Une trajectoire… dans une histoire

of 36/36
Une trajectoire… dans une histoire Tradition et reconfigurations de l’analyse du discours dans l’espace francophone européen Sophie Moirand Université Sorbonne Nouvelle Cediscor-Syled
  • date post

    24-Feb-2016
  • Category

    Documents

  • view

    45
  • download

    0

Embed Size (px)

description

Une trajectoire… dans une histoire. Tradition et reconfigurations de l’analyse du discours dans l’espace francophone europée n Sophie Moirand Université Sorbonne Nouvelle Cediscor-Syled. Une tradition dite « française » : l’ADF. ADF (autour des années 1970) - PowerPoint PPT Presentation

Transcript of Une trajectoire… dans une histoire

De lacte de nommer la construction discursive des vnements dans la presse

Une trajectoire dans une histoireTradition et reconfigurationsde lanalyse du discoursdans lespace francophone europen

Sophie MoirandUniversit Sorbonne NouvelleCediscor-Syled

ADF (autour des annes 1970) un ancrage dans les sciences humaines(histoire, linguistique, philosophie, psychanalyse)Althusser, Foucault, Michel de Certeau, Braudel, Lacan le militantisme politique et scientifique de ses promoteursDubois et Pcheux : deux courants principaux limportance de la langue (Saussure) La description des formes de la langue ? Un moyen dobjectivation et un gage de scientificit.Une tradition dite franaise : lADFLa linguistique et lAD en France en 1970 Lentre institutionnelle de la linguistique : marque par la cration dune matrise (licence et matrise de linguistique) en 1967-1968 dans trois universits franaises : Aix en Provence, Besanon*, Paris Diversification des lieux dimplantation de lADF :des coles normales suprieures vers des universits : Saint Cloud, Nanterre, Rouen, Paris 5 des divergences scientifiques se sont manifestes On traitera des spcificits communes et des traces quon retrouve aujourdhui dans les travaux de jeunes chercheursDhier aujourdhui la tradition de ltudes des mots : le vocabulaire en usage *de Dubois, Guespin, Guilbert, Marcellesiaux travaux actuels surlacte de nommer limportance des problmatiques nonciatives *des problmatiques francophones (Bally, Benveniste, Guillaume, Culioli) limportation plus rcente de la pragmatique, de lanalyse des interactions et des conversationset des thories de Bakhtine, Volochinov, Medvedev, en particulier du concept de dialogisme et de ses notions associes. Lapport des thories voyageusesIl sagit en fin de compte des vertus de la dcontextualisation []. Si elles perdent en quittant leur contexte dorigine une partie de la force politique qui y motiva leur irruption, ces thories voyageuses [] peuvent aussi gagner larrive une puissance nouvelle. Cette puissance tient aux dblocages quautorisent les thories recomposes, lnigme des dcalages intellectuels fconds, entre les champs dorigine et daccueil, qui sont rarement homologiques[Franois Cusset, 2005 : 21-221]

Plan de lexposLa tradition de lADF :vocabulaire, nonciation et smantique discursiveLappropriation et lintgration de thories importes (E-U, URSS dans lespace francophone europen)Hritage et reconfigurations actuelles ? Ma vision !Discussion Premire partieLADF des annes 1970 ce quil en reste ?Brefs lments dhistoire (1)Jean Dubois ( 1962 puis 1968 : colloque fondateur de lAD) il sinscrit dans la tradition de ltude des mots, du vocabulaire en usage (dans ses contextes demploi) il intgre les mthodes de lanalyse distributionnelle : mots et cotextes (Harris est traduit dans le n 13 de Langages en 1969) il articule ces donnes avec lnonciation (article fondateur dans Langages 13 : nonc et nonciation) linterprtation des rsultats de lanalyse tablit des rapports entre comportements verbaux et comportements politiques Constitution dune mthodeentre linguistique et lexicologie sociopolitique *Brefs lments dhistoire (2)Michel Pcheux : une conception du discours et du sujet le discours est un objet construit, ancr dans la langue et dans lhistoire : lobjectif est de mettre au jour des relations entre les matrialits discursives (les corpus) et lidologie (que le discours rvle) emprunts la philosophie dAlthusser lanalyse des corpus (importance de lanalyse automatique) repose sur les catgories de la thorie des oprations nonciatives de Culioli (qui intgre le lexique et la syntaxe) * Langages 37 (avec Fuchs, Henry) : AD, langue et idologies* le sujet parlant nest pas matre de sa parole : le sujet est un sujet social, assujetti par les idologies et pris dans un entrelacs de formations discursives (emprunts la psychanalyse de Lacan) langue/parole ---> langue/discours

9Une smantique discursivePour Pcheux,le sujet nest pas la source du sens, le sens se construit dans lhistoire, travers le travail de la mmoire, lincessante reprise du dj dit (D. Maldidier 1990)Do le concept-cl de la thorie : linterdiscours qui renvoie du discursif qui se perd dans la nuit des temps et que nous avons toujours su,certaines structures syntaxiques favorisent son insertion dans le fil du discours : le pr-construitcelui qui sauva le monde en mourant sur la croixna jamais exist 10Concept et notions associes il faut un prsident la France [affiche de 1981]Inutile de sauter comme un cabri / lEurope il faut la faire[ sauter comme un cabri + Europe ] Tu tcrois la casbah ! (Siblot) Regardes le souk que tas fait! interdiscours, intradiscours, pr-construit, formation discursive (Guilhaumou, Maldidier, Robin) interdiscours mmoire interdiscursive (Courtine, Langages 62)

11Des traces et des configurations nouvelles ? Une conception du discours o ce qui importe, cest le dispositif nonciatif qui lie une organisation textuelle un lieu social dtermin ; le discours est considr comme une activit rapporte un genre, une institution discursive[Dominique Maingueneau] *activit sociale situe ? Activit socio-cognitive situe ? le choix opr dans la constitution des donnes et des corpuslattention porte aux formes de la languele travail sur les htrognit nonciatives * la conception du locuteur comme un sujet social mme sil est singulier et quon exclut pas sa subjectivit *Activit sociale situe, activit socio-cognitive situe ?12Deuxime partieDes thories importesaux reconfigurations proposes dans lespace francophone europenLtat des lieux (Langages n 17, 1970)Trois directions de lnonciation (Todorov) la premire, cest le langage comme actionle concept dacte de langage (Austin*, Malinovski) la troisime, cest le domaine de lanalyse du discours, de la linguistique textuelle, de ce quon appelait avant la rhtoriqueWeinrich, Volochinov (la citation), Bakhtine * (concept de monologue et de dialogue) la deuxime, cest laspect indiciel du langageLappareil formel de lnonciation (Benveniste)

14Lcole de Genve (E. Roulet) *Eddy Roulet (1981) : un modle hirarchique danalyse des conversations authentiques (!)une interaction se dcoupent en changes (units dialogales) lesquelles se subdivisent en interventions (units monologales) lesquelles sont constitus dun ou plusieurs actes de langage (directeurs ou subordonns)Modle influenc par ses travaux au Conseil de lEurope * (les niveaux-seuils), les travaux de Sinclair et Coulthard, la comptence de communication et le modle Speaking de HymesModle dun linguiste qui vise dcrire lorganisation des textes et des interactions, puis la structure dialogique de textes monologaux (il intgrera le dialogisme, la polyphonie) touten sappuyant sur les catgories grammaticales de lnonciation.15Le refus de lhistoire et du social ?Jacques Moeschler (Genve) : argumentation et conversation)revendique ainsi en 1985 une prsentation de Bakhtine volontairement incomplte et oriente au nom des intrts de la pragmatique linguistique contemporaine le choix dliminer ce qui chez Bakhtine lui parat davantage concerner la sociologie du langageOn est loin des travaux tats-uniens que louvrage de Lindelfeld, Bachman et Simonin contribuent diffuser en France au mme moment mais dans une collection didactique (anthropologie linguistique, ethnographie de la communication, sociolinguistique, analyse de conversations) intitul Langages et communications sociales. Au dbut des annes 1980 : une grande diversit dinfluences Introduction la linguistique sociale (Gardin) Colloque linguistique sociale de Rouen (1978) Bakhtine/Volochinov : Le marxisme et la philosophie du langage (traduit en 1978) Todorov : Le principe dialogique (1981) Langages et communication sociales (1981) Roulet : lanalyse de conversations (1981) et le sminaire de Jean Peytard (Semen 29)

Retour sur le tournant ethnographiqueDans les annes 1960-1970 aux Etats-Unis,Gumperz et Hymes dfinissent un nouveau champ :construire une thorie de la communication en tant que systme culturel partir de la description des pratiques langagires de divers groupes socioculturelssattacher aux fonctions du langage et aux activits langagires propres une culture donne, tudier les stratgies discursives au sein des relations interethniques dans les socits urbaines occidentales Vers des Approches interdisciplinaires des pratiques langagires et discursives ? [Langage & Socit 114, 2005]Lanalyse du discours-en-interaction, Lyon partir de 1990 : C. Kerbrat-Orecchioni, Vronique Traverso (GRIC) Un cadre thorique et mthodologique qui sinterroge sur les questions de contexte et dinterprtation, et sur les variations culturelles partir de comparaisons entre donnes recueillies dans des langues et cultures diffrentes (2005) Cadre qui donne de nouvelles perspectives ce quon appelle Cross cultural pragmatics, domaine qui stend dautres corpus (les genres de linternet, par ex.), et qui devient un champ important de nouveaux travaux, en particulier pour ceux capables danalyser des discours en langues/cultures diffrentes. LADI : une rinterprtation francophone ?Des actes, des cultures Le remerciement, lexcuse, le vu, le souhait, le compliment sont des actes rituels, marqus culturellement, qui deviennent des objets dtude privilgis.La mthode distingue deux niveaux, par exemple pour le compliment : celui de la description, un compliment est une assertion assorti dune modalit apprciative (axiologiques) celui de linterprtation, qui repose sur ltude des relations interpersonnelles et/ou des variations interculturelles, voire celle du contexte.

Cross cultural pragmatics (1) comparaison multilingue des formes dadresse (CKO) * Damas, en Syrie, dans une boutique (VS)une cliente : a ce nest pas tranger, cest fabriqu en Arabie Saouditele vendeur : pardon ltranger a ne veut pas dire le travail de lOccident, ltranger a veut dire hors du pays 3 catgorisations : ce qui est tranger ce qui vient du Monde Arabe ce qui est localCross cultural pragmatics (2)Des vux dans les magasins la fin dun achat :que tu ailles bien dans tes chaussuresDes formes dadresse dans des boutiques :regardez tante il y a a et il y a al pour chaque pierre ma sur 25 Ce caractre souvent ludique, taquin, chaleureux de la communication lors des interactions dachat se retrouve sur certains marchs parisiens, dans certains quartiers Les changes par courriels lorsquil sagit de communication exolingue gardent des traces culturelles des formulations dorigine

Les raisons multiples de reconfigurations1990, 2000 la diversification des corpus les situations professionnelles multimodales ou plurilingues les nouvelles technologies de conservation, darchivage, de consultation et de traitement des donnes la circulation des thories, des concepts et des mthodes(voir le dialogisme, sa rception, sa circulation) la notion de demande sociale (enseignement, entreprise, juridique) les exigences institutionnelles de la recherche universitaire *

Troisime partieHritage et reconfigurations actuelles

Tranel n40, 2004Journal of French Language Studies nSemen n 29, 2010 Langage & socit n140, juin 2012La langue et le discours n3, octobre 2012Discours politiques en Amrique latine, lHarmattan, 2012241.1. Une vise scientifique commune ? Dcrire les textes, les interactions, les documents multimodeaux reste une tape ncessaire Mais il sagit ensuite de rechercher les causalits externes, dexpliquer les raisons des variations, des diffrences, des ressemblances mise au jour par la description La description permet ( travers le reprage des intertextes, de linterdiscours, du dialogisme, de la mmoire interdiscursive) de reprer les extrieurs des corpus, et de les recontextualiser en reconstituant une sorte de bibliothque intertextuelle et en faisant appel dautres domaines des sciences humaines Objectif : comprendre le monde (intelligibilit) et/ou tre utile en rpondant une demande socialeDeux pratiques discursives ? une approche linguistique o lon tudie une forme en tant que forme de la langue partir de son fonctionnement dans le discoursobjectif ? apporter des connaissances nouvelles sur une catgorie linguistique et/ou son fonctionnement dans un genre discursif particulier, tester/amliorer une thorie une approche discursive, o lobjet dtude est constitu de corpus qui portent sur un rfrent du discours, par exemple un mot, une formule, un genre, un acteur social, un vnement, une institution, une entreprise afin dtudier les reprsentations discursives de llment tudiLangue, discours et socits

Cest au discours au sens de Benveniste de la langue en emploi et en action que ce numro de TRANEL est consacr. Plus prcisment, cest une approche critique que ce numro nous convie. Par ce terme, on choisit de donner une certaine importance aux conditions sociales, culturelles et idologiques dlaboration des discours[Thrse Jeanneret, Avant-propos TRANEL 2004] Lanalyse contrastive des genresLe genre (notion inconnue de lADF historique) constitue le tertium comparationis de travaux de comparaison entre discours et/ou cultures sinscrivant dans une tradition ADFet/ou empruntant aux tudes ethnographiques.Lexplication des raisons des diffrences constates (formes discursives) est recherche dans les contextes sociaux-culturels et/ou socio-politiques :la comparaison des guides parentaux (von Mnchow)la comparaison des courriels personnels (Claudel)une mme langue mais des diffrences (Treguer-Felten)JFLS 2010 : Cross cultural pragmatics

La demande socialeHistoire dune recherche titre dexemple la demande : lOffice National de lEnfance en Danger une premier travail : le cas des crits de signalement (Andr Collinot) lextension au travail sur les brouillons des travailleurs sociaux et les questions de la rcriture (G. Cislaru) lofficialisation institutionnelle (ANR jeunes chercheurs) les options : logiciels de traitement des brouillons, aspects smantiques, nonciatifs, cognitifs des critures3.2. Le mot comme lieu de construction du sens Ltude des mots est repense travers les apports des thories smantiques post-structuralistes, qui ont r-introduit la relation entre le signe et le rfrent, lnonc et ce quil reprsente (sens/rfrence/existence) Les travaux sur un mot ou une formule sont re-centres sur lusage des mots en discours par des locuteurs historiquement, socialement et culturellement situs, donc sur lacte de nommer

Constitution dun rseau de doctorants de diffrentes universits autour de la nomination (trois publications)La souplesse smantique du nom proprerue de GrenelleLes accords de GrenelleLe Grenelle de lenvironnementBorloo va lancer un Grenelle de la merMauvaise vibration au Grenelle des ondesEst-ce une mesure grenellement correcte ?Puisquon fait des grenelle(s) en ce moment, pourquoi pas un Grenelle des retraites ?[Denis Barbet, 2009]Approche pluridisciplinaire : ici Sciences Po et discours

Des orientations rcentes Travaux de Laura Calabrese (Bruxelles) le rle les dsignants dvnements historico-politiques dans la construction de lhistoire immdiate la notion de dfrence pistmique en discussion (sociologie) Travaux de Stphanie Peeters (Anvers) le fonctionnement des mtaphores dans le traitement de la crise des banlieues par la presse crite franaisecadre interprtatif des sociologues: victimisation/culpabilisation Travaux de Elisa Raschini (Paris 13) sur lapproximation dans les discours de la biothique Travaux de Pascale Brunner (Paris 3/ Munich)sur lapproche perceptive du vague 3.3. Les htrognits nonciatives les travaux sur le discours rapport et les emprunts Volochinov / Bakhtine puis Authier-Revuz et dautres (Groupe ci-dit)*[ davantage qu la thorie scandinave de la polyphonie ! ] les travaux sur le discours-en-interaction tendue lanalyse des dbats, des situations argumentatives orales linternet (Lyon, Montpellier, par ex.) et des genres de linternet larticulation de lhtrognit nonciative (lintertexte, linterdiscours, le dialogisme) la vise pragmatique ou argumentative (lexplication, la rfutation, etc.) et lidologie la recherche dune explication de la circulation des discours, dans la mmoire interdiscursive, les domaines de mmoire, lhistoire, la cognition situeQuest-ce qui se cache derrire les formes daltrit ?

derrire les formes dhtrognit les travaux dAlice Krieg sur la formule le travail dEmilie Ne sur linscurit, ses cotextes et ses contextes, et ses trajets discursifs depuis son emprunt langlais jusqu son utilisation argumentative derrire les mots quon dit ou quon ne dit pas glantine Samouth et Yeny Serrano Gauche et droite dans le discours politique (Michele Pordeus) Linterdiscours dans la rfutation interdiscursive dune mission de tlvisionDocteur Gazer: sans aucun doute / cest le moustique le moustique qui a t trouv porteur du virus / ce nest pas le bateau ce nest pas le mauvais air ce nest pas leau (numration sur les doigts) / cest bien le moustique qui vit autour de nos habitations le moustique noir et blanc qui transmet la maladie / il ny a pas de doute ce sujetMicro-trottoirs (traduction du crole):quelquun ma dit de Madagascar on la envoy ici et des gens sont partis le chercher l-bason nous fait croire que cest le moustique mais cest pas le moustique[Gudrun Ledegen]Une analyse au croisement de linterdiscours, de la communication et de lethnographie de la communication On voit ainsi comment une mission de tlvision, tout en sappuyant sur les fils interdiscursifs des croyances locales (ethnocatgorisations locales et sens commun) et les certitudes scientifiques (des mdecins et des autorits sanitaires) est marque dans sa construction par lhtrognit (smiotique et discursive) de son dfilementOn voit comment elle construit une mmoire discursive qui propose une forme dhistoire officielle de la crise laquelle le public est fortement invit adhrer pour faire face une ventuelle reprise de lpidmie lors de lt austral suivant. [Ledegen et Simonin](cf. notion de communaut discursive interprtative)