terriblement la chose ! et sil y a toujours un aussi grand nombre de populaire dans les rues, eh bien ! nous tcherons de prouver au Mazarin que nous sommes encore bons autre chose, Dieu merci ! qu garder un prisonnier. Et il sauta dans le carrosse aussi lgrement que sil net eu que vingt-cinq ans.

56

IV. Anne dAutriche quarante-six ans

Rest seul avec Bernouin, Mazarin demeura un instant pensif ; il en savait beaucoup, et cependant il nen savait pas encore assez. Mazarin tait tricheur au jeu ; cest un dtail que nous a conserv Brienne : il appelait cela prendre ses avantages. Il rsolut de nentamer la partie avec dArtagnan que lorsquil connatrait bien toutes les cartes de son adversaire. Monseigneur nordonne rien ? demanda Bernouin. Si fait, rpondit Mazarin ; claire-moi, je vais chez la reine. Bernouin prit un bougeoir et marcha le premier. Il y avait un passage secret qui aboutissait des appartements et du cabinet de Mazarin aux appartements de la reine ; ctait par ce corridor que passait le cardinal pour se rendre toute heure auprs dAnne dAutriche. En arrivant dans la chambre coucher o donnait ce passage, Bernouin rencontra madame Beauvais. Madame Beauvais et Bernouin taient les confidents intimes de ces amours surannes ; et madame Beauvais se chargea dannoncer le cardinal Anne dAutriche, qui tait dans son oratoire avec le jeune Louis XIV. Anne dAutriche, assise dans un grand fauteuil, le coude appuy sur une table et la tte appuye sur sa main, regardait lenfant royal, qui, couch sur le tapis, feuilletait un grand livre de bataille. Anne dAutriche tait une reine qui savait le mieux sennuyer avec majest ; elle restait quelquefois des heures ainsi retire dans sa chambre ou dans son oratoire, sans lire ni prier. 57

Quant au livre avec lequel jouait le roi, ctait un QuinteCurce enrichi de gravures reprsentant les hauts faits dAlexandre. Madame Beauvais apparut la porte de loratoire et annona le cardinal de Mazarin. Lenfant se releva sur un genou, le sourcil fronc, et regardant sa mre : Pourquoi donc, dit-il, entre-t-il ainsi sans faire demander audience ? Anne rougit lgrement. Il est important, rpliqua-t-elle, quun premier ministre, dans les temps o nous sommes, puisse venir rendre compte toute heure de ce qui se passe la reine, sans avoir exciter la curiosit ou les commentaires de toute la cour. Mais il me semble que M. de Richelieu nentrait pas ainsi, rpondit lenfant implacable. Comment vous rappelez-vous ce que faisait M. de Richelieu ? vous ne pouvez le savoir, vous tiez trop jeune. Je ne me le rappelle pas, je lai demand, on me la dit. Et qui vous a dit cela ? reprit Anne dAutriche avec un mouvement dhumeur mal dguis. Je sais que je ne dois jamais nommer les personnes qui rpondent aux questions que je leur fais, rpondit lenfant, ou que sans cela je napprendrai plus rien. En ce moment Mazarin entra. Le roi se leva alors tout fait, prit son livre, le plia et alla le porter sur la table, prs de laquelle il se tint debout pour forcer Mazarin se tenir debout aussi. 58

Mazarin surveillait de son il intelligent toute cette scne, laquelle il semblait demander lexplication de celle qui lavait prcde. Il sinclina respectueusement devant la reine et fit une profonde rvrence au roi, qui lui rpondit par un salut de tte assez cavalier ; mais un regard de sa mre lui reprocha cet abandon aux sentiments de haine que ds son enfance Louis XIV avait voue au cardinal, et il accueillit le sourire sur les lvres le compliment du ministre. Anne dAutriche cherchait deviner sur le visage de Mazarin la cause de cette visite imprvue, le cardinal ordinairement ne venant chez elle que lorsque tout le monde tait retir. Le ministre fit un signe de tte imperceptible ; alors la reine sadressant madame Beauvais : Il est temps que le roi se couche, dit-elle, appelez Laporte. Dj la reine avait dit deux ou trois fois au jeune Louis de se retirer, et toujours lenfant avait tendrement insist pour rester ; mais cette fois, il ne fit aucune observation, seulement il se pina les lvres et plit. Un instant aprs, Laporte entra. Lenfant alla droit lui sans embrasser sa mre. Eh bien, Louis, dit Anne, pourquoi ne membrassez-vous point ? Je croyais que vous tiez fche contre moi, Madame : vous me chassez. Je ne vous chasse pas : seulement vous venez davoir la petite vrole, vous tes souffrant encore, et je crains que veiller ne vous fatigue.

59

Vous navez pas eu la mme crainte quand vous mavez fait aller aujourdhui au Palais pour rendre ces mchants dits qui ont tant fait murmurer le peuple. Sire, dit Laporte pour faire diversion, qui Votre Majest veut-elle que je donne le bougeoir ? qui tu voudras, Laporte, rpondit lenfant, pourvu, ajouta-t-il haute voix, que ce ne soit pas Mancini. M. Mancini tait un neveu du cardinal que Mazarin avait plac prs du roi comme enfant dhonneur et sur lequel Louis XIV reportait une partie de la haine quil avait pour son ministre. Et le roi sortit sans embrasser sa mre et sans saluer le cardinal. la bonne heure ! dit Mazarin ; jaime voir quon lve Sa Majest dans lhorreur de la dissimulation. Pourquoi cela ? demanda la reine dun air presque timide. Mais il me semble que la sortie du roi na pas besoin de commentaires ; dailleurs, Sa Majest ne se donne pas la peine de cacher le peu daffection quelle me porte : ce qui ne mempche pas, du reste, dtre tout dvou son service, comme celui de Votre Majest. Je vous demande pardon pour lui, cardinal, dit la reine, cest un enfant qui ne peut encore savoir toutes les obligations quil vous a. Le cardinal sourit. Mais, continua la reine, vous tiez venu sans doute pour quelque objet important, quy a-t-il donc ?

60

Mazarin sassit ou plutt se renversa dans une large chaise, et dun air mlancolique : Il y a, dit-il, que, selon toute probabilit, nous serons forcs de nous quitter bientt, moins que vous ne poussiez le dvouement pour moi jusqu me suivre en Italie. Et pourquoi cela ? demanda la reine. Parce que, comme dit lopra de Thisb, reprit Mazarin : Le monde entier conspire diviser nos feux. Vous plaisantez, monsieur ! dit la reine en essayant de reprendre un peu de son ancienne dignit. Hlas, non, Madame ! dit Mazarin, je ne plaisante pas le moins du monde ; je pleurerais bien plutt, je vous prie. de le croire ; et il y a de quoi, car notez bien que jai dit : Le monde entier conspire diviser nos feux. Or, comme vous faites partie du monde entier, je veux dire que vous aussi mabandonnez. Cardinal ! Eh ! mon Dieu, ne vous ai-je pas vue sourire lautre jour trs agrablement M. le duc dOrlans ou plutt ce quil vous disait ! Et que me disait-il ? Il vous disait, Madame : Cest votre Mazarin qui est la pierre dachoppement ; quil parte, et tout ira bien. Que vouliez-vous que je fisse ? Oh ! Madame, vous tes la reine, ce me semble ! Belle royaut, la merci du premier gribouilleur de paperasses du Palais-Royal ou du premier gentilltre du royaume ! 61

Cependant vous tes assez forte pour loigner de vous les gens qui vous dplaisent. Cest--dire qui vous dplaisent, vous ! rpondit la reine. moi ! Sans doute. Qui a renvoy madame de Chevreuse, qui pendant douze ans avait t perscute sous lautre rgne ? Une intrigante qui voulait continuer contre moi les cabales commences contre M. de Richelieu ! Qui a renvoy madame de Hautefort, cette amie si parfaite, quelle avait refus les bonnes grces du roi pour rester dans les miennes ? Une prude qui vous disait chaque soir, en vous dshabillant, que ctait perdre votre me que daimer un prtre, comme si on tait prtre parce quon est cardinal. Qui a fait arrter M. de Beaufort ? Un brouillon qui ne parlait de rien moins que de massassiner ! Vous voyez bien, cardinal, reprit la reine, que vos ennemis sont les miens. Ce nest pas assez, Madame, il faudrait encore que vos amis fussent les miens aussi. Mes amis, monsieur ! La reine secoua la tte : Hlas ! je nen ai plus. Comment navez-vous plus damis dans le bonheur, quand vous en aviez bien dans ladversit ?

62

Parce que, dans le bonheur, jai oubli ces amis-l, monsieur : Parce que jai fait comme la reine Marie de Mdicis, qui, au retour de son premier exil, a mpris tous ceux qui avaient souffert pour elle, et qui proscrite une seconde fois est morte Cologne, abandonne du monde entier et mme de son fils, parce que tout le monde la mprisait son tour. Eh bien, voyons ! dit Mazarin, ne serait-il pas temps de rparer le mal ? Cherchez parmi vos amis vos plus anciens. Que voulez-vous dire, monsieur ? Rien autre chose que ce que je dis : cherchez. Hlas ! jai beau regarder autour de moi, je nai dinfluence sur personne. Monsieur, comme toujours, est conduit par son favori : hier ctait Choisy, aujourdhui cest La Rivire, demain ce sera un autre. M. le Prince est conduit par le coadjuteur, qui est conduit par madame de Gumne. Aussi, Madame, je ne vous dis pas de regarder parmi vos amis du jour, mais parmi vos amis dautrefois. Parmi mes amis dautrefois ? fit la reine. Oui, parmi vos amis dautrefois, parmi ceux qui vous ont aide lutter contre M. le duc de Richelieu, le vaincre mme. O veut-il en venir ? murmura la reine en regardant le cardinal avec inquitude. Oui, continua celui-ci, en certaines circonstances, avec cet esprit puissant et fin qui caractrise Votre Majest, vous avez su, grce au concours de vos amis, repousser les attaques de cet adversaire. Moi ! dit la reine, jai souffert, voil tout.

63

Oui, dit Mazarin, comme souffrent les femmes en se vengeant. Voyons, allons au fait ! connaissez-vous M. de Rochefort ? M. de Rochefort ntait pas un de mes amis, dit la reine, mais bien au contraire de mes ennemis les plus acharns, un des plus fidles de M. le cardinal. Je croyais que vous saviez cela. Je le sais si bien, rpondit Mazarin, que nous lavons fait mettre la Bastille. En est-il sorti ? demanda la reine. Non, rassurez-vous, il y est toujours ; aussi je ne vous parle de lui que pour arriver un autre. Connaissez-vous M. dArtagnan ? continua Mazarin en regardant la reine en face. Anne dAutriche reut le coup en plein cur. Le Gascon aurait-il t indiscret ? murmura-t-elle. Puis tout haut : DArtagnan ! ajouta-t-elle. Attendez donc, Oui, certainement, ce nom-l mest familier. DArtagnan, un mousquetaire, qui aimait une de mes femmes, Pauvre petite crature qui est morte empoisonne cause de moi. Voil tout ? dit Mazarin. La reine regarda le cardinal avec tonnement. Mais, monsieur, dit-elle, il me semble que vous me faites subir un interrogatoire ? Auquel, en tout cas, dit Mazarin avec son ternel sourire et sa voix toujours douce, vous ne rpondez que selon votre fantaisie.

64

Exposez clairement vos dsirs, monsieur, et jy rpondrai de mme, dit la reine avec un commencement dimpatience. Eh bien, Madame ! dit Mazarin en sinclinant, je dsire que vous me fassiez part de vos amis, comme je vous ai fait part du peu dindustrie et de talent que le ciel a mis en moi. Les circonstances sont graves, et il va falloir agir nergiquement. Encore ! dit la reine, je croyais que nous en serions quittes avec M. de Beaufort. Oui ! vous navez vu que le torrent qui voulait tout renverser, et vous navez pas fait attention leau dormante. Il y a cependant en France un proverbe sur leau qui dort. Achevez, dit la reine. Eh bien ! continua Mazarin, je souffre tous les jours les affronts que me font vos princes et vos valets titrs, tous automates qui ne voient pas que je tiens leur fil, et qui, sous ma gravit patiente, nont pas devin le rire de lhomme irrit, qui sest jur lui-mme dtre un jour le plus fort. Nous avons fait arrter M. de Beaufort, cest vrai ; mais ctait le moins dangereux de tous, il y a encore M. le Prince Le vainqueur de Rocroy ! y pensez-vous ? Oui, Madame, et fort souvent ; mais patienza, comme nous disons, nous autres Italiens. Puis, aprs M. de Cond, il y a M. le duc dOrlans. roi ! Que dites-vous l ? le premier prince du sang, loncle du

Non pas le premier prince du sang, non pas loncle du roi, mais le lche conspirateur qui, sous lautre rgne, pouss par son caractre capricieux et fantasque, rong dennuis misrables, dvor dune plate ambition, jaloux de tout ce qui le dpassait en loyaut et en courage, irrit de ntre rien, grce sa nullit, sest fait lcho de tous les mauvais bruits, sest fait lme 65

de toutes les cabales, a fait signe daller en avant tous ces braves gens qui ont eu la sottise de croire la parole dun homme du sang royal, et qui les a renis lorsquils sont monts sur lchafaud ! non pas le premier prince du sang, non pas loncle du roi, je le rpte, mais lassassin de Chalais, de Montmorency et de Cinq-Mars, qui essaye aujourdhui de jouer le mme jeu, et qui se figure quil gagnera la partie parce quil changera dadversaire et parce quau lieu davoir en face de lui un homme qui menace il a un homme qui sourit. Mais il se trompe, il aura perdu perdre M. de Richelieu, et je nai pas intrt laisser prs de la reine ce ferment de discorde avec lequel feu M. le cardinal a fait bouillir vingt ans la bile du roi. Anne rougit et cacha sa tte dans ses deux mains. Je ne veux point humilier Votre Majest, reprit Mazarin, revenant un ton plus calme, mais en mme temps dune fermet trange. Je veux quon respecte la reine et quon respecte son ministre, puisque aux yeux de tous je ne suis que cela. Votre Majest sait, elle, que je ne suis pas, comme beaucoup de gens le disent, un pantin venu dItalie ; il faut que tout le monde le sache comme Votre Majest. Eh bien donc, que dois-je faire ? dit Anne dAutrich