solidarité DOSSIERS santé - cmu.fr .solidarité DOSSIERS etsanté Renoncement aux soins pour...

download solidarité DOSSIERS santé - cmu.fr .solidarité DOSSIERS etsanté Renoncement aux soins pour raisons

of 28

  • date post

    10-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    213
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of solidarité DOSSIERS santé - cmu.fr .solidarité DOSSIERS etsanté Renoncement aux soins pour...

  • DOSSIERS solidarit et sant Renoncement aux soins pour raisons financires Le taux de renoncement aux soins pour raisons financires est trs sensible la formulation des questions

    Le renoncement aux soins pour raisons financires est de plus en plus mobilis pour apprcier laccessibilit financire aux soins des systmes de sant. Il est mesur laide de questions du type : Au cours des 12 derniers mois, avez-vous renonc un soin, pour des raisons financires ? .

    Ce dossier examine la sensibilit des rponses des enquts ce type de questions, en fonction de leur formulation. Il sappuie sur la vague 2013 du Baromtre dopinion de la Drees, au sein de laquelle quatre jeux de formulation diffrents ont t soumis quatre sous-chantillons de rpondants.

    La valeur du taux de renoncement aux soins pour raisons financires est trs sensible la formulation de la question : les carts de taux atteignent 15 points selon la formulation utilise. Cependant, le classement des types de soins faisant lobjet du plus de renoncement est moins sensible leffet de formulation, tandis que les caractristiques des personnes renonant des soins pour raisons financires y est peu sensible.

    Lexercice men dans ce dossier suggre que le taux de renoncement global ne doit pas tre interprt en niveau et que les comparaisons de taux de renoncement entre annes doivent tre ralises strictement avec les mmes conditions de collecte. Si ces prcautions sont observes, il peut tre intressant de suivre lindicateur de renoncement aux soins en comparaison entre diffrentes catgories, en complment dautres indicateurs plus objectifs.

    N 66 Juillet 2015

    Renaud LEGAL, Augustin VICARD Direction de la recherche, des tudes, de lvaluation et des statistiques (Drees) Ministre des Finances et des Comptes publics Ministre des Affaires sociales, de la Sant et des Droits des femmes Ministre du Travail, de lEmploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social

  • Renoncement aux soins pour raisons financires N 66 / Juillet 2015 3

    Sommaire

    Introduction ______________________________________________________________ 5 Le dispositif du Baromtre dopinion de la Drees permet de comparer quatre jeux de formulation de la question sur le renoncement ___________________________________ 6 Le taux de renoncement aux soins pour raisons financires est trs sensible la formulation de la question __________________________________________________ 9 Les dterminants sociaux du renoncement aux soins pour raisons financires sont identiques quelle que soit la formulation adopte ________________________________ 11 Le classement des soins faisant le plus lobjet de renoncement est identique quelle que soit la formulation adopte _________________________________________________ 14 Conclusion et prconisations _______________________________________________ 17

    Annexe A. quilibrage des 4 sous-chantillons _________________________________________ 18 Annexe B. Les effets des deux variantes de la formulation ne se potentialisent pas ____________ 20 Annexe C. Formulation des questions de renoncement aux soins pour raisons financires dans lenqute SRCV et lenqute Sant et Protection sociale de lIrdes (SPS) ____________________ 21 Annexe D. Renoncement et catgories sociodmographiques _____________________________ 24

    Bibliographie ________________________________________________________________________ 25

  • Renoncement aux soins pour raisons financires N 66 / Juillet 2015 5

    Introduction Le renoncement aux soins pour raisons financires est de plus en plus mobilis pour apprcier laccessibilit financire aux soins des systmes de sant, en complment des mesures habituellement utilises (reste charge, taux de recours, dpenses moyennes). En particulier, dans son rapport sur la mesure de laccessibilit financire aux soins, le Haut Conseil pour lAvenir de lAssurance Maladie reconnait son intrt pour lanalyse des obstacles financiers daccs aux soins, en complment dautres indicateurs plus usuels, et recommande de suivre le phnomne en routine (HCAAM, 2012). La notion de renon-cement aux soins pour raisons financires semble particulirement utile pour tudier laccs aux soins les moins bien rembourss par lassurance maladie obligatoire (optique, dentaire), ce qui met en vidence le rle de lassurance mala-die complmentaire, et interroge sur larticulation entre rgimes obligatoires et complmentaires. Rcemment, un programme de recherche mlant approches quantitative et qualitative a t conduit en France linitiative de la DREES. Les travaux conomtriques ont notamment montr limportance de la prcarit sociale parmi les dtermi-nants du renoncement et le rle protecteur de la CMU-C (Dourgnon et al., 2012 ; Chauvin et al. 2013). Les entretiens socio-anthropologiques du volet qualitatif ont permis de prciser les diffrents sens que les rpondants attachent la notion, en faisant merger deux grandes catgories de renoncement : les renoncements barrires et les renoncements refus1 (Desprs, 2012). A ltranger, plusieurs travaux se sont intresss au renoncement (Allin et al. 2010; Koolman 2007, Allin et al. 2009). Sur donnes canadiennes, Allin et al. (2010) ont montr que les facteurs du renoncement diff-raient selon ses causes (files dattente, barrires financires ou raisons personnelles), ce qui limite lintrt dune notion gnrale de renoncement (quelle quen soit la cause). Par ailleurs, leurs rsultats indiquent que les personnes dclarant avoir renonc des soins pour raisons financires ont une consommation de soins plus faible, toutes choses gales par ailleurs, et sont plus pauvres que le reste de la population, rejoignant ainsi les rsultats de Dourgnon et al. sur donnes franaises. Interroger les individus pour savoir sils ont rcemment renonc des soins pour raisons financires offre donc un clai-rage intressant sur lexistence de besoins ressentis mais non satisfaits. Le corollaire est que le renoncement ainsi appr-hend est par essence une notion minemment subjective qui dpend largement des reprsentations individuelles, no-tamment en matire de sant. Ainsi, la conscience dun besoin de soins est une condition ncessaire pour dclarer avoir renonc des soins. La dclaration dun renoncement est lexpression dun rapport une norme qui peut varier selon les individus, leurs histoires de soins, leurs histoires de vie, leur environnement, leur mtier, leur niveau socio-culturel(Desprs, 2012). On observe ainsi dans toutes les enqutes des renoncements aux soins plus frquents de la part des femmes, traduisant des diffrences dattente en matire de soins par rapport aux hommes. Les agriculteurs dclarent quant eux moins de renoncements aux soins que les autres groupes sociaux, notamment en ce qui concerne les soins dentaires ou optiques, sans que cela puisse tre expliqu par des diffrences de besoins. Cette subjectivit peut galement induire une sensibilit des rponses obtenues dans les enqutes aux conditions de collecte, comme on a pu lobserver pour la sant auto-dclare (encadr 1). A notre connaissance, limpact des conditions de collecte, et notamment de la formulation de la question sur la mesure du phnomne, na jamais t tudi, alors mme que les formulations sont trs variables dune enqute lautre. Pourtant cette question revt des enjeux majeurs pour la recherche et les politiques publiques. En effet, lestimation de leffet de la formulation est de nature clairer les carts de mesures qui peuvent exister dune enqute une autre au sein dun mme pays ou entre deux pays diffrents. Ensuite, si la formulation a effectivement un effet sur les taux de renoncement, il convient dtudier si les dterminants socio-dmographiques du renoncement sont dpendants ou non de la formulation de la question. Si tel est le cas, une attention trs particulire devra tre porte la formulation avant de conclure que telle catgorie de population rencontre des difficults daccs aux soins particulirement 1 Dans le cas du renoncement barrires, lindividu fait face un environnement de contraintes, le plus souvent budgtaires, qui ne lui permet pas daccder au soin dsir. Quant lui, le renoncement refus est lexpression dun refus qui porte soit sur des soins spcifiques il sagit alors dun acte dautonomie lgard de la mdecine dite conventionnelle soit, plus radicalement, sur le fait mme de se soigner : il revt alors un caractre dfinitif et traduit la perception dune inutilit des soins (Desprs, 2013)

  • 6 N 66 / Juillet 2015 Renoncement aux soins pour raisons financires

    marques. Les questions sur le renoncement pouvant aussi permettre didentifier les soins pour lesquels les barrires financires daccs sont les plus marques, il importe galement dtudier si le classement des soins faisant le plus lobjet de renoncement est sensible ou non la formulation de la question. En France, outre les nombreux sondages dopinions qui interrogent rgulirement les individus sur le phnomne, deux sources principales permettent de suivre en routine le renoncement aux soins : lenqute Statistique sur les Ressources et les Conditions de Vie (SRCV) conduite chaque anne par lINSEE et lenqute Sant et Protection Sociale (SPS) ralise tous les deux ans par lIRDES. Les donnes de lenqute SPS sont mobilises depuis plusieurs annes par le ministre de la sant pour le suivi du phnomne2. Les taux de renoncement, ainsi que les formulations des questions de renoncement aux soins varient parfois de manire importante entre ces diffrentes sources (Boisgurin, 2012), sans quil soit possible disoler limpact de la formulation, dautres lments variant dune enqute lautre : autres questions du questionnaire, place dans le questionnaire, mode de collecte, tirage de lchantillon Lobjet de cette tude est de mesurer leffet propre de la formulation sur le renoncement aux soins partir dune technique dchantillon partag (galement connue sous le nom de split sample), particulirement indique pour ce genre dexercice, qui consiste comparer les rponses de plu