Actes-colloque-sainteté-féminine (Mebarki F. – Mariam Baouardy)

download Actes-colloque-sainteté-féminine (Mebarki F. – Mariam Baouardy)

of 32

  • date post

    05-Jan-2017
  • Category

    Documents

  • view

    217
  • download

    3

Embed Size (px)

Transcript of Actes-colloque-sainteté-féminine (Mebarki F. – Mariam Baouardy)

  • Mariam Baouardy, Bienheureuse Sur Marie de Jsus

    Crucifi (1846-1878), mystique de Palestine

    Farah MbarkiHistorienne, Carmel de Bethlem

    Lanneau invisible, ou la potique palestinienne dune petite sainte arabe

    Mariam Baouardy, en religion Sur Marie de Jsus Crucifi, tait une petite1 Arabe de Galile devenue carmlite. Dans le XIXe sicle des nouvelles fortunes industrielles et de la libre pense, elle, dans son humilit de sur converse2, illettre en arabe comme en franais3, avait

    1A son entre au Carmel de Pau, le 16 juin 1867, Mariam est ge de 21 ans. Sa taille, sa morphologie et mme son espiglerie sont cependant celles dune fillette. Les traumatismes de la petite enfance, la misre et les privations de ladolescence ont pu entraver son dveloppement physique et sa maturation psychique. Selon Mre Marie-Thrse-Elie, prieure et matresse des novices Pau, A la voir, on ne lui aurait pas donn plus de 12 ans. Sa petite taille, sa figure candide, sa difficult de sexprimer en notre langue, sa profonde ignorance de toutes choses, tout cela runi en faisait un vrai type de lenfance. () Aussi ne pouvions-nous gure la dsigner entre nous que sous le nom de la Petite Sur. (Vie merveilleuse, I, p. 35). Dans ses Notes biographiques pour le procs informatif sur les vertus de la carmlite, labb Bordachar donne ce portrait de Mariam 29 ans : considre de prs, dans la forme et la mobilit des traits de son visage et dans la navet et la vivacit de ses mouvements, surtout durant ses rcrations, et lorsquil ne sagissait pas de traiter daffaires srieuses, ce ntait plus quune enfant de 12 15 ans. () Sa taille est ordinaire, plutt petite que grande et peut mesurer 1m.40. 2Charge des tches matrielles. Ayant travaill la cuisine chez son oncle adoptif, puis comme domestique dans plusieurs familles dont les Najjiar Marseille, qui lemployrent en 1863 comme cuisinire, Mariam fut affecte aux tches de la cuisine, de la lessive et du jardin au Carmel de Pau lorsquelle y fut admise. Cette charge lui fut retire rapidement, le chapitre ayant promu la novice religieuse de chur. Aprs avoir demand plusieurs fois reprendre sa premire condition, Mariam obtint gain de cause en 1871.3 Quelques mois avant sa mort, Mariam se prsentait encore, le 16 avril 1878, dans une lettre dicte pour le nouveau pape Lon XIII, comme une pauvre sur converse, qui ne sait ni lire ni crire (Lettres, p. 498). A son entre au Carmel de

  • 180 Farah Mbarki

    fait jaillir le merveilleux de ses charismes : extases, lvitations, stigmates, transverbration du cur, apparitions, prophties, possessions, posie, savoir mystrieux. Le verbe de Mariam, surtout, impressionnait parce que jailli de la joie qui lhabitait avec la force et la grce du chant de louange, et model souvent en paraboles qui traduisaient, selon la trs ancienne tradition orientale, des mystres enseigner. Lun de ses motifs favoris tait le rosier, qui pouvait reprsenter Jsus, lEglise, une communaut religieuse, ses stigmates, symbole immmorial du lieu sacr, divin, dont les Sassanides avaient plant leurs jardins, orn leurs tapis, diffus la beaut jusquen Italie et en Europe travers le thme du jardin marial clos de sa pergola de roses et le mouvement du Rosaire. Lors dune extase, le 15 octobre 1873, relate dans la Vie merveilleuse (II, p. 86), Mariam entend le Seigneur appeler sainte Thrse dAvila Rose Thrse ; la Madre est, elle aussi, la rose et mme le rosier : Ma fille, dit-il, mon dsir est que tu donnes ton parfum au Roi des Rois. Ma fille, je tai tablie pour donner les fleurs au Roi des Rois

    A qui ressemblerais-je, Seigneur ? A une rose quon coupe et laisse scher dans la main ? Elle perd son parfum, mais si elle reste sur le rosier, elle est toujours frache et belle, et elle garde tout son parfum. Gardez-moi, en vous Seigneur, pour me donner la vie !

    Le Seigneur dit : Les roses sont pour les autres et les pines pour vous. () Et oui, cest fini, je garderai lpine jusqu ce quelle prendra racine, et quand elle poussera, le Seigneur la plantera. On ma dit : Aprs que larbre sera plant, il portera des roses et des parfums. () Le Seigneur dit : Et vous ne serez pas jalouse, si lpine qui se produit en vous produira des roses pour les autres ?

    Jai vu un jardin avec plusieurs rosiers verts en fleurs. A ct de ce massif, poussait un rosier tout seul encore plus fleuri et plus beau que tout le reste. Un jardinier est venu ctait certainement le Seigneur et il a transplant ce rosier magnifique dans une partie obscure du jardin. Larbuste se retrouva priv de soleil, de rose et de joie. Du coup, ses branches se penchrent, ses feuilles jaunirent, ses fleurs se fltrirent au

    Pau, elle avait d apprendre le franais et le latin, mais sa difficult lire lun et lautre resta trs grande, malgr ses efforts. Elle rdigeait avec peine et maladresse ( quelques lignes plus ou moins estropies et en un caractre de sa faon , note le pre Etienne Bordachar), ce qui ne lempcha pas dcrire abondamment, grce la main amicale quune ou lautre de ses consoeurs lui prtait.

  • 181Mariam Baouardy, Bienheureuse Sur Marie de Jsus Crucifi

    point quaprs quelque temps, on aurait pu le croire presque mort. Les autres rosiers se dirent alors : Celui-ci doit tre arrach, puisquil est maintenant sch et comme sans vie ! Le matre du jardin survint et interpella le massif florissant : Vous jugez avec lapparence ! Si vous-mmes aviez t privs deau et de soleil, lheure prsente, vous seriez dj rduits en poussire. Attendez et vous verrez ! Quelques temps plus tard, le jardinier sortit ce rosier de sa nuit profonde et larrosa. Trs vite, il se remit fleurir plus beau que jamais et son parfum se rpandit dans tout le jardin, ce qui rjouit tous ses habitants et les fit rendre gloire Dieu. 4

    Mariam rvait dun carmel Bethlem. Elle en fut la fondatrice et y mourut le 26 aot 1878 32 ans. Elle fut aussi lorigine du carmel de Nazareth5 et de ltablissement Bethlem de la congrgation du Sacr-Cur de Jsus de Btharram6. Pour lEglise, Mariam nest encore que Bienheureuse, proclame telle par le pape Jean Paul II le 13 novembre 1983. Mais le pape Franois ayant autoris, en fin danne dernire, la promulgation du dcret concernant sa canonisation, lEglise catholique de Terre Sainte se rjouit de clbrer cette anne, le 17 mai, llvation la saintet de Mariam7. La nouvelle a t annonce il y a une semaine !

    4Respectivement : In Prires et Cantiques, CR6, p. 37. (Vie merveilleuse, II, p. 90, 19 octobre 1873). In Vie merveilleuse, II, pp. 193-194, 23 mars 1876. In Mariam, le petit rien de Jsus Crucifi, pp. 57-58, cit par le fr. Bernard-Marie.5Linspiration dtablir un Carmel Nazareth poussa Mariam, ds 1876, en parler au patriarche latin de Jrusalem, Mgr Vincenzo Bracco, et le convaincre pour obtenir de Rome le permis de fondation. En mai 1878, elle partit voir Nazareth le terrain du futur monastre dont la construction ne commena quen 1903 en raison des refus rpts des autorits turques de dlivrer lautorisation ncessaire.6La congrgation dite de Btharram a t fonde en 1835 par le pre Michel Garicots en Barn entre Lourdes et Pau. Le site ponyme des Pyrnes Atlantiques tait renomm pour son sanctuaire marial. Aprs avoir longuement trait dtablir les religieux Bethlem avec le pre Auguste Etchcopar, leur suprieur gnral, et Mgr Bracco, Mariam sadressa au pape Lon XIII ce sujet (lettre du 16 avril 1878 in Lettres, pp. 497-498). En mai 1879, le pre Pierre Estrate, qui fut le directeur spirituel de Mariam ds 1873 Pau, concrtisa le projet de rsidence btharramite Bethlem avec deux autres prtres. Le monastre est immdiatement voisin du Carmel dont les pres assurent encore aujourdhui la messe.7Une autre religieuse palestinienne sera honore Rome le mme jour, la Bienheureuse Marie-Alphonsine, fondatrice de la congrgation des Surs du Rosaire. En cette anne du cinquime centenaire de sainte Thrse dAvila, mre des Carmlites dchausses, et de la dtresse amplifie dun Moyen Orient ananti

  • 182 Farah Mbarki

    Sainte, Mariam lest dj en vrit depuis bien longtemps, dans le cur des gens de Palestine. Al-Qiddseh, la Sainte , cest ainsi quelle est nomme.

    Mariam a vcu en Palestine dans la pauvret, Alexandrie et Beyrouth comme domestique, Marseille et Pau en France, respectivement chez les surs de Saint-Joseph de lApparition (1865-1867, elle ne fut pas admise comme novice aprs ces deux annes de postulat) et au Carmel, enfin et pour toujours Bethlem o ses parents avaient sollicit la Vierge pour sa naissance. Elle tait ne grecque catholique, cest--dire melkite8, le 5 janvier 1846. Elle est morte de la gangrne, aprs stre cass le bras gauche lors dune chute le 22 aot

    par les conflits arms, Mariam est donne en exemple comme messagre et artisane de paix par sa vie de charit au service de tous, chrtiens et non-chrtiens. Le corps de Mariam a t exhum de sa tombe au Carmel de Bethlem au moment de sa batification. Des os furent prlevs et un reliquaire de verre clat, uvre du P. Francesco Redaelli de Btharram, plac dans lglise du couvent. Plus tard, une urne en argent fut offerte pour recevoir les ossements. Un reliquaire ancien a t acquis pour tre lcrin des reliques qui seront offertes au pape Franois : une composition des carmlites de jadis, runissant une croix revtue des cheveux de Mariam et une toffe imprgne du sang des stigmates. Etrangement, le 18 juillet 1877, ravie en extase , Mariam avait prdit : Un jour je verrai le Bon Dieu, et mon cur sera rempli de joie et de bonheur Le temps de ma prison finira on viendra de tous cts pour chercher des reliques (Vie merveilleuse, II, p. 228). Le miracle ayant dcid la proclamation officielle de saintet de Mariam Rome fut la sauvegarde dun nourrisson de Sicile, Emanuele lo Zito, n prmatur le 17 avril 2009 Augusta, avec une grave pathologie cardiaque. Le bb fut opr moribond, trois jours, avec le patronage dune relique de la Bienheureuse et une chane de pr