Vivre Aujourd'hui 73 OPH RODEZ

of 16/16
Et si on découvrait… le magazine de l’habitat social Office Public de l’Habitat de Rodez aujourd’hui Vivre avril - septembre 2013 - n°73
  • date post

    15-Mar-2016
  • Category

    Documents

  • view

    220
  • download

    1

Embed Size (px)

description

Le magazine des locataires de OPH RODDEZ. Printemps 2013.

Transcript of Vivre Aujourd'hui 73 OPH RODEZ

  • Et si ondcouvrait

    le magazine de lhabitat social

    Office Public de lHabitat de Rodez

    aujourdhuiVivre avril - septembre 2013 - n73

  • Vivre aujourdhuin73 _ avril - septembre 2013

    ditosOmmaiRe

    ISSN : 1240-9626

    Magazine conu et ralis par ageel www.ageel.fr - 05 61 14 78 31Photo de couverture : ShutterstockImprim par Pure Impression, sur papier issu de forts durablement gres.

    et que faisons-nous de vos courriers ?

    Tous les courriers adresss par les locataires Vivre aujourdhui sont pris en compte et nous essayons dans la mesure du possible de donner une suite vos sollicitations : article rdig sur un sujet mis en exergue dans vos courriers, information relaye, talent prsent,

    ContactsLe magazine de lhabitat social Vivre aujourdhui est dit par lassociation Vivre Aujourdhui104 avenue Jean-Rieux - 31500 Toulousetl. : 05 61 36 07 60 - fax. : 05 61 36 07 61e-mail : [email protected] qui regroupe :

    OPH de lArige - 23 bis av. de Ferrires BP 39 - 09002 Foix Cedex - tl. : 05 61 02 30 00

    OPH de Decazeville - 20 av. Marujouls 12300 Decazeville - tl. : 05 65 43 15 49

    OPH de Millau et sa rgion23 ter boulevard de la Capelle - BP 452 - 12104 Millau Cedex - tl. : 05 65 61 50 70

    Sud Massif Central Habitat - 55 boulevard de Verdun - 12400 Saint-Affrique - tl. : 05 65 49 20 00

    Promologis - 2 rue Docteur-SaniresBP 90718 - 31007 Toulouse Cedex 6tl. : 0 820 85 85 83

    OPH de Haute-Garonne - 75 rue Saint-Jean - BP 63102 - 31131 Balma Cedextl. : 05 62 73 56 00

    Colomiers Habitat - 8 alle du LauraguaisBP 70131 - 31772 Colomiers Cedextl. : 0811 567 567

    La Cit Jardins - 18 rue de Guyenne31702 Blagnac Cedex - tl. : 05 61 71 79 19

    Socit Franaise dHabitations conomiques (S.F.H.E) - 5 av. Marcel-Dassault Tersud, Bt. B - 31500 Toulouse - tl. : 05 61 24 77 21

    OPH de Rodez - 14 rue de lEmbergue BP 217- 12000 Rodez - tl. : 05 65 77 14 40

    PATRIMOINE SA Languedocienne5 place de la Pergola, 31077 Toulouse Cedex 04 tl. : 05 61 36 26 00

    Le Nouveau Logis Mridional2 place de la Lgion-dHonneur - BP 35865 - 31506 Toulouse Cedex 5 - tl. : 0 810 200 350

    SA des CHALETS - 29 boulevard Gabriel-Koenigs - BP 23148 - 31027 Toulouse Cedex 3 - 05 62 13 25 25

    Un nouveau numro pour vous inviter dcouvrir !

    Dcouvrir comment le logement social joue un rle primordial dans lconomie ;Dcouvrir les gestes simples dune co-family ;Dcouvrir des expriences solidaires ;Dcouvrir comment nos aeux vivaient dans la campagne gersoise ;Dcouvrir, enfin, ces locataires avec des talents trop souvent mconnus.

    Alors trs bonne lecture.

    sabine Veniel-Le NavennecDirectrice de la Publication

    Brves p.3Les dernires actualits du logement social

    Dossier p.4-6Le logement social, un acteur anti-crise

    Repres p.7-10Nouveaux programmes locatifs, travaux et rnovation, charte de bon voisinage... a bouge du ct de votre organisme.

    Pratique p.11Le guide de lco-family

    ensemble p.12-13Passe ton voisin

    vasion p.14-15Toujouse ou lhabitat dautrefois

    Talent p.16Abdallah Ouertani, gnie de lcologie

  • Vivre aujourdhuin73 _ avril - septembre 2013 3Brves

    Convention emploi davenirUn accord national a t sign fin 2012 entre ltat et lUSH nationale. Il sagit de mettre en uvre des contrats de travail aids sur 3 ans, pour 150 000 jeunes de 16 25 ans prioritairement rsidents des ZUS (100 000 en 2013, 50 000 en 2014).

    Les employeurs ligibles sont les collectivits territoriales, les personnes morales de droit public (sauf tat), les organismes de droit pri-v non lucratif, les organismes de droit priv chargs dune dlgation de service public, et par exception le secteur marchand.Les publics viss sont, dune part, des jeunes sortis sans diplme ou de niveau CAP-BEP sans emploi depuis 6 mois au cours des 12 derniers mois et dautre part, les jeunes rsidant dans les DOM, les ZUS et les ZRR, jusquau premier cycle de len-seignement suprieur, la recherche dem-ploi depuis 12 mois minimum au cours des 18 derniers mois.

    Les contrats sont des CDI ou des CDD dau minimum un an renouvelable, au maximum 3 ans, temps plein ou au mini-mum mi-temps.

    Ces emplois doivent tre accompagns dun parcours de professionnalisation.

    Le Prsident de la Rgion Midi-Pyrnes, le Prsident de lUnion sociale pour lhabitat Midi-Pyrnes et le Directeur rgional de la Caisse des Dpts ont sign en fvrier une convention rgionale pour la rnovation ner-gtique du logement social. Son objectif est de dfinir et de coordonner lintervention de chacun pour donner plus de cohrence aux politiques menes sur la rnovation nerg-tique du parc social et ainsi amliorer la perfor-

    mance nergtique des btiments existants, en Midi-Pyrnes. La Rgion, avec son plan Midi-Pyrnes nergies, soutient les actions de rduction des consommations dnergie et elle a galement accompagn financirement la rnovation nergtique de 4 273 logements sociaux, depuis 2009. Les organismes bnfi-cieront de subventions pour assurer les rha-bilitations nergtiques dans le parc HLM hauteur de 3 500 logements sociaux.

    IstockphotoDe gauche droite : Philippe Lambert, Martin Malvy, Stphane Carassou DR

    Signature dune convention pour la rnovation nergtique du logementsocial en Midi-Pyrnes

    2013, un nouveau rendez-vous avec la mesure de la satisfactionLors du congrs de Lille en juin 2003, les organismes HLM ont adopt un engagement professionnel visant lamlioration de la qualit du service rendu aux habitants, articule autour dengagements individuels des organismes et dune dmarche collective.

    Cet engagement prvoit que chaque organisme value, depuis 2004 et tous les 3 ans par une enqute de satisfaction, le niveau de perception des habitants du service rendu dans 6 domaines :1 - la propret des parties communes et des abords,2 - la maintenance et le fonctionnement des quipements,3 - la qualit de laccueil et le traitement des rclamations,4 - la communication avec les habitants,5 - la qualit du cadre de vie,6 - les conditions dentre dans les lieux.Il convient de mettre en place, si ncessaire et en concertation avec les habitants, des plans dactions qualit et si besoin des actions correctives.

    2010 tait la dernire anne de mesure de la satisfaction. Un nouveau rendez-vous est prvu en 2013.

    ag

    eN

    Da

    Cest le jour de la Fte des voisins ! Loccasion de se rencontrer et de passer ensemble un moment agrable. Vous avez des ides pour lorganiser ou vous souhaitez simplement y participer ? Contactez votre bailleur.

    31 maiCest le dbut de la semaine nationale des HLm qui va durer jusquau 16. Cet vnement convivial - premier du nom - a pour ambition de faire partager tous, les enjeux du logement social.

    8 juinCest le premier jour des vacances dt. Que lon parte ou pas, les mois de juillet et daot sont loccasion de profiter des beaux jours. Rendez-vous le 3 septembre pour la Rentre !

    6 juillet

  • Vivre aujourdhuin73 _ avril - septembre 2013

    DOssieR

    Dossier4

    en priode de morosit conomique, de chmage et de crise du logement, le logement social savre plus que jamais un outil indispensable une stratgie de sortie de crise. Pourvoyeur demplois, moteur du secteur BTP, amortisseur des ingalits sociales, il est un levier indispen-sable larticulation des politiques conomique, sociale et environnementale.

    Un soutien lactivit conomique

    En 2011, les logements sociaux ont reprsent un quart (25 %) des 421 000 mises en chantier de logements neufs en France. Cette proportion a sensible-ment augment au cours des dernires annes. Au moment o le secteur priv diminue son nombre de constructions, les

    bailleurs sociaux soutiennent leur activit un rythme gal. Par ce comportement acyclique d la prennit de la demande et son mode de financement spcifique, le logement social agit comme un rgula-teur du secteur immobilier.

    Ainsi, en 2010, on estime que constructions neuves et gros travaux ont gnr 14,7 milliards deuros de

    commandes au secteur du btiment au titre du locatif social et 1 milliard sup-plmentaire au titre des constructions destines laccession la proprit.

    Un secteur gnrateur demplois

    Chaque logement construit, cest deux emplois. Si on russit faire

    Le logement social,un acteur anti-crise

  • Vivre aujourdhuin73 _ avril - septembre 2013 5Dossier

    30 000 40 000 logements de plus cest trs bon pour lactivit , remarquait Franois Hollande lors dune visite de chantier de logements HLM, en fvrier dernier. Ce constat du prsident de la Rpublique sapplique plus particulire-ment au secteur social qui maintient son rythme de travaux et de construction, malgr la crise. Stphane Carassou, prsident de lUnion Sociale pour lHa-bitat de Midi-Pyrnes, en fait le constat dans sa rgion : Le secteur du bti-ment est gnrateur dun nombre im-portant demplois non dlocalisables : eux-seuls, les organismes HLM sont les employeurs directs de 2 000 collabora-teurs (en Midi-Pyrnes, ndlr). Sajoute cela, limportance des emplois induits. Si on sen tient au ratio habituellement utilis denviron 10 emplois par million deuros de travaux dans le btiment, le secteur social qui a inject plus de 600 millions deuros dans lconomie rgio-nale en 2010 a induit 6 000 emplois .

    En France les bailleurs sociaux em-ploient galement 76 000 salaris, dont

    plus des trois quarts sont des emplois de proximit, non dlocalisables.

    Plus indirectement, le logement so-cial favorise la mobilit des salaris et limplantation des entreprises sur len-semble du territoire, en crant un mail-lage de logements sociaux permettant bon nombre de trouver un toit.

    Un facteur de cohsion sociale

    En temps de crise, se loger de-vient une proccupation majeure. Au-jourdhui, prs dun Franais sur cinq consacre 40 % de son revenu utile son logement. Avec un habitat de qualit prix encadr et modr, le logement so-cial aide au maintien du pouvoir dachat des mnages. Il savre galement indispensable ceux qui ne peuvent plus se loger aux conditions du mar-ch locatif priv, qui rige des barrires fortes. Les plafonds de ressources fixs par la loi correspondent aux revenus de 60 % de la population, une base large qui permet dy inclure les mnages de

    EngagErlEuropE aussiLe logement social a des ver-tus dont lUnion europenne ne saurait se passer en ces temps de crise. Cest en subs-tance le message qua voulu faire passer Karima Delli, dput europenne (EELV) et auteure dun rapport sur la question dans lUnion euro-penne. Face la croissance du mal-logement, de la pau-prisation, du chmage et de la prcarit nergtique, elle estime que la prennisation du logement social lchelle du vieux continent est une priorit. Et elle demande la cration dun pacte dinves-tissement social en vue de renforcer la gouvernance conomique et budgtaire de lUnion, en y incluant les investissements en matire de logements sociaux .

    4,5millions

    85 %

    10 millions

    15 000

    17 milliards

    7 milliards

    Un parc de

    de logements

    de personnes loges

    deuros dinvestissement (*)

    deuros de dpenses dentretien (*)

    personnes accdent chaque anne la proprit par le logement social

    de la production neuve reoit un labelde performance

    nergtique (HPE,

    THPE ou BBC)

    (*) chiffres 2010 de lUSH

  • Dossier6

    S

    hutt

    erst

    ock

    S

    hutt

    erst

    ock

    DOssieR

    la classe moyenne de plus en plus tou-chs par la crise. Actuellement, environ 10 millions de personnes revenus mo-destes ou faibles, quils soient salaris du secteur priv, fonctionnaires, ch-meurs ou titulaires de minima sociaux, parviennent trouver ou garder un lo-gement malgr les alas conomiques. En moyenne, dans les grandes agglo-mrations, les loyers dans le parc loca-tif social sont deux fois moins levs que dans le parc priv.

    Pour les jeunes, les logements sociaux, mais aussi les foyers repr-sentent un support fondamental pour sinsrer socialement et conomique-ment. Pour les personnes ges, le logement social permet de faire face lrosion du niveau des retraites et de se maintenir domicile.

    Un moteur du dveloppement durable

    Le btiment reprsente 40 % de la consommation nergtique. Les orga-nismes HLM prennent en compte ces dimensions ds la conception. La re-cherche toujours plus grande de meil-leurs qualits architecturale et dusage se fait dans le respect de cots de produc-tion matriss et compatibles avec les ca-pacits des mnages. En plus de cet ef-fort de construction de logements neufs

    haute performance nergtique, les organismes du secteur social contribuent galement la rnovation thermique des logements existants, indispensable aux rductions des dpenses dnergie des

    locataires. Le programme de rnovation nergtique en France sannonce dail-leurs trs ambitieux : 90 000 logements sociaux seront rhabilits en 2014, puis 120 000 par an de 2015 2017.

    lE livrEt a, sr Et utilELe Livret A permet principale-ment de financer le logement social. Cest aujourdhui le produit dpargne favori des Franais, puisquil est sr, et non soumis aux fluctuations de la bourse. Prs de 61,6 millions de livrets A taient dcompts en septembre 2012, dont 8 % avaient atteint le plafond (r-valu 22 950 euros). Et len-gouement continue denfler. En plaant ainsi leurs conomies, les Franais assurent le loge-ment des gnrations futures et se protgent de tout risque de perdre leurs fonds.

    Vivre aujourdhuin73 _ avril - septembre 2013

  • RePRes

    7Repres

    Office Public de lHabitat de Rodez

    Un programme innovantLes quatre Offices Public de lHa-

    bitat de lAveyron ont bien fait de tra-vailler main dans la main. Le premier programme de 9 pavillons BBC en accession la proprit ralis par les OPH de Millau, Rodez, Aveyron et Decazeville via la SCI 2A2S a pu voir le jour Sbazac. Aprs plusieurs mois de commercialisation, seules quelques maisons sont encore disponibles.

    Le premier programme de location-accession mis en place par les quatre OPH du dpartement sbazac vient tout juste de commencer. mais il ne reste plus que quelques villas la vente.

    Location-accession : les conditions

    Ce dispositif innovant et scuris intgre des avantages fiscaux (TVA taux rduits, exonration de la TFPB pendant 15 ans, frais de notaire rduits) avec la possibilit daccder au prt taux zro sous certaines conditions. Pour bnficier du dispositif, il est obli-gatoire de rpondre aux plafonds de ressources PSLA (Prt Social Location

    Accession) et de disposer du bien en tant que rsidence principale.

    Contact : Tlchargez et remplissez votre fiche contact renvoyer par courrier pos-tal : Office Public de lHabitat de Rodez mon projet daccession : service Com-mercialisation 14, Rue de lembergue, B.P. 33 217, 12032 Rodez Cedex 9 , ou par voie lectronique ladresse suivante : [email protected] . Un dossier de candidature plus complet vous sera ensuite envoy.

    Location-accession, bientt une ralit

    Vivre aujourdhuin73 _ avril - septembre 2013

  • RePRes

    8 Repres

    Les animationsdu quartier Saint-Eloi

    27 avril : soire Armniennerepas chants danses, (associationculturelle armnienne contact :[email protected])

    1er juin : cest la fte des voisins : on se donne rendez-vous au pied de son immeuble ! (jeux olympiades avec association Deta jeunes/ groupe musi-cal/ grand buffet )

    26 mai & 15 septembre : vide-grenier avec lassociation Delta

    6 juillet : cest la fte de quar-tier Ramazick : un grand moment de convivialit, de musique et de jeux, organis par les bnvoles du quartier. Une fte intergnrationnelle et multi-culturelle ouverte tous.

    Vivre aujourdhuin73 _ avril - septembre 2013

    Pour tous ceux nayant pas accs aux cinq dchteries de lagglomration, la communaut dagglomration finance une dchterie mobile. Celle-ci sadresse aux personnes sans voiture, aux personnes ges, aux han-dicaps et tous ceux qui vivent en zone rurale et sont loigns de plus de 10 minutes dune dchterie. Mis en place par les diffrentes mairies, les centres sociaux et lOPH de Rodez, ce projet devrait mettre un terme aux nombreux encombrants dposs dans les parties communes ou sur les trottoirs. Grce la prsence dun employ, le tri est favoris. Tout peut partir la dchterie sauf les gravats et les dchets verts.

    O trouver la dchterie mobile ? Premire tape depuis la fin du mois de mars au pied de limmeuble Les rables, boulevard Delatrre de Tassigny. Chaque mois et demi, la dchterie change de lieu et lOPH ne manquera pas de prvenir les locataires de sa venue dans leur quartier.

    Les autres dchterie : Banocre pour les communes du Monastre et de Sainte-Radegonde, Naujac pour Luc-la-Primaube, La Mouline sur Olemps, et aux Moutiers pour les communes de Rodez et Onet-le-Chteau.

    Si vous nallez pas la dchterie,la dchterie viendra vous !

    DEs locaux rnovspour miEux vous accuEillirDepuis le mois de fvrier 2012 des travaux ont t mens dans limmeuble o se trouvent les bureaux de lOPH. Termins en janvier 2013, ces travaux ont permis de crer six bureaux supplmentaires dans un ancien logement vacant ainsi que de faire une liaison entre le 1er et le 2e tage de limmeuble. grce ces travaux, un nouvel espace daccueil pour le public, permet-tant de recevoir notamment les personnes mobilit rduite a t amnag et une salle dar-chives au sous-sol sur une sur-face de 100m2 a t cre.

    D

    R

    laccueil journalier des jeunes de 14 17 ans (activits culturelles, sportives ou de loisirs). Horaires douvertures : du mardi au vendredi de 17h 19h. Le ven-dredi de 20h30 23h et le samedi de 14h 18h.

    accueil de loisir pour les jeunes de 12 17 ans, les mercredis et pendant les vacances scolaires (activits de loisirs et sorties et sjours de vacances). Ho-raires : les mercredis de 13h30 17h30

    un accueil la salle jeunes des Jacobins tous les mercredis et pendant les vacances scolaires.

    la carte et le chquier ZAP pour les 18-21 ans : cest un dispositif danimation estival, qui fonctionne les mois de juillet et aot. Le chquier est compos dacti-vits de loisirs, de places de cinma, dentre la piscine de stages sportifs La carte offre des rductions. Tarif carte zap + chquier : 20 / carte seule 5 .

    Contact : www.ville-rodez.fr

    Depuis 2008, la Ville de Rodez essaie de favoriser laccs des fa-milles ruthnoises aux dispositifs de loisirs ducatifs municipaux. elle dispose de deux lieux danimation situs dans les quartiers de saint-eloi-Ramadier et de gourgan. Ces lieux proposent :

    QuElQuEs DatEs

  • 9Repres

    Un an de colocation solidaire Onet-le-Chteau la rentre 2012 quatre tudiants se sont installs dans la rsidence Les Ormes Onet-le-Ch-teau. Une colocation pas comme les autres puisquelle fait partie du programme Kaps (coloca-tion projet solidaires), initi en 2012 par lafev. Contre un loyer petit prix dans un logement social, les colocataires sengagent dvelopper des projets solidaires avec les habitants.

    Vivre aujourdhuin73 _ avril - septembre 2013

    inauguration DEs jarDins partagsLe 20 avril aprs-midi, les habitants de la rsidence Les Ormes sont invits participer linauguration des jardins partags raliss par les colocataires solidaires et la mJC. Tous les habitants auront par la suite ac-cs au jardin et les parcelles seront rparties.

    Un projet innovantIls ne sont quune petite centaine

    dans toute la France exprimenter la colocation solidaire. Et la commune dOnet-le-chteau peut se targuer de faire partie de ces pionniers. En parte-nariat avec lAfev (association de la fon-dation tudiante pour la ville) et lOPH de Rodez, le projet Kaps a pu voir le jour Onet-le-chteau. Quatre tu-diants slectionns ont ainsi pu bn-ficier du dispositif et louer un grand T5 dans la rsidence Les Ormes, entire-ment meubl.

    Un systme gagnant-gagnant

    Le prix du logement est particuli-rement bas pour permettre ces tu-diants de ne pas rencontrer trop de difficults financires pendant leurs tudes. Ainsi, pour cet appartement de 81 m2, situ au premier tage dun petit collectif, le loyer (+ charges communes + chauffage + eau chaude + taxe or-dures mnagres + entretien espaces extrieur) est de 382 , soit 95 par tudiant hors APL. En change les co-locataires se sont engags mener des actions dans leur rsidence avec les

    habitants. Les deux thmes sur les-quels ils mnent des actions sont : les jardins partags et la culture, explique Samia Denis de lAfev. Les coloca-taires ont ainsi aid la MJC dOnet-le-Chteau mettre en place des jardins partags aux pieds des immeubles. Ils ont eux aussi un rle de communicants pour tenir au courant les habitants sur ces jardins . En ce qui concerne las-pect culturel, les colocataires se sont tourns vers le thtre : ils ont ac-compagn des habitants de limmeuble aller voir une pice ! , poursuit Samia Denis. Une faon de crer du lien.

    D

    R

    D

    R

  • RePRes

    10 Repres

    Quil soit impliqu au contact direct des locataires, sur le terrain, dans les locaux du site tech-nique ou dans les bureaux du sige, tout le personnel de lOPH de Rodez suit un objectif com-mun : rpondre le mieux possible tous. Vivre aujourdhui vous prsente ces forces vives, au fil des trimestres.

    Vivre aujourdhuin73 _ avril - septembre 2013

    marionDtache au Trsor public

    Le paiement de votre loyer passe entre ses mains. Mais le travail de Marion a galement un aspect trs social. Son diplme dconomie sociale et familiale en poche, elle est rentre lOffice en juin 2011. Depuis, Marion est en charge du recouvrement des loyers, du rem-boursement des cautions au dpart des locataires mais aussi du contentieux. Jenvoie des lettres de relance aux locataires qui nont pas pay leur loyer et nous essayons de trouver des solutions lamiable , raconte-t-elle. La jeune femme reoit dans son bureau des locataires en difficult qui se retrouvent dans des situations dimpays: nous discutons avec les personnes, car chaque situation est dif-frente. Le suivi rgulier avec les familles en difficult nous permet dtablir une relation de confiance et de trouver des solutions . Passionne, Marion sinforme quotidiennement pour tre au fait des diffrentes aides sociales vers les-quelles elle peut diriger les locataires.

    clinEComptable

    Elle na pas peur des chiffres ! Aprs sept ans de comptabilit pure et dure dans un cabinet comp-table, Cline a rejoint lOffice il y a trois ans. En fin danne, son emploi du temps est bien occup par la cl-ture des comptes de lOPH de Rodez et le bilan comptable. Et ce nest pas la seule corde son arc : Cline a toujours un il sur les demandes de subventions pour la construc-tion de nouveaux programmes. Je suis en charge du suivi aprs le montage du dossier. Avec la multiplication des normes environnementales jai d madapter de nouveaux termes ! , raconte-t-elle. Une adaptabilit sans faille pour Cline qui suit galement la comptabilit des travaux effec-tus et nhsite pas se rendre sur le terrain pour dcouvrir les nouveaux logements de lOPH dont elle va assurer la comptabilit. Cest un travail bien plus diversifi que dans un cabinet, je vais au bout des choses et assure le suivi de A Z , assure-t-elle.

    votre service !

    D

    R

    D

    R

  • Vivre aujourdhuin73 _ avril - septembre 2013

    Facture lightLa bataille nergtique passe par la maison o bon nombre de mauvaises habitudes alourdissent la consomma-tion familiale. En premire ligne : lclai-rage. Avec 15 % de la facture lectrique qui lui revient, mieux vaut privilgier les ampoules basse consommation qui durent 8 fois plus longtemps et qui consomment de 4 6 fois moins dlectricit. Dautres co-gestes rela-tifs leau ou encore au chauffage se rvlent vite efficaces pour faire fondre le budget nergie. Autre secteur sur-veiller : llectromnager. Les fabricants revisitent leurs appareils pour les rendre moins gourmands en eau et en lectri-cit. Ils sont plus chers mais restent une valeur sre. Lave-linge, sche-linge, four vapeur Les ventes de produits dits verts explosent, la preuve avec certains aspirateurs nouvelle gnra-tion, qui en plus dtre fabriqus par-tir de matriaux recycls, consomment 33 % dlectricit en moins.

    Conso coloCt conso, de bonnes pratiques existent pour passer du ct cologique de la force. Pour les repas, on opte pour des aliments locaux et de saison qui n-cessitent moins de pesticides, dengrais et deau et qui nincluent aucun trans-port donc aucune pollution. Lidal en ce

    domaine reste les paniers fracheurs pro-poss par le rseau AMAP*. Pour lentre-tien de la maison, on soriente vers des produits respectueux de lenvironnement et pas forcment plus coteux. Mieux encore : on a recours des marchan-dises biodgradables et non toxiques rputes pour leur vertus nettoyantes tels que le savon noir ou la pierre dar-gile. Notre chouchou : le vinaigre blanc qui pour moins de 1 le litre remplace quasiment tout. Et noubliez pas : beau-coup de biens ont dsormais leurs modles rechargeables : savon, piles, stylos, colle, surligneurs Adopter les co-recharges, cest diminuer la quantit demballages de 50 70 % par rapport aux produits classiques et rduire d1 kg la production de dchets par an et par personne.

    Troc en stockTents dacheter beaucoup et tout le temps ? Rsultat : les placards dbordent dobjets inutiles ou qui ne servent plus, vtements ou mobiliers pour enfants par exemple Pour viter linvasion, il y a la vente doccasion mais aussi le troc. Moins connu, ce systme permet de se dbarrasser du superflu et dacqurir les-sentiel. En ce domaine, le web est roi ! Un grand nombre de sites comme troc.com ou gchangetout.com simplifie cette pra-tique vieille comme le monde grce une

    adopter des gestes simples pour viter le gaspillage, voil un acte responsable bon pour la sant, la plante et les gnrations futures. Pour les pratiquer en famille, suivez le guide.

    Le guide de lco-family

    S

    hutt

    erst

    ock

    mise en relation fonde sur la localisation gographique. Pour la plante, le bn-fice est double : moins de ressources utilises pour la fabrication de nouveaux objets et surtout moins de dchets. *www.reseau-amap.org

    agir sur touslEs fronts Dgivrer son conglateur et son

    frigo tous les 3 mois : une couche de 4 mm de givre double la consommation dlectricit.

    teindre compltement les appareils lectriques : les mettre en veille, cest consommer 10 % dlectricit en plus.

    Lutter contre les fuites : un robinet qui goutte, cest en moyenne 120 litres deau gaspills par jour (soit environ 80 /an).

    Faire sa lessive basse temprature : 80 % de llectricit utilise sert chauffer leau.

    Mettre un couvercle sur ses casseroles, notamment pour faire bouillir de leau : les temps de cuisson raccourcissent : cest 20 % dnergie en moins.

    Trier ses dchets de manire faciliter leur recyclage.

    Prfrer un cabas aux sacs plastiques pour les courses.

    ensemble 11

    PRaTiQUe

  • Vivre aujourdhuin73 _ avril - septembre 2013

    eNsemBLe

    ensemble12

    La coopration entre citoyens est une pratique ancienne. Durant la priode dindustrialisation, au XIXe sicle, les ouvriers sorganisent pour la premire fois en socits coopratives, favorisant ainsi la solidarit au travail ou la maison. Aujourdhui, cest nouveau dans lair du temps ; partager une voiture et faire trajet commun pour rduire les cots de transport devient une pratique courante. Et ce nest pas la seule.

    Tous pour un... Un jardin cultiver, des plantes

    arroser... difficile daccder ces plai-sirs quand on habite un appartement. Face ce constat et depuis quelques annes, des jardins partags poussent un peu partout dans les grandes villes. Ils rsultent dune volont des habi-tants dun mme quartier ou dune mme rsidence de se regrouper pour trouver un espace cultivable et lexploi-

    Cest en se regroupant que lon devient plus fort, dit-on. Rien de plus vrai. Cest ainsi que des personnes solidaires mettent en place des pratiques judicieuses pour alimenter lentraide et faire des conomies. Bref, une nouvelle manire dhabiter.

    ter ensemble. Une dmarche commune qui, en plus dentretenir le vivre en-semble convivial et solidaire, encou-rage lembellissement de la rsidence, initie au jardinage et sensibilise aux bienfaits des fruits et lgumes culti-vs soi-mme. Cest ainsi par exemple que sest cr un jardin de poche au cur de la rsidence Les Artistes Toulouse. Lobjectif : gayer le cadre de vie coup de jacinthes, plantes

    Passe ton voisin Shutterstock

  • Vivre aujourdhuin73 _ avril - septembre 2013 ensemble 13

    Une dmarche commune qui, en plus dentretenir le vivre

    ensemble convivial et solidaire, encourage

    lembellissement de la rsidence.

    grimpantes et autres fleurs. En plus du jardinage, dautres mises en commun existent. Le dernier exemple en date, la machine laver. Il suffit de naviguer sur lamachineduvoisin.com pour trouver, prs de chez soi, un particulier offrant les services de son lave-linge pour moins de 5 .

    et un pour tousJardiner ensemble, partager un

    lave-linge, alterner les gardes den-fants... Et pourquoi ne pas aller plus loin ? Lhabitat group participatif, vous connaissez ? Cest sorganiser collec-tivement pour concevoir son chez-soi, une initiative trs innovante. Ce type de groupement intergnrationnel permet de mutualiser certains quipe-ments tels que chambres damis, buan-deries, ateliers ou espaces verts. Cest de la coopration au quotidien. Cela permet de grer les alas de la vie, comme une grve des transports ou de lcole, en renforant les liens entre voisins. explique Stefan Singer, cra-teur de Toits de Choix , socit de conseil en autopromotion Montpellier. Lobjectif est clair : crer un logement son image, assurer le bien vivre en-semble et bnficier de prix attractifs. Lcoquartier de la Cartoucherie Tou-louse, classe en ZAC - Zone damna-gement concert - sinscrit dans cette nouvelle forme dhabitat social en pro-posant prs de 3 100 logements, dont 35 % de logements sociaux et 25 % en accession aide la proprit. Sur cet espace, le groupe des Chalets est dsi-gn pour superviser la construction de 90 logements en habitat participatif*. On doit pouvoir passer dun modle subi de logement un modle choisi, o les citoyens deviendraient acteurs de leur habitat , comme le soulignait rcemment Ccile Duflot, ministre du Logement.

    * 2 % de logements sociaux et 6 % en accession libre

    S

    hutt

    erst

    ock

    S

    hutt

    erst

    ock

  • Vivre aujourdhuin73 _ avril - septembre 2013

    VasiON

    Isabelle Du Chazaud

    14 vasion

    ne pas raconter la vie de ses ans pour quelle ne tombe jamais dans loubli ? Lassociation des Amis de lcomuse du paysan gascon voit alors le jour. En 1993, elle prend ses quartiers dans une maison de matre, lgue par une pari-sienne admirative du projet. Ni une, ni deux, voil Jean Capin et ses compres

    en qute doutils et dobjets tradition-nels. La collecte est aide par de gn-reux donateurs. La quasi-totalit des objets entreposs provient dailleurs de dons, comme latelier de menuiserie. Des milliers dustensiles poussireux qui gisaient dans les greniers retrouvent ici leur jeunesse dantan.

    Lhistoire dbute dans les an-nes 90, Montguilhem prs de Toujouse, avec la rdition dun trs vieux livre traitant de lhis-toire des deux communes. Lobjectif : viter que le rcit ne disparaisse avec louvrage. Jean Capin, alors maire de Toujouse, sempare de lide : pourquoi

    Toujouseou lhabitat dautrefoisComment vivaient nos aeux dans la campagne gersoise ? Cest ce que nous propose de dcou-vrir lcomuse du paysan gascon de Toujouse, deux pas des Landes. il est le fruit du travail de passionns bien dcids transmettre les techniques et les savoirs dantan.

    La cuisine La salle de classe

  • Vivre aujourdhuin73 _ avril - septembre 2013 15vasion

    tion : un immense pressoir taissons datant de 1823 et ne pesant pas moins de dix-huit tonnes.

    La maison du brassierIl faut sattarder sur cet endroit sin-

    gulier, lieu incontournable de lcomu-se. Ouvrier journalier sillonnant les champs avec toute sa famille, le bras-sier loccupait quand il travaillait sur la proprit. Cette maison colombage a du tre transfre et entirement reconstruite quelques centaines de mtres plus loin, en bois et en torchis, sur le site de lcomuse. Mais avant, chaque poutre a t numrote. Los-

    sature rebtie, il ne restait plus que le torchis ajouter. Un travail de longue haleine pour Jean Capin, puisquil a fallu plus de quatre annes et laide de nombreux bnvoles pour lachever. Mais le rsultat est l : toute lme de la maison reprend vie dans de ce lieu de mmoire.

    Quoi dautre ?Lt est un moment propice la

    visite de lcomuse. De nombreuses activits sont proposes aux visiteurs : randonnes, ateliers des Mardis de lt, prsentation de la technique du torchis, dgustation et vente de pro-duits gastronomiques... Pas le temps de sennuyer ! Et puis, avec la fin de la saison, arrive le temps de la transhu-mance. Un vnement majeur puisque lcomuse accueille pendant une jour-ne Stphane Irriberri et ses 340 bre-bis. Depuis lan 2000, ce berger et son troupeau remontent vers la Gironde aprs avoir pass lt dans les alpages des Pyrnes. Loccasion de partager un moment festif qui ravira petits et grands. Rendez-vous le 14 septembre prochain !

    De nombreuses infos surwww.ecomusee-toujouse.com

    lE torchis, unE tEchniQuE rEvisitELe torchis est une trs ancienne technique de construction. aujourdhui, des passionns perptuent ce savoir-faire. et quelle quen soit la raison : dmarche cologique, recours une technique ancestrale, petit budget le torchis na pas dit son dernier mot ! Dispos entre les pans de bois, le torchis permet de construire murs et cloisons. il sagit dassocier leau la terre pour former de largile. Y mlanger la paille, malaxer le tout de manire rendre le corps homogne. Le dposer ensuite entre les colombages, le tordre pour laisser chapper lair, le tasser pour lunifier. Loutil principal : les mains ! il sapplique idalement au printemps et en automne o les conditions favorisent le schage.

    Pourquoi lutiliser ? Naturel, renouvelable, recyclable, solide et sain, le torchis prsente de nombreux atouts. Cest un isolant sans pareil, rgulateur dhumidit et de temprature. La promesse dune maison frache en t et chaude en hiver. Un matriau galement accessible et bon march. Rparer sa maison ou reboucher un trou devient une partie de plaisir moindre cot. Pas encore convaincu ? Rendez-vous Toujouse tous les mardis de lt pour lessayer.

    sur les traces du passDe la cuisine la lingerie, en pas-

    sant par la chambre ou la salle de classe, rien ne passe la trappe, chaque minute qui ptrissait autrefois le quotidien renat dans un savant jeu de reconstitution. La vie paysanne et ses diffrents mtiers sont ici mis en scne : travaux des champs, artisa-nat, travail de la vigne et du vin... pour montrer un panorama complet des us et coutumes davant dans un parcours ludique et instructif. Et parmi ces ob-jets incongrus et fascinants qui sont rpartis aux quatre coins du muse, se trouve la pice matresse de la collec-

    La maison du brassier Isabelle Du Chazaud

    Jean & Antoine

  • Vivre aujourdhuin73 _ avril - septembre 2013

    TaLeNT

    Talent

    Artiste, collectionneur, blogueur, habitant actif dans votre quartier, mordu de sport, porteur de projet ou encore membre dune association... Vous avez envie de partager votre exprience ? crivez-nous au journal pour participer notre rubrique.

    16

    Abdallah OuertaniGnie de lcologie

    lise. Plus rcemment, son bailleur, qui a eu vent de son invention, pourrait lui commander des Clips-Clean pour qui-per trois rsidences : Ce serait la pre-mire fois quun bailleur interviendrait de cette manire auprs des locataires, il concrtiserait et matrialiserait les actions menes autour du tri slectif . Ainsi durant la semaine des HLM, des kits Clip-Clean seraient donc distribus pour sensibiliser au tri. Particuliers, professionnels ou collecti-vits lheure o penser conomique et cologique est de mise, le produit dAbdallah sduit ces diffrents publics. Mais il ne souhaite pas en rester l. Son rve : voir son produit commercialis dans la grande distribution. Abdallah est un battant, il persvre pour at-teindre ses objectifs. La preuve en est quil a dj confortablement prpar le terrain : ngociations en cours, tout est dj au point pour assurer une pro-duction plus grande chelle. Alors, quand le Clip-Clean en libre-service ?

    www.clip-clean.com

    Observateur, Abdallah sintresse au monde et aux objets qui len-tourent. la tte de son entre-prise de nettoyage multi-services, il est aux premires loges pour percevoir un problme de taille : le gaspillage massif de sacs-poubelle. La cause : leur mau-vais maintien sur les corbeilles. Abdal-lah met alors au point un prototype de clip capable de fixer le contenant son support : du jamais vu par le pass !

    Petit objet, grande ideSouriant et fier de son invention,

    cest dans son appartement de Belle-fontaine quAbdallah nous la dcrit : conomique, cologique et pratique . Comment cela sest-il matrialis ? Sous la forme du Clip-Clean bien sr. Adaptable tous types de poubelles, de la corbeille papier au container public, ce clip garantit le maintien des sacs, mme abms. Adieu scotch, lastiques ou autres solutions maison pour fixer les poches aux poubelles. Termins les sacs plastiques moiti vides au mo-ment de les jeter. Le clip-clean simpli-fie la vie, fait faire des conomies. Mais pas seulement Linventeur sait que derrire chaque individu se cache un co-responsable. En divisant nimporte quelle poubelle en un support de tri slectif, le clip-clean rend lco-tri ac-cessible tous sans changer son mat-riel. Pas de dpenses pour du nouveau mobilier, on se convertit au tri slectif moindre cot. Avec cette invention je souhaitais dmocratiser une pra-tique cologique, la rendre accessible tous confie Abdallah.

    en route vers la russiteBrevet dpos, il tente sa chance

    au Concours Lpine, dition 2009, et reoit une mdaille de bronze. Trois ans plus tard, il ritre lexprience et monte dun chelon : le voil mdaill dargent du grand concours des inventeurs. Le laurat national des Talents des Cits 2011, titre quil a obtenu entre-temps, ne cesse de faire parler de lui. Assez pour que la Mairie de Toulouse sintresse son produit et dcide den quiper la ville : notamment le jardin Compans-Cafarelli. Tisso le contacte galement afin dquiper le mtro toulousain de ces clips permettant le tri slectif de manire design et lgante. Une op-ration qui sera trs prochainement mise en place. Servir une telle clientle, cest apporter de de la notorit son pro-duit. Abdallah en est conscient : Les clients comme la Mairie de Toulouse et Tisso enrichissent ma carte de visite, valorisent mon image de marque . On imagine bien que son temprament jo-vial et sympathique facilite les relations quil entretient avec sa clientle, la fid-

    Dominique Viet

    ingnieux et cratif, abdallah Ouertani est un inventeur hors pair. son credo : il y a toujours une solution aux tracas du quotidien. De cette ambition est n le Clip-Clean , un gadget susceptible de mar-quer une rvolution dans lhis-toire du tri slectif. Portrait.