ACCOMPAGNER LES FAMILLES ... - sherpa .1 accompagner les familles immigrantes endeuillÉes : des

download ACCOMPAGNER LES FAMILLES ... - sherpa .1 accompagner les familles immigrantes endeuillÉes : des

of 16

  • date post

    13-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    213
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of ACCOMPAGNER LES FAMILLES ... - sherpa .1 accompagner les familles immigrantes endeuillÉes : des

  • ________________________________________________________________________________

    1

    ACCOMPAGNER LES FAMILLES IMMIGRANTES ENDEUILLES : DES CONNAISSANCES SUR LES DIVERSES VISIONS DE LA MORT ET LES RITES DANS LES GRANDES RELIGIONS ET CONFESSIONS AU QUBEC Bulletin synthse n2 - avril 2010 Vronique Leduc (Matrise Travail Social, UQAM), Lilyane Rachdi (Professeure Travail Social, UQAM) et Gil Labescat (Doctorant Sociologie, UQAM et Universit de Strasbourg), avec la collaboration de Catherine Montgomery (CRF-CSSS de la Montagne) et Suzanne Mongeau (UQAM) cole de Travail Social Universit du Qubec Montral ISBN 978-2-9811962-2-4 (version imprime) ISBN 978-2-9811962-3-1 (pdf) Dpt lgal - Bibliothque et Archives nationales du Qubec, 2010 Dpt lgal - Bibliothque et Archives Canada, 2010 _________________________________________________________________________________________________________ Ce deuxime bulletin sinscrit dans la diffusion dune srie de trois numros dont lobjectif principal est de permettre aux intervenants1 et aux professionnels de mieux comprendre les familles immigrantes endeuilles pour mieux intervenir. Ainsi le bulletin prcdent fait tat de la pertinence dadapter nos interventions auprs des familles immigrantes endeuilles. Il dresse les contours de la diversit qubcoise et amne des lments de base sur le processus de deuil. Ce second bulletin dresse un portrait, non exhaustif, des visions de la mort et des rites dans les grandes religions et confessions que lon retrouve au Qubec. Les connaissances de base que nous partageons ici sont videmment un rsum gnral des croyances et rituels puisque les religions sont des entits complexes. De nombreux lments influencent la pratique religieuse, les croyances face la mort et les rites funraires dune famille : lorigine ethnoculturelle, lhistoire familiale, la dimension gnrationnelle (les personnes immigrantes de 3e gnration nont pas forcment les mmes croyances que celles de la 1re gnration), etc. De plus, il existe peu de littrature sur la modernisation des pratiques religieuses et linfluence du parcours migratoire sur les rites et les croyances. Lon sait toutefois que les pratiques funraires de la culture dorigine sont susceptibles de se modifier du fait du nouveau contexte (Petit, 2005). Beyer (2005) va jusqu constater que les gnrations en terre daccueil scartent des us et coutumes de leur culture dorigine, adoptant mme des attitudes diffrentes quant lidentit religieuse .

    Enfin, dans la foule du dbat sur les accommodements raisonnables, certains pourraient craindre que la promotion du respect de la pratique religieuse et des rites face la mort conduise des tensions supplmentaires entre les immigrants et la socit

    1 La forme masculine est employe afin dallger la lecture.

    daccueil dtes laque. ce sujet, il est important de rappeler la distinction entre un accommodement raisonnable (une disposition lgislative qui modifie une loi pour accommoder une personne) et lintervention interculturelle (qui respecte les croyances et les pratiques de chacun, lesquelles nentrent pas forcment en conflit avec les lois). En consquence, le but de ce bulletin nest pas de lgitimer ou revendiquer des changements structurels et institutionnels face la diversit religieuse. Lobjectif est plutt dinviter les lecteurs et les professionnels dcouvrir dautres reprsentations et croyances qui influencent plus ou moins directement le vcu du deuil des familles immigrantes.

    Pourquoi associer les rituels et la religion aux familles immigrantes et au processus de deuil ? Nous pensons que les professionnels qui travaillent auprs des familles immigrantes doivent connaitre les grands principes qui supportent les rituels associs aux pratiques religieuses. Dabord parce que, comme nous lavons vu dans le premier bulletin, les pays de provenance des immigrants se sont beaucoup diversifis depuis quelques annes. Cette diversification apparat aussi au niveau des allgeances et expressions religieuses (Lefebvre, 2005). Ensuite, parce que pour plusieurs personnes, les rituels religieux ont une fonction essentielle avant le dcs, ds le dcs et dans le processus de deuil. Selon L.V Thomas, le propre du rituel est de crer une mobilisation autour dun projet vcu collectivement (avant et aprs la mort) qui conduit sa mise en uvre effective. Par la voie de la symbolisation, le rite a pour fonction de rassurer (in Clavandier, 2009). Le saviez-vous? Les rites reprsentent lensemble des rgles qui fondent la pratique d'un culte. Le mot culte vient du latin cultus, driv

  • ________________________________________________________________________________

    2

    du verbe colere qui veut dire au sens propre cultiver et par extension rendre un culte . Rendre un culte, c'est donc cultiver une relation avec une divinit. On appelle culte l'ensemble des pratiques d'une religion : le terme de pratiques religieuses renvoie donc la notion de culte.

    Ainsi, lenjeu des rites, rites traditionnels mais galement rites profanes de la quotidiennet (Javeau, 2000), est de mettre la mort distance en lui confrant ce statut daltrit (Baudry, 1999). Ils instituent cet cart indispensable entre vivants et morts. Dotant les vivants de la charge de sparation (Clavandier, 2009). En ce sens, le rite a une fonction thrapeutique dans le processus de deuil (Thomas, 2000). Plus spcifiquement, les rites funraires ont t tudis par de nombreux anthropologues et sociologues. Ces derniers ont mis en vidence trois fonctions essentielles des rites funraires : (1) accompagner le corps et lesprit, lme du dfunt durant ces priodes transitoires incertaines et prilleuses de la mort et de limmdiat aprs-mort jusquau repos ternel; (2) aider les survivants endeuills, et surtout les proches, dans lexpression de leur douleur et enfin; (3) ressouder la cohsion sociale mise en cause par la disparition dun de ses membres (Hanus, 2000).

    LA VISION DE LA MORT ET LES RITES : UNE QUESTION DE CULTURE, DE RELIGION ET DE CROYANCES SPIRITUELLES Les rites funraires sont presque aussi vieux que ltre humain. En fait, lhomo sapiens enterre ses morts depuis le palolithique (Colin, 2003; Mohen, 1995). Linfluence culturelle module les rites tout comme la religion et les croyances spirituelles. Chaque personne est mme de formuler ses croyances et ses besoins et cest dabord et avant tout sa parole et dans de nombreux cas celle de sa famille, dont nous devons tenir compte. Il est important de se rappeler que les pratiques religieuses et les rites sont fortement diversifis. Deux personnes de mme religion nont pas forcment les mme rites lorsquoriginaires de pays diffrents (Foucault, 2008) et lorsque quelles partagent les mmes origines culturelles et croyances religieuses, elles nen ont pas ncessairement la mme vision. Ainsi, dans le Qubec contemporain, les personnes immigres nont pas un rapport monolithique aux rites funraires. Il existe diverses sources dinformations documentant la vision de la mort et les rites des principales religions qui peuvent tre utiles. Mais

    retenons que la richesse de la posture interculturelle rside dans la relation elle-mme et non uniquement dans lemmagasinage dinformations (Gunaratnam, 2007).

    LES PRINCIPES FONDATEURS, LA VISION DE LA MORT ET LES RITES SELON LES RELIGIONS Nous avons choisi de prsenter des fiches pour les religions principales : le christianisme, lislam, le judasme, le bouddhisme, lhindouisme et le sikhisme. Nous aurions aim traiter des spiritualits amrindiennes, mais compte tenu du danger dassocier les personnes des Premires Nations des personnes immigrantes, nous avons prfr renvoyer le lectorat la littrature propre aux ralits vcues par les autochtones. Chaque fiche, accompagne du symbole de la religion, prsente donc en texte continu ces trois dimensions : les principes fondateurs de la religion, la vision de la mort et les rites. On pourra se rfrer au Bulletin 1 pour une cartographie des lieux de cultes Montral ainsi que les statistiques du dernier recensement sur le nombre de fidles pour chacune des religions ( Montral et au Qubec). Rappelons-nous constamment que cest la famille avec laquelle nous intervenons qui reprsente la source dinformation principale quant ses croyances et le choix des rites funraires. Bien que les connaissances que nous prsentons ici puissent aider une meilleure vue densemble de la diversit des croyances religieuses face la mort, il est toujours souhaitable de ne pas faire de prsupposition quant aux croyances des endeuills. Il est toujours sage de les considrer comme les experts de leurs ralits. De plus, des lois canadiennes peuvent modifier les pratiques traditionnelles du pays dorigine. Par exemple, au Canada, toute dpouille mortelle qui sera expose pendant plus de 24 heures ou dont lexposition commence plus de 18 heures aprs le dcs doit tre embaume (in Que faire en cas de dcs?, 2006).

    Le saviez-vous? Lincinration demeure la pratique mortuaire la plus rpandue au Qubec : dune perce timide au dbut des annes 1970 environ 10% des dpouilles , qui sexplique principalement par le nombre insuffisant de crmatoriums au Qubec, la crmation franchira la barre des 50% en 1998 (St-Onge, 2004). Au Qubec, elle est autorise par lglise

  • ________________________________________________________________________________

    3

    catholique depuis le dbut des annes 1960, mais proscrite pour certaines religions.

    LE CHRISTIANISME Regroupant le catholicisme, le protestantisme, langlicanisme et le christianisme orthodoxe, le christianisme est une religion monothiste prsentant Dieu comme le crateur de lunivers et de tous les tres vivants. Du fait de leur libert, les tres humains introduisent du dsordre dans le monde par leurs actes mauvais (pchs) et la religion chrtienne en est une de salut. La mort de Jsus sur la croix et sa