Solidarité Guatemala 201

download Solidarité Guatemala 201

of 12

  • date post

    06-Mar-2016
  • Category

    Documents

  • view

    213
  • download

    0

Embed Size (px)

description

- Edito sur le premier massacre de l'armée depuis la signature des Accords de paix en 1996 - Retour sur la Tournée 2012 du Collectif Guatemala p.2-3 - Massacre de Totonicapán p. 4-5 - Grand tournant dans les enquêtes sur les années Berger - Alma ou l’autre guerre - Oxlajuj B’aktun p. 8-9, interview du groupe Sotz'il

Transcript of Solidarité Guatemala 201

  • Totonicapn : premier massacre perptr par larme depuis la signature des Accords de paix

    L Oxlajuj Baktun dans le calendrier maya marque la fin du temps long comptant 13 Baktun. Converti en mesure du temps occidental, au 21 dcembre 2012, le cycle dbu-t le 13 aot 3 114 ans avant Jsus Christ sera coul. Loin de la vision hollywoodienne de la fin du monde, le passage une nouvelle re a redonn force la rsistance autochtone

    maya en dfense du territoire et des ressources naturelles.

    En face, le pouvoir qui use, lui aussi, de l Oxlajuj Baktun pour se faire promoteur dun folklore maya pour notamment redonner vigueur au tourisme, ne lsine plus sur les moyens pour

    rpondre aux revendications lgitimes des peuples paysans autochtones.

    Les quarante-huit cantons de Totonicapn (dpartement situ lOuest du pays) avaient organis le 4 octobre dernier un blocage pacifique des routes. Le groupe de manifestants situ sur la route intera-mricaine, proximit du carrefour stratgique des 4 chemins (cuatro caminos) lentre de Quetzal-tenango, la deuxime ville du pays, ne sattendait pas voir dbarquer larme et les forces de police. Il ne sattendait pas non plus ce que ces dernires envoyes par le gouvernement leur tirent dessus balles relles. Leurs revendications ? La volont de participer la rforme de la Constitution, loppo-sition la rforme de luniversit et la dnonciation des prix de llectricit. Trois niveaux de revendi-cations face un mme systme de domination et de discrimination : une Constitution qui ne redon-nerait pas leur place aux citoyens mayas, une rforme allongeant de deux ans le cursus des tudes pour devenir matre, fermant la porte de trop rares opportunits dascension sociale pour les plus modestes, des prix dune nergie aux mains des compagnies prives multinationales sans scrupules, qui facturent aux paysans pauvres des notes hors de prix pour des foyers qui ne consomment tout juste que llectricit de quelques ampoules pour sclairer la nuit tombe. Une lectricit hors de

    prix malgr la multiplication des projets hydrolectriques.

    Bilan de ce premier massacre perptr par larme depuis la signature des Accords de paix en 1996 : 9 morts et 32 blesss. Les autorits ont dabord ni leur responsabilit dans le massacre et la prsence mme darmes feu dans les mains des forces de lordre avant de revenir sur leurs propos, contraints par la pression internationale. Le chancelier guatmaltque Harold Caballeros tentait vainement de se justifier auprs de lambassadeur des Etats-Unis au Guatemala, Arnold Chacn, en des termes qui ne cachaient pas son mpris pour les paysans mayas assassins : Je reconnais avec douleur que, sous certaines latitudes, nous faisons grand cas de 8 morts, et mme si cela sonne mal de le dire, nous en comptons le double chaque jour. Cest pourquoi, je considre que cela ne devrait pas mriter une

    attention aussi importante (El Peridico, 8 octobre 2012).

    Face aux pressions nationale et internationale, le prsident Otto Prez Molina a d rendre compte aux ambassadeurs reprsentant une trentaine de pays (France, Etats-Unis, Isral, Union europenne...) et lOrganisation des Nations Unies (ONU) qui a demand quune enqute indpendante soit mene sur le terrain. A la veille de lexamen priodique universel du Guatemala devant les membres de lONU, le 24 octobre dernier, une manifestation pacifique des autorits autochtones de tout le pays mayas, xincas et garifunas, le courant de lEglise qui appuie les luttes pour les droits des peuples indiens et de la terre mre, ainsi que les habituelles organisations mayas et ladinas de rsistance dnonait dune mme voix la rpression du gouvernement de mano dura, dirige contre le peuple. Ces vnements auront pour le moins dclench une vague dindignation et ressoud un mouvement divis ayant du mal sunifier dans la rsistance. Les manifestations se sont multiplies ces derniers temps et linti-midation dune possible rpression na pas lair de fonctionner. La rsistance se fait pour la dfense de la vie, jusqu la mort. Le peuple pleure ses martyrs mais reste dtermin poursuivre sa lutte pour

    ceux qui ne sont plus, pour ceux qui sont, comme pour ceux qui viendront.

    Lettre dinformation du Collectif Guatemala

    1 Solidarit Guatemala

    n 20 1 d ce mb r e 20 12

    Numro 201

    dcembre 2012

    Collectif Guatemala 21 ter, rue Voltaire

    75011 Paris - France Tel: 01 43 73 49 60

    collectifguatemala@gmail.com www.collectifguatemala.org

    Directrice de publication : Isabelle Tauty Chamale ISSN 1277 51 69

    Ont particip ce numro : Vincent Espagne, Amandine Grandjean, Vanessa Gngora, Marilyne Griffon, Nicolas Krameyer, Aurlia Rapin, Isa-belle Tauty, Maxime Verdier, Martin Willaume.

    Sommaire

    Tourne 2012 du Collectif Guatemala p.2-3

    Massacre de Totonicapn p. 4-5

    Grand tournant dans les enqutes sur les annes Berger p.6

    Alma ou lautre guerre p.7

    Oxlajuj Baktun p. 8-9

    Brves p.10-11

    Par Marilyne Griffon

  • 2

    Campagne 2012

    Solidarit Guatemala n 20 1 d ce mb r e 20 12

    Du 16 au 28 septembre 2012, le Collectif Guatemala a ralis une tourne de sensibilisation en Suisse et en France avec lavocat Ramn Cadena de la Commission Internationale des Juristes et les reprsentants des communauts du Petn affectes par la pr-sence de lentreprise ptrolire franaise Perenco, Hilda Ventura et Mario Ramos. Retour sur les tapes marquantes de ces deux semaines de solidarit et de rencontres avec le grand public et les dcideurs.

    Une tourne en solidarit avec nos amis du Petn

    P endant deux semaines, la dlgation des trois repr-sentants guatmaltques accompagne par plusieurs membres du Collectif Guatemala et notamment notre coordinatrice terrain, Amandine Grandjean, a par-

    couru la France et la Suisse pour constituer un rseau de soli-darit avec les populations du Petn et engager une rflexion sur la promotion dun changement de cadre lgislatif en France permettant dinstituer la responsabilit pnale des filiales fran-

    aises ltranger.

    De nombreuses runions inter-ONG avec nos diffrents parte-naires ont eu lieu. Une dizaine de projections dbats ont t organises, dont la soire de lancement Paris, le 24 sep-tembre, qui a runi les soutiens du Collectif Guatemala au ci-nma Action Christine. Enfin, plusieurs rendez-vous avec les dcideurs ont permis davancer sur une rflexion. Les mdias ont relay notre campagne: reportage de Soir 3, Rue89 Lyon,

    HispanTV, le blog du Monde sur lAmrique latine, Kiagi.fr...

    A Genve

    - Intervention lors de la XXIe session du Conseil des Droits de lHomme des Nations Unies: Mario Ramos a fait une dclara-tion orale durant le dbat gnral et Ramn Cadena est interve-nu dans la confrence Accs la justice des peuples autoch-tones - Rencontre avec les assistants des Rapporteurs spciaux des

    Nations Unies (alimentation et environnement)

    A Lyon

    - Rencontre avec la vice-prsidente du Conseil rgional de la

    rgion Rhnes Alpes

    Languedoc Roussillon

    - Participation la journe mondiale contre les gaz et huiles de schiste (Global Frackdown) Saint-Christol-ls-Als : inter-

    vention la tribune des reprsentants des communauts

    - Rencontre avec le maire du Bousquet dOrb et visite de projet

    alternatifs

    A Paris

    - Petit djeuner presse lAssemble nationale linvitation du dput Dominique Potier en prsence de six autres dputs et de nombreux mdias - Rencontre avec le ministre des Affaires trangres (Direction des Amriques) - Confrence publique la Maison du Barreau organise avec la Commission ouverte Amrique latine et le Barreau de Paris - Participation au festival des utopies concrtes la Mairie du IIe arrondissement - Confrence publique organise Amnesty International France

    Un grand merci nos partenaires pour lorganisation de cette tourne!

    AITEC, Amis de la Terre, ATTAC, CCFD-Terre Solidaire, CE-DETIM, CEDIDELP, CETIM, CGASN, Collectif ALBA, France Amrique Latine, FIDH, KM207, LDH, MAN, Peace Watch Switzerland, RIDH, SHERPA, Terre des Hommes...

    Mario Ramos au Conseil des Droits de lHomme

    Le dput Dominique Potier avec la dlgation

    Les suites de la tourne: quelles pistes pour 2013?

    Une ptition destine aux autorits guatmaltques et fran-aises diffuse ds maintenant par le Collectif Guatemala et nos partenaires associatifs

    La consolidation dun rseau dappui aux communauts affectes du Petn et lorganisation dune mission de par-lementaires et personnalits qui se rendrait au Guatemala

    Un site dinformation consacr exclusivement au Petn qui relaierait les problmatiques de la rgion

  • tants du comit local dATTAC. Une trentaine de personne vi-sionne le film. Mariano, maracher et actif dans la Confdration paysanne, prend la parole 5 minutes. La moiti dentre nous, dans la salle comme dans la dlgation, ont les larmes qui montent aux yeux. Echange moins formel avec des membres du conseil muni-cipal : il se trouve que le Maire de Bdarieux est latinophile . Des choses peuvent tre envisages, notamment avec les adoles-cents de la ville. A rflchir et donc de trouver autre chose que ces actions no-caritatives qui consistent runir vtements et mat-riel scolaire. Certes, au Petn, ils en ont grandement besoin.

    Des rendez-vous avec des juristes Que cela soit Montpellier, ou, Paris avec les juristes de lasso-ciation Sherpa et la Maison du barreau, les mmes questions sont poses: de quoi dispose-t-on, au regard des dispositifs juri-diques, pour mettre lentreprise Perenco et lEtat guatmaltque face leurs responsabilits ? Il sagit de runir les preuves et les passer aux filtres des textes et des rglements de droits franais et internationaux. Les difficults sont de deux ordres. Les premires, tiennent en la situation au Pet