Transcom-Info september 2015

download Transcom-Info september 2015

of 24

  • date post

    23-Jul-2016
  • Category

    Documents

  • view

    218
  • download

    5

Embed Size (px)

description

 

Transcript of Transcom-Info september 2015

  • INF

    O

    Abonnement postal

    Bure

    au d

    e d

    pt :

    Bru

    xelle

    s X

    Sept

    embr

    e 20

    15

    04 /

    201

    5

  • S o m m a i r e

    C h e m i n s d e f e rUne plus grande libert tarifaire la SNCB?

    A quel prix? p.4

    I n t e r s e c t o r i e lEdito p.3

    Des miettes pour les gens ordinaires p.20

    P o s t e sDeclaration de la csc Transcom en CP concernant

    le plan Alpha p.10

    Nouveaux visages p.11

    T l c o mProximus - actionnariat majoritaire p.9

    T r a n s p o r t r o u t i e rAccord 2015/2016 dans les secteurs du transport

    routier et de la logistique p.12

    RCC (prpension) dans les secteurs du transport

    routier et de la logistique p.13

    Le dumping social sinstalle dans le secteur

    des autocars p.14

    Des entreprises de transport sanctionnes

    en France p.15

    Combattons lUBERisation!!! p.16

  • Kat

    rien

    Ver

    wim

    p, P

    RS

    IDEN

    TED

    idie

    r Sm

    eyer

    s, V

    ICE-

    PR

    SID

    ENT

    Sept

    embr

    e 20

    15

    Une feuille de route pour grer la crise des rfugis"

    Examinez bien cette locution : crise des rfugis". Il y a le mot crise, mot qui reprsente une situation grave, voire extrme, mais qui reprsente aussi une possibilit de mutation, peut-tre une opportunit pour nos pays occidentaux la population vieillissante, premire interpellation donc. Ensuite, il y a le mot rfugis qui signifie que des tres humains cherchent un refuge parce quils ne sont pas en scurit l o ils sont ns, l o ils ont vcu et travaill. En bref, il y a le terrible fait de personnes qui fuient la guerre et la violence.

    Que dire par rapport cela? Faut-il rappeler les flots de rfugis belges vers la France lors de nos deux dernires guerres? Notre mmoire est-elle courte ce point? Et cette crise est-elle rellement un fardeau pour nous? Certains de nos politiciens ne seraient que trop disposs nous le faire croire. Mais, quelles que soient nos convictions politiques, il y a un principe de base dans nos vertes contres europennes: Un homme est un homme, et tout le monde est gal Commenons donc par appliquer ce principe. Les personnes qui cherchent mettre leur vie labri chez nous ne sont pas du btail parquer!!! Voil la premire tape!

    Ensuite, il nous faut bien parler de chiffres: par rapport dautres pays, beaucoup plus pauvres (pensons au Liban, par exemple, qui accueille des centaines de milliers de rfugis), il faut bien constater quune entit comme lEurope (500 millions dhabitants) a les capacits financires et humaines daccueillir beaucoup de monde. Historiquement, nous avons connu des immigrations bien plus massives. De plus, il faut souligner actuellement lattitude exemplaire de lAllemagne qui va accueillir plus de la moiti des candidats rfugis et o lon voit non seulement lEtat qui se mobilise mais aussi toute une population citoyenne qui se met en marche. Nous ne sommes pas plus pauvres que les allemands!!! Mais nous sommes bien plus riches que les libanais ou les turcs qui remplissent, avec courage, leur devoir daccueil!!! Et dans cette rflexion sur les chiffres, comment pourrions-nous cautionner les propos du premier ministre hongrois qui affirme haut et fort que notre identit chrtienne est mise en danger? Sommes-nous si peu nous en revendiquer? Est-elle si faible cette identit? En tant quorganisation chrtienne, nous ne sommes pas daccord avec de tels propos alarmistes, pour ne pas dire xnophobes, et nous les combattrons. Deuxime tape.

    Comme syndicat, nous affirmons quun discours ngatif sur le rfugi nest pas diffrent dun discours ngatif sur le demandeur d'emploi. Et nous affirmons que toute personne a droit certains moments de sa vie, en situation de faiblesse, voire de dtresse, demander de laide. Ce besoin d'aide qui semble tre rejet par les logiques et les politiciens ultralibraux.

    Comme syndicat nous sommes toujours en ordre de bataille pour dfendre ces personnes fragilises.

    Ces rfugis sont de futurs citoyens de notre pays et de lEurope. Ils ont droit, comme tous, une vie dcente et un travail dcent.

    Donnons-leur donc cette chance!

    E d i t o r i a l

    R d a c t i o n :Marc Scius

    M i s e e n p a g e :Emmanuel LeconteImprimerie G. Doneux et Fils, Mettet

    I m p r e s s i o n :Corelio Printing, Groot Bijgaarden

    D i s t r i b u t i o n :Imprimerie G. Doneux et Fils, Mettet

    P h o t o s :Rdaction CSC-Transcom

  • U n e p l u s g r a n d e l i b e r t t a r i f a i r e l a S N C B ? A

    q u e l p r i x ?

    C h e m i n s d e f e r

    M. Cornu, CEO de la SNCB ne sen cache pas, un de ses chevaux de bataille cest la libert de pouvoir imposer dautres tarifs aux voyageurs... Pour cela, il en appelle au gouvernement, dans le cadre de la ngociation du futur contrat de gestion.

    Il sen explique dans la presse : M. Cornu, laide dun petit schma quil aime beaucoup (voir ci-dessous), a rappel que la dotation de ltat la SNCB allait encore diminuer suite aux dcisions du gouvernement Michel, que la redevance quelle verse INFRABEL pour utiliser son rseau ferr est parmi les plus leves dEurope et quenfin, le contrat de gestion en cours ne donne aucune libert la SNCB au niveau des tarifs. Je pense quil nous faudrait suffisamment de libert pour mener une politique tarifaire normale, dit-il en expliquant que les prix en Belgique sont parmi les plus bas dEurope. La SNCB, contrairement bpost ou la socit de chemins de fer nerlandaise, na pas relev ses prix au-del de linflation, plaide le CEO. Rappelons toutefois que laccord du gouvernement prvoit de laisser plus de latitude la SNCB en la matire. On parle souvent de diminuer les prix en heures creuses pour les augmenter aux heures de pointe. 1

    M. Cornu compare les tarifs avec les hausses tarifaires de la Poste, de la NS et de linflation. Un site comparateur de prix, Go Euro a compar les prix que les voyageurs payent pour parcourir 100 km en train, partout dans le monde. Et la Belgique nest certainement pas le pays le moins cher dans ce classement... (Voir schma ci-contre). Qui a tort, qui a raison ?

    Pour le voyageur, ce qui compte, cest que la part Transport ne vienne pas grever compltement le budget du mnage. Le voyageur value aussi la qualit du service en fonction de ce quil paye. Sil estime que cest trop cher pay pour le service rendu, il se dtournera du mode de transport public et retournera la voiture.

    Et l, le monde politique a galement sa part de responsabilit. Quelle politique de mobilit veut-il? Quels moyens va-t-il allouer au transport public ?

    Pour lensemble de ces missions (dotation dinvestissement et dotation dexploitation), INFRABEL et la SNCB reoivent prs de 3 milliards par an.1 In : La SNCB ne peut pas dvelopper son offre par Colleyn Mathieu, La Libre Belgique, 01 avril 2015.

  • 5 Cest norme !! Cest un gouffre financier !!! Cest un scandale pour tous les citoyens de ce pays !!! sinsurgent en chur les antis transport public.

    Mais que dire alors des 5 milliards de manque gagner pour lEtat pour les voitures de socits ? En janvier 2011, on comptait 353.521 voitures de socit contre 222,7 millions de voyageurs transports en train durant toute lanne 2010, soit 610.136 personnes par jour, tous les jours.

    Mais bon, tout cela nest jamais quun choix politique

    Yield management et IP-Tracking dans les modes de transportEn quoi consisterait cette libert tarifaire dsire par M. Cornu ? Pour linstant, nayant pas t informs des plans de la SNCB, nous ne pouvons que supposer quelle sinspirerait de certains modles ltranger, que ce soit dans larien ou le ferroviaire. Il sagit des notions de Yield management , voire dIP Tracking .

    De quoi sagit-il ?

    Le Yield ManagementCette appellation regroupe lensemble des pratiques qui consistent faire varier le prix dun bien ou dun service en fonction du stock disponible ou du taux de remplissage. Lobjectif du Yield management est doptimiser le chiffre daffaires en adaptant en temps rel le prix offert en fonction de la demande. Dans le cas dun voyage en train, le prix du billet voluera ainsi selon la date de rservation et/ou selon le taux de remplissage du train.

    LIP TrackingLe traage dadresse IP est une pratique courante sur internet. Elle permet didentifier un internaute grce cette adresse attribue chaque appareil connect internet. En tablissant son profil, un site peut par exemple proposer cette personne des publicits cibles. Certains sites de rservation utiliseraient lIP tracking pour augmenter le prix dun billet chacune des connexions dun internaute, afin de linciter lacheter avant que son tarif nvolue de nouveau. 2

    2 Site internet : LUsine Digitale : IP tracking, Yield Management, retargeting... la Cnil passe en revue les pratiques des e-marketers , par Julien Bonnet, 28 janvier 2014.

    Ce systme existe actuellement en France au niveau du rail. Nous nous sommes tourns vers nos confrres de la CFDT (Confdration Franaise Dmocratique du Travail) pour mieux cerner cette pratique.

    France : un systme opaque et compliqu pour les voyageursEntretien avec Rmy AUFRERE, Secrtaire gnral adjoint de la CFDT cheminots.

    Pour bien cerner le problme, il faut dabord comprendre la structure de loffre ferroviaire en France.

    Il y a les trains dits de service public. Ce sont les trains longue distance mais hors TGV, Thalys, Eurostar et Lyria3. On les appelle aussi les trains inter cits.

    Il y a galement les TER : ce sont les trains (ou les bus) rgionaux, sous contrle de la SNCF ou de la collectivit publique.

    Les inters cits sont soumis un calendrier par priodes. Cest le systme de modulation tarifaire. Lanne est divise en priodes bleues (moi