Top secret n°10. L'assassinat de Kennedy

of 72/72
3:HIKLSF=\UZZU\:[email protected]@[email protected]@k; M 01857 - 10 - F: 5,50 E - RD
  • date post

    28-Jul-2016
  • Category

    Documents

  • view

    455
  • download

    84

Embed Size (px)

description

 

Transcript of Top secret n°10. L'assassinat de Kennedy

  • 3:HIKLSF=\UZZU\:[email protected]@[email protected]@k;M 01857 - 10 - F: 5,50 E - RD

  • TOP SECRET. Magazine bimestriel - Directeur de la publication-Responsable Editorial : Roch Saquere. Ont particip la rdaction : leswebmasters et auteurs des sites rfrencs dans le magazine.Corrections : Sophie Hartung. Imprim par JOMAGAR. Madrid Espagne- Distribution NMPP. ISSN : 1638-0142 -Dpt lgal parution. TopSecret est dit par EDEN EDITION SARL au capital de 7622,45 euros -Principal actionnaire : Roch Saquere - Sige social : 8, rue Pierre etMarie Curie. 32600 LIsle Jourdain - Tel : 06 61 42 34 16.Email : [email protected] Site web : http://www.topsecret.frL'diteur dcline toute responsabilit quant aux contenus et opinions for-mules par les articles contenus dans les sites Internet rfrencs, cel-les-ci n'engageant que leurs auteurs. Tous les textes ont t soumis l'acceptation par l'auteur de leur libre publication dans le journal. Toutereproduction, toute traduction pour tous pays et tout support, intgrale oupartielle, fait sans le consentement de l'auteur sont illicites. Toute copieautre que destine un usage personnel est strictement interdite. Tousdroits rservs sur le matriel photo qui n'aurait pas fait l'objet d'une

    convention antrieure la parution en raison des difficults d'identifica-tion lies au rseau Internet. De nombreuses photographies de ce magazi-ne proviennent des sites Internet de la NASA, et plus spcifiquement dubureau d'histoire de la NASA, du centre de l'espace de Kennedy et du cent-re de l'espace de Johnson ! Ces photographies ont t rassembles dediverses sources publiques, et sont entres dans le domaine public sauf indi-cation contraire. Toutes les photographies provenant de l'appareil photoMars Orbiter Camera sont utilises parce que le Malin Space ScienceSystems le permet. En conformit avec le rglement sur l'utilisation de cesimages, l'intgralit du crdit de ces images appartient au NASA/JPL/MalinSpace Science Systems. De mme qu'appartiennent la Nasa toutes lesimages astronomiques prises par les diffrentes sondes et engins de l'explo-ration spatiale. Toutes ces images peuvent tre tlcharges et employesdans n'importe quel but non interdit par loi. Elles ne peuvent, cependant, ser-vir de label ou logo, ni laisser entendre qu'elles impliquent un partenariatcommercial quelconque entre la Nasa et une autre socit, dans le but d'in-citer l'approbation de toute personne sur un produit ou un service.

    ...En page 59 de TOP Secret n7vous faisiez la publicit pour louvra-ge Si Rennes-Le-Chteau mtaitcont. Depuis, aucune nouvelle deparution dans les n8 et 9. Je dsireme procurer ce livre...Voici lextrait dun des nombreuxcourriers que nous avons reus ausujet de luvre exceptionnelle dePaul Rouelle dont nous annoncions laparution pour le mois de septembre.Devant limportance du courrier nousavons choisi de rpondre directementdans lditorial.Tout dabord, sachez que nous na-vons pas renonc diter ce livre ds-ormais intitul : Rennes-Le-ChteauLe temps de la rvlation. Notrepriorit tant dassurer la prennit dumagazine TOP SECRET, ce jour,nous ne pouvons malheureusementpas investir dans une collection dou-vrages ambitieux accompagns dunegrande quantit de photographies cou-leurs. Concrtement, nous nous attendions une plus forte progression des ventes,mais ce dcollage na pas encore eulieu en dpit de votre fidlit et dubouche oreille. Faute de pouvoirdcrocher le 20 Heures, ou engagerune campagne de promotion, TOPSECRET nest pas encore assezconnu du grand public, et nous na-vons pas non plus la possibilit dim-poser quil ait une meilleure visibilitchez les marchands de journaux. Certains nous ont encourags propo-ser ce livre en souscription afin de levendre en partie avant mme sa publi-cation. Cest une pratique assez cou-rante dans le monde de ldition et quia pour avantage de limiter les risques.

    Je nai pas souhait utiliser ce proc-d. Il y a cependant une aide que jepeux vous demander si vous vous sen-tez un tant soi peu concerns par ledveloppement de notre maison d-dition, et si vous souhaitez nous sou-tenir dans la concrtisation de nosprojets. Chaque fois que vous consta-terez que le magazine est cach aufond du rayon, demandez votre mar-chand de journaux sil veut bien lechanger de place, de faon le mettreun peu plus en vidence. Surtout ne lefaites pas de vous-mme sans sonautorisation expresse. Cela pourraitavoir leffet contraire celui espr.Ce soutien de votre part pourrait tredune trs grande efficacit, et devraitpermettre la sortie du livre de PaulRouelle ainsi que de tous ceux quenous avons dj en programmation.

    Roch Saquere

    EditorialEditorial

    Le livre de Paul Rouelle

    Connatre le cheminConnatre le cheminet et Arpenter le chemin,Arpenter le chemin,sont deux choses biensont deux choses biendiffrentes...diffrentes...

    MatrixMatrix

    PRCISION :Loin de nous lide de prtendre (comme cest unpeu la mode en ce moment) que les amricainsnont jamais mis le pied sur la Lune. De notre pointde vue - moins dune prsence hostile sur place-cest mme plutt le contraire, savoir quils nontjamais cess dy aller. Nous pensons en revanche que la plupart desphotos des missions Apollo (et surtout celles desmission Apollo 14, et suivantes) ont t retouches,certaines, comme celle-ci (A14), plus grossirementque dautres. (observez lombre des jambes)Le tout est de savoir pourquoi...

    Crdit nasaAS14-64-9089 http://www.hq.nasa.gov/office/pao/History/alsj/a14/as14-64-9089HR.jpg

  • TOP SECRET # 10

    SOMMAIREDITORIAL 3Roch Saquere

    LES NEWS DE LNERGIE LIBRE 5J. et B. Soars

    LES NEWS DE LINSOLITE 8Jean-Jacques Yvars - Th.Van De Leur - Willmore - Const - Marcogee

    CHASSEURS DANOMALIES 12S o h o , M a r s , Lune, Vnus. . .Christian C. - Rox A. - Guy Lazare

    COMMANDE ANCIENS NUMEROS Premire formule 15COMMANDE ANCIENS NUMEROS Nouvelle formule 16

    EXPRIENCES-TMOIGNAGES-RFLEXIONS 17Les lecteurs ragissent

    IMPLANTS 20Un tmoignage troublant...Fabrice Kircher

    ROSWELL 22Les rvlations du Colonel CorsoJean Sider

    ABONNEZ-VOUS AU MAG PAPIER 27ABONNEZ-VOUS AU Cdrom 28

    PHNOMNE TRANGE 29Le mystre ToungouskaPhilip Mantle

    HISTOIRE SECRTE 58Les derniers secrets de lle de PquesFabrice Bardeau

    HISTOIRE SECRTE 62Ltoile des rois magesMichel Girard

    COMMANDE du cdrom 65NEWS PUBLICATIONS 66

    TT OPOP SECRET SECRET - 4

    SCIENCE INTERDITE 52LALA VRIT SUR LAVRIT SUR LA

    TRAGDIE DU KOURSKTRAGDIE DU KOURSKPar Jean-Pierre PETIT

    RVLATIONS INDITES 42

    LESLES ROSES ROUGES ROSES ROUGES DE DALLASDE DALLAS

    LLASSASSINAASSASSINAT DE KENNEDYT DE KENNEDYAUTAUTOPSIE OPSIE DUN COUPDUN COUP DTDTAATT

    Par Jean-Marc ROEDER

    ZONE DANOMALIES 36PERMANENTES

    LE COLLE COL DE VENCEDE VENCEPar Pierre Beake

  • Les News deLes News delEnergie Libre

    Le courrier reu chaque journous montre que l'intrt pourle PMC Pantone est toujoursaussi vif.Nous prcisons cette occasion que nousavons l'intention (comme de nombreux cor-respondants et d'anonymes l'ont aussi) depoursuivre les exprimentations sur ce sys-tme qui gagne du terrainchez les gensde terrain, savoir les agriculteurs, en par-ticulier.

    Nous recevons des tmoignages :Bien sr celui de M. G. qui travaille depuisplus de 2 ans avec ses tracteurs dops l'eau avec des racteurs monts selon leprincipe donn par Pantone et dveloppdans nos pages. Et ceux d'autres agricul-teurs qui conomisent jusqu' 50 % et plusde carburant en ayant reproduit son mon-tage (le n 22) Nous recevons galementdes tmoignages indirects mais tout faitfiables sur des voitures en cours d'quipe-ment ainsi que des bateaux. La questionqui nous est souvent pose est : pourquoiparle-t-on si souvent de tondeuses et pasplus de voitures ? Nous avons appris que, malgr notre dis-crtion, des agriculteurs ont reu pas malde visites et ont consacr de leur temps

    des personnes intresses srieusement(et qui ont fait fructifier leurs observationsen modifiant leur propre matriel), maisaussi d'autres plus indlicats, ne dclinantmme pas leur identit, promettant desnouvelles suite leur visite, sans jamais endonner.

    Pourquoi les exprimentateurssont-ils discrets ?D'abord pour viter d'tre drangs inutile-ment. Mais surtout parce qu'ils estimentqu'ils n'ont pas besoin de raconter ce qu'ilsont fait sur leur propre moteur puisqu'ils ysont arrivs en partant tout simplement denotre dossier Pantone. Ils ont raison en cesens que, reli ou non Internet, on arrivetoujours se procurer les schmas et infor-mations ncessaires quand on cherche vrai-ment (des correspondants et lecteurs fidlesparlent de notre site dans des salons ou foi-res bio par exemple).Il est possible aussi que des exprimenta-teurs aient encore en mmoire les dboires(le mot est faible) qui sont arrivs cer-tains chercheurs non orthodoxes par exem-ple, et pour ne citer qu'un cas, et pas siancien, rappelons-nous, le car de CRSenvoy pour chasser Beljanski, un savant,de son labo (on ne ferait pas pire pour unterroriste) sans compter les perquisitions etconfiscations aux domici les mme demalades disposant de son traitement.Quels que soient les dirigeants, les cher-cheurs qui sortent des sentiers battus dansles domaines de la sant et de l'nergie,pensant apporter leur aide et leur savoir autrui sont tracasss, voire poursuivis

    comme des malfaiteurs. C'est regrettable etsurtout indigne d'un pays dmocratique (etqui se dit l'tre).Ceci dit, l'effet de reproductions nombreu-ses d'exprimentations est positif (voyez lesLifters, 200 dclars ce jour !) et joue enfaveur de la validit des systmes tudis.Au stade actuel, le systme de PMC Pantonea dj largement prouv qu'il tait valable,et il mrite que l'on travaille dessus pouroptimiser les rsultats et arriver mieuxcomprendre et modliser le systme. C'estpourquoi nous accueillons avec plaisir dansnotre page Ralisations de PMC les tmoi-gnages de ceux qui souhaitent les donner.

    J. et B. [email protected]

    IMPORTANT

    Le forum PMC-France est faitpour ceux qui veulent poser desq u e s t i o n s s u r l e s y s t m ePantone, changer leurs astuceset savoir-faire, nhsitez pas [email protected]

    ENERGIE - DES SOLUTIONSP O U R P R O D U I R E S A N SDETRUIRE L'ENVIRONNEMENT"Il n'y a pas de crise de l'Energie,m a i s s i m p l e m e n t u n e c r i s ed'Ignorance"

    B.Fuller

    Processeur Multi-Carburants de Paul Pantone

    Les sujets traits par Quant'Homme, libre et indpendant,

    concernent les Sciences et Technologies lies aux nergies non

    polluantes et particulirement l'Energie Libre.

    http://quanthomme.org

  • Montage de PMC PantoneNous avons le plaisir de vous signaler unmontage de PMC Pantone sur une voitureen Suisse. Comme l'exprimentateur a eu lab o n n e i d e d e c r e r u n s i t ehttp://www.pertinence.ch ses travaux surson Alfa Romeo " eau" seront donc suiv-re directement dans ses pages.

    NDLR : la rdaction de TOP SECRETmet en garde ses lecteurs franais quisouhaiteraient exprimenter le syst-me Pantone sur leur propre voiture. Ilsemble en effet que la lgislationfranaise en cours interdise formelle-ment toute modification de moteursur des vhicules. Il nen est pas demme pour une tondeuse ou un sim-ple gnrateur. Quel que soit le pays,de manire gnrale, toute personnedsirant en savoir plus sur la questionest invite demander conseil auprsdun service juridique.

    Problmes de suivi chez Pantone ?On nous a signal des difficults joindrePantone pour obtenir des renseignementspersonnaliss (pour ceux qui ont achet sesplans). Nous n'en savons gure plus sinonque Pantone a eu quelques soucis cetteanne, un dmnagement cambriol et desproblmes de sant. L'absence de rensei-gnements techniques sur le site GEET est

    vidente mais cette absence peut tre com-ble puisque Pantone donne l'adresse denotre site ! Il semble tout de mme que desactivits soient encore en cours chez GEETsurtout des accords de licences, des annon-ces de kits et accessoires et un montagesur deux roues, illustr ci-dessous.

    Quels que so ient les problmes quePantone rencontre dans son pays et/ouavec des clients d'Europe avec qui il est enaffaire, nous nous attachons uniquement la partie technique de ce systme deProcesseur de carburants que l'inventeur adonn tous et que nous avons pu repro-duire, entranant des centaines de mon-tages exprimentaux russis aprs nouspar des gens de bonne volont, et c'estbien cela qui compte

    Les deux scientifiques ont utilis un Dewarrempl i de 800 mL d 'une so lut ion deCarbonate de Potassium ( K2CO3 ) 0.5 M.Six tests ont t mens et une efficacit de158% a t mesure pour une entre decourant de 200 Watts environ et un gainnet de 118 Watts.Tous les dtails et rsultats sont sur :http://jlnlabs.imars.com/cfr/html/cfrppcglv.htmNous nous joignons aux flicitations queJean-Louis adresse ces deux chercheurs.Ils ne sont pas seuls se pencher sur leCFR puisque Jean-Louis remercie galementle Professeur Jean-Franois Fauvarque et

    G r a r d L a l l e v d u " L a b o r a t o i r ed'Electrochimie Industrielle" du CNAM deParis, pour leur soutien scientifique et leurcontribution ce projet.Nous sommes tout fait d'accord avec luilorsqu'il dit : Ce projet CFR est un des plusfascinants que j'ai explor ce jour ; noussommes l'aube d'une nouvelle technolo-gie qui merge dans le domaine des sour-ces d'une nergie nouvelle et propre.Les esprits chagrins, ou critiques, ou lesdeux diront, "Oui mais dites moi qui venddes appareils quips avec ce procd...".

    Les exprimentations sur les CFR : Racteurs Fusion Froide

    Les news de lenergie libre

    Une bonne nouvel le dans ledomaine de la recherche sur leC.F.R. ! Aprs les di f frentsmodles de CFR exprimentspar Jean-Louis Naudin dont leCFR v4.0 (voir photo dans lenca-dr orange), le professeur PierreClauzon et Grard Lallev ontreproduit lexprience au labora-toire du CNAM (ConservatoireNational des Arts et Mtiers) deParis.

    CFR v4.0exprimentspar Jean-Louis Naudin

    LAlpha Romo leau164 2.0 TS - 2.0 litres - 4 cylindres en ligne - doubleallumage par cylindre - 148 CV - Anne 1988.

    Deux tapes dans le montage du racteur

    TT OPOP SECRET SECRET - 6

    L e P r o f e s s e u rL e P r o f e s s e u rJ e a n - F r a n o i sJ e a n - F r a n o i sF a u v a r q u e e tF a u v a r q u e e tGrard Lallev duGrard Lallev du" L a b o r a t o i r e" L a b o r a t o i r ed 'E lec t roch imied 'E lec t roch imieIndust r ie l le"Indust r ie l le" duduCNAM de ParisCNAM de Paris

    Prototype v

    Ovni anne

  • ou bien, "bon, a parat bien votre truc.Mais vous aurez des barrages, les ptroliersne laisseront pas faire...", ou encore "voustes de doux rveurs..."Alors patience, patience !Cette nouvelle est plus qu'encourageante,des scientifiques franais (Biberian, Dufour,Longchampt, Vigier, et d'autres dont ceuxdu CNAM maintenant s'intressent de prset certains depuis longtemps la FusionFroide. Le temps o un ministre de laDfense Nationale a pu ordonner d'inter-rompre les exprimentations russies sousla direct ion de Mr Vigier au CESTA Bordeaux, est rvolu. Grce la vitesse decommunication offerte aux internautes, ilsera de plus en plus difficile, voire impossi-ble aux "touffeurs" conscients ou non del'tre, de faire stopper les tudes, les exp-riences sur la Fusion Froide (idem pourd'autres sujets). Quel espoir ! puisque cetteFusion Froide permettrait de rsoudre lesproblmes d'nergie du monde entier enfournissant de l'lectricit pendant desmillnaires grce la quantit inpuisablede deutrium contenu dans l'eau de mer.

    On avance on avance...Merci tous ceux qui font connatre les tra-vaux sur le PMC Pantone, o qu'ils soient etpar quelque moyen que ce soit : donner l'a-dresse de notre site fait avancer les choses.Un clin d'il Raymond (merci) qui a dis-tribu des petits papiers pour faire connat-re le site lors de la grande rencontre auLarzac au mois d'aot. Du Canada jusqu'enInde, Auroville par exemple...en passantpar la France, PMC Pantone, Li fters,BingoFuel et CFR commencent tre dansl'air du temps, et si vous rencontrez dessceptiques moyens (pas les sceptiquesincurables) vous vous apercevrez qu'ilsadmettent plus facilement maintenant quedes expriences puissent donner des rsul-tats encourageants et mme sur unitaires.Quand de grandes firmes automobilesannoncent au public des conomies possi-bles de carburant (par installation de syst-mes coteux) conomies de l'ordre de 10 15 %, cela fait sourire les agriculteurs quiont rduit, eux leur consommation de 2 4fois. Et il n'y a pas que des agriculteurs quisoient aussi ravis qu'excits par les rsul-tats obtenus. La socit civile, c'est--dire,vous, nous, montre qu'elle est capable deconstruire un meilleur avenir que celui quinous est actuellement propos. C'est bien chacun de dcider de ce qu'il doit tenter ounon.

    Ecrire J. et B. Soars [email protected]

    http://quanthomme.org

    Ecrire Jean-Louis [email protected]

    http://members.aol.com/jnaudin509/

    Les news de lenergie libre

    TT OPOP SECRET - SECRET - 77

    Le disque volant Coanda russe EKIPSous la direction du professeur L. N. Schukin,dans l'entreprise d'aviation EKIP, des spcia-listes aviation et fuses ont dvelopp lesbases de vhicules volants d'un nouveau type.Les vaisseaux EKIP peuvent porter des char-ges de 100 tonnes et plus sur des milliers dekilomtres une vitesse de 500 700 km/h une altitude de 8 13 km. Ces vhicules peu-vent se dplacer prs du sol ou la surface del'eau en utilisant un coussin d'air une vitessede 160 km/heure et glisser une vitesse de400 km/h. La pression exerce est quivalen-te celle d'une couche d'eau de 220 270mm d'paisseur. Ce coussin d'air qui permetaux EKIP de dcoller ou atterrir utilise lesrecherches qui ont t faites au Centre deRecherche Scientifique d'Etat, branche mos-covite de l'Institut Air et Hydrodynamiquecentral. Ces recherches ne peuvent pas serviraux avions classiques car ils manquent degrande zone plate. Les vaisseaux EKIP lesplus lourds n'ont besoin que 600 mtres depiste, contre 5 km exigs par le Boeing B-777et le A3-XX de Airbus Industry. En outre,dcollage et atterrissage se font sur une tra-jectoire en pente rapide ce qui diminue lesnuisances sonores pour le voisinage. Ces vaisseaux EKIP peuvent embarquer degrandes quantits de carburant, gaz naturelet hydrogne sans que la forme du vaisseaun'en soit modifie. Ces carburants gazeuxpeuvent augmenter l'autonomie de vol de 2 3 fois par rapport celle des avions actuels.Le mthane liquide permettrait de rduire lescots de 5 8 fois, sans compter les rduc-tions d'missions polluantes.Le poids de la structure mme de l'appareil,peut tre rduit de 30 % comparativement celui d'un avion classique en raison de l'utili-sation de matriaux composites.La caractristique de base des EKIP est lenouveau systme de contrle de vortex duflux d'air dans la couche frontire monte surla surface postrieure du vaisseau, c'est unsystme brevet en Russie, Europe, USA etCanada. Il permet d'avoir un flux stable d'airautour du vaisseau pendant le vol et durantles dcollages et atterrissages avec angled'attaque allant jusqu' 40 et vitesse abais-se 100 km/heure. EKIP atterrit comme unoiseau.Parmi les soutiens on relve le Ministre de ladfense, le complexe de Dveloppementscientifique des Forces ariennes, une rsolu-t ion de 1999 de la Douma d'Etat de laFdration russe sur le projet de financementbudgtaire de EKIP...

    Prototype dun vaisseauEKIP. Le plus grand devraitpouvoir transporter unecharge de 100 tonnes.

    vaisseau EKIP

    es 60 ?

  • LES NEWS DELINSOLITE

    TT OPOP SECRET - SECRET - 88

    L'OVNIPORT D'ARSDans les annes 70, la France connut une

    intense vague d'apparitions d'OVNI. Cest

    dans ce contexte, quun collectif de personnes

    de la localit franaise d'ARS, prs de

    Bordeaux, demanda la mairie, la cration du

    1er OVNI PORT de l'histoire.

    Un "comit de l' Ovniport D'ars " fut cr, puis le

    projet adopt le 21 juillet 1976. Le 15 aot de

    cette mme anne, le premier aroport pour ovni

    tait inaugur ; rien ne manquait : balise de

    signalisation et mt pour le drapeau tricolore,

    manche air, radar et "ovni mtre mmoire " !

    Cet UFOPORT est n de l'ide de Robert COTTEN,

    un ingnieur lectronicien de l'aroport de

    Bordeaux-Mrignac, intress par la frquence

    anormalement leve dans cette rgion, des

    tmoignages lis aux apparitions d'Objets Volants

    inconnus, dans la dcade 60-70.

    L'ovniport d'Ars correspond aux coordonnes

    gographiques 4446 Nord et 18 Ouest.

    Trente annes plus tard, une stle commmorant

    la cration de cet ovniport, le premier de sa gn-

    ration en Europe fut dcouverte sur le lieu appel

    "Esplanade Dartiguelongue".

    Pour rappel, le 1er ufoport au monde fut cr en

    1958, au Canada ; Ce lieu hautement secret tait

    l'initiative du comit d'investigation pour la dfen-

    se du Canada, et construit galement la suite de

    nombreuses apparitions d' ovnis signals par les

    pilotes et les atterrissages vrifis authentiques.

    Mais plusieurs annes auparavant, les autorits

    canadiennes et amricaines avaient cibl certains

    aroports (prs desquels ils avaient not une

    grande affluence d'objets suspects), susceptibles

    de servir ventuellement d'ovniport, en cas de

    besoin.

    Parmi les sites privilgis, en 1952, on notera l'a-

    roport national de Washington, "frquent" par

    de nombreux ovnis.

    Notons, qu'en 1970, aux U.S.A, 1952 cas "ovni"

    restaient inexpliqus !

    D'autres initiatives, l'image de l'ovniport D'Ares

    furent menes. Un projet d'ufoport de 25000m2

    Newark (U.S.A) fut abandonn ; galement non

    concrtis, celui de la multimillionnaire amricai-

    ne Elis Van Buren qui dsirait construire un ufo-

    port form de 2 gigantesques curs, dans la

    rgion deRennes-Le-Chteau.

    Par contre rcemment, Rauma, en Finlande,

    l'artiste slovne Igor

    Stormajer a russi

    faire construire un

    ufoport qui sera com-

    plt par l'mission

    de sons cosmiques

    capts par des rcep-

    teurs d'ondes cour-

    tes, diffuss amplifis

    durant le mo is de

    mai, dans les rues de

    la ville.

    En tout cas,

    il est remarquer que depuis la cration de l'ovni-

    port D'Ars, aucun incident remarquable en rap-

    port avec les ovnis n'a eu lieu dans cette rgion. A

    croire que ce genre de structure organise "clef

    en main" les fait fuir !

    Pourtant, en croire certains chercheurs, les

    ovnis ont dmontr en de nombreuses occasions,

    leur indniable curiosit pour les difices insolites

    ou les installations de

    techniques de pointe.

    Dans le film amricain

    "Rencontre du 3me

    type", l'ide d'installer

    une structure d'accueil

    provisoire pour les "visi-

    teurs" a t reprise, en

    ut i l i sant un s i te t rs

    remarquable comme cet

    norme monolithe la

    forme unique : la "Devils

    Tower.

    On peut penser que les

    dessins monumentaux

    de Nasca avaient aussi la

    destination d'attirer l'attention des ovnis vers des

    plaines susceptibles de faciliter leur atterrissage .

    Cet ufoport titanesque possdant de nombreuses

    lignes-repres que leurs concepteurs pensaient

    peut-tre utiles la navigation spatiale tait peut-

    tre aussi une sorte d'invitation, montrant claire-

    ment que les habitants dsiraient vivement un

    "contact" avec ces gens venus d'ailleurs. Une

    dmarche comparable celle des concepteurs de

    l' ovniport D'Ars ?

    Th.VAN DE [email protected]

    Le journal de lUfologiehttp://www.lejdu.com/

    Pour recevoir toutes les news del'Ufologie, en franais, au jour lejour, inscrivez-vous sur la liste dediffusion Ufoletter, en envoyantun mail vide cette adresse : [email protected]

    "la ville d'Ars possde un terrain d'atterrissage unique au monde depuis le 15aot 1976 : il est rserv aux objets volants non identifis. L'ide en revient Robert Cotten, lectronicien.

    Le 15 aot 1976, ce site a t rserv, pardcision de Monsieur le Maire ChristianRAYMOND, approuve par le ConseilMunicipal pour accueillir sur notre planteles Voyageurs de l'Univers.

    Panneau indicatif Arse.Accs interdit aux voitures, motos,

    mobylettes et ...ovnis ?

    Lovniport de Rencontre du troisime type. S. Spielberg

  • FRANCEFRANCE SOIR (27 mai 2003)SOIR (27 mai 2003)info rinfo repre parepre par WWillmorillmore e http://wwwhttp://www.conspiration.com/.conspiration.com/

    UFOCOM : le fondateur s'en vaJ'ai eu le plaisir de fonder l'UFOCOMe n f i n 1 9 9 4 e t d ' e n a s s u m e r l e sresponsabilits jusqu'en janvier 2000.Aujourd'hui, 30 septembre 2003, j'aiprsent ma dmission off ic iel le augroupe. Pourquoi ? Je t iens simple-ment rester fidle mes opinions etaux objectifs que je me suis fixs enma t i r e d ' t ude de s phnomnesariens non identifis. A ce jour, j'ini-tie un nouveau projet dont, j'espre,j'aurai l'occasion de reparler plus tard.Je ne quitte donc pas ce domaine, loinde l. Mes relat ions avec l 'UFOCOMresteront, je l 'espre de tout cur,cordiales et constructives.

    Thierry Wathelet,[email protected]

    TOP SECRET continuera de soute-n i r l ' e f fo r t de res t ruc tura t iond'Ufocom www.ufocom.orge t s o u t i e n d r a v i d e m m e n t l en o u v e a u p r o j e t d e T h i e r r yWathelet qui a tant fait et feraencore beaucoup pour l'ufologie. B o n v e n t t o u s e t q u e v o srecherches soient constructives !

    Le mystre du yti nest pas mort

    D e s a l p i n i s t e s o n t d c o u v e r t d a n s

    l'Alta sibrien plus de 3000 mtres

    d 'a l t i tude les res tes momif is d 'une

    jambe dont l 'origine demeure encore

    i n c o n n u e . C e t t e c r a t u r e b i p d e

    inconnue qui vivait dans les montagnes

    sibr iennes i l y a plusieurs mil l iers

    dannes nous fait aussitt penser au

    clbre Yti. Il faudra attendre d'autres

    t u d e s e t n o t a m m e n t u n e a n a l y s e

    d'ADN pour en savoir davantage.

    Marcogee

    http://www.ldi5.net/news.php

    Une planisphre desobservations dovnis.Il existe dsormais une carte mondiale desobservations dovnis. Elle est disponibles u r l e w e b c e t t e a d r e s s e :http://www.larryhatch.net/ Vous constate-rez que la France tout comme les E-U sontparticulirement piquets de points blancs.Ce serait une erreur de penser pour autantque les extraterrestres ont une prdilectionpour ces deux pays ? En fait, cela signifiesimplement que les populations amricai-nes et franaises nhsitent pas faire unedclaration auprs des autorits. (LeJDU)

  • TT OPOP SECRET - SECRET - 1010

    UFOWEB-FRANCEBANQUE FRANCAISE DE DONNEES

    UFOLOGIQUEShttp://www.ufoweb-france.fr.st/

    Le but de ce site est d'offrir aux ufologueset associations une banque de donnes surles cas en France pour des enqutes et cor-rlations sur des observations anciennes etrcentes. Vous trouverez dans les banquesde donnes, la date de l'observation, l'heu-re, le lieu, le dpartement, le type d'obser-vation, le nombre de tmoins, le nombred'objets, la dure de l'observation, laforme et la couleur de l'objet, la longitudeet latitude du lieu de l'observation et lasource de l'information. Progressivementles rcits d'observation anciens et nou-veaux sont mis en ligne sur le site dans la"Banque des rcits d'observation".

    Pour apporter votre tmoignage :http://ufoweb.free.fr/observation.htm

    Si vous possdez des tmoignages ancienssur des cas d'observations franais etinconnus de la banque de donnes du siteufoweb, si vous voulez aider le site ufo-web dans la collecte de ces informations,merci de les faire parvenir en crivant : [email protected]

    A NE SURTOUT PAS MANQUER !

    Des missionsd e r a d i o q u ic o n c e r n e n t l ephnomne Ovnisont produitesp a r D i d i e r d ePlaige, tous lesm a r d i s s o i r partir de 23h00. Ces missions sont rediffuses le matinentre 7h et 14h sur le Net :"Radio Ici & Maintenant!" 95.2 FM Paris-Ile de FranceStreaming 24h/24 :http://icietmaintenant.com

    (Entrez : http://193.252.39.70:8000 Si cette adresse est surcharge, rendez-vous surwww.shoutcast.com puis demander rim. Vousaurez alors la liste des relais qui vous permettrontdcouter lmission sur le web.

    Vous y couterez les meilleurs ufologuesdu moment !

    LES NEWS DE LUFOLOGIE

    Didier De Plaige

    Un ovni au-dessus de labase de RoswellCette photo t trouve sur le web surun site technique prsentant l'intrieur etl'extrieur des anciennes bases de lance-ment de missiles nuclaires amricaines. http://www.roswell-online.com/envi-rons/m_silos/silo2.htm Rien voir avec les ovnis donc. Sur unetrentaine d'images visionnes consacres la base de Roswell, nous nous sommesarrts sur celle-ci qui prsente une ano-malie sur la gauche. Dfaut de pellicule ?Aprs agrandissement de l'image nousavons tout de mme l'impression qu'il s'a-git bel et bien d'une boule mtalliquesuspendue en arrire plan dans les airs, etressemblant beaucoup un de ces dronesde surveillance dont parlait Adamsky etquon a pu observer sur certaines vidosde la Nasa Agrandissement

    LA TERRIBLE PROPHTIE D'HAWKINGA u c o u r s d ' u n einterview avec leDayly Tlgraphe,l e s c i e n t i f i q u epopulaire StephenHawking , 61ans,entirement paraly-s , c o n s i d r c omme l ' u n d e splus grands savantsactuels, a exprimsa conviction que la race humaine estcondamne disparatre au cours du 3memillnaire, par l'action des virus.Hawking prtend que la biologie menacel'humanit beaucoup plus que le nuclaire !La technologie nuclaire ncessite de gran-des installations, trs contrlesenrevanche, l'ingnierie gntique peut s'ef-fectuer dans un petit laboratoire : il estimpossible de contrler tous les labos dumonde !Le danger rside dans le fait qu'accidentel-lement (ou intentionnellement) puisse secrer un virus rsistant toute tentatived'radication, mettant ainsi en pril la racehumaine.La seule scurit possible, la seule parade ce genre de catastrophe irrmdiable estl'installation de colonies humaines dans

    l'espacele plus tt possible.Une plante est vulnrable et la mercid'un seul virus . "le futur de lhumanit setrouve dans les toiles !

    Stephen Hawking , le plus grand phy-sicien de notre temps est n le 8 jan-vier 1942 : trange synchronicitquand on sait que cette date est cellede la mort d'un des plus grands phy-siciens de tous les temps : GaliloGalilei (Galile), dcd exactement3 sicles auparavant, en 1642 (1564-1642) !!!

    Thierry Van de Leur

    ERRATUMS u r l e b o n d e c o m m a n d e d u l i v r e" D e r n i r eRvlat ion sur lamort de Diana" deHugues Mondrian,en dos de couverturede TOP SECRETn9, s'est glisse uneerreur que vous avezc e r t a i n e m e n t p ucorriger. Sur l 'a-dresse de l'diteur : Editions Page aprs Page - 9 cit deTrvise - il fallait lire en effet : 75009 Pariset non pas 78009 Paris.

  • Le GEPRA a obte-nu les droits pourrditer en num-r i q u e l e s v i d o sq u ' a r a l i s e sJimmy Guieu il y aune dizaine d'an-nes. Les sujets trai-ts sont les OVNI(les secrets amri-cains, la France)m a i s a u s s i d e ssujets plus sot-r i q u e s c o m m eRennes le Chteau,

    les Cathares, les Lieux Hants, les ViesAntrieures et aussi l'affaire Jean-Claude Pantel qui intressera les lecteursdu livre "OVNI attention danger" deBernard Bidault. Vous trouverez tous lesdtails cette adresse :http://www.gepra.com

    Jimmy Guieu en CDromQ uQ u a n d l a n d l aa v e n i r N o u s fv e n i r N o u s f a i t s o n c i n m aa i t s o n c i n m a

    Je trouve amusante la corrlation StarWars - actualit.Voici l'histoire de fond des premiers films (Episodes 1, 2 et 3) :Le snateur Palpatine, sous couvert d'un combat politique contreune nouvelle menace se fait lire 1er chancelier de la rpublique.Pour cela, il n'hsite pas organiser lui-mme des attentas cont-re la rpublique. Dans l'pisode 2, toujours sous couvert de cettemenace, il convainc le snat d'adopter une nouvelle et grandearme (les clones pour ceux qui connaissent), et dclenche uneguerre prventive (guerre des clones). Il acquiert par ce mmesnat les pleins pouvoirs "juste" le temps d'enrayer la menacedont il parle. Bien que l'pisode 3 ne soit pas sorti, on sait cequ'il va se passer, Palpatine ne rendra jamais le pouvoir et seraplus connu ensuite comme tant l'empereur Palpatine, gouver-nant une dictature qui tente de conqurir la galaxie.C'est l'histoire de beaucoup de guerres... Pensant agir pour sonbien, un peuple ou un snat donne les pleins pouvoirs un diri-geant manipulateur. On se souvient par exemple de laccessiondHitler au pouvoir, de lincendie du Reichstag, et de lagressiondes Sudettes. Il s'en suivit chez nous la seconde guerre mondia-le, et dans une galaxie lointaine l'extinction des Jedi...A prsent, essayer de voir Palpatine comme Bush, beaucoup dechoses collent. Les attentats, que lon donne crdit aux allga-tions de Thierry Meyssan ou non, on ne peut pas nier que le gou-vernement US n'ait pas eu connaissance avant l'attaque desattentats du 11/09. Cest en se servant de ce tragique vnementque Bush a retir certains droits aux citoyens, notamment la pr-somption d'innocence, la libert d'action et le respect de la vieprive... Il trompe ces allis pour placer son arme l o il leveut, faisant croire au bien de l'humanit... que va-t-il se passerensuite ? Heureusement qu'il ne sait pas manier la force...Attendons la suite...

    [email protected]

    Photo montage

    Phnomne Forten ?Le 12 septembre 2003 5:03, un avionavec neuf personnes bord disparat prsde Madre peu aprs son dcollage parbeau temps de l'le portugaise de Madrepour Ma laga , en Espagne . L ' av iontransportait un pilote britannique et huitpassagers espagnols.Le Beechcraft bimoteur a perdu le contactradar aprs avoir dcoll en fin de soirejeudi de l'aroport de Funchal, Madre,a annonc un responsable de l'aroport.Des quipes de secours ont inspectl'Ocan Atlantique au large de Funchalsans trouver trace de l'appareil ni de sespassagers.Source :http://www.edicom.ch/news/internatio-nal/030912050352.fr.shtml

    ovni de type cigare photographi en Antarctique

  • TOPTOP SECRETSECRETPARTIEPARTIE 22

  • En regardant de plus prs lesinformations que nous obtenonsdes internautes qui posent desquestions, qui apportent certai-n e s r p o n s e s , e t q u i n o u saiguillonnent sur des hypothsesconcernant les ovnis, j'ai pu cons-ta ter des anomal ies qu i meparaissent bien curieuses. Lors d'un article prcdant, j'ai pu vousfaire voir une photographie de l'clipse de1999, prise depuis la Turquie par une qui-pe de reporters et qui montre une anoma-lie (cercle ci-dessous) particulirementsaisissante. D'aucun dirons que c'est uneprotubrance solaire, mais en y regardantde plus prs, cela semble plutt tre unobjet bien physique.

    Je laisse le soin aux mathmaticiens dedfinir la taille minimum de cet objet enprenant en compte qu'il n'est apparu quelorsque l'clipse tait complte et que s'ilse voit si bien, c'est qu'il est clair par lereflet de la lune donc au-del de celle-ci. Il se trouve quil y a du nouveau autour decette affaire. En effet, voil que Soho, lasonde bien connue spcialise dans ltudedu soleil, vient de nous montrer une ano-malie du mme type que vous pouvez voirsur cette photo (ci-contre) qui semble pla-ce la priphrie du soleil et qui nouslaisse perplexe. Elle semble elle aussi bienmatrielle. Les ET se serviraient-ils deno t r e t o i l e c omme c amou f l a ge ?Tellement certains de leur invisibilit qu'ilscommettraient des erreurs et que de temps autre ils se feraient voir. C'est peut-trevolontaire. En tout tat de cause, nousobserverons encore notre soleil pour sur-veiller si ces protubrances ne sont pas,

    comme tous les ovnis qui passent dansnotre ciel, des ballons-sondes.

    Christian C.pour contacter ce chercheur :

    [email protected]

    Nous sommes de plus en plusnombreux nous passionnerpour ces images qui font appa-ratre des anomalies qui n'auraientjamais d se trouver l ! Que cesphotographies proviennent de l'espaceou du dcor le plus banalement quoti-dien, elles possdent toutes la mmeforce de fascination et nous projettentdans un univers mystrieux la fron-tire du rel et de l'imaginaire. Ces anomalies visibles sur certains cli-

    chs sont-elles dues une illusiond'optique, un dfaut de pellicule, un jeu d'ombre et de lumire ? ousont-elles la preuve de l'existenced'une autre ralit inaccessible l'ilhumain, et que nos appareils, plussensibles ou mieux placs par la Nasa,parviennent cependant saisir ?Les photographies suivantes ne voussont pas prsentes ici comme despreuves, mais un comme un outil dequestionnements, ou tout au moins,

    pour les plus sceptiques d'entre vous,comme une invitation au rve.Certains clichs de ce numro sonttrs discutables. Dautres en revan-che, sont particulirement troublants.Prenez le temps de les tudier, munis-sez-vous dune loupe au besoin. Etcroyez-moi, si vous restez ouverts tous les possibles, bientt, toutcomme nous la rdaction, vous fini-rez par basculer de lautre ct dumiroir...

    CHASSEURSD'ANOMALIES

    Encore des anomalies autour du soleil

    ILS ONT DES YEUX ET NE VOIENT PAS

    Anomalie dj prsente ettudie dans TOP SECRET n7

    Agrandissement de la zone

  • La sonde Mars Global Surveyor a runi ungrand nombre d'images couvrant toute lazone de Cydonia o fut dcouvert lefameux " visage " de Mars. Sur une de cesphotos rfrence "SP1-25803" Mark etRichard Wells, deux chercheurs du siteanglais http://www.earthquest.co.uk/ onttrouv une anomalie qui peut ne pas sem-bler trs importante de prime abord, maisqui prsente tout de mme une complexitgomtrique plus que troublante.

    De quoi s'agit-il ?D'un triangle pyramidal parfait, lgrementsurlev par rapport au niveau du sol, dontles deux angles de base font exactement56,5 degrs, et au centre duquel on peut

    reconnatre une forme qui ressemble s'y mprendre l'il d'Horus.S'agit-il encore une fois d'uncapr ice de la nature ?Difficile d'expliquer com-ment une telle struc-ture a pu se formernaturellement. P o u r a j o u t e r notre trouble, quedire des trois pro-t u b r a n c e sexternes au tri-angle (cerclesde rouge) qui for-ment elles aussiun autre triangleparfait lorsqu'on lesrelie ensemble. Deuxde ces blocs forment desangles de 70 degrs tandisque le dernier forme un anglede 40 degrs. Regardez bien les dtails de cette ano-malie dcouverte dans la zone de Cydonia.S'agit-il simplement d'une concidence deplus, concidences dont la rgion est dj sifournie, o avons-nous affaire ici unenouvelle pice d'un grand puzzle touchantau mystre de l'histoire de la plante Mars.

    Sourcehttp://www.earthquest.co.uk

    Cydonia

    Les lecteurs se souviendront de l'article deBernard Bidault consacr son ami le doc-teur X, paru dans TOP SECRET n9. Surl'abdomen de ce contact apparat, tousles premiers novembre, un triangle similai-re au centre duquel, tel un il d'Horus, setrouve le nombril

    encore lil dHorus

    AA nn oo mm aa ll ii eemarmar tiennetienne

    Lil dHorus sur le site de Cydonia ?

    TT OPOP SECRET - SECRET - 1313

  • AA nn oo mm aa ll ii ee sssur la Lunesur la Lune

    Structures complexes au bord dun cratre

    Cette photo de la Nasa rf-rence : 69-H-25 prsenteau moins deux anomaliesque nous avons encadres

    Des installations sur Vnus ?Un chercheur de united space, Guy Lazare, nous a fait aimablement part de sa dcouverte d'unsite trange sur Vnus. Les photos de Vnus sont suffisamment rares pour nous priver de lapublier. Malheureusement, en l'tat des choses, et au vu de la mdiocre qualit de l'image, il nousest bien difficile de nous prononcer sur ces anomalies. Pour contacter le chercheur :

    [email protected]

    Sur cet agrandissement, certains chercheurs ont crureconnatre un tunnelier avec sa pointe spirale.Quoi quil en soit, nous sommes ici en prsence dunestructure lunaire pour le moins singulire.

    TT OPOP SECRET - SECRET - 1414

    Ces diffrentes structures lunaires sont dune complexit rare. Difficile mal-gr tout de se faire une ide prcise de ces formes, du fait de la qualitmoyenne de lagrandissement. quand des images haute dfinition du sollunaire ? Ne dit-on pas quon peut lire la marque dun paquet de cigarettesdepuis un satellite ? Ici nous sommes trs loin du compte et cest bien dom-mage. Mais au fait pourquoi ?

    Pour agrandissement, tude etPour agrandissement, tude etanalyse, retrouvez toutes cesanalyse, retrouvez toutes cesanomalies en grand format suranomalies en grand format surnotre cdrom.notre cdrom.

  • Merci tous ceux qui nous crivent et permettent ce magazine dtre toujoursde plus en plus passionnant. Voici la slection de quelques courriers reus derni-rement. Notre choix repose sur la pertinence des sujets abords, sujets que nousesprons les plus varis possible. Si certains courriers vous font ragir, ou vousrappellent une exprience personnelle, crivez-nous, adressez une disquette, uncdrom : Eden Edition - 8, rue Pierre et Marie Curie - 32600 LIsle Jourdain.

    Ou un email : [email protected]

    REFLEXION SUR LES OVNISAlors que la plupart des ufologues et personnalits

    concernes par les ovnis, concluent l'existence d'une

    prsence extra-terrestre ; je vais oser mettre une

    hypothse qui n'est pas fortuite, mais le rsultat de

    mes analyses personnelles.

    Voil mon histoire : j'exerais le mtier de pilote d'a-

    vions de transport, lorsque je fus confront pour la

    premire fois au phnomne ovni ; sous la forme

    d'une boule verte luminescente, puis de lumires non

    identifies par le contrle arien, au-dessus de Paris

    en 1991.

    Mais, je ne me suis intress aux ovnis qu' partir de 1999 : ma curiosit fut mise en

    veil par le rcits d'un collgue pilote ; il s'agissait du clbre cas du 05 novembre

    1990

    Par chance et grce un emploi en relation avec un centre exprimental de naviga-

    tion arienne ; je russis obtenir des tmoignages directs de contrleurs ariens

    civils et militaires.

    Le comportement des autorits tait surprenant : un ou plusieurs vaisseaux de gran-

    des dimensions avaient travers notre pays basse altitude et basse vitesse sans

    inquiter la dfense !

    Je compris que l'enjeu technologique tait le but des investigations officielles ; ou plu-

    tt la comptition avec les USA. N'tant pas rest discret, je me fis remarquer, et l'on

    tenta alors de m'intimider avec la visite, un soir de dcembre, d'un petit ovni dans le

    jardin de mon domicile !

    Mais le vritable ovni tait la face cache du monde !

    Un monde o le ptrole fut impos par les grands financiers de la fin du 19 sicle ; et

    cela malgr certaines dcouvertes de physique fondamentales (tesla, Brown).

    L'application de l'antigravit et autres forces rpulsives sont srement trs labores

    l'heure actuelle, comme la production d'nergie non polluante par fusion nuclaire.

    Pourtant, ptrole oblige, il faut continuer puiser les rserves !

    Alors que dire de ces ovnis ; objets exprimentaux, d'abord en forme de ballons diri-

    geables, puis soucoupiques (vril, avro, couzinet) des annes 40-50 ; aronefs ner-

    gie nuclaire(60-70) ; puis vaisseaux triangulaires antigravitation (1990) ?

    De mme que pour la mouche cephenomya pouvant se dplacer 1300km/h ; il exis-

    te une physique interdite, drangeante car non vnale ! Dautre part, je pense qu'une

    civilisation humaine ante diluvienne est l'origine de notre volution technologique.

    [email protected]

    EE X P E R I E N C E SX P E R I E N C E S . . .. . . T E M O I G N A G E ST E M O I G N A G E S . . .. . . R E F L E X I O NR E F L E X I O N SS

    LE RENDEZ-VVOUS DES LECTEURS

    Avertissement : Cette rubrique prsente un chantillon de tmoi-

    gnages, dexpriences, et de rflexions que nous

    recevons de la part de nos lecteurs. Nous tenions

    rserver un espace de libert dexpression

    tous les passionns de mystre. Cependant, ne

    perdons pas de vue que ces courriers ne sont

    absolument pas reprsentatifs dune quelconque

    opinion de la rdaction.

    expriences etranges

    plante x aliasProserpine ?

    Je vis depuis toute jeune des expriences tranges.

    Cela a commenc quand javais deux ans et jai main-

    tenant 39 ans. Je vois souvent des morts qui mappa-

    raissent et des fois me parlent. Un jour dans ma salle

    de bain, jai vu un collgue. Je lui ai demand com-

    ment il tait entr et ce quil faisait. Il ma rpondu

    quil ntait plus de ce monde. Il faut dire que javais

    quitt ce travail 4 ans auparavant et que je navais plus

    du tout de nouvelles. lorsque je me suis renseigne

    son travail, jappris quil venait de mourir.

    Une autre fois, je devais rappeler un collgue de tra-

    vail, je ne lai pas fait. Entre-temps, nayant pas le

    moral, je men vais sans donner signe de vie person-

    ne. Puis lhtel o je louais une chambre, jentends

    quelquun frapper la porte. Jouvre et je ne vois per-

    sonne. Puis je mendors. Je rve dun cimetire et je

    me vois porter une fleur sur la tombe de ce collgue

    qui je devais tlphoner. Dans mon sommeil, je suis

    rveille par sa voix qui mappelle. Intrigue jappelle

    au bureau et on me rpond quil est mort il y a 3 jours.

    Je me suis rendue au cimetire par la suite. Et sans

    connatre lemplacement de sa tombe, me souvenant

    parfaitement du rve, je my suis rendue directement.

    Autre exemple : un homme au pied de mon lit en plei-

    ne nuit fume. Il me dit sappeler de telle faon et tre

    enterr tel endroit. Il revient souvent. Il naime pas la

    musique militaire, car quand jen coute, il se dbrouille

    pour arrter lappareil dune faon ou dune autre. Je fais

    faire une recherche par une copine qui retrouve sa trace.

    Cet homme tait mort au maquis lge de 20 ans....Etc.

    Le lecteur qui vous a crit propos dun homme quil a vu

    disparatre dans un escalier dans le numro 9 de TOP

    SECRET est peut-tre comme moi. Il voit peut-tre les

    morts. Les morts veulent nous faire comprendre quils

    existent.

    Une lectrice

    sa rvolution autour de notre soleil en 3600 ans.

    Donc nous parlons bien de la mme plante. Et

    depuis, chaque fois jentendais dire la radio ou la

    tlvision :Les neufs plantes qui tournent autour de

    notre soleil, et je disais chaque fois : Et Proserpine

    alors ? Ce livre que je nai plus a d tre dit en

    1920 et 1930. Je lai gard longtemps et regrette de

    lavoir revendu Marseille (aux puces) selon les alas

    des dmnagements. Jaimerais bien savoir pourquoi

    personne nen parle, puisquelle a t re-dcouverte

    dans les annes 20, et par qui ? Je ne sais plus... Je

    nai pas le temps de vous parler des gros spermato-

    zodes lumineux que jai vu un soir de novembre 87

    ou 88. On en a parl FR3 Marseille puisque tout le

    monde dans la rgion les a observs. Ils avaient pro-

    mis de nous donner une explication scientifique (sic)

    mais on attend toujours...

    Jai la facult de souvent ressentir les tremblements

    de terre qui se passent aux antipodes. Cette fois, le

    dernier important qui sest pass au nord du Japon

    (fin juillet ou dbut aot, je nai pas not la date

    exacte), je lai ressenti la nuit du mardi au mercredi

    alors quil na t annonc que le jeudi matin.

    Liliane H.

    Enfin quelquun qui parle de la 10me plante. Pendant

    des annes, il y a eu un ostracisme terrible sur cette pla-

    nte que je connais depuis 1952 pour avoir achet un

    livre simple (Connaissance de lastronomie) au dtour

    dun march aux puces de Montreuil o jtais une gran-

    de habitue cette poque. Jtais jeune marie et ja-

    vais un petit atelier Tlgraphe.

    Donc dans ce livre (que je nai plus) on parlait dj de la

    10me plante du soleil du nom de Proserpine qui faisait

  • L'aprs-midi est dj bien avanc et l'homme

    agonise sur la croix. Entour par deux com-

    pagnons de misre, il n'a pas, au grand ds-

    espoir de ceux qui l 'ont accompagn,

    accompli de miracles. La veille, vendu par

    un ami, reni par les autres, il a facilement

    t captur dans un jardin, puis jug et condamn

    mort. L'occupant romain a prfr s'en laver les mains.

    Atrocement tortur toute la journe, il va recevoir un coup

    de lance qui va l'achever. Tout est dsormais accompli.

    L'homme est mort, le Christianisme est n.

    Voil pour la relation des vangiles. Cette mise mort va

    engendrer la religion chrtienne qui va elle mme boule-

    verser l'histoire du monde et nos histoires personnelles.

    Serait-il possible que des architectes aient difi dans la

    capitale un lieu o serait symboliquement mais clairement

    rendu un hommage au Christ crucifi ?

    moins que des esprits malins aient tenu garder le

    Christ pendu son bois pour qu'il perdure dans son tour-

    ment ? Ah bon, mais o ?

    tudiez le plan de Paris et vous vous rendrez compte que

    deux croix pourraient "faire l'affaire". Celle de l'avenue

    Foch et celle de l'avenue de l'Opra.

    Rapidement et pour les raisons qui vont suivre, on peut

    liminer l'avenue Foch. La croix restante est donc dessi-

    ne par l'avenue de l'Opra et les boulevards de la

    Madeleine, des Capucines et des Italiens. La distance des

    mtros poss aux extrmits de bras de la croix et celle du

    mtro Opra est la mme. (Madeleine, Opra, Richelieu)

    Au sommet de la croix est pos le clbre opra Garnier

    qui est ferm dans un hexagone form par deux places et

    4 rues. L'opra prsente des oeuvres dramatiques entire-

    ment chantes, comprenant des rcitatifs, des airs et des

    churs, comme une prire. La salle de l'opra est rouge

    comme le manteau enfil au Christ. (Notons que lors

    dune visite claire secrte de 4 heures Paris, tout de

    suite aprs la capitulation franaise, Hitler visita quelques

    difices dont lopra Garnier) En consultant le plan du

    palais Garnier (l'opra) on distingue deux rotondes oppo-

    ses : de la lune et du soleil. Or, sur les reprsentations

    peintes de la crucifixion de Jsus, la lune et le soleil sont

    disposs dans le ciel droite et gauche de la croix.

    Nous reviendrons en conclusion sur ce que peut aussi

    voquer la silhouette gnrale de la croix et de l'opra.

    Saint Jean nous dit dans son vangile que Christ a reu un

    coup de lance d'un soldat qui a fait jaillir de son ct droit

    de l'eau et du sang. La place Vendme et sa colonne guer-

    rire voque la lance du lgionnaire Longinus. Quant aux

    prcieux liquides qui s'chappent de la plaie, ils sont

    recueillis par deux bassins situs au pied de l'avenue de

    l'Opra. (voir le plan)

    Une glise parlante

    L'glise Saint Roch, qui forme une saillie, est situe entre

    la colonne Vendme et les bassins. A l'origine, elle tait

    ddie aux cinq plaies du Christ. Elle est compose d'une

    nef et de trois chapelles avec son extrmit celle du

    calvaire. Avant sa dmolition en1670, l'glise tait dirige

    vers l'orient. Elle fut reconstruite mais son orientation en

    fut change et elle plonge dsormais directement en plein

    cur de la place de l'opra. Les architectes avaient-ils

    conscience de faire partie d'un plan s'talant sur plusieurs

    sicles et visant symboliser la crucifixion ? Probablement

    pas. Mais toujours est-il que les choses se mettent en

    place. L'glise Saint Roch tait le lieu de rfrence jus-

    qu'au dbut du XX sicle du chemin de croix o il tait

    clbr avec une ferveur et un clat particulier Sur la

    croix le Christ marque aussi la naissance de l'glise en

    affirmant "voici ta mre", l'glise Saint Roch matrialise

    cette naissance.

    Les deux Marie tmoins

    A l'extrmit droite du boulevard de la Madeleine est l'-

    glise de la Madeleine, qui est la sainte qui se trouvait selon

    l'vangile avec Marie (Mre de Jsus) au "Golgotha".

    Marie qui est matrialise quelques dizaines de mtres

    plus loin avec l'glise "Notre Dame De l'Assomption"

    (place M.Barrs). Remarquons encore que comme sur les

    reprsentations peintes Marie-Madeleine et Marie sont

    gauche de la croix.

    Les larrons

    Des deux bassins partent des rues (Saint Honor et

    Montpensier) qui tracent aussi deux croix avec d'autres

    rues. Elles peuvent tre les croix des larrons. Celle pose

    droite de Jsus moins rgulire, et proximit de l'gli-

    se Saint Roch peut faire penser au rachat de nos pchs

    par notre mre l'glise.

    Celle de gauche se termine (rue des Petits Champs) par le

    cercle parfait de la Place des Victoires. Or, le cercle expri-

    me le paradis terrestre. Celle de droite ((rue des

    Pyramides) se finit par le carr de la place des Pyramides.

    Le carr manifeste lui la Terre et ce dans toutes les tradi-

    tions.

    La justice, le jardin, la bourse et la couron-

    ne

    Jsus a t jug par l'occupant romain sous la pression de

    la populace de Jrusalem. A proximit de la colonne

    Vendme , mais toujours sous le bras droit de la croix ,on

    voit le ministre de la justice.

    Le jardin du Palais Royal proximit peut symboliser

    "Gethsmani" et les rues au-dessus o se traitent les

    changes de monnaie avec la Bourse, peuvent symboliser

    l'argent de la trahison.

    Tir par les cheveux ? Peut-tre mais ma conviction est

    faite, la crucifixion est l sous nos yeux, trace par des

    esprits trop heureux de nous avoir jou. La rue de l'chel-

    le qui est proche de la base des deux croix et des bassins,

    tait autrefois le lieu ou l'on dressait les chafauds !

    L'image de l'chelle mystique est fort ancienne. Dans la

    bible, l'chelle de Jacob pos sur la terre atteignait le ciel

    par son sommet. Elle tait le lien entre le ciel et la terre.

    Sous la croix et proximit, Louis IX a fait construire la

    Sainte Chapelle pour y recueillir la couronne d'pines et

    deux "vrais" clous de la crucifixion.

    Enfin pour conclure, l'ensemble reprsent ci-dessous fait

    vraiment penser au Ankh gyptien, reconnu comme un

    signe de vie et d'ternit.

    Elle ressemble une cl

    et a servi de modle la

    cl d'or de Saint Pierre qui

    ouvre la porte des cieux.

    Le symbole astronomique

    et alchimique de la plan-

    te Vnus est auss i la

    "crux ansata" (Ankh) Le

    mta l symbo l i que de

    Vnus tant le cu ivre

    abondamment utilis sur

    l'opra Garnier. On peut

    donc lire les deux croix

    superposes ainsi : bien

    que crucif i Jsus est

    vivant et il est la voie des

    cieux.

    Ainsi donc

    sans le savoir, indiffrents, des milliers de Parisiens circu-

    lent sur les lieux symboliss du drame. Des esprits igno-

    rants et d'autres qui savaient ce qu'ils faisaient ont

    reconstitu la scne dans le 1er arrondissement. Avec un

    simple plan interprt de la ville nous l'avons ici montr.

    Conscients ou inconscients, nous sommes le jouet de

    manipulations qui nous forcent voluer parmi des sym-

    boles dont nous ne percevons pas le sens. Avec l'tude du

    plan de Paris, nous ne sommes pas au bout de nos sur-

    prises.TN

    Pour crire ce chercheur, contacter la [email protected]

    EE X P E R I E N C E SX P E R I E N C E S . . .. . . T E M O I G N A G E ST E M O I G N A G E S . . .. . . R E F L E X I O NR E F L E X I O N SS

    L a crucifix ion en plein p aris !

    TT OPOP SECRET SECRET - 18

  • Un tmoignage d enlvementLes faits que je vais exposer ici sont rels. Je ne peux prciser quel jour nous tions, mais ce devait tre une mati-

    ne de fvrier au cours de l'anne 1972. J'avais trente ans et habitais une maison de cit, construite au-dessus

    d'une zone minire, pas trs loin d'une proprit occupe par un P.C. d'Allemands pendant la deuxime guerre mon-

    diale. Mes enfants taient l'cole et mon mari au travail. Tout coup, un bruit m'a encercl en ondulant. C'tait un

    murmure doux semblable un crpitement.. Puis le sol s'est drob sous mes pieds et j'ai commenc me soule-

    ver. Les murs, le toit, le plancher avaient disparu. Une photo prise au polarod l'intrieur de la pice permet de voir

    la matrialisation d'une sorte de colonne blanche transparente du sol au plafond qui n'tait pas visible l'il nu.

    J'tais seule, suspendue dans une atmosphre de brouillard gris. Mes pieds ne reposaient sur rien, et pourtant je

    tenais en l'air. Au bord de l'pouvante, j'ai alors vu un engin de couleur mtallise immobile au-dessus de moi, et

    une sorte de voix intrieure m'a dit de ne pas avoir peur. L'objet tait en train de me capturer. Une petite trappe car-

    re plus fonce s'ouvrit par le dessous. Un bton de lumire presque blanc en sortit. Plus marqu et net l'endroit

    de son mission, il devenait de plus en plus diffus, comme transparent au fur et mesure qu'il arrivait dans ma

    direction jusqu' me heurter le crne. Je me sentais incapable de ragir. Je ne ressentais aucune douleur.

    Brusquement, j'ai prouv un grand apaisement, mon angoisse a pris fin. Je me suis sentie souleve comme mue

    par un ascenseur invisible, et j'ai pntr l'intrieur de l'engin. Un moment, je suis reste indcise sur une sorte

    de passerelle entoure d'un enchevtrement d'autres passerelles identiques. Puis une puissance invisible m'a dirig vers un

    endroit plus dgag. Arrive dans une pice circulaire aux parois d'aspect mtallique, je me suis arrte. J'ai vu d'autres tres

    humains comme moi, hommes et femmes, assis sur des siges individuels disposs sur tout le pourtour de la pice. La mme

    force qui m'avait guide jusqu'alors m'a assise sur un sige bien prcis. A ct de moi, un hublot circulaire. Je pouvais voir

    que nous tions en mouvement basse altitude au-dessus d'une tendue d'eau qui paraissait tre un ocan. Une machine

    volait de concert avec la ntre. Il y en avait une autre identique au-dessus, comme si l'une portait l'autre, sans qu'il y ait de

    lien les rattachant. Elles semblaient claires de mille soleils de sorte que tout semblait tre en feu aux alentours.

    A l'intrieur de l'engin, je vis s'approcher une trentaine de jumeaux androgynes qui me semblaient tre des robots

    humains, des copies de copies. D'une taille comprise entre 1,50m-1,60m, leur beaut attirait mon attention :

    blonds aux yeux bleus, vtus de blanc, ils portaient un bonnet en forme de demi coque d'uf. Deux de ces her-

    maphrodites s'approchrent. J'entendais leur voix dans ma tte. Ils me dirent que c'tait la troisime fois qu'ils

    me rencontraient... L'un des androgynes plongeait ses yeux dans ma tte. "Nous sommes de tes parents, allis

    par la nature." S'approchant de moi, il m'enfona une minuscule fiole de verre dans le coin de l'il pour en reti-

    rer du liquide. J'entendais intrieurement : "Ces contacts ont lieu avec un grand nombre de personnes dans le

    but de prvenir votre destruction mutuelle et la disparition de vos races. Pour que le contact puisse s'tablir

    entre nous, nous avons besoin d'une substance indestructible qui se trouve naturellement en chaque individu.

    Chaque tre humain est un univers en miniature."

    Je ne sais comment s'effectua le voyage du retour mais me suis retrouve sur mes pieds, dans la pice que j'a-

    vais quitte, compltement puise.

    Souffrant d'astigmatisme, j'ai t examine deux reprises, avant et aprs "mon ascension extraordinaire", par

    un professeur d'ophtalmologie du service hospitalier de ma ville. Aprs avoir pass des examens complets, il

    avait relev ce dfaut de la vision que l'on garde toute sa vie, et qui m'avait pendant un certain temps oblige

    de porter des lunettes, notamment pour conduire ma voiture. Lors du second examen, je n'tais plus astigma-

    te. Le mme professeur qui m'avait ausculte avant et aprs, me remit une attestation que je transmis la

    Prfecture, en consquence de quoi la mention : "Port de lunettes obligatoire pour conduire" qui tait porte

    sur mon permis de conduire fut supprime.

    Sibylle, 2003

    Pour en apprendre davantage sur cet vnement, contacter le tmoin : [email protected]

    EE X P E R I E N C E SX P E R I E N C E S . . .. . . T E M O I G N A G E ST E M O I G N A G E S . . .. . . R E F L E X I O NR E F L E X I O N SS

    Rponse au courrier Deux vnements concomitantsCher monsieur,je suis galement lecteur de ce magazine et j'ai lu attentivement votre double exprience. En aucun cas vous ne devez vous inquiteret ceci n'est pas li des troubles hallucinatoires. Les deux vnements peuvent avoir des rapports conjoints, mais non certains. Danstous les cas, en ce qui concerne votre seconde exprience, je l'ai vcue plusieurs reprises dont une avec un tmoin (mon filleulVincent ), il est certain qu'il faut avoir un mental bien accroch pour viter toute spculation extrieure et sans fin notre champ decomprhension. Notre ralit est une ralit parmi d'autres, la collusion de champs physiques diffrents est possible, d'o l'apparitionde sujets dans notre plan et qui disparaissent dans d'autres plans, je sais c'est dur croire, mais dfaut que notre esprit cre des holo-grammes de sujets vivants ou tout au moins virtuellement vivants, je ne vois pas d'autres explications. Cette exprience ne doit enaucun cas devenir un phnomne central votre panouissement personnel. Je vous l'accorde ce n'est pas tous les jours que noussommes prdisposs voir un disque 7 m, ou des sujets qui disparaissent mais c'est ainsi. Faite un check list entre la vision de cedisque et l'apparition/disparition de cet homme, de tous les vnements inexpliqus mme anodins, et vous aurez peut-tre unerponse. Bien sincrement, un [email protected]

    Puzzle, puzzle...Se plonger dans votre revue est quelque chose que lon ne

    regrette pas quand on naccepte pas tout ce que lon nous

    dit "officiellement".... Jaimerais si cela est possible quelques

    claircissements quant larticle sur laroport de denver

    (TOP SECRET n9). En effet aprs lecture et analyse person-

    nelle je me pose la question de savoir si tout le "mal" nest

    pas li . Je mexplique : Les armes secrtes nazies et la

    disparition de certains membres du parti, le DIA avec sa

    forme de swastika, le discours des sectes US proches dun

    idal blanc pur, la marque sur le front dHarry Potter (TOP

    SECRET 8). Bref ce mlange de secrets, de bizarres, le tout

    mlang donne limpression quune lite US qui travaille

    depuis fort longtemps linstauration dun monde parfait

    sauce SS amricaine (avec peut-tre un peu dextraterrest-

    res l-dessous...) Y a-t- il une diffrence entre la nation

    allemande de 40 et Bush et ses amis ? (sur le fond bien

    sr) Est-ce le dbut du rgne de la bte, comme le laissait

    entendre Axel Air sur la radio Ici et Maintenant ?

    Suis-je fou de penser cela ? Y a-t-il des publications sur le

    sujet ? des runions dbats sur ce sujet Paris ?

    Enfin dans tous les cas japprcie votre revue et tous ses

    sujets qui ouvrent lesprit et ne nous enferment pas dans la

    doctrine actuelle.

    Continuez. Nous sommes vos cts.

    [email protected]

    TT OPOP SECRET - SECRET - 1919

    "Le jour mme de monenlvement, j'ai priscette photo polarod

    dans la pice o je metrouvais. Dans les par-

    ties gauche et infrieure,apparaissent une colon-

    ne lumineuse allant dusol au plancher et une

    forme angulaire strie desombre qui n'existentpas dans la ralit. A

    l'arrire-plan, mon lit etun radiateur."

  • TOPTOP SECRETSECRETPARTIEPARTIE 33

  • AA loccasion de celoccasion de cenumro du nouvel an,numro du nouvel an,abonnez-vous et abonnez-vous et offrez un abonnementoffrez un abonnement un ami ! un ami !En cadeau, pour 2En cadeau, pour 2abonnementabonnements, vouss, vousrecevrez tous deuxrecevrez tous deuxlancien numro delancien numro devotre choix !votre choix !

  • I M P L A N T SI M P L A N T S ::UN

    TMOIGNAGE TROUBLANTOn commence le savoir, mme dans les milieux extra-ufologiques : une per-sonne abducte bord d'un OVNI peut se rvler porteuse, par la suite, d'unimplant (les lecteurs dsireux de connatre fond ce dossier se reporteront auN6 de "Top Secret", qui y consacre un dossier sign Gildas Bourdais et Dr JacquesCostagliola. Aprs la sortie du livre du Dr Leir ("OVNIS et implant", aux ditionsMercure Dauphinois), ce chirurgien amricain qui a russi extraire, conserver et faire analyser ces implants, j'ai discut de ce problme avec un ami travaillant enmilieu hospitalier. J'tais loin d'imaginer l'ampleur des rvlations qu'il allait me faire.

    Technicien en radiologie, cet ami tait leplus mme d'avoir une opinion profes-sionnelle sur la question. Il examina uninstant les radiographies incluses dans lou-vrage, puis lana, ma grande stupfac-t ion : "C 'est a, unimplant ? Dans ce cas,j 'en ai vu beaucoupdans ma carrire !".Et lui de m'expliquerque les mdecins baptisaient ces corpstrangers -selon l'endroit o ils se trou-vaient dans le corps- du terme vague decalcification vasculaire, ganglionnaire,etc... Vague, car souvent les mdecins eux-

    mmes ne peuvent dfinir, sur une radio-graphie, l'exacte nature du corps tranger.Mais comme ces "calcifications" ne gnentnullement le patient, il ne leur vient jamais l'ide d'oprer, ou de faire oprer, pour

    voir de quoi il en retourne exactement. Il se rappellait fort bien en avoir vu, sous laforme de "plomb de chevrotine", dans uneradio du thorax et une autre, en forme de"virgule", dans une radio de la mchoire.

    Dtail qu'il avait d'ailleurs signal au mde-cin comptent. Mais celui-ci avait prfrluder le problme, puisque, n'est-ce pas,le patient ne se plaint pas de cela !Dans ces deux cas prcis, la "calcification"

    se trouvait effectivement duc t g a u c h e d u c o r p s ,comme l'indique le docteurLeir. Devant mon tonne-ment grandissant, cet ami

    m'expliqua que ces corps trangers sontsignals, sans plus, et sont considrscomme banals, en mdecine, malgr leuraspect parfois droutant. Mon tonnementn'tait pas prs de retomber : ma ques-

    ces corps trangers sont signals, sans plus, et sont considrs comme banaux, en

    mdecine, malgr leur aspect parfois droutant

    Un texte de Fabrice KircherUn texte de Fabrice Kircher

  • TT OPOP SECRET SECRET - 21

    tion sur la frquence de ces cas, il merpondit, tranquillement et avec assurance,qu'un tiers des radiographies qu'il avait fai-tes dans sa vie, comportaient de ces "calci-fications" !Je ne pus, malheureusement, obtenir plusde cet ami, qu'il tmoigne en son nom pro-pre, par exemple. Il insista beaucoup pourque son anonymat soit prserv, craignantun retour de bton professionnel, car lemilieu dans lequel il volue voit d'un mau-vais oeil les divulgations sur les dossiersdes malades.Sur la question de fond concernant cesimplants, il me semble qu'un tat des lieuxsanitaire des populations serait souhaita-ble. S'agit-il, en effet, d'un problme de

    masse, ou de cas trs isols, comme on lecroyait jusqu'ici ?Le monde a besoin de savoir. Mme si cettevrit est cruelle et difficile accepter.

    E.T. , DJINNS ET ABDUCTIONSJ'aimerais voquer un second point qui m'ainterpell, en parcourant le livre du Dr Leir.Il y est fait allusion une fluorescence roseobservable dans la paume des mains denombreuses personnes victimes d'enlve-ments.Il y a plusieurs annes de cela, j'ai relat(dans "Sentinel News" N16) une anecdoteinsolite, qui me semble en rapport avec cequi prcde.J'avais discut, l'poque, avec un ami,des photos qu'avait publies "Facteur X",montrant des taches oranges sur des vte-ments ports par des victimes de rencont-res rapproches. Cela lui rappela une anec-

    dote. L'anne pr-cdente, sur sonlieu de travail, unesecrtaire mdicaleavait t engagecomme stagiaire.Cette jeune femme,Soraya, tait d'origi-

    ne iranienne. Un jour, cet ami remarquaune chose bizarre dans le creux des mainsde Soraya. Curieux, il s'approcha et remar-qua qu'il s'agissait d'un disque de couleurorange peint dans la paume des mains. Ilvoulut en savoir plus. Gne, un peu rti-cente (il est difficile d'avouer en milieuhospitalier que l'on est rceptif certaines

    "superstitions" !),Soraya lui conta qu'ils'agissait d'une tra-dition de son paysd'origine. L-bas,

    dans les villages reculs des montagnesiraniennes, on se protge ainsi des djinns.Djinns qui ont toujours la rputation, l'heure actuelle, d'enlever des personnes,notamment prs des puits, qui sont sou-vent isols du reste du village. Alors, quandune jeune fille devait puiser de l'eau, le soir,elle ne partait jamais sans cette "protec-tion", peinte, avec un mlange de henn etd'autres substances sur la paume de sesmains.Qu'il y ait un rapport entre cette coutumeet la fluorescence manant de la paumedes mains des abducts, me parait vident.Son explication, nanmoins, n'est pasaise. Cette marque est-elle un simulacredestin tromper les djinns (ou les ravis-seurs qui se dissimulent sous cette appella-tion) pour leur dire qu'ils ont dj t enle-vs par le pass, et qu'ils n'ont plus besoinde recommencer ? Mais on me rtorquera

    que beaucoup de ceux qui ont t abductsune fois, l'ont t, par la suite, parfois denombreuses reprises. Est-ce, alors, bienutile d'attirer l'attention des kidnappeursaliens ? Une autre explication serait, lalimite, plus logique. Si des abductions de cegenre ont dj eu lieu dans le pass enIran, les personnes confrontes ce pro-blme, ayant remarqu cette bizarre fluo-rescence, ont trouv un moyen de lannihi-ler, ou de la dissimuler, par l'intermdiairede cette peinture. Aprs tout, le Dr Leiravait essay, chez l'une de ses patientes,de l'ter avec une compresse de gaze imbi-be d'alcool. Mais sans succs. Ce remdepersan, par contre, doit tre efficace, puis-qu'il est entr dans les murs, au point dedevenir une coutume prophylaxique.Cette anecdote nous montre galementque le phnomne des enlvements estsans doute beaucoup plus rpandu qu'onne le pense gnralement, et qu'il ne datepas d'hier, puisque des croyances populai-res, peut-tre immmoriales, utilisent djdes techniques "anti-abductives".L'ufologie est une science qui a encorebeaucoup de choses dcouvrir...

    FABRICE KIRCHERPour contacter l'auteur crire la rdaction

    [email protected]

    un tiers des radiographies qu'il avait faites dans sa vie, comportaient de

    ces "calcifications" !

    Implant en forme de ppin deCantaloup extrait du corps deTim Cullen par le Dr Leir et sonquipe.

    Le Dr Leir

    Photo d'un Djinn ?Parti explorer un des nombreux gouffres Parti explorer un des nombreux gouffres souterrains des Emiratsouterrains des Emirats s Arabes Unis, Arabes Unis, un jeune homme aurait t retrouvun jeune homme aurait t retrouvmort des suites dune crise cardiaque. mort des suites dune crise cardiaque. Prs de son cadavre, on aurait retrouv Prs de son cadavre, on aurait retrouv un appun appareil photo. La pellicule fut areil photo. La pellicule fut dveloppe. Sur trois photos dveloppe. Sur trois photos appapparaissait une crature trangearaissait une crature trange

    Lgende ? Beaucoup portent crLgende ? Beaucoup portent cr--dit ces clichs qu'ils jugent tropdit ces clichs qu'ils jugent tropralistes pour avoir t trafiqus.ralistes pour avoir t trafiqus.Pour eux, c'est la preuve de l'exisPour eux, c'est la preuve de l'exis--tence d ' t res inconnus v ivanttence d ' t res inconnus v ivantdans les profondeurs de la terre... dans les profondeurs de la terre...

  • ROSWELL :ROSWELL :Les Rvlations DULes Rvlations DU

    COLONEL CORSOCOLONEL CORSOUn texte de Jean Sider Un texte de Jean Sider

    En 1997 un officier suprieur amricain retrait, le colonel Philip Corso, a publi unlivre dans lequel il confirme le crash d'ovni de Roswell. De plus, il divulgue desinformations tellement normes qu'une nouvelle polmique s'est dveloppeparmi les chercheurs. Pendant que certains pavoisent, d'autres parlent d'intoxication.Voici le dtail de cette affaire qui divise encore le petit monde de l'ufologie.

    Quand j'ai entendu parler du livre du colo-nel Philip Corso pour la premire fois -TheDay After Roswell- par le biais d'une publi-cation ufologique amricaine, j'ai d'abordcru qu'il s'agissait de la premire grandebrche dans le secret sur les ovnis. Le cri-tique qui prsentait l'ouvrage utilisait descommentaires trs positifs, la limite deslouanges dithyrambiques. J'ai donc biennaturellement pens que son auteur tait prendre trs au srieux, et nombreux ontt ceux qui ont ragi pareillement.Plus tard, quand j'ai pu acqurir l'ouvrageen question et surtout quand d'autres opi-nions moins logieuses sont apparues dans

    certaines revues spcialises, mon enthou-siasme initial s'est petit petit amenuis.Etait-ce cause de la diatribe qui opposaitles partisans et les adversaires de P. Corso,ou du fait que certaines assertions de l'an-cien officier avaient une aura de suspicionqui m'avait chapp de prime abord ? Jecrois en toute honntet que ces deux rai-sons se sont combines.

    Afin que le lecteur puisse se faire une ideplus juste sur cette affaire, je vais m'effor-cer de la prsenter dans ses grandes lignesen essayant de rester objectif.

    Le vritable auteur du livreUne premire mise au point est ncessaire.Le colonel Corso n'est pas le vritablerdacteur du livre qu'il a sign. Il s'agit enfait du journaliste William Birnes, dont lenom apparat en lettres plus petites sur lacouverture, sous celui de l'ancien officier.Cela s'explique de la faon suivante. P.Corso n'avait aucunement l'envie d'crireun livre pour rvler des secrets qu'il avait

    partags pen-dant sa prsen-ce sous l'unifor-me. C 'est sonfils, mis dans la

    confidence par son gniteur de ce qu'ilavait appris sous l'uniforme de l'US Army,qui a suggr son pre de confier unerelation, W. Birnes prcisment, le soin dedivulguer ses souvenirs les plus marquants,dont ceux relatifs au secret militaire sur lesovnis. Telle est du moins la version qui acircul aprs le dcs du colonel en juillet1998.

    TT OPOP SECRET - SECRET - 22

    Jean Sider fait partie des ufologues franais les plus actifset ce titre la rdaction de TOP SECRET est trs fire de lecompter parmi ses proches collaborateurs. L'auteur a critdiffrents livres consacrs au phnomne ovni : "Ultra TopSecret - Ces ovnis qui font peur", ed. Axis Mundi ; "Ovnis:Dossier Secret", Ed. Age du Verseau ; "Contacts Supra-Terrestres", Ed. AxisMundi ; "Ovnis : Le sec-r e t d e s A l i e n s " , E d .Ramue l . Ces qua t reouvrages sont dsor-m a i s p u i s s .Cependant, ceux quisouhai tent dcouvr i rl'auteur peuvent se pro-curer son dernier ouvra-ge : "La vie vient d'uneintelligence suprieure -L'hypothse extraterres-tre", auprs de son di-teur au pr ix de 21,85euros. Editions JMG, 8r u e d e l a M a r e ,Agnires, 80290. S o n p r o c h a i n l i v r eOVNIS : Dossiers dia-boliques sortira trs prochainement chez le mme diteur. Depuis ses dbuts, TOP SECRET, a toujours souhait sou-tenir la recherche ufologique en France, et tre en mmetemps une sorte d' "instantan" de l'tat de cette recherche.C'est pourquoi nous avons toujours t trs heureux d'ac-cueillir dans nos colonnes les textes de Gildas Bourdais,Guy Tarade, Jean-Pierre Petit, sans oublier bien sr tousles autres chercheurs moins connus certes, mais dont lestravaux ont tout autant de valeur. Nous invitons d'ailleurs lesautres ufologues franais nous rejoindre et venir s'expri-mer librement dans notre magazine.

    Corso ne voulait pas crire un livre rvlant les secrets qu'il avait partags durant sa carrire militaire

  • Un homme du secretAprs quelques hsitations, P. Corso, quitait dj trs g, a donn son accord et aremis W. Birnes une douzaine de feuilletssur lesquels il avait couch les faits les plussaillants de son sjour dans l'US Army. Il y relatait surtout tout ce qu'il avait apprisdurant son affectation au Pentagone dansles annes 1960, comme adjoint du gn-ral Arthur Trudeau, chef du bureau de laForeign Technology au sein de l'ArmyResearch and Development. Prcisons quele colonel Corso a servi une grande partiede sa carrire dans les services de rensei-gnement de l'Arme de terre amricaine,ceci expliquant cela. Au passage, je signale que le colonel Corsoprtend n'avoir jamais lu de livres consa-crs aux ovnis parce qu'il ne s'est jamaisintress ce genre de littrature.

    Le montage ditorialW. Birnes a donc contact un diteur trsconnu de New York, pour l'informer qu'ildtenait de quoi faire un livre pouvantdevenir un best-seller. Allch, Pocket

    Books, qui appartient au groupe Simon &Schuster, a accept de produire les "mmo-ires" de Philip Corso, mais a exig unmanuscrit pouvant reprsenter trois centspages d'un livre en hard cover. C'est la rai-son pour laquelle W. Birnes a t contraintde fournir un texte dans lequel, outre lesinformations donnes par l'ancien colonel,figuraient des lments puiss dans la litt-rature ufologique. Or, W. Birnes ignoraittout des ovnis, ce qui explique certainesgaffes qu'il a commises. Effectivement, ontrouve par-ci par-l dans ses chapitres, deserreurs de lieu, de date, de nom, maisaussi des faits puiss dans des ouvragesmanquant visiblement de crdibilit.Deux exemples : page 23, il affirme que lesdbris retrouvs par le fermier WilliamBrazel en juillet 1947 Roswell ont tenvoys "Fort Bliss, Texas, QG de la 8rgion arienne". Non, c'est Fort Worth(Army Air Field), base arienne devenueplus tard Carswell AFB. Plus grave, page 3, il prtend que P. Corsoa lu des rapports relatifs plusieurs cras-hes d'ovnis dont l'un "San Agustin". Il s'a-

    git probablement du cas allgu par lechercheur Stanton Friedman, dans lesplaines de San Agustin, Nouveau-Mexique.En fait, il s'agit d'un canular mont par l'u-nique tmoin de cette affaire, GeraldAnderson !

    Des aveux ahurissantsD'vidence, W. Birnes ignorait tout du dos-sier ovnis. C'est d'ailleurs l'excuse qu'il aavance quand les reproches ont commen-c pleuvoir. Mais ce c'est pas tout.Certaines assertions qu'il assure provenirdu colonel Corso ont conduit plusieurschercheurs, y compris des gens commeJerome Clark et Kevin Randle, ufologuesbiens connus "pro-ovnis", les rejetercatgoriquement. Voyons un peu de quoi ilretourne.- En juillet 1947, P. corso tait affect Fort Riley. Alors qu'il tait officier de per-manence de nuit, il aurait vu le corps d'unpetit humanode dans un vhicule en tran-sit stationn dans un hangar. Il s'agissaitd'une crature d'environ 1,20 m de hautdont les mains comportaient seulement

    quatre doigts.- En 1961, durantson affectation auPentagone, commedit plus haut, il auraitpu examiner dans unmeuble tiroirs du

    bureau du gnral Trudeau, avec la per-mission de ce dernier, divers petits objetsqu'il affirme provenir "d'un crash d'ovni auNouveau-Mexique". Certains d'entre eux,confis un laboratoire de l'US Army,auraient permis de mettre au point lavision nocturne.- Il affirme que la technologie des rayonslaser, des circuits intgrs, de la fibreoptique, des appareils produisant des fais-ceaux de particules acclres, ainsi que lekevlar, cette matire qui entre notammentdans la fabrication des gilets pare-balles,proviennent de la technologie tire de l'ob-jet inconnu tomb prs de Roswell. - Le gnral Trudeau a demand Corsod'utiliser les programmes de recherche surde dveloppement des armes commemoyen pour laisser filtrer la technologie del'engin rcupr Roswell dans les milieuxindustriels, et ce par l'entremise des pro-jets de contrats concernant la dfensenationale.- Toujours au Pentagone, le gnralTrudeau lui a fait lire des rapports concer-nant l'ovni accident. l'en croire, l'engin

    Alors qu'il tait officier de permanence de nuit, il aurait vu le corps d'un petit humanode

    d'environ 1,20 m dont les mains comportaient seulement quatre doigts.

    tectec hnolhnol ogies hrites duogies hrites ducrash de roscrash de ros well ?well ?

    KEVLAR

    FIBRE OPTIQUE

    CIRCUIT IMPRIM

    LASER

    VISION NOCTURNE

  • ROSWELL : LE CAS DU COLONEL CORSO

    tait dpourvu de moteurs, de systme denavigation, de tableau de bord, et dedispositif quelconque de propulsion. Mmeen 1997, le mystre de son fonctionnementn'tait toujours pas rsolu. Il suggre quecet appareil pourrait tre l'extension de lacrature qui le pilotait, et que celle-ci leguidait par ordres donns mentalement.

    Les Aliens et leur technologie.- Les petits humanodes qui constituaientl'quipage de l'objet, sont vraisemblable-ment des cratures artificielles, une sortede robots biologiques conus en laboratoirepour rsister tous les inconvnients desvoyages dans l'espace et des champs d'-nergie levs. Ces tres n'avaient pas desystme disgestif et aucune nourriture n'at trouve dans le vaisseau dsempar.D'autre part, son bord il n'y avait pas decoin-cuisine ni de toilettes !- Il y a peut-tre eu un survivant qui seraittomb entre les mains des hommes del'Arme de l'air, mais personne n'est sr decela. - Lorsque les corps ont t autopsis parles pathologistes del'hpital Walter Reed,on a dcouvert surleurs yeux un jeu dedeux lentilles noireselliptiques. Aprs tude de ces pices, il at tabli qu'elles permettaient ceux quiles portaient de voir dans l'obscurit. Destests ont t effectus avec ces objets, etles exprimentateurs ont pu distinguer desindividus dans le noir total, sous forme desilhouettes faites d'une luminosit vert-orange.- Certains matriaux collects dans le vais-seau alien, dont des feuilles trs fines enpaisseur, avaient des proprits extraordi-naires. On ne pouvait pas les dchirer, niles plier pour marquer un pli, ni les courber

    pour modifier leur aspect, car elles repre-naient immdiatement leur forme initialequand on les lchait, et aucune marque demanipulation ne subsistait sur leur surface. - Il y avait aussi une fibre semi-mtalliquede trs forte rsilience que le colonel n'apas russi couper avec des ciseaux. Elleavait d'tonnantes proprits physiques,dont celle de produire une lumire intrieu-re.- Tout comme se trouvait aussi un trangeobjet muni de petits dtecteurs lectriquessur chaque ct, destin semble-t-il, tre

    mis sur la tte des petits humanodes. Lesscientifiques qui l'ont examin n'ont pasrussi dterminer quoi il servait exacte-ment, ni avec quelle nergie il fonctionnait,mais le colonel suppose qu'il pourrait s'agird'un capteur d'ondes crbrales, une sorted'encphalogramme capable de projeterdes cartes. - Un rapport faisait tat d'un objet qui, l'examen par les experts de la base deWright Field, Dayton, Ohio, s'est avrtre une arme qui projetait un rayon calori-fique sans que le faisceau ne soit vu l'il

    nu. Il dcoupait trs soigneusement certai-nes matires, comme un chalumeau, maisbeaucoup plus finement. Plus tard, quandles cas de bestiaux mutils de manire chi-rurgicale ont commenc apparatre dansla presse, le colonel a suppos que cetobjet pouvait tre l'instrument avec lequelopraient les "chirurgiens fantmes".Wr ight F ie ld -ac tue l lement Wr ight-Patterson AFB- tait le Q.G. des servicestechniques et de renseignement de l'armede l'air.- La guerre froide n'a t qu'un prtextepour permettre aux Etats-Unis et ses allis,ainsi qu' la Russie et ses satellites, de s'ar-mer jusqu'aux dents en prvision d'uneventuelle guerre contre des envahisseursvenus de l'espace. (J'ai mis cette possibili-t en 1994, dans Ovnis : Dossier secret,pp. 49 58, donc plusieurs annes avant ladivulgation de cette information).

    Chacun pour soiP. Corso confirme que le secret absolu surles ovnis a t instaur par le gouverne-ment amricain en 1947. Il prtend aussique chacune des branches diffrentes del'arme gardait jalousement ce qu'ellesavait ou avait rcupr lors du crash deRoswell. Il semble, l'entendre, qu'il n'yavait pas de coordination pour l'tude detout ce qui avait t dcouvert, ne serait-ceque pour tenter d'exploiter de nouvellestechnologies en commun. Du moins c'estce qui se serait pass durant plusieursannes. Tout cela peut sembler invraisemblablepour le lecteur non averti, mais il faut qu'ilsache qu'en juillet 1947, au moment o lecrash s'est produit, c'est l'Arme de terrequi avait en charge la scurit des bases del'Arme de l'air. Cette situation a changseulement en 1948, selon P. Corso. Pourciter un exemple, le capitaine Sheridan

    Ces tres n'avaient pas de systme dis-gestif et aucune nourriture n'a t trou-

    ve dans le vaisseau

    P. Corso et Arthur Trudeau de lUS Army

    POUR ARCHIVE : reprsentationS et photos prtendues du crash de roswell

    TT OPOP SECRET SECRET - 24

  • ROSWELL : LE CAS DU COLONEL CORSO

    Cavitt, responsable de la scurit RoswellAAF, qui a accompagn le major JesseMarcel sur le site de dbris dcouvert par lefermier Brazel, appartenait au CIC (CounterIntelligence Corps), organisme qui dpen-dait de l'Arme de Terre. De plus il avait un

    clearance (niveau d'accs au secret) sup-rieur celui de J. Marcel. Autre lmentintressant connatre, en 1947 il existaitune unit trs spciale au sein de l'Armede Terre, appele I.P.U., InterplanetaryPhenomenon Unit, appellation trs voca-trice qui se passe de commentaire. J'aifourni la preuve officielle crite de l'existen-ce de l'I.P.U dans Ultra Top Secret, pages135 et 140, qui consiste en deux lettres del'US Army, dont l'une est la rponse unedemande que j'avais adresse aux servicesde renseignement de cet organisme.D'aprs Philip Corso, les corps des passa-gers ont t examins l'hpital militaireWalter Reed, comme dj prcis, maisaussi celui de Bethesda. Or celui deBethesda tait l'poque gr par la Navy(marine de guerre). Ce qui revient direque les trois armes taient impliques dansl'affaire. Sans oublier les rivalits qui exis-taient entre certains services de renseigne-ment ce moment l. Comme le crash n'-tait pas reconnu officiellement, chaqueorganisme militaire en possession d'infor-mations, voire d'objets ou de corps rcup-rs, a travaill indpendamment des aut-

    res. C'est du moins cequi ressort du livre ducolonel Corso. Il citenotamment le fait que laMarine et l'Arme de l'airava ient en 1947 desprogrammes de recher-ches en technologiesnouvelles pour amliorerleurs propres appareilsariens ainsi que leursa r m e m e n t s . To u tcomme la marine esp-rait obtenir des avan-ces technologiquespour ses sous-marins,en particulier la non-dtection par les radarsennemis. Chacune desdeux parties, l'en croi-re, voulait tirer la cou-verture soi. Chaque

    dpartement militaire esprait tre le pre-mier faire une ventuelle dcouverteimportante tire des artefacts aliens, etsurtout pas le second. C'est d'ailleurs ce que Philip Corso dit deson suprieur, le gnral Trudeau. Il cite

    une de ses phrases qui peut se traduirecomme ceci en parlant des objets aliensqu'il conservait dans son bureau : " Gardezceci pour moi, Phil. Les autres n'ont pasbesoin d'en avoir connaissance".

    Tmoignage posthumeEn octobre 2000, le fils du colonel, PhilipCorso Jr., envoyait untmoignage concernantson pre au chercheurSteven Greer, lequel l'aintgr dans l'un de seslivres. Il prtend quecertains dtails avaient t obtenus de sonpre alors que celui-cisavait qu'il allait bienttmourir. Voici les plusnotables de ces allga-tions :- En 1957, peu aprsson affectation commecommandant du 552bataillon de missiles, auNouveau-Lexique, P.Corso a vcu une bien

    trange exprience. Au cours d'une prome-nade dans le dsert, il a dcid de visiterdes cavernes de Red Canyon, prs de l'im-mense terrain d'essais militaire de WhiteSands. Il y a rencontr un Alien. Il portaitune sorte de casque au centre duquel untype quelconque de pierre tait retenu parce qui ressemblait un bandeau. - Quelque temps plus tard, toujours en1957, les radars de son unit ont dtectun ovni qui manoeuvrait comme s'il voulaitatterrir. P. Corso a fait dcoller un avion dereconnaissance pour voir o il s'tait pos,puis quand le renseignement a t obtenu,il est parti dans une jeep voir ce qu'il entait. Il a pu approcher de l'engin et mmele toucher, ce qui l'a convaincu qu'il taitbien matriel. Autour de l'engin, il a aussiremarqu des traces de pas. Puis l'appareila dcoll pour s'loigner vivement en hau-teur. Par la suite, il a parl de cette obser-vation avec Werner von Braun et HermannOberth. Il les connaissait fort bien pouravoir auparavant particip l'oprationPaperclip, laquelle avait pour but de rcu-prer des savants allemands spcialissdans les V.1 et V.2.

    Une machine volante vivanteVoici d'autres prcisions :- P. Corso a chang des pices mtalliquesaliens avec Wilber Smith, le responsablecanadien d'un programme de recherchessur les ovnis pour son pays.- Il a t charg de mettre plusieurs gn-raux au courant de la situation cre par lecrash de Roswell.- Il a t convoqu par Dwight Eisenhover,lequel lui a demand des informations surles Aliens. Il a rpondu : "Nous ne savons

    Ga