ZAD Agen 15 Septembre 2015

download ZAD Agen 15 Septembre 2015

of 4

  • date post

    11-Dec-2015
  • Category

    Documents

  • view

    123
  • download

    0

Embed Size (px)

description

Zone de Sainte-Colombe-en-Brulhois journal n°1 !

Transcript of ZAD Agen 15 Septembre 2015

  • COLLECTIF DE DFENSE DES TERRES FERTILES

    ZONE DE SAINTE COLOMBE EN BRULHOIS

    LE CITOYEN DE L'AGGLO N1

    Parce qu'on n'est pas des dindons !

    L'agglomration d'Agen a dcid de sacrifier les plaines agricoles de Sainte Colombe en Brulhois et de Brax afin de raliser une zone d'activit de 220 hectares appel Technopole Agen Garonne ou TAG.Le Collectif de dfense des terres fertiles suit depuis des mois ce projet dans ses dtails : financement public, impact cologique et climatique, absence de concertation citoyenne.Nous estimons que ce projet va l'encontre de l'intrt de la population, nous vous prsentons pourquoi.

    COT ET FINANCEMENT LES QUESTIONS QUI FCHENT

    QUI PAYE QUOI ET COMMENT ?A prs de 65 millions d'euros, le budget de l'opration parat encore sous valu.Les donnes de l'Agglo font apparatre un dficit prvisionnel de 12 millions d'euros en fin de commercialisation, quand tout aura t vendu.

    Le Prsident de l'Agglomration annonce 4 millions d'aides de la Rgion Aquitaine, et autant du Dpartement. Or, la Rgion ne finance pas ce genre deprojet. Et le Dpartement bien moins quannonc sans doute, le Conseil Dpartemental n'a encore rien vot ce sujet.

    Le projet de TAG est surdimensionn : 220 ha + les routes, l'changeur autoroutier, etc. Beaucoup de terres promues au btonnage. Pour exemple, une zone comme l'Agropole: Il a fallu 22 ans (de 1990 2012) pour que celle-ci parvienne remplir 32 ha en accueillant 132 entreprises .

    Est-ce normal de mettre la charrue avant les bufsen lanant le projet avant de s'tre assur des

    financements ?

    L'implantation excentre du TAGimpose la cration d'infrastructures

    supplmentairesUn deuxime changeur autoroutier en lien avec la future gare LGV d'Agen doit desservir le TAG en 2018.Estim prs de 20 millions d'euros par l'agglo, sa ralisation devait tre co-finance par rseau ferr de France ( RFF)OR l'enqute publique portant sur la LVG Bordeaux -Toulouse ( et cette nouvelle gare) a donn lieu un avis dfavorable en mars 2015.Ainsi, si ce co-financement ne pouvait avoir lieu, les collectivits publiques devront seules assumer cette dpense .Dans l'urgence, l'agglo a lanc des dclarations de co-financement infondes, ou sans garantie formelle ce jour. En ralit le financement n'est pas encore boucl et pourtant des travaux lis au TAG sont dj en cours.

    POUR LES CONTRIBUABLES

    Des coupes sombres sont dj annonces pour lescoles, transports etc au sein de l'agglo.

    Les habitants sont en droit de se demandercomment sera amorti un tel investissement ?

    Une srieuse remise plat du budget du TAG etde ses infrastructures d'accs apparat doncindispensable avant d'engager toute dpense

    publique supplmentaire et de dbuter lespremires phases de travaux.

  • Accueillir de nouvelles entreprises est possible ailleurs et autrement

    Dans les zones d'activit existantes, des emplacements sont inoccups. Prs de l'Agropoledes terres exclues de l'agriculture sont disponibles. (1) De l'aveu mme de lAgglomration d'Agen, plusieurs zones d'activit ont t identifies : 40 ha sur l'agglomration et 11 ha dans le prolongement de l'Agropole.Le choix d'implantation excentre du TAG en pleine zone agricole est d'autant plus incohrent que de nombreux espaces sont disponibles dans les zones d'activit dj existantes et dans les friches industrielles. (1) aucune tude srieuse n'a t ralise sur le foncier disponible dans lagglomration dj exclu de l'activit agricole.

    Et pourtant, il nous semble vident que l'offre foncire locale soit optimise et renforce avant toute nouvelle opration.

    A Montauban la zone de Montbartier est un exemple ne pas suivre.Marie Christine Etelin, avocate honoraire, charge de la dfense de tous les propritaires, exploitants agricoles, artisans, touchs par lexpropriation conscutive la cration de la ZAC Grand Sud logistique de Montbartier en Tarn et Garonne a dpos un tmoignage loquent auprs ducommissaire enquteur lors de la dernire enqute publique (17juin/17 juillet 2015) Ce projet portait sur une superficie denviron 450 hectares.La dclaration dutilit publique en 2010 mettait en avant la cration dune zone dactivits industrielle et artisanale et faisait miroiter la cration de plusieurs centaines demplois. A ce jour, 5 ans aprs, seule lenseigne INTERMARCHE a acquis une superficie de terrains voisins de son sige situ sur la commune de BRESSOLS, et de son premier entrept magasin implant dans les annes 80. Quelques emplois ont t dlocaliss et quatre entits locales entre autres, Lectoure, et en Arige- supprimes purement et simplement. De nombreux salaris ont d tre licencis dans ces entits. Lon peut donc affirmer que quasiment aucune cration demploi na t effective. Deux ou trois demandes de permisde construire ont enfin t dposes, elles seraient donc plusieurs annes aprs la viabilisation des terrains, en cours dexamen, mais on est trs loin de la valorisation attendue.Depuis quelques 5 ans que cette zone est ouverte la construction, aucune implantation srieuse n'a t ralise. Ainsi des sommes considrables ont t ncessaires au financement de lopration et les travaux qui ont t ralises peuvent entrer dans la catgorie des grands travaux inutiles.

    D'o vont sortir les 4000 emplois annoncs par le prsident de l'agglo ?

    Peu d'entreprises externes l'agglomration sont candidates l'installation. Des grandes entreprises installes sur des sites de communes voisines d'Agen ont t contactes pour venir occuper le nouveau Technopole, aucune ce jour n'a l'intention de bouger.

    L'Agropole, qui a cr 2 444 emplois en 22 ans, s'est appuye sur les secteurs de l'Agroalimentaire et de la Recherche. L'Agglomration ne propose actuellement aucune orientation sectorielle prcise pour dvelopper l'activit du TAG. Ce sont les PMI/PME (petites et moyennes entreprises) qui crent le plus d'emplois. Peut-on les concentrer sur une zone de type TAG ?Ce projet surdimensionn ne peut que dstabiliser les zonesd'activit existantes et fragiliser le tissu conomique du territoire en encourageant le dplacement d'entreprises locales.Il ne suffit pas de btonner du terrain, construire tous azimut pour gnrer de la richesse et des emplois.

    AGRICULTURE

    Sur le bton, rien ne pousse...La surface agricole utile ( SAU) du Lot et Garonne a perdu 17 900 hectares entre 2000 et 2010. Soit 3 800 hectares pour le pays de l'Agenais durant cette priode.Le choix d'implantation du TAG sur le site de Ste Colombe ( terre hautement fertile, riche en eau, facilement irrigable ) identifi parmi les meilleures du dpartement par la Chambre d'Agriculture est en soi une aberration. La construction du TAG aurait pour effet immdiat, la perte de 15 % de la SAU communale. Mais ce n'est pas tout. L'emprise globaledu projet d'amnagement de Ste Colombe et de Brax s'tendrait bien plus largement si on y inclut les accs routiers, autoroutiers et ferroviaires,les amnagements et rseaux divers.

    Sous le bton, pas de retour en arrirepossible, une terre btonne est perdue

    irrversiblement. Cette artificialisation aura un impact ngatif important pour l'agriculture lot-et-garonnaise, premier secteur conomique du dpartement.Le prsident de la chambre d'agriculture est complice de l'expropriation des agriculteurs . Contrairement ce qui est diffus dans la communication de l'agglo, la chambre d'agriculture n'ajamais donn d'avis favorable au TAG. Il n'y a jamais eu de consultation des lus de la Chambre d'agriculture sur ce sujet.

  • Lorsque son prsident S. Bousquet Cassagne affirme que la chambre d'agriculture soutien le TAG, il n'engage que sa seule personne pour rendre service son ami J. Dionis Du Sjour. A l'oppos, une intersyndicale agricole regroupant la Confdration paysanne, la Fdsea, les Jeunes Agriculteurs, et le Modef, reprsentant la majorit desagriculteurs, s'est fermement engage contre le projetde disparition des meilleures terres du dpartement.

    Leurs reprsentants confirment que rien ne peut compenser des terres de Garonne de premire catgorie et bnficiant d'abondantes ressources eneaux souterraines.

    Les syndicats agricoles sont opposs l'artificialisation des terres de Ste Colombe.

    Le promoteur immobilier n'est pas celui qu'on croit. Nous constatons que certains ne perdent pas le sens de leurs intrts travers les oprations de transformation du foncier agricole ou naturel en foncier btir, pour ce projet comme pour d'autres oprations. M. jean Dionis du Sjour (JDDS), prsident de l'Agglomration d'Agen et maire de la ville du mme nom possde des terrains sur la commune du Passage-d'Agen au lieu-dit Beauregard. Entre 1998 et2013 avec l'appui du maire de l'poque M. Lapoujade (avec qui il a des liens familiaux) il fait changer la vocation de ses terrains, d'agricoles et naturels inconstructibles (NOa) en constructible immdiatement (1AUX). En 2009, il vend 3,65 ha dont2,23 pour 958 986,00 HT, soit 43 /le m.JDDS possde galement plus de 7 ha de terrains sur la commune de Brax, plus prcisment au lieu-dit Commarque situ proximit directe du projet de TAG et de la future gare LGV (si elle se ralise). La valeur de ses terrains personnels sera d'autant mieux valorise que ceux-ci sont passs, l aussi, d'un statut agricole non constructible un statut constructible en2002 et 2005.

    l'EAU

    Les 220 ha destins cette technopolereclent en sous- sol une nappephratique indpendante de celle de la Garonne, dont lexistence et l'abondance est avre par la prsence denombreux puits permettant aujourdhui l'irrigation descultures. Quant on connat l'importance de l'irrigation dans un contexte de scheresses rcurrentes (rchauffement climatique) et le cot financier et environnemental qu'elle reprsente (stockage par retenues collinaires) dans bien des endroits de notre dpartem