Voyage en Bretagne exotique

download Voyage en Bretagne exotique

of 38

  • date post

    16-Mar-2016
  • Category

    Documents

  • view

    226
  • download

    1

Embed Size (px)

description

Bretagne exotique : paysages importés, quelle identité pour ces territoires façonnés par l'homme?

Transcript of Voyage en Bretagne exotique

  • Voyage en Bretagne exotique 1-3 Mars 2010

    AM

    IOT

    Ant

    onin

    3A

  • 2IntroductionLa Bretagne exotique, pnin-sule sculpte par le vent et la mare nous rvle des paysages nouveaux aux climats doux o la flore originaire dAfrique du Sud, dAustralie et dAmrique du Sud a su sexpatrier et si bien sadapter.

    Cest en arpentant les ctes du Finistre que nous avons dcouvert une multitude despces exotiques poussant ltat sauvage dans les parcs et les jardins de ce littoral bien spcifique.Ces 3 jours passs en Bretagne exotique ont t plus quun priple, mais un vritable dpay-sement.

    Notre dmarche a t de com-prendre comment et pourquoi ces espces exotiques se sont implantes dans cette partie du territoire breton. Cest travers la visite de divers jardins, du Conservatoire Botanique National de Brest ou dans le cadre dam-nagements publics lchelle dun territoire plus important (le de Batz) que nous avons dcouvert une gamme vgtale extrmement

    riche et diversifie lorigine de ces paysages maritimes exotiques en contradiction avec limage carte postale que lon se fait des paysages bretons.

    SommaireLa Bretagne exotiqueContexte gomorphologiqueContexte climatiqueDes espces patrimoniales

    Le Conservatoire Botanique National de Brest (CBNB)La structure, ses missions, son rleNotion de plantes menaces

    Exemples de plantes menaces et actions de conservation

    Le jardin de RoscoffPrsentation du jardinSituation, gologie, climatPlantes emblmatiques

    Lle de BatzLlePriple botanique de lle Lagriculture

    Le jardin de Kerdalo

    Bibliographie et sitographieConclusion

  • 3La bretagne exotique

    Pays des Abers, pointes Saint-Mathieu, le dOuessant, rades de Brest et de Douarnenez, presqule de Crozon, pointe du Raz...Extrmit du continent, le Finistre, la fin des terres battues par les temptes, prsente une cte d-coupe avec de nombreux contours, criques, plages et caps, sous-tendus par la grande diversit des roches du sous-sol et la prsence de failles importantes.

    Lhistoire gologique de la Bretagne est assez ancienne, elle a en effet plus de 2 millions dannes et possde encore aujourdhui de nombreux points non claircis. Il apparat en effet, au regard de son trac tourment stendant sur prs de 3000 km et reprsentant environ le tiers de nos faades ma-ritimes franaises, que le relief et le sol armoricain ne sont pas dune lecture gologique triviale.

    Secteurs ctiers = 5 domaines principaux :- Domnonen (Cotentin, Ctes dArmor, Lon)- Mancelien (Cotentin, Mont Saint Michel)- Centre Armoricain (Rade de Brest, Crozon, Douarnenez)- Anticlinal de Cornouaille (De la Pointe du Raz la Loire)- Ouest venden

    Brest

    le de Batz

    Roscoff

    Kerdalo

    Les formes varies quadoptent les ctes bretonnes sont dues deux facteurs principaux : lrosion et la sdimentation.

    De l rsultent 3 formes :

    Les formes en relief : Falaises et rcifs sont de 3 types-->Schisteuses : profil doux prsentant de nombreuses fissures permettant limplantation dune vgtation (cte du Lon au sud du Conquet).

    Contexte geomorphologique

  • 4-->Granito-gneissique : falaises escarpes et massives couvertes dune pelouse rase et prsentant une rupture leur base cre par les vagues. Parfois prolonges par des rcifs (Pointe Saint-Matthieu et Pointe du Raz).

    -->Grseuses : les plus massives et les plus rsistantes, au profil vertical (Cap Frhel et Presqule de Crozon), perces de grottes et pro-longes elles aussi par des rcifs. Lpaisseur du sol est insignifiante.Les formes en creux : Abers et baies

    -->Les baies occupent les dpressions dans les formations schisteuses (baie du Mont Saint-Michel, de Douarnenez et Rade de Brest). Le plus gros des sdiments dpos est constitu de sable et de vase sablosilteuse riche en calcaire (tangue).Les zones recouvertes par les ma-res constituent diffrents milieux et diffrents types de vgtation : le Schorre ou pr-sal, le polder ou encore la Slikke.

    -->Les Abers (rivires) sont des estuaires trs dvelopps deau sa-le entretenant une flore halophile,

    et subissant les mares. La mer pntre alors trs profondment dans le continent (lAber Wrach, lAber Ildut).

    Les formes daccumulation : Dunes, plages et cordons

    -->Les plages sont alimentes en sables et en galets soit par lac-cumulation de sables pendant les priodes de rgression des dunes proches. Soit par une alimentation plus locale par les eaux de ruissel-lement entranant des matriaux meubles vers le rivage ensuite tals par les courants de mares (accumulation de sable = plage de galets = cordons).

    -->Les cordons littoraux rsultent de la rpartition linaires des matriaux par les courants marins. Les cordons perpendiculaires au rivage sont des flches, si elles rejoignent le continent une le ce sont des Tombolos (Quiberon). Il existe une grande varit de cordons en Bretagne.

  • 5Contexte climatique La Bretagne est sans conteste un pays tourn vers la mer, elle est rsolument la rgion franaise pos-sdant la plus grande longueur de ctes : 2730 km. La mer a faonn la Bretagne et pntre par tous les pores de son territoire.

    Le climat doux et humide prsente de trs faibles amplitudes ther-miques, le gel y est rare, la neige peu importante et la luminosit leve. Cette douceur gnrale est due la proximit des eaux tides de lAtlantique.Lhumidit est bien videmment trs prsente sur le littoral breton, aussi bien dans latmosphre quen terme de pluviomtrie. Sur le littoral elle se matrialise le plus souvent sous forme de crachin (glizhenn) et est moins impor-tante que dans les terres.Le vent fait lui aussi partie des facteurs identitaires des paysages bretons. Bien plus violent sur la cte que dans les terres, il rsulte des perturbations venues de lAt-lantique ainsi que du phnomne de Brise de mer. Une vgtation trs particulire se soumet alors ces vents violents, elle subit ces mouvements constants, les embruns chargs de sel attaquent

    ses parties ariennes. Il ne se maintient alors quune gamme de vgtaux bien adapts par leurs formes, leurs structures et leur physiologie. Les plantes sup-rieures se font trs rares dans ces zones.

  • 6Basse elle nous offre son sol vaseux ou sableux et le bonheur dy pcher ce qui sy trouve, haute la beaut du paysage maritime prend toute sa dimension.Le phnomne des mares est un des lments majeurs caract-risant la cte bretonne, on vit en fonction delles, elles impriment un paysage et une vgtation bien particulires.Le caractre trs changeant du paysage maritime est d trois variations de mares. Un rythme biquotidien dit semi-diurne rgulier li aux mouvements de la lune, en rsulte deux mares basses et deux mares hautes par jour (2 cycles complets) dcales jours aprs jours. Un rythme variant sur une priode plus longue calqu sur les phases de la lune, les coefficients de mares aug-mentent en priode de pleine lune et peuvent parfois atteindre 120. Enfin un rythme saisonnier provo-quant des mares sensiblement diffrentes durant les priodes dquinoxes.Ce phnomne de mares influe de manire importante les peuple-ments littoraux, les mouvements

    constants de la mares crent un systme dtagement de vgta-tion. Nous pouvons distinguer trois tages principaux :

    Ltage supra-littoral :Se situe au niveau des pleines mers de vives-eau, (temps dimmersion suprieur 90 %). La vie marine y est pauvre et la vie terrestre sinstalle difficilement : quelques plantes fleurs comme le Crithme arrive pousser.

    Ltage mdio-littoral :Se situe entre le niveau des pleines mers et des basses mers. Ici les espces rsistent lmersion mais le retour de la mer leur est indispensable.

    Ltage infra-littoral : partir du niveau des basses mers encore agit par les mouvements de la mer, cet tage commence connatre une stabilisation des conditions cologiques permet-tant le dveloppement despces vgtales.

    Les marees

  • 7Des especes patrimoniales

    Nombre de plaNtes par commuNe(Source : Atlas de la flore du Finistre)

    Bleunio Penn-ar-Bed

    Le Finistre prsente une cologie, un climat et un contexte gomorphologique originaux lui permettant daccueillir une flore riche et diversifie de 1578 plantes dites suprieures ou vasculaires (excluant les mousses, les algues et les lichens).La premire raison de cette diver-sit est due au linaire exception-nel de littoral (1250 km de ctes, soit prs dun cinquime du littoral franais). Extrmement dcoup, pntrant largement lint-rieur des terres, il prsente une remarquable varit de paysages: ctes rocheuses, sables dunaires et vases sales sentremlent et accueillent de nombreuses espces diffrentes, dont certaines, telles le petit statice ou le narcisse des Glnans, sont uniques en France. Sur la cte, les embruns et les vents parfois violents conduisent les plantes adopter des formes originales marquant elles aussi fortement les paysages.Lintrieur du territoire garde gale-ment les traces dune histoire go-logique mouvemente. La prsence

    Narcissus triandrus L. subsp. capaxLe narcisse des Glnans//Protection nationale et europenne

    de reliefs marqus, soumis une forte pluviosit, permet linstalla-tion de nombreuses plantes dites atlantiques, ne se rencontrant en Bretagne que dans les massifs des Monts dArre ou des Montagnes noires et dans les bois et chaos ro-cheux humides du Centre Finistre.

    Comment se rpartissent les plantes sur le territoire du Finis-tre?Les communes du Finistre abritent en moyenne 328 espces diff-rentes. Mais plusieurs communes dpassent les 500, voire 600 espces sur leur territoire.Crozon est de loin la plus riche puisquelle accueille 752 plantes diffrentes. Cela est d au fait quune large part des milieux naturels finistriens y soit repr-sent. On retrouve cette diversit floristique sur toute la presqule de Crozon mais aussi autour de la rade de Brest.La richesse floristique de la com-mune de Brest, pourtant urbaine, peut tonner. On ou