VOCABULAIRES MONGOLS DES POLYGLOTTES Kara_Vocabulaires mongols des... · PDF file138...

Click here to load reader

  • date post

    08-Aug-2018
  • Category

    Documents

  • view

    238
  • download

    1

Embed Size (px)

Transcript of VOCABULAIRES MONGOLS DES POLYGLOTTES Kara_Vocabulaires mongols des... · PDF file138...

  • Acta Orientalia Academiae Scientiarum Hung. Volume 65 (2), 137221 (2012) DOI: 10.1556/AOrient.65.2012.2.2

    0001-6446 / $ 20.00 2012 Akadmiai Kiad, Budapest

    VOCABULAIRES MONGOLS DES POLYGLOTTES DE YEMEN*

    dchiffrs par LOUIS LIGETI

    et dits avec notes additionnelles par GYRGY KARA

    Indiana University, Bloomington, Indiana e-mail: gkara@indiana.edu

    Pendant son dernier voyage en Proche-Orient M. Tibor Halasi-Kun a fait une dcou-verte importante : il est tomb sur les vocabulaires polyglottes appartenant au riche hritage littraire des Rassoulides de Yemen. Le manuscrit comprenait pas moins de trois polyglottes : un pentaglotte, un ttraglotte et un triglotte. Dans tous ces vocabu-laires cest larabe qui rgit le reste. Chaque feuillet du manuscrit contient douze co-lonnes. Ce qui est assez insolite dans les manuscrits arabes, sur le recto les colonnes vont de gauche droit, et sur le verso, de droite gauche ; il sen suit que la premire colonne extrieure est occup toujours par larabe. Le premier et le second vocabulaires mrite une attention particulire car ils offrent des informations lexicales sur les langues peu attestes dans les documents arabes. Le vocabulaire pentaglotte nous offre les colonnes suivantes : arabe, persane, turque, grecque et armnienne. Sur chaque feuillet les cinq langues deux fois rptes ne font que dix colonnes. Les deux colonnes restes libre sur les douze sont combles par des mots arabes, interprts soit en mongol, soit en turc, ou encore en persan.

    * Cette tude fut crite par Louis Ligeti en 1987, la dernire anne de sa vie. Elle est presque

    complte, mais elle manque la dernire main de lauteur qui voulut la publier dans Acta Orientalia Hungarica (AOH). Voir aussi Halasi-Kun et al. (2000); Ho Kai-lung (2008). Les astrisques dans les entres des Vocabulaires indiquent une note, remarque, addition ou correction par lditeur. Les notes sur les entres du Ttraglotte forment une section spare aprs la Table des matires dans lordre alphabtique des mots traits, lexception de ceux qui restent dchiffrer et ne sont donns quen translittration. Ces derniers suivent dans une liste additionnelle. Les notes qui concernent les colonnes mongoles du Pentaglotte sont places la fin des entres auxquelles elles rapportent. Ma gratitude va, pour la rectification de lordre alphabtique des Addenda et de lIndex, ainsi que pour la correction de la Table des matires, et particulirement pour son soutien constant, Marta Kiripolsk, ma femme et collgue. GK

  • 138 LOUIS LIGETI GYRGY KARA

    Acta Orient. Hung. 65, 2012

    Le ttraglotte est consacr aux langues arabe, persane, turque et mongole. Lunit des quatre colonnes trois fois rptes puisent donc lespace dont disposait lauteur sans laisser des colonnes libres. Le texte copi sur le dernier feuillet est plus serr que le reste : il comprend six colonnes. Le vocabulaire triglotte est compos des colonnes rdiges en arabe, persan et turc ; le nombre des mots y recueillis est assez modeste. Tous ces vocabulaires ont t choisis et copis sur un ouvrage manuscrit com-prenant principalement des textes agraires : nous en ignorons actuellement et le titre, et lauteur. Les photocopies du manuscrit portent provisoirement la pagination ff. 1b11a et 01-02, respectivement. Daprs certaines informations les vocabulaires poly-glottes datent de la seconde moiti du XIVe sicle, plus exactement, les vocabulaires polyglottes de Yemen auraient t copis sur lordre du sultan rassoulide al-Malik al-Afdal al-Abbas, vers 1365 (Niewhner-Eberhard 1979). M. Tibor Halasi-Kun a dcid de publier sans dlai les matriaux lexicaux quil venait de dcouvrir. Il sest charg lui-mme dlaborer les vocabulaires turcs et persans qui, par ailleurs, forment le gros du travail. Pour le reste il sest assur lassis-tance des spcialistes : ldition du vocabulaire armnien a t confi M. Edmund Schtz, le vocabulaire grco-byzantin M. Peter Golden, quant au vocabulaire mon-gol, jai entrepris moi-mme de son dition. La parution du travail commun excut sous la direction de M. T. Halasi-Kun a cependant prouv un retard fcheux. Le voyage vis pour contrler le manuscrit original sur les lieux se heurtait des obstacles imprvus. Nous esprons cependant que ltude prsentant les rsultats de notre commun effort verra sous peu le jour. Ds le dbut il nous a paru dsirable que les vocabulaires armnien, byzantin et mongol, offrant des renseignements particulirement prcieux soient publis en outre en ditions monographiques. Cest dans ce bout que jai dcid de mettre la dispo-sition des mongolisants et des altastes ds maintenant tout ce que nous rapportent les Polyglottes de Yemen sur la langue mongole du XIVe sicle. Dans ce qui suit je discuterai sparment les lments mongols du Pentaglotte et ceux du Ttraglotte. Dans les deux cas je reproduirai dabord le texte mongol tel que le manuscrit le prsente : la prcision smantique est encore assure par les mots qui le prcdent et le suivent ; on ne peut se faire une ide juste sur la construction de louvrage quen tenant compte du texte complet. Ensuite, comme vocabulaire, range en ordre alphabtique, ils seront suivis de leurs correspondants mongols attests dans les autres sources mdivales et modernes. Pour prsenter les matriaux mongols il a paru utile dintervertir lordre primi-tif du manuscrit et dexaminer dabord le Ttraglotte et en second lieu le Pentaglotte, car le Ttraglotte offre un vocabulaire plus ou moins complet, en revanche le Penta-glotte ne fournit que des gloses mongoles isoles, choisies un peu au hasard. Le manuscrit contenant les Polyglottes de Yemen nest pas un autographe, mais il est le travail dun copiste peu attentif, avec des omissions et, plus rarement, avec des rptitions. Fidlement lusage de son temps, le copiste a omis souvent les points diacritiques, non seulement dans les mots arabes, facilement restitus par un lecteur arabe, mais encore dans les mots trangers. Cette insuffisance orthographique rend

  • VOCABULAIRES MONGOLS DES POLYGLOTTES DE YEMEN 139

    Acta Orient. Hung. 65, 2012

    difficile sinon impossible la restitution correcte des mots mongols dfigurs. Dans plusieurs cas nous avons d renoncer la lecture dfinitive de ces mots ; les cas dou-teux seront toutefois signals dans le texte, mais ils ne figureront pas dans le vocabu-laire alphabtique. Par surcrot la restitution des mots mongols, rests sans points dia-critiques, est aggrave plus dune fois par laltration graphique de certaines lettres arabes. Pour faciliter le contrle des graphmes altrs, nous signalerons, entre cro-chets, la forme offerte par le manuscrit et son mendation. Pour rendre les lettres arabes dfectueuses du manuscrit, nous avons choisi les signes suivants : x = en positions initiale et mdiale, n, t, b (p), y sans points ; # = q, f sans points [le texte dactylographi de larticle a originalement un signe compos de deux

    lettres x places lune sur lautre (x)] ; o = en position finale, n sans point ; = ain, ou ghain sans point. Les signes arabes (des voyelles) sont figurs : a = fata, y = kasra, w = amma, ,alif = w = wa, y = , .ya Dans les deux vocabulaires mongols de Yemen, mis en ordre alphabtique, nous tiendrons compte des matriaux lexicaux des vocabulaires mongols en criture arabe aujourdhui utilisables. Ce sont les suivants : 1Les deux vocabulaires fragmentaires du copiste anonyme de Leide : le voca-bulaire mongolpersan et le vocabulaire arabe-mongol, cits daprs le manuscrit de Leide. 2Vocabulaire arabemongol de Ibn Muhann, daprs un manuscrit de Cam-bridge et le manuscrit dIstanboul. 3Vocabulaire dIstanboul, dcouvert par M. T. Halasi-Kun, daprs ldition de lauteur de ces lignes. 4Vocabulaire mongol du Muqaddimat al-Adab, daprs ldition de N. Poppe. Dans la mesure du possible nous nous rfrons aux gloses mongoles fournies par Radud-Dn et par Qazwn (Quatremre 1836; Berezin 1861; 1868; 1888; Blochet 1916 ; traduction, notes, commentaires : Quatremre 1836; Stephenson 1926; Pelliot 1931; Raid-ed-din 1941; 1952a; 1952b; 1960; Boyle 1971).1 Les vocabulaires des auteurs musulmans reproduisent le mongol occidental, auquel remonte, sous une

    1 Ici-mme voir les rfrences linterprtation de N. Poppe, ainsi quau travail de Evliya

    elebi copi sur Qazwn. Sur le travail alors non-identifi de Ibn Muhann, voir Melioranskij (1904); Kilisli Rifat (19191921); Poppe (1927; 1928; 19381939); Borovkov (1962); Ligeti (1962; 1963). Cf. encore Doerfer, TMEN; Clauson, ED.

    x

    ,

  • 140 LOUIS LIGETI GYRGY KARA

    Acta Orient. Hung. 65, 2012

    forme fortement iranise, le moghol dAfghanistan de nos jours. Pour le moghol dAfghanistan nous tiendrons compte des matriaux offerts par Leech, Ramstedt, M. Weiers, par le ms. de Zirni et de Kundur. En outre nous nous rfrons au travail in-dit sur lenqute linguistique que nous avons faite en Afghanistan (en 19361937) (Ramstedt 1905; Ligeti 1954b; Weiers 1972; cf. encore Ligeti 1974d; Weiers 1975).2 A cette dernire source remontent les recoupements hazara, amak (certains dialectes persans et tadjik), invoqus propos des mots moghols. Pour saisir la diffrence qui spare le mongol occidental du mongol oriental du moyen ge, nous nous rfrons quelques vocabulaires sino-mongols de XIIIe et XIVe sicles ainsi quau mongol prclassique, aux documents mongols en criture phags-pa, enfin au mongol classique (Haenisch 1939; Ligeti 1964b; 1974c).3

    I Les colonnes mongoles du Ttraglotte

    Pour aborder les problmes que posent les lments mongols du Ttraglotte, il con-vient de tenir compte de ses caractristiques les plus importants. Le Ttraglotte, en tant que vocabulaire, est apparent de trs prs au Pentaglotte. Or ce dernier reflte nettement le modle arabe dun dictionnaire issu dune grammaire. En effet, le Penta-glotte, sans tre une grammaire proprement dite, suit, assez librement, la structure tra-dition