TIC MAGAZINE Edition N°10

Click here to load reader

  • date post

    20-Oct-2014
  • Category

    Technology

  • view

    365
  • download

    2

Embed Size (px)

description

TIC Magazine est le premier magazine marocain francophone dédié aux Technologies de l’Information et la communication, destiné aux professionnels du secteur au Maroc Plus d'infos sur http://www.ticmagazine.net

Transcript of TIC MAGAZINE Edition N°10

N10 TIC MAG - 12.02.2014-1.indd

Ce

num

ro

ne p

eut

tre v

endu

N 1

0 Ja

nvie

r - M

ars

2014

mIKAEL NACIRI, DG du CMI

Androidest-il si sr ?

p: 20

Distributionquel est le rle du distribu-teur IT dans le dveloppe-ment du business des int-grateurs systmes ?

p: 14

Kaspersky Lablancement des KAV & KIS 2014

p: 12

L e magaz i n e ma roca i n de s Te c h no l og i e s de l I n f o r ma t i o n e t de l a Commun i ca t i o n

TIC MAGAZINE

la croissance sera porte par les sites de grands facturiers,

mais surtout par le B2B

March des tlcoms africain

p: 16

p: 24

Quelles opportunits dexpansion pour nos oprateurs ?

EDITO

K. LahkimDirectrice de la Publication

Si lchec est au bout de lune de vos ambitions, demandez-vous tout de suite si vous vous en tes donn les moyens quil faut. Parce que souvent, lchec survient quand les ambitions sont plus grandes que les moyens mises dispositionsOr, les moyens ayant le plus de valeur ce sont les comptences humaines qui porteront sur leurs paules vos ambitions. Cette vidence colle parfaitement au fameux projet, combien ambitieux que cest trac notre pays. Je sous entends Maroc Numric. Une relle opportunit, pour ne pas dire historique, si le Maroc veut accder au leadershiping dans le secteur IT. Discutant de ce sujet avec un haut cadre managrial dune multinationale oprant au Maroc, nous avons t ravis de savoir ce quil en pensait. Cette discussion avec F. Benjoudar, directeur du ple Cloud chez Bull. Nous vous rapportons texto ses propos sur un sujet des plus importants pour notre pays : le Maroc dispose aujourdhui dune belle opportunit de marquer de son empreinte, originalit et comptitivit un march local, rgional et aussi international en sengageant dans une relle transformation des mtiers IT vers une industrie forte autour de loutsourcing, du Cloud Computing souverain et dclinaison auprs de nos partenaires rgionaux ainsi quautour du logiciel en mode SaaS notamment. Il me parait opportun de soulever ici le point sur la ncessit daccompagner et de mettre en place un programme ddi au monde de la recherche et dveloppement (fondamentale et applique) dans le domaine afin de soutenir les dmarches de publications internationales, dinnovations et brevets. Lune des cls et condition de succs (il y en a dautres bien videmment) rside en particulier dans le domaine de la formation et enseignement suprieur. En particulier pour rpondre la question suivante : comment mettre au diapason et orchestrer de la bonne manire sur le march local ou international les profils techniques et les profils commerciaux ? Il subsiste encore trop souvent un cart voire opposition entre ces profils. Nous avons parfois sur notre march des profils issus de formations techniques qui voluent trop rapidement, peut-tre, vers des fonctions commerciales, marketing et communication. A loppos il arrive galement de constater que sur des fonctions en middle management lon retrouve des profils plutt gnralistes issus de formations commerciales, marketing, communication encadrant des profils techniques. Non pas quil faille tre expert technique pour manager des profils techniques mais un minimum de connaissances simposent quand mme pour tre mme damener les quipes techniques vers une performance optimale. Nous sommes ainsi parfois face un paradoxe avec des entreprises qui peuvent tre orientes business et clients mais avec une comprhension technique limite et contrario des entreprises trop souvent orientes technologies mais pas assez vers les contextes dusage des clients, les marchs, les marchs grande volumtrie o il y a ncessit de comprendre et industrialiser efficacement loffre pour la mettre en adquation avec la demande.Des propos que nous avons rapports presque en toute intgralit dans ldito de ce numro esprant que cela poussera une rflexion profonde ce qui y a t abord.

Maroc Numeric 20XXQuand il sagit dambition, il faut sen donner les moyens

comment mettre au diapason et orchestrer de la bonne

manire sur le march local

ou international les profils

techniques et les profils

commerciaux ?

SOMMAIRE 0404

05 SCHNEIDER ELECTRIC MAROC

Franck Petitjean, nouveau Directeur Gnral

06 EPSONDe nouvelles solutions d impression laser pour les pros

07 YOOZSes tablettes sinvitent chez Disway

08 RMA WATANYAsort une application mobile 100% assurance

10 Nexans du nouveau dans la gamme Slimflex

11 DISTRIBUTIONSDG Maroc devient SCD Mena

Impression numrique: la couleur au bout du clicAvoir linformation imprime sur papier, ou sur tout autre support, est une histoire qui est millnaire. Les procds et les moyens dimpression sont passs de rvolution en rvolution pour aboutir, grce linformatique, imprimer en un seul clic le document que lon veut, au format que lon veut De fait, limpression numrique connait aujourdhui un essor des plus remarquables ouvrant mme les portes dune autre dimension.

26 DOSSIER

Edit par IT COMMUNITY 7, Rue BECKMANS, Rs. Valrose 4, Q. des Hpitaux, 20360, Casablanca. Tl.: +212 (0) 526 080 000 / 090 000 Fax.: 05 22 27 48 81 Mail: [email protected] Web: www.ticmagazine.net Maquette, Conception & Conseil Editorial: ComPacte Directrice de la Publication: Kaoutar Lahkim Rdacteur en chef: Said Zinnid Journalistes: N. Mounouar, O. Lahlim , S. At Brahim Experts IT: A Kharbach, H. El Alloussi Dossier de Presse: 2010 c11 Dpt lgal: 2011PE0101 ISSN: 2028 - 6449

Edit par IT COMMUNITY (0) 526 080 000 / 090 000

ACTUALITESAnaylse Sectorielle12 Kaspersky Lab : lancement des suites KAV 2014 & KIS 201414 Distribution : quel est le rle du distributeur IT dans le dve-loppement du business des intgrateurs systmes?

Profil Pro 16 Avec Mikael Naciri DG du CMI

Technos 20 Scurit: Android vulnrable ? 24 Analyse: March des tlcoms africain: Quelles opportunit ?

Networking30 Facebook: Inwi vous lo re sans Internet 30 Gmail: Plus besoin de connaitre les adresses e-mail de vos destinataires

Fait Marquant32 Cloud gouvernemental: Microsoft Maroc lance la 1re di-tion du National Cloud Summit 34 Med-IT: la 5e dition perptue la tradition

TIC MAGAZINE N 10 Janvier/Mars 2014

Franck Petitjean est le nouveau DG de Schneider Electric Maroc ; il remplace ainsi Jean Charles Vanier. g de 48 ans, Franck Petitjean compte son actif prs de 25 ans dexprience linternational. Il a pris la tte de la liale marocaine du groupe dans une perspective de soutenir la volont du groupe Schneider Electric de capitaliser sur son assise historique au Maroc (+60 ans dexistence) et de prenniser son image en tant que spcialiste mondial de la gestion de lnergie veillant lamlioration de le cacit nergtique, le dploiement dun rseau lectrique plus intelligent et le dveloppement urbain plus durable. ce propos, Franck Petitjean explique : le Maroc

est un pays cl pour Schneider Electric. Nous tenons cette anne consolider notre position sur le march marocain, tout en tant un acteur cl apportant son support la stratgie nergtique nationale.

A loccasion de la remise des trophes du Palmars 2013 des Meilleurs Employeurs au Maroc, Microsoft a t lu Meilleur Employeur au Maroc dans la catgorie Petite et Moyenne Entreprise.Cette conscration vient donc rcompenser le degr dimportance que Microsoft Maroc consacre au dveloppement professionnel et lpanouissement de ses collaborateurs. Tous ces e orts ayant considrablement amlior la capacit de lentreprise rpondre aux besoins de ses collaborateurs, partenaires externes et clients. Et propos de cette distinction, Samir Benmakhlouf, DG de Microsoft Maroc, a dclar: Remporter ce titre est une grande joie pour nous. Microsoft Maroc accorde une importance considrable au

dveloppement personnel et professionnel de lensemble de ses collaborateurs et cette distinction prouve quel point cela est important. Par ailleurs, lensemble des investissements raliss par Microsoft, que ce soit en matire de dveloppement des comptences ou encore en activits citoyennes, procurent un sentiment de ert et une source de motivation pour tous les Microsoftee au Maroc.

Alors que la rumeur circulait il y a bien longtemps, linformation sest con rme en dbut danne. En e et, Hassan Bahej a pris la tte dIBM Maroc, succdant ainsi Abdallah Rachidi Alaoui qui prendra en charge le business development dIBM en Afrique et Moyen-Orient. Riche de plus de 20 an dexprience, tant au Maroc, en Afrique qu linternational, Hassan Bahej occupait jusque-l le poste de DG de Cisco pour le Maroc, lAfrique centrale et de lOuest. Souhaitons-lui bon courage.

A loccasion de son Assemble Gnrale Ordinaire lective, la Fdration des Technologies de lInformation, des Tlcommunications et de lO shorin, (APEBI), a lu son nouveau Bureau excutif pour le mandat 2014-2015.Ainsi, le nouveau prsident nest autre quAmine Mounir Alaoui, DG de CBI et membre du Conseil conomique et Social au titre dExpert. Son Vice-Prsident Gnral est Mohamed Chakib Ri , DG et Fondateur de Dataplus Group. Par ailleurs, le nouveau Bureau est constitu de Samira Gourroum (Maroc Tlcommerce), Ali El Azzouzi (Dataprotect), Lot Ri (Omnidata), Gregory Desmot (Sage Maghreb), Mohcine Benachir (Prestige Informatique), Mehdi Alaoui (Media Mobility), Mehdi Kettani (Inwi) et Touhami Rabii (Gemadec).

Franck Petitjean, nouveau Directeur Gnral

Meilleur Employeur dans la catgorie PME

Un nouvel excutif luSchneider Electric Maroc

Microsoft Maroc

APEBI

IBM Maroc a un nouveau DG

ACTUALITES0404

060606ACTUALITES

Epson vient de lancer deux imprimantes monochromes professionnelles prix abordables pour des impressions ables, une productivit sre et des performances leves : WorkForce AL-M200 et WorkForce AL-M300D. Le premier modle o re un rapport qualit/prix suprieur grce aux impressions Recto/Verso, une vitesse dimpression de 30 ppm, un port rseau ainsi quun grand cycle dutilisation de 30 000 pages. Par ailleurs, la WorkForce AL-M300D est conue pour les professionnels en qute de productivit leve puisquelle o re une impression rapide de 35 ppm, une qualit dimpression suprieure avec une rsolution atteignant 1200 dpi ainsi quune mmoire interne pouvant tre tendue 1 152 Mo pour

le traitement de toutes les tches dimpression de lentreprise. En prime, les deux nouvelles imprimantes sont compatibles Epson iPrint pour imprimer, numriser et partager sans l depuis nimporte quel Device ou endroit de lentreprise.

Filiale de Westcon Group, Comstor, distributeur valeur ajoute et spcialiste des solutions Cisco en infrastructure rseaux, de collaboration et de Datacenter, vient de lancer ses activits au Maghreb, partir du Maroc. Ainsi, et grce sa profonde connaissance technique de lo re Cisco, Comstor fera pro ter ses clients et partenaires de la rgion de lexpertise et de lexprience de ses quipes ainsi que de ses relations solides avec Cisco et ce, chaque tape du processus de vente. Les clients bn cieront ainsi de conseils, de la validation des con gurations systme, daide aux dploiements des solutions, du support des quipes avant-vente, etc. ce titre, Vincent Entonu, DG de Comstor Afrique explique : La rgion

du Maghreb recle un potentiel de croissance accrue en matire dquipement des entreprises en solutions rseaux, tlcommunication et Datacenter. De ce fait, notre positionnement sur le march fait de Comstor lunique distributeur reconnu pour son expertise et son aptitude distribuer lventail complet des solutions Cisco : Infrastructure, Scurit, Mobilit, TlPrsence, Data Center.

Aprs le succs de sa gamme UHD au Maroc, LG vient de lancer au Maroc, le OLED TV incurv. A cette occasion, Yunsoo Park, prsident de LG Electronics Maroc a dclar nous sommes ers dtre les premiers commercialiser le premier tlviseur OLED TV incurv au Monde et lintroduire sur le march marocain. Avec une paisseur de 4,3 mm et un poids de 17 kg, le OLED TV incurv o re une qualit dimage exceptionnelle grce sa courbure qui permet une vue immersive et confortable, une prcision incroyable de couleurs ainsi quun un contraste in ni au moyen de la technologie WRGB OLED de LG.

Dans une perspective dto er le march du e-commerce et de favoriser la pousse de nouveaux oprateurs de-paiement au Maroc, le Centre Montique Interbancaire (CMI) a o ciellement homologu la plateforme de paiement en ligne de Vantage Payment Systems (VPS). La nouvelle plateforme, Payzone, vient donc en rponse aux exigences du march en matire de solutions de paiement en ligne innovantes, ables, performantes et hautement scurises. En e et, Payzone permet aux e-marchands daccepter plusieurs modes de paiement en ligne : cartes bancaires nationales et internationale, cartes prpayes et espces. Plus encore, Payzone est conforme la norme PCI-DSS (Payment Card Industry Data Security Standard) et assure une scurit avance avec des modules de lutte contre la fraude.

De nouvelles solutions dimpression laser pour les pros

lance ses activits au Maghreb

Une nouvelle plateforme de-paiement homologue par le CMI

Epson

COMSTOR

Payzone de VPS

LG lance au Maroc le premier tlviseur OLED incurv au monde

TIC MAGAZINE N 10 Janvier/Mars 2014

060606

Consciente des opportunits que prsente le march des tablettes lchelle mondiale et dans un souci permanent de proposer des produits innovants, de qualit, prix comptitifs et valables pour tout usage, Disway vient de mettre sur le march marocain et tunisien, une nouvelle marque IT dnomme YOOZ.Au dpart, ce sont donc 3 tablettes YOOZ MyPad qui sont commercialises Par Disway travers son rseau de plus de 2500 revendeurs. Il sagit en e et de MyPad 700, entre de gamme de 7 pouces ; MyPad 750 HD, gamme premium 7 pouces et MyPad 1000 HD, gamme premium 10 pouces. propos de ce lancement, Karim

Radi Benjelloun, DG de Disway explique : avec prs de 80 000 units vendues par an au Maroc, le march des tablettes connait une croissance indiscutable. Notre marque se positionne comme une marque proposant des produits de qualit, ables et des prix raisonnables pour le consommateur marocain.

A vec une optique Carl ZEISS et un capteur de 2e gnration de 41MP, le Nokia Lumia 1020 est lun des meilleurs smartphones-appareils photo. En e et, grce lassociation dune technologie de pointe dans llaboration de la mcanique des optiques et de la nouvelle application Nokia Pro Camera, le Nokia Lumia 1020 permet de capturer, dditer et de partager aisment des photos et des vidos avec tous leurs ns dtails. quip de la technologie Nokia PureView, notamment la fonction de stabilisation dimage optique, le Nokia Lumia 1020 permet de produire des images nettes et prcises. Et Pour amliorer la qualit des images, le Nokia Lumia 1020 dispose du Camera Grip Nokia, un accessoire qui permet

de xer lappareil un trpied tout en o rant un ash au xnon, un obturateur mcanique incorpor du Nokia Lumia 1020 ainsi quune batterie rechargeable intgre o rant, ainsi, 50% dautonomie supplmentaire. Et Grce loption Nokia Rich Recording, le Nokia Lumia 1020 permet de capturer des vidos sans ou et en son stro, mme lorsque le volume est trs fort.

A loccasion du CES 2014, Samsung a dvoil son nouveau standard Pro pour tablettes. Ainsi, Samsung propose dsormais une nouvelle gamme de tablettes, Galaxy TabPRO et NotePro, o rant di rentes tailles dcran allant de 8,4 12,2. Avec un grand cran WQXGA cristallin de 4 mgapixels et dune rsolution de 2560 x1600 pixels, combins au mode Partage dcran qui permet lutilisateur de visualiser jusqu 4 fentres en mme temps sur son cran ainsi quun clavier virtuel innovant, les Galaxy NotePRO et TabPRO disposent de nombreuses fonctionnalits avances pour une utilisation multitche.

Pour rpondre aux besoins des auto-entrepreneurs, artisans, commerants et petites entreprises en matire de gestion de facturation, Sahih Business, startup marocaine, vient de sortir sa solution SaaS, Aliphia, qui assure tout le processus de facturation.Accessible tous, Aliphia permet donc de rendre la saisie des devis, des paiements et des factures plus rapide et plus simple. Plus encore, il sagit dune solution fournie en langue Arabe, avec option plurilingue (Franais et Anglais). Les donnes, scurises et cryptes, sont accessibles rapidement et en permanence travers une simple connexion internet. En prime, aucun besoin dinstallation, ni de maintenance technique ni dachat de licence ; le paiement tant fait la consommation.

Ses tablettes sinvitent chez Disway

Le nouveau Nokia Lumia 1020 sur le march

Une offre SaaS de Facturation pour Auto-Entrepreneurs & Petites Entreprises

Yooz

Smartphones

Aliphia, By Sahih Business

Samsung Galaxy PRO

Un nouveau Standard Pro pour Tablettes voit le jour

080808ACTUALITES

Intel vient de prsenter plusieurs concepts destination des produits wearable ( porter sur soi). Parmi ces nouveauts, des couteurs intelligents quips de capacits biomtriques, un kit mains-libres fonctionnement permanent qui sintgre aux assistants personnels existants et bien dautres nouveauts. Intel a aussi lanc Intel Edison, un nouvel ordinateur au format dune carte SD prt tre utilis dans le dveloppement de produits wearable. Par ailleurs, Intel intgrera aux tablettes, Ultrabooks, Notebooks, terminaux 2-en-1, tout-en-un et autres devices mobiles bass sur sa technologie, un certain nombre de fonctionnalits proches des sens humains et ce, travers une nouvelle

catgorie de produits logiciels et matriels intitule Intel RealSense. Et pour assurer la protection des quipements mobiles, Intel fournira gratuitement la suite de scurit mobile McAfee. Intel compte aussi prsenter cette anne sa technologie Intel Device Protection qui renforce la scurit des quipements Android bass sur sa technologie..

Aprs sa premire application sortie en 2012, RMA Watanya innove encore et sort son application mobile 100% assurance qui permet aux assurs daccder aux services de la compagnie depuis leur smartphone ou tablette. propos de cette innovation, Yassine Lahlou, DGA en charge des Risques Part/Pro & du Dveloppement Commercial chez RMA Watanya explique: notre vocation premire est de permettre nos concitoyens danticiper et de se prmunir contre les risques de faon e cace. Pour cela, nous o rons nos assurs et au

grand public une application pratique quils peuvent utiliser tout moment. Ainsi, pour un premier lot de services, lapplication permet daccder aux contrats sant, auto et pargne pour suivre ses remboursements de frais mdicaux, consulter ses plans dpargne, vri er ses garanties auto, etc. Et outre la prise en charge go-localise permettant de partager sa position avec

les quipes RMA Watanya pour bn cier de leur assistance, lapplication o re la pr-dclaration instantane de sinistre qui dclenche le prtraitement du dossier.

Dots dun design lgant et dune couche protectrice Corning Gorilla Glass 3, les Zenbooks UX301 et UX302 o rent un cran tactile de 13,3 pouces ainsi quune rsolution de 2560 x 1440 o rant des images nettes et des textes la d nition prcise. Compatibles avec Windows 8, les deux nouveaux Ultrabooks dAsus sont quips dun processeur Intel Core de 4me gnration qui garantit une grande uidit dutilisation. Toutes ces caractristiques classent les Zenbooks UX301 et UX302 parmi les Ultrabooks les plus performants, avec une mobilit et une autonomie sans prcdent.

Mditel a lanceen exclusivit le dernier n de la gamme Apple: liPhone 5s. Ce modle vient enrichir la gamme de smartphones disponible, consolidant sa position doprateur internet 3G innovant au Maroc. LiPhone 5s se caractrise par des fonctionnalits hautement interactives et se dote notamment de la puce A7 64 bits signe Apple, le nouvel appareil photo iSight 8MP avec flash True Tone et Touch ID qui permet de faon novatrice de dverrouiller le tlphone en toute scurit, dun simple toucher du doigt.Cest donc une nouvelle occasion pour Meditel de ra rmer son engagement o rir la meilleure qualit de service ses clients et se positionner ainsi comme un oprateur de rfrence pour les internautes qui aiment la mobilit.

Tout pour un futur intelligent, connect et portableEn exclusivit chez Meditel

Intel IPhone 5s

ASUS Zenbooks UX301 et UX302, une rvolution

RMA Watanya sort une application mobile 100% assurance

TIC MAGAZINE N 10 Janvier/Mars 2014

080808

En rponse la monte en puissance des produits Yoga de Lenovo, Dell a sorti deux nouveaux produits de la gamme XPS offrant un design raffin et intgrant les meilleures technologies pour de hautes performances.Dot dun processeur Intel Core i5 de 4me gnration, dune carte graphique Intel HD 4200 et dun disque dur SSD minimum de 128 Go, le nouvel Ultrabook XPS 11 est le premier ordinateur 2-en-1 embarquer un cran 11,6 pouces Quad HD (2560 x 1440). Et grce son cran pivotant 360, le XPS 11 est convertible et peut tre utilis en plusieurs positions, notamment, en mode PC ou tablette. En prime, une paisseur de moins de 15 mm et un poids nexcdant pas 1,25 kg. Par ailleurs, le nouveau XPS 13 intgre un processeur Intel Core i7 de 4me gnration, une

carte graphique Intel HD 4400, un cran de 13,3 pouces et possde une plus grande autonomie pouvant atteindre plus de 10 heures. Il est aussi fin que lger puisque son poids nexcde pas 1,495 kg. Ces nouveau XPS conviennent idalement aux professionnels nomades qui recherchent la performance et la mobilit sans sacrifier la finesse du design.

DBM Maroc consolide son positionnement dintgrateur marocain leader dans les TI au Maroc et sort deux nouvelles gammes de tablettes haut de gamme Made in Morocco, dveloppes en partenariat avec Microsoft et Intel. Ces nouvelles tablettes seront commercialises travers le rseau de plus de 900 points de ventes agrs DBM et couteraient 1.790 MAD pour celle fonctionnant sous Android et 3.999 MAD pour celle compatible avec Windows 8. Karim Mazouzi, prsident de DBM Maroc, justi e le positionnement dans le haut de gamme par le potentiel prometteur du march national des tablettes. Selon lui, le positionnement tarifaire est jug agressif puisque DBM vise dmocratiser laccs, des particuliers et des professionnels ces technologies devenus incontournables.

Devant la prolifration des TI as a Service ainsi que la complexit croissante des environnements, les entreprises ont plus de di cults grer leurs nouveaux services IT. Pour y remdier, HP a sorti sa plateforme de gestion dInfrastructure, HP OneView, qui simpli e les processus courants du datacenter (dploiements, migrations, maintenance, ) et qui permet dacclrer les oprations tout en rduisant les cots et les erreurs humaines. Conu pour les systmes BladeSystem et ProLiant Generation 7 et 8 de HP, OneView se base sur la pointe des technos soft et hard pour proposer une plateforme dadministration unique et convergente favorisant la collaboration des quipes au sein des datacenters. La transition vers HP OneView, partir des outils actuels de gestion dinfra HP, tels que Insight Control ou Virtual Connect Enterprise Manager tant assure par HP Technology Service..

enrichit sa gamme dordinateurs portables 2-en-1

Des tablettes et des Transformer estampills ACCENT

Dell

DBM Maroc

Nexans vient dtendre sa gamme Slim ex de cordons de brassage insensibles la courbure, avec deux changements majeurs. Il sagit dabord de la sortie du nouveau modle destin aux plus fortes densits Slim ex Haute Densit (HD), muni dune nouvelle languette tirer qui facilite le retrait du cordon de brassage, mme sur les panneaux de brassage les plus densment chargs, sans ncessiter doutil spci que. Par ailleurs, la gamme existante a t dote dun nouveau connecteur muni

dune polarit rversible ainsi quun verrou de plus grande taille pour faciliter laccs au cordon de brassage.

du nouveau dans la gamme Slim exNexans

HP sort sa plateforme HP OneView

ACTUALITES 101010

TIC MAGAZINE N 10 Janvier/Mars 2014

101010

Pour rappel, SDG Maroc faisait partie de SDG Europe, la branche grossiste de SCH (Specialist Computer Holding). En novembre 2012, SDG Europe fut acquise par le grossiste amricain Tech Data. SDG Maroc et SDG UAE ne faisant pas partie du deal, devaient changer de dnomination. Chose faite en octobre 2013, date laquelle SDG Maroc devient o ciellement SCD Maroc, faisant partie de SCD MENA qui devient ainsi la division de distribution IT du groupe Rigby Group Plc dans la rgion MENA avec lambition de devenir le leader en distribution valeur ajoute dans la rgion Afrique et Moyen Orient. Cette nouvelle situation la poussera tayer ses parts de march dans une zone o les opportunits

de croissance sont des plus leves au monde. SCD Maroc de son ct aura pour ambition de devenir leader de son activit non seulement au Maroc, mais en Afrique du Nord et dans le continent africain.

Limprimante couleur multifonction (3 en 1), L210 dEpson, fait partie de sa dernire gnration dimprimantes Ink Tank System, ITS. Teste par notre quipe, la L210 savre pratique et conomique pour une importante volumtrie dimpression, de numrisation et de copies rapides. Base sur des rservoirs dencre intgrs et facilement rechargeables, la L210 permet dviter toutes les contraintes dues aux recharges habituelles (cot lev, originalit, compatibilit, etc.). Par ailleurs, limprimante est facilement maniable ; la qualit dimpression est parfaite et le rendu est conomique. Cependant, linitialisation

de limprimante, sa premire recharge, nest pas vidente puisque limprimante indique pendant longtemps que le processus de recharge nest pas termin et quil est ncessaire de consulter le manuel utilisateur ou le support technique pour trouver une solution.

Avec ses 3 millions de membres en Afrique dont 1 million au Maroc, et aprs laccessibilit de sa plateforme en arabe, le rseau social francophone, Viadeo, poursuit ses innovations et propose dsormais ses membres daccder aux o res demploi de sa plateforme partir de leurs smartphones (iPhone et Android). Aussi, Viadeo a repens son espace Jobs & Formations a n do rir une interface la pointe pour booster la recherche demploi et le recrutement. Objectifs ? Rendre la recherche demploi plus qualitative et concevoir une exprience utilisateur aussi e cace sur PC que sur mobile. De ce fait, Viadeo redouble de cacit dans son accompagnement utilisateur en permettant de ectuer des recherches avances multicritres et plus cibles.

SDG Maroc devient SCD Maroc

Epson L210 pratique et conomique

De nouveaux outils au service de lemploi

Distribution

Banc de test

Viadeo

e-commerce

Socit Gnrale Maroc authenti e ses cartesPour permettre ses clients de ectuer leurs achats en ligne, lesprit tranquille, la Socit Gnrale Maroc renforce la scurit des transactions e-commerce et lance son service dauthenti cation des porteurs de cartes montiques. Ainsi, pour tous les achats sur les sites marchands au Maroc a lis Maroc Telecommerce, avec une carte Socit Gnrale, les clients doivent renseigner un nouveau code con dentiel dnomm Code e-commerce permettant dsormais de valider leurs transactions. Ce code tant communiqu au client par la Banque via SMS ou via le rseau de Guichets Automatiques SGMA.

Lancement des suites KAV 2014 & KIS 2014Kaspersky Lab

Kaspersky vient de lancer au Maroc les dernires versions de ses suites phares de scurit, Kaspersky Anti-Virus 2014 et Kaspersky Internet Security 2014. Ces nouvelles versions intgrent dornavant des technologies innovantes permettant de protger les PC ainsi que les donnes des usagers, contre les risques manant des programmes malveillants et des cyber-menaces.

1212ANALYSE SECTORIELLE

TIC MAGAZINE N 9 Octobre/Dcembre 2013

Les suites KAV 2014 et KIS 2014 sont dotes dune interfaceutilisateur intuitive et simpli e permet-tant de rpondre parfaitement lusage croissant dInternet au quotidien, grce notamment lint-gration de latechnologie antivirus propritaireZETA Shieldissue de Kaspersky Lab. Cette technologie pro-cde une analyse approfondie des chiers et appli-cations se trouvant sur lordinateur a n didenti er les malwares susceptibles dtre dissimuls au cur des di rents composants de chaque programme. Par ailleurs, le perfectionnement de la technologieAuto-matic Exploit Prevention permet de surveiller troite-ment les programmes les plus frquemment cibls par les cybercriminels comme Java et Adobe Reader et ce, a n dempcher ces derniers de se servir de failles non rpertories pour franchir les dfenses delordinateur. Ainsi, et en recherchant les comportements suspects, Automatic Exploit Prevention dtecte les menaces les plus rcentes et les plus dangereuses, y compris celles qui nont pas encore t identi es. Dautre p a r t , les suites KAV 2014 et KIS 2014 intgrent la

nouvelle technologieAnti-Blocker,prot-geant les utilisateurs contre les attaques de typeransomware qui bloquent laccs lordinateur et exigent un paiement en change du dblocage de la machine. Dsormais, si un utilisateur est confron-t ce type de menace, il lui su t de taper une simple combinaison de touches pour que lAnti-Blocker trouve et supprime totalement le malware responsable. Julien Pul-virenti, Directeur des ventes de Kaspersky Lab pour lAfrique du Nord explique: Sappuyant sur

de nouvelles technologies, nos solutions Kaspersky Anti-Virus

2014 et Kaspersky Internet Security 2014 constituent des outils de protection avan-

cs.Elles incluent des techno-

logies proactives telles que ZETA Shield et Automatic Ex-ploit Prevention, dveloppes par les experts de Kaspersky Lab et destines protger les utilisateurs des malwares et cybermenaces labores. Notre objectif : protger les donnes nancires et informations personnelles de nos clients . Plus encore, les solutions Kaspersky Anti-Virus 2014 et Kaspersky Internet Security 2014 ont t opti-mises de faon rduire au minimum leur consom-mation desressources du PC.

Focus sur KIS 2014: une Protection tendueA n do rir la protection la plus complte aux utilisa-teurs, Kaspersky Internet Security 2014 a t enrichi pour mieux rpondre lvolution des usages sur le web. En e et, la technologieSafe Money de Kaspersky Lab, introduite depuis la version prcdente de KIS, a t perfectionne a n de prendre encharge un nombre accru de navigateurs web. Elle saccompagne dune liste considrablement tendue de sites de banque en ligne, de services de paiement et de boutiques de-commerce dignes de con ance. ce propos, Julien Pulvirenti prcise que sur la partie safe money , il faut comprendre que lorsque votre argent et vos informations personnelles sont menacs, les oprations bancaires et les achats en ligne requirent un niveau supplmentaire de protection; chaque fois que vous consultez un site Web de vente, de services bancaires ou de paiement en ligne, la technologie exclusive de protection bancaire de Kaspersky. Par ailleurs, la suite KIS 2014 sest enrichi dun mode exclusif Applications de con ance qui protge lordinateur en autorisant seulement le lance-ment des applications dont lutilisation est juge sans danger. Ainsi, et grce un dispositif intelligent capable de vri er lauthenticit deslogiciels et de sadapter chaque utilisateur, cemode permet dassurer un degr pouss de scurit. La fonctionnalit Applications de con ance sappuie sur la liste blanche Kaspersky Lab qui rassemble plus de 700millions dentres distinctes dcrivant de manire approfondie lensemble des logi-ciels courants (OS, navigateurs, visualiseurs lecteurs vido, jeux, etc.).

TIC MAGAZINE N 10 Janvier/Mars 2014

Julien Pulvirenti, directeur des ventes Afrique du Nord chez Kaspersky3 Questions

Le lancement au Maroc des suites KAV 2014 & KIS 2014 a t clbr par une invitation du grand public se mettre dans la peau dun pilote de F1 et mesurer ses aptitudes au pilotage F1 sur un rel simulateur Ferrari. cette occasion, nous avons profit de la visite de Julien Pulvirenti, directeur des ventes de lditeur pour lAfrique du Nord pour lui poser quelques questions.

1212 Cet article vous est offert par Kaspersky Lab

Une problmatique qui proccupe de plus en plus les pres de famille concerne le contrle parental qui est souvent dlaiss pour des soucis de complexit duti-lisation. Quapportent KAV2014 & KIS 2014 dans ce cadre?Face aux multiples dangers qui guettent les enfants sur Internet, il est impratif de les protger contre les di -rentes cybermenaces. Kaspersky Internet Security 2014 propose une technologie prime de contrle parental ca-pable, dune part de protger les enfants sur Internet (e-mails, tlchargement de chiers, utilisation des rseaux sociaux, etc.) et dautre part permettre de facilement g-rer et contrler la manire dont les enfants utilisent Inter-net; quand ils lutilisent et avec qui ils communiquent.

Le lancement au Maroc des suites KAV 2014 & KIS 2014 a t clbr par une invitation du grand public se mettre dans la peau dun pilote de F1 et me-surer ses aptitudes au pilotage F1 sur un rel simula-teur Ferrari. Quel message vous voulez transmettre ?En e et, entre le 04 et le 08 Dcembre, nous avons pu permettre aux gens de venir vivre une exprience excep-tionnelle; savoir tre dans un simulateur de Formule 1 et ressentir ce que les pilotes vivent dans leur quotidien. Lobjectif est double : pouvoir runir un maximum de nos partenaires qui sont nos ambassadeurs tout au long de lanne et les associer ce lancement de KIS et KAV 2014. De plus, cela permet au grand public de rencontrer lquipe et davoir toutes les informations ncessaires au sujet de nos solutions. Nous avons dailleurs rpondu beaucoup de questions, fait de la sensibilisation que ce soit auprs des professionnels mais aussi des particuliers qui ont vraiment adhr cette dmarche. Dailleurs, du-rant cinq jours nous avons pu rencontrer normment de monde , peut-tre est-ce d au fait que nous sommes le premier diteur de solution de scurit avoir fait un tel vnement durant cinq jours au Moroccomall et venir ren-contrer le grand public. Pour Rappel Kaspersky bn cie dun partenariat unique avec Ferrari autour de la formule 1. En plus dtre notre client , cest lassociation de deux experts technologiques dans leurs domaines respectifs.

Globalement, pouvez-vous nous donner votre bilan sur lanne 2013 dont la place de Kaspersky au Maroc , et ses tendances stratgiques pour 2014 . Franchement, lanne 2013 a t intense di rents niveaux. Tout dabord, nous avions commenc lanne par un Roadshow avec un excellent taux de partici-pation a n de promouvoir notre dernire solution entreprise Endpoint 10 notre rseau de partenaires et aux clients naux, et aussi la mise en place de notre nouveau programme de partenariat. Ensuite , on sent que le march volue et la situation conomique du pays sest rpercute dans la faon de g-rer les projets avec des dlais de r exion et dcision plus longs, des choix dans les budgets plus complexes qu lhabitude, et des risques nan-ciers beaucoup plus r chis. Dans ce contexte, et en ajoutant la concurrence technologique, la position de Kaspersky sur le march reste bonne et rsolu-ment dans une dynamique de leader sur ce march avec des tendances de consolidation avec nos partenaires phares. Notre stratgie repose toujours sur des fondamentaux que sont : lappui sur notre rseau de distri-bution: distributeurs et revendeurs; la consolidation et le dveloppement de nouveaux partenariats ; lchange et la sensibilisation autour des besoins en scu-rit (la proximit terrain est primordiale) et en n lapport de nouvelles fonctionnalits pour tous les acteurs du marchs, que ce soit le particulier, la PME, la Moyenne et Trs grande entreprise.Sur ce dernier point, vous pourrez constater que Kaspersky Lab sera l aussi comme un des acteurs majeurs sur de nouvelles solutions et fonctionnalits pour lanne 2014.

Plusieurs constructeurs et diteurs des solutions de IT se reposent en gnral sur un rseau de distribution des produits et solutions. Impliquant distributeurs, revendeurs et intgrateurs systmes, les modes de commandes diffrent selon les programmes de partenariat des diteurs. Si certains dtiennent le droit de commander directement de lditeur, beaucoup dautres sont tenus de passer leurs commandes auprs de leur distributeur. Cependant, les moyens dont disposent les partenaires de 1er et 2me niveau diffrent. Cela impacte lgalit des chances pour accder aux grands projets et gnrer plus de revenus.

La valeur ajoute du distributeur pour la comptitivit de ses partenairesCest dans cette situation quintervient le distributeur, seul reprsentant du constructeur et/ou de lditeur pour rpondre aux demandes des partenaires de 2me niveau. Il fournit ses partenaires un accompagnement compltant leur offre et leurs ressources, leur permettant ainsi daccder aux mmes avantages et ressources que les partenaires de 1er niveau. En effet, les intgrateurs systmes et fournisseurs de services souhaitant profiter de lessor des constructeurs et diteurs mondiaux, devront investir en matire de ressources techniques et humaines certifies. Or, ils ne dtiennent pas tous les budgets ou le temps pour sy prparer, et lintrt pour les projets grande envergure ne manque pas. Cest ce moment quintervient le distributeur valeur ajoute. En desservant une rgion gographique prcise, les valeurs ajoutes couvrent un support complet de lactivit de lintgrateur systme selon la marque quil dveloppe. Ce qui implique un accompagnement plusieurs niveaux. Dabord, en avant-vente des projets, et ce en aidant llaboration des architectures et des rponses techniques adaptes aux attentes et objectifs du client final. Ensuite, au niveau marketing pour la gnration des leads et lanimation du business grce des programmes promotionnels, incentives et la mise la disposition des partenaires de la documentation et des outils aidant la vente du constructeur et/ou

Quel est le rle du distributeur IT dans le dveloppement du business des intgrateurs systmes ?

Distribution

Les entreprises marocaines sont de plus en plus courtises par des diteurs et constructeurs de solutions venus des quatre coins du monde. Productivit, rduction des cots, croissance des performances, etc., les promesses affluent. Mais, toutes les demandes ne peuvent tre satisfaites en temps et en heure. Les raisons peuvent tre lgion : faute de disponibilit des ressources sur place, le dcalage horaire avec lEurope ou le Moyen Orient, la diversit des besoins selon les secteurs dactivits et les tailles des entreprises.... En somme, lditeur ne peut satisfaire seul toutes les demandes. Cest ce moment quintervient le distributeur. Charg dune rgion et disposant dun portefeuille de marques et de solutions, le distributeur IT veille au grain pour satisfaire les besoins des intgrateurs systmes et ceux de leurs clients, les accompagnant ainsi dans le dveloppement de leur business au mme niveau que lditeur ou le constructeur.

14ANALYSE SECTORIELLE

TIC MAGAZINE N 10 Janvier/Mars 2014

lditeur. Le troisime niveau daccompagnement touche la logistique avec la mise sa disposition dun stock dquipements disponibles leur permettant de livrer dans des dlais comptitifs et rapides. Pour ce qui est de laprs-vente, laccompagnement se fait grce laccs aux services supports des diteurs et constructeurs pour la rsolution des incidents, des pannes et le remplacement des quipements, assurant ainsi une continuit de service chez le client final, mais aussi pour laide linstallation et la configuration des solutions les plus avances. Au niveau financier, laccompagnement se fait en accordant aux partenaires des solutions de financement souples et flexibles en sadaptant leur situation financire et aux diffrentes conditions du march. Intgres loffre de lintgrateur systme, ces valeurs ajoutes renforcent la comptitivit de ses prestations de services et de leur qualit, solutions et marques confondues. Cest cette qualit de service, atteste par plusieurs rfrences et clients, qui accrot les chances des partenaires de second niveau daccder aux marchs publics et privs de grande denvergure.

La relation avec lditeur et/ou constructeur La force du distributeur rside galement dans la qualit de sa relation avec lditeur et/ou le constructeur. Cest ce qui lui permet de fournir ses partenaires un accompagnement et un support de haut niveau. En tant engag dans les diffrents programmes ddis aux partenaires et distributeurs, en fournissant des services complmentaires, le distributeur montre sa capacit dynamiser le business des partenaires et les aider gnrer plus de profits, sans que lditeur ne soit oblig davoir une prsence physique et permanente sur le territoire concern. Cest sur cette base que les diteurs rcompensent leurs distributeurs partenaires lchelle locale ou rgionale. Ils rvlent aux intgrateurs systmes et revendeurs, le distributeur partenaire adquat qui les accompagnera correctement dans la ralisation de leurs projets et participer la satisfaction de leurs clients finaux.

Quen pensent les partenaires? Selon le directeur commercial dun intgrateur systme actif Casablanca, Le distributeur doit accompagner lintgrateur systme dans tout le processus de vente et aprs-vente. Plus encore, il doit lui permettre de bnficier des avantages du constructeur auxquels les partenaires de 2me niveau nont pas accs, et surtout se positionner sur les projets de solutions avances dont les ressources et les moyens ne sont pas la porte du partenaire. De lautre ct la distribution IT au Maroc commence dvelopper lapproche support et la mise en avant des services valeurs ajoutes. Enfin, et afin que tout partenaire puisse satisfaire et fidliser ses clients finaux, il doit pouvoir lui fournir une expertise technique de haut niveau et respecter les dlais de livraison convenus. Cependant, malgr tous les services support et accompagnement mis la disposition des entreprises, le prix reste le facteur dterminant de ladjudication des marchs (publics ou privs).g

Cet article vous est offert par Westcon Group

Westcon GroupWestcon Group, Inc.est un distributeur valeur ajoute de solutions de rfrence dans le domaine des communications unifies, du datacenter et de la scurit disposant dun rseau mondial de revendeurs spcialiss. Les quipes de Westcon proposent des modalits uniques pour supporter la croissance de leurs partenaires. Les partenaires bnficient dun accompagnement sur mesure afin de rpondre leurs besoins grce aux relations privilgies tablies avec les quipes de Westcon Group. Avec une infrastructure logistique globale, des services financiers flexibles, un support avant-vente, une assistance technique et laide lintgration des solutions, Westcon est aux cts de ses partenaires pour rpondre de faon ractive aux volutions du march et leur permettre datteindre leurs objectifs de revenu.Westcon reprsente en Afrique du Nord plusieurs marques leaders notamment NetApp, F5, VMware, Kaspersky, Stonesoft et Extreme Networks. g

PROFIL PRO - Portrait

Mikael NaciriDirecteur Gnral du Centre Montique Interbancaire

la tte du CMI, je me suis dcouvert

une passion pour le commercial et le service

client

16

Je prends beaucoup de plaisir apporter des solutions concrtes nos clients commerants pour optimiser leurs processus dencaissement et de paiement

Aujourdhui la tte du Centre Montique Interbancaire, Mikael Naciri navait pas durant sa jeunesse lambition de devenir Manager. Son rve tait plutt dans les airs: Trs jeune, je voulais tre pilote de ligne , nous confie-t-il. Son cursus scolaire non plus, ne le dsignait pas aux postes quil a occups. Ce nest que plus tard, avec le diplme dingnieur en poche quil sest rendu compte de limportance dune formation en management. Ce nest qu lobtention de mon diplme dingnieur en micro lectronique que jai pris conscience de limportance davoir aussi un background en gestion . Jai donc intgr lIAE de Montpellier pour lobtention dun DESS en management , nous dclare-t-il. Cette formation sera consolide quelques annes plus tard par un passage Harvard Business School. Une exprience qui semble lavoir marqu et lui a beaucoup apport : jai eu aussi le privilge de suivre un cursus de General Management Harvard Business School Boston en 2004 aprs une dizaine dannes dexprience professionnelle. Je crois que ctait l ma meilleure exprience acadmique; celle qui ma apport le plus sur le plan humain et managrial. Mikael Naciri, qui a grandi Rabat, tait un lve studieux, passionn de physique et de sciences naturelles. Une passion quil a aussi entretenue travers des activits parascolaires telles que lquitation, la pche, la chasse, etc. Cet amour pour la nature ne la pas empch dtre un touche tout: je passais aussi beaucoup de temps bricoler. La mcanique des motos et des voitures na pas de secret pour moi . Cest peut tre cet esprit curieux et cette ouverture dautres expriences qui lui permettront plus tard daiguiser ses comptences dans des domaines auxquels son

cursus acadmique ne le prparait pas du tout; ce qui ne la pas empch dy raliser des exploits.En effet, son parcours de formation caractris par une double comptence (technique et de gestion) lui a t un atout pour intgrer le monde de la finance, pour grer des projets dans toutes leurs dimensions : conomique, technique, financire etc, avoue-t-il. Mais, sur le tas, Mikael Naciri sest dcouvert dautres comptences quil ne souponnait mme pas. Je navais jamais pens tre un jour DRH. Aujourdhui la tte du CMI je me suis dcouvert une passion pour le commercial et le service client et je prends beaucoup de plaisir apporter des solutions concrtes nos clients commerants pour optimiser leurs processus dencaissement et de paiement nous confie-t-il avec fiert. De fait, son parcours professionnel nest pas vide de reconnaissance. Son travail a t consacr deux reprises: parmi les distinctions qui ont comptes pour moi, le 1er Prix des RH obtenu en 2008 pour les pratiques

RH innovantes que javais dployes au sein de BMCE Bank alors que jen tais le DRH. Une autre distinction obtenue Paris, lInstitut du Monde Arabe concernait BMCE Academy, luniversit dentreprise du Groupe.Mikael Naciri ne semble pas adepte de la comptition, pour autant, et il en a ses raisons. coutons-le : plus jeune, alors que je pratiquais le saut dobstacle cheval, jai eu beaucoup de plaisir remporter des prix et des mdailles mais je ne suis pas un adepte de la comptition en gnral. Je trouve que la comptition engendre des comportements ngatifs . Je prfre plutt le partage dexpriences, la saine concurrence. A la tte du Centre Montique Interbancaire, il travaille darrache-pied pour que le TPE soit partout. Son mot dordre pour russir un tel challenge? Disons quil en a trois, plutt quun : Innovation, Proximit, Fiabilit. Le CMI est un formidable outil technique avec des comptences humaines indniables. Nous travaillons pour proposer de nouvelles solutions valeur ajoute nos clients commerants, nous renforons notre proximit avec eux et la qualit de nos prestations et nous oeuvrons pour garantir une fiabilit et une scurit des nos traitements, nous explique-t-il. Promouvoir le paiement par carte bancaire nest pas chose facile dans un pays o les transactions chez les commerants obissent encore la loi du cash. Un cash qui a quand mme secouru le patron du CMI, une semaine aprs sa nomination la tte de celui-ci. En effet, Mikael Naciri noubliera jamais cette anecdote dont il nous raconte lui-mme les dtails: avant dintgrer le CMI, je navais jamais eu de problme dacceptation de ma carte bancaire au niveau dun TPE. Une semaine aprs ma nomination, jai invit mes amis et proches pour dner. A ma grande surprise et

avec beaucoup dhumilit et de gne, jai rgl le repas en cash car le TPE ne marchait pas. Vrification faites le commerant sest rendu compte quil navait pas pay sa facture tlphonique et la ligne avait t coupe .En dehors de sa vie professionnelle, Mikael Naciri essaye tant bien que mal de marier les contraintes professionnelles, familiales et personnelles et tre la hauteur de ses devoirs de pre de famille. Y arrive-t-il? Si vous posez cette question mon pouse ou mes enfants, ils vous diront que je ne russis pas marier ces contraintes. Pour autant, jessaye daccorder tout mon temps libre ma famille, de partager avec mes enfants ma passion pour la nature. Ils sont un formidable soutien pour moi et je puise mon nergie dans leurs joies, leurs rires. Jaccorde une importance particulire aux voyages en famille et je me rserve chaque anne au moins deux semaines de vacances avec eux, souvent pour partir la dcouverte des merveilleux paysages du Maroc , nous rtorque-t-il.

16

Je prends beaucoup de plaisir apporter des solutions concrtes nos clients commerants pour optimiser leurs processus dencaissement et de paiement

Par S. Zinnid

PROFIL PRO - Interview

Le paiement en ligne via cartes bancaires auprs des sites marchands affilis au Centre Montique Interbancaire (CMI) a connu une progression de 82% fin dcembre 2013, avec prs de 1,4 MMDH contre prs de 752 millions de DH une anne auparavant. quoi cela revient-il, selon vous ?Lanne 2013 a t un trs bon cru en termes de paiements en ligne. Ces progressions sont dabord dues laugmentation du nombre de porteurs de cartes montiques actifs sur les sites e-marchands a lis au CMI. Ainsi, de 55 000 clients en Janvier 2013, nous sommes passs 75 000 en Dcembre 2013. Les secteurs qui ont le plus progress sont indniablement les sites des grands facturiers (Paiement de factures et recharges tlphoniques, deau, dlectricit), mais aussi les sites des compagnies ariennes qui continuent denregistrer de fortes progressions de leurs ventes en ligne. Le dernier secteur qui a anim cette anne en terme de vente en ligne, ce sont les sites des deals et les grands portails tels Groupon, Jumia, etc. Les sites de voyage sont galement en forte croissance et bon nombre de touristes nationaux et trangers achtent directement leurs sjours en ligne. Des vnements culturels et sportifs qui ont t organiss au Maroc en 2013 (FIFM, Coupe du Monde des clubs, .) ont galement favoris le paiement en ligne par carte bancaire.

Quelles sont vos prdictions pour lanne prochaine ?Nous escomptons une poursuite de la croissance des paiements en ligne selon le mme trend haussier (+50% en volume en 2014, +30% en 2015), avant de nous inscrire dans un rythme moins soutenu partir de 2016 (+25%). Pour les prochaines annes, la croissance sera porte principalement par les sites de grands facturiers, mais surtout par le B2B (corporate e-billing) et le e-Gov ; domaines qui ne sont pas, mon sens, su samment dvelopps sur la toile. Nous attendons beaucoup galement des nouveaux drives qui seront lancs en 2014. Ceux-ci permettront aux clients de commander et de rgler leurs courses en ligne, avant de passer les rcuprer auprs des enseignes de la grande distribution. Dans ce cas, il sagirait plutt dune transformation de paiements par carte en face face (TPE) en paiements en ligne.

Durant cette mme priode, le nombre de transactions e-commerce est passe 1,2 millions doprations (en progression de +61%). Cela signifie t- il que le e-commerce se porte bien au Maroc ?Le paiement en ligne se porte bien, nous gagnons des

parts de marchs par rapport au paiement la livraison ou en cash, mais beaucoup reste faire pour transformer ces paiements en cash en paiement en ligne ou sur TPE mobiles. Notre vux cest de voir le nombre de cartes actives en paiement en ligne progresser et atteindre les 200000 cartes /mois. Pour cela, il y a un grand e ort de communication faire de la part des sites e-marchands, des banques et du CMI, a n de rassurer les acheteurs et les convaincre notamment de la scurit des paiements en ligne, tout en leur garantissant des conditions de remboursements ou dannulation transparentes, en cas de contestation.

Maroc Traitement Transactions (M2T) et Vantage Payment Systems (VPS) ont sign dernirement une convention de partenariat avec le Centre Montique Interbancaire (CMI) pour le dmarrage de leurs plates-formes e-commerce au plus tard au premier trimestre 2014. Pourquoi une telle dcision ? Le CMI en tant quacqureur ne peut que se rjouir de voir de nouvelles PSP arriver sur le march. Cela permettra certainement danimer le e-commerce en gnral et le paiement par cartes en particulier. Les deux acteurs que vous avez cits (il y en a dautres en cours dhomologation) nauront certainement pas la mme stratgie, et nopreront pas dans les mmes secteurs dactivit. Lobjectif pour le CMI cest de permettre nos

Mikael NaciriDG du CMI

la croissance sera porte par les sites de grands facturiers, mais surtout par le B2B

1818

TIC MAGAZINE N 10 Janvier/Mars 2014

e-marchands davoir le choix entre plusieurs plates-formes de paiement en ligne, de pouvoir comparer les services qui leurs sont o erts, mais aussi de pro ter do res innovantes et valeur ajoute. Je pense que la concurrence entre toutes ces plates-formes (MTC, VPS ainsi que M2T, qui est en cours dhomologation) permettra aussi lacteur historique (MTC) de dvoiler et de promouvoir la large panoplie de ses services, qui nest pas su samment visible.

Risques de fraudes, risques de compromission des donnes de paiement, comme celles personnelles, etc. Ce sont l autant de risques qui freinent lmergence du commerce en ligne. En tant que maillon consistant dans la chane du paiement en ligne, que faites-vous pour protger les consommateurs finaux contre tous ces risques ? Il faut prciser que les clients du CMI sont les e-marchands et non les utilisateurs naux (porteurs de cartes). Le rle du CMI est de protger dabord les e-marchands contre les risques de fraudes, en leur apportant un service de monitoring des transactions au quotidien. Ainsi, arrivons-nous dtecter les utilisations frauduleuses de cartes, ou du moins celles

ayant un caractre douteux, que nous soumettons aux banques des clients naux pour vri cation auprs des concerns. Cette anticipation permet de protger les e-marchands qui ont toute la latitude de ne pas honorer les commandes e ectues frauduleusement. Indirectement, nous protgeons donc les porteurs de cartes contre toute utilisation abusive de leurs donnes bancaires. Concernant la protection des donnes bancaires, il faut rappeler que le CMI est certi PCI DSS. Cette certi cation garantit que le CMI prend toutes les dispositions (techniques, procdurales et de scurit) pour protger les donnes traites sur ses plates-formes.

De nombreux commerants, toutes activits confondues, ne disposent toujours pas de TPE. Quels sont les efforts dploys tant par les banques que par le CMI pour dmystifier les ides reues et adopter les TPE pour faciliter les transactions commerciales ?A ce jour nous comptons prs de 32000 commerants quips de TPE. Cest peu devant une cible que nous valuons 150 000 commerants potentiels. Les banques fournissent beaucoup de ort pour aider la liation de leurs commerants au paiement par carte. Ce sont ainsi prs de 4 000 nouveaux clients par an qui nous sont proposs par les banques pour les quiper et domicilier leurs ux de paiement par cartes auprs

de leurs guichets bancaires. Pour sa part le CMI, via ses quipes commerciales, prospecte en permanence pour proposer ses services tous les commerants, et ce quelque soit leur secteur dactivit. Nous appuyons nos actions commerciales par des oprations de communication travers les radios nationales, les supports de presse, une newsletter . En 2014, nous dployons de nouveaux dispositifs de communication, permettant de toucher et de sensibiliser les commerces de proximit et sappuyant sur des supports ludiques (BD) en darija qui vantent les bienfaits de lacceptation du paiement par cartes bancaires. Je crois quil faut tre honnte avec nous-mmes et dire haut et fort que le premier frein lusage du TPE est linformel ; cest--dire la volont manifeste de certains commerants de dissimuler leurs revenus au sc.Cest pourquoi le CMI souhaiterait voir les pouvoirs publics proposer des incitations scales (exonration partielle de TVA ou abattements scaux sur les transactions lectroniques) permettant de favoriser le paiement par cartes. Le second axe qui pousserait lquipement des commerants est la pression des consommateurs naux (prs de 9 millions de cartes de paiement en circulation) qui demandent de plus en

plus rgler par carte. Un commerant non quip perd des ventes alors quun commerant quip de TPE voit automatiquement son chi re da aire progresser ds le premier mois. Lautre concurrent du paiement par carte, reste le nombre important de GAB disponibles dans les zones de forte consommation (marchs, Malls, centres urbains, ), qui permettent aux porteurs de cartes de payer leurs achats en cash et ne facilite pas lquipement des commerants.

la croissance sera porte par les sites de grands facturiers, mais surtout par le B2B

Propos recueillis par S. Zinnid1818

TECHNOS

Les menaces sur mobiles sont en augmentation exponentielle. Plus encore, elles ressemblent davantage celles bien connues dans le monde des PC. Cest du moins ce qui ressort du rapport de Bitdefender au sujet de lvolution des malwares Android paru au terme du premier semestre 2013 et qui a rmait que de nouvelles menaces ont vu le jour pendant ce semestre. Des menaces qui savrent bien plus sophistiques. Et si les prcdents rapports faisaient tat dune augmentation des Trojans qui envoyaient des SMS surtaxs linsu des utilisateurs de Smartphones, le nombre de ransomwares pour Android aurait considrablement augment pendant 2013.

Panorama des menaces qui psent sur AndroidMalgr sa large communaut de prs de 1 milliard dadeptes, Android constitue une cible privilgie des cybercriminels. Cette donne se voit ampli e par le phnomne de reproduction des comportements de malwares PC et qui sont dvelopps pour les OS mo-biles. Ainsi, parmi les menaces phares qui touchent Android, ZitMo, connu aussi sous le label Malware bancaire, qui ressemble au fameux malware ban-caire connu dans le monde PC sous le nom Zeus et qui vise dtourner les transactions ralises en ligne par les utilisateurs Android. ZitMo, qui sinstalle

sur lappareil Android par lutilisateur en se faisant passer soit pour une application scurise ou pour une mise jour du certi cat de scurit tlcharger la suite dun achat en ligne, reoit des instructions dun serveur de commande et de contrle (C&C) et peut transmettre tous les messages SMS reus. Ceci savre opportun aux hackers qui peuvent, outre le fait de subtiliser les donnes personnelles de lutilisa-teur, mettre la main sur le numro dauthenti cation bancaire mTAN (mobile Transaction Authenti cation Number) aussitt que lutilisateur initie une transac-tion et donc, prendre le contrle total sur la transac-tion bancaire.Par ailleurs, la famille de ransomwares pour Android se dveloppe grande vitesse. Parmi celles-ci, la fa-mille FakeAV qui comprend entre autres le ransom-ware Android.FakeAV.C ainsi que le Trojan Android.FakeAV.B. La variante Android. FakeAV.C particuli-rement, a t dcouverte en Asie et se comporte de manire quasi-similaire quun ransomware sur PC. En e et, dguis en solution antimalware incitant lutili-sateur le tlcharger de son plein gr, ce malware bloque le terminal sur lequel il sinstalle et force luti-lisateur pig de payer une somme dargent pour reprendre le contrle de son device.Dautres attaques mergent dautres parts, notam-ment la famille dadwares sur Android, Plankton (Android.Adware.Plankton) qui, de manire similaire au monde des PC, permet de mettre la main sur les donnes personnelles de lutilisateur ou de sin ltrer et prendre le contrle de faon cible sur de nom-breuses ressources sensibles de lentreprise lorsque le Device est utilis des ns professionnels (BYOD).

Quid de scurit de la version 4.4 dAndroidLa version 4.3 (Jelly Bean) dAndroid a connu dimpor-tantes corrections, notamment, ladoption de la pla-teforme logicielle SE Linux (Secured-Enhanced Linux) dveloppe par la NSA et qui a men la cration dun SE Android.

Android vulnrable ?Scurit

Android, 1er OS mobile avec prs de 1 milliard de devices dans le monde, est aujourdhui une cible privilgie des cybercriminels. Et malgr les importantes corrections apportes dj sa version 4.3 (Jelly Bean), sa prochaine version, KitKat, serait-elle la hauteur des attentes des experts en la matire ?

2020

TIC MAGAZINE N 10 Janvier/Mars 2014

Par N. Mounouar

Par N. Mounouar2020

TECHNOS

Ceci laisserait prsager que les versions futures dAn-droid seraient plus sres. Cependant, et face au

nombre croissant de menaces spci -

quement conues pour appareils mobiles, une tude issue des l a b o r a t o i r e s

Bitdefender a permis didenti er

les manquements en matire de scurit et de

protection des utilisateurs de la dernire version dAndroid V 4.4 (Kitkat) et a list les cinq sp-ci cations majeures dont devrait disposer cette version pour

garantir une meilleure protec-tion des utilisateurs contre les

malwares.Ainsi, une premire pro-blmatique concerne linteraction entre appli-cations. En e et, Android

nautorise pas les applica-tions interagir entre elles, sauf si elles partagent un identi ant utilisateur et sont signes numriquement par le mme dveloppeur. En termes de scurit, ceci pose un problme aux solutions antivirus mobiles qui ne peuvent donc analyser correctement les applica-tions installes, moins que le smartphone ne soit root. Et pour y remdier, une API danalyse anti-virus est ncessaire pour garantir lutilisateur que toutes ses applications soient analyses convenable-ment.Une deuxime problmatique concerne les autorisa-tions octroyes par dfaut aux applications, une fois

installe sur le terminal. Sensible cela, Google aurait dj mis en place un menu cach au niveau de la ver-sion 4.3 dAndroid qui permet de grer de faon pr-cise certaines autorisations spci ques avant dinstal-ler un APK donn. Ceci-tant, pour rpondre cette problmatique dautorisations par dfaut, de faon gnrale, un contrle individuel des permissions des applications est ncessaire pour que les utilisateurs puissent accepter ou refuser toute autorisation spci- que dune application quils souhaitent installer.La suppression des donnes et la restauration des paramtres par dfaut du tlphone par le biais du mode de restauration intgr constituent gale-ment une grande problmatique. En e et, de telles oprations suppriment surtout les outils de scurit et dantivol installs et ne permettent donc plus au propritaire du tlphone de contrler son appareil distance ou dactiver sa golocalisation. Ceci impose donc lexistence dapplications cls de scurit et de protection des donnes directement intgres dans lappareil et qui ne peuvent tre impactes travers une restauration quelconque des paramtres dusine.Il existe aussi une autre problmatique lie aux ins-tallations dapplications issues de sources non ables, notamment des plateformes alternatives non o -cielles autres que Google Play, et qui pourraient sav-rer dangereuses. Pour minimiser limpact de telles installations, lutilisateur devrait disposer de la pos-sibilit dexcuter au pralable ses applications dans une Sandbox (bac--sable) et ainsi surveiller les ven-tuels comportements indsirables de son Device, par-ticulirement les fuites dinformations ou les activits coteuses comme lenvoi ou la rception de SMS sur-taxs. Une autre problmatique prendre au srieux concerne spci quement la protection des donnes sensibles de lentreprise lorsque les employs y acc-dent travers leurs propres appareils personnels. Dans ce cadre, la con guration de plusieurs pro ls uti-lisateurs tanches (Professionnel/Loisirs/enfants, ), sur le mme appareil, peut e ectivement rpondre cette problmatique et combler le manque de poli-tique de scurit encadrant le BYOD ainsi que les risques pris par des utilisateurs peu vigilants et sous-sensibiliss aux risques de scurit quils encourent.Sil est certain que de nombreuses initiatives, plus ou moins intressantes, visent apporter plus de scuri-t aux utilisateurs dappareils mobiles comme Firefox OS de Mozilla, Knox de Samsung, Ubuntu for Touch de Canonical, ... la bataille est loin dtre gagne pour ne pas dire que le combat sannonce dors et dj de longue haleine.

2222

TIC MAGAZINE N 10 Janvier/Mars 2014

Ceci laisserait prsager que les versions futures dAn-droid seraient plus sres. Cependant, et face au

nombre croissant de menaces spci -

quement conues

Bitdefender a permis didenti er

les manquements en matire de scurit et de

protection des utilisateurs de la dernire version dAndroid V 4.4 (Kitkat) et a list les cinq sp-ci cations majeures dont devrait disposer cette version pour

garantir une meilleure protec-tion des utilisateurs contre les

malwares.Ainsi, une premire pro-blmatique concerne linteraction entre appli-cations. En e et, Android

TECHNOS

cations. En e et, Android nautorise pas les applica-

cations. En e et, Android

Ceci laisserait prsager que les versions futures dAn-droid seraient plus sres. Cependant, et face au

nombre croissant de menaces spci -

permis didenti er les manquements en

matire de scurit et de protection des utilisateurs

de la dernire version dAndroid V 4.4 (Kitkat) et a list les cinq sp-ci cations majeures dont devrait disposer cette version pour

garantir une meilleure protec-tion des utilisateurs contre les

malwares.Ainsi, une premire pro-blmatique concerne linteraction entre appli-cations. En e et, Android

2222 Par N. Mounouar

TECHNOS

Daprs le rapport de lANRT, publi au titre du 4e trimestre 2013, le march marocain des tl-coms se porte bien. Ceci laisserait prsager que les oprateurs nationaux sont en forme. Et pourtant, la ralit est toute autre. En e et, et si lon se rfre au rapport de rsultats consolids des neuf premiers mois 2013 de Maroc Telecom, les indicateurs re tent bien la situation conjoncturelle que connait le march. Dans une telle situation, les oprateurs sont obligs dinnover et de crer de la valeur en multipliant les ser-vices valeur ajoute et ce, en attendant le lancement o ciel de la 4G. Plus encore, certains dentre eux ont os laventure africaine, la recherche dopportunits de dveloppement et ce, travers des oprateurs de grande envergure ayant pris des participations dans leur capital.

Quid du march marocain ?Selon les tableaux de bord du march des tlcoms pour le T4 2013, publis par lANRT, les indices du mar-ch des tlcoms au Maroc sont au vert, surtout ceux a rents au prix, lusage et laccs. Daprs ce rap-

port, le parc mobile, tous abonns confondus (post-pay et prpay), aurait cr de 8,7 % en 1 an et compte prs de 42,5 millions dabonns n 2013 avec un taux de pntration de prs de 130%. Sur ce segment, Maroc Tlcom compte plus de 18 millions dabonns ; ce qui quivaut 43% de parts de march. Cette dominance concerne tant le parc dabonns prpays (42%) que le parc dabonns postpays (60%). Ceci tant, daprs le rapport de rsultats consolids des neuf premiers mois 2013 du Groupe Maroc Telecom, le chi re da aires (CA) relatif ses activits dans le mobile au Maroc aurait baiss de 10% sur un an et de 12% sur les neuf premiers mois de 2013. Pire encore, ses revenus des services mobiles auraient galement rgresss de 9% par rapport 2012. Cest pour dire que la situation de loprateur historique est srieusement proccupante sur le segment mobile. Par ailleurs, le segment xe nest pas en meilleure posture. En e et, selon lANRT, le parc dabonns xe, qui compte quelques 2,9 millions dont 1,35 millions en mobilit restreinte, a che une rgres-sion annuelle de 10,8 % avec un taux de pntration de 8,9% n 2013. Sur ce segment o Meditel peine se dmarquer puisquelle ne dispose pas dune srieuse o re de service xe, Wana (Inwi) dtient 51,6% de parts de march dont 2 tiers relevant du rsidentiel, devan-ant ainsi IAM qui dtient quelques 47,3% de parts de march du xe dont 90% des professionnels. Sur le segment dInternet, le parc dabonns a che une croissance annuelle de 46%. Selon lANRT, ce parc serait 5,7 millions dabonns n 2013 avec un taux de pntration de prs de 18 % et reste domin par les abonns 3G qui reprsentent 85% du parc global. Concernant les segments Fixe et Internet, et si lon se rfre ses rsultats des neuf premiers mois 2013, Ma-roc Telecom aurait ralis au Maroc, un CA en net retrait de 2,8%. Cette situation contraste du march des tl-coms au Maroc, traduite par des indices indiquant la

March des tlcoms africain: Quelles opportunits dexpansion pour nos oprateurs ?

Analyse

La conjoncture mondiale du secteur des tlcoms se fait sentir de plus en plus, notamment au Maroc. Les oprateurs cherchent de ce fait des marchs plus porteurs, visant plus de profit. Le march africain des tlcoms semble rpondre cette qute grce son potentiel et sa croissance soutenue.

2424

TIC MAGAZINE N 10 Janvier/Mars 2014

Bilan des activits du Groupe Maroc Telecom au Maroc au cours des neuf premiers mois de 2013

bonne forme du secteur et des revenus qui ne suivent pas, sexplique principalement par la forte conjoncture ainsi que lenvironnement concurrentiel dfavorable qui pse amplement sur les prix et donc tout le secteur.

Limites et perspectives du march localDepuis lan 2000, la libralisation a permis de booster le secteur des tlcoms au Maroc et de faire voluer son taux de pntration du mobile prs de 130 %. Lintro-duction de la 2me licence puis de la 3me licence mobile en 2010 ont fortement dynamis le march. Ce qui sest re t sur la consommation des Marocains par un accs facile aux terminaux de dernire technologie, une multitude do res et de programmes de dlisa-tion et surtout, de fortes baisses des cots des commu-nications (ARPM). propos de ce dernier, selon lANRT, le revenu moyen par minute (ARPM) mobile aurait baiss de 23% en un an pour stablir 0,41 DHHT/min n 2013. LARPM xe a recul de 13% en un an pour stablir 0,69 DH HT/min n 2013 alors que la facture moyenne mensuelle par client Internet (3G et ADSL) a baiss de 14% en un an pour stablir 36DH HT/mois/client. Et pour faire face cette baisse consquente de leurs revenus, les oprateurs comptent sur le dveloppe-ment de leurs services valeur ajoute et ce, en atten-dant le lancement de la 4G qui devrait permettre aux trois oprateurs dengranger plus de bn ces.

Expansion rgionale : une alternative profitableLes oprateurs tlcoms marocains ont tous vu des prises de participation importantes dans leur capital par des gants mondiaux des tlcoms. Lobjectif tant de se positionner dabord au Maroc o le secteur est porteur, puis de conqurir dautres marchs, essentiel-lement africains.Pourquoi LAfrique ? Le taux de pntration des mobiles y a che une croissance annuelle 2 chi res courant les cinq dernires annes. Un tel dvouement au mar-ch africain est aussi d au manque dinfrastructures tlcoms ainsi que le besoin croissant en matire de moyens de communications tant chez les profession-nels que chez les particuliers.

Ainsi donc, des gants des tlcoms ont dj manifes-t leur intrt au march marocain, et ipso facto celui africain. Cest le cas notamment du groupe tricolore, Orange, qui a rachet 40 % du capital de Meditelecom en 2011. De ce fait, Orange compterait une vingtaine dimplantation en Afrique, dont le Maroc, et fait du continent lun de ses principaux relais de croissance. En 2009, ce fut le cas du gant kowetien, Zain, qui stait intress Wana (devenu Inwi). Zain, qui dte-nait jusquen 2010 plus dune quinzaine de participa-tions dans plusieurs pays africains, stait appuy sur le fonds dinvestissement Al Ajial Holding pour acqurir 31 % du capital de Wana. Dernire en date, Etisalat, lun des puissants oprateurs tlcoms au Golf qui a rcu-prw la participation majoritaire au capital de Maroc Tlcom (53%), dtenue jusque-l par Vivendi. La pr-sence de Maroc Telecom sur quatre autres marchs africains savre en harmonie avec la stratgie de dve-loppement dEtisalat, dj implant dans quatre mar-chs africains et qui compte six autres implantations africaines gres au travers sa liale Atlantique Tlcom reprsentant la marque mobile Moov. Il faut dire que la croissance 2 chi res ralise par Maroc Telecom travers ses liales africaines avait aussi motiv le choix dEtisalat. Tout cela illustre bien lintrt des oprateurs tlcoms majeurs conqurir le march Africain et ce, partir du Maroc.Les tlcoms connaissent une relle conjoncture mon-diale, notamment au Maroc. Au-del du dveloppe-ment de nouveaux services et en attendant la 4G, les oprateurs marocains ont bien lintention de souvrir sur lAfrique et ce, en sadossant des gants mondiaux des tlcoms. La non-saturation du march ainsi que labsence din-frastructures justi ent bien le potentiel de croissance du secteur des tlcoms en Afrique. Valoriser de nouveaux services, dployer des rseaux de nouvelles gnrations capables de supporter divers ux de communication et mettre en place un cadre rgle-mentaire qui garantirait la rentabilit des investisse-ments et la qualit des services aux consommateurs -naux, telles sont les enjeux de la conqute des marchs africains des tlcoms. Ceci tant, les oprateurs maro-cains devraient se m er de toute msaventure qui pourrait impacter non seulement leurs investissements futurs en Afrique, mais aussi leurs acquis au Maroc.

March des tlcoms africain: Quelles opportunits dexpansion pour nos oprateurs ?

2424 Par S. At Brahim

volution du march des Tlcoms en Afrique - Source: GSMA

DOSSIERDOSSIER- - ERPERP

Il faut tre une personne de la gnration des impri-mantes matricielles, ou tout au mieux celles des laser noir et blanc, pour nettement estimer le fait davoir des imprims en couleur de qualit professionnelle, juste au bout du clic, grce la rvolution du num-rique et en quelques secondes; et ce sans devoir passer par un prestataire professionnel tant que le volume de tirage nest pas grand.Mieux encore, dans certains cas, il su t que lentre-prise dispose dun photocopieur couleur dune cer-

taine qualit, pour pouvoir se passer carrment de bien des commandes que jadis, seul un imprimeur professionnel pouvait raliser. Ceci sans parler ni du temps ni du cot que lon gagne grce limpression numrique. Limpression numrique dont il est ques-tion dans ce dossier, nest pas celle que lon comprend par confusion, savoir limpression grand-format. Non, on entend par impression numrique le procd de reproduction qui a remplac celui analogique et dont linvention revient Xerox ds 1906, avec comme prin-

Avoir linformation imprime sur papier, ou sur tout autre support, est une histoire qui est millnaire. Les procds et les moyens dimpression sont passs de rvolution en rvolution pour aboutir, grce linformatique, imprimer en un seul clic le document que lon veut, au format que lon veut De fait, limpression numrique connait aujourdhui un essor des plus remarquables ouvrant mme les portes dune autre dimension.

2626

Des imprims pros au bout du clicImpression numrique

TIC MAGAZINE N 10 Janvier/Mars 2014

cipe de reproduire une donne statique (image) . Avec lapparition de la technologie laser, limpression partir dun ordinateur est devenue encore plus facile et plus raliste bien quelle ntait quen noir et blanc ses dbuts. Les exploits technologiques ne tardrent pas exploser dans ce domaine. Mais, bien que limpres-sion couleur ft dmocratise au sein de lentreprise, certaines prestations restent encore de lapanage des professionnels ou relvent dun secteur bien prcis. Au Maroc, et malgr les statistiques et les tudes qui manquent lappel, on peut a rmer que limpression numrique se dmocratise de plus en plus, au sein des PME PMI comme chez les particuliers. Certes, dans certaines niches, surtout celles supposant un tirage de grand volume, les mthodes classiques font toujours la loi, la fois pour la qualit et le prix. Tel est le cas pour limpression des magazines, des journaux, des catalogues de produits, et tout autre document dont le tirage se compte en milliers dexemplaires.

Tout nest pas en couleurComme nous le signale Mr Rachid KHSSASSI, Directeur Commercial & Marketing chez X O ce Systems, Distri-buteur Exclusif XEROX au Maroc : limpression num-rique au Maroc se dmocratise de plus en plus chez lutili-sateur personnel, professionnel (Entreprise) et prestataire de service (Imprimeur, centre de reprographie,. A noter tout de mme que beaucoup dimprimeurs traditionnels continuent rsister ce changement .Rsistance. Le mot est lch. Pourtant ce ne sont pas les occasions qui manquent pour que les profession-

nels des arts graphiques ainsi que les entreprises de tous secteurs confondus prennent connaissance des avances technologiques et des nouveauts dans le domaine. Le Siagra (salon international du numrique, des arts graphiques et de lemballage) dont la 9ime dition a eu lieu du 14 au 18 mai 2013, est une relle opportunit pour tout connaitre sur limpression nu-mrique. Cependant, si certains professionnels, sur-tout imprimeurs, rsistent au changement, ce nest pas par manque denvie de suivre la tendance. Cest plutt un problme complexe o les facteurs nanciers, les res-sources humaines quali es, les demandes du march, le cot de production, etc. ; peuvent tre dcisifs dans le choix dopter pour une solution numrique ou rester sur les procds classiques , nous con e un imprimeur de la place.Normal, dans un march aussi restreint que le ntre. Mais cela nempche; on a voulu savoir les parts de march et le taux de pntration de limpression num-rique et en dehors de chi res, on sest tourn vers un

professionnel de la place vendant des solutions pour impression numrique. Voici ses propos : Il est di -cile de quanti er le taux de pntration de limpression numrique dans le monde de limpression. Cependant, au vu de la nalit de cette dernire, savoir limpression la demande, le just in time, les sries limites, cette dernire peut revendiquer un cinquime des impressions ralises sur le march.Sil est vrai quil y a juste quelques annes, les pro-fessionnels de limpression (imprimeurs, studios graphiques, agences de communication, etc.) repro-chaient limpression numrique le cout de la page, sa qualit et son clat qui ne pouvaient galer limpres-sion classique, telle que lo set, de nos jours de tels arguments tiennent di cilement la route. La technologie de limpression numrique ne cessant dvoluer, sa qualit a atteint quasiment celle des pro-cds classiques. Pour exemple, aucun professionnel digne du nom ne peut nier la qualit que peut o rir une HP Indigo dite Digital O set . Les constructeurs classiques do set tels que Heidelberg ou Roland nont pas fait la sourde oreille ni ferm les yeux sur la techno-logie numrique. Au contraire, elles sy sont intresses il y a fort longtemps et sortent actuellement des ma-chines numriques pour le grand tirage. Pour exemple, Heidelberg avec sa Linoprint D ; une o set numrique pour les applications ddies aux industries pharma-ceutique, mdicale et chimiques.

Avantages aux petites entreprisesSachant que le tissu conomique national est majo-ritairement compos de TPE-TPI, nous nous sommes interrogs sur les avantages quapporte limpression numrique lentreprise. Cette question fut adresse un professionnel de la place dont la socit, bien

Par S. Zinnid2626

Des imprims pros au bout du clic

2828

connue est spcialise dans la vente des priphriques dimpression numrique (imprimantes, photocopieurs, traceurs,). Voil ce quil nous a a rm : limpression

numrique a pour rle central de rpondre des besoins de donnes variables (facturations, relevs, courrier per-sonnalis), elle savre galement trs e cace lorsque les dlais sont restreints puisque celle-ci ne ncessite au-cun travail de prparation (prpresse) avant limpression. Le cot li limpression numrique est xe de la premire la nime impression ce qui se traduit par une souplesse en terme de volume minimum imprimer. Ainsi, limpres-sion numrique devient la solution idale pour les petites sries. Pourquoi ? Selon lui, linvestissement dans le numrique tant beaucoup plus faible que lo set, le rend beaucoup plus accessible sachant que lo re sur ce dernier est trs large et rpond aux di rents impratifs dinvestissement et de volumtrie .

Guerre des marques: qui impres-sionne mieux?

Dans le monde de limpression numrique la guerre fait rage. Gare la marque qui reste la trane ; elle perd, ipso facto, des parts de march importantes, quand elle ne suit pas la cadence des nouveauts tech-nologiques, ou celle des prix ou tout autre facteur dci-sif dans lacte dachat dune solution dimpression nu-mrique. La guerre fait vraiment rage dans une niche encore porteuse dopportunits normes. Aucun seg-ment nest dlaiss ou non pris en compte, quelle que soit sa spci cit et mme si son march est restreint.Tel est le cas des traceurs, qui selon Rachid KHSSASSI,

DOSSIER- ERP

TIC MAGAZINE N 10 Janvier/Mars 2014

Non, ce que vous voyez nest pas un ballon de basketball. Ce que vous voyez nest quun prototype imprim comme nimporte quel document CAO. Limpression 3D a mis du temps pour souvrir au grand public. Mais, dsormais, elle ouvre de multiples horizons pour les TPE TPI. Dans le segment des imprimantes 3D, ni le prix ni la qualit ne sont plus un obstacle. En dehors de son usage dans des secteurs de pointe, tels que la mdecine, laronautique, etc. chez les particuliers, comme pour les entreprises tous secteurs confondus, limpression 3D peut servir dans plusieurs niches. Selon certains spcialistes, la nouvelle rvolution annonce est celle de limpression 3D en gnral et des imprimantes 3D en particulier. Elle sera trs probablement dune ampleur similaire celle de la rvolution industrielle, limprimerie de Gutenberg, linformatique et la tlphonie mobile runies .Peut-tre quon y reviendra plus en dtails dans lun de nos prochaines numros.

Impression 3DQuand le numrique souvre sur une autre dimension

2828cit plus haut, sont spci ques certains mtiers (archi-tecture, topographie, construction), ils ne constituent pas le fer de lance des investissements dans le monde des quipements dimpression. Dailleurs, le nombre de fabri-cants de ce type de produits ne cesse de dcroitre. Ceci-dit, il reprsente une solution utile pour ses utilisateurs.Peut-tre, mais cela na pas empch Epson de mettre le 17 novembre dernier sur le march marocain trois modles de traceurs ; dits imprimantes grand-format: les SC-T7000, SC-T5000 et SC-T3000. Des modles la pointe de la technologie destins, selon le construc-teur pour les applications requrant des vitesses leves et des cots rduits, par exemple, pour limpression de plans et projets architecturaux, de cartes, de prsenta-tions, da ches, et de panneaux dintrieur. Seules 28 se-condes sont ncessaires pour produire une impression A1 en mode brouillon sur papier ordinaire. Elles permettent galement doptimiser les cots dexploitation grce un vaste choix de cartouches, disponibles en format 700 ml,

350 ml et 110 ml .En tout cas, le march de l'impression numrique a encore de beaux jours devant lui, pour peu que les prix suivent et que laccs aux priphriques dimpression numrique soient plus davantage vulgaris.

Rachid KHSSASSIDirecteur Commercial & Marketing X Office SystemsDistributeur Exclusif XEROX au Maroc

Quelles sont les limites de limpression numrique par rapport celle conventionnelle (o set) ?La principale limite de limpression numrique est lie au cot de limpression, celle-ci savre trs conomique lorsque le nombre de tirage est faible mais ds quil sagit dinfor-mation statique en nombre important (on retient souvent 1000 exemplaires comme limite de limpression numrique) lo set devient la solution incontournable pour la ralisation dun travail.

Quelle stratgies adoptez-vous pour vulgariser davantage lquipement des imprimeurs comme des entreprises en machines numriques ou imprimantes tirage de moyen et grand volume ?Les solutions logicielles deviennent de plus en plus proposes (par les fournisseurs) et demandes par les utilisateurs pour faciliter lexploitation des quipements et en tirer le meilleur pro t. Lintelligence des quipements et linteractivit que lon peut obtenir grce ces softwares en font un vecteur important leur dmocratisation.La simplicit et la abilit quacquirent de plus en plus les quipements numriques constituent une colonne centrale dans la stratgie de promotion de ces quipements

Quels avantages prsentent vos solutions par rapport vos concurrents ?La notorit de la marque XEROX constitue aujourdhui pour les imprimeurs la rfrence en la matire. La reprsentation au Maroc du produit par son distributeur exclusif X O ce Systems et dont lexprience des ressources techniques et largement rpute sur le march constitue le fond de commerce de lentreprise.

Avec plus de 167 millions dinter-nautes(*), lAfrique reprsente une opportunit unique de dvelop-pement et cest pourquoi Viadeo a dcid dy renforcer durablement sa prsence en dployant son hub africain Casablanca. Le Groupe adopte ainsi une approche r-gionale en donnant la priorit aux marchs francophones : le Maghreb, lAfrique de lOuest et lAfrique Centrale. Ainsi, Viadeo rpond aux attentes spci ques du mar-ch et largit sa prsence en misant, en particulier, sur le Maroc, pays moteur de la rgion. Le dveloppement de Viadeo, qui compte plus de 3 millions de membres en Afrique, connat une croissance excep-tionnelle puisquen en moins dun an, le nombre des membres Viadeo Maroc a t

multipli par deux, passant de 500 000 un million. Une croissance prometteuse per-mettant de consolider le positionnement de Viadeo sur le continent africain et de renforcer ses e ectifs centraliss dsormais Casablanca.

(*) Source : Internet World Stas, 2013

Viadeo, en simplantant en Afrique et plus particulire-ment au Maroc, a souhait rpondre aux demandes et exigences du march et ce, en proposant laccessibilit de sa plateforme en langue arabe. Avec un positionne-ment de prcurseur dans les pays mergents. Viadeo renforce ainsi sa stra-tgie multi-locale visant rpondre et sadapter aux spci cits culturelles des marchs.Une stratgie galement mise en vigueur lors de la signature de partenariats avec des entreprises, associa-tions et organisations locales, telles que lANAPEC, sinscri-vant dans la volont com-mune de renforcer lemploya-bilit des jeunes en Afrique francophone.

Qui na jamais rv denvoyer un e-mail sans connatre ladresse email du destinataire ?Cest nalement possible grce Gmail qui propose dsormais, lors de la rdaction dun email, une liste de potentiels destinataires issus de la liste des personnes qui vous suivent dans Google+, mais dont vous ne connaissez pas forcment ladresse e-mail. Ainsi, votre adresse e-mail ne sera visible par ceux qui vous suivent que lorsque vous leur enverrez un e mail et, de mme, vous ne pourrez visualiser leur adresse e mail tant quils ne vous ont pas encore rpondu. Et si une personne extrieure vos cercles vous envoie un e-mail, celui-ci sera plac dans longlet Rseaux sociaux de la bote de rception et ce correspondant ne pourra entamer une conversation avec vous que si vous rpondez son premier mes-sage ou si vous lajoutez vos cercles.

Inwi innove une nouvelle fois et o re ses abonnes laccs Facebook sans connexion internet. Cette solution logicielle, base sur la technologie SMS et dveloppe par Gemalto, o re aux dtenteurs dune nouvelle carte SIM Inwi la possibilit de bn cier des services Facebook depuis nimporte quel GSM et ce, grce un service pr-embarqu sur la carte SIM. propos de cette innovation, Frdric Debord, DG dInwi a dclar La philosophie commerciale dInwi consiste o rir ses clients des services vritablement innovants et faciles daccs, qui amliorent leur quotidien. Ainsi, les services essentiels de Facebook comme les

demandes damis, la mise jour des statuts, les noti cations, les ls dactualit, etc. seront accessibles travers une interface mobile adapte sans avoir besoin de connexion internet ni mme de tlphone compatible avec internet. Toutefois, un Pass Inwi, valable tant pour les abonns prpays que post-pays, est ncessaire.

mise sur lAfrique...

inwi vous loffre sans abonnement

Parle 3arabi

Plus besoin de connaitre les adresses e-mail de vos destinataires

ViadeoViadeo

Facebook

demandes damis, la mise jour des statuts,

Gmail

NETWORKING 303030

TIC MAGAZINE N 10 Janvier/Mars 2014

303030

FAIT MARQUANT 32

Microsoft Maroc a organis le 12 dcembre 2013 la premire dition du National Cloud Summit Rabat. Lvnement a runi des dcideurs des milieux conomiques et politiques autour dune srie de confrences sur les bnfices du Cloud national dans les services gouvernementaux et les administrations publiques au Maroc. La raison de ce Summit en est que ces dernires annes, ladoption du Cloud dans les gouvernements connat une croissance fulgurante. Ainsi, les dpenses en services de Cloud au niveau mondial vont passer de 22 milliards de dollars en 2010 prs de 73 milliards de dollars en 2015, soit un taux de croissance annuel compos de 27,6 %. Ces investissements importants sont des rponses direc