Une pauvreté très présente dans les villes-centres des ...· Une pauvreté très présente dans

download Une pauvreté très présente dans les villes-centres des ...· Une pauvreté très présente dans

If you can't read please download the document

  • date post

    10-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    212
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Une pauvreté très présente dans les villes-centres des ...· Une pauvreté très présente dans

  • Une pauvret trs prsente dansles villes-centres des grands ples urbains

    En France mtropolitaine, en 2012, le taux de pauvret est le plus lev dans le Nordet le Sud-Est, ainsi quen Seine-Saint-Denis. Le taux de pauvret est le plus importantdans les villes-centres des grandes aires urbaines, o la pauvret toucheparticulirement les familles monoparentales, les familles nombreuses et les mnages jeunes,ainsi quen dehors de linfluence des villes. Les ingalits de niveaux de vie lintrieurdes rgions et des dpartements sont souvent fortes ; elles sont les plus prononces Paris,dans les Hauts-de-Seine, et en Haute-Savoie, du fait dun niveau de vie particulirement levde la partie aise de la population qui y habite. Le niveau de vie mdian est gnralementplus lev dans lespace urbain, en particulier dans les couronnes des grands ples urbains.Pour les personnes les plus pauvres, la part des prestations sociales dans le revenu disponibleest importante et varie fortement selon les rgions ; elle est la plus leve dans lesvilles-centres o elle reprsente en moyenne 46 % du revenu disponible pour les 10 %de personnes les plus modestes. linverse, pour les personnes les plus aises, la partdes revenus du patrimoine est alors prdominante : dans les villes-centres, qui concentrent

    souvent les plus fortes ingalits, elle reprsente en moyenne 30 % du revenu disponiblepour les 10 % de personnes les plus aises.

    Anne-Thrse Aerts, division Statistiques rgionales, locales et urbaines,Sandra Chirazi, Lucile Cros, direction rgionale de Bretagne, Insee

    compter des donnes 2012, un nouveaudispositif permet une observation du reve-nu disponible des mnages un niveauterritorial plus fin que le dpartement,jusqu la commune. Ce dispositif, leFichier localis social et fiscal (Filosofi ;sources), offre une nouvelle lecture de lacarte des revenus, des ingalits et de lapauvret montaire (dfinitions). Prsentspour la premire fois dans cette publica-tion, ces rsultats sont complts par desdonnes sur le site insee.fr.

    En France mtropolitaine, le tauxde pauvret est le plus levdans le Nord et le Sud-Est,ainsi quen Seine-Saint-Denis

    lchelle rgionale (encadr), en 2012,le taux de pauvret, i.e. la part de la popula-tion dont le niveau de vie est en de duseuil de pauvret, reste le plus lev en

    Corse, Languedoc-Roussillon et Nord -Pas-de-Calais (autour de 20 %). Il est leplus faible en Bretagne et Pays de la Loire(moins de 11 %).Au niveau dpartemental, cest en le-de-France que se trouvent la fois les dparte-ments ayant le plus fort et le plus faibletaux de pauvret. Ainsi, en 2012 le taux depauvret est de 9 % dans les Yvelines et de27 % en Seine-Saint-Denis.Hors le-de-France, tous les dpartementsdes rgions Nord - Pas-de-Calais, Corse, etLanguedoc-Roussillon (excepte la Lozre)ont parmi les plus forts taux de pauvret (entre18 % et 23 %). De forts taux apparaissentgalement dans le Vaucluse, les Bouches-du-Rhne, lArige, la Creuse, les Ardenneset lAisne (entre 18 % et 20 %). Outre lesYvelines, lesplus faibles tauxdepauvretsontobservs en Loire-Atlantique, Finistre, Ille-et-Vilaine et Vende, ainsi quen Savoie,Haute-Savoie et dans lAin (autour de 10 %).

    Dans les grandes aires urbaines, le tauxest plus lev dans les villes-centres

    Au niveau communal (figure 1), la pauvretest dans lensemble la plus forte dans lesvilles-centres des grandes aires urbaines(20 % en moyenne ; dfinitions) et dans lescommunes isoles hors de linfluence desvilles (17 % en moyenne). Ces dernires,rparties sur lensemble du territoire (figure 2),ne reprsentent toutefois que 5 % de lapopulation. Globalement, 77 % de lapopulation pauvre rside dans les 230grandes aires urbaines de mtropole, dont65 % dans les grands ples urbains et 20 %dans laire urbaine de Paris.Dans lespace urbain, le taux de pauvretest gnralement plus lev dans les ples(16 % en moyenne) que dans leurs couron-nes (autour de 10 %). Au sein des grandesaires urbaines, le taux de pauvret estpresque toujours plus lev dans les

    Juin 2015

    N 1552

  • villes-centres. Il atteint parfois deux troisfois celui des banlieues et plus de quatre foiscelui des couronnes priurbaines (voire septfois dans laire de Mulhouse : 30 % dans laville-centre contre 4 % dans la couronne). Autotal, les deux tiers des personnes pauvresrsident dans les grands ples urbains, alorsque ces derniers rassemblent moins de 60 %de la population. linverse, alors que lescouronnes des grands ples urbains regrou-pent 20 % de la population, peine plus de10 % des personnes pauvres y rsident.Les moyennes et petites aires de Nord -Pas-de-Calais et de Picardie sont les plustouches par la pauvret, linstar de Four-mies, du Cateau-Cambrsis, dHirson (32 %),et de Bohain-en-Vermandois (36 %). lin-verse, cest dans de petites aires dAlsace, deFranche-Comt et des Pays de la Loire que lestaux sont les plus faibles : Fessenheim (4 %),Morteau et La Verrie (6 %). Parmi les grandesaires urbaines, le taux de pauvret varie de 8 %(Annecy, Senlis, Ble - Saint-Louis (partie

    franaise), Les Herbiers) 29 % (Beaucaire).En dehors de lespace urbain, dans les commu-nes isoles hors de linfluence des ples, il estle plus lev dans le Sud-Est (25 % en Corse et24 % en Languedoc-Roussillon) et le plusfaible lEst (8 % en Alsace).

    Les familles monoparentales, famillesnombreuses et mnages jeunessont les plus exposs

    Tous territoires confondus, les mnages lesplus touchs par la pauvret montaire sontgnralement les mnages jeunes (dfini-tions), les mnages de cinq personnes ou pluset les familles monoparentales. Cest encoreplus vrai dans les rgions o le taux de pauvretest lev en moyenne. Le taux varie ainsi, selonles rgions, de 17 % (Pays de la Loire) 30 %(Languedoc-Roussillon, Nord - Pas-de-Calais)parmi les mnages jeunes, de 15 % (Bretagne) 34 % (Nord - Pas-de-Calais) parmi les mna-ges de cinq personnes ou plus, et de 24 %

    (le-de-France) 40 % (Nord - Pas-de-Calais)parmi les familles monoparentales.Cest gnralement dans les villes-centres desgrands ples urbains, ainsi que dans lesmoyens et petits ples, que la pauvret pources catgories de mnages est la plusfrquente : elle y concerne en moyenne autourde 27 % des personnes parmi les mnagesjeunes, 35 % parmi les familles monoparenta-les, et parmi les mnages de cinq personnes ouplus, respectivement 37 % des personnes dansles villes-centres et autour de 27 % dans lesmoyens et petits ples. linverse, cest dansles couronnes des ples que les taux sontgnralement les plus faibles, en particulierdans les couronnes des grands ples urbainso 13 % des personnes parmi les mnagesjeunes sont pauvres, 14 % parmi les mnagesde cinq personnes ou plus et 23 % parmi lesfamilles monoparentales.Les personnes seules sont galement davan-tage concernes par la pauvret que lensemblede la population, sauf en le-de-France. Cest

    Insee Premire n 1552 - Juin 2015

    Niveau de vie annuel en euros

    30 746 et plus

    moins de 17 336

    17 336 moins de 19 283

    19 283 moins de 21 364

    21 364 moins de 24 218

    24 218 30 746 moins de

    non diffusable

    contour des aires urbaines

    IGN - Insee 2015

    3 Niveaux de vie mdians

    Source : Insee-DGFiP-Cnaf-Cnav-CCMSA, Fichier localis social et fiscal 2012.

    Taux de pauvret en %

    24 et plus

    moins de 6

    6 moins de 10

    10 moins de 14

    14 moins de 20

    20 moins de 24

    non diffusable

    contour des aires urbaines

    IGN - Insee 2015

    2 Taux de pauvret communaux

    Source : Insee- DGFiP-Cnaf-Cnav-CCMSA, Fichier localis social et fiscal 2012.

    Catgorie de communesPopulation

    des mnagesfiscaux

    Niveau de viemdianen euros

    Premier dcilede niveau de vie

    en euros

    Neuvimedcile de niveaude vie en euros

    Taux depauvret

    en %

    Rpartition dela populationpauvre en %

    Niveau de viemdian de la

    population pauvre

    Intensit dela pauvret

    en %

    Grands ples urbains 35 864 657 19 887 9 960 39 547 16,1 65,2 9 242 22,1 Villes-centres 14 265 385 18 731 9 210 39 601 19,5 31,4 9 132 23,1 Banlieues 21 599 272 20 619 10 579 39 516 13,9 33,8 9 344 21,3Couronne des grands ples urbains 12 178 299 20 975 12 295 36 085 8,8 12,1 9 725 18,1Communes multipolarises 3 316 246 19 377 11 229 32 975 12,1 4,5 9 666 18,6Moyens ples 1 734 551 18 447 10 241 32 975 15,7 3,1 9 489 20,1Couronne des moyens ples 360 798 19 350 11 681 32 055 10,6 0,4 9 779 17,6Petits ples 2 263 588 18 231 10 302 32 023 15,6 4,0 9 528 19,7Couronne des petits ples 168 534 19 012 11 124 31 865 12,3 0,2 9 636 18,8Autres communes multipolarises 3 372 445 18 607 10 905 31 205 13,3 5,1 9 661 18,6Communes isoles hors influence des ples 2 805 422 17 941 10 000 31 923 16,9 5,3 9 464 20,3France mtropolitaine 62 064 538 19 786 10 503 37 236 14,3 100,0 9 378 21,0France mtropolaine (ERFS 2012) (*) / 19 740 10 610 37 430 13,9 / 9 410 20,5

    1 Niveau de vie par type despace - Les grands ples concentrent les ingalits

    (*) Pour les indicateurs dingalit des niveaux de vie et de pauvret concernant l'ensemble de la France mtropolaine, lenqute sur les revenus fiscaux et sociaux (ERFS) reste la source de rfrence; "/" signifie que les informations ne sont pas disponibles partir de lERFS 2012.Sources : Insee-DGFiP-Cnaf-Cnav-CCMSA, Fichier localis social et fiscal 2012 et ERFS 2012.

  • en Corse que la pauvret des personnes seulesest la plus forte ; elle concerne 27 % desfemmes seules et 25 % des hommes seuls. Auniveau communal, le taux de pauvret pour lespersonnes seules est le plus lev dans lespacesitu hors de linfluence des villes (23 %), puisdans les couronnes des petits ples et lescommunes multipolarises des moyens etpetits ples (20 %). linverse, les couples sont dans lensemblemoins exposs la prcarit montaire. Letaux de pauvret des couples sans enfant, enparticulier, est trs en-dessous de celui delensemble de la population (de moins de 5 %en Haute-Normandie, A