Wagner / Lutoslawski / Schubert · PDF file 2015. 9. 15. · Programme Wagner /...

Click here to load reader

  • date post

    20-Oct-2020
  • Category

    Documents

  • view

    4
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Wagner / Lutoslawski / Schubert · PDF file 2015. 9. 15. · Programme Wagner /...

  • Julius Schmidt (1854-1935) – Schubertiade (1897)

    Tous droits réservés, diffusion limitée et gratuite à l’usage pédagogique

    Wagner / Lutoslawski / Schubert David Afkham David Afkham David Afkham David Afkham direction

    Orchestre national Montpellier Languedoc Roussillon

    Vendredi 16 NovemVendredi 16 NovemVendredi 16 NovemVendredi 16 Novembre 20hbre 20hbre 20hbre 20h Concert découverte famille : Samedi 17 Novembre 17hSamedi 17 Novembre 17hSamedi 17 Novembre 17hSamedi 17 Novembre 17h

    Opéra Comédie Durée : 1h45 environ avec entracte

    Cahier pédagogiqueCahier pédagogiqueCahier pédagogiqueCahier pédagogique Saison 2012-2013 Réalisé par Liane Limon Service Jeune Public et Actions Culturelles - 04 67 600 281 - www.opera-orchestre-montpellier.fr

  • ProgrammeProgrammeProgrammeProgramme

    Wagner / Lutoslawski / SchubertWagner / Lutoslawski / SchubertWagner / Lutoslawski / SchubertWagner / Lutoslawski / Schubert

    Richard WagnerRichard WagnerRichard WagnerRichard Wagner Siegfried Idyll, WWV 103 Witld LutoslawskiWitld LutoslawskiWitld LutoslawskiWitld Lutoslawski Trauermusik pour orchestre à cordes (à la mémoire de Bartók) Franz SFranz SFranz SFranz Schubertchubertchubertchubert Symphonie n°9 en ut Majeur « La Grande » D.944 David AfkhamDavid AfkhamDavid AfkhamDavid Afkham direction

    Orchestre national Montpellier Languedoc-Roussillon

  • Siegfried IdyllSiegfried IdyllSiegfried IdyllSiegfried Idyll, WWV 103 de Richard Wagner, WWV 103 de Richard Wagner, WWV 103 de Richard Wagner, WWV 103 de Richard Wagner Wagner a composé cette œuvre dans le calme de sa retraite de Tribschen, près de Lucerne où il s’était réfugié depuis 1866, fuyant les intrigues de la Cour de Bavière. C’est dans une ambiance de sérénité et de bonheur, retiré du monde, que Wagner composa cette idylle à l’origine pour sa seconde femme Cosima, à l’occasion de la naissance de leur fils Siegfried. Pour la première fois, en raison de difficultés financières, Wagner et son épouse avaient décidé de ne pas s’offrir de présents à Noël, il contourna l’obstacle en lui faisant don de l’Idyll. Elle fut jouée pour la première fois le 25 décembre 1870, pour la fête d’anniversaire de Cosima, par un ensemble d’une quinzaine de musiciens dans la villa des Wagner à Tribschen. Wagner intitula l’œuvre « Hommage d’anniversaire symphonique », souvent il la nommait Tribschen-Idyll (musique d’escalier). Le titre de Siegfried-Idyll date de la première véritable exécution publique de l’œuvre à Meiningen le 10 mars 1877.

    Après cette date, Wagner l’arrangea pour orchestre symphonique afin de la jouer en public. Il reprend un mouvement de son quatuor en mi majeur en changeant le rythme du second thème en valse, le tout agrémenté de plusieurs motifs, extraits de Siegfried, drame musical du même nom, sur lequel Wagner travaillait depuis plusieurs années. Orchestration

    1 Flûte1 Flûte1 Flûte1 Flûte 1 Hautbois1 Hautbois1 Hautbois1 Hautbois 2 Clarinet2 Clarinet2 Clarinet2 Clarinettestestestes 1 Basson1 Basson1 Basson1 Basson 2 Cors2 Cors2 Cors2 Cors

    1 Trompette1 Trompette1 Trompette1 Trompette ViolonViolonViolonViolon 1111 Violon 2Violon 2Violon 2Violon 2 AltoAltoAltoAlto

    VioloncelleVioloncelleVioloncelleVioloncelle ContrebasseContrebasseContrebasseContrebasse

    Pour l’effectif symphonique, les pupitres de cordes sont doublés. Forme1 La section d’ouverture confiée au quatuor à cordes est assez développée, on y retrouve entre autres, le thème ascendant de l’ « Immortelle bien-aimée » extrait de Siegfried :

    1 Guide de la musique symphonique, ed. Fayard

  • Puis à la flûte on entend le thème du « Sommeil de Brünnhilde » repris ensuite par les bois et se mêlant au thème précédent.

    Le hautbois murmure la berceuse, composée d’un thème populaire et d’un motif plus lyrique et tendre. L’accompagnement des cordes divisées, sautillantes évoque des images de comptine.

    Tous ces éléments s’entremêlent jusqu’au thème du « Trésor du monde » (chanté par Brünnhilde dans Siegfried) triomphant et conquérant.

  • Il est interrompu par des appels de l’Oiseau cités par les cors et à la clarinette puis la flûte :

    Le thème du « Trésor du monde » revient encore plus guerrier, avant l’élan de tendresse final :

    Un long et doux final reprend les thèmes de l’œuvre avant de terminer sur une tenue pianissimo et sereine.

  • Richard WagnerRichard WagnerRichard WagnerRichard Wagner Wilhelm Richard WagnerWilhelm Richard WagnerWilhelm Richard WagnerWilhelm Richard Wagner occupe une place importante dans l'histoire de la musique occidentale par l'intermédiaire de ses opéras qui bousculent délibérément les habitudes de l'époque pour aller, selon ses propres termes, vers un « art total » : spectacle complet, mélodie continue et emploi du leitmotiv. Sa vie bohème et fantasque lui fait endosser de multiples habits : révolutionnaire sans le sou, fugitif traqué par la police, homme à femmes, confident intime du roi Louis II de Bavière, critique et analyste musical, son comportement et ses œuvres ne laissent personne indifférent. Ses conceptions artistiques avant-gardistes ont eu une influence déterminante dans l'évolution de la musique dès le milieu de sa vie. Richard Wagner est né à Leipzig le 22 mai 1813. Son père meurt six mois après sa naissance. Au mois d'août de l'année 1814, sa mère épouse l'acteur Ludwig Geyer. Il nourrit d'abord l'ambition de devenir dramaturge, puis vers l'âge de quinze ans, il découvre la musique qu'il décide d'étudier en s'inscrivant à l'université de Leipzig en 1831. Parmi les compositeurs qui exercent sur lui une influence notable, on peut citer Carl Maria von Weber, Ludwig van Beethoven et Franz Liszt. En 1834, Wagner achève l'un de ses premiers opéras, Les Fées. Cette œuvre ne sera pas jouée avant plus d'un demi-siècle, en 1888. À la même époque, Wagner réussit à décrocher un poste de directeur musical à l'opéra de Wurzbourg puis à celui de Magdebourg, ce qui le sort de quelques ennuis pécuniaires. La même année, Wagner épouse l'actrice Minna Planer. Le couple emménage alors à Königsberg puis à Rīga, où Wagner occupe le poste de directeur musical. Avant même 1839, le couple est criblé de dettes et doit fuir Riga pour échapper aux créanciers, ils passent quelques années à Paris où Wagner gagne sa vie en réorchestrant les opéras d'autres compositeurs. En 1942, il retourne en Allemagne avec Minna à Dresde, où il rencontre un succès considérable. Pendant six ans, Wagner exerce avec brio le métier de chef d'orchestre du grand théâtre de la ville et compose et met en scène ses premiers chefs-d'œuvre (Tannhäuser, le Vaisseau fantôme…). Pour des raisons politiques, Wagner est forcé de fuir, d’abord à Paris puis à Zurich. C'est en exil que Wagner passe les douze années suivantes évoluant dans une situation très précaire, à l'écart du monde musical allemand, sans revenu et avec peu d'espoir de pouvoir faire représenter les œuvres qu'il compose. Pendant les premières années qu'il passe à Zurich, Wagner produit des essais. Durant ces années, deux sources d’inspiration l’ont influencé en particulier pour la composition de Tristan et Isolde. La philosophie de Schopenhauer, axée sur une vision pessimiste de la condition humaine, est très vite adoptée par Wagner et de nombreux aspects de cette doctrine transparaîtront dans ses livrets. La seconde source d’inspiration est le poète et écrivain, Mathilde Wesendonck, femme du riche commerçant Otto von Wesendonck. Suite à un amour impossible avec le poète, Wagner entame la composition de son opéra. Cette œuvre, issue donc d’une crise déclenchée par cet amour impossible, correspond à la perfection au modèle romantique d’une création inspirée par des sentiments contrariés. Lorsqu’il peut enfin retourner en Allemagne, Wagner s’installe à Biebrich, où il commence à travailler sur Les Maîtres Chanteurs de Nuremberg. Cet opéra est de loin son œuvre la plus joyeuse. La carrière de Wagner prend un virage spectaculaire en 1864, lorsque le roi Louis II accède au trône de Bavière, à l'âge de 18 ans. Le jeune roi, qui admire les opéras de Wagner depuis son enfance, décide en effet de faire venir le compositeur à Munich. Il règle ses dettes considérables et s'arrange pour que son nouvel opéra, Tristan et Isolde, puisse être monté. Malgré les énormes difficultés rencontrées lors des répétitions, la première a lieu le 10 juin 1865 et rencontre un succès retentissant. Wagner se trouve ensuite mêlé à un scandale du fait de sa liaison avec Cosima von Bülow, femme de Hans von Bülow, un fervent partisan de Wagner. Cosima est la fille de Franz Liszt et de la comtesse Marie d'Agoult. En avril 1965, elle donne naissance à une fille prénommée Isolde. La nouvelle s'ébruite rapidement et scandalise tout Munich. Pour ne rien arranger, Wagner tombe en disgrâce auprès des membres de la Cour qui le soupçonnent d'influencer le jeune roi. En décembre 1865, Louis II est contraint de demander au compositeur de quitter Munich. Wagner part s'installer à Tribschen, près de Lucerne, sur les bords du lac des Quatre-Cantons. En octobre, Cosima convainc finalement son mari de divorcer. Le 25 août 1870, elle