Sur Les Traces d'Alexandre

Click here to load reader

  • date post

    18-Jan-2016
  • Category

    Documents

  • view

    16.501
  • download

    1

Embed Size (px)

Transcript of Sur Les Traces d'Alexandre

  • dossier

    janvier 2010 - ScienceS et avenir 5150 ScienceS et avenir - janvier 2010

    sur les traces dAlexandre

    A la recherche de Bactres, la cit disparue p. 52

    A Cheshme Shaf, le berceau de Zarathushtra p. 58

    Un patrimoine attaqu sur tous les fronts p. 62

    Au ive sicle avant J.-C., le conqurant macdonien difia un empire hellnistique dont les archlogues franais viennent de trouver des vestiges exceptionnels en Afghanistan. Notre envoye spciale les a accompagns.

    le Grand

    Afghanistan

    mp/le

    emAg

    e

    dAf

    A

    Ber

    nAd

    ette

    ArnAU

    d

    dAf

    A

  • dossier sur les traces dAlexandre le Grand

    janvier 2010 - ScienceS et avenir 5352 ScienceS et avenir - janvier 2010

    Cest la priphrie de limposante citadelle de Bactres avec ses 11 km de muraille (ci-dessous) que des vestiges de la prsence grecque dAlexandre ont t mis au jour en 2004 (ci-contre). Ds les annes 1920, les archologues franais avaient entrepris de retrouver les restes hellnistiques de Bactres ; il aura fallu attendre 80 ans...

    Bactres la belle retrouve la lumire

    Tu as le Thuraya (le tlphone satellite) ? Appelle-moi ds que tu es arriv ! Saisi par le froid du petit matin, Roland Besenval donne ses dernires recommandations son collgue Vincent Marcon prt partir bord dun 4x4. A peine dbarqu de Paris lavant-veille, larchologue franais est sur le point de rejoindre, en compagnie de ses collgues afghans, une nouvelle zone de prospection plus au sud. La pluie, qui sest abattue violemment toute la nuit sur la r-gion de Mazar-e Charif, dans le nord de lAfghanistan, a rendu les routes presque impraticables. Une situation peu frquente

    sur cette terre dAsie centrale habituelle-ment enveloppe de nuages de poussire, et que labondance des prcipitations de ce printemps a recouvert dun spectaculaire manteau de prairies verdoyantes. Cest ici, dans la province de Balkh, que Roland Be-senval a russi faire renatre les activits de la Dlgation archologique franaise en Afghanistan (Dafa) avec le soutien des autorits franaises et afghanes. Ferme depuis 1982 par le gouvernement afghan, alors prosovitique, la Dafa a rou-vert ses portes en 2002. Grce sa volont inflexible, Roland Besenval a relanc dex-

    traordinaires chantiers de fouilles dans le nord du pays, loin des zones de conflits essentiellement concentrs dans le Sud. Car il en est convaincu : cette partie du monde est une terre dexception pour les archolo-gues, tant son pass a t marqu par lav-nement de civilisations prestigieuses. La r-gion fut en effet le thtre des exploits dAlexandre le Grand, qui y difia un empire grec au ive sicle avant J.-C., et vit la ren-contre entre Orient et Occident, donnant naissance la culture grco-bouddhique dont les clbres bouddhas gants de la val-le de Bamiyan, dtruits par les talibans en 2001, furent longtemps les plus illustres t-moins. Mais plac au croisement de mul-tiples courants, influences et civilisations, ce territoire na jamais cess dtre balay par les invasions, dchir par les conflits. Cest cet enchevtrement historique doc-cupations successives et complexes que nous tentons de distinguer ici , explique Philippe Marquis, le nouveau directeur de la Dafa, hritier, lui aussi, dune longue ligne darchologues franais passionns par ce pays (lire lencadr p. 61). Lun des chantiers les plus emblmatiques se situe Balkh, sur le site de lillustre ville an-tique de Bactres, environ 20 kilomtres au nord-ouest de la capitale provinciale Mazar-e Charif. Aprs des dcennies de recherches infructueuses (lire lencadr p. 56), les archologues y mettent enfin au jour les traces laisses par Alexandre le

    Larchologue Roland Besenval et ses quipes franco-afghanes ont pu localiser le site de la cit antique conquise par Alexandre. Notre reporter a suivi les fouilles qui rvlent des traces fabuleuses de la culture grco-bouddhique.

    Grand lors de son sjour sur place. Balkh la belle , Balkh la mre des villes , comme la dcrirent plus tard les gographes persans et arabes. Dans son ambitieux p-riple oriental, le lgendaire conqurant ma-cdonien sest empar de cette capitale de la satrapie achmnide de Bactriane entre 330 et 328 avant J.-C. (lire lencadr p. 54). Roland Besenval a t le premier identifier formellement les traces de la Bactres hell-nistique lorsque, alert sur les pillages dont le site faisait lobjet, il se rendit sur place en 2002 accompagn de David Jurie, un jeune

    membre de lONG Acted. Aprs plusieurs jours dexploration dans la rgion, les deux hommes localisrent la priphrie de Balkh, sur le Tp Zargaran (1), prs du vil-lage de Baq-e Oraq, des chapiteaux corin-thiens, des tambours et des bases de co-lonnes, indubitablement hellnistiques, ornant la maison dun commandant local. Les deux Franais comprirent aussitt quils venaient de retrouver les vestiges si long-temps recherchs ! La rouverture de la Dafa, peu de temps aprs, leur a permis dtudier le S. d

    aoudal

    dafa

    bern

    adet

    te arn

    aud

  • 54 ScienceS et avenir - janvier 2010

    dossier sur les traces dAlexandre le Grand

    janvier 2010 - ScienceS et avenir 55

    Linsatiable conqurant

    contexte de ces dcouvertes. Les ac-tivits de terrain ont aussitt pu tre me-nes en collaboration avec lInstitut afghan darchologie et bnficier, parfois, de sou-tiens inattendus tel celui dun mollah local qui exigea des habitants larrt des pillages ! Pour le remercier de cette contribution inespre, une cole pour garons et filles a t btie sur place. Reprendre les fouilles de Bactres nous permet dtudier la clbre cit du temps dAlexandre mais aussi de

    prciser les chronologies mal connues des autres peuplements qui sy sont succd : bactrien, bactro-achmnide, kushana, sassanide, hephtalite et islamique , pr-cise aujourdhui Roland Besenval. Ainsi, chaque anne, en compagnie de Phi-lippe Marquis et de ses collgues afghans, larchologue tente darracher au sol les in-formations que celui-ci veut bien livrer. Des dcouvertes majeures, comme le dgage-ment des vritables niveaux grecs de lan-

    tique Bactres, ont ainsi t faites en 2008. Mais la tche est souvent ingrate tant les couches archologiques ont t boulever-ses par les pilleurs de tout poil. Galeries, puits, souterrains rien na t pargn. Et le pillage des trsors nationaux continue, certaines pices dune valeur inestimable alimentant le trafic. Il y a quelque temps, des manuscrits dorigine inconnue crits en aramen (langue de ladministration impriale achmnide) sont ainsi

    SourceS : G. duby-Gran

    d atlaS hiSto

    rique-larouSSe-2008 - info

    Grap

    hie : Sylvie. dao

    udal

    her

    v lew

    andowSki/r

    mn

    photo

    Grap

    hieS dafa

    Sur le Tp Zargaran, les fouilles entreprises (ci-dessous vue dun des chantiers) ont permis de mettre au jour ces bases de colonne dpoque et ce chapiteau corinthien ( droite). En 2008, des peintures polychromes perses sassanides (iii-ive sicles) ont t dcouvertes (ci-dessus et gauche).

    Buste dAlexandre, uvre romaine daprs un original grec. Lhistorien Arrien la dcrit comme tant trs beau, dintelligence pntrante et dun courage extrme .

    M atre de son petit royaume de Macdoine, Alexandre est sans conteste le plus grand conqurant de lhistoire, tendant son empire jusquaux rives de lIndus et fondant plus de 70 villes. Parti la conqute du puissant empire perse achmnide, le fils de Philippe II et de la reine Olympias, traverse lHellespont (le dtroit des Dardanelles) en 334 avant J.-C., la tte de 35 000 hommes dont 7000 cavaliers. Il a alors tout juste 22 ans. Il remporte une victoire dcisive Gaugamles (dans le nord de lIrak actuel) sur le roi Darius III, qui prend la fuite. Toutes les capitales du puissant empire perse souvrent lui : Babylone, Suse, Perspolis, Ectabane Alexandre se lance alors la poursuite de lempereur perse jusquen Mdie (dans le nord-ouest de lactuel Iran) puis en Bactriane (nord-ouest de lactuel Afghanistan), mais Darius III est assassin par un souverain local qui sautoproclame empereur, sous le nom dArtaxerxs V. Alexandre naura alors de cesse de le poursuivre, pour laver le rgicide et surtout lgitimer son pouvoir. De Bactriane, rgion conquise entre 329 et 327 avant J.-C., le jeune conqurant insatiable se rend ensuite vers lactuelle Samarcande, en Sogdiane. Sur le chemin, lui et les colons qui laccompagnent tablissent les premires grandes cits grecques dAfghanistan :

    Alexandrie dArachosie (lactuelle Kandahar, dIskander, le nom persan dAlexandre) ou encore Alexandrie du Caucase (Bgram). En 327, se dirigeant vers les rives de lIndus, il affronte le roi indien Porus et ses armes dlphants. Mais lasss par les batailles incessantes et les annes dloignement de leur terre natale, ses gnraux refusent de le suivre. Ils sopposent galement la coutume orientale de la proskynse (prosternation) que souhaite imposer Alexandre, dsormais convaincu de son origine divine. Samorce alors un long retour vers la Grce. Cest sur ce chemin quAlexandre meurt Babylone, dans lactuel Irak, le 13 juin 323 avant J.-C.Tout ce que nous savons de lui nous est essentiellement parvenu par des crits de Quintus Curtius Rufus (ier sicle de notre re). Ce citoyen romain, contemporain de Jsus, aurait travaill partir de documents de lhistorien Cleitarchus, rdigs juste aprs la mort dAlexandre. Diodore de Sicile (ier sicle), Plutarque (fin du ier sicle), Arrien (iie sicle de notre re) puis Justin (iiie sicle de notre re) ne feront que les reprendre. Do limportance de la dcouverte des rcents documents dits du gouverneur de Bactres (lire ci-contre). En moins de douze ans, Alexandre aura annex plus de pays quaucun autre souverain dans toute lhistoire de lhumanit. Roi 19 ans, il tait le matre du monde 28.

  • 56 ScienceS et avenir - janvier 2010

    dossier sur