UNIVERSITÉ DE TOULON - univ-tln.fr

of 65 /65
UNIVERSITÉ DE TOULON Université de Toulon Sud Var UFR Sciences et Tech. Département de biologie Examen 2eme session 2017-2018 B31 Biochimie structurale et moléculaire Répondre sur les sujets d'examen. LES CALCULATRICES SONT INTERDITES ! Questions à choix multiples (Entourer la ou les bonnes réponses) (lpt/ question) 1. Combien y a-t-il de gr oupements phosphate libres non estéri fiés dans un e molécule d'AD N double brin? a. un b.deux c. trois d. autant que d'atomes de phosphore e. autant que de molécules de pentose 2. Concernant les bases azotées : a. La présence de doubles liaisons conduit à la délocalisa tion des électrons II avec comme conséquence la présence de diff érentes formes tautomères. b. La répa rt ition des électr ons à la sur face des bas es azotées n'est pas uniforme, il en résult e que ce sont des molécules polarisées. c. Les propri étés d'ioni sation des bases azotées peuvent influencer la position ainsi que l'ori entation des liaisons 'hydrogène'. d. Les bases azotées peuvent exister sous forme zwitteri onique. e. Les bases azotées forment une liaison ß-0-glycosidique avec des oses pour donner des nucl éosides. 3. Avec laquell e (lesquell es) de ces molécules l'adénine pourr ait s'apparier? o H 2 N ;.: : )\- NH t-f ) N-{ )-__ i! ).__ ~ NH, (NÀO 'N \I N N H a. b. H c. H o o NH 2 CNH Y NH H1C0 I N NAO l!.__NÀO "-N o d. H H g. H e.

Embed Size (px)

Transcript of UNIVERSITÉ DE TOULON - univ-tln.fr

• UNIVERSITÉ DE TOULON
Université de Toulon Sud Var UFR Sciences et Tech. Département de biologie
Examen 2eme session 2017-2018 B31 Biochimie structurale et moléculaire
Répondre sur les sujets d'examen.
LES CALCULATRICES SONT INTERDITES !
Questions à choix multiples (Entourer la ou les bonnes réponses) (lpt/ question)
1. Combien y a-t-il de groupements phosphate libres non estérifiés dans une molécule d'ADN double brin?
a. un b.deux c. trois d. autant que d'atomes de phosphore e. autant que de molécules de pentose
2. Concernant les bases azotées :
a. La présence de doubles liaisons conduit à la délocalisation des électrons II avec comme conséquence la présence de différentes formes tautomères. b. La répartition des électrons à la surface des bases azotées n'est pas uniforme, il en résulte que ce sont des molécules polarisées. c. Les propriétés d'ionisation des bases azotées peuvent influencer la position ainsi que l'orientation des liaisons 'hydrogène'. d. Les bases azotées peuvent exister sous forme zwitterionique. e. Les bases azotées forment une liaison ß-0-glycosidique avec des oses pour donner des nucléosides.
3. Avec laquelle (lesquelles) de ces molécules l'adénine pourrait s'apparier?
o H2N ;.:: )\-NH t-f) N-{ )-__ i! ).__ ~ NH,
(NÀO 'N \I N N H a. b. H c. H
o o NH2
NAO l!.__NÀO "-N o d. H H g. H e.
4. Concernant les nucléosomes :
a. Les nucléosomes sont des particules dans lesquelles les histones sont liées à l'acide nucléique par une liaison phospho-diester. b. Les nucléosomes sont des particules de nucléoprotéines dans lesquelles les acides aminés portent une charge négative à pH neutre. c. Les nucléosomes sont des particules de nucléoprotéines d'ADN enveloppant un noyau de protéines basiques appelées histones. d. Les nucléosomes sont des particules de nucléoprotéines d' ARN enveloppant un noyau de 8 histones. e. Les nucléosomes se trouvent dans les cellules procaryotes.
5. Concernant la structure de 1' ADN, quelles sont les affirmations qui sont justes ?
a. Les structures en épingle à cheveux sont dues à la présence sur un même brin d'ADN de séquences auto-complémentaires. b. Les structures cruciformes ne sont pas aussi stables quel' ADN bicaténaire. c. Les structures cruciformes sont favorisées par le surenroulement négatif de l' ADN. d. La présence de structures tertiaires au niveau de l' ADN facilite la fixation de protéines régulatrices. e. Toutes ces réponses sont justes.
6. Soit l'ADN complémentaire double brin (ADNc) qui a été synthétisé à partir de l'ARNm de l'apolipoprotéine A-II( ApoA-2). La séquence du brin sens de cet ADNc est:
1 AGGCACAGAC ACCAAGGACA GAGACGCTGG CTAGGCCGCC CTCCCCACTG TTACCAACAT 61 GAAGCTGCTC GCAGCAACTG TGCTACTCCT CACCATCTGC AGCCTTGAAG GAGCTTTGGT
121 TCGGAGACAG GCAAAGGAGC CATGTGTGGA GAGCCTGGTT TCTCAGTACT TCCAGACCGT 181 GACTGACTAT GGCAAGGACC TGATGGAGAA GGTCAAGAGC CCAGAGCTTC AGGCCGAGGC 241 CAAGTCTTAC TTTGAAAAGT CAAAGGAGCA GCTGACACCC CTGATCAAGA AGGCTGGAAC 301 GGAACTGGTT AACTTCTTGA GCTATTTCGT GGAACTTGGA ACACAGCCTG CCACCCAGTG 361 AAGTGTCCAG ACCATTGTCT TCCAACCCCA GCTGGCCTCT AGAACACCCA CTGGCCAGTC 421 CTAGAGCTCC TGTCCCTACC CACTCTTTGC TACAATAAAT GCTGAATGAA TCC
Pour faciliter les comptes, la séquence a été divisée en groupe de 1 O lettres et le numéro du premier nucléotide de chaque ligne a été mentionné.
Parmi les constituants suivants, quels sont ceux qui ont été utilisés pour la synthèse de cet ADN c.
a. Une ARN polymérase. b. Une transcriptase reverse. c. Une ADN ligase. d. Les ribonucleéosides triphosphates: ATP, UTP, GTP, CTP. e. Les désoxyribonucleéosides triphosphates : dA TP, dTTP, dGTP, dCTP.
7. La séquence nucléotidique del' ApoA-2 décrite ci-dessus:
a. Comporte la séquence du promoteur du gène del' ApoA-IL b. Reproduit la séquence del' ARNm del' Apo-A-II (hors mis la coiffe et la queue poly A). c. Reproduit la séquence de tous les exons du gène de l' Apo-AIL d. Reproduit en partie la séquence du brin sens du gène del' Apo-All. e. Reproduit en partie la séquence du brin antisens du gène de 1' Apo-AIL
8. Vous souhaitez, à partir del' ADNc del' ApoA-II, synthétiser par réaction de polymérisation en chaîne (PCR) le fragment situé entre les deux séquences en caractère gras. Parmi les constituants suivants, quels sont ceux que vous utiliserez pour cette synthèse ?
a. L' oligonucléotide : 5 'A TGAAGCTGCTCGCAGC3'. b. L'oligonucléotide: 5'CAGCCTGCCACCCAGTGA3'. c. L'oligonucléotide: 5'TCACTGGGTGGCAGGCTG3'. d. Les désoxyribonucleéosides triphosphates: dATP, dTTP, dGTP, dCTP. e. Une ADN polymérase. f. Une transcriptase reverse.
9. En 1951 Erwin Chargaff a publié une étude dans laquelle il avait analysé par des méthodes spectrométriques le taux des bases A, T, C, G dans l' ADN de différentes espèces (humain, blé, saumon, E. coli ... ). E. Chargaff ne possédait pas d'échantillon de la bactérie Thermus aquaticus, vivant dans les sources d'eau chaude, car elle n'était pas encore identifiée. Si E. Chargaff avait inclus un tel échantillon dans son étude, quelle/quelles aurait (auraient) été la/les informations apportée (s) par cet échantillon?
a. L' ADN de Thermus aquaticus doit être très stable et donc riche en pyrimidines. b. L' ADN de Thermus aquaticus doit être très stable et donc riche en purines. c. L' ADN de Thermus aquaticus doit être très stable et donc riche en Tet A. d. L' ADN de Thermus aquaticus doit être très stable et donc riche en G et C. e. L' ADN de Thermus aquaticus doit être très stable et donc riche en bases modifiées.
10. La phosphatase alcaline est une enzyme qui fait partie de la famille des hydrolases. Elle catalyse l'élimination d'un groupement phosphate à partir de différentes molécules telles que des acides nucléiques ou encore des protéines. Dans le but de déterminer la masse moléculaire de la phosphatase alcaline, la protéine isolée de la bactérie E.coli est traitée à pH 3.5 puis soumise à une électrophorèse sur gel de polyacrylamide SDS-PAGE. Afin de déposer la protéine sur gel, celle-ci est mélangée à un tampon de charge contenant du bleu de bromophénol (permettant de suivre la migration de notre échantillon) mais également du SDS et ß-mercaptoéthanol.
Quel est le rôle de ces deux composés ?
a. Le SDS est un agent réducteur. A chaud, il brise les ponts disulfures des protéines. b. Le SDS confère aux protéines une charge négative proportionnelle à leur longueur. c. Le ß-mercaptoéthanol est un agent réducteur. A chaud, il brise les ponts disulfures des protéines. d. Le ß-mercaptoéthanol confere aux protéines une charge négative proportionnelle à leur longueur. e. Ces composés dénaturent les protéines.
3
11. En utilisant les données expérimentales compilées dans le tableau ci-dessous, tracer la courbe d'étalonnage et en déduire la masse moléculaire de la phosphatase alcaline (feuille millimétrée semi-log fournie).
Protéine Masse moléculaire (Da) Rf
Alpha-lactalbumine 14 400 Inhibiteur t:rypslque 20 000 Anhydrase carbonique 30 000 Ovalbumine 43 000 Albumine 67 000 Phosphatase arcaline après traitement à oH 3,5
0.96 0.78 0,57 0,38 0.13 0.42
La masse molaire apparente de la phosphatase alcaline est de :
a. 39500 Da. b. 79000 Da. c. 45000 Da. d. 21500 Da. e. 64500 Da.
12. Que peut-on en conclure sachant que la masse moléculaire obtenue après une colonne de filtration sur gel est de 7.9xl04Da.
a. Il y a une erreur dans notre détermination de la masse molaire en 11. b. La protéine a subi une mutation pendant la réalisation de l'expérience de la filtration sur gel. c. Ce résultat est juste car la protéine forme un hétéro-dimère. d. Ce résultat est juste car la protéine forme un homo-dimère e. Ce résultat est dû à l'absence des étapes de dénaturation lors de la réalisation de l'expérience de la filtration sur gel.
13. Indiquer parmi les propositions suivantes concernant l'électrophorèse bidimensionnelle celle( s) qui est (sont) exacte( s) :
a. La première dimension est une électrofocalisation. b. L'électrofocalisation se fait en présence de SDS. c. Dans 1' électrofocalisation, les protéines sont séparées sur la base de leurs différences de vitesse de migration. d. Deux protéines de même masse moléculaire ne pourront pas être séparées par électrophorèse bidimensionnelle e. La deuxième dimension se fait en présence de SDS.
14. Vous venez d'être recruté(e) dans le laboratoire du Dr. Doublehélix, passionnée par l'archéologie moléculaire. Rapidement vous intégrez une expédition archéologique visant à recueillir des échantillons de restes d'ossements de plusieurs hominidés, retrouvés en Sibérie orientale.
L'examen des ossements a révélé qu'ils appartiennent à plusieurs individus d'âge et de sexe différents. Vous décidez d'effectuer un test RFLP afin de voir s'il existe des liens familiaux entre certains de ces individus. Les résultats du test sont compilés dans la Figure 1 ci-dessous.
Figure 1 :
Individus testes:
I. Femelle adulte A 2: Juvenile Femelle 3 · Juvénile \4âlc -l: Femelle Adulte B 5 \4âlc adulte C 6· \4àk adulte D
lndr.iidual 't I 2 3 4 5 6
La technique utilisée est basée sur:
a. la réalisation préalable d'un gel SDS PAGE. b. la technique du Northern blot. c. la technique du Southern blot. d. la technique du Westhern blot. e. la présence de polymorphisme touchant les séquences consensus des sites de restriction.
15. Le résultat obtenu en Figure 1, ci-dessus, révèle que:
a. L'individu Juvénile femelle# 2 pourrait être l'enfant de# 1 et# 5. b. L'individu Juvénile mâle# 3 pourrait être l'enfant de# 4 et# 6. c. L'individu Juvénile mâle# 3 pourrait être l'enfant de# 4 et# 5. d. Les individus A et B pourraient être des sœurs. e. Les individus A et B pourraient être une mère et sa fille. f. L'individu C pourrait être l'enfant de# 1 et# 6. g. L'individu C pourrait être l'enfant de# 2 et# 6.
16. Comment confirmer ou infirmer vos hypothèses sur les liens parentaux entre les individus testés?
a. Réaliser un Western blot et d'autres endonucléases de restriction. b. Réaliser un Northern blot et d'autres endonucléases de restriction. c. Réaliser un Sourthern blot et d'autres endonucléases de restriction. d. Utiliser d'autres marqueurs de polymorphisme (séquence de répétition en tandem ... ) e. Utiliser la technique d'empreintes à la DNAse (Foot printing).
17. Afin de constituer des banques d'ADN génomiques pour les individus 1, 2, 3, 4, 5 et 6, il faudrait:
a. Utiliser des vecteurs contenant un site de clonage multiple, une origine de réplication ainsi qu'un marqueur de sélection (gène de résistance à un antibiotique). b. Utiliser des vecteurs d'expression contenant un site de clonage multiple, une origine de réplication, un marqueur de sélection (gène de résistance à un antibiotique) ainsi qu'un promoteur très efficace reconnu par l' ARN polymérase. c. Utiliser des vecteurs d'expression contenant un site de clonage multiple, un promoteur très efficace reconnu par l 'ARN polymérase ainsi qu'un site de liaison au ribosome. d. Utiliser des BAC ( chromosomes artificiels bactérien). e. Utiliser des Y AC ( chromosomes artificiels de levure).
18. L'analyse de l' ADN mitochondrial des échantillons bien préservés ( se trouvant dans des poches exemptes d'air) indique que les hominidés, décrits en 14, bifurquent d'une lignée arrivée d'Asie centrale il y a 7000 à 9000 ans. Leur présence dans les lieux de fouille archéologique suggère qu'ils ont dû traverser plusieurs chaines montagneuses et sont donc adaptés à des conditions de haute altitude et de faible oxygène.
Chez les populations actuelles vivant en haute altitude ceci est possible grâce à l'existence d'un polymorphisme touchant l'enzyme oxyde nitrique synthèse NOS3. La NOS3 permet de produire une grande quantité d'oxyde nitrique, impliqué dans la dilation des vaisseaux.
L'identification du gène codant la NOS3 chez les individus d'intérêt peut être réalisée par:
a. Criblage d'une banque d'ADN génomique constituée en 17. b. Réalisation d'une banque d' ADNc (ADN complémentaire) à partir des individus 1, 2, 3, 4, 5 ou 6 et criblage de celle-ci. c. Hybridation en solution de l'ADN de l'un des individus étudiés avec une sonde dérivée du gène NOS3 des populations vivant en haute montagne. d. Hybridation en solution de l' ADN de l'un des individus étudiés avec une sonde dérivée de l'orthologue du gène NOS3 murin, à condition de baisser la température d'hybridation. e. Hybridation en solution de l'ADN de l'un des individus étudiés avec une sonde dérivée de l'orthologue du gène NOS3 murin, à condition d'augmenter la température d'hybridation.
19. L'expérience en 18 a permis d'isoler un fragment de 650 paires de base. Ce fragment a été cloné dans le vecteur pBR322 (carte en Figure 2, ci-dessous) entre les sites EcoRI et BamHI. Le produit de la ligation a été transformé dans des bactéries et sélectionné sur des boîtes LB-Agar contenant différents antibiotiques.
a. Afin de sélectionner les clones positifs (ayant intégré le fragment d'intérêt), il faut d'abord faire pousser les bactéries sur une boîte contenant de l'ampicilline puis faire une réplique sur une boîte contenant de la tétracycline. b. Afin de sélectionner les clones positifs, il faut d'abord faire pousser les bactéries sur une boîte contenant de la tétracycline puis faire une réplique sur une boîte contenant de l'ampicilline. c. L'utilisation des sites Eco RI et BamHl permet d'avoir un clonage 'orienté'. Tous les clones positifs vont avoir le fragment d'intérêt cloné dans le ben sens (5' -3 '). d. L'utilisation des sites EcoRI et BamHI implique que le fragment d'intérêt va pouvoir s'insérer dans les deux sens. Il faut vérifier l'orientation de l'insert. e. L'utilisation des enzymes EcoRI et Clal aurait été plus judicieuse pour la sélection des clones.
20. Un clone recombinant est digéré puis analysé sur gel d'électrophorèse (Figure 3 ci-dessous). Les résultats obtenus pourraient être analysés de la façon suivante:
Figure 2 Figure 3
Puits __ 1 __ 2 __ 3 __ 4~ Taille {pb)
5000
le puits 4 contient le marqueur de poids moléculaires.
a. Le puits l contiendrait le plasmide non digéré. b. Le puits 2 contiendrait le plasmide non digéré. c. Le puits 2 contiendrait le plasmide digéré par Eco RI ou BamHI. d. Le puits 3 contiendrait le plasmide digéré par EcoRI ou BamHI. e. Le puits 3 contiendrait le plasmide digéré par EcoRI et BamHI.
L ¡
Examen Terminal d'enzymologie 1 (B32) session 2 Analyse des paramètres cinétiques et d'inhibiteurs de
caspases Juin 2018
Consignes
Vous devez respecter les méthodes données en travaux dirigés. Vos graphiques doivent comporter toutes les données qui ont été exigées en TD. EXPLIQUEZ CE QUE VOUS FAITES!
Rédaction : les abréviations de toute sorte sont interdites (-0,5 par abréviation). Vous devez faire des phrases : sujet/verbe/complément. Equations de droites : Les données ici sont « parfaites », une vraie droite moyenne n'est pas exigée. Calculez vos équations de droite en n'utilisant que deux points pour la pente et un seul pour l'ordonnée à l'origine. Le r2 de chacune de ces droites est 0,9999999.
1
Les caspa.ses sont des protéases à cystéine impliquées à la fois dans la mise en place de l'apoptose (mort cellulaire programmée) et dans la production de certains médiateurs de l'inflammation. La caspa.se 1, par exemple, a été impliquée dans les étapes de production de l'Interleukine lb alors que la caspase-3 est une des caspa.ses initiatrices de l'apoptose. Ces enzymes activent ou inactivent des effecteurs par clivage. Elles sont elles-mêmes produites sous forme de zymogène inactif et s'activent soit par auto-clivage soit par clivage via une autre caspase.fl ) Compte-tenu de leur similitude de fonctionnement, il a été possible de créer des substrats synthétiques pouvant être hydolysés par les 11 caspa.ses connues chez l'homme de façon à obtenir les paramètres cinétiques de ces enzymes et pouvoir faire des tests simples d'activité (1). L'obtention d'inhibiteurs de ces caspa.ses permettrait de pouvoir réguler un certain nombre de phénomènes biologiques (2).
Nature RevteWI. ( Mok>cul¡¡r Cell 8iology
(a) Les caspases apoptotiques
(b) caspase et cytokine
Partie I : Étude cinétique des caspases (1)
Basé sur le motif de reconnaissance optimal pour chaque enzyme, des substrats avec la structure générale Ac-XEXD-AMC ( X désignant n'importe quel résidus d'acide aminé, E glutamate et D aspartate) ont été utilisés pour développer des tests fluorimétriques en continu. Le clivage se fait après l'acide aspartique terminal libérant le produit AMC qui est alors fluorescent. La nature du résidu X dépend de la spécifité de chaque caspa.se. Pour la caspa.se 3, le peptide utilisé est Ac-DEVD­ AMC (1). Question 1 : Expliquez cette méthode de mesure de la vitesse initiale /1
Question 2 : Expliquez les deux méthodes mathématiques qui permettent de démontrer les équa­ tions de Mickaelis et Menten. /2
Question 3 : Définissez kcat et KM /2
Question 4 : Analysez les données cinétiques de l'enzyme (1). (/7)
[Ac-DEVD-AMCJ µM 10 I 25 I 50 I 100
Vo µM/s 0,000042 i 0,00006 i 0,00001 J 0,000016
TABLE 1: Vitesses de modification du substrat synthétique Ac-DEVD-AMC en présence de 6. 10-6 µM de caspase 3
2
Partie II : Étude de l'effet d'aldéhyde-peptides inhibiteurs sur les caspases(2)
Des peptides inhibiteurs ont été dessinés pour les caspases selon le modèle suivant : une séquence peptidique du type XEXD ( X désignant n'importe quel résidus d'acide aminé, E glutamate et D aspartate) suivi d'une fonction aldéhyde empêchant la coupure du peptide après l'aspartate final (2).
Question 1 : A partir du graphique 2a, analysez l'effet de l'inhibiteur Ac-DEVD-CHO sur la caspase 3. (2) /6
Question 2 : Le tableau 2b montre les constantes d'inhibition sur différentes caspases pour dif­ férents inhibiteurs dont la séquence peptidique varie légèrement. Analysez ces résultats et compte­ tenu du mécanisme déterminé précédemment, expliquez le classement des caspases en trois groupes. /3
Représentation en double inversa de l'action de la caspas.e 3 sur le substrat synthétique Ac-DEVO-AMP en présence du peptide
inhibiteur Ac-DEVO-CHO
l=0.0002µM ., • l 70807,c + 11905
R'" l
- l/lDE\/0-AMP)
20000 -
C-.,1 C.,,.,.. 1 c.,-.a C...D ~ > us I C.,,.,..1 ~ > u ~->1 > 1n to a.-m ~ > Il I ~ ~ !LI LS
!l 178 ., I • C..,...IO 13D - I! !1
(a) graphique primaire (b) Aldéhyde-peptides et caspases
FIGURE 2: Effets des aldéhyde-peptides sur les caspases(2)
Référence:
(l)Margarita Garcia-Calvo*,l, Erin P. Petersonl, Dita M. Rasper2, John P. Vaillancourt2, Robert Zamboni2, Do­ nald W. Nicholson2 and Nancy A. Thornberryl.(1999) Purification and catalytic properties of human cascase family rneribas Cell Death and Differentiation 6, 362 369
(2)Margarita Garcia-Calvo, Erin P. Peterson,Barbara Leiting, Rejean Ruel, Donald W. Nicholson and Nancy A. Thorn­ berry (1998)1nhibition of human cascases t7y' peptide-teses and macromolá::ular inhibitor. J. Biol. Chem., 273 :32608- 32613.
(3)Carlos López-Otín Tony Hunter(April 2010) The rEy.Jlatory crosstalk œtwaan kinases and proteases in canœr Nature Reviews Cancer 10, 278-292
(4)Walter Nickel Catherine Rabouille (February 2009) Me::hanisms of rEy.JlatEd unronventional protein secretion Nature Reviews Molecular Cell Biology 10, 148-155
3
4
5
Université de Toulon UFR Sciences & Techniques Licence Sciences de la Vie 2ème Année
Durée de I' épreuve : 2h Calculatrices Autorisées
Documents interdits Téléphones portables interdits
Lundi 8 Janvier 2018 Module P32
Questions à choix multiple (3 points)
Vous reporterez sur votre copie le numéro de la question et la lettre correspondant à votre réponse (une seule réponse possible). Ne rendez en aucun cas cet énoncé.
1. Si on mélange deux volumes identiques de gaz portés à des températures différentes, la température du mélange final est égale ...
A à la différence des deux températures B à la moyenne des deux températures C à la somme des deux températures
2. On considère deux points d'un fluide situés à la même altitude. En utilisant la loi de Bernoulli 1 2 d" P+e.g.z+-e.v =cte, on peut tre que ... 2
A la pression est plus élevée au point où la vitesse d'écoulement du fluide est plus faible B la pression est plus élevée au point où la vitesse d'écoulement du fluide est plus élevée C la pression est indépendante de la vitesse d'écoulement du fluide
3. Qu'est-ce que l'état amorphe? A un état intermédiaire entre le solide et le liquide B un état intermédiaire entre le gaz et le solide C un état intermédiaire entre le liquide et le gaz
4. Le phénomène de perte de charge est ... A lié à la viscosité du fluide qui s'écoule B indépendant du fluide C lié à la compressibilité du fluide qui s'écoule
5. Une transformation adiabatique est une transformation ... A à température constante B sans échange de chaleur C à volume constant
6. La vitesse d'un fluide visqueux s'écoulant dans un tube cylindrique est : A maximale au centre du tube B nulle au centre du tube C identique en tout point d'une section droite du tube
7. Quelle est la masse volumique de l'eau? A IO kg/f B 103 kg/m ' e 1 glt
8. Quel est l'intérêt de l'ultracentrifugation ? A accélérer la sédimentation de molécules B ralentir la sédimentation des molécules C modifier la forme des molécules
9. Une liaison ionique est une liaison résultant d'une interaction entre ... A des ions positifs et un gaz d'électrons B des dipôles électriques permanents ou induits C des ions de charges opposées
10. L'équation de diffusion de la chaleur..!_ dQ =-K dT exprime que ... S dt dx
A la conductivité thermique K dépend du gradient de température B le flux de chaleur est inversement proportionnel au gradient de température C le flux de chaleur est proportionnel au gradient de température
11. Les arbres puisent de l'eau dans le sol grâce aux phénomènes: A de sédimentation B de capillarité C de mouillabilité
12. Le phénomène d'osmose correspond : A au transfert d'un solvant à travers une membrane sous l'effet d'un gradient de concentration B au transfert de molécules de soluté sous l'effet d'un gradient de concentration C à un phénomène ne mettant pas en jeu la diffusion moléculaire
Exercice 1 (3 points)
Expliquer en quelques lignes :
2. Le rôle des savons et détergents.
Exercice 2 (3 points)
Le schéma ci-dessous représente l'écoulement d'un fluide dans un tuyau horizontal de section constante.
1. Grâce aux capillaires plongés dans le tube à différents endroits, que peut-on mesurer facilement ?
2. Le niveau de liquide est différent dans chacun des capillaires, expliquer pourquoi.
,_
Exercice 3 ( 4 points)
En fonction de la température, on peut trouver le fer sous deux formes cristallographiques:
- en dessous de 1184ºC, il cristallise dans le système cubique corps centré
- au-dessus de l l 84ºC, il cristallise dans le système cubique à faces centrées
1. Dans les deux cas, représenter les mailles avec leurs atomes et calculer le nombre d'atomes par maille.
2. Calculer le taux de compacité des deux structures.
Exercice 4 (4 points)
On considère une canalisation horizontale constituée d'une région (1) de section A1 et d'une région (2) de
section plus faible A2.
Un fluide parfait de masse volumique p s'écoule en régime permanent de la région (1) vers la région (2).
Les vitesses d'écoulement du fluide dans les régions (1) et (2) sont notées respectivement v1 et v2.
Les pressions P1 et P2 dans les deux régions (1) et (2) sont mesurées par deux manomètres placés à
l'aplomb de la canalisation.
I __.., v, '
1. Sans calcul et en le justifiant, préciser la région dans laquelle la vitesse d'écoulement du fluide est la
plus élevée.
2. Sans calcul et en le justifiant, préciser la région dans laquelle la pression est la plus élevée.
3. Etablir l'expression de la vitesse v2 du fluide dans la région (2) en fonction de P1, P2, p, A1 et A2.
4. Calculer v2 en considérant que :
- le fluide est de l'eau
-A1 = 3xA2
- la variation de pression entre les régions (1) et (2) de 105 Pa.
1 ?
P.V=n.R.T Q=S.v
Exercice 5 (3 points)
Pour chaque transformation, calculer le travail échangé entre le gaz et le milieu extérieur.
1) 1 mole de gaz parfait subit une transformation réversible isobare (P = 1 bar) de V1 = l I!, à V2 = 3 V1•
2) l mole de gaz parfait subit une transformation réversible isochore de P1 = l bar à P2 = 3 P1.
3) l mole de gaz parfait subit une transformation réversible isotherme (T= 25ºC) de V1 = l I!, à V2 = 3 V1.
Université de Toulon UFR Sciences & Techniques Licence Sciences de fa Vie 2ème Année
Durée de I' épreuve : 2h Calculatrices Autorisées
Documents interdits Téléphones portables interdits
Mardi 26 Juin 2018 Module P32
Questions Vrai ou Faux (3 points)
Indiquer sur votre copie fe numéro de fa question et votre réponse (Vrai ou Faux). 1. Le coefficient de diffusion d'une particule sphérique augmente quand son rayon décroît.
2. Dans le cytoplasme cellulaire, les ions K+ sont immobiles puisque leur concentration est identique
partout.
3. Un changement d'état se fait, à pression donnée, à température constante.
4. La vitesse d'un fluide visqueux s'écoulant dans un tube cylindrique est maximale au centre du tube.
5. Les forces d'interaction entre deux molécules augmentent lorsque la distance augmente.
6. La quantité de chaleur qui intervient lors d'un changement d'état est calculée à partir de la chaleur latente.
7. Une liaison métallique correspond à la mise en commun d'électrons de liaison.
8. Le phénomène d'osmose correspond au transfert, à travers une membrane semi-perméable, d'un
solvant depuis une solution diluée vers une solution concentrée.
9. L'unité de la masse volumique dans le système international est le g.cm'. 10. D'après la loi de Dalton, la pression absolue d'un mélange gazeux est égale à la somme des pressions
partielles des gaz qui composent ce mélange.
11. On considère un récipient, contenant du sel dissous dans de l'eau, dans lequel on plonge deux
électrodes reliées à une pile. Le phénomène d'électrolyse qui apparaît met en jeu une diffusion des anions
cr et des cations Na+ en sens opposé. 12. L'état amorphe est un état intermédiaire entre le solide et le liquide
Exercice 1 ( 4 points)
l. Définir brièvement les différents termes apparaissant dans l'équation de Bernoulli et donner leur unité dans le système international :
1 2 P + p.g.z + -p.v = cte 2
2. Réécrire cette équation dans le cas d'un fluide statique. 3. Application numérique: A quelle profondeur h sous l'eau se situe un plongeur quand il est soumis à une pression P :
a. de 105 Pa? b. de 2.105 Pa? c. de 5.105 Pa?
d. de 106 Pa?
Données: g = 9.81 m.s-2, pression atmosphérique : Po= I 05 Pa
Exercice 2 (4 points)
1. Quel est le volume occupé par 0,8 mol de dioxygène gazeux dans les conditions normales de température et de pression (T = OºC et P = 1,013.105 Pa) ? On considèrera le dioxygène comme un gaz parfait.
2. Quel est le volume occupé par 7,8 g de dioxygène dans les conditions normales de température et de pression?
3. Quelle est la quantité de matière (nombre de moles) contenue dans 15.e de dioxygène? 4. Le gaz subit une transformation isotherme au cours de laquelle sa pression est doublée, quel est alors le
volume occupé? On donne: Masse molaire de l'oxygène: M(O) = 16 g.mol'
Exercice 3 (4 points)
Dans un calorimètre, on place 30 g de glace prise à -lOºC et 500 g d'eau à +40ºC. l. Calculer la température finale du mélange (on suppose qu'il n'y a qu'un échange de chaleur entre la glace et l'eau). 2. Quelle quantité de chaleur faudra t-il fournir au mélange obtenu pour le transformer en vapeur à 373K. Détailler les étapes de votre raisonnement, l'application numérique ne s'effectue qu'à la fin. Données: Cgiace = 2 J.g-lK-1, Ceau = 4 J.g-lK-1, Lfusion = 333 J.g-1_, Lvaporisation = 2 244 kl.kg'
Exercice 4 (5 points)
On considère la seringue représentée sur le dessin ci-dessous. Le tube a une section S1 et l'aiguille a une section S2. On suppose que l'on presse le piston avec une vitesse v, uniforme. On note v2 la vitesse du fluide dans l'aiguille. On considère que le fluide qui circule est de l'eau.
Tube de Aiguùle de
) .... ;_is~-: V1 ... ( I==-- 1 n \ _ b Vitesse '--'..__V_r-·te_ss_e-du--------'"' d'éjection
fluide . V l du fluide : V 2
1 )Exprimer le débit à travers la section SI du tube ainsi que celui à travers la section S2 de l'aiguille. Quelle est l'unité du débit dans le système international? 2) A partir de la relation de conservation du débit, déduire l'expression littérale de la vitesse d'éjection v2 en fonction de la vitesse v1 du piston et des sections SI et S2. 3) Application numérique: S1= 2 cm", S1= 2 mm' et la vitesse du piston est v1= 5 cm/s. Calculer le débit amsi que vi. 4) La pression P2 en sortie del 'aiguille a une valeur connue, quelle est-elle? En utilisant la loi de Bernoulli, calculer la pression P1 qui existe dans le tube de section S1.
MB31 L2 SVT, Contrôle Terminal, 01/2018 (sans document, sans calculatrice)
Exercice 1 Un dé truqué à 6 faces est tel que la probabilité de sortie d'un numéro k est proportionnelle à k (la probabilité d'avoir k est alors égale à k /21 ). On lance ce dé et on considère les événements : • A « le numéro est pair » ; • B « le numéro est supérieur ou égal à 3 » ; • C « le numéro obtenu est 3 ou 4 » a) Calculez les probabilités de A, B, C. b) Calculez la probabilité conditionnelle p(BIA). c) A, Bet C sont-ils 2 à 2 indépendants? mutuellement indépendants?
Exercice 2 Un composé est constitué de 5 molécules différentes nommées A, B, C, D et E. Les proportions de ces molécules dans le composé sont respectivement 1/20, 3/10, 2/10, 1/10 et 7/20. Ces molécules peuvent être irradiées. Pour les molécules de type A, 1/1 O des molécules sont irradiées. Pour les molécules de type B, 1/100 des molécules sont irradiées. Pour les molécules de type C, 1/5 des molécules sont irradiées. Pour les molécules de type D, 1/20 des molécules sont irradiées. Pour les molécules de type E, 1/50 des molécules sont irradiées.
1. Calculer la probabilité qu'une molécule soit irradiée ? 2. Calculer la probabilité qu'une molécule irradiée soit du type B ?
Exercice 3 Une petite entreprise emploie vingt personnes. Une étude statistique permet d'admettre qu'un jour donné la probabilité qu'un employé donné soit absent est 0,05. On admet que les absences des employés survenues un jour donné sont indépendantes les unes des autres. On note X la variable aléatoire qui à chaque jour tiré au hasard associe le nombre d'employés absents.
a) Donner et expliquer la loi de X dont on précisera les paramètres. b) Déterminer la probabilité des évènements suivants :
A : « Un jour donné il y a exactement 3 absents » B : « Un jour donné il y a strictement plus de 2 absents» C: « Un jour donné le nombre d'absents est compris entre trois et six (inclus)»
c) Calculer E(X). Que représente E(X). d) Montrer que l'on peut approcher la loi de X par une loi de Poisson. En utilisant alors
la loi de Poisson, déterminer les probabilités des trois événements A, B et C.
Exercice 4 Soit X une V AD qui suit une loi géométrique de paramètre p=l/10.
1) Calculer P(X = 3) 2) Calculer P(X ~ 10).
Formulaire
Enoncé 1: la probabilité d'un événement quelconque est la somme des probabilités de tous les événements élémentaires qui y sont inclus.
Enoncé 2: si tous les événement élémentaires ont la même probabilité alors la probabilité d'un événement quelconque est donnée par
P(A) __ ca_r_d_(A_) - card(D.)
Enoncé 3: la probabilité conditionnelle de A sachant Best définie par P(AIB) = P~~;~)
, P(A)P(BIA) Enonce 4: Formule de Bayes P(AIB) = P(B)
Enoncé 5: Pour un système complet d'événements, on a la formule de la probabilité totale,
n
P(B) = I P(A¡)P(BIA¡) i=l
Enoncé 6: Deux événements A et B sont indépendants si P(A n B) = P(A)P(B)
Enoncé 7 : Les n événements Al, ... , An sont mutuellement indépendants si pour tout k E {2, ... , n} et tout 1::;; il< ... < ik s; n, on a
P(Ail n ... n Aik) = P(Ail) ... P(Aik) Enoncé 8: L'espérance est définie par E(X) = LiEN Pi Xi Enoncé 9: E(aX + bY) = aE(X) + bE(Y) Enoncé 10: La variance est définie par V(X) = LiENPi(xi - E(X))2 Enoncé 11: V(X) = E(X2
) - E(X)
Enoncé 12: L'écart-type est défini par o-(X) = .JV(X) Enoncé 13: Pour une loi binomiale (de paramètres net p E}O; 1 [)
P(X = x) = CrÎpx(l - Pr-x, E(X) = n p V(X) = n p(l - p)
Enoncé 14: On dit que X suit une loi de Poisson de paramètre À > O, si À À.X P(X = x) = e- -etE(X) = À V(X) = À x!
Enoncé 15 : Une loi binomiale de paramètre n et p peut être approximée par une loi de poisson de paramètre À = np si
n ~ 30,p::;; 0.1,np::;; 10
Enoncé 14: Pour une loi géométrique (de paramètre p E}O; 1 [),
P(X = x) = p (l -py-1,E(X) = 1/p ,
V(X) = (1 - p)/p2 , P(X::;; x) = 1 - (1 - p)x
Université de Toulon
Contrôle terminal (CT). Durée 2 heures.
Lundi 8 janvier 2018.
Aucune connexion au réseau Internet (téléphone, I-phone, tablette, montre ... ) n'est autorisée.
Les étudiants doivent rendre le sujet d'examen, muni des cases correctement cochées au stylo à bille, ou à l'encre, surtout pas au crayon à papier.
Il sera demandé, de justifier certaines réponses sur la copie papier qui contiendra le sujet d'examen.
Le nom de l'étudiant ne figurera que sur la copie papier jointe avec le sujet d'examen. Un numéro d'identification compris entre 1 et 100 sera attribué à chaque étudiant par les
enseignants surveillants.
Les données figurent en fin de sujet.
Numéro d'anonymat de l'étudiant. A reporter obligatoirement sur la, ou les,
copie( s) d'examen.
1.1. AlC03.
1.2. AlK.
1.3. Ah(C03)3.
1.4. AI3C02.
1.5. 2AI3C03.
Cocher la bonne case, au era yon bille ou à l'encre :
1
'21
Question 2. 2 points.
On veut préparer 280 mL d'une solution aqueuse d'hydroxyde de potassium. Quelle masse de
cristaux doit-on dissoudre si l'on veut que la concentration soit égale à 0,05 mol.L-l ? Densité de la solution prise égale à 1.
Entourer la bonne case au stylo bille ou à l'encre :
2.1. 0,0 784 g 2.2. 7,84 g 2.3. 0,00 784 g 2.4. 5,6 g 2.5. 0,784 g
Question 3. 3 points.
On veut préparer 250 mL de solution aqueuse de chlorure de sodium à 5 g.C1. La solution
sera notée S 1.
Quel nombre de moles de chlorure de sodium solide doit-on dissoudre dans 250 mL ? Densité de la solution prise égale à 1.
Entourer la bonne réponse au stylo bille ou à l'encre :
3.1. 2,14 mol 3.2. O. 086 mol 3.3. 0,214 mol 3.4. 0,0 214 mol 3.5 0,86 mol
Justifier le calcul sur la feuille d'examen en précisant le numéro de la question.
Question 4. 4 points.
On veut mélanger 250 mL de la solution Sl, obtenue à la question 3, avec 300 mL d'une
solution aqueuse S2 de chlorure de calcium à O, 1 mol.L-1.
Soit S3 la solution finale obtenue. Les volumes sont additifs et la densité du mélange vaut 1.
La concentration finale, en mol.L-1, des anions chlorure vaut:
Entourer la bonne réponse au stylo à bille ou à l'encre :
2
4.4. 0,74 mol.L-1• 4.5. 0,148 mol.L-1.
Justifier le calcul sur la copie d'examen en reprenant le numéro de la question.
Question 5. 5 points.
Quel volume V, en mL, de solution aqueuse S4 de chlorure de sodium à 100 g.L-1 doit-on
prendre pour avoir 7 ,25 g de sodium, Na+, dans 250 mL d'eau salée reconstituée ( solution S4 + eau distillée). On considère qu'on préparera juste ce volume de 250 mL. Densité de la solution égale à 1.
Répondre sur la feuille d'examen enjustifiant le calcul et en disant comment on va s'y prendre (volumes, dilutions éventuelles .. ). Reporter le numéro de la question.
Entourer ici au crayon bille, ou à l'encre la bonne réponse.
5.1. 184mL 5.2. 18,4 mL 5.3. 0,184 mL 5.4. 36,8 mL 5.5. 0,368 mL
Question 6. 3 points.
La constante d'acidité Ka de l'acide méthanoïque fait intervenir les ions hydroxyde, OH-:
6.1. Au dénominateur. 6.2. Au numérateur. 6.3. Nulle part. 6.4. A la puissance 2 au dénominateur. 6.5. A la puissance 2 au numérateur.
Entourer ici la bonne réponse au crayon bille ou à l'encre et justifier sur la copie d'examen la réponse fournie en reprenant le numéro de la question.
Question 7. 3 points.
La constante Kb du couple acide méthanoïque / anion méthanoate est, numériquement :
3
7.1. Egale à Ka. 7.2. Plus grande que Ka. 7.3. Plus petite que Ka. 7.4. Egale à 10-14_
7.5. Egale à O.
Entourer ici la bonne réponse au crayon bille ou à l'encre, et justifier sur la copie d'examen en reportant le numéro de la question.
Question 8. 5 points.
Le pH d'une solution aqueuse d'acide chlorhydrique à 10-8 mol.L-l vaut:
8.1. 8 8.2. 6 8.3. 6,98 8.4. 7.02 8.5. Ne peut pas être défini.
Entourer ici la bonne réponse (crayon bille ou encre) et justifier le calcul sur la copie d'examen en reportant le numéro de la question. Préciser aussi si le calcul fait correspond à une réalité mesurable, ou pas.
Question 9. 5 points.
Le pH d'une solution aqueuse d'ammoniaque (solution aqueuse de gaz ammoniac) à 0,05 mol.L-1 vaut :
9.1. 12,70 9.2. 10,97 9.3. 14 9.4. 7 9.5. 5
Entourer ici la bonne réponse et justifier le calcul sur la copie d'examen en reportant le numéro de la question. Aucune formule approchée, du style pH= 0,5.(pKa- log C) ne sera autorisée.
Question 1 O. 7 points.
Le pH d'une solution aqueuse d'acide sulfureux à O, 1 mol.L" vaut:
10.1 1 10.2. 0,70 10.3. 2 10.4. 7 10.5 1,57.
4
Entourer ici la bonne réponse à I' encre ou au stylo bille et justifier le calcul sur la copie d'examen, en reportant le numéro de la question. Aucune formule approchée n'est admise.
Question 11. 6 points.
Le pH d'une solution aqueuse de carbonate de potassium à 0,05 mol.L-l vaut:
11.1. 12,70 11.2. 13 11.3. 14 11.4. 11,5 11.5 1,30
Entourer ici la bonne réponse et justifier le calcul sur la copie d'examen, en reportant le numéro de la question. Aucune formule approchée ne sera acceptée.
Question 12. 5 points.
On mélange 6 g d'hydroxyde de sodium solide à 1 L d'une solution aqueuse d'acide éthanoïque à 0,3 mol.L". On considère qu'il n'y a pas de variation de volume et que la densité reste égale à 1. On se place dans I 'approximation d'Henderson au niveau de la non-réaction avec l'eau des molécules d'acide éthanoïque et des anions éthanoate.
Le pH final est égal à:
12.1. 7 12.2. 14 12.3. 8 12.4. 4,75 12.5. 9,25
Entourer ici la bonne réponse (bille ou encre) et justifier, sur la copie, le calcul justificatif, en précisant le numéro de la question.
Question 13. 3 points.
A la demi-équivalence acido-basique de l'acide éthanoïque à 0,3 mol.L'", le pouvoir tampon
ß, calculable à partir de la formule ß = (Lnl O). C total. x. (1-x) est égal, en mol.L-1, à:
13.1. 7 13.2. 0,173 13.3. 1,73 13.4. 0,00173 13.5. 4,75
Entourer ici la bonne réponse (bille ou encre) et justifier le calcul sur la copie d'examen en précisant le numéro de la question.
5
Question 14. 4 points.
A la demi-équivalence du dosage de I 'acide chlorhydrique par I 'hydroxyde de sodium, si on
prend deux concentrations pour l'acide (0,1 et 0,2 mol.L-l par exemple), on ne trouve pas la même valeur de pH. On raisonne sur un volume d'acide égal à 100 mL, dosé par l'hydroxyde de sodium à 0,5 mol.L".
L'acide chlorhydrique est-il :
14.1. Un bon tampon. 14.2. Il n'est pas un tampon. 14.3. Un tampon qui garde toujours le même ß. 14.4. Un tampon de ß = 0,057 mol.L" l 14.5. Un tampon de ß = 0,0285 mol.L-l
Entourer ici la bonne réponse (bille ou encre) et justifier sur la feuille d'examen, en reprenant le numéro de la question.
Question 15. 6 points.
On veut doser un mélange d'acide chlorhydrique et d'acide sulfureux par une solution aqueuse d'hydroxyde de sodium.
La prise d'essai de l'acide est de 50 mL. La concentration de l'hydroxyde de sodium est égale à 0,4 mol.L-1.
On constate un premier virage pour V 1 = 12 mL puis V 2 = 18 mL.
La concentration de l'acide sulfureux, exprimée en mol.L'", vaut-elle:
15.1 0,096 15.2. 0,4 15.3. 0,5 15.4. 0,048 15.5 0,1
Entourer la bonne réponse (bille ou encre) et justifier le raisonnement suivi, à l'aide par exemple d'un schéma pH= f (V NaOH versé). On reportera le numéro de la question.
Question 16. 6 points.
On utilise la question 15. Le pH lorsque V= 24 mL d'hydroxyde de sodium vaut:
16.1. 7 16.2. 14 16.3. 9,75 16.4. 2 16.5 o
6
On entourera ici la réponse correcte au stylo, ou à l'encre, et on justifiera la démarche suivie sur la copie, en reprenant le numéro de la question. Aucune formule approchée n'est admise.
Question 1 7. 2 points.
La formule de l'anion phosphate, fondamental en biochimie, est :
17.1. p-
Entourer ici la bonne réponse.
Question 18. 2 points.
La formule du cation sodium dans Na2C03 solide est :
18.1. Na2+ 18.2. N 2+ a2 18.3. Na+ 18.4. s+ 18.5. Na2-
Entourer ici la bonne réponse (bille ou encre).
Question 19. 1 point.
19.1. C03- 19.2. C02- 19.3. co," 19.4. C032+ 19.5. C03-
Entourer ici ( encre ou bille) la bonne réponse.
Question 20. 2 points.
On mélange, mole à mole, dans 1 L d'eau, de l'hydrogénocarbonate de sodium et du carbonate de sodium, solides tous les deux. Pas de variation de volume. Densité de la solution égale à 1. Le pH vaut :
7
20.1 7 20.2. 10,3 20.3. 6,4 20.4. 14 20.5. o
Entourer la bonne réponse (bille ou encre). Justifier le calcul sur la feuille.
Données pour la résolution des questions.
Numéros atomiques de quelques éléments chimiques :
H: Z = 1 ; C: Z = 6; N: Z = 7; O: Z = 8; Na: Z = 11 : Cl: Z = 17; K: Z = 19; Ca: Z = 20.
Masses atomiques, exprimées en g.mol" 1:
H: 1 ; C: 12; N: 14; O: 16: Na: 23; Cl: 35,5; K: 39; Ca: 40.
Produit inique de l'eau, Ke, à 25ºC:
pKa de quelques acides, à 25ºC :
HCOOH I ncoo : 3,80.
H2C03 I HC03 - : 6,4
8
Examen (CT) du C 311, Chimie des solutions.
Seconde session. Vendredi 22 juin 2018.
Durée de l'épreuve: 2 heures.
Les données permettant de résoudre les exercices sont fournies en fin de sujet. L'usage de la calculatrice est autorisé uniquement pour les calculs élémentaires simples {quatre opérations,
racines carrées, logarithmes).
Partie 1. Nomenclature.
11. I O points. Après avoir rappelé leur nom sur la copie, donner la formule chimique des cations suivants:
argent, cuivre (II), fer (Il), fer (III), nickel (II), sodium, lithium, calcium, potassium, ammonium.
12. 10 points. Après avoir rappelé leur nom sur la copie, donner la formule chimique des anions suivants:
phosphate, hydrogénophosphate, dihydrogénophosphate, sulfate, sulfite, hydrogénosulfite, carbonate, hydrogénocarbonate, nitrate, sulfure.
13. 10 points. Donner, successivement, le nom, la formule du sel en solution aqueuse, la formule + - du sel cristallisé. Exemple: chlorure de sodium, NaCl, Na + Cl .
Nitrate de fer (III), sulfite de fer(III), carbonate de lithium, sulfure de potassium, hydrogénocarbonate de calcium, permanganate de nickel (Il), nitrite de sodium, hypochlorite de potassium, chlorure d'ammonium, perchlorate de magnésium.
14. 10 points. A partir de la formule du sel cristallisé, en donner le nom et indiquer clairement quels sont les ions qui le composent (anion et cation):
1
Partie 2. Mélanges et dilutions.
A. On mélange I litre de solution aqueuse de chlorure de sodium à IO g.L-1 avec 2 litres de chlorure de sodium à 20 g.L-1 On obtient la solution S 1. Les volumes sont considérés comme additifs et la densité des solutions est toujours égale à 1.
21. 20 points. Quelle est la concentration, en g.L-1, et en moI.L-1 de chacun des ions de la solution SI?
B. On mélange 1 litre de solution aqueuse de chlorure de magnésium à 15 g.L-1 avec 2 litres de chlorure de magnésium à 25 g.L-1• On obtient la solution S2. Les volumes sont considérés comme additifs et la densité des solutions est toujours égale à I.
22. 20 points; Quelle est la concentration, en g.L-1, et en mol.L:' de chacun des ions de Ia solution S2?
23. 30 points. On mélange la totalité des solutions S 1 et S2. On obtient la solution S3. Les volumes sont considérés comme additifs et la densité des solutions est toujours égale à l.
Quelle est la concentration, en g.L-1, et en mol.L:' de chacun des ions de la solution S3?
Partie 3. Les pH de solutions simples.
On dissout 16 grammes de carbonate de sodium avec 14 grammes d'hydrogénocarbonate de sodium dans 1,25 litre d'eau. On obtient une solution tampon. Densité de la solution égale à I.
31. 20 points. Que vaut le pH de la solution tampon ? Que vaut la valeur du pouvoir tampon ß? Quelle est l'unité de ß?
ß = (Ln 10).C totale.(1-x)x. On rappelle que x désigne le rapport de la concentration de l'anion carbonate sur la concentration totale, C totale= [hydrogénocarbonate]+ [carbonate].
Partie 4. Courbes de dosage.
Le dioxyde de soufre, S02, est un polluant de l'air dont la teneur doit être contrôlée avec précision. Il est piégé par des stations météo, puis mis en solution aqueuse. Il réagit avec l'eau pour donner une solution aqueuse d'acide sulfureux (ou sulfite d'hydrogène), H2S03.
On dose une solution d'acide sulfureux (ou sulfite d'hydrogène) par de l'hydroxyde de sodium. Voir document sur papier millimétré ci-joint
Le volume de prise d'essai est de 50 mL. La concentration de l'hydroxyde de sodium est égale à
2
3o
0,08 moI.L-1• On trace pH= f (NaOH). On note deux sauts de pH pour V= VI et V= V2.
41. 20 points. Ecrire les réactions chimiques qui interviennent entre :
V = O et V = V 1, puis entre V = V 1 et V = V2.
On précisera le nom des réactifs et des produits à chaque fois. On écrira la formule sous forme
ionique, si le composé est ionique (Na+ + Cf ... ), ou sous forme moléculaire si le composé est
moléculaire (H20 ... ). Toute écriture mal appropriée sera sanctionnée.
42. 20 points. En déduire la concentration, exprimée en mol.L:', de la solution d'acide sulfureux (ou sulfite d'hydrogène).
43. 30 points. Donner la formule, le nom et la concentration, en mol.L:', des espèces chimiques formées à V = VI et V= V2. Calculer le pH de la solution lorsque V= V2.
Données.
K Ca
Masses atomiques, en g.mol'.
H = 1, C = 12, O= 16, Na= 23, Mg= 24, Cl= 35,5.
+ - h Produit ionique de l'eau: Ke= [H30 ].[OH ] = .rïï = 10-14 à 25ºC.
- - 2- Valeurs de différents pKa, à 25ºC : pKa1 H2C03 / HC03 = 6,4 ; pKa2 HC03 / C03 = 10,3.
3
LA PRESENTE PAGE DE GARDE COMPORTE L'ÉNONCÉ
ET VOTRE NOM, ELLE EST À RENDRE IMPERATIVEMENT
ANGLAIS
Aucun document autorisé
Listen to this extract about the creation of false memory between lzzie Clarke and crime psychologist and author of The Memory Illusion, Julia Shaw from University College London. (duration of the audio programme : 3 mns 30).
l. Tick the correct answers.
a. False memories O are the results of imagination and real experience O can be based on true facts O relate to a mixture of real memories and other pieces of information O are part of a process in which the brain is confused between reality and dreams O can lead to false convictions
b. False memories are all alike.
O right O wrong
Justify from the a ud io : --------------------------------------------------------------------------------------------
c. Someone can believe they commit a crime although they didn't.
O right O wrong
(NO JUSTIFICATION REQUIRED HERE)
d. Julia's study is focused on :
O understanding how a crime is likely to happen O showing how people get to confess something they didn't do O pointing out the police might sometimes be responsible for false confessions O interviewing people who assaulted the police when they were teenagers
2. At one point, Julia says, "if you've got someone on the stand ... " What exact situation
does she refer to? (You can explain in French)--------------------------------------------------------
3. Tick the true statements about the people interviewed by Julia:
O they were contacted by Julia a long time before the study took place O they attended university O they already had children of their own O they had difficulty in remembering past events O they were aware how emotional such an interview would be O they believed they had committed a crime
4. Translate into French : 'Over twenty minutes they'd build up the sense of'oh, she
knows something about my life ... ' -------------------------------------------------------------------------
S. Why exactly does Julia need the participants to trust her in her study? -------------------
6. Give the exact English translation of these expressions picked up from the audio.
a. on présente quelqu'un dans un décor: ---------------------------------------------------------
b. ce à quoi une personne réelle ressemble vraiment: -----------------------------------------
c. un e agression avec a rm e : ------------------------------------------------------------------------ d. les preuves sont maigres : ------------------------------------------------------------------------ e. tu comptes sur la mémoire : --------------------------------------------------------------------­ ¡. pos er des questi on s a pprof on di es: ------------------------------------------------------------
7. How many false memories did Julia's interview actually include?
O one false memory O two false memories O one false memory and two real ones
8. What were the bit(s) of reality that Julia added to make her story-telling more
credible? ---------------------------------------------------------------------------------------------------------
Examen B41 mai 2018
Durée : 2 heures Calculatrice et téléphone portable non autorisés Documents non autorisés
Sujet
Expliquez la phase photochimique de la photosynthèse. Faites une introduction, un développement et une conclusion.
Examen B41 juin 2018
Durée : 2 heures Calculatrice et téléphone portable non autorisés Documents non autorisés
Sujet
Expliquez la phase photochimique de la photosynthèse. Faites une introduction, un développement et une conclusion.
Contrôle Terminal de microbiologie (B42) mai 2018
Partie I : Questions de synthèse de connaissances. /15
Sujet : Diversité des modes de vie des micro-organismes
Vous réaliserez une dissertation selon les modalités vues en travaux dirigés sur le sujet ci-dessus. Vous pouvez utiliser le document "Rédaction" fournit en TD.
Partie II Exercice : Microflore intestinale des sauropodes et réchauffe­ ment climatique / 5
"Les sauropodes sont parmi les plus longs et les plus imposants dinosaures (brachiosaure, diplodocus, sauroposeidon), et par conséquent les plus grands animaux qui aient vécu sur terre. Ils ont commencé à occuper la Terre, il y a environ 150 millions d'années. Chez ces animaux végétariens, comme chez les bovins actuels, la digestion par fermentation se fait grâce à la présence de microbes dans le tube digestif. 11 (1) L'article de sciences et avenir dont est issue cette citation est écrit à partir d'une étude mathématique de chercheurs américains sur les produits de digestion des sauropodes (2). La digestion des sauropodes est supposée proche de celle des bovins actuels. Vous trouverez trois figures ci-dessous vous permettant de comprendre : - Trajet du bol alimentaire chez les bovins et les réactions dans le rumen (panse) (figure 1) - La population de méthanogènes dans deux compartiments : le rumen et l'intestin. (figure 2) (3) - Les chiffres de la production de méthane (figure 3)(2)
Question 1 : Analysez les figures 2 et 3 selon la méthode vue en cours. La figure 1 est uniquement là pour vous aidez à comprendre la suite.
Question 2 : Bonus : Si je prends un véhicule temporel pour remonter à l'ère mézosoïque et que je craque une allumette pour allumer un feu, serait-il possible que je sois responsable de l'extinction de masse crétacé-tertiaire?
Données : La concentration en méthane dans l'atmosphère devient explosive entre 5 % et 15 %
1
(li)
(a) Les étapes (b) Réactions dans le rumen
FIGURE 1 - La digestion chez les ruminants. La première étape est la rumination qui consiste en l'échange de bol alimentaire entre le rumen et la cavité buccale. Cette étape permet la digestion des fourrages qui passent pas deux étapes (b). 50 % des nutriments sont absorbés au niveau du rumen et le reste du bol alimentaire passe à travers le réseau, le feuillet, la caillette puis le petit et le gros intestin.Les rôts des ruminants proviennent de la production de gaz dans le rumen alors que les pets proviennent de la production de gaz dans les intestins.
Sample No. of Reads No. of OTUs
Rumen bacteria 6998 217 Manure bacteria 12,232 402
Rumen methanogens 9906 190 Manure methanogens 7915 91
(a) Population globale
(b) espèces de méthanogènes
FIGURE 2 - La population de méthanogènes dans le rumen et dans le gros intestin- Manure. La figure (a) indique les quantités de bactéries et méthanogènes mesurés (No of reads) ainsi que le nombre de taxons ( OTU) détectés. La figure (b) montre la diversité des espèces dans les deux compartiments: le rumen (A) et le gros intestin- Manure (B) (3).
2
production de méthane en fonction de la concentration en acétate taux de crosserce en fmction de la cmcentration en acëtae 0,6
0,5
~ 0,4
o o 20 40
o 60 80 100 lai l«l 100 o
(aceiate) mM 50 100 150 200 250 300
aœtae(mMJ
Modem
Prs-industrial
Cows ..
Sauropods
o 1()0 200 300 400 500 600 Methane (Tg per year)
CooaráBiok>gy
(b) Globale
FIGURE 3 - Production de méthane (2,4). (a) Production de méthane et taux de croissance de M ethanosarcina barkeyi en fonction de la concentration en acétate CH3COOH. (b) : production comparées de méthane par voie biologique ou industrielle. Une production de 600 Tg/an de méthane permet de maintenir 1,5 ppm (partie par millions) de méthane dans l'atmosphère. Les autres sources de méthane pendant le Mésozoïque aurait maintenu un taux de 4ppm de méthane.
3
Références :
(1) Joël Ignasse (2012) "Les dinosaures des usines à méthane" sciences et avenir.
(2) David M. Wilkinsonl,*, Euan G. Nisbet2, and Graeme D. Ruxton (2012) Could methane produced by sauropod dinosaurs have helped drive Mesozoic climate warmth? Current Biology Vol 22 No 9
(3) Emine Gozde Ozbayram 1,2, Orhan Ince 1 , Bahar Ince 3, Hauke Harms 2 and Sabine Kleinsteu­ ber 2, . (2018) Comparison of Rumen and Manure Microbiomes and Implications for the Inoculation of Anaerobic Digesters Microorganisms : 6, 15; <loi :10.3390/microorganisms6010015
( 4) Satoshi Fukuzaki, Naomichi Nishio, and Shiro Nagai* (1990) Kinetics of the Methanogenic Fer­ mentation of Acetate. Appl Environ Microbiol. 56(10) : 3158-3163. PMCID : PMC184915 PMID : 16348323
4
Partie I Sujet de synthèse (/17)
Aucun document n'est autorisé. La calculatrice est autorisée.
Sujet: La culture et l'amélioration des micro-organismes permet à la fois l'étude de ceux-ci mais aussi le dé­ veloppement de la microbiologie industrielle et des biotechnologies.
Vous réaliserez une dissertation selon les modalités vues en travaux dirigés sur le sujet ci-dessus. Une dissertation complète est demandée avec l'introduction, le plan apparent avec dans chaque sous-partie les schémas correspondants ainsi que le texte associé à la partie, les phrases de transitions, la conclusion. Soignez les titres ainsi que la rédaction et l'orthographe.
Partie II : Exercice (/3)
Les coliformes sont recherchés dans les aliments car ils sont de bons marqueurs de l'hygiène des manipulations de ces aliments. Les coliformes étant des bactéries vivant dans les intestins d'animaux ou humains, leur présence dans l'eau indique une pollution fécale. Ce sont donc des organismes indicateurs de la qualité de l'eau.
Un maire souhaite contrôler la qualité des eaux de baignade de la plage communale et mesurer le nombre de coliformes fécaux. Il contacte donc un laboratoire qui applique le protocole suivant : 0,1 ml d'eau de mer est dilué dans 4,9 ml d'eau distillée. Puis 100 µL de cette suspension mère sont prélevés et ajoutés à 9,9 ml d'eau distillée. Enfin, 4 dilutions décimales en série de cette dernière suspension sont réalisées. Finalement, l'opérateur ensemence 2 géloses de chaque dilution avec 200 µL. Après 24h d'incubation à 37C, il obtient les résultats suivants :
1
Dilution Nombre de colonies Dilution 1 Trop nombreuses Dilution 1 Trop nombreuses Dilution 2 320 Dilution 2 370 Dilution 3 37 Dilution 3 33 Dilution 4 5 Dilution 4 4
TABLE 1 - Résultats des mesures
Question 1 : Faites un schéma du protocole
Question 2 : Calculer le nombre de CFU /ml d'eau de mer. Justifier votre réponse.
2
Licence Sciences de la Vie 2ème année
Année Universitaire 2017 /2018
Aucun document, ni support n'est autorisé -
Répondre aux exercices sur l'énoncé, donc celui - ci est à remettre en même temps que la copie
Questions de cours (12 pts)
Question I Comment se déroule la gastrulation chez l'embryon d'Oursin?
Question li Comment se déroule la neurulation chez l'embryon de Grenouille?
Question lii Décrire les expériences mettant en évidence le phénomène d'induction embnjonnaire chez l'embryon de Grenouille.
QuestionN Caractériser le placenta ainsi que son fonctionnement.
Question V Expliquer la régulation de la fonction sexuelle féminine.
Question VI Donner la composition du sperme (préciser les rôles de chacun des constituants).
Exercices (8 pts)
I - Donner un titre à la figure ci - dessous. Compléter sa légende ( encadrés blancs).
oJ _ _.I I 1
I I
II - Donner un titre à la figure ci - dessous. Compléter sa légende ( encadrés blancs).
Une œU~ germinale mile (2n)
Différcn tia ti on et maturation en gam tes
III - Donner un titre à la figure ci - dessous. Compléter sa légende (encadrés blancs). Colorier les feuillets germinatifs avec les couleurs appropriées à I' ectoderme, au mésoderme, et à I' endoderme.
IV - Donner un titre à la figure ci - dessous. Compléter sa légende (encadrés blancs).
D
STADE 2CELLULES
f-0,lSmm-+j
STADE 4 CELLULES
produit des cellules de taille similaire.
les cellules du pôle animal sont plus petites, et celles du pôle végétatif plus grandes.
(,) I I ~10 Blastomères
l'embryon se développe au sommet du vitellus en un disque de cellules.
-25mm
Les nombreuses divisions nucléaires donnent un zygote avec plusieurs noyaux. Monorouche
cellulaire Cœur vitellin
Noyau Vitellus I- 0,5 mm----4
les noyaux migrent à la périphérie et les membranes plasmiques se forment entre eux.
Examen B 4 7 Reproduction & Développement - zème session
Licence Sciences de la Vie zème année
Année Universitaire 2017 /2018
Aucun document, ni support n'est autorisé -
Répo,ndre aux exercices sur l'énoncé: donc remettre celui - den mime temJ!S qJ1e la copie
ecuas (12 pts) I - Quelles sont les caractéristiques/particularités de la fécondation externe? Quels groupes taxonomiques d'Animaux utilisent ce mode de fécondation ?
Il - Quand et comment le corps jaune se forme t - il ? Quel est son rôle ?
!11 - Expliquer la régulation hormonale de la fonction sexuelle masculine.
œ - Quel est le rôle de la gastrulation? Comment se déroule t - elle chez !'Oursin? !'."- Comment s'effectue la segmentation chez la Grenouille?
¥I - Décrire les expériences mettant en évidence le rôle décisif de la répartition des composants cytoplasmiques de l' œuf, lors du développement embryonnaire.
EXERCICES (8 pts)
Exercice I - Donner un titre puis commenter la figure ci - dessous ( dans les encadrés blancs).
Exercice li- Donner un titre puis compléter la figure ci - dessous (encadrés blancs).
Veinule Artériole maternelle maternelle
Exercice lii - Donner un titre à la figure ci - dessous, puis compléter sa légende ( encadrés gris). Colorier les feuillets germinatifs correspondant à l'ectoderme, au mésoderme et à l'endoderme.
Cœlome extra-embryonnaire
Embryon de 5 [ours Embryon de 9 Jours
Exercice JV - Donner un titre à la figure ci - dessous. Compléter la légende (encadrés gris). Colorier les feuillets germinatifs correspondant à l'ectoderme, au mésoderme, et à l'endoderme.
Ml-Nf.URtJ TIOK
:fADE l'ARDlF _
Département de biologie
LES CALCULATRICES SONT INTERDITES ! LESTELEPHONESPORTABLESSONTINTERDITS!
Partie I : Mme Garlatti
Consignes : Vous réaliserez une dissertation selon les modalités vues en travaux dirigés sur le sujet ci-dessous. Une dissertation compète est demandée avec l'introduction, le plan apparent avec dans chaque sous-partie les schémas correspondants ainsi que le texte associé à la partie, les phrases de transitions ainsi que la conclusion. Soignez les titres ainsi que la rédaction et l'orthographe.
Sujet : Rôle du cytosquelette dans la division cellulaire.
Partie II : Mme Rabah (Répondre sur les sujets d'examen).
Questions à choix multiples (Entourer la ou les bonnes réponses) (lpt/ question)
l. Le réticulum endoplasmique lisse (REL) est:
a. Un site de synthèse de protéines. b. Un site de glycosylation de protéines. c. Un site de synthèse des lipides. d. En relation de continuité avec l'enveloppe nucléaire. e. Dans les cellules acineuses du pancréas (lieu de synthèse active des protéines) le REL est généralement très développé.
2. Les voies de circulation des protéines chez les Eucaryotes :
a. Les protéines destinées aux mitochondries, aux chloroplastes, aux péroxysomes et au noyau possèdent toutes des séquences-signal spécifiques mises en place lors de leur synthèse sur le réticulum endoplasmique rugueux. b. Les protéines emballées dans les vésicules recouvertes de clathrine circulent entre le RE et l'appareil de Golgi. c. Les protéines chaperonnes permettent de stabiliser les protéines non repliées et d'assister les protéines durant leur repliement. d. Le transport vésiculaire s'effectue entre deux compartiments topologiquement identiques. e. Le transport vésiculaire s'effectue entre deux compartiments topologiquement différents.
2So
3. Concernant la biogénèse de l'appareil de Golgi:
a. Le modèle de maturation des citernes stipule que les citernes avancent dans la zone golgienne en acquérant grâce aux vésicules les enzymes nécessaires pour leur maturation. b. Le modèle de la formation de novo stipule que les citernes avancent dans la zone golgienne en acquérant grâce aux vésicules les enzymes nécessaires pour leur maturation. c. Le modèle de la formation de novo stipule que les citernes sont statiques avec des enzymes spécifiques. Ce sont les protéines qui avancent d'un sac à l'autre via le système vésiculaire. d. Le modèle de maturation des citernes stipule que les citernes sont statiques avec des enzymes spécifiques. Ce sont les protéines qui avancent d'un sac à l'autre via le système vésiculaire. e. Toutes les propositions sont fausses.
4. Concernant les lysosomes:
a. Les lysosomes sont des structures sphériques responsables du relargage d'enzymes hydrolytiques lors de la mort cellulaire. b. Dans le processus de formation du lysosome la voie endosomale correspond à la fusion de vésicules golgiennes remplies d'enzymes digestives avec un endosome tardif. c. Dans le processus de formation du lysosome la voie endosomale correspond à la fusion de vésicules recouvertes du manteau COPII avec un lysosome déjà existant. d. Dans le processus de formation du lysosome la voie lysosomale correspond à la fusion de vésicules recouvertes du manteau COPII avec un lysosome déjà existant. e. Dans le processus de formation du lysosome la voie lysosomale correspond à la fusion de vésicules golgiennes remplies d'enzymes digestives avec un lysosome déjà existant.
5. L'appareil de Golgi (AG):
a. C'est le lieu de modifications post-traductionnelles des protéines (glycosylation, sulfatation et phosphorylation) dans les cellules procaryotes et eucaryotes. b. Il représente le centre de tri et d'adressage des protéines. c. Les citernes les plus proches du réticulum endoplasmique constituent la face cis. d.Les citernes les plus proches du réticulum endoplasmique constituent la face trans. e. Le réseau cis-golgien assure le transport vésiculaire entre l'appareil de Golgi et l'ensemble des organites.
6. La circulation intracellulaire des protéines chez les Eucaryotes :
a. Les peroxydases sont synthétisées dans le réticulum endoplasmique pour être triées ensuite dans l'appareil de Golgi et envoyées aux peroxysomes. b. Les peroxydases sont synthétisées au niveau des polyribosomes cytoplasmiques pour être triées ensuite envoyées aux peroxysomes. c. Les peroxydases sont synthétisées au niveau des polyribosomes cytoplasmiques pour être triées ensuite dans l'appareil de Golgi et envoyées aux peroxysomes. d. Le ciblage des protéines synthétisées au niveau du RE se fait de façon post­ traductionnelle. e. Le ciblage des protéines synthétisées au niveau RE se fait de façon co-traductionnelle.
7. Concernant la mitochondrie :
a.Elle a une forme globulaire ou filamenteuse. b.Le complexe enzymatique Fo/F1 est situé sur la membrane externe. c. Le complexe enzymatique Fo/F1 est situé sur la membrane interne. d. Le complexe enzymatique Fo/F 1 est situé dans la matrice mirochondriale. e. Elle joue un rôle dans la biosynthèse des hormones stéroïdes et la maturation des protéines sécrétées.
8. Concernant la chaine respiratoire mitochondriale :
a. Se déroule sur la membrane externe des mitochondries. b. Se déroule au niveau de la matrice mitochondriale. c. La conversion du glucose en pyruvate s'effectue dans le cytoplasme. d. La conversion du glucose en Acétyl-Coenzyme A s'effectue dans le cytoplasme. e. Le transfert des protons H+ assuré par l' ATP synthase se fait de l'espace inter­ membranaire vers la matrice mitochondriale.
9. Concernant la réaction de phosphorylation oxydative :
a. La transformation du glucose en pyruvate génère 2ATP et 2NADH+H+. b. Durant le cycle de Krebs, qui se déroule dans l'espace inter-membranaire mitochondrial, il y a oxydation des groupements acétyl et extraction d'électrons à haut niveau énergétique. c. Le cycle de l'acide citrique, qui se déroule dans la matrice mitochondriale, permet de transformer l' Acétyl-CoA en CO2. d. Le bilan du cycle de Krebs est : 2 CO2+ 3 NADH + 3 H+ + F ADH2 + GTP e. Le bilan du cycle de Krebs est : 2 pyruvate+ 2 ADP+4 ATP+ 2 NADH + 2H+
10. Concernant le chloroplaste:
a. La réplication, la transcription ainsi que la traduction d'une partie des protéines chloroplastiques se fait dans le stroma. b. L' ADN chloroplastique code pour les ARNt et ARNr chloroplastiques ainsi que pour la ribulose-1,5-bisphosphate carboxylase/oxygénase. c. Il est présent chez les organismes hétérotrophes. d. Il est présent chez les organismes autotrophes. e. La chlorophylle, présente dans la membrane chloroplastique interne, absorbe l'ensemble des spectres de la lumière visible (sauf le vert).
11. Concernant la photosynthèse :
a. La réaction photochimique conduit à la photolyse de l'eau. b. Le cycle de Kelvin-Benson conduit à la photolyse de l'eau. c. La réaction photochimique permet de fixer le CO2 et de produire de la matière organique : CHO. d. Le bilan du cycle de Kelvin-Benson est 2 CO2+ 3 NADH + 3 H- + FADfü + GTP e. Le bilan du cycle de Kelvin-Benson est : 2H+ + ½ 02 + électrons (---+ NADPH).
12. Concernant la production d' ATP :
a. Lors de l'extraction de l'énergie provenant des électrons, les protons H+ sont "pompés" à l'intérieur des thylakoïdes. b. Lors de l'extraction de l'énergie provenant des électrons, les protons H+ sont "pompés" à l'extérieur de la matrice mitochondriale. c. Le complexe Fo/F 1 représente 1' ATP synthase. d. La RubisCO (Ribulose 1,5 bisphosphate carboxylase-oxygénase) catalyse la fixation du CO2. e. La RubisCO (Ribulose 1,5 bisphosphate carboxylase-oxygénase) catalyse la transformation de l'énergie lumineuse en énergie chimique universelle 'ATP'.
13. Concernant la théorie évolutive:
a. Le RE est apparu suite à l'invagination de la membrane plasmique autour du matériel génétique d'un ancêtre prokaryote. b. La lumière du RE est topologiquement équivalente au milieu extracellulaire. c. L'espace intermembranaire mitochondrial est topologiquement équivalent au milieu extracellulaire. d. La matrice mitochondriale est topologiquement équivalente au milieu extracellulaire. e. L'intérieur d'un thylakoïde est topologiquement équivalent au milieu extracellulaire.
14. Concernant le transport vésiculaire :
a. C'est un transport entre deux compartiments topologiquement identiques. b. Dans le transport vésiculaire il y a une membrane à traverser car ce type de transport se fait entre deux compartiments topologiquement différents. c. La stimulation des récepteurs de cargaison conduit au recrutement des protéines du manteau solubles dans le cytoplasme. d. L'ancrage des protéines du manteau induit la fixation du cargo sur le récepteur de cargaison. e. Les protéines du manteau permettent la fusion de la vésicule avec le compartiment cible.
15. Le transport à ouverture contrôlée :
a. nécessite l'intervention de translocateurs membranaires. b. implique, au niveau évolutif, la traversée de la membrane plasmique à deux reprises. c. est un processus passif. d. s'applique au transport de molécules entre le cytoplasme et le noyau. e. s'applique au transport de molécules entre le stroma et l'intérieur de la thylak.oïde.
S3
16. Concernant les signaux de tri:
a. Les protéines destinées à la sécrétion possèdent un peptide signal qui leur permet de traverser la membrane du RE. b. Les séquences 'signal' chloroplastique et mitochondriale peuvent être échangées sans que cela n'affecte le ciblage des protéines concernées. c. Les séquences d'initiation et d'arrêt de transfert permettent l'insertion des protéines membranaires. d. Les séquences d'initiation et d'arrêt de transfert permettent l'insertion des protéines associées aux membranes. e. Le motif lipidique dolichol permet l'insertion dans la membrane des protéines membranaires.
17. Concernant les voies de sécrétion:
a. La ségrégation des protéines dans la voie de sécrétion régulée se fait par rétention. b. La ségrégation des protéines dans la voie de sécrétion régulée se fait par agrégation à pH acide en présence des chromogranines. e.Les récepteurs membranaires suivent la voie de sécrétion constitutive. d.Les récepteurs membranaires suivent la voie de sécrétion régulée. e. Les récepteurs membranaires arrivent à la membrane par interaction avec les chromogranines.
18. La dégradation des protéines :
a. L'ubiquitination est une modification post-traductionnelle qui s'effectue dans le RE. b.L'ubiquitination est une modification post-traductionnelle qui s'effectue dans l'appareil de Golgi. c. Le protéasome est un complexe multi-enzymatique permettant la dégradation d' organelles vieillies. d. L'addition de quatre groupements ubiquitine représente un signal d'adressage vers le lysosome. e. L'addition de quatre groupements ubiquitine représente un signal d'adressage vers le protéasome.
19. Concernant le noyau
a. Le corps de Cajal est le lieu où sont transcrits les ARN ribosomiques. b. Il peut y avoir plusieurs nucléoles dans un même noyau. c. Les 'granules nucléaires' (speckles) représentent le lieu de maturation et épissage des ARNm. d. Le nucléole est le site de synthèse et de maturation des snARN, impliqués dans la maturation des ARNm. e. Durant la division cellulaire les pores nucléaires sont empaquetés dans des vésicules et partagés entre les cellules filles.
20. La chromatine:
a. Le modèle 'spaghetti' stipule que les chromosomes sont allongés de façon sinueuse et non ordonnée dans le noyau. b. La théorie alternative au modèle 'spaghetti' stipule que chaque chromosome occupe un territoire (position) particulier. c. Irradiation de zones subnucléaires avec un micro laser a permis de confirmer le modèle décrit en 'a'. d. Irradiation de zones subnucléaires avec un micro laser a permis de confirmer le modèle décrit en 'b'. e. Les techniques d'hybridation moléculaire, utilisant des marqueurs spécifiques pour chaque chromosome, ont confirmé le modèle 'b'.
• UNIVERSITÉ DE TOULON
Université de Toulon UFR Sciences et Tech. Département de biologie
Session l : Mai 2018 Durée: 2h00
Documents personnels : Non autorisés Calculatrice et télé hone : Non autorisés
Examen final 2017-2018 L2- BIOLOGIE