*Titre : *Grand Larousse de la langue française en sept ...aefe- · PDF file...

Click here to load reader

  • date post

    03-Nov-2020
  • Category

    Documents

  • view

    1
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of *Titre : *Grand Larousse de la langue française en sept ...aefe- · PDF file...

  • *Titre : *Grand Larousse de la langue française en sept volumes. Tome quatrième, Ind-Ny / [sous la direction de Louis Guilbert, René Lagane, Georges Niobey]

    *Auteur : *Larousse

    *Éditeur : *Librairie Larousse (Paris)

    *Date d'édition : *1975

    *Contributeur : *Guilbert, Louis (1912-1977). Directeur de publication

    *Contributeur : *Lagane, René. Directeur de publication

    *Contributeur : *Niobey, Georges. Directeur de publication

    *Sujet : *Français (langue) -- Dictionnaires

    *Type : *monographie imprimée

    *Langue : * Français

    *Format : *1 vol. (paginé 2621-3697) ; 27 cm

    *Format : *application/pdf

    *Droits : *domaine public

    *Identifiant : * ark:/12148/bpt6k1200535k

    *Identifiant : *ISBN 2030007404

    *Source : *Larousse, 2012-144943

    *Relation : *Notice d'ensemble : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34294780h

    *Relation : * http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb345742880

    *Provenance : *bnf.fr

    Le texte affiché comporte un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance obtenu pour ce document est de 100 %.

    downloadModeText.vue.download 1 sur 1066

    Cet ouvrage est paru à l’origine aux Editions Larousse en 1989 ; sa numérisation a été réalisée avec le soutien du CNL.

    Cette édition numérique a été spécialement recomposée par les Editions Larousse dans le cadre d’une collaboration avec la BnF pour la bibliothèque numérique Gallica. downloadModeText.vue.download 2 sur 1066

    II downloadModeText.vue.download 3 sur 1066

  • downloadModeText.vue.download 4 sur 1066 downloadModeText.vue.download 5 sur 1066 downloadModeText.vue.download 6 sur 1066 downloadModeText.vue.download 7 sur 1066 downloadModeText.vue.download 8 sur 1066 downloadModeText.vue.download 9 sur 1066

    2561

    ind indatable [ɛd̃atabl] adj. (de in- et de datable ; 1970, Robert). Qui ne peut pas être daté : Des ruines indatables.

    inde [ɛd̃] n. m. (lat. indicum, indigo, neutre substantivé de l’adj. Indicus, Indien, de India, l’Inde, dér. de Indi, Indorum, n. m. plur., « les Indiens » [l’indigo étant consi- déré comme originaire de l’Inde] ; v. 1160, Benoît de Sainte-Maure, au sens 1 [« cou- leur... extraite de la guède », 1701, Liger] ; sens 2, 1600, O. de Serres). 1. Couleur bleue tirée de l’indigo, et, par extens., couleur bleue extraite de la guède : Une robe de taffetas couleur inde. Ϧ 2. Anc. nom de l’INDIGO.

    indébrouillable [ɛd̃ebrujabl] adj. (de in- et de débrouiller ; 1764, Voltaire). Que l’on ne peut pas débrouiller (au pr. et au fig.) : Écheveau indébrouillable. Affaire, question indébrouillable.

    indécachetable [ɛd̃ekaʃtabl] adj. (de in- et de décacheter ; 1845, Bescherelle). Que l’on ne peut pas décacheter, qui est très difficile à décacheter (rare) : Un paquet indécachetable.

    indécelable [ɛd̃eslabl] adj. (de in- et de décelable ; 1943, Sartre). Qui ne peut être décelé : Des traces indécelables à l’oeil nu. • SYN. : imperceptible, invisible. — CONTR. : décelable, perceptible, visible.

    indécemment [ɛd̃esamɑ̃] adv. (de indécent ; 1537, Saliat, écrit indécentement [indécemment, 1580, Montaigne], au sens 1 ; sens 2, 1845, Bescherelle). 1. De façon contraire à la bienséance : Louvois fut accusé de s’être réjoui indécemment de la mort de Turenne (Voltaire). Ϧ 2. De façon contraire aux bonnes moeurs, à la pudeur : Être vêtu indécemment.

    indécence [ɛd̃esɑ̃s] n. f. (lat. indecentia, inconvenance, de indecens, -entis [v. l’art. suiv.] ; 1568, L. Le Roy, au sens 3 ; sens 1, 1690, Furetière ; sens 2, 1666, Molière).

  • 1. Caractère de ce qui est contraire aux règles de la bienséance : J’ajoute qu’il y aurait une espèce d’indécence à introduire dans une fête que je veux bien donner chez Mme Verdurin une personne que j’ai retran- chée à bon escient de ma familiarité, une pécore sans naissance, sans loyauté, sans esprit (Proust). Il est permis de penser qu’il y a quelque indécence à célébrer ainsi une découverte [la bombe atomique] qui se met d’abord au service de la plus formidable rage de destruction dont l’homme ait fait preuve depuis des siècles (Camus). Ϧ 2. Caractère de ce qui est contraire aux bonnes moeurs, à la morale : L’indécence des propos, des manières. Des images confuses se formaient

    au-dedans de lui, qu’il suivait jusqu’à un certain degré d’indécence, et il les chassait (Mauriac). Ϧ 3. Action, propos, chose contraires à la décence ou aux bienséances : Dire, commettre une indécence.

    •SYN. : 1 impolitesse, inconvenance, incorrection ; 2 grivoiserie, immodestie, impudeur, impudicité, polissonnerie ; 3 grossièreté, impertinence, incongruité, obscénité.

    indécent, e [ɛd̃esɑ̃, -ɑ̃t] adj. (lat. inde- cens, -entis, inconvenant [en parlant de personnes ou de choses], de in-, préf. à valeur négative, et de decens, -entis, conve- nable, bienséant, part. prés. adjectivé du v. impers. decere, être convenable ; XIVe s., Dict. général, au sens 2 ; sens 1, av. 1681, Patru ; sens 3, 1618, Cabinet satyrique). 1. Qui est contraire à la décence ; qui mani- feste un manque de retenue, de respect de la bienséance et des convenances morales et sociales : Faire un étalage indécent de sa fortune. Il est indécent de répondre sur ce ton à un homme de son âge. Ϧ 2. Class. Qui ne convient pas, qui n’est pas appro- prié à son objet : Toutes ces expressions qui le rapportent [Dieu] à quelque temps, qui le fixent à un certain lieu, sont impropres et indécentes (Fénelon). Ϧ 3. Qui blesse la pudeur par manque de convenance aux bonnes moeurs : Cette robe, songeait Denis, serait indécente, comme toutes les robes de bal (Mauriac). C’était une grande fille à la chevelure d’un blond pervers, et qui avait une façon indécente de rire dans le nez des hommes (Aymé). Propos indécents.

    • SYN. : 1 choquant, déplacé, impoli, incon- gru, inconvenant, incorrect, malséant ; 3 déshonnête, égrillard, grivois, immodeste, impudique, licencieux, obscène, osé.

  • indéchiffrable [ɛd̃eʃifrabl] adj. (de in- et de déchiffrable ; v. 1673, Retz, au sens 1 ; sens 2, 1690, Furetière [aussi « très difficile à lire » ; en parlant d’un morceau de musique, 1873, Larousse] ; sens 3, 1690, Furetière). 1. Se dit d’un texte chiffré que l’on ne peut pas traduire en clair : Message indé- chiffrable. Ϧ2. Dont on ne parvient pas à découvrir le sens : Inscription indéchif- frable. Écriture inconnue, indéchiffrable. Ϧ Par extens. Très difficile à lire : Manuscrit indéchiffrable. Ϧ Se dit d’un morceau de musique impossible ou très difficile à exé- cuter : Un air indéchiffrable. Ϧ 3. Fig. Très difficile à comprendre, à pénétrer, à expli- quer : Je me suis attaché à vous, Marie. Et pourtant vous m’êtes une énigme, vous êtes indéchiffrable (Martin du Gard). Orsenna nous voit et nous entend, ajouta-t-il en relevant sur moi un regard indéchiffrable (Gracq). Dans cet univers indéchiffrable et limité, le destin de l’homme prend désor- mais son sens (Camus).

    • SYN. : 2 illisible ; 3 énigmatique, incom- préhensible, inexplicable, inextricable, mystérieux, sibyllin.

    indéchirable [ɛd̃eʃirabl] adj. (de in- et de déchirer ; 1845, Bescherelle). Qui ne se laisse pas déchirer : Cet unique objet de literie, indéchirable, formé d’une couverture piquée entre deux toiles, lui répugnait (H. Bazin). • SYN. : solide. — CONTR. : fragile

    indécis, e [ɛd̃esi, -iz] adj. (bas lat. indecīsus, indécis, du lat. class. in-, préf. à valeur négative, et decīsus, part. passé de decīdere, couper, retrancher, décider, régler, de de-, préf. marquant la séparation, et de caedere, frapper, abattre, briser, fendre ; 1466, Bartzsch, au sens 1 [« non jugé — en parlant d’un procès » ; « dont l’issue est encore incertaine », 1756, Voltaire] ; sens 2, 1753, Buffon). 1. Se dit de ce qui n’est pas décidé, tranché : La question du finan- cement de l’opération est restée indécise. Ϧ Dont l’issue est encore incertaine : Bataille indécise. Ϧ2. Se dit de ce que l’on ne peut pas déterminer, distinguer nette- ment ; mal défini : J’appliquais à son visage rendu indécis par le crépuscule le masque de mes rêves les plus passionnés (Proust). De loin en loin, le blafard éclairage des réver- bères ponctuait l’ombre d’une flamme indé- cise (Carco). Parvenu sur la rive, il regardait au loin la ligne indécise de la mer (Camus). • SYN. : 1 ambigu, douteux, équivoque, flot- tant, incertain, indéterminé ; 2 confus, flou,

  • imprécis, indéterminable, indiscernable, indistinct, trouble, vague.

    ◊ adj. et n. (1798, Acad., comme adj. ; av. 1747, Vauvenargues, comme n.). Se dit d’une personne qui ne parvient pas à se décider, qui n’a pas encore pris un parti : C’est un esprit indécis. Il paraissait indécis sur le choix des moyens. S’efforcer de rallier à soi les indécis.

    •SYN. : hésitant, irrésolu, ondoyant, velléitaire.

    indécision [ɛd̃esizjɔ]̃ n. f. (de indécis, d’après décision ; 1611, Cotgrave, au sens 2 ; sens 1, 1867, Littré). 1. État, caractère de ce qui est indécis, mal déterminé, vague : L’indécision d’un contour, d’un sourire. La mer semble partout entourée par les bleuâtres montagnes, semble fermée comme un lac ; elle est très diaphane, à cette heure nocturne, la mer sans navires, très vapo- reuse et s