You You Fourcade

of 16 /16
Après l'attaque du 9 mars, un groupe d'épouse de militaires doit fuir pour la Chine. Cette longue marche témoigne de leur courage et de leur moral. Bernard GAUDIN, du 25 ème des Commandos Nord Vietnam, présente une grande Dame: « C'est pour nous une grande joie de vous présenter Madame Fourcade, épouse du général Fourcade qui fût notre commandant d’unité en Indochine dans les années 51 52 53 lorsqu'il était responsable des commandos Nord Viêt-Nam. Madame Fourcade est la fille de l'amiral Seguin, elle est née en Avignon mais passe sa jeunesse à Toulon où elle se marie avec un jeune officier de l'Infanterie Coloniale le lieutenant Louis Fourcade. C'est alors le début d'une grande aventure où les péripéties ne manquèrent pas. Départ en Indochine en 1938 avec un bébé de 2 mois 1/2. C'est tout d'abord une affectation au gouvernement général à Hanoi, puis au Cambodge, à nouveau le Tonkin et le commandement du bataillon de Moncay pour le capitaine Fourcade. Madame Fourcade est la, elle a suivi toutes ces mutations et c'est ici à Moncay, dans ce nord du Tonkin que va débuter l'aventure que nous présentons ci-après. Madame Fourcade s'engage alors à la Mission Coloniale Française comme aspirant a Calcula, nous sommes en 1945. Elle est successivement : chef du secrétariat du conseiller politique de l'amiral Thierry d'Argenlieu; nommée lieutenant (2 pleins comme on dit chez nous), elle est ensuite détachée à l'état major de la marine en Indochine. Elle rentre en France en 1946 mais pas pour longtemps. Elle est en effet nommée à l'ambassade de France à Moscou auprès du général Catroux puis démobilisée en septembre 1946… »

Embed Size (px)

Transcript of You You Fourcade

Aprs l'attaque du 9 mars, un groupe d'pouse de militaires doit fuir pour la Chine. Cette longue marche tmoigne de leur courage et de leur moral.Bernard GAUDIN, du 25me des Commandos Nord Vietnam, prsente une grande Dame: C'est pour nous une grande joie de vous prsenter Madame Fourcade, pouse du gnral Fourcade qui ft notre commandant dunit en Indochine dans les annes 51 52 53 lorsqu'il tait responsable des commandos Nord Vit-Nam. Madame Fourcade est la fille de l'amiral Seguin, elle est ne en Avignon mais passe sa jeunesse Toulon o elle se marie avec un jeune officier de l'Infanterie Coloniale le lieutenant Louis Fourcade. C'est alors le dbut d'une grande aventure o les pripties ne manqurent pas. Dpart en Indochine en 1938 avec un bb de 2 mois 1/2. C'est tout d'abord une affectation au gouvernement gnral Hanoi, puis au Cambodge, nouveau le Tonkin et le commandement du bataillon de Moncay pour le capitaine Fourcade. Madame Fourcade est la, elle a suivi toutes ces mutations et c'est ici Moncay, dans ce nord du Tonkin que va dbuter l'aventure que nous prsentons ci-aprs. Madame Fourcade s'engage alors la Mission Coloniale Franaise comme aspirant a Calcula, nous sommes en 1945. Elle est successivement : chef du secrtariat du conseiller politique de l'amiral Thierry d'Argenlieu; nomme lieutenant (2 pleins comme on dit chez nous), elle est ensuite dtache l'tat major de la marine en Indochine. Elle rentre en France en 1946 mais pas pour longtemps. Elle est en effet nomme l'ambassade de France Moscou auprs du gnral Catroux puis dmobilise en septembre 1946

9 Mars 1945 Tous ceux qui taient en Indochine ce moment l (on ne disait pas encore le VitNam) ne peuvent entendre prononcer cette date sans un pnible frisson car, pour tous, elle fut le dbut d'une terrible preuve qui, pour beaucoup (trop hlas !) se termina tragiquement. Je ne pourrai redire ici les noms de tous les camarades, de tous les amis qui sont tombs l-bas, cette poque. Mais tous restent dans nos coeurs. Sans parler de tous ceux qui eurent subir l'emprisonnement et les svices du "vainqueur".

Situation en Indochine avant le 9 Mars 1945 Depuis la fin de 1940 (aprs l'attaque brutale des Japonais sur Lang-Son en septembre 1940), par un accord entre les gouvernements franais et japonais, les forces japonaises pouvaient transiter et stationner en Indochine. Les Japonais avaient donc implant des garnisons et des terrains d'aviation dans de nombreux points de l'Indochine. marquant les principales garnisons franaises. Il en rsultait un modus vivendi qui fut appliqu sans heurts majeurs jusqu'en mars 1945, permettant l'Indochine de vivre en paix alors que les Anglais et les Hollandais connaissaient depuis 1942, le sort des vaincus. Aprs le dbarquement en France du 6 juin 1944 et la libration de notre pays, les donnes vont tre modifies. Notre nouveau gouvernement est l'alli des anglo-amricains, donc l'ennemi du Japon. De ce fait, nous sommes donc devenus, en Indochine, des adversaires potentiels. Ds lors, face l'attitude mfiante des Japonais, l'amiral Decoux, gouverneur gnral de l'Indochine, volue sur une corde raide. Il arrive cependant prserver, encore pendant quelques mois, le pays d'un bain de sang alors que le sabre japonais aurait pu s'abattre sur nous au lendemain de Pearl Harbor (7 dcembre 1941) comme il s'abattit sur Singapour, la Malaisie, les Indes Nerlandaises et les Philippines.. Malheureusement, le service de renseignements japonais recueillait des indices qu'il interprta sa manire, lui faisant croire une attaque de notre part (malgr la disproportion des forces en prsence) en liaison avec un hypothtique dbarquement amricain sur les ctes d'Annam, opration qui n'avait jamais t envisage par les Etats-Unis, trop occups ailleurs. De plus, des bavardages inconsidrs de certains excits se prtendant rsistants je ne parle pas des vrais rsistants qui agissaient en silence et dans l'ombre et dont beaucoup payrent leur action de leur sant ou de leur vie, inquitrent l'tat-major japonais. Il voulut carter tout risque et dcida de nous neutraliser. Le moment favorable pour l'assaut gnral sera mars 1945. A 19 heures, le 9 mars 1945, l'ambassadeur japonais Matsumoto remet l'amiral Decoux un ultimatum : les forces franaises devaient passer, une heure plus tard, sous commandement japonais, sinon.... A 20 heures, devant le refus du gouverneur gnral, les troupes japonaises se lanaient partout l'attaque. Preuve de duplicit japonaise : le dtachement Neel du bataillon de Quang-Yen (19me RMIC) fut attaqu par les japonais 18 heures sur le bac de Quang-Yen. L'Indochine se retrouve compltement isole, sans espoir de secours. L'aviation des Etats-Unis est curieusement absente du ciel. Le gnral Wedemeyer, commandant les forces U.S. en Chine, a interdit toute mission arienne notre profit. Le gnral Claire Chenault commandant des fameux Tigres Volants , crit dans ses mmoires : mes appareils, dj chargs de matriel parachuter, durent rester au sol. Mes pilotes,

piaffant de colre et le coeur serr, durent laisser les Franais se faire massacrer dans leurs citadelles et dans la jungle . Le 9 mars 1945 : mon mari, capitaine, commandait le bataillon de Moncay (19me RMIC) dans le 1er territoire militaire la tte duquel se trouvait le colonel Lecoq. Moncay est une petite ville la frontire de la Chine dont elle est spare par une rivire (j'en ai oubli le nom) sur laquelle est jet le pont international , un bien grand mot pour la simple passerelle en fer de type Eiffel. Moncay, part un quartier annamite, est une ville essentiellement chinoise, plutt cantonaise, capitale du pays Ning, jadis province de Ha-Nink, avant la cration des territoires militaire. La ville est domine par la citadelle o est installe la portion centrale du bataillon et o nous habitons tous. Pour accder Moncay, deux moyens 1. Par mer, par chaloupe ou sampan, l'embouchure de la rivire tant sept kilomtres de la ville. 2. Par terre, par une unique route, la RC4 venant de Tien-Yen et prolongeant la RC5 Haphong/Tien-Yen. Ce dtail est important pour l'attaque du 9 mars, car, entre Tien-Yen et Moncay, trente kilomtres avant Moncay, il y a un poste franais : Haco, tenu par une compagnie du bataillon et dfendant l'accs de la route sur Moncay. A Haco face la garnison franaise : une garnison japonaise ( Moncay, il n'y a pas de Japonais). Le 9 mars, 21 heures, Haco sera attaqu par les Japonais, se dfendra, recevra des renforts de Moncay. Tout cela donnera Moncay un rpit de trois jours avant d'tre attaque, ce qui explique que nous pourrons (nous, femmes et enfants) quitter Moncay, le 10 mars au matin, dans un calme relatif. Depuis un certain temps, on s'attendait, tt ou tard, au coup de force japonais. On savait que la lutte serait tout fait ingale et sans espoir. D'un ct, les Franais : un armement dsuet, une aviation pratiquement inexistante (quelques vieux "coucous"). De l'autre, les Japonais : quips de faon moderne et une aviation encore puissante. La partie tait perdue d'avance, aprs un baroud d'honneur. Des plans avaient donc t labors (en accord avec les forces allies des Indes et de Chine) pour permettre aux garnisons franaises qui le pourraient de passer en Chine (notre alli) quand toute rsistance serait devenue impossible. C'tait, bien sr, surtout valable pour les garnisons les plus proches de la frontire (exception faite pour la colonne Alessandri, partie de Tong, effectif trs important). La DGER (Direction Gnrale des Etudes et Recherches), dont le sige central en Extrme-Orient tait Calcutta, avait implant Kung-Ming, au Yunnan, une mission : mission 5 commande au dbut de 1945, par Monsieur Sainteny. Un capitaine de cette mission le capitaine Meistermann avec deux sergents radio annamites, Thu et Tran, s'taient installs, en janvier 1945, avec un poste radio, dans les Cent Mille Monts, cette paisse chane de montagnes chinoises longeant la frontire depuis le sud du KouangToung jusqu'au-del de Cao Bang. Le capitaine avait mission de prendre contact avec les postes frontires franais pour envisager les possibilits de passage en Chine, aprs l'attaque japonaise. C'est ainsi que fin janvier 1945, le capitaine Meistermann tait venu voir le colonel Lecoq et mon mari. En dehors du passage des troupes franaises, il fallait envisager l'vacuation des femmes et des enfants europens, les rares annamites ne risquant rien. Au 1er territoire militaire, dans le secteur de Moncay, nous tions alors quatre femmes. A Moncay mme, trois femmes et deux enfants : - Madame du Perron (pouse d'un lieutenant) sans enfant,

- Madame Gamier (pouse du chef de la garde indochinoise), un bb de huit mois, - Moi-mme (pouse du capitaine commandant le bataillon), une fille de sept ans et demi, Monique. A Haco : Madame Rgnier (pouse du capitaine commandant la compagnie), un bb de six mois et une petite fille annamite de dix ans, Agns, qu'elle avait adopte. Les femmes et ces enfants risquaient d'tre une forte gne pour les units combattantes. Il fut donc dcid qu'au jour J, le capitaine Meistermann et un pre des missions de Lyon, le pre Billault (rfugi dans les Cent Mille Monts depuis 1943, les Japonais ayant envahi Na-Ming o il rsidait dans le Kouang-Si) viendraient nous chercher, nous emmneraient en Chine. Ce pre nous ferait traverser les Cent Mille Monts pour nous amener dans le Kouang-Si o un avion amricain viendrait nous chercher sur un terrain repr prs d'une petite ville : Chang-Tsen. A priori, cela paraissait, sinon facile, tout de mme assez simple. Bien entendu, cela ne se passa pas du tout comme prvu.

Le dpart Le 9 mars, aprs une journe d'inquitude et d'alerte, 20 heures, le poste de Haco est attaqu. Le capitaine Rgnier, trop confiant en l'esprit chevaleresque des Japonais, et malgr les consignes reues du colonel Lecoq, a accept d'aller dans l'aprs-midi, arbitrer un match de basket chez les Japonais. Il payera courageusement de sa vie, son imprudence. Amen, au moment de l'attaque, devant le poste, les Japonais lui intimant d'ordonner au poste de se rendre, il criera : Damez, faites votre devoir !. On ne l'a jamais revu. (Le sous-lieutenant Damez tait l'officier en second de la compagnie). Dans la nuit, mon mari part, avec son dtachement mobile, au secours de Haco. Une compagnie reste pour dfendre Moncay. Nous, les femmes, nous recevons l'ordre de partir au matin, avec le strict ncessaire : vtements chauds dans un sac de marin, dans une toile de tente, deux couvertures, une moustiquaire, deux draps (je prends les deux plus beaux, entirement brods ; pendant toute la retraite nous dormirons par terre, dans la boue, dans la crasse, avec des poux mais... dans des draps brods !), une trousse de toilette. Je prends surtout le plus possible de vtements chauds pour Monique. Il fait trs froid dans la montagne, en cette saison et les Cent Mille Monts culminent entre deux mille et trois mille mtres. A 6 heures, le 10 mars, nous quittons la maison, le coeur serr. Je sais que je ne la reverrai pas. Le capitaine Tiffon, rest pour dfendre la citadelle, vient me dire au revoir avec le lieutenant Tissier. Nous nous embrassons avec beaucoup d'motion. Je laisse notre berger allemand (que je n'ai pas l'autorisation demmener) la garde de notre vieux boy fidle, avec nous depuis plus de sept ans, qui refuse d'abandonner la maison. Il faudra, quand les Japonais arriveront, que Tiffon le force partir. Nous descendons vers la rivire o nous retrouvons les deux autres femmes. Le colonel Lecoq, qui part sur Haco, est l pour nous dire au revoir ainsi que notre ami Wa-Ky, le chef de la congrgation chinoise. Mon mari nous a laiss, pour nous escorter, deux tirailleurs : un Mung, 82 (notre ordonnance) pour moi, un Annamite, 61 pour Madame du Perron et un garde Indochinois, 54 pour Madame Gamier (on dsignait les soldats Indochinois par les deux derniers chiffres de leur numro matricule, leurs noms n'tant pas toujours faciles retenir). Dpart en sampans pour remonter la rivire frontire. Avec nous. Monsieur Meneault, le trsorier du territoire (avec la caisse !) et une section de gardes Indochinois pour nous protger (avec un fusil mitrailleur).

Voyage toute la journe, en remontant la rivire. De temps en temps, de petits rapides qui obligent les sampaniers mettre pied... l'eau. Heureusement, ces endroits-l, la rivire n'est pas trs profonde. Les rives sont bordes d'azales qui atteignent jusqu' quatre cinq mtres de hauteur. Tous sont en fleurs, depuis le blanc jusqu'au violet en passant par tous les tons de jaune, orange, mauve, ros ou rouge. C'est une orgie de couleurs absolument magnifique ! On cueille de grosses branches fleuries pour camoufler les sampans. On pourrait se croire au combat naval fleuri de Villefranche s'il n'y avait pas les avions japonais qui patrouillent et mitraillent tout ce qui leur parat suspect. Ds qu'on entend un bruit de moteur, on colle les sampans contre la rive, sous les azales et on attend que cela se passe. Dans la soire, nous arrivons au poste de Than-Poun o il y a une section du bataillon. Dans ce poste franais, nous nous sentons encore chez nous. Installation de fortune, mais chaleureuse. Le 11 mars, nous apprenons la mort du colonel Lecoq et du sous-lieutenant SaintMartin. On pense que Rgnier a t excut par les Japonais. A 13 heures, le 12 mars, le lieutenant Jean, officier de renseignements du territoire, dcide de nous faire passer en Chine car nous devenons une gne Than-Poun. Nous partons donc en sampan toutes les trois avec nos deux enfants et nos trois tirailleurs, et nous continuons remonter la rivire frontalire. 82, mon tirailleur, est Mung, ce qui nous sera trs utile car les chinois de la rgion sont Mung. Ils parlent le mme dialecte que lui. Deux heures de navigation et nous arrivons une petite ville chinoise : Na-Lung o nous sommes soi-disant attendus (dixit le lieutenant Jean !). Mais nous sommes reus trs froidement, la population refusant de nous laisser dbarquer. Seul, 82, le Mung, y parvient et au bout d'un long moment qui nous parat une ternit, revient avec le chef de canton et l'interprte chinois qui tait Moncay. Bien qu'tant la plus jeune, c'est avec mois qu'ils parlementent : je suis la femme du commandant du bataillon et ils ont le sens de la hirarchie. A partir de ce moment l, les autres femmes me laisseront toujours diriger les oprations, trop heureuses de ne pas avoir prendre de dcisions. Quant moi, en l'absence de mon mari, je me sens responsable d'elles et des enfants. Aprs quelques palabres, nous pouvons entrer en ville et nous sommes emmens, par une rue trs troite et encaisse, jusqu' la maison commune du village o l'on nous installe (!) au 2me tage. L'impression est sinistre. Pour pntrer dans la maison, on passe sous un long porche trs sombre, on franchit une grande grille en fer qui se referme derrire nous avec fracas et on dbouche dans une troite cour noirtre (genre cul de basse fosse) autour de laquelle tournent les deux tages de la maison. Les habitants ont de sales ttes. On nous installe donc au 2me tage dans deux pices : une petite presque entirement occupe par un grand bat-flanc en bois (au moins, nous ne serons pas obligs de dormir par terre) et une autre, plus grande, donnant sur la rue, meuble d'une table boiteuse et de quelques tabourets. Le tout crasseux souhait. Pas d'eau, pas de commodits. Pour aller au petit coin, plutt sommaire et... sans porte, il faut redescendre au rez-dechausse dans une courette peu intime. Nous n'y allons qu'escortes par un tirailleur qui loigne les curieux. 82, lui-mme, ne me cache pas sa mauvaise impression. Mais que faire ? Le problme est le bb. Comment le laver ? Comment laver ses couches ? Nous n'avons aucun rcipient tant pour des ablutions que pour faire la cuisine. 82, toujours lui, se dbrouille pour trouver le strict ncessaire. 61 nous fait une cuisine sommaire. Madame Gamier nourrit son fils. Mais elle est peu robuste. Quand il faudra marcher, aura-t-elle assez de lait ? Le 13 mars, le lieutenant Jean arrive avec deux radios, deux sergents du bataillon que je connais bien. Nous nous sentons rassures et nous en profitons pour aller "en ville" faire quelques

achats : grands chapeaux huils qui protgent la fois du soleil et de la pluie, chaussures chinoises entirement en tissu, trs souples, excellentes pour la marche, quelques sucreries. Nous sommes suivies par une marmaille rieuse et hurlante qui crie toujours le mme mot. Tous ces gosses ont vraiment l'air trs chaleureux. Par la suite, j'ai su par le pre Billault que ce mot tait la pire injure possible ! Dans la soire arrivent, venant de Than-Poun, les deux sergents du capitaine Meistermann : Thu et Tran. Ils veulent nous emmener avec eux dans la montagne, le lendemain. Jean s'y oppose. Ils repartent donc sans nous mais nous prviennent que, tout hasard, ils vont faire une halte de 24 heures Napa, 5 heures de marche ( leur allure) de Na-Lung pour nous attendre si la situation se, gtait. Bienheureuse dcision ! Le 14 mars, dans la journe, la situation se gte. Les chinois, pourtant officiellement nos allis, se montrent trs hostiles, exigent l'arrt du poste de radio. Ils savent que les Japonais se rapprochent. Le lieutenant Jean dcide alors de repartir en Indochine avec ses radios. Il refuse de nous emmener et me conseille de tenter de rejoindre Meistermann dans la montagne (c'est commode ! sans carte, car il n'y a pas de relev dans cette rgion et sans savoir o se trouve exactement le PC de Meistermann) et il nous abandonne l ! Les sergents sont fous de rage et refusent d'obir. Je dois user de toute mon autorit pour, les calmer et les dcider suivre le lieutenant. A peine sont-ils partis qu'on ferme au cadenas la grille du rez-de-chausse. Nous sommes prisonnires! Manifestement les Chinois veulent nous garder comme otages pour se blanchir auprs des Japonais s'ils arrivent chez eux. Seul, 82, en sa qualit de Mung, peut encore circuler librement. Je le charge de trouver un courrier rapide et sr pour joindre Thu et Tran afin qu'ils nous attendent Napa. A 17 heures, le courrier part avec un mot de moi. Il parat sr. C'est notre seule chance. Une bonne rcompense lui est promise, bien sr, s'il russit. Puis, je demande voir le chef de canton et le chef militaire, le colonel Pang-Hong-Then et, bien entendu, l'interprte. Mon fidle 82 m'assistera pour contrler ce qui se dira. Ces messieurs se pointent vers 20 h 30. Je leur annonce notre intention de partir le lendemain matin. Refus aimable et souriant : Ils sont responsables de nous et tiennent nous protger (tu parles !). Des heures de palabres et de discussion jusqu' 3 heures du matin (les autres femmes et les enfants dorment dans la petite pice 61 et 54 se relayant pour monter la garde, car rien ne ferme). Alternant menaces et promesses, j'obtiens enfin l'autorisation de dpart et le saufconduit ncessaire. J'obtiens galement (sur les conseils de 82) de prlever des sacs de riz et une petite caisse de savon sur les rserves que le 1er territoire militaire a entreposes l en vue de la retraite. Ouf ! Je suis soulage mais un peu vide. Deux heures de sommeil. Le courrier revient 5 heures du matin, le 15 mars (il a fait trs vite). Thu et Tran nous attendent. Je respire mieux. Le 15 mars, 10 heures du matin, nous partons enfin lapids et injuris par la population jusqu' la sortie de la ville. 82 a tout organis. Le courrier nous sert de guide. Il y a des coolies pour porter vivres et bagages. Monique et le bb sont dans une chaise porteurs. Une vraie caravane. Nous voyons disparatre Na-Lung avec soulagement. La piste est facile, assez large et en terrain plat. Vers 16 heures trente, nous arrivons Napa o nous retrouvons Thu et Tran avec joie. Madame Gamier commence dj m'inquiter, pas sportive du tout, peu rsistante, sans grande volont, elle ne sait pas marcher et donne, la fin de cette tape facile, des signes de grande fatigue. Madame du Perron, trs sportives, ne pose aucun problme. Peu aprs, nous voyons arriver le Pre Billault et le capitaine Meistermann. A Napa, il n'y a que deux cabanes en bois. On s'entasse comme on peut. Madame du Perron, Monique et moi, nous couchons dans un rduit au-dessus de l'table buffles. Le sol est fait de branches d'arbres peu paisses, branlantes, couches les unes ct des autres avec de larges interstices qui nous

permettent de voir les animaux (et leurs cornes !) au-dessous de nous. Les branches tremblent, paraissent peu solides et nous n'avons qu'une frousse : passer au travers et tomber au milieu des buffles ! (nous en oublions l'odeur). Nous nous recroquevillons sur le bat-flanc et nous n'en bougeons plus. Le 17 mars. Madame Rgnier, ses enfants, une nourrice annamite (qui nourrira les deux bbs pendant tout le voyage, Madame Gamier perdant peu peu son lait) nous rejoignent escortes par quelques gardes Indochinois, l'adjudant-chef Martin et le sergent Pacotte. Madame Rgnier est bout de nerfs et de forces car elle se doute bien que son mari a t tu. De plus, elle a d fuir le poste de Haco sous les balles avec sa fille dans les bras et elle a eu un choc pouvantable. Le 18 mars, nous partons pour aborder la montagne. Pour transporter les bbs : un brancard fait avec une toile de tente, que portent deux coolies. Sur leurs paules, une perche sur laquelle on a mis une autre toile de tente cheval. Cela fait une vraie tente, les bbs sont bien au chaud dans les couvertures et l'abri de la pluie. Monique, notre fille, et Agns, la petite annamite, sont portes dos de coolies. Il fait trs froid, il pleut souvent et il y a du brouillard. Nos grands chapeaux chinois se rvlent excellents comme parapluies. Le Pre nous guide. Meistermann nous a quitts pour tenter de rcuprer des Franais sur la frontire. La piste, trs troite, monte, descend, remonte, redescend toujours avec le principe de la plus grande pente. Il faut traverser une rivire gu sans avoir la possibilit d'enlever chaussures et pantalons. On a de l'eau jusqu'aux cuisses et elle n'est pas chaude ! On repart tremp et gel. Les enfants, heureusement, sont hors d'eau. Nous apprcions nos chaussures chinoises en toffe, elles ne raidissent pas en schant. Nous pensons que la piste est dure. Nous sommes loin de nous douter de ce qui nous attend les semaines suivantes. Arrive sur un plateau un rayon de soleil - une jolie rivire sur laquelle il y a de magnifiques roues eau, en bambou, de quatre cinq mtres de hauteur environ. Le plateau est cultiv, quelques grosses fermes. Accueil plus que rserv des habitants qui refusent de nous laisser entrer chez eux. Un fermier accepte, tout de mme, de nous laisser dormir dans une grange ouverte tous vents. Nous serons au moins l'abri de la pluie. Il y a de la paille dans laquelle nous nous enfouissons tous. Cela tient chaud. Le 19 mars, nous abordons vraiment la haute montagne. Passage difficile et dangereux d'un col, le col de la Tarrare (ou des temptes) rput pour tre un coin cher aux pirates pour des embuscades. A part deux coups de feu lointains, tout se passe bien. Mais quelle pluie, quel vent et quel froid. Le col mrite bien son nom. Djeuner frugal sur la piste : boule de riz froid, pt chinois, bananes. Nous marchons ainsi pendant neuf heures pour arriver un petit hameau de quatre maisons : Louk-Sa o nous sommes accueillis par un chrtien du Pre. Les habitants de la rgion sont des Ths, cousins trs voisins des Mungs, farouchement indpendants et n'acceptant pas l'intrusion trangre. Pour nous, ils se rvlent accueillants et hospitaliers dans la mesure de leurs faibles moyens, parce que nous serons introduits par ce premier chrtien de Louk-Sa qui nous passera un autre chrtien plus haut dans la montagne, lequel nous passera des parents (pas forcment chrtiens) plus loin et ainsi, une chane se formera pour nous, de hameau en hameau, alors qu'en temps normal, tout tranger est farouchement repouss et ne peut pntrer l'intrieur du pays. Les hameaux se composent de trois quatre maisons jamais trs groupes. Les petites agglomrations, flanc de montagne, sont trs distantes les unes des autres, relies par des pistes extrmement troites qui adoptent toujours la ligne de la plus grande pente. On descend tout droit dans la valle (troite). Pas question de lacets flanc de montagne. On remonte de mme de l'autre ct pour passer d'un mont l'autre. Dans les valles, des rivires qu'on traverse tout habill avec parfois de l'eau jusqu' la poitrine. On repart gel ! Une grande peur que les coolies portant les

bbs trbuchent et que les bbs tombent l'eau, ce qui serait tragique. Grce Dieu, ces montagnards ont le pied sr. Les montagnards sont extrmement pauvres. Ils ont peine de quoi manger. De pauvres champs de manioc, quelques rares lgumes, deux ou trois poulets triqus et un cochon qui se nourrit comme il peut que l'on tue chaque anne, et sur lequel la famille tout entire vit toute l'anne. Ils dcoupent la viande en fines lamelles et la boucanent sur des claies au-dessus du feu central de l'habitation. La nuit, ce prcieux cochon est rentr dans la maison avec la famille. A Louk-Sa, la premire nuit, nous tions couchs par terre autour du feu. Madame Rgnier, Madame Gamier, la nourrice et les bbs avaient t installs dans un petit rduit avec les bat-flancs, un peu plus confortable (on essayait toujours de les installer le moins mal possible). Je commenais m'endormir quand je sens un souffle chaud sur ma figure. Je pense que c'est le chien de la maison (par la suite, je constaterai qu'il n'y a pas de chien dans le pays) et je le repousse en fulminant car je tombe de sommeil. Zut ! Le souffle revient. Je repousse l'animal plus vigoureusement et j'en tends alors un grognement sonore ! J'allume ma torche lectrique (les premiers jours, elle marchait encore) et je me trouve nez nez avec le cochon de la maison. Ce dernier s'est pris pour moi d'une telle sympathie qu'il veut absolument se coucher mes cts. Je n'ai pu le dloger. Ereinte, je me suis endormie, cline par le cochon ! Au moins, il m'a tenu chaud ! Les maisons sont rudimentaires : murs en terre, toits en chaume ou en planches. En gnral, une seule pice (quelquefois un ou deux petits rduits annexes). Sol en terre battue. La pice unique est souvent partage en deux par une demi cloison. Un feu central, entre des pierres, mme le sol. La fume s'vacue par un trou dans le toit. Ameublement plus que sommaire : quelques tabourets en bois, une petite table, un ou deux bat-flancs pour dormir. Derrire la maison, une plate-forme en bambous avec une auge en bois dans laquelle arrive l'eau capte dans la montagne par des tuyaux en bambou. Vtements tisss par eux. Ils cultivent une plante fibres longues qu'ils font rouir avant de les filer, de les teindre en bleu trs fonc presque noir et de les tisser. Cela donne une grosse toile assez riche. Le jour de leur mariage, les poux reoivent un costume neuf qui devra durer toute leur vie. Les enfants sont vtus de vieux vtements trs rapics. Les femmes les plus riches (?) ont sur la tte une sorte de petit fez sur lequel elles cousent quelques plaques d'argent. Ils sont d'une sobrit presque asctique. Ils se lvent trs tt entre 3 h 00 et 4 h 00 du matin, avalent un brouet de farine de manioc et d'eau chaude, avec un peu de sel, trs peu car le sel est plus prcieux que l'or. Ils sont obligs d'aller l'acheter dans la plaine et ils en manquent souvent. Jamais, malgr leur bonne volont, ils n'ont pu nous en cder. Cette bouillie, matinale avale, ils partent courir la montagne en emportant une ou deux galettes de manioc. Nous tions chez eux en hiver. A cette poque, impossible de travailler la terre. Alors, ils se font des visites de village. Les maisons ne sont jamais fermes. On ignore les voleurs dans ce pays. Le passant qui s'arrte, en l'absence des propritaires, fait comme chez lui, charge pour lui de remplacer le bois qu'il aura brl. Et tout se passe toujours fort bien. Nous sommes les premiers Europens qu'ils rencontrent, le Pre n'tant pas all jusqu' certains villages. Devant Monique, trs blonde, ils font des Las en se prosternant comme devant une divinit. Sa petite poupe en cellulod les plonge dans des abmes de perplexit. Ils mangent, avec dlice, notre savon que nous sommes obliges de protger car c'est une denre prcieuse et rare. Quand nous prenons notre douche, le soir, derrire la maison, avec une casserole, on ne peut les empcher de venir prendre la mousse de savon sur nous pour se lcher les doigts avec gourmandise. Tant pis pour notre pudeur ! Ils sont d'ailleurs trs tonns de nous voir ainsi nous laver ! Ils n'ont jamais vu une glace et ont le mme mouvement que les singes : envoyer la main derrire pour attraper cette personne qui bouge et sont tout dconfits de ne rien trouver. Ils sont ahuris devant une pingle anglaise qu'ils ne cessent d'ouvrir et de fermer. Malgr leur grande pauvret, ils n'ont jamais essay de nous drober quoi que ce soit.

Nous traversons donc cette chane des Cent Mille Monts en direction du Kouang-Si par tapes, tantt de vingt kilomtres, tantt de trente kilomtres (l-bas, on compte plutt en heures de marche) avec, pour but, d'atteindre le fameux terrain d'aviation dans la plaine. On arrive encore avoir des coolies pour les enfants et les bagages. Les pistes sont trs dures. Il fait trs froid. Les provisions se rarfient. Nous mangeons sur la piste des boules de riz froid (cuites la veille au soir l'tage) avec des pousses de bambous fraches ramasses sur le chemin, trs amres. Le tout sans sel. Ce n'est pas fameux ! Les premiers jours, nous avons encore du poulet froid, quelques bananes, un peu de viande de porc qui, la fin, devient verte et pleine de vers. Il faut la laver grande eau avant de la faire recuire. On boit l'eau des torrents. Quelquefois, on peut avoir quelques lgumes: oignons, raves ou une poigne de champignons secs. Le soir, on fait alors, avec du riz, une soupe chaude qui nous fait du bien. Ds qu'on a quelque chose de mangeable, on le donne en priorit la nourrice (grce Dieu, elle a toujours du lait et les bbs se portent bien) et aux petites filles. Nous avons faim...et la ligne ! Seul, le manque de sel est tragique. Nous dormons mme le sol, quelquefois sur un bat-flanc quand il y en a un disponible dans la maison. Cela nous parat trs moelleux. Pour dormir, Monique est contre le mur, moi ct avec mon revolver, 82 ct de moi avec son mousqueton. Mme ordre de bataille pour les autres femmes et enfants. Dans toute cette grisaille, nous avons parfois une dtente. Une claircie dans le crachin ou la pluie. Le moindre rayon de soleil est merveilleux et les montagnes sont alors trs belles. Un jour, nous traversons un bois de badianes : les gousses d'anis toile sont en train de s'ouvrir. Quand nous sortons du bois, aprs 1 h 30 de marche, nous sommes tous sols par cette odeur d'anis comme si nous avions aval plusieurs pastis bien tasss ! Un autre jour, au bord d'une rivire, des canneliers dont l'corce verte est dlicieuse sucer mais... nfaste pour les intestins. Comme on est alors en terrain plat, Monique et Agns marchent un peu et nous avons toutes les peines du monde les empcher de se gaver de cette marchandise. Une autre fois encore, nous voyons des arbres sans feuilles portant de magnifiques fleurs ross mauves. J'apprendrai par la suite que c'est une varit de magnolia. Le 23 mars, 13eme "jour aprs notre dpart de Moncay, nous pensons tre au bout de nos peines. Aprs une tape de huit heures de marche, nous surplombons la plaine du Kouang-Si. Nous pensons que nos aventures sont presque termines. Quelle erreur ! Comme nous commenons descendre la dernire grande pente menant la plaine, nous croisons un montagnard qui remonte, aprs tre all acheter du sel. Il change quelques mots avec nos coolies et nous voyons soudains ces derniers, en proie une grande agitation, dposer leurs charges et refuser d'avancer. On s'explique. Le montagnard nous informe de l'occupation de la plaine par les Japonais, depuis la veille Que s'est-il pass ? Nous apprendrons plus tard que le lieutenant Jean, s'avanant un peu imprudemment, avait avis Calcutta, par radio, que les troupes franaises du 1er Territoire militaire seraient Chang-Tsen partir du 20 mars et demandaient un parachutage de vivres et de munitions. Celui-ci fut effectu le 21 mars, dans la matine, sur le fameux terrain d'aviation. Bien entendu, il n'y avait pas un seul Franais sur place. Mais les Japonais qui occupaient Naning, plus l'est, envahirent toute la plaine dans la journe du 22 mars. Plus question pour nous de continuer. Il est dj 5 h 00 du soir. En toute hte, nous nous rejetons dans la montagne. Notre troupe, anormalement nombreuse pour le pays, a pu tre repre par l'ennemi. A marche force, nous repartons en sens inverse et nous marchons jusqu' 10 h 00 du soir. Nous arrivons alors, compltement fourbus, au hameau de Ma-Lao, trois maisons dont une occupe par un chrtien, parent de celui de Louk-Sa. On le rveille, et pour la premire nuit, on s'entasse tous chez lui et on s'croule ! Les bbs paraissent prendre bien tout cela. Les petites filles sont mortes de fatigue. Le pre Billault dcide que nous nous reposions l quelques jours (les habitants sont tout fait d'accord) pendant qu'il partira rejoindre le PC de Meistermann pour avoir des nouvelles et envisager un nouveau plan concernant notre vacuation. Nous nous installons : madame Rgnier et madame Gamier dans la plus grande maison, avec 54, l'adjudant Martin et le sergent Pacotte. (chose rare, il y a deux grandes pices et quatre ou cinq petites pices minuscules). Les quelques gardes

Indochinois dans une deuxime maison, en face. Simone Perron, Monique et moi, 82 et 61, dans une maison plus petite cinquante mtres au-dessus des deux premires, sur la pente. La premire nuit, j'ai une alerte. Nous couchons dans la premire partie de la pice unique, ct porte d'entre (il y a deux bas-flancs ! du luxe !). Nos htes sont dans la deuxime partie, l o il y le feu. Dans la nuit, un habitant se lve de l'autre ct de la cloison et vient dans notre pice. Je suis immdiatement sur le qui vive ainsi que 82, lui avec son mousqueton, moi avec mon 7.65. (Il y a longtemps que les piles de nos torches sont puises et la petite veilleuse huile est teinte car il faut conomiser la graisse). C'est donc l'obscurit totale. Nous entendons un petit bruit de fontaine et le personnage repart se coucher. Mme mange quelques heures plus tard. Je ne suis plus inquite. Mais une chose m'intrigue : je n'ai pas entendu s'ouvrir et se fermer la porte d'entre qui, cependant, grince beaucoup. Le matin suivant, je cherche claircir le mystre. Et j'avise dans la pice, derrire la porte, un petit tas de terre avec des traces visibles d'humidit. Tout s'claire: pour ne pas sortir par ces temps de froidure, les habitants ont trouv commode d'installer les W-C sommaires dans la maison. On est moderne ou on ne l'est pas ! Trois jours de repos. Des marchands, venus on ne sait d'o, passent et nous pouvons acheter quelques oeufs, des citrons, des tarots, du riz viep (riz gluant). Mme des bananes. C'est la fte. Il y a longtemps que nous n'avons aussi bien mang. Monsieur Gamier, chef de la garde indochinoise de Moncay, nous rejoint, le 26 mars, avec un renfort de gardes indignes bien arms. Nous nous sentons bien gards et nous dormons enfin tranquilles. Pas longtemps! Dans la nuit du 30 au 31 mars, tous les gardes indignes (y compris 54 !) et leur adjudant dsertent, avec leurs armes. Il faut essayer de les comprendre. Tous sont des annamites de la plaine. Ils s'loignent de plus en plus de leurs pays et de leurs familles. Ils n'aiment pas les montagnards qui le leur rendent bien. Ils ont dsert pour rentrer chez eux. Nous restons donc avec monsieur Gamier, l'adjudant-chef Martin, les sergents Pacotte et Jonhaut, 82 et 61. Les tirailleurs ont leur mousqueton, Gamier, Martin, les sergents et moi avons des revolvers. Pacotte a, en plus, un VB.

Attaque des Pirates. Le 31 mars, vers 11 h 00 : nous sommes attaqus par des pirates chinois. Ds le matin, nous nous sommes tous regroups dans et autour de la grande maison. Les trois Thos du hameau ont fait partir leurs femmes et leurs enfants dans la nature. Un des villageois accepte d'essayer de rejoindre le PC de Meistermann Ma-Kung, pour le prvenir et demander du secours. (A cinq heures de marche, son pas rapide). Dans la journe, les pirates sont relativement peu agressifs, embusqus dans les petits bois autour du village, tiraillant de temps en temps. Nanmoins, un moment, vers 15 h 00, un groupe sort du ct o Martin et moi sommes en poste de garde et nous tire dessus. Nous ripostons avec un bel ensemble et nous faisons mouche tous les deux (J'ai de la chance: mon mari m'a bien et rgulirement entrane tirer au 7.65). Les pirates n'insistent pas et se retirent en tranant les corps (blesss ou morts ?). Ils savent que, la nuit tombe, ils seront les plus forts. Les heures s'coulent bien lentement. Nous tentons d'organiser, aux approches de la maison, quelques pitoyables dfenses (vieilles touques de bois relies par des cordes, lancettes de bambou la pointe acre, plantes dans le sol, en biais, la pointe tourne vers l'extrieur, cordes tendues sur des piquets diffrentes hauteurs). C'est drisoire, mais cela occupe tout le monde et rend l'attente un peu moins angoissante. La nuit tombe, nous nous barricadons dans la maison. Elle est solide. La porte en bois est paisse et on la bloque avec un tronc d'arbre. Les ouvertures vers l'extrieur sont trs troites, presque des meurtrires. Mais hlas, l'arrire de la maison est adoss au flanc de la montagne (comme toutes les maisons du pays) et on peut facilement sauter sur le toit. L'attente commence,

dans le noir, avec seulement deux minuscules veilleuses graisse. Vers 21 h 00, des tambours commencent battre, on tire des coups de feu, les pirates hurlent. Cela se rapproche peu peu. Gamier, Martin, Jonhaut et les tirailleurs sont posts aux ouvertures et la porte. Pacotte et moi sommes chargs de la surveillance du toit. Les trois autres femmes, la nourrice et les enfants sont parqus dans la pice centrale, sans fentre, qui parait la moins vulnrable. Les malheureuses tremblent de peur. Je ne suis pas l'aise non plus. Monique, toujours courageuse (elle aura t formidable pendant toute l'aventure), me demande ce qu'elle peut faire pour aider (pauvre chou, pas sept ans et demi). Je lui dis : fais ta prire. Agns et elle se mettent genoux dans un coin et commencent prier. J'en ai les larmes aux yeux. Vers 22 h 00, les pirates cernent la maison en tirant sur les murs et ouvertures. Les veilleurs ripostent avec parcimonie pour mnager les munitions. Puis nous commenons entendre des bruits sur le toit. Ils commencent faire un trou dans le chaume. Pacotte et moi, nous nous postons dessous sans bouger. Et quand, le trou agrandi, nous sentons un mouvement, nous tirons. Il y a certainement un bless car nous entendons des gmissements. Les types se retirent. Cela nous donne un petit rpit. Puis on les entend revenir sur le toit et ils commencent faire des trous trois endroits diffrents. Nous appelons Martin la rescousse, mais nous pensons que nous n'en avons plus pour longtemps. Que va-t-il se passer ? Que feront-ils aux petites filles, aux bbs ? Et nous ? Je suis terrifie. Soudain, comme dans un western au cinma (et maintenant je peux voir n'importe quel film d'aventures o les bons arrivent in extremis, j'y crois), 82 crie qu'il voit des lumires au loin. Le montagnard, parti Ma-Kung, le matin, arrive en criant : "les Franais arrivent, les Franais arrivent" (traduit par 82). On entend des coups de feu, des rafales de fusil-mitrailleur, des encouragements en franais. Dbandade des pirates. Nous dbarricadons la porte et nous voyons Meistermann, le pre Billault, le lieutenant du Perron et un dtachement de marins franais (vads de Haphong, puis de Tien-Yen et rcuprs par Meistermann. Ils ont fait trente kilomtres en cinq heures dont au moins trois heures de nuit, pratiquement au pas de course et par quelles pistes! Ouf, il tait temps ! Nous pleurons, nous rions. Tout le monde s'embrasse. On les fait manger avec tout ce qui reste et on peut enfin dormir en paix.

Repos la mission. Le lendemain, 1er avril, jour de Pques tout le monde repart pour la mission catholique de Ma-Kung. PC du capitaine Meistermann et du pre Billault. Mission catholique ? En pleine montagne? En 1910 l'vque de Naning devant fuir les perscutions, avait d se rfugier dans la montagne avec ses ouailles et s'y installer pour un certes temps. Ils avaient construit, au lieu dit Ma-Kung, une solide, construction fortifie, en pierres sches : murs d'enceinte trs pais avec une petite tour de guet aux quatre angles. Portail solide, trs pais. l'intrieur des granges et un btiment d'habitation comportant plusieurs pices, dont une chapelle, des resserves et un grenier. Le tout trs costaud. En 1943, le pre Billault, fuyant l'invasion japonaise avait d quitter Naning et tait venu se rfugier l avec les soeurs canadiennes et les novices de sa mission. Le capitaine Meistermann avait tabli son PC dans deux cabanes voisines. C'tait l qu'on nous ramenait. Nous n'avons plus de coolies. Les marins, gentiment, prennent chacun un peu de nos pauvres bagages. Deux d'entre eux se chargent des bbs. Je porte Monique sur mon dos et quand la pente est trop dure monter, je la tire ; j'ai confectionn une sorte de harnais avec une serviette ponge dont j'ai fix les deux bouts deux bambous. Elle s'appuie dans cette sangle que forme la serviette, se tient aux bambous dont je prends les deux bouts libres et je la trane. Aprs huit heures de marche (nous allons moins vite que les montagnards ou les marins) nous arrivons la mission de Ma-Kung o nous sommes accueillis par sur Sainte Bibiane et une novice (la Suprieure, une

autre soeur et les autres novices sont, sur un autre versant, dans une maison qui peut, au besoin servir de repli). Curieuse impression de trouver, en pleine montagne, une soeur, en costume avec coiffe empese, plastron blanc impeccable ! Comment fait-elle ? Elle m'expliquera, par la suite, que l'eau de lavage et l'eau de cuisson du riz donnent, un amidon excellent. C'est trs rconfortant de retrouver une tenue civilise. Petite anecdote : dans le dtachement de marins, un matelot n'a pour s'habiller, qu'une culotte de cheval pont, mais le pont manque, et comme il n'a plus de caleon (leurs vtements leur ont t vols lors d'une attaque de nuit par des pirates), il est plutt gn d'avoir escorter des femmes et se cache du mieux qu'il peut. Il essaye bien de mettre un bout de chiffon, mais il est trop petit et ne tient pas. Je suis riche : j'ai deux pantalons ! Je lui donne le plus beau en flanelle grise. Il est ravi. Plusieurs mois plus tard, je le retrouve au cercle sportif de Saigon. D'un bout l'autre du grand bar, il crie pleine voix: "Madame Fourcade, Madame Fourcade, j'ai toujours votre pantalon". Succs garanti. Tte des personnes prsentes d'autant plus que je suis en uniforme de lieutenant ! Repos la mission. Heureusement, car le rationnement devient trs dur. Nous avons faim. Mais il est bon de sentir un toit solide sur sa tte et de dormir dans une vraie maison, si rustique fut-elle. Le capitaine Meistermann revient avec un dtachement chapp de Lang-Son et de la rgion. Ils nous racontent ce qu'ils savent des massacres de Lang-Son et des postes environnants. C'est effroyable ! J'apprends ainsi la mort de notre ami, le commandant Bory, commandant le fort Brire de l'Isle. Les jambes fracasses par une rafale de fusil mitrailleur, il est amen, sur un brancard, sur le, glacis du fort, pour assister dans les fosss l'excution de ses hommes. Quand c'est termin, on le bascule du haut du glacis et un Japonais l'abat d'une balle dans la nuque. Sa femme attendait un bb ! La vie continue, tranquille pour quelques jours. Un montagnard nous ramne un cochon que nous baptisons Gertrude (c'est une dame !). Elle est douce, s'apprivoise vite et vient familirement se faire gratter le ventre avec volupt. On nous ramne galement du sel et des gteaux faits avec une espce de son, gteaux qui nous paraissent dlicieux car ils sont sucrs, mais qui ne tardent pas nous donner tous de terribles brlures d'estomac. Il faut en arrter la avoir trs faim et, un beau jour, il faut se dcider tuer Gertrude. Avec ses poils et des manches en bambou, je fais des brosses dents pour les hommes (c'est la novice qui me l'a appris). Je fais aussi des boutons en bambou en faisant des trous avec un fil de fer rougi au feu. Madame du Perron m'aide. Les deux autres femmes ont trop faire avec les bbs. Les 10 boutons sont les bienvenus pour faire tenir les vtements des hommes, en piteux tat. Nous rparons comme nous pouvons. Heureusement, j'ai du fil et des aiguilles. Une nuit : alerte. Les Japonais nous cherchent. Nous partons prcipitamment dans la nature. Mais le dtachement est volontairement gar par le guide montagnard (qu'ils ont d prendre) et passe deux ou trois kilomtres de la mission sans souponner son existence. Il en sera ainsi chaque fois que les Japonais tenteront de venir nous prendre. Les montagnards ne les aiment pas. Puis, un jour, on nous annonce un parachutage pour le lendemain. Le 16 avril: tout le monde est en alerte depuis le dbut de la matine. On guette tous les bruits. Enfin, 14 h 00, ce sont eux! Arrivent deux chasseurs et un transport. Un premier passage pour reconnatre les lieux et reprer les feux que nous avons allums. Nous sommes tous sur le terrain! Trois passages pour parachuter et, enfin, un quatrime pour nous dire au revoir. On se sent moins perdu. On ramne les colis la mission. C'est l'abondance : des armes, des munitions, de l'argent, des jambons d'lan (dlicieux), du riz, du lait en poudre, des conserves, du sucre, du chocolat, des mdicaments, des cigarettes (fini les racines de tabac, cdes par les Thos, que nous hachons au couteau pour les hommes.) Le soir, on fait un festin, tous runis. C'est une vritable fte.

Errances dans la montagne. Le 19 avril : bien reposes, nous repartons ; toujours escortes par nos marins fidles, pour Louk-Sa, car nous sommes dj restes trop longtemps la mission. Ce n'est pas prudent. Avant le dpart, j'ai eu le temps de couper dans les parachutes en coton des chemisettes, des slips et dans les tombes, des mouchoirs pour nos marins qui sont vraiment trs dmunis. Nous cousons tout cela la hte, aides par la soeur et la novice. Il commence faire plus chaud et, bientt, des chemisettes lgres ne seront pas inutiles. Et notre errance recommence. Un jour de repos dans un hameau, puis re-dpart pour un ou deux jours. De nouveau, une halte. Tantt vingt kilomtres, quinze kilomtres, parfois trente kilomtres par jour. Nous tournons un peu en rond, pour ne pas rester au mme endroit. Pendant les jours de repos, je continue la couture. Je fais mme un short dans un morceau de toile voile, trsor d'un marin, qui n'a plus qu'un pantalon en lambeaux. Coudre la main de la toile voile, de faon solide et correcte, ne se rvle pas trs facile. De temps en temps, on signale des pirates dans la rgion ou des Japonais qui tenteraient de pntrer dans la montagne, mais, fort heureusement, il ne se passe rien. Nanmoins, on est toujours sur le qui-vive. Pendant ces quelques jours d'incertitude, Meistermann prend contact avec mon mari qui est arriv depuis plusieurs jours, Fung-Sen, petite ville chinoise du Kouang-Toung au bord d'une rivire. Les femmes et les enfants de Tien-Yen qu'il a rcuprs ont pu tre vacus par un avion amphibie se posant sur la rivire. Il faut donc arriver rejoindre le point dont nous sommes trs loignes. Nos marins auraient bien besoin d'tre soigns; certains commencent faire du bri bri, d'autres de la dysenterie ou ont des maux d'estomac. Heureusement, les femmes et les enfants vont peu prs bien et la nourrice a toujours du lait. Enfin, le 5 mai : c'est le grand dpart. Nous quittons Louk-Sa o nous sommes revenues, une fois de plus. Comme escorte, nos marins bien sr. Puis le capitaine Meistermann, le lieutenant Michel, le pre Billault et quelques hommes venus de Ma-King, tous arms jusqu'aux dents (sauf le pre bien entendu). Cette fois-ci, nous avons, enfin, nouveau des coolies et je n'ai plus porter ou traner notre fille. Nous franchissons nouveau le col de la Tarrare. Le temps y est toujours aussi mauvais ! Quelques coups de feu, mais notre escorte riposte rigoureusement et les pirates n'insistent pas. Aprs une marche de dix heures, nous arrivons Pak-Lam, sur un plateau, avant les derniers contreforts sur le Kouang-Toung et nous trouvons l l'escorte envoye par mon mari pour prendre la relve de l'quipe Meistermann. Les marins resteront avec nous jusqu'au bout. Le 6 mai : le pre Billault, Meistermann et ses hommes repartent dans la montagne vers Ma-Kung. Nous leur faisons des adieux trs mus car ils nous ont sauves, (le capitaine Meistermann sera tu en aot, sur la frontire en tentant de sauver encore des Franais). Nous partons, de notre ct, vers 7 h 30. Le terrain est moins abrupt, mais nous devons franchir, toujours gu, plusieurs rivires pas toujours faciles. Tout le monde est trs fatigu. Le quartier-matre Latard se trane et veut se coucher sur le bord de la route (son coeur flanche !). Ses camarades puiss eux-mmes, prennent son arme et son paquetage. Je l'attrape par la taille et le trane en l'eng....ant comme du poisson pourri pour le secouer et ragir (quand je l'ai revu, chez ses parents, Paris, il en riait de bon coeur. (Quant ses parents, s'ils avaient pu, ils m'auraient donn la lune). Clopin-clopant nous arrivons bons derniers Ta-Men, mais nous arrivons. C'est l'essentiel. Le 7 mai : nous repartons 7 h 00. On a rquisitionn quatre chaises porteurs pour les femmes et les enfants. Comme je peux encore trs bien marcher, je laisse ma chaise Latard, charge, pour lui, de la partager avec Monique. Simone du Perron souffre fortement d'une jambe. Vers 17 h 00, nous arrivons Na-Sau, petite ville du genre mdival. En approchant, sur la dernire pente qui domine la ville, intense motion: nous voyons flotter un drapeau franais. notre

approche, les Franais en uniforme sortent de la ville pour nous accueillir, au son du clairon. Eh bien, comme des idiotes, nous nous mettons pleurer de joie et nos marins ont les larmes aux yeux. Nous retrouvons l des officiers et des hommes du bataillon que nous connaissons bien. C'est la joie! Et, de chez un vieux chinois, avec un tlphone antdiluvien, je peux parler mon poux. Je suis un peu enrou...! Nous commenons retrouver la civilisation. Le 8 mai : nous quittons Na-Sau vers 7 h 30. Etape facile. Chaises pour les femmes et chevaux pour les hommes et moi. Je me remets en selle avec une grande satisfaction. Aprs la halte djeuner dans une auberge : une excellente soupe (enfin fini la boule de riz !), nous embarquons tous dans de grands sampans pour descendre la rivire jusqu' Fung-Sen. En route, une note comique : les marins manquent de chavirer avec leur sampan ! l'arrive Fung-Sen, mon mari nous attend sur l'appontement avec des tas de types du bataillon. Je m'attends retrouver un mari un peu mu (je le suis moi-mme fortement) car, par moments, nous nous sommes bien demands si nous nous retrouverions un jour! ma grande stupfaction, il se tord de rire. Je suis un peu vexe ! Quand nous serons seuls, il m'expliquera la raison de ce fou rire. Derrire lui, il y avait un vieil adjudant qui venait souvent la maison, Moncay, car il avait laiss, en France, une fille de l'ge de Monique. Il a la larme l'oeil en nous voyant arriver et dit mon mari quand mme, mon capitaine, il n'y a pas dire, faire toute cette route pied ! Madame Fourcade, c'est une bonne pdraste ! Je continue tre trs fire de ce compliment ! Fung-Sen, qui est une vraie petite ville avec lectricit, magasins (pas luxueux bien sr, mais magasins quand mme), bicyclettes, petits restaurants, nous retrouvons le capitaine de vaisseau Blanchard, le commissaire de Grasset, un fort dtachement de troupes (amalgame du bataillon de Tien-Yen et de celui de Moncay), mais, hlas, aussi des blesss dont l'enseigne de vaisseau Tardy (cuisse fracasse), l'adjudant-chef Pques (poumon perfor) et bien d'autres. Le mdecin capitaine Bouillerce, de Moncay, les soigne avec beaucoup de comptence et de dvouement. Ds que je suies repose, mon mari m'emmne les voir. Ils paraissent heureux de ma visite, et me demandent de revenir le plus souvent possible, ce que je m'empresse de faire. Nos pauvres marins vont pouvoir tre examins et soigns. Nous pensons que nos aventures sont termines. Il n'y a plus qu' attendre l'avion. Nous jouissons du luxe trs relatif de la ville, luxe qui nous parait somptueux : coucher dans une maison en dur, sur une bonne natte, se laver, en toute tranquillit, dans un local bien ferm, faire marcher un commutateur lectrique, dormir sans craindre une alerte, se sentir protge. Les bbs peuvent avoir un vrai bain, leurs couches sont laves, enfin, trs bien, et non pas la va-vite, le soir, l'tape. Nous pouvons circuler en ville, acheter une babiole, aller manger une soupe chinoise au restaurant. Tout cela nous parat somptueux et nous ne sommes pas particulirement presses de voir arriver l'avion. Mais hlas!, cette belle tranquillit ne va pas durer.

En sampan, au fil de l'eau. Le dimanche 13 mai, il y a une trs belle messe dite par le pre venu d'une mission quelques dizaines de kilomtres. Messe trs mouvante avec tous les blesss sur des brancards et toute la troupe. midi, nous sommes en train de djeuner la "popote" quand on signale que les Japonais approchent de la ville. Branle-bas gnral, Une fois de plus, on plie bagage en vitesse. Le gros des troupes et les marins valides repartent dans les cent mille monts. On se spare, le coeur serr! Ils ont t si chics et si dvous.

Le capitaine de vaisseau Commerity dcide de rejoindre le Crayssac et le Frezouls, qui croisent au large de l'embouchure de la rivire, en emmenant quelques officiers, quelques hommes, les blesss et les malades, les femmes et les enfants. Le Crayssac et le Frezouls sont des vedettes des douanes rquisitionnes au dbut de la guerre par la Marine nationale, vingt-deux mtres de long; en temps de paix, six hommes d'quipage; en temps de guerre, douze hommes commands par un enseigne de vaisseau. Quand nous les aurons rallis, nous nous trouverons quarante-huit bord de chacun, dont des blesss couchs. Vous ralisez l'entassement ! Embarquement sur plusieurs sampans. Le commandant Commentry est sur le premier sampan avec mon mari qu'il a pris comme adjoint et le lieutenant de vaisseau Blanchard. Suivent plusieurs sampans sur lesquels sont rpartis, Madame Gamier, Madame Rgnier, Madame du Perron, les malades, les blesss, le commissaire de Grasset, le lieutenant Emmanuelli. Nous fermons la marche dans un dernier sampan, trs petit, sur lequel on n'a pu embarquer que l'enseigne de vaisseau Tardy sur un brancard, notre fille et moi, et toujours le fidle 82 ; 82 a gard son mousqueton, Tardy et moi des revolvers. Quand nous embarquons, les derniers, les faubourgs, l'autre bout de la ville, sont en flammes. La descente de la rivire n'est pas facile. Notre sampan est lent et, peu peu, nous sommes distancs. Il est difficile aux autres de nous attendre. Peu peu, la nuit tombe. Nous sommes seuls. Angoisse. Arriverons-nous retrouver les deux bateaux ? La mer est grande et les bateaux sont bien petits. Enfin, vers 21 h 00, nous apercevons au loin les feux du Frezouls et du Crayssac. Nous embarquons sur le Frezouls o sont dj Commentry, Blanchard, mon mari, un vieil ami - l'enseigne de vaisseau Mas qui commande le btiment - et madame du Perron. L'embarquement de Tardy est difficile cause du fort courant de la mare descendante. Il manque d'tre prcipit l'eau et crie comme un putois. bord, nous sommes, videmment, trs entasss mais personne ne songe se plaindre. Le 21 mai, Monique s'ouvre la lvre jusqu'au nez en tombant sur le rtelier d'armes qui est au bas de l'chelle amenant au carr. Bien sr pas de mdecin. Je fouille la caisse d'infirmerie du bord. Par chance pour notre fille, il n'y a ni aiguilles, ni crins pour suturer la plaie. Sans cela, j'aurais tent de la recoudre et cela n'aurait pas t brillant. Je pile du dagnan dans la plaie (c'est tout ce que j'ai), on voit toute la mchoire. Je recolle au mieux avec du sparadrap. La pauvre gosse a le visage trs enfl, un vrai mufle. Je ne peux la nourrir qu'avec de l'eau sucre, un peu de bouillie de riz, de la banane en pure, le tout gliss peu peu entre les lvres. Heureusement, elle ragit vite et bien ; huit jours aprs, elle n'a plus qu'une cicatrice qui disparatra peu peu. Elle ne sera pas dfigure. Mais quelle peur ! Nous passons quatorze jours sur le Frezouls. Les deux bateaux font des ronds dans l'eau entre Pak-Ho et la baie du Sud. La chaleur est arrive et on se baigne le long du bord avec dlice. la baie du Sud, on descend terre; il y a une source qui nous permet de nous laver l'eau douce et de faire de bons shampooings car nous avons toutes des poux tenaces, souvenir de nos amis Thos ! Le 27 mai, dimanche de Pentecte, arrive un Catalina amphibie avec monsieur Sainteny qui commande la mission militaire de Kun-Ming. Les femmes, les enfants, les blesss sont embarqus en hte (les adieux sont brefs) pour viter d'tre reprs par l'aviation japonaise. Deux heures aprs, nous sommes Kun-Ming. Une camionnette nous amne la Mission 5 o nous sommes admirablement accueillies : les blesss et les malades ont t dirigs vers les hpitaux amricains. On nous bourre de fromage, de confiture, de beurre et de pain de bl, toutes choses que nous avions oublies depuis bien longtemps. Puis on nous emmne l'hpital Franais (il y a toujours eu un hpital franais Kun-Ming) o l'on nous installe dans de vraies chambres avec ... des salles de bains !

Nous retrouvons l des mdecins franais qui nous examinent sur toutes les coutures et ne nous trouvent pas en trop mauvais tat, dans l'ensemble. Quelques fortifiants vont nous retaper compltement. Notre grande aventure est termine et nos chemins vont se sparer. Madame Rgnier restera en Chine. Madame Gamier, madame du Perron et notre fille seront rapatries sur la France. Je m'engagerai aux Indes la Mission Coloniale Franaise pour rejoindre Saigon au dbut d'octobre 1945. Madame Fourcade dit Youyou

Mais ses activits ne sont pas pour autant termines, elle suit son poux mut nouveau en Indochine. Toujours dsireuse de servir, elle devient journaliste l'agence France-presse de 1953 1954 et couvre ainsi les oprations de l'poque avec, entre autre, trois priples sur DienBien-Phu. Retour de la famille Fourcade en France en mai 1954, mais c'est trs vite l'Algrie o notre infatigable trouve le moyen de s'occuper d'actions sociales au sein du rgiment de sont mari alors colonel commandant le 8 RPC. Nous sommes en 1956. En 1959 c'est enfin le retour au calme mais un calme relatif, connaissant madame Fourcade nous sommes bien persuad qu'elle n'en est pas reste l. Elle n'a pas voulu tout nous dire mais cela est une autre histoire.