VC et corporate VC : je t’aime, moi non t’aime, moi non plus Baptiste Rubat du Mérac . 45 T...

download VC et corporate VC : je t’aime, moi non t’aime, moi non plus Baptiste Rubat du Mérac . 45 T 2017

of 11

  • date post

    28-Jun-2018
  • Category

    Documents

  • view

    212
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of VC et corporate VC : je t’aime, moi non t’aime, moi non plus Baptiste Rubat du Mérac . 45 T...

  • 44

    To

    us d

    roits

    rse

    rvs

    CFN

    EWS

    2017

    To

    us d

    roits

    rse

    rvs

    CFN

    EWS

    2017

    www.cfnews.net

    CAPITAL-INNOVATION

    Elaia, Partech, Hi Inov, Serena, Daphni les fonds tech souvrent

    aux industriels attirs par linnovation mais aussi trs actifs en direct.

    Une relation nouvelle sinstaure, qui doit saffirmer sans conflit dintrt.

    Sujet la mode dans le monde du financement de linnovation, lmergence du corporate ven-ture fait pourtant figure de serpent de mer bien connu des VC les plus anciens.

    zinke

    vych

    / Fo

    tolia

    .com

    Mais aprs plusieurs mouvements de ba-lanciers depuis les annes 1990 marqus par la bulle Internet et son clatement, puis la crise de 2008, il semble parti-culirement remuant depuis quatre ans

    VC et corporate VC : je taime,

    moi non plus

    Baptiste Rubat du Mrac

    http://docs.cfnews.net/magazine/sept-17/CFNEWS-Magazine-sept-2017-innovation.pdf

  • 45

    To

    us d

    roits

    rse

    rvs

    CFN

    EWS

    2017

    To

    us d

    roits

    rse

    rvs

    CFN

    EWS

    2017

    www.cfnews.net

    environ. Lacclration est indniable puisque la proportion des membres du CAC 40 actifs en la matire est passe de 40 % 60 % entre 2015 et 2016, se-lon des tudes de Bain et du ple Syste-matic avec Orange. Cest une tendance lourde. Il ny a pas un grand groupe ou une ETI qui ne rflchit pas au moins cette question. Le CVC (corporate ven-ture capital) reprsente pour eux un ou-til parmi dautres dopen innovation , constate Valrie Gombart, associe de Hi Inov, qui gre notamment un fonds de la SNCF. Et la tendance ne devrait pas sarrter avec la publication il y a un an du dcret encourageant fiscale-ment ce capital-risque dentreprise (lire lencadr page 49).

    Industriels LP

    Ce phnomne transforme par son ampleur lenvironnement des fonds dinvestissement tradition-nels puisque dsormais chacun doit se po-sitionner par rapport ces acteurs, rcents

    Phot

    o : D

    R

    Lors dun co-investissement avec un corporate, il faut que

    celui-ci soit transparent Samantha Jerusalmy, associe, Elaia Partners.

    pour une grande part mme si plusieurs pionniers comme Orange ctoient des VC depuis une trentaine dannes. Dans cet univers en expansion, industriels et fonds financiers peuvent se retrouver un jour concurrents pour investir dans une cible, le lendemain co-investisseurs, mais aussi, et cest un aspect plus rcent, partenaires dans une relation de grants / souscrip-teurs. Larrive dindustriels LP est une tendance encore plus forte que lessor de leur activit directe, insiste Charles Le-tourneur, associ dAlven Capital, grant dsormais 500 M et nayant jusquici jamais ouvert ses fonds un corporate. Pour entrer ou revenir dans le mtier, ils choisissent souvent cette solution indi-

  • 46

    To

    us d

    roits

    rse

    rvs

    CFN

    EWS

    2017

    To

    us d

    roits

    rse

    rvs

    CFN

    EWS

    2017

    www.cfnews.net

    CAPITAL-INNOVATION

    Phot

    o : D

    R

    Larrive dindustriels LP est une tendance plus forte que lessor de leur activit directe Charles Letourneur, associ, Alven Capital.

    Premier constat, si les fonds finan-ciers et leurs homologues industriels veulent travailler ensemble efficace-ment, mieux vaut faire table rase du pass. Historiquement, leurs rapports ont souvent t houleux. Il y a encore dix ans, les liens entre VC et CVC taient franchement mauvais, car ces derniers se comportaient souvent mal, avance Valrie Gombart. Un industriel pouvait par exemple dnoncer un contrat avec une start-up dans laquelle il avait investi, lui laissant une ardoise de plu-

    Des VC chauds

    recte car ne disposent pas dquipes adap-tes, et participent ainsi lanimation de lcosystme.

    sieurs millions deuros, ou encore premp-ter une IPO. Dans les annes 2000, il y a eu des voyous qui ont terni limage des corporate, abonde un associ dun des cabi-nets les plus actifs en structuration de fonds. Mais depuis quatre ou cinq ans, les com-portements se sont amliors. Limage et la crdibilit des grands groupes ont aussi souffert de larrt brutal de certains fonds industriels la suite de changements de march ou de direction.

    Au final, beaucoup de capital-ris-queurs partagent une certaine mfiance. Il existe toujours cette ide reue que faire entrer un corporate au capital dune start-up est un problme car il risque dinfluencer la gestion et sa prsence

  • 47

    To

    us d

    roits

    rse

    rvs

    CFN

    EWS

    2017

    To

    us d

    roits

    rse

    rvs

    CFN

    EWS

    2017

    www.cfnews.net

    la recherche de synergies

    Les fonds financiers ne se sentent pas menacs par ces acteurs chaque mois ou presque plus nombreux. Certains insistent sur la vo-

    peut restreindre les possibilits de sorties , rsume Charles Letourneur, qui reconnat ne pas avoir rencontr de cas de cession manque cause dun actionnaire industriel encombrant : Nous avons pu vendre VoxMobili un groupe tlcom indien il y a dix ans malgr la prsence au capital dOrange via Innovacom , explique-t-il. Dans les faits, les industriels franais appa-raissent beaucoup plus prsents lentre dun investissement qu la sortie.

    lont des entrepreneurs douvrir le capital des actionnaires aux profils diffrents. Lintrt grandissant des industriels pour les start-up dope en tout cas les valori-sations, par exemple lorsque lun deux fait grimper en flche les enchres pour une cible juge stratgique. Trs prsents dans les gros tours, ils ont ainsi particip sept leves dau moins 20 M depuis le dbut danne, linstar dActility (70 M), de Younited Credit (40 M), Vivet Therapeutics (37,5 M), GuestToGuest (33 M) ou Kalray (23,6 M). Si les trangers sont incontournables dans ces oprations, noter la participation du franais Maif Avenir dans GuestToGuest et Linxo (voir le tableau ci-dessus). Mais comment se droule ensuite la cohabita-

  • 48

    To

    us d

    roits

    rse

    rvs

    CFN

    EWS

    2017

    To

    us d

    roits

    rse

    rvs

    CFN

    EWS

    2017

    www.cfnews.net

    CAPITAL-INNOVATION

    tion au capital des jeunes pousses ? De lavis gnral, cela dpend beaucoup de la nature du corporate venture. Si lin-vestissement se fait directement sur le bilan du groupe, avec une quipe sala-rie et appartenant la partie opra-tionnelle , ou si le M&A est impliqu, la relation peut se rvler dcevante. Mais mme des socits de gestion captives sont parfois montres du doigt. Avant un tour de table, un CVC assurait que son investissement ouvrirait des portes vers son sponsor. Mais rien ne sest pas-s, regrette un ancien investisseur chez Bpifrance. Dans les faits, les partenariats voqus se ralisent rarement. Si la synergie entre le groupe et la start-up finance nest pas trouve rapidement, il reste le financement et la start-up a int-rt aller vite signer dautres contrats , le disait autrement Pierre Louette, pr-sident dOrange Digital Investment et dg dlgu dOrange, lors dune conf-rence sur le sujet au printemps. Certains VC craignent cependant quun groupe rechigne devenir client dune socit dans laquelle lun de ses concurrents se-rait actionnaire.

    Les sorties au cur du dbat

    Ces craintes, en grande partie tho-riques, se retrouvent surtout en matire de sortie. en croire certains investisseurs, les industriels sont

    enclins demander systmatiquement des privilges : droits de premption, de pre-mier refus, liste noire limitant le nombre dacqureurs potentiels Les associs russissent souvent sy opposer ou du moins les restreindre dans le pacte dactionnaires. Les corporate demandent

    Phot

    o : D

    R

    Chacune des six participations de SNCF

    Digital Ventures travaille avec la SNCF

    Valrie Gombart, associe, Hi Inov.

  • 49

    To

    us d

    roits

    rse

    rvs

    CFN

    EWS

    2017

    To

    us d

    roits

    rse

    rvs

    CFN

    EWS

    2017

    www.cfnews.net

    Une niche fiscale Il aura fallu attendre plus de trois ans pour voir le nouveau mcanisme dincitation fis-cale du corporate venture franais mis en uvre. Le dcret du 31 aot 2016 dtaille un dispositif susceptible de dynamiser encore davantage sil en tait besoin le capital-risque dentreprise dans lHexa-gone. Depuis un an donc, les entreprises sont incites fiscalement investir au capi-tal de PME innovantes. Elles peuvent ainsi amortir sur cinq ans leurs investissements initiaux. condition de prendre une posi-tion trs minoritaire pas plus de 20 % du capital de la cible et de ne pas consacrer plus d1 % de son actif chaque investis-sement. Bonne nouvelle pour les socits de gestion, ce dispositif couvre aussi les interventions indirectes, par le biais dun fonds dinvestissement. En revanche, cette nouvelle niche fiscale entre en concurrence avec lIR PME et lISF PME, qui devrait dis-paratre cette anne. En effet, la cible devra limiter 15 M les investissements dots davantages fiscaux reus au cours de son existence.

    367 M injects lan pass

    Lassocie ctoie les industriels galement au sein mme de son fonds, lequel a fait une place pour la premire fois trois dentre eux - EDF,

    gnralement une fentre de tir pour faire une offre. Mais mieux vaut ne pas aller au-del de ce droit prfrentiel afin de ne pas perturber le processus de vente , conseille Charles Letourneur. Un autre reproche rpandu chez les VC concerne les incer-titudes sur lhorizon temporel des indus-triels. Les CVC ont fait des allers-retours en fonction des changements dq