Une Mine de Diamants Sous Vos p - Russell H. Conwell

Click here to load reader

  • date post

    13-Oct-2015
  • Category

    Documents

  • view

    9
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Une Mine de Diamants Sous Vos p - Russell H. Conwell

  • Une Mine deDiamants sous vospieds

    Russell H. Conwell

    Club Positif

  • Une Mine deDiamants sous vospieds

    Lhistoire dAli HafedLa mine la plus magnifique de toutelhistoire de lhumanit38 millions deuros sur quelqueshectaresDu ptrole sous ses piedsUn type derreur universelNous commettons tous cette erreurCeux qui ont de largent sont-ilsmalhonntes ?On peut faire plus de bien avec de

  • largent que sans argentLa crainte de la richesse est unprjugGagner de largent maintenant etici ? Cest trop tardLa dvotion et le succs en affaireont le mme processusProfite de la vieSi vous ntes pas n riche vousavez beaucoup de chanceCe quil vous faut pour russir,cest du bon sens, pas de largentLe Secret du SuccsLhistoire du jeune homme pauvreet sans travailVotre possibilit de vous enrichirest infinieQui sont les plus grands inventeurs

  • du monde ?La vritable grandeur est souventmconnueDes millions de revenu sansinvestissement de dpartNe cherchez pas ailleurs ce qui setrouve dj sous vos piedsLa grandeur est dj en vousRalisez de grandes actions avecpeu de moyensAccomplissez de vastes choses entoute simplicit

    Pour en savoir plusCredits

  • Lhistoire dAliHafed

    En descendant le Tigre et lEuphrateil y a de nombreuses annes avec ungroupe de voyageurs anglais, je me suisretrouv sous la conduite dun vieuxguide arabe que nous avions engag Bagdad.

    Jai souvent song que ce guideressemblait nos coiffeurs danscertaines de ses caractristiquesmentales. Il estimait que son devoir taitnon seulement de nous guider le long deces fleuves et de faire ce pour quoi il

  • tait pay, mais aussi de nous divertir enracontant des histoires curieuses etmystrieuses, anciennes et modernes,tranges et familires. Jen ai oublibeaucoup, et je suis heureux quil en soitainsi, mais il y en a une que jenoublierai jamais.

    Le vieux guide menait mon chameaupar le licou sur les rives de ces coursdeau antiques et me racontait histoiresur histoire, jusqu ce que je me lassede les entendre et que je ne les couteplus. Ce guide ne ma jamais irritlorsquil se mettait en colre du fait quejarrtais de lcouter. Mais je mesouviens quil tait sa coiffe turque etquil la faisait tournoyer pour attirer

  • mon attention. Je le voyais du coin delil, mais je ne le regardais pasdirectement par crainte quil me raconteune autre histoire. Bien que je ne soispas une femme, je finissais par leregarder, et aussitt il en commenaitune nouvelle.

    Il ma dit :

    Je vais maintenant vous raconterune histoire que je rserve mes amisintimes.

    Lorsquil a insist sur les mots amis intimes , jai cout, et je meflicite de lavoir fait. Je lui suisprofondment gr de cette histoire, carjen ai fait un cours que 1.674 jeunes

  • gens ont entendu au collge, se flicitantgalement que je laie coute.

    Le vieux guide ma dit quautrefois,un ancien Perse du nom dAli Hafedvivait proximit de lIndus. Ali Hafedpossdait une vaste exploitationagricole. Il avait des vergers, deschamps de crales et des jardins. Ilavait de largent plac ; il tait riche etsatisfait. Il tait satisfait parce que richeet, riche parce que satisfait.

    Un jour, le vieil agriculteur persereut la visite dun vieux prtrebouddhiste, un sage dOrient. Le prtresassit au coin du feu et dit au vieilagriculteur comment notre monde avaitt cr. Il lui dit que ce monde ntait

  • autrefois quune nappe de brume. LeTout-Puissant mit son doigt dans cettenappe et commena le tournerlentement, puis de plus en plus vitejusqu ce quenfin, la nappe de brumetourbillonne pour se transformer en uneboule de feu.

    Ensuite, cette boule roula danslunivers, atteignant en passant dautresnappes de brume, dont elle condensalhumidit extrieure jusqu ce quelletombe dans un dluge de pluie sur sasurface torride et en refroidisse lacrote extrieure. Alors, le feu intrieur,jaillissant vers lextrieur en traversantla crote, forma les montagnes et lescollines, les valles, les plaines et les

  • prairies de notre monde merveilleux. Sicette masse fondue jaillissait etrefroidissait trs rapidement, elledevenait du granit ; moins rapidement,du cuivre ; moins rapidement, delargent ; moins rapidement encore, delor, et, aprs lor, les diamants virent lejour.

    Le vieux prtre dit :

    Un diamant est une gouttecongele de lumire solaire.

    Or, cela est littralement exact sur leplan scientifique : un diamant est undpt de carbone provenant du soleil. Levieux prtre dit Ali Hafed que silpossdait un diamant de la taille de son

  • pouce, il pourrait acheter le comt, etque sil possdait une mine de diamants,il pourrait asseoir ses enfants sur destrnes grce linfluence que leurdonnerait leur grande richesse.

    Ali Hafed avait tout entendu sur lesdiamants et sur leur valeur, et il fut unhomme pauvre lorsquil alla se coucherce soir-l. Il navait rien perdu, mais iltait pauvre parce que mcontent, etmcontent par crainte dtre pauvre. Ildit : Je veux une mine de diamants etresta veill toute la nuit.

    Tt le matin, il alla voir le prtre. Jesais dexprience quun prtre est trsindispos lorsquon le rveille tt lematin. Ali Hafed secoua le prtre,

  • dissipant ses rves, et lui demanda :

    Vas-tu me dire o je peux trouverdes diamants ?

    Des diamants ? Que veux-tu faireavec des diamants ?

    Eh bien, je veux tre immensmentriche.

    Dans ce cas, va et trouve-les.Cest tout ce que tu as faire : partir leschercher. Ensuite, ils seront toi.

    Mais je ne sais pas o aller.

    Eh bien, si tu tombes sur un coursdeau qui court travers du sable blanc,

  • entre de hautes montagnes, tu trouverastoujours des diamants dans ce sable.

    Je ne crois pas quil existe un telcours deau.

    Oh si, il y en a plein. Tout ce quetu as faire, cest partir les chercher.Ensuite, ils seront toi.

    Ali Hafed rpondit :

    Je vais partir.

    Ainsi, il vendit son exploitation,rassembla son argent, confia sa famille un voisin et partit la recherche dediamants. Il commena ses recherches,avec raison mon avis, dans les monts

  • de la Lune. Ensuite, il se rendit enPalestine, erra en Europe, puis enfin,lorsquil eut dpens tout son argent,quil se trouva en haillons, pauvre etpitoyable, il se retrouva sur le bord dela baie de Barcelone, en Espagne, o unimmense raz-de-mare vint rouler entreles piliers dHercule.

    Le pauvre homme, afflig, souffrant,mourant, ne put rsister lhorribletentation de se lancer dans les flots quivenaient lui. Il coula sous la crtecumante pour ne jamais plus se relever.

    Lorsque le guide meut racont cettehistoire terriblement triste, il arrta lechameau que je montais et se rendit larrire de la caravane pour fixer les

  • bagages qui se dtachaient dun autrechameau. Jen profitai pour rflchir son histoire. Je me souviens de mtredemand : Pourquoi rserve-t-il cettehistoire ses amis intimes ?. Ilsemblait ny avoir ni dbut, ni milieu, nifin, rien du tout. Il sagissait de lapremire histoire que javais entenduede ma vie o le hros mourait aupremier chapitre. Je navais quunchapitre de cette histoire, et le hrostait mort.

    La mine la plusmagnifique de toutelhistoire de

  • lhumanitLorsque le guide revint pour

    reprendre le licou de mon chameau, ilpoursuivit immdiatement son histoire,passant au deuxime chapitre, commesil ny avait eu aucune interruption.

    Lhomme qui avait achetlexploitation dAli Hafed mena sonchameau dans le jardin pour le faireboire. Comme le chameau se penchaitvers leau peu profonde du ruisseau, lesuccesseur dAli Hafed remarqua uncurieux clat de lumire provenant dusable blanc du cours deau. Il en retiraune pierre noire ayant un oeil lumineuxqui rflchissait toutes les nuances de

  • larc-en-ciel. Il apporta la pierre dans lamaison, la dposa sur le dessus de lachemine centrale et loublia.

    Quelques jours plus tard, le mmevieux prtre vint rendre visite ausuccesseur dAli Hafed. Ds quil ouvritla porte du salon, il remarqua lclat delumire provenant du dessus dechemine, se prcipita et cria :

    Voici un diamant ! Ali Hafed est-il revenu ?

    Oh non, Ali Hafed nest pasrevenu, et il ne sagit pas dun diamant.Ce nest quune pierre que jai trouvejuste l, dans notre propre jardin.

  • Mais, rtorqua le prtre, jetassure que je sais reconnatre undiamant quand jen vois un. Je suiscertain quil sagit dun diamant.

    Alors, ils se prcipitrent ensemblevers le vieux jardin, remurent le sableblanc avec leurs doigts, et voilquapparurent dautres gemmes, plusbelles et plus prcieuses que lapremire.

    Cest ainsi, me dit le guide et cest lapure vrit, que fut dcouverte la minede diamants de Golcanda, la mine laplus magnifique de toute lhistoire delhumanit, surpassant les gisements deKimberley, en Australie. Le Koh-i-Noor, qui orne la couronne

  • dAngleterre, et lOrloff, le plus grosdiamant du monde, qui pare la couronnede Russie, proviennent tous deux decette mine.

    Lorsque le vieux guide arabe meutracont le deuxime chapitre de sonhistoire, il enleva sa coiffe turque et lafit tourner en lair pour attirer monattention sur la morale. Les histoires desguides arabes ont toujours une morale,bien quelle ne soit pas toujours morale.

    En faisant tournoyer son couvre-chef,il me dit :

    Si Ali Hafed tait rest chez lui etavait fouill dans son propre cellier,dans ses propres champs de bl ou dans

  • son propre jardin, il aurait possd des mines de diamant au lieu de souffrirdune pauvret extrme, de la faim et demourir en se suicidant dans un paystranger. Car chaque hectare de cetteferme ancienne, oui, chaque pellete deterre a permis par la suite de mettre jour des pierres prcieuses qui, depuislors, ont orn les couronnes desmonarques.

    Lorsquil eut racont la morale deson histoire, je compris pourquoi ilrservait celle-ci ses amis intimes .Mais je ne lui dis pas que je lavai