Taylor Languedoc IV

download Taylor Languedoc IV

of 12

  • date post

    10-Mar-2016
  • Category

    Documents

  • view

    213
  • download

    0

Embed Size (px)

description

Le présent volume réunit les lithographies consacrées aux départements du Gard, de l’Hérault et de l’Ardèche, avec notamment des vues de Nîmes, Villeneuve-lez-Avignon, Beaucaire, Saint-Gilles-du-Gard, Aigues-Mortes, Béziers, Lodève, Montpellier, Agde, Minerve, Valmagne, Saint-Guilhem-le-Désert, Saint-Pons-de-Thomières, Clermont-l’Hérault, Sète, Viviers, Saint-Andéol, Rochemaure, Balazuc…

Transcript of Taylor Languedoc IV

  • Lo

    ub

    ati

    res

    Lo

    ub

    ati

    res

    Languedoc (tome IV){Voyages pittoresques et romantiquesdu baron Taylor dans lancienne FranceLithographies choisies et commentespar Dominique Dieltiens

    Gard, Hrault, Ardche

  • BORDS DU RHNE, VILLENEUVE-LS-AVIGNON

    Auteur : Harding, James-Duffield (1798-1863)Lithographie de : C. HullmandelPlanche : 241Format : 410305 mmDate : 1834

    Le dessin daprs nature de J. D.Harding est unecomposition trs libre ralise sur les bords du Rhneen 1834. Le euve encore sauvage permettait alors auxembarcations daccoster librement sur de petits portssommairement amnags. En bordure de chemin,quelques marches grossirement appareilles suf-saient pour affrter une lourde barque aux ancs ven-trus. Quelques tonneaux de vin rejoindront peut-trele march dAvignon, moins quils ne soient ngocis la grande foire de Beaucaire. Dautres nautoniers sedirigent vers leurs embarcations arms de leurs longuesperches. Le Rhne est calme sous un beau ciel dt ;les promeneurs musardent sur la rive du euve, cer-tains se rafrachissent en y trempant les pieds.

    Au loin, couronnant le mont Andaon, le fort Saint-Andr se dcoupe sur le ciel. Les grosses tours circu-laires de lentre sont domines par un puissant ch-telet. Au sommet du site, la tour des Masques flanqueun angle de lenceinte. Curieusement, la tour Philippe-le-Bel apparat en arrire-plan, comme si elle tait ledonjon de la puissante forteresse. Une autre tour do-mine une vaste construction lantique contenue dansune vaste seconde enceinte. Au pied de la montagne,Villeneuve se dploie en bordure de berges escarpes.

    Lartiste, malgr les prcautions afrmes, a prisbeaucoup de libert avec la ralit. Dans un paysagerecompos, la scne ne manque pourtant pas decharme, comme dailleurs la petite ville situe sur lesommet dun coteau visite par le baron. Commesouvent, Taylor ne peut que dplorer le sort tragiquerserv des btiments qui rappellent la gloire de lacit. La belle tour carre construite sous Philippele Bel pour surveiller le pont Saint-Bnezet retient sonattention ; en spcialiste, il signale dailleurs quunepartie de ses pierres sont tailles en pointe de dia-mant . Par contre, on le sent ulcr devant les anciensmonuments religieux de lpoque o les papes et car-dinaux avaient fait de Villeneuve leur ville de villgia-ture. Il ny a rien dire de labbaye de Saint Andrdont on chercherait en vain le caractre religieux,depuis que ses transformations en ont fait une habi-tation moderne et bourgeoise. Il est encore plus d-pourvu devant une Chartreuse qui ne pouvait paschapper au vandalisme des barbares de notre san-glante rvolution . Dcidment, la coupe tait pleine ;peut-tre ne poursuivit-il pas sa visite : le fort Saint-Andr napparat pas dans ses descriptions

    6

  • Trois fois illustre parmi les villes qui possdentdes monuments en France , la ville de Nmes ne pou-vait quenthousiasmer le baron Taylor. LItalie narien de mieux conserv ni de plus pur que la MaisonCarre ; les Arnes rivalisent avec lamphithtre deVrone, et il est rare de rencontrer daussi bellesruines que le temple de Diane, la tour Magne et lesportes de cette cit romaine. Une vingtaine de litho-graphies furent rassembles pour honorer cette se-conde Rome .

    Parmi les nombreuses uvres consacres auxarnes, la vue gnrale des arnes de Questel est undessin darchitecture tel que lapprciaient les amateursdart lpoque classique. La perfection du dessin est

    subtilement anim par la prsence dun groupe de visi-teurs qui permet dapprcier le gigantisme du monu-ment. Bti la n du Ie sicle avant notre re, lamphi-thtre forme une ellipse de 133 m de long sur 101 mde large. La double range darcades superposes etles pierres en saillie servant xer le velum sont gu-res avec une certaine froideur ou, comme le dit Taylor,une admirable svrit . La vue intrieure dHardingrenoue avec une sensibilit plus romantique. Le presti-gieux monument nest plus que ruine. La dcadence delamphithtre dont lpoque prcise de la construc-tion est inconnue est avre. Les Arnes qui taientdevenues une forteresse, plusieurs fois incendies,ont considrablement souffert. Et la dcrpitude nest

    LARNE DE LAMPHITHTRE DE NISMES[NMES]

    Auteur : Harding, James-Duffield (1798-1863)Lithographie de : C. HullmandelPlanche : 269Format : 372255 mmDate : s. d.

  • pas termine, se lamente le baron car en faire main-tenant encore un parc de guerre, cest retourner labarbarie que notre sicle aime tant reprocher aupass . La lithographie, loin de la fureur militaire, pr-sente un espace clos o les gradins crouls attendenten vain un public qui ne viendra plus. Le gant de pierre,o rsonnaient les cris de 25000 spectateurs, nest plusquune carrire o viennent sapprovisionner les N-mois. Une femme et ses enfants empruntent lalle jadisrserve aux gladiateurs. Les chars des courses an-tiques ont laiss la place une brouette dans laquelleest jete une pelle. Il faudra attendre les annes 1860pour que le monument soit dgag et amnag pouraccueillir les courses de taureaux et les corridas.

    VUE GNRALE DES ARNES. NISMES[NMES]

    Auteur : Questel, Charles-Auguste (1807-1888)Lithographie de : Challamel, Pierre-Joseph (1813-1892)& Thierry FrresPlanche : 281 bisFormat : 467234 mmDate : s. d.

    ARNES DE NISMES [NMES] ESCALIER CONDUISANT DU 1er TAGE LA GALERIE SUPRIEURE

    Auteur : Lenoir, Albert (1801-1891)Lithographie de : Boug dOrschwillierPlanche : 281 ter.Format : 311216 mmDate : 1839

  • 33

    Nous ne connaissons rien de plus ravissant danstoute la province que la vue de ce monument, prisedu pont construit sur lOrb qui coule au pied du pro-montoire sur lequel la ville de Bziers est construite. lapproche de Bziers, le voyageur est toujours sur-pris par la masse de la cathdrale Saint-Nazaire se d-coupant sur le ciel. Construite au sommet dun escar-pement, elle crase le paysage de sa prsence. Raliseau pied du vieux pont lanc sur lOrb, cette belle com-position exagre son aspect de forteresse : de hautestours semblent anquer le vaisseau domin par unpuissant clocher donjon surmont dun frle campa-nile. En avant, de hautes murailles sont animes darcsmchicoulis sous lesquels sont perces des archres.Cest sous son contrle quune charrette tire par unbuf escalade difcilement la calade qui mne laville haute.

    Haut lieu de la croisade contre les Albigeois, la ca-thdrale Saint-Nazaire fut le tmoin de lun des plusabominables massacres de lpoque mdivale. Alorsque les croiss avaient russi pntrer la ville parsurprise, la population stait rfugie dans la cath-drale, esprant chapper la vindicte des conqurants.

    Mal leur en prit, mais laissons la parole au chroniqueurGuillaume de Tudle (dbut XIIIe sicle) : Tous ceuxdentre eux qui staient rfugis dans lglise furenttus ; rien ne put les sauver, ni croix, ni autel, nicrucix ; les ribauds, ces fous et ces gueux, turentclercs et femmes et enfants ; pas un, je crois,nchappa. Dieu reoive leurs mes, sil lui plat,dans son paradis ! Je ne crois pas que jamais si sau-vage tuerie ait t rsolue ni accomplie depuis lestemps des Sarrasins. Bavure de ribauds dchansqui chappent au contrle des chevaliers? Volont defaire un exemple pour pouvanter la population mri-dionale? Le massacre de Bziers retentit toujours dansla terrible sentence prte au lgat de la croisade :Tuez-les tous, Dieu reconnatra les siens. De cettepoque, il ne reste presque rien, la cathdrale fut engrande partie dtruite lors de la prise de la ville. Sa re-construction schelonna sur trois sicles. Taylor luireconnat en elle une glise militante du plus ad-mirable effet , mme si la faade extrieure [] at mutile par la rage dvastatrice des iconoclastesdu XIXe sicle, et par lignorance des restaurateursclassiques de ces derniers temps .

    VUE GNRALE DE SAINT-NAZAIRE, CATHDRALE DE BZIERS

    Auteur : Dauzats, Adrien (1804-1868)Lithographie de : Benard (1801?-1850?) & Bichebois, Louis-Philippe Alphonse (1801-1850)Planche : 247 bisFormat : 430305 mmDate : s. d.

  • ADGE [AGDE]

    Auteur : Gale, R. L.Lithographie de : C. HullmandelPlanche : 249 ter.Format : 337235 mmDate : s. d.

    Agde, les bords de lHrault taient alors animsdune intense activit. Fonde au VIe sicle avant notrere par les Grecs lembouchure du euve, AgathTych, la bonne fortune, justiait encore son nom.Sur le quai, des hommes prparent de gros ballots quiseront chargs sur une barque dont la vergue est bais-se. La voile claque doucement dans la brise. Sous unetoile raye, labri du soleil, des sacs remplissent djlembarcation. Au milieu du euve, une autre barque ahiss la voile ; ses trois mts ne seront pas de troppour affronter la Mditerrane. Dans le lointain, unefort de mts tmoigne de limportance du port.

    En arrire-plan, la ville, triste et sombre , sembleassoupie au soleil. Dcoupe sur le ciel, la masse duclocher de la cathdrale Saint-tienne la domine detoute sa hauteur. Plusieurs fois dtruite au cours desges, la ville ne vaut plus que par la cathdrale et lesruines de lancien palais piscopal. La cathdrale futprobablement fortie, comme bon nombre dgliseslanguedociennes, au XIVe sicle : de beaux mchicoulissur arcs relirent ses puissants contreforts. Le morceaule plus impressionnant reste cependant lnorme tournord couronne de mchicoulis et portant des chau-guettes dangles. Sa vieillesse est son plus beau ti-tre , soupire Taylor. Aujourdhui, lanimation a quittles bords de lHrault pour se rfugier dans le tumultede la station balnaire du Cap dAgde.

    36

  • Comment le baron aurait-il pu rsister au spectacleimpressionnant de la valle de lArdche aux environsde Vallon-Pont-dArc ! Tout ce qui entoure ce lieuest agreste et sauvage ; cest un assemblage de rochersqui offrent, dans quelques endroits, limage duchaos. Cest pourtant une nature apaise que nousprsente la lithographie du pont dArc dmile Lassale :un troupeau de bovins encadr par deux bergers des-cend doucement vers