Troubles du sommeil

download Troubles du sommeil

of 36

  • date post

    11-Feb-2016
  • Category

    Documents

  • view

    55
  • download

    6

Embed Size (px)

description

Troubles du sommeil. Dr Sébastien MARCEL Service de Neurologie CH Chambéry. « Docteur, je ne dors pas… ». 25% de la population se dit « mauvais dormeur » 18% consomme des hypnotiques La prescription des hypnotiques est «banalisée » L’interrogatoire est MAJEUR. - PowerPoint PPT Presentation

Transcript of Troubles du sommeil

  • Troubles du sommeilDr Sbastien MARCELService de NeurologieCH Chambry

  • Docteur, je ne dors pas 25% de la population se dit mauvais dormeur 18% consomme des hypnotiquesLa prescription des hypnotiques est banalise Linterrogatoire est MAJEUR

  • Ce qui nest pas une insomnieNuit courte chez un petit dormeurDifficults dendormissement chez un sujet du soirRveils matinaux chez un sujet du matinIncompatibilit de coupleSommeil trs fourni en rveTroubles dus un changement de milieu

  • ParticularitsOrganisation dans lenfance,fixation ladolescence, stabilit lge adulte, modifications la vieillesse.

    Il y a des petits dormeurs:moins de 6h=5% des gros dormeurs :plus de 9h=5%

    Le nycthmre est de 24h pour 90% de la population

    Il y a des sujets du soir et des sujets du matinLes variations inter individuelles sont nombreusesLappareil de sommeil est trs sensible ; fragile

  • Avant tout diagnostic dinsomnie :Les habitudes antrieures du sujetLes habitudes du conjointLes modifications de milieuRechercher

  • Cas cliniques

  • Cas clinique N1Patiente de 50 ans consulte pour une somnolence diurne, des troubles mnsiques attentionnels, des cphales ATCD HTA traite par calcium bloquant et pollakiurie nocturne par DitropanEpworth 12Quels diagnostics peuvent-il tre voqus?Lequel retenez vous?Quels examens complmentaires sont ils conseills?Que pensez vous du traitement mdicamenteux de cette patiente?Que pensez-vous des symptmes somatiques de cette patiente? Quel traitement prescrire si les examens complmentaires sont normaux?

  • Cas clinique N1SJSR et/ou mouvements priodiques du sommeilDosage ferritinePossible participation mdicamenteuse aux troublesEn rapport avec une SDEAgoniste dopaminergiqueOrigine gntique pour les formes idiopathiques

  • Le syndrome des jambes sans reposSyndrome dimpatiencePeut toucher les membres suprieurs rarement la faceFrquent : 10% dans la population adultePlus frquent chez la femmeDiagnostic facileTraitement le plus souvent efficaceNotion familiale dans 80% des cas

  • Description cliniqueCompulsion bouger les membres infrieursAssoci des paresthsies (sensation dinconfort)Sensation maximale au reposSoulage par le mouvementMaximum le soir et la nuit

  • Association cliniqueAssoci aux mouvements priodiques du sommeil dans 80% des casMouvements brefs des pieds parfois des jambesLes mouvements priodiques du sommeil peuvent tre prsent de faon isol30% des sujets gs>60 ans ont des MPriodiques sans insomnie

  • EtiologiesLe plus souvent essentiel (notion familiale)Carence en fer (ferritine >50 ng/ml)IatrogneNeuropathie priphrique (diabte)

  • Le traitementEn fonction de la svritSi carence en fer : substitutionAgoniste dopaminergiqueL DopaCodineRivotril

  • Cas clinique N2Monsieur. P, 74 ans, prend rgulirement 1/2 comprim de Stilnox* le soir pour dormir. Il se connat trs anxieux et de plus, il lui revient souvent l'esprit des images traumatisantes de la guerre, alors qu'il tait gamin. Il consomme 4 5 tasses de caf par jour.Quel diagnostic voquez vous?Le traitement doit il tre continuer?Quels conseils donner ce patient?Existe-t-il des alternatives thrapeutiques?

  • Cas clinique N2Insomnie Chronique secondaire pharmacodpendanteNvrose post-traumatiqueEssayer de diminuer le traitement mais le continuer est possibleSevrage alcoolique et pas de caf laprs midiPrise en charge psychothrapeutiqueOn peut proposer les IRS ou les tricycliques plutt sdatif type Laroxyl

  • Dfinition de linsomnieTemps total de sommeil < 360 mnTemps dendormissement > 30 mnDure dveil intra sommeil > 30 mnIndice defficacit du sommeil < 80%3 veils maximum par heure de sommeil

  • Points de fragilit du sommeilENDORMISSEMENT:le plus fragileEnfant : angoisse, rituel, mreAdulte : angoisse : variation des facteurs denvironnement PASSAGE SL-REM:rveil possible chaque passageDEUXIEME PARTIE DE NUIT veil des dprims

  • Insomnie : quand?INSOMNIES DE DEBUT DE NUITANXIEUXHYPER ACTIFREACTIONNELRETARD DE PHASECHANGEMENT DENVIRONNEMENTTOXIQUESHYPER STIMULATION INTELLECTUELLE .TVSIESTES DE LAPRES MIDIINSOMNIES DE MILIEU DE NUITDOULEURS ET PROBLEMES SOMATIQUESPREOCCUPATIONS ET INQUIETUDES

  • Insomnie : quand?INSOMNIES DE FIN DE NUIT DEPRESSION AVANCE DE PHASEVIEILLISSEMENTINSOMNIES GLOBALE ET/OU ALEATOIRES GRANDS SYNDROMES PSYCHIATRIQUESSYMPTOMATIQUES DUNE AFFECTION SOMATIQUEDOULEURSINSOMNIES PRIMAIRES

  • Cas clinique N3Mme F ge de 40 ans vous consulte pour une insomnie. Elle na pas dATCD particulier. Elle ne prend pas de traitement. Linterrogatoire est difficile car elle est un peu lente dans ses rponses. Elle se couche fatigue le soir et se rveille fatigue le matin. Elle ne ronfle pas pendant la nuit. Elle a du mal sendormir le soir mais se rveille trs tt le matin et narrive pas se rendormir. Elle fait beaucoup de cauchemars. Elle voit dfiler les heures sur son rveil. Le week-end elle sendort une heure vers 9 heures le matin. La journe elle a du mal a raliser ses activits quotidiennes bien quelle ne travaille pas. Que rechercher vous linterrogatoire?Quel diagnostic voquez vous?Quel traitement proposer?Que pensez vous de linefficacit du Stilnox?

  • Cas clinique N3Troubles de lapptit, diminution de llan vitalSyndrome dpressif ractionnelAntidpresseur Demi vie courte

  • Insomnie secondaireSYMPTOMATIQUES DUNE AFFECTION t, hyperthyrodie ectSECONDAIRES A UNE AFFECTION: traumatismes,douleursSYMPTOMATIQUES DUN TROUBLE PSYCHIATRIQUEanxit et troubles anxieuxdpressionGd Sd psychiatriques: manie ,SCZ SurmenageTOXIQUES:-mdicaments psychostimulants;anorexignes;vit C;certains AD corticodes-toxiques: opiacs;amphtamines;LSD; -cafne -alcoolENVIRONNEMENTALES:le sommeil est trs sensible lenvironnementHYPER-EXCITATION INTELLECTUELLE = hyperfonctionnement des structures catcholaminergiques = INSOMNIE DENDORMISSEMENTIl faut vider les catcholamines: cafne ou dopaminergiques

  • Cas clinique N4Mademoiselle S, 42 ans, cadre dynamique, se plaint de somnoler, voir s'endormir ds qu'elle se trouve dans un endroit calme. Lorsqu'elle se couche le soir, elle s'endort immdiatement et n'a jamais le temps de faire le point en pense de sa journe et encore moins de compter les moutons. Elle dit dormir tellement profondment qu'elle a l'impression de trs peu rver en dehors de quelques cauchemars bizarresQuels signes rechercher vous linterrogatoire?Quels diagnostics voquez vous?Quels examens complmentaires proposez vous?

  • Cas clinique N4Hallucinations hypnagogique, hypnopompique, cataplexieSDE : hypersomnie idiopathique, narcolepsie, SASPolysomnographie et TILE test

  • NarcolepsiePrvalence : ? 0,06%CliniqueSDE avec accs de sommeil irresistibleSommeil rparateurCataplexie : pathognomonique, dure variable, conscience normaleHallucination hypnagogique et hypnopompiqueParalysie du sommeil

  • Narcolepsie IISommeil perturb par de nombreux veilsDiagnostic :Polysomnographie + TILE testTraitementModafinil et/ou amphetamineTricyclique ou IRS

  • Cas clinique N5Mme D 35 ans vous consulte car elle souffre dinsomnie chronique depuis 6 mois. Elle avoue quelle a dj consult de nombreux confrre en vain. Aucun traitement na t efficace. Le listing mdicamenteux est impressionnant: Stilnox, xanax, tercian, laroxyl, Rivotril. A votre grande surprise il nexiste pas de somnolence diurne excessive. Cette patiente peut raliser son activit professionnelle sans aucun problme. Quen pensez vous?Quel traitement lui donnez vous?Quel examen complmentaire proposez vous? Celui-ci revient normal. Quel diagnostic final retenez vous?

  • Cas clinique N5Pas de SDEAucunPolysomnographieMauvaise perception du sommeil ou hypnagnosie

  • HypnagnosiePlainte dinsomnieDepuis plus dun moisPlainte avec :Sommeil de trs courte dure avec quelques nuits normalesSommeil parfois trs dficitaire sans SDEContraste entre plainte et polysomnographieTroubles diurnes trs modrsPas dautres explications aux troubles

  • HypnagnosieQuelle prise en chargeTCC?

  • Insomnie chronique primaireInsomnie psychophysiologiqueInsomnie entretenue et favorise par des associations dfavorables au sommeilPolysomnographie anormale : augmentation du nombre et de la dure des veils nocturnesDsquilibre entre quilibre veille/sommeil

  • Quand demander une polysomnographie?En cas dinsomnie si :Troubles respi ou MPriodiques suspectsSi diagnostic initial incertainSi traitement inefficaceSi veils nocturne avec veil violent ou dangereux

  • Cas clinique N6Vous rencontrez en consultation un enfant de 12 ans avec sa maman. Il a une sur de 1 ans. La consultation est demande par les professeurs du collge car ils ont observ une baisse des rsultats scolaires. Le diagnostic de syndrome dhyperactivit a t avanc. Il tait jusqu' prsent bon lve. Depuis cette anne il est arriv en Savoie. Il est originaire du Sud de la France. Il sendort facilement le soir mais ce rveil quasiment systmatiquement vers 3 h du matin. Il a beaucoup de mal a se rendormir plus tard.

    Quen pensez vous?Comment expliquer les difficults scolaires de ce garon?

  • Cas clinique N6Probable troubles de lapprentissage en rapport avec SDEOrigine psychiatrique probable : dpression?

  • Quelques conseils pour bien dormirSURCONSOMMATION + INSOMNIES:tjs commencer par un sevrage avec rveil heure fixeNE JAMAIS REPONDRE DE SUITE A Dc JE NE DORS PAS refuser le court circuit cliniqueNE PAS LAISSER LA PRESCRIPTION DE LHYPNOTIQUE pour la DERNIERE MINUTE de la consultationNE JAMAIS LIMITER LEXAMEN AU SEUL SOMMEIL, TOUJOURS SINTERESSER A LA VEILLEPENSER AUX ATTITUDES PEDAGOGIQUESaller se coucher quand on a sommeilse lever heure fixe et au premier rveilviter de rparer par la siesteNE PAS SE FOCALISER