typographie & graphisme

of 36/36
1 n ° 1 & Typographie Graphisme
  • date post

    13-Mar-2016
  • Category

    Documents

  • view

    247
  • download

    15

Embed Size (px)

description

typo & graphisme

Transcript of typographie & graphisme

  • 1n1 &TypographieGraphisme

    n

    Graphisme

  • graphiK

    Le graphisme est une discipline qui consiste crer, choisir et utiliser des lments graphiques (dessins, caractres typographiques, photos, couleurs, etc.) pour laborer un objet de communication et/ou de culture. Chacun des lments est symbolique et signifiant dans la conception du projet, selon les axes dfinis ventuellement avec dautres intervenants du domaine de la communication, dans le but de promouvoir, informer ou instruire. Selon ses domaines dintervention (illustration, affiche, communication dentreprise, presse, dition, packaging, publicit, design web, signaltique, identit visuelle, etc.), il fait partie de la chane graphique lie limprimerie ou dautres mdias.Bien quaujourdhui le terme design graphique soit parfois jug trop vague par certains (particulirement en France et en Suisse), il devient de plus en plus populaire dans les pays de la francophonie et est gnralement prfr au terme graphisme au Qubec et dans le Canada francophone. Le terme de graphiste correspond un cursus prcis dispens dans des coles qui pr-parent aux diffrents mtiers du graphisme. Connaissance de la typographie, de lusage des signes et des images, de lart de la mise en page, composent les bases de lenseignement qui peut se voir complter par des spcialisations dans le domaine de limprim (dition), de linteractivit (web, multimdia), voire de lillustration ou de lanimation ( motion design ). De nos jours, les graphistes travaillent principalement sur ordinateur laide de trois logiciels. Le premier sert traiter et retoucher des photos et des images, le second faire du dessin vectoriel (utilisation notamment de la courbe de Bzier, et enfin, le dernier est un logiciel de mise en page. Celui-ci permet de runir les lments des deux premiers logiciels, de grer la typographie du texte et de mettre en page tous ces lments.

    Le design graphique peut tre dfini comme le traitement formel des informations et des savoirs. Le designer graphique est alors un mdiateur qui agit sur les conditions de rception et dappropriation des informations et des savoirs quil met en forme.

    dito

  • CLARA SCHULMANN, LONORE SAINTAGNAN, ELISABETH WETTE-RWALD, GUILLAUME LEINGRE, ETIENNE GATTI, ALEXANDRE CASTANT, STPHANE CORRARD, ALESSANDRA SANDROLINI, REBECCA LAMARCHE-VADEL, GAL CHAR-BAU, ALAIN COULANGE, CORINNE BERLAND, BENJAMIN BIANCIOTTO, LOUIS ANGLIONIN, STPHANE MALFETTES, ALAIN BERLAND, NICOLAS BOUYSSI, LESLIE COMPANDIRECTEUR DE PUBLICATION : CHRISTOPHE LE GACASSIST DE STPHANE COURARIE-DELAGERDACTEUR EN CHEF : GAL CHARBAUCOMIT DE RDACTION : GAL CHARBAU,

    ALAIN BERLAND, NICOLAS BOUYSSI, STPHANE CORRARDWWW.EDITIONS-PARTICULES.FR DIT PAR : MONOGRAFIK DITIONS 6, PLACE DE LGLISE 49160 BLOU FRANCE + 33 (0)6 26 02 94 [email protected]SION PROVINCE ET PAYS FRANCO-PHONES : LA GENILLOISE ENTREPTdistribution paris & ile de france : jean-charles le saux RGIE PUBLICITAIRE : IND 3 / LODIE ANCELIN

    4 typographie

    12 applicationtypographique

    24 graphisme& typographie

    6-7 typographie & son histoire

    8-9 codes & typographie

    10-11 rvolution industrielle & typographie

    14-19 typographie & presse20-21 typographie & signaltique22-23 tl & cran

    26-27 introduction au graphisme28-31 Jean-Franois Prchez22-23 entre typographes

    & graphistes contemporains

  • graphiK

    4

  • 5La typographie est lorigine lart dassembler des caractres mobiles afin de crer des mots et des phrases et de les imprimer. Cette technique a t mise au point vers 1440 par Gutenberg, qui na pas invent limpri-merie caractres mobiles mais un ensemble de techniques conjointes: les caractres mobiles en plomb et leur principe de fabrication, la presse typographique, et lencre grasse ncessaire cet usage.La typographie, par extension, est la technique dimpression qui utilise le principe du relief, comme les caractres mobiles en plomb et en bois, mais aussi les images en relief, dabord gravures sur bois puis clichs en mtal et en photopolymre. La typographie a t pratiquement la seule forme dimpression jusquau xxesicle, o elle a t remplace par loffset, lui-mme issu de la litho-graphie invente la fin du xviiiesicle. Limpression typographique existe encore pour des travaux artisanaux tirage limit ainsi que pour la dcoupe, lembossage et lestampage.Enfin, la typographie est lart et la manire de se servir des caractres: choix de la police, du corps et de la mise en page.

    La typographie (souvent abrg en typo) dsigne les diffrents procds de composition et dimpres-sion utilisant des caractres et des formes en relief.

    La typographie est lorigine lart dassembler des caractres mobiles afin de crer des mots et des phrases et de les imprimer.

  • graphiK

    6

    Quelques crations typographiques: Lhistoire de la typographie est troitement lie lhistoire et lvolution de limprimerie. Les typographes furent les pionniers du mouvement ouvrier nord-amricain. Le plus vieux syndicat qubcois et canadien toujours existant est lUnion internationale des typos. De plus, le premier dput ouvrier canadien fut le typographe Alphonse-Tlesphore Lpine.

    CaractresLes premiers caractres mobiles utiliss en Core et en Chine taient fabriqus en terre cuite, cramique, parfois en bois, enfin en cuivre, limpression tant toujours ralise la main par frottage, sans utiliser de presse. En Europe, on utilisa le bois pour graver des pages entires de texte (xylographies). Cest Gutenberg et ses associs qui mirent au point les caractres mobiles fondus avec un alliage de plomb (80%), dantimoine (5%) et dtain (15%) dans des matrices. Les caractres typographiques sont runis en catgories empattements (comme le Times New Roman), sans empattements (comme lHelvetica), fantaisie,etc. puis en familles de caractres (garalde, humane, mcane,etc.) puis en polices(Helvetica, Caslon, Times New Roman, Arial), corps et graisses (gras, italique,etc.). Depuis lre de linformatique ce sont des polices numriques.Parmi les crateurs de caractres clbres on compte: Claude Garamont (Garamond), John Baskerville, Giambattista Bodoni, Firmin Didot, Hermann Zapf (Palatino, Optima, ITC Zapf Dingbats), Roger Excoffon (Mistral), Adrian Frutiger (Univers), Max Miedinger (Helvetica), Stanley Morison (Times).

    Composition manuelleArticle dtaill: Composition (imprimerie).Le typographe se sert dun com-posteur sur lequel il aligne les caractres, lus lenvers, de gauche droite, piochs dans une bote en bois appele casse. Les caractres du haut de la casse sont appels les capitales (majuscules) et ceux du bas les bas-de-casse ou minuscules. Le composteur permet dassurer la justification de la ligne, cest--dire sa longueur. Entre chaque mot, on insre une espacenote 1 et on

    par Camille Favier

    son histoire&Typographie

    JensonDate de cration: vers 1465Pays: France/Allemagne/ItalieCrateur: Nicolas JensonFamille: Humanes

    GaramondDate de cration: vers 1540Pays: FranceCrateur: Claude GaramondFamille: Garaldes

    DidotDate de cration: 1784Pays: FranceCrateur: Firmin DidotFamille: Didones

    BodoniDate de cration: 1818Pays: ItalieCrateur: Giambattista BodoniFamille: Didone

    FuturaDate de cration: 1927Pays: AllemagneCrateur: Paul RennerFamille: Linal

    TimesDate de cration: 1931Royaume-UniCrateur: Stanley MorisonFamille: Rales

    HelvetivaDate de cration:1957Pays:SuisseCrateur: Max MiedingerFamille: Linales

    UniversDate de cration: 1954Pays: SuisseCrateur: Adrian FrutigerFamille: Linale

    OptimaDate de cration: 1958Pays: AllemagneCrateur: Ermann ZAPFFamille: Linales humaniste

    SabonDate de cration: 1964Pays: Allemagne/SuisseCrateur: Jean TschicholdFamille: Garaldes

  • 7complte en insrant dans certains cas des espaces fines entre les lettres afin den parfaire la justification. Une fois les lignes composes, on les place sur une gale, maintenue en biais. Ces lignes sont attaches avec plusieurs tours de ficelle afin de rendre solidaire lensemble et le dplacer plus facilement. Ce bloc de lignes appel composition est cal dans un chssis en fonte laide de coins en bois dans un premier temps, et par la suite avec des noix de serrage. Ensuite, le typographe peut insrer prs du texte des filets, des espaces vides, des ornements typographiques ou des clichs provenant de la photogravure. Le chssis est ensuite fix sur une presse typographique.Des ateliers de typographie permettent encore de raliser certains travaux en petite quantit.

    Composition automatiseLa typographie a t ensuite automatise avec la Monotype et la Linotype, semi-automatise avec la Ludlow Typograph qui permettaient de fondre direc-tement les lettres ou des lignes composes dun seul tenant.

    Photocomposition et infographieLa photocomposition a pris ensuite la relve de la composition au plomb dans les annes 1960-1970.Aujourdhui, linfographie pratique laide des ordinateurs et des diffrentes imprimantes un mtier semblable la typogra-phie. Le graphiste utilise dans ses crations les caractres typographiques qui peuvent alors tre qualifies de typographie expressive. Certains sen sont fait une spcialit comme Pierre Faucheux ou Robert Massin dans le domaine de ldition franaise. Le graphiste britannique Neville Brody utilise la typographie partir de la fin des annes 1980 dune manire originale dans toute son uvre (affiches, maquettes de magazines,etc.) et a produit un grand nombre de caractres dits par FontShop, eux-mmes largement utiliss par les gnrations suivantes de graphistes. Malte Martin fait la communication visuelle du Thtre de lAthne-Louis-Jouvet en utilisant la typographie comme lment visuel principal1. Pierre di Sciullo travaille sur lutilisation des caractres typographiques dans lespace urbain2,3 et Philippe Apeloig utilise la typographie dans des affiches4 du Thtre du Chtelet, La typographie a t ensuite automatise avec la Monotype et la Linotype, semi-automatise

    avec la Ludlow Typograph qui permettaient de fondre directement les lettres ou des lignes.

    Taille du caractre typographique lorigine, les diffrentes tailles de caractres taient dsignes, de manire approximative, par des appellations: Parisienne (quivalent un corps 5 actuel), Nompareille (6), Mignone (7), Petit-texte (8), Gaillarde (9), Petit-romain (10), Philosophie (11), Cicro (12), Saint-Augustin (14),Gros-texte (16), Gros-romain (18), Petit-parangon (20), Gros-parangon (22), Palestine (24), Petit-canon (28), Trismgiste (36), Gros-canon (44), Double-canon (56),Triple-canon (72), Grosse-nompareille (96).Une fois les lignes composes, on les place sur une gale, maintenue en biais. Ces lignes sont attaches avec plusieurs tours de ficelle afin de rendre solidaire lensemble et le dplacer plus facilement. Ce bloc de lignes appel composition est cal dans un chssis en fonte laide de coins en bois dans un premier temps, et par la suite avec des noix de serrage. Ensuite, le typographe peut insrer prs du texte des filets, des espaces vides, des ornements typographiques ou des clichs provenant de la photogravure. Le chssis est ensuite fix sur une presse typographique.Des ateliers de typographie permettent encore de raliser certains travaux en petite quantit. Aujourdhui, linfographie pratique laide des ordinateurs et des diffrentes imprimantes un mtier semblable la typographie. Le graphiste utilise dans ses crations les caractres typographiques qui peuvent alors tre qualifies de typographie expressive. Certains sen sont fait une spcialit comme Pierre Faucheux ou Robert Massin dans le domaine de ldition franaise. Le graphiste britannique Neville Brody utilise la typographie partir de la fin des annes 1980 dune manire originale dans toute son uvre.

  • graphiK

    8

    En France, la typographie est encadre par des rgles regrou-pes dans le Lexique des rgles typographiques en usage lImprimerie nationale dit par lImprimerie nationale, ou le Code typographique dit par la Chambre typographique, rac-tualis chaque anne. Dune manire similaire, les typographes suisses romands utilisent le Guide du typographe. En Belgique, cest lInstitut belge de normalisation qui dtient les documents officiels5. Ces diffrents codes sont parfois contradictoires.

    Le Code typographique impose parfois des spcifications diffrentes du Code dactylographique enseign dans les coles de secrtariat. Ainsi, le Code dactylographique impose de ne jamais mettre despace entre la dernire lettre dun mot et le signe typographique qui la suit, tandis que le Code typo-graphique demande dy intercaler une espace protge fixe lorsque le signe est une ponctuation de la hauteur duncaractre (;:?!% etc.) (dont, moyen mnmotechnique, tous les signes doubles), pour des raisons de lisibilit en chasse variable (le procd diminue au contraire la lisibilit en chasse fixe si lespace protge fixe est remplace par une espace justifiante).Le code typographique sapplique indiffremment toute composition, quelle soit mcanique (typographie) ou informatique (PAO, traitement de texte).

    Abrviation - Si les dernires lettres du mot abrg sont omises, alors on termine le mot par un point. Exemple: on abrge monsieur par M. et non Mr ni Mr., qui sont labrviation de langlais mister; on crit en revanche Dret Mgr (monseigneur) parce que dans leur cas ce r final se prononce. - Si la ou les dernires lettres dun mot sont prsentes dans son abrviation, alors celle-ci ne comportera pas de point la fin. Exemples: Bd pour boulevard. En revanche, un point est requis lorsque lon abrge un mot sans utiliser la lettre finale. Exemples: Av. pour avenue, App. pour appartement, Terr. pour terrain. - Cependant, dans un texte encyclopdique, il est dusage dviter les abrviations. On crira alors Le docteur Folamour a reu monseigneur Don Camillo.

    Le code typographique rappelle que le franais est une langue accentue

    par Charlotte Bernard

    Codes&typographie

  • 9MajusculeLe code spcifie aussi des rgles concernant lusage des capitales et des minuscules. Ces rgles diffrent dun pays lautre. Les usages des pays anglophones demandent de capitaliser les mots non triviaux des titres (exemple: The Art of Computer Programming), ce qui est considr comme inacceptable en France (lArt de la programmation). On ne dcapitalise videmment ni les noms propres, ni les substantifs allemands cits comme tels, mme dans les titres. Contrairement lusage anglophone, on ne capitalise bien videmment ni les noms de mois (janvier, fvrier, ...) ni les noms de jours (lundi, mardi, ...), moins que cela ne fasse rfrence des vnements historiques (8 Mai 1945).

    Capitale accentueLe code rappelle que le franais est une langue accentue et que la tolrance, lpoque des machines crire rouleau, de ne pas accentuer les capitales na aucune raison de stendre la typographie: en franais, les capitales doivent tre accentues lorsque la police dispose du caractre appropri. La plupart des polices utilises en informatique comportent de tels accents, les fontes typographiques galement.

    PonctuationLes typographes ont trois objectifs permanents: lhomognit, la lisibilit et la cohrence. Ces objectifs sont parfois en conflit entre eux et font lobjet de discussions rgulires. Un point sur lequel les avis des typographes restent rservs en dpit des spcifications du Code est la gestion de la ponctuation finale dune citation entre guillemets quand celle-ci arrive en fin de phrase.

    La premire forme de ponctuation: - Il dcida: La question ne sera pas pose.. On passa la suite.serait en effet particulirement illisible. Pour autant, lhabitude impose par les logiciels typographiques anglo-saxons de ramener la totalit de la ponctuation finale lintrieur des guillemets na pas un effet beaucoup plus heureux sur la lisibilit.

    donne limpression que la fermeture des guillemets se trouve dans la phrase suivante.La virgule a une importance comme le montre cette phrase clbre de la Bataille de Fontenoy, o le sens diffre selon le positionnement de la/des virgule(s):- Messieurs les Anglais, tirez les premiers! (Les Anglais sont invits tirer); - Messieurs, les Anglais, tirez les premiers! (Il faut tirer pour se protger de ladversaire).

    InformatiqueDans les annes 1980, larrive de la micro-informatique et des logiciels de PAO ont fortement dmocratis laccs de la cration de documents vers des intervenants venus dautres horizons que la typographie. Le faible cot de lquipement et le gain de temps engendr ont provoqu des perturbations conomiques importantes dans le monde de la photocomposition. Le march a pendant quelque temps chang de mains, et la qualit typographique des documents produits sen est alors ressentie. Le calme est revenu au milieu de la dcennie 1990: les petites socits de PAO soit avaient fini par matriser les techniques de la profession, soit avaient fait faillite, soit staient associes avec ou avaient t rachetes par des typographes de mtier (tude publie par la revue Caractres)

  • graphiK

    10

    Comment dfinir la typographie apparue dans la foule des grands mouvements artistiques (futuriste, dadaste, constructiviste, de Stijl, Bauhaus, etc.) du dbut du xxe sicle, au lendemain de la rvolution industrielle ? Par quelles voies et de quelle faon ses caractristiques se sont-elles mises en place ? Et, sil est vrai que la cration individuelle sexprime dans les formes gnrales propres une poque, quest-ce qui identifie le style typographique daujourdhui par rapport celui qui la prcd ? Cest tous ces aspects de lart industriel et graphique auxquels sest intresse Jadette Lalibert, professeur agrge luniversit de Laval (Qubec), o elle enseigne le design graphique et typographique.

    Au tournant du xixe sicle et mme un peu avant, les produits industriels envahissent les marchs et un engouement profond pour les crations de la machine commence se dessiner un peu partout dans le monde. Tous les pays occidentaux y succombent. La Russie elle-mme, considre comme le pays le plus arrir dEurope, amorce son industrialisation et tmoigne dune foi considrable dans le machinisme. Par ailleurs, cette mme poque, on commence formuler les premires critiques, non seulement contre laspect inesthtique des objets fabriqus mcaniquement mais aussi contre les valeurs morales dun systme qui contraint hommes et femmes produire des objets dont ils nont aucun moyen de contrler la conception.

    Le contexte industriel naissantLes produits du travail artisanal de la premire moiti du sicle sont encore prsents partout et, en regard, leurs pauvres imitations mcaniques ne sup-portent pas la comparaison. Lartisan, hier encore reprsentant respect de la culture mdivale etgrand matre de la production de son poque, noffre plus quun Graphisme ple reflet de ce quil avait t jusque-l : technicien, artiste, marchand. Le domaine de ldition nchappe pas au contexte industriel naissant ni aux problmes quil suscite. Ainsi, la rvolution industrielle, en permettant une plus grande rapidit dans limpression, va entraner une prolifration du livre bon march et de mauvaise qualit : pages grises et mornes, encres instables, papiers vite dtriors. Dans cet univers perturb par larrive de la machine et du par ses premires

    productions, se dessine une division de plus en plus profonde entre ceux qui souhaitent prserver ce qui leur est cher et ceux qui se vouent corps et me aux nouvelles technologies. Ce dualisme npargne pas le monde de la typographie delpoque. Il sy exprime travers deux attitudes contradictoires qui, successivement et leur faon, posent les fondements de la typographie moderne : la premire prend racine en Angleterre avec William Morris. Elle prne un retour lartisanat, tentant de faire revivre la beaut des ouvrages anciens ; la deuxime oscille entre lacceptation et dadulation de la machine. Prsente un peu partout en Europe dune manire diffuse, cest dans la Russie daprs la Rvolution quelle prend rellement son essor pour se poursuivre en Allemagne avec le Bauhaus.

    Morris ou le refus de la machineParadoxalement, cest de Grande-Bretagne, leader incontestable de la rvolution industrielle, que la raction va natre. Sous linfluence du critique dart John Ruskin, un important mouvement dopinion va se dessiner, rejetant aussi bien les produits de lindustrialisation que leurs consquences : la misre ouvrire et lalination des travailleurs dans leurs rapports avec le produit de leur travail. Un autre Anglais, William Morris, rpondant lappel de Ruskin, sillustrera alors dune faon particulire dans le domaine de ldition. Cest dj un homme bien connu dans diffrents domaines : crivain, peintre, fondateur dune grande firme internationale de dcoration, il dessine lui-mme des tissus, des papiers peints, des tapis, des tuiles, etc. Profondment engag, de mme que Ruskin, dans le mouvement Arts and Crafts, il voit dans lexercice de lartisanat un. moyen damliorer la qualit des produits de son poque et une possibilit dexpression personnelle de nouveau offerte lhomme que les usines ont transform en automate. En 1891, se dclarant hostile la machine, il fonde la Kelmscott Press et lui donne pour mission de produire des livres en ayant recours aux mthodes des premiers imprimeurs.A cette fin, il cre ses propres caractres typographiques en cherchant son inspiration auprs des grands matres du xve sicle. A partir dagrandissements photographiques, il redessine le Jenson1 mais en plus noir que loriginal. En fait, ses types se rapprochent des black-letters2 allemands des premiers incu-nables, contractions et ligatures en moins. Ils sont crs pour tre imprims manuellement sur du papier fait la main. Pour illustrer ses livres, il remet lhonneur les bois gravs et dessine lui-mme initiales, bordures et vignettes. Pour Morris, un livre bien fait exige de bons caractres typographiques, des

    par Jadette Lalibert

    La rvolution industrielle&la typographie moderne

  • 11espacements serrs entre les mots3, du papier de qualit et lapplication de certaines rgles de proportions lintrieur de lunit de base qui nest pas la page mais la double page4. La symtrie prside la plupart du temps lorganisation de la page. La composition est en bloc, compacte. Des fleurons sont utiliss pour marquer les paragraphes et galement, parfois, pour le remplissage des fins de lignes. La rpartition des blancs dans la page se fait de la faon suivante : la marge intrieure runissant les deux petits fonds est la plus troite, celle du haut est un peu plus large, la marge extrieure est plus large encore et celle du bas est la plus large de toutes. La Kelmscott Press connat un rayonnement certain auprs des bibliophiles. Elle entrane la fondation de plusieurs autres presses prives en Angleterre, aux tats-Unis, en Suisse, en Hollande et en Allemagne. En renouant avec les principes fondamentaux du dessin du livre, Morris russit rendre les diteurs plus conscients de lapparence de leurs livres. De mme, il contribue rintroduire certaines rgles lintrieur dune production typographique qui en a grand besoin. Cest grce ces impressions la presse que furent sanctionnes certaines conditions et exigences de la typographie : sens et comprhension de la forme des caractres, assemblage correct des caractres en mots, en lignes, en pages, en une surface compacte place dans un juste rapport avec la surface non imprime ; construction du livre partir de la double page ; unit des caractres, limitation relative au style et la graduation des corps5. Les livres de Morris ne sont cependant pas tout fait au got du jour. En retournant aux incunables comme source dinspiration, Morris produit des livres sombres rappelant les manuscrits mdivaux. Leur apparence est lourde, ils sont trop orns et les types anciens sont difficiles lire. De plus, ils sont trop coteux. L aventure typographique de William Morris est de courte dure et elle est aujourdhui considre par plusieurs comme une erreur historique. La bibliophilie, cest--dire ldition dart tirage limit qui assure chaque exemplaire le privilge dtre rare et de grand prix, reprsente un fait isol dans lhistoire de la typographie.

    La rconciliation Art-MachineCependant les enseignements de William Morris ne seront pas oublis ; ils prendront place lintrieur de la nouvelle typographie qui commence slaborer. Un problme majeur toutefois continue de proccuper les artistes : celui de la mise en forme artistique des objets fabriqus par lindustrie. Au

    rendre publiques des informations dune manire toujours plus rapide et moins

    onreuse.

    dbut du xxe sicle, cette obsession est prsente partout en Europe : en France, en Hollande, en Allemagne, en Russie, etc. En fait, on commenait entrevoir une faon damliorer la qualit des produits industriels dans lassociation art- artisanat-industrie. Mais, ce qui en France et en Hollande ne fut quinitiative individuelle ou discussion amicale allait rellement prendre forme en Russie pour se poursuivre en Allemagne avec le Bauhaus. Cest dans la Russie daprs la Rvolution que le conflit art- machine trouve une amorce de solution et se transforme en une attitude cratrice avec les constructivistes pour qui machine et production industrielle apparaissent comme une rponse la pauvret des masses. Forms partir de 1920 dans les Vhutemas de Moscou, les crateurs dobjets utilitaires sefforcent dadapter leurs produits la ralisation mcanique en les rationa lisant et en les dbarrassant, en particulier, de leur surcharge dcorative, de faon quils rpondent aux exigences de la beaut fonctionnelle .Toutefois, en raison du manque de possibilits matrielles de leur pays, ces nouveaux crateurs nauront jamais la possibilit de passer du stade de la production artisanale du prototype celui de la production de masse. Ce rle sera dvolu lAllemagne vers qui convergent dans les annes vingt tous les courants artistiques modernes en provenance aussi bien de lEst que de lOuest. A travers une cole, le Bauhaus, elle va en quelque sorte concrtiser lutopie sovitique, bnficiant dun contact avec lindustrie et de son soutien, ce qui manqua toujours aux Vhutemas. Au Bauhaus, le travail individuel de lartisan se meut en une cration industrielle. Dans les diffrents ateliers, chaque tudiant est dirig simultanment par deux matres, un matre des techniques et un matre des formes . Chacun a sa ncessit car pour diriger les ateliers, on ne trouve ni artisan dou dune imagination cratrice suffisante pour dominer les problmes artistiques, ni artiste possdant les connaissances techniques requises. Il faut dabord former une nouvelle gnration runissant ces qualits. Lorsque ltudiant a acquis la double formation technique et artistique, il est alors devenu un crateur industriel. Ce dualisme npargne pas le monde de la typographie delpoque. Il sy exprime travers deux attitudes contradictoires qui, successivement et leur faon, posent les fondements de la typographie moderne : la premire prend racine en Angleterre avec William Morris. Elle prne un retour lartisanat, tentant de faire revivre la beaut des ouvrages anciens ; la deuxime oscille entre lacceptation et dadulation de la machine. Prsente un peu partout en Europe dune manire diffuse, cest dans la Russie daprs la Rvolution quelle prend rellement son essor pour se poursuivre en Allemagne avec le Bauhaus.

  • graphiK

    12

    pLapplication de la

  • 13

    La typographie est lorigine lart dassembler des caractres mobiles afin de crer des mots et des phrases et de les imprimer. Cette technique a t mise au point vers 1440 par Gutenberg, qui na pas invent limprimerie caractres mobiles mais un ensemble de techniques conjointes: les caractres mobiles en plomb et leur principe de fabrication, la presse typographique, et lencre grasse ncessaire cet usage.La typographie, par extension, est la technique dimpression qui utilise le principe du relief, comme les caractres mobiles en plomb et en bois, mais aussi les images en relief, dabord gravures sur bois puis clichs en mtal et en photopolymre. La typographie a t pratiquement la seule forme dimpression jusquau xxesicle, o elle a t remplace par loffset, lui-mme issu de la lithographie invente la fin du xviiiesicle. Limpression typographique existe encore pour des travaux artisanaux tirage limit ainsi que pour la dcoupe, lembossage et lestampage.Enfin, la typographie est lart et la manire de se servir des caractres: choix de la police, du corps et de la mise en page.

    dans son environnement

    La typographie (souvent abrg en typo) dsigne les diffrents procds de composition et dimpression utilisant des caractres et des formes en relief.

    p

  • graphiK

    14

    Century

    morris fuller bentoncentury magazine1895

    En 1894, Linn Boyd Benton a achev la commande dune nouvelle police de caractres pour le magazine amricain Century. La police Century est carac-tristique de la typographie norenaissance, de la fin du dix-neuvime sicle. Morris Fuller Benton a cr plusieurs versions du caractre pour la fonderie American Typefounders et Century a t par la suite repris par les socits Linotype, Intertype et Monotype. La famille typographique Century Old Style appartient la bibliothque Linotype Originals.

    presse&Typographiepar Pierre Delerm

  • 15

    CheltenhamLe Cheltenham est un caractre typographique dessin en 1896 par larchitecte Bertram Grosvenor Goodhue pour la socit Cheltenham Press de New York. Il a t construit en fonction des tudes sur la lisibilit publies alors, dmontrant que la reconnaissance des caractres sopre dabord par le balayage par lil de leur partie suprieure. Le Cheltenham est dot de longs jambages suprieurs et de courts jambages infrieurs. Ce caractre amricain classique a t utilis par la NRF pour imprimer la recherche du temps perdu de Marcel Proust.

    frederic w.goudymitchell kennerley1911

    Kennerley Old StyleLe Kennerley Old Style a t dessin par Frederic W.Goudy pour lditeur amricain Mitchell Kennerley en 1911. Goudy dcrit ce caractre comme tant appropri pour le texte courant avec ses forts empattements. Il est considr comme un classique de la typographie Amricaine car il ne se base sur aucun caractre historique.

    betram grosvenor goodhuecheltenham press1896

  • graphiK

    16

    The University of California Old Style

    Frederic W. Goudy cre en 1938 le caractre The University Of California Old Style pour lUniversit de Californie. Utilis par la maison ddition de cette institution, cest un caractre priv qui fut disponible par la suite sous le nom de Californian publi par Lanston Monotype.

    frederic w.goudyuniversit de californie presse1939

    CentaurLe Centaur est probablement la version la plus clbre du caractre romain cr par Nicolas Jenson au quinzime sicle. Bruce Rogers, grand typographe et graphiste amricain, a reu la commande dune fonte exclusive pour le Metropolitan Museum of Art New York en 1914. Il a ensuite slectionn les meilleures lettres de Jenson et les a retouches laide dun pinceau et de peinture blanche. Le nouveau caractre a t grav partir de ces motifs par Robert Wiebking. Il doit son nom au premier livre conu par Rogers pour lequel il a t utilis : Le Centaure de Maurice de Gurin, publi en 1915. Lentreprise Lanston Monotype Londres a cr la version commerciale du Centaur et la publie en 1929. Rogers a convaincu Frederic Warde de dessiner litalique, qui a t baptis dun nom diffrent, Arrighi. Jenson nayant cr aucune version italique, Warde a utilis comme modles les caractres gravs par Ludovico degli Arrighi de 1524 1927. Il a inclin les majuscules et raccourci les ascen-dantes afin de les harmoniser avec la hauteur des ascendantes du Centaur. La version numrique actuelle de Centaur possde des versions romaine et italique et inclue des graisses de type gras, des petites capitales et des ornements. bruce rogers

    muse dart Metropolitan1914

  • 17Times New RomanLe Times a t originellement cr par Stanley Morison pour le quotidien britannique The Times. Il a t dessin pour installer un maximum de signes la ligne et assurer une lisibilit suffisante malgr un papier journal mdiocre et une technique monotype et linotype ne permettant pas, loppos de la fonderie traditionnelle, de produire une qualit irrprochable. Morison sest inspir du Plantin, caractre cre en 1913 par Frank Hinman Pierpont en hom-mage Christophe Plantin, grand imprimeur et relieur du XVIe sicle install Anvers. Le 3 octobre 1932 parat la premire dition de The Timescompose en Times New Roman.

    Avant Garde GothiqueHerb Lubalin et Tom Carnase basent la conception de lAvant Garde Gothic sur la manchette cre par Lubalin pour le magazine culturel new yorkais Avant Garde. Cest un caractre sans serif gomtrique dont le design nest pas sans rappeler le Futura. Il est publi par ITC spcialement pour la photocomposition.

    stanley morissonthe times1931

    herb luballinavant garde magazine1968

  • graphiK

    18

    porchezneville brodyarena magazine1989

    LE MONDEjournal le monde1994

    InsigniaLInsignia a t cre par le clbre graphiste Britannique, Neville Brody. Elle tait lorigine destine aux titres du magazine Arena en 1986 et a t publie en 1989 par Linotype. Insignia utilise des formes de base tires de polices construites grotesques et a subi linfluence des linales gomtriques, comme le Futura. Ses lettres lignes uniques et ses formes rondes et dures refltent lesprit de lpoque et rappellent la technologie et le progrs.

    La cration de caractres typographiques sest dmocratise avec le dve-loppement de logiciels graphiques ddis tel Fontographer. Ceci dit, cette dmocratisation na pas pour autant rendu obsolte la ncessit de matriser les savoirs fondamentaux typographiques pour quiconque veut concevoir une famille de caractres de qualit : elle a juste simplifi la tche du crateur. Il est dsormais possible pour une entreprise de commander un caractre maison qui reflte sa personnalit et rponde ses besoins, et aux impratifs de sa communication. Les socits se sont ainsi aperues quun caractre typographique pouvait leur confrer une vritable identit visuelle. Ceci est dautant plus important pour un journal dont le contenu, linformation, est amplement partag par ses concurrents grce aux soins de Reuters, AP et autres agences de presse. Pour son cinquantime anniversaire, Le Monde a dcid de se doter dun caractre propre suivant en cela lexemple de journaux tels que The Economist, The Daily Telegraph, The Times ou encore Libration et Print. A partir de septembre 1994, Jean-Franois Porchez conoit six styles du caractre Le Monde : romain, italique, gras, gras italique, sans-serif et sans-serif gras. De plus, il propose un caractre gras troitis pour les titres, dont les empattements sont lgrement rduits tout en respectant les principes fondamentaux du dessin de base, et dont laxe est redress afin de contrebalancer linclinaison des caractres de labeur. Sinspirant de caractre de labeur, Le Monde Titling possde un dessin clair et harmonieux qui sapparente la famille des caractres dits de transition. Une police de symboles est galement produite spcialement pour le journal. Aprs des essais prliminaires en octobre 1994, Jean-Marie Colombani, directeur du Monde, annonce officiellement dans les pages du quotidien lutilisation du caractre de Jean-Franois Porchez.

    Le Monde

  • 19

  • graphiK

    20 Typo&signaltiqueLa lecture des messages signaltiques obit des rgles sensiblement diffrentes de celles qui gouverne la lecture des textes imprims. Loeil na pas le temps de sattarder sur les mots pour en assimiler le contenu car il doit pouvoir distinguer et enregistrer les messages rapidement, et ce dans un environnement souvent parasit.

    La lisibilit est ici primordiale. Les caractres spcialement conus pour la signaltique privilgient la simplicit des formes et du style. Les contours et les proportions des lettres respectent les standards usuels afin de faciliter la reconnaissance. Les graisses choisies prsentent suffisamment d'paisseur pour que le lettrage soit efficace en vision moyenne distance.Les polices de caractres utilises appartiennent majoritairement la famille des sans srif : Folio, Frutiger, Futura, Gill sans, Helvetica, Univers. Les caractres empattement ou fantaisie peuvent cependant tre mis en oeuvre moyennant de svres prcautions sur les graisses et les corps utiliss.La visibilit et la lisibilit des textes dpendent par ailleurs de la taille des caractres et de la couleur des lettrages et des fonds.

    La hauteur minimum des caractres est directement lie la distance de vision. La norme couramment admise est un rapport de un cent : des lettres de 10 cm seront lisibles 10 m de distance. Dans des conditions de luminosit normales, le rapport optimum est de un soixante : une distance de vision de 10 m rclame des caractres de 17 cm de hauteur.Les couleurs choisies favoriseront le contraste sans faire de cette rgle une dictature. On veillera donc proscrire les mariages de faible contraste et respecter quelques rgles qui favorisent la lisibilit :-utiliser des couleurs chaudes, qui semblent visuellement "avancer" pour les lettrages, et des couleurs froides, qui semblent "reculer", pour les fonds;-viter d'utiliser une couleur sur sa complmentaire (vert sur rouge, violet sur jaune, orange sur bleu), la vibration produite tant nfaste la lisibilit.

    Signaltique du nouveau Forum des images:Pierre di Sciullo,Kuije

    Kuije

    Signaltique salle de spctacle:Benoit Santiard, Capitale

    Capitale

  • 21

    Il s'agit d'un caractre commandit en 1913 par Frank Pick, le manager com-mercial du "Underground Electric Railways Company of London". Le Johnston Underground fait partie intgrante de l'identit visuelle du mtro Londonien et a t introduit en 1916.Toutes les tudes montre que le meilleur contraste est celui dun lettrage noir sur fond jaune : fort heureusement trs peu de signalticiens utilisent cette palette, vitant ainsi dajouter lagressivit des signes la duret de lenvironnement. On veillera donc proscrire les mariages de faible contraste et respecter quelques rgles qui favorisent la lisibilit :des lettres de 10 cm seront lisibles 10 m de distance. Dans des conditions de luminosit normales, le rapport optimum est de un soixante : une distance de vision de 10 m rclame des caractres de 17 cm de hauteur.

    Les contours et les proportions des lettres respectent les standards usuels afin de faciliter la reconnaissance. Les graisses choisies prsentent suffisamment d'paisseur pour que le lettrage soit efficace en vision moyenne distance.Les polices de caractres utilises appartiennent majoritairement la famille des sans srif : Folio, Frutiger, Futura, Gill sans, Helvetica, Univers. Les caractres empattement ou fantaisie peuvent cependant tre mis en oeuvre moyennant de svres prcautions sur les graisses et les corps utiliss.La visibilit et la lisibilit des textes dpendent par ailleurs de la taille des caractres et de la couleur des lettrages et des fonds.

    La visibilit et la lisibilit des textes dpendent par ailleurs de la taille des caractres et de la couleur des lettrages et des fonds.La norme couramment admise est un rapport de un cent : des lettres de 10 cm seront lisibles 10 m de distance. Dans des conditions de luminosit normales, le rapport optimum est de un soixante : une distance de vision de 10 m rclame des caractres de 17 cm de hauteur. Il sagit dun caractre commandit en 1913 par Frank Pck, le manager commercial du Underground Electric Railways Company of London. Le Johnston Underground fait partie intgrante de lidentit visuelle du mtro Londonien et a t introduit en 1916.Toutes les tudes montre que le meilleur contraste est celui dun lettrage noir sur fond jaune : fort heureusement trs peu de signalticiens utilisent cette palette, vitant ainsi dajouter lagressivit des signes la duret de lenvironnementl

    Mtro franais:Jean-Franois PorchezParisine.

    Transport:Jock kinneir et Margaret CalvertDpartement des transports dAngleterre

    Affichage aroport:Max Miedinger,helvetica

    Parisine

    Helvetica

    Transport

  • graphiK

    22 &Tlcran identits [tl]visuellesTypographie France Tlvisions Sur France Tlvisions, la police de caractres est un des lments qui permet d'unifier l 'ensemble des chanes du groupe au sein d'une mme identit visuelle.UtilisationEn 2002, France Tlvisions a mis en place une nouvelle identit visuelle, intro-duisant l'Heldustry et mettant ainsi fin dix ans de suprmatie du Franklin Gothic.Le groupe audiovisuel utilise l'Heldustry dans ses diffrentes graisses (Regular, Demi, Black). Cependant, ce ne sont pas les polices originales qui sont utilises, mais une adaptation de celles-ci spcialement conue pour le groupe franais. On retrouve donc les polices de base, mais aussi une version toute en majus-cules (appele HeldustryFTV) o les caractres accentus ont notamment t redessins pour que les accents se retrouvent colls au lettres.LHeldustry est omniprsent sur tous les supports de communication du groupe : logos, publicits, magazines hebdomadaires et bien sr habillage antenne.

    LHeldustry dans les logosLe logo de France Tlvisions utilise deux graisses : le Regular pour le mot france et le Demi pour tlvisions.Les logos des chanes emploient lHeldustry Demi pour le mot france sur les logos en version compacte et le Regular sur les logos en version horizontale. Les chiffres 2, 3, 4, 5 et le de France sont des compositions originales.Le logo de RFO est compos en Heldustry Regular, le f ayant une barre raccourcie gauche. La mention rseau france outre-mer est quant elle compose la fois en Regular et en Black.Enfin, les mentions de rgions de France 3 utilisent la version Black de lHeldustry.

    LHeldustry lantenneOmniprsent lantenne, lHeldustry est la marque de fabrique de France Tlvisions. Cest le dnominateur commun entre tous les habillages du groupe.France 4 compose ses bandes-annonces en HeldustryFTV Regular et Black, France 5 en Demi et Black. Ces polices sont aussi trs prsentes dans les synths des missions du groupe. Les journaux de France 2 et France 3 affichent de lHeldustryFTV, trs lisible. Les missions et vnements sportifs retransmis sur France 2, France 3 et France 4 emploient lHeldustry Black. Cest cette police qui est diffuse sur les signaux internationaux de Roland Garros et du Tour de France. Enfin, les missions produites en interne utilisent presque toutes des variantes de lHeldustry (Tlmatin, Cest au programme, Cest mieux le matin, Des chiffres et des lettres, etc.).

  • 23Typographie Canal+ Canal+, la notion d'habillage a une importance maximale. La typographie de la chane en est certainement l'l-ment le plus emblmatique.

    Adaptation pour Canal+Canal+ a choisi le Futura essentiellement pour sa grande lisibilit en lettres capitales. Il a cependant d tre redessin par la direction artistique afin de prendre en compte toutes les spcificits des alphabets des pays dans lesquels le groupe est (ou a t) implant. Ainsi, le espagnol et le dannois ont t crs. Plus rcemment, l'arrive de l'euro a impos la cration du symbole .En outre, pour satisfaire aux contraintes graphiques (intgration dans des car-touches par exemple), certains caractres spciaux ont mme t redessins. Par exemple, les accents se retrouvent colls certaines lettres majuscules.Le Futura Canal+ se dcline en trois graisses (light, medium et bold) et deux styles (romain et italique). La version italique a compltement t retravaille par rapport la version oblique de Paul Renner. On peut notamment remarquer que les chiffres et certains caractres spciaux (le + de Canal+ entre autres) ne sont jamais italiss dans ces versions.

    Utilisation lantenneLa premire utilisation de cette police est bien videmment le logo de la chane. Le nom est compos en Futura Bold Italique, dabord accompagn dune ellipse multicolore en 1984, puis simplement pos sur un cartouche noir partir de 1995. noter que beaucoup de dclinaisons de la chane utilisent le Futura Bold Italique pour leur logo (CanalSat, canalplus.fr, StudioCanal, etc.).La deuxime utilisation du Futura est la composition des synths. Quasiment toutes les missions produites par la chane affichent des titres en Futura Bold Italique intgrs dans un cartouche. tienne Robial raconte mme dans son livre que seul le Futura est install sur les synthtiseurs dcriture de la chane...

    Le Futura Canal+ comme support de communicationOutre lutilisation lantenne, le Futura Canal+ est utilis sur tous les supports de communication du groupe. tel point quil en est devenu la marque de fabrique.On le retrouve dans les spots publicitaires diffuss sur les autres chanes, dans les brochures de prsentation, le magazine des abonns ou encore les sites Internet. Il est bien videmment aussi utilis pour les cahiers des charges destins aux prestataires du groupe (charte graphique...), mais aussi dans les communiqus de presse, les lettres, les fax ou encore les objets promotionnels comme des calendriers, des montres ou des t-shirts. Mais le Futura se glisse galement dans des endroits pour le moins inattendu au sige de Canal+ : plaques de bureau, numros de places de parking, panneaux dinterdiction de fumer, menus du restaurant dentreprise, panneaux syndicaux... Mme le panneau des consignes en cas dincendie est compos en Futura !

    On le voit, Canal+ a impos sa police de caractres comme lment primordial de son image. tel point, quil est aujourdhui impossible pour un Franais de ne pas associer le Futura la chane crypte.

  • graphiK

    24

    graphisme &

  • 25

    Elle est au cur du graphisme. L'agencement des caractres et leur dessins sont rapidement devenus des paramtres essentiels pour optimiser le temps de ralisation d'un document, la surface disponible et la lisibilit. Mettre en page, ou formuler un discours : une grande part du travail du graphiste consiste mettre en page (ordonner) du texte. D'o l'existence de nom-breuses rgles de composition qui tiennent compte autant de l'orthographe que de la syntaxe ou de la lisibilit. Ses rgles rgissent les accents, la ponctuation, la csure des mots, les espaces entre les signes, les mots et les lignes, et la sparation des textes en paragraphes. Souvent issus des contraintes techniques de l'imprimerie, ces rgles sont devenues des conventions culturelles qui voluent et dont le graphiste doit tenir compte.Tout texte a une structure : titre, sous titre, note, diffrents statuts d'noncs qui sont parfois composs de caractres diffrents et de taille variable. Le ca-ractre a aussi une image qui peut exprimer un ton particulier par sa forme, sa densit, d'o l'existence de nombreuses famille de caractres, dont celles dites fantaisie , gnralement rserve au titrage, aux affiches, aux enseignes.

    Graphisme et typographie se conjuguent dans un panorama regroupant affiches, logotypes, alphabets, crations de lettres, couvertures de livres et de magazines, mises en pages, journaux, Autant de supports, de signes et de formes graphiques qui balisent notre quotidien, nous orientent et nous informent, nous sduisent ou nous en imposent, parfois sans que nous en ayons conscience.

  • graphiK

    26Graphisme, Typographie, Histoire se fonde sur la conviction que nous avons besoin dhistoires gnrales toffes consacres ces domaines, afin de contribuer asseoir leur place dans la culture visuelle aussi bien que dans la culture gnrale.

    Le graphisme d'information, au sens le plus large, consiste en la slection, lorganisation et la prsentation d'une information destine un public parti-culier. L'information peut tre dlivre sur des types de documents trs divers : carte mto, indicateur horaire de vols, tableaux de donnes statistiques... La quantit d'informations contenues dans ceux-ci est parfois particulirement importante, comme dans une carte routire, et l'utilisateur en extrait alors seulement ce dont il a besoin pour un usage prcis. Le graphiste d'information en tant que discipline a pour objectif premier de communiquer des informations avec efficacit. L'information donne doit demeurer exacte, et sa prsentation ne doit pas la dformer c'est la responsabilit mme du graphiste qui est engage sur ce point.Contrairement au graphisme publicitaire et marketing dont le but la plupart du temps est d'inciter l'utilisateur faire telle ou telle chose, le graphisme d'information s'emploie prsenter toutes les donnes objectives ncessaires a une prise de dcision. Les graphistes spcialiss dans la prsentation d'information ont t dcrits comme des transformateurs (qu'il s'agisse de donnes brutes, d'un ensemble d'actions ou bien encore d'un processus) en prsentation visuelle qu'un public donn pourra facilement comprendre Le graphisme a trois fonctions essentielles. Son premier rle est didentifier, de dire ce quest une chose ou dindiquer sa provenance (enseigne dauberge, bannire et bouclier, marque de maon, symbole dditeurs et dimprimeurs, logos dune entreprise, tiquette demballage). Sa deuxime fonction qui recouvre ce que les spcialistes nomment le graphisme informatif , est dinformer et dinstruire, en indiquant la relation entre plusieurs choses en termes de direction, de position ou dchelle (carte, diagramme, panneaux indicateurs). Enfin, son troisime rle trs diffrent des deux autres, est de prsenter et de promouvoir (affiches, publicits) dans le but de capter lattention et dimposer un message. De nos jours, le design graphique fait partie de la culture et de lconomie des pays industrialiss. Sous linfluence des pressions commerciales et des technologies de pointe, de nouvelles formes graphiques voient le jour, mais les graphiques continuent demprunter au pass.

    Paul GaborVoeux pour 1962

  • 27Le graphisme est une discipline qui consiste crer, choisir et utiliser des lments graphiques (dessins, caractres typographiques, photos, couleurs, etc.) pour laborer un objet de communication et/ou deculture. Chacun des lments est symbolique et signifiant dans la conception du projet, selon les axes dfinis ventuellement avec d'autres intervenants du domaine de la communication, dans le but de promouvoir, informer ou instruire. Le design graphique peut tre dfini comme le traitement formel des informa-tions et des savoirs. Le designer graphique est alors un mdiateur qui agit sur les conditions de rception et dappropriation des informations et des savoirs quil met en forme. Selon ses domaines d'intervention (illustration, affiche, communication d'entreprise, presse, dition, packaging, publicit, design web, signaltique, identit visuelle, etc.), il fait partie de la chane graphique lie l'imprimerie ou d'autres mdias.Bien qu'aujourd'hui le terme design graphique soit parfois jug trop vague par certains (particulirement en France et en Suisse), il devient de plus en plus populaire dans les pays de la francophonie2 et est gnralement prfr au terme graphisme .Bien que les termes graphisme et design graphique soient des inven-tions du xxe sicle, lhistoire du graphisme suit celle de lhumanit depuis les grottes deLascaux jusquaux nons publicitaires du quartier Ginza Tokyo. Depuis les dbuts du graphisme jusqu aujourdhui, o la communication visuelle est devenue omniprsente, il a toujours t dlicat de tracer la ligne de distinction qui spare le graphisme de la publicit et de lart, avec lesquels le graphisme partage certains principes, thories, pratiques ou langages. Un dbut de rponse pourrait tre de dfinir la publicit comme tant une pratique dont le but final est la vente de produits et de services tandis que le graphisme cherche ordonner linformation, donner forme des ides et communiquer des motions travers des objets graphiques.

    marcusmichaelsBad Typography is Everywhere / Good Typography is Invisible

  • graphiK

    28 Jean Franois PorchezBiographie

    lge de 30 ans, il a convaincu la direction du journal Le Monde de rempla-cer le caractre Times New Roman par un caractre spcifique plus adapt, Le Monde. Ce tour de force en dit long sur la personnalit de Jean Franois Porchez. Cest avec nergie quil consacre sa passion des commandes venant, entre autres, des transports publics parisiens, de lagence de voyage italienne Costa Crociere, de la star du RnB Beyonc Knowles, des constructeurs automobiles Peugeot, Renault et du Baltimore Sun. Parcours Jean Franois Porchez (1964) suit une formation de graphiste durant laquelle il sintresse la cration de caractres | 1991-1994 Travaille comme cra-teur et conseiller typographique au sein de la clbre agence de design Dragon Rouge, Paris.En 1994 il conoit un nouveau caractre typographique pour le journal de qualit Le Monde.En 1995 il cre son propre canal de vente pour ses lettres. En 1996 il dessine les nouveaux caractres pour les transports publics parisiens,il travaille pour des clients comme Peugeot, Costa Crocerie, France Tlcom, Baltimore Sun, Beyonc Knowles et Renault Jean Franois Porchez est prsident de lAssociation Typographique Interna-tionale (ATypI). Il donne rgulirement des confrences, enseigne la cration de caractres la Reading University (Grande Bretagne) dans le cadre du MA typefaces design en tant que visiting professor et conduit des ateliers de cra-tion de caractres travers le monde. Il a publi Lettres Franaises, un ouvrage bilingue runissant la majeure partie des caractres franais disponibles en numrique (1998) et a lanc le site dinformation typographe.com (2003).Il a t confrencier au master en cration de caractres l'universit de Reading (Royaume-Uni) et professeur de typographie lENSAD. Il mne rgulirement des ateliers pratiques ponctuels travers le monde, participe des confrences et publications. Il a notamment initi la parution de Lettres franaises2, un recueil de crations typographiques contemporaines franaises. Fin 2001, il fut prsident du jury tabli par le ministre de l'ducation nationale pour la slection d'un modle d'appren-tissage d'criture, et fut entre autres membre du 3e concours Linotype de cration de caractres. Il a t prsident de l'ATypI de 2004 2007.Il a reu le prix Charles-Peignot en 1998. FF Angie (1990) et Apol-line (1993) furent prims au concours Morisawa. Costa a reu le certificat d'excellence en cration de caractres lors du TDC2 2000. Ambroise, Anisette, Anisette Petite, Charente, Le Monde Journal et Le Monde Courrier ont tous reu une rcompense en 2001 au concours Bukva:raz. En 2006, Deron et Mencken ont reu un Creative Review Type Award, et le Parisine Office une toile de l'Observeur du design.

    Aprs une formation de graphiste durant laquelle il sintressa la cration de caractres, Jean Franois Porchez a travaill comme crateur et conseiller typographique chez Dragon Rouge.

  • 29

    InterviewJean Franois Porchez: Continuer luvre commence

    Avec un respect profond pour ses prdcesseurs, Jean Franois Porchez cre des caractres qui dmontrent merveille toute la richesse de la typographie contemporaine. Quen dit-il lui-mme?

    Au printemps 2005, la galerie de Catapult sest garnie de carac-tres de Gerard Unger. Comment vous situez-vous par rapport votre collgue hollandais? Travail lez-vous plus sur les revivals? Cest quoi au juste, les revivals? Quand jai particip un concours avec lAmbroise, jai coch la case revival. Puis le jury ma dit que ce ntait pas un revival , que ctait une interprtat ion . . . Ce qui est sr, cest quUnger est un auteur la qute de labsolu, de la cration ultime. Plus il avance dans son travail, plus ses caractres se ressemblent. mon avis, cest parce quil est trs proche de la perfection. Je vois dans ses caractres une montagne de granite trs dur et trs pur. Cest de la pierre: cest l depuis des centaines dannes et a ne bouge pas.

    Vos caractres bougent plus? Je mettrais Unger dans larchtype Frutiger: ils sont tous les deux trs recon-naissables: Unger, cest Unger et Frutiger, cest Frutiger. On sait o lon en est: la tension des courbes, les formes, & Je me mettrais moi-mme dans larch-type Matthew Carter: la fois li lhistoire et la fois pragmatique par rapport la rponse donner pour pouvoir savoir sadapter des cas trs diffrents.

    On vous colle parfois ltiquette de typographe frivole. Est-ce que le mot frivole vous gne? Non, pas du tout. condition que frivole soit synonyme de jeu et de plaisir. Cest autre chose que la lgret. Je ne fais pas les choses la lgre, jtudie mes sujets en profondeur, mme sils ont las-pect parfois frivole, comme les commandes de Beyonc Knowles. Quel caractre vous a donn le plus grand plais i r de cration? Cest toujours le dernier. En ce moment donc le Mencken, sorti en octobre der-nier pour le Baltimore Sun. Avec le temps qui passe, on voit les dfauts dun ca-ractre sans pour autant le rejeter. Plus un caractre est vieux, plus je le trouve horrible, parce que jvolue. Cest comme quand on regarde les vieilles photos.

    Le processus de cration est-il li la langue maternelle du cra-teur de lettres, dans votre cas le franais? Mme si je suis un designer pragmatique qui essaie de mettre en valeur le sujet, je reste un auteur. Mes crations sont le reflet de ma culture et ma culture est spcifiquement franaise. Jessaie au maximum dtre moi-mme, donc dtre culturellement intgre. Bien sr, je me laisse influencer par mes

  • graphiK

    30

    confrres, mais jessaie de construire des caractres en me basant surtout sur des sources typographiques franaises. Le Sabon est un hommage Garamond, lAnisette est un hommage Cassandre. Cest important pour moi de continuer lSuvre commence. De l dire que la cration est lie la langue? Avec un caractre, on peut composer toutes les langues. Dans ce sens-l, la typographie est universelle. Mais en mme temps, elle est influence par la langue et la personne du cra-teur. Quand le grand typographe allemand Herman Zapf a dessin lOptima et le Palatino il a rv en allemand, pas en franais ou en espagnol. Moi, quand je rve dun caractre, je le fais en franais Je fais mes premires composi-tions de textes plutt en franais, je saisis les mots en franais, mme sans y penser. Les caractres que je dessine sont sans doute plus en harmonie avec ma langue maternelle quavec dautres langues. Cest une harmonie de couleurs. Lallemand par exemple est une langue qui a beaucoup de lettres assez complexes comme le w, les deux s & La manire de combiner les lettres les unes aprs les autres fait quon a besoin de dessiner un caractre qui est assez statique et sobre, parce que la langue elle-mme est trs riche dans la complexit des formes.

    Et le franais? Au niveau des lettres crites, cest une langue plus plate. Il y a beaucoup de lettres identiques qui se suivent. a cre un gris un peu fade. Quand on cre des caractres en franais, on a envie de faire quelque chose de trs vivant pour animer le texte. Si lon applique le mme systme en allemand, a va bouger dans tous les sens. Mais a ne veut pas dire que les caractres que je dessine ne sont pas utilisables en nerlandais ou en anglais. Cest trs sensible, cest pour cela que je parle dharmonie et pas dadaptation. Jai reu un e-mail dun de mes utilisateurs du Monde Livre, un Sudois. Il ma signal quen sudois, il y a des combinaisons de lettres qui sont horribles, qui ne fonctionnent pas du tout. Javais fait des tests avec deux lettres cte cte, mais en sudois, il existe des mots composs o trois lettres pareilles se succdent. a prouve que la cration de caractres est culturelle et lie la langue. a prouve aussi quon rve de lettres dans une certaine langue.

    En quoi le crateur de caractres ressemble-t-il au chef dochestre? Tout comme le chef dorchestre, il est moins un artiste et plus un interprte. Il a lhistoire respecter et les problmatiques lies au sujet. Chaque projet est une rponse pragmatique un problme du client. Cest difficile de dire quon se sent plus franais ou quoi que ce soit. On a tous des influences trs varies.

    Je ne fais pas les choses la lgre, jtudie mes sujets en profondeur, mme sils ont laspect parfois frivole, comme les commandes de Beyonc Knowles.

  • 31Est-ce votre ambition de renouveler la grande tradition franaise? Si jai lambition de renouveler? Il faut demander a mes enfants et mes petits-enfants quand ce sera termin. Ce nest pas moi quil faut le deman-der (rires). Parlons plutt des hauts et des bas de cette tradition franaise. La dernire fonderie franaise Deberny et Peignot a disparu dans les annes 1970. Ctait une perte importante, parce quune entreprise locale est cratrice demplois pour les typographes. partir du dbut des annes 1960 jusqu larrive des ordinateurs, trs peu de dessinateurs de caractres avaient du travail. Cest dans les annes 1970 que le split se fait entre les caractres et le design, qui devient un lment part entire, comme le prouvent les caractres ITC dAlbert Boton et de Jean-Renaud Cuaz. Mecanorma a donn pas mal de crations dans les annes 1970 1980, ce qui prouve bien que sil y a une industrie locale, a aide beaucoup. Dans les annes 1980, un groupe de travail a t mis en place par le gouver-nement franais. Heureusement, plutt que de privilgier linformation, les membres ont privilgi la formation. Le projet est venu terme en 1985 avec la cration de lANCT (Atelier National de Cration Typographique). Le dbut de lANCT, avec le Scriptorium de Toulouse, a suscit une reprise parmi de jeunes dessinateurs. Des personnes comme Franck Jalleau et Jean-Renaud Cuaz ont fait sentir quil y a eu un renouveau de tradition avec des gens qui ont de fortes capacits. Vers les annes 1990, les premires petites fonderies individuelles ont vu le jour, comme celles de Sumner Stone. Ce typographe amricain a commenc faire des choses limage de lordinateur. Le dessin nest que le reflet de la technologie en quelque sorte, on sent une influence trs directe de loutil sur la cration. Des gens comme Matthew Carter et Cherie Cone par contre ont continu crer des caractres qui ne sont pas influencs par loutil directement.

    Dans lenseignement, quelles sont pour vous les rfrences? Pour moi, il y a trois lieux denseignement pour la cration de caractres, qui forment des gens avec des capacits : lcole des Beaux-Arts de La Haye aux Pays-Bas, lUniversit de Reading en Angleterre et lcole Suprieure Estienne Paris. Le Scriptorium de Toulouse, qui a arrt cette anne, a form aussi pas mal de gens. Quelquun comme Xavier Dupr, par exemple, un autodidacte qui est ensuite pass par le Scriptorium.

    Vous tes prsident de lATypI (Association Typographique Inter-

    nationale). Comment cette organisation voit-elle lvolution des

    caractres en fonction de lexplosion des langues? En avril prochain est organis Dubai une des premires confrences sur la cration de caractres arabes. En Amrique du Sud, o pendant des dcennies, il ny a pas eu de cration de caractres, on observe une explosion extraordinaire de caractres fort diffrents des caractres non-hispaniques. En Russie, on assiste la cration de caractres cyrilliques. Ces jeunes crateurs sont plus cratifs, plus ouverts, moins raides comme on pouvait le sentir il y a quelques annes. Tous ces constats montrent bien que la typographie continue bouger et voluer. De plus, on ne considre plus les caractres non latins comme exotiques. Aujourdhui, ils existent tous.

    Interview par Luk Mestdagh lagence de design Catapult, le 13 octobre 2005 Propos recueillis par Frederika Hostens

  • graphiK

    32 &Entre typographes

    Armin Hofmann

    Roger Excoffongraphistes contemporains

    Il est co-fondateur de lagence de publicit U+O (Urbi et Orbi), et conseiller artistique de la Fonderie Olive, Marseille, pour qui il ralise les caractres typographiques qui marquent la typographie franaise des annes 1950 et annes 1960 et les Antique Olive (1962-1966) que lon retrouve dans les logotypes quil ralise pour Air France ou la SNCF. Il ralise en mme temps de nombreuses affiches bases sur son graphisme personnel, lgant et nerveux (Air France, SNCF, Bally, Dunlop, Sandoz). En 1968, il ralise les pictogrammes des Jeux olympiques dhiver de Grenoble. En 1972, il fonde lagence Excoffon Conseil. Il dcde en mai 1983.

    Armin Hofmann est un designer graphiste suisse. Hoffman a suivi Emil Ruder la tte du dpartement de design graphique l'Ecole d'Art de Ble (Schule fr Gestaltung de Ble) et a contribu au dveloppement du style de conception graphique connu sous le nom de style suisse. Il tait bien connu pour ses affiches, qui a insist sur une utilisation conome des couleurs et des polices, en raction ce Hofmann consi-dre comme la banalisation de la couleur". Ses affiches ont t largement exposes comme des uvres d'art dans les galeries principales, telles que le muse de New York de l'art moderne.

    Livres:Manuel de conception graphique: Principles and Practice: Forme Synthese application (dition multilingue) par Armin Hofmann (au 1er octobre 2001).Armin Hofmann: son travail, Quest et Philosophie (Design Industriel Conception graphique, Bd. 7.) par Armin Hofmann (Apr 1991)

    Livres:Friedrich Friedl, Nicolaus Ott, Bernard Steln, Typo, wann, wer, wie ; quand, qui, comment ; when, who, how, 1998, Knemann.Sandra Chamaret & Julien Gineste & Sbastien Morlighem, Roger Excoffon et la fonderie Olive, novembre 2010, Bibliothque Typographique, Ypsilon diteurDavid Rault, Roger Excoffon, le gentleman de la typographie, mai 2011,

  • 33Paul Rand

    Peter Gabor

    Ce graphic designer, n Budapest, est parisien depuis 1957. Diplm de sociologie, il reoit une formation de graphiste et typographe dans l'atelier de Paul Gabor auquel il a collabor pendant vingt ans.Fondateur et manager de typogabor, un des plus clbres ateliers de photocomposition et phototitrage entre 73 et 93, il dcroche en 1988 un Golden Award de la Typographer International Association pour lexcellence des outils de communication de typogabor.En parallle, il enseigne lESAG (Ecole suprieure darts graphiques), de 1975 1987, sous la direction de Guillaume Met de Penninghen.

    1914 Naissance de Paul Rand Brooklyn, New York. 1929-1934 Frquente lInstitut Pratt, la Parsons School of design et lArt students league New York. 1956 Cration du logo de la firme informatique IBM, pour qui il travaille jusquen 1980. Il est galement responsable des identits visuelles du groupe de radio-tlvision ABC et de la socit de portage UPS. 1956-1969 Professeur de design luniversit de Yale dans le Connecticut. 1972 Membre de lArt director clubs de New York, association fonde en 1920 pour promouvoir le graphisme. 1996 le designer dcde Norwalk (Connecticut) lge de 82 ans.

    Domaines de comptences:Graphiklab: prestations graphiques, cration et ralisation dans les domaines de ldition, ldition publicitaire, limage de marque, identit corp et branding. Plaquettes, Rapports Annuels, Journaux dentreprise.

    Livres:Biggs, John R. An Approach to Type. London: Blandford, 1961. [Paul Rand Ex Libris bookplate on front end-paper.]Buddensieg, Tilmann and Henning Rogge. Translated by Iain Boyd Whyte. Industriekultur: Peter Behrens and the AEG, 1907-1914. Designed by Donna Schenkel. Boston: MIT Press, 1984. [Paul Rand Ex Libris bookplate loosely inserted on front end-paper.]

    graphistes contemporains

  • graphiK

    34

    Jean Widmer

    Jean Widmer est un graphiste n Frauenfeld, en Suisse, le 31 mars 1929, arriv en France dans les annes cinquante. Il est le concepteur de nombreux programmes d'identits visuelles.Jean Widmer a rvolutionn le graphisme en revisitant notamment toute la signaltique des lieux publics et des infrastructures routires dans un but la fois pratique (grand progrs en termes de lisibilit) et esthtiques. C'est un pr-curseur, un des premiers mler photographie et graphisme en faisant de la typographie un lment de ses composition.

    Livres:Jean Widmer, Jean Widmer, Co-dition la Maison du Livre de limage et du Son, les ditions du Demi-Cercle, 1991Jean Widmer graphiste, un cologiste de limage, ouvrage publi locca-sion de lexposition du 8 novembre 1995 au 12 fvrier 1996 dans la Galerie Nord, Centre national dart et de culture Georges Pompidou, collection Monographie, Nantes-Saint Herblain, 1995.

    Neville Brody

    Neville Brody (Londres, 23 avril 1957) est un graphiste, crateur de caractres et directeur artistique britannique.Neville Brody est un des designers et directeurs artistiques les plus reconnus de sa gnration. Figure emblmatique de la culture graphique, inventeur de la typographie moderne, il a considrablement bouscul les conventions et dvelopp de nouveaux systmes de communication. Il rvolutionne la mise en page magazine avec des titres cultes comme The Face, Arena ou encore Actuel en France avec Jean-Franois Bizot. Paralllement, il publie deux monographies considres aujourd'hui encore comme de vritables rfrences du design graphique, il fonde Research Studios Londres.En 2000, il ouvre Research Studios Paris.Depuis Research studios est aussi prsent Berlin, New York, Barcelone et bientt Mumba

    Livres:Jon Wozencroft,The Graphic Language Of Neville Brody, Thames & Hudson Ltd, 160 p., 1988. ISBN 0500274967Jon Wozencroft, The Graphic Language of Neville Brody 2 Thames & Hudson Ltd, 160 p., 1994. ISBN 0500277702

  • 35

    Experimental Jet Set

    Experimental Jetset est une agence de design graphique fond en 1997 par Marieke Stolk, Erwin Brinkers et Danny Van Den Dungen au sortir de la Gerrit Rietveld Academy Amsterdam. Cette agence hollandaise ralise aussi bien des affiches et des tee-shirts que de la signaltique ou des ditions.Marqus par la lecture de "la socit du spectacle" de Guy Debord, ils travaillent de faon non reprsentative en crant des objets qui ne fonctionnent pas en tant quimages, mais par leur matrialit mme. Ils tirent leur inspiration aussi bien du graphiste Bob Gill que dun plasticien comme Richard Prince ou de la culture rock laquelle ils ont emprunt leur nom : Experimental Jetset est une rfrence un album de Sonic Youth.

    Projets:104-Paris.CAPC Muse dart contemporain de bordeaux.GQ magazine.Het Koude Kind, De Theatercompagnie, 2006, collection du MoMA, New York.

    Saul Bass

    Saul Bass est n New York (E.U) en 1920. Il dbute comme graphiste publicitaire. Il cr galement des logos et des affiches de cinma. Cest dans les annes cinquante qu'il devient crateur de gnriques sous limpulsion de Otto Preminger et qu'il rencontre sa future femme et collaboratrice, Elaine Makatura. Bass rinvente alors les gnriques de films pour en faire de petites uvres dart. Les cinastes font aussi appel ses talents pour concevoir des squences de films. Bass ralise par ailleurs des films (il reoit notamment un Oscar pour un de ses courts-mtrages). Aprs avoir travaill pour les grands metteurs en scne (Frankenheimer, Kubrick, Hitchcock, Scorsese) et aprs sa disparition (en 1996), son emprunte (et celle de son pouse et collaboratrice, Elaine Bass) semble n'avoir jamais t aussi prsente et influente.

    Gnriques de films:Catch me if you can, 2002.La mort aux trousses, 1959.Spartacus, 1960.Shining, 1980.

  • graphiK

    36