sأ©jour test en Mauritanie Rock fishing أ  Cap Tafarit de surfcasting et de rock fishing !...

sأ©jour test en Mauritanie Rock fishing أ  Cap Tafarit de surfcasting et de rock fishing ! Prendre un
sأ©jour test en Mauritanie Rock fishing أ  Cap Tafarit de surfcasting et de rock fishing ! Prendre un
sأ©jour test en Mauritanie Rock fishing أ  Cap Tafarit de surfcasting et de rock fishing ! Prendre un
sأ©jour test en Mauritanie Rock fishing أ  Cap Tafarit de surfcasting et de rock fishing ! Prendre un
sأ©jour test en Mauritanie Rock fishing أ  Cap Tafarit de surfcasting et de rock fishing ! Prendre un
download sأ©jour test en Mauritanie Rock fishing أ  Cap Tafarit de surfcasting et de rock fishing ! Prendre un

of 5

  • date post

    14-Mar-2020
  • Category

    Documents

  • view

    1
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of sأ©jour test en Mauritanie Rock fishing أ  Cap Tafarit de surfcasting et de rock fishing !...

  • Rock fishing à Cap Tafarit

    Depuis toujours, Mauritanie et surfcasting sont étroitement liés. Le sable, la mer et des poissons comme la courbine ne sont pas étrangers à l’heureux mariage. Après

    Nouadhibou et la Baie de l’Étoile, qui firent rêver plus d’un mordu de la discipline,

    c’est aujourd’hui le Banc d’Arguin et Cap Tafarit qui attirent les férus de la technique.

    Texte & photos de Luc Bodis

    séjour test en Mauritanie

    17

    Courbine… Convoitise de bien

    des pêcheurs et des adeptes du surf

    en particulier.

  • 19

    19

    Situation Banc d’Arguin La République islamique de Mauritanie (capitale Nouakchott) est un pays d’Afrique de l’Ouest. Limitrophe du Sahara occidental/Maroc et l’Algérie au nord, du Mali à l’est et du Sénégal au sud, elle possède une côte de 600 km donnant sur l’océan Atlantique et s’étirant de Nouadhibou au nord à Ndiago au sud. Classé au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO depuis 1989, le Parc National du Banc

    d’Arguin est situé de part et d’autre du 20e parallèle. Il longe le littoral mauritanien sur plus de 180 km et couvre une superficie de 12 000 km2, composée à parts presque égales de zones maritimes et terrestres. Le Cap Tafarit se situe, lui, à proximité d’Arkeiss, un village principalement peuplé de pêcheurs Imraguen.

    Le campement de Cap Tafarit se trouve à proximité du village de pêcheurs Imraguen, Arkeiss.

    Guide pratique, page 96Guide pratique, page 96

    à travers de petites dunes vers les hauteurs qui nous dominent. Tant mieux, c’est justement là où je veux me rendre pour assister au lever du soleil. Si j’en juge aux traces déjà laissées, l’animal n’en est pas à son premier raid. Lors de notre arrivée, Jean-Jacques, l’un de mes compagnons, avait aperçu une famille de chacals. Ça doit être l’un deux. Arrivé au surplomb que j’avais repéré, je laisse mon visiteur courir vers son destin et m’assieds pour assister au jour naissant sur ce campement de toiles perdu au milieu de nulle part.

    Découvrir un lieu et ses compagnons de pêche En contrebas, il n’y a toujours pas le moindre mouvement. Petit à petit, à l’horizon, les lueurs bleutées s’es- tompent pour virer au jaune orangé. Au fur et à mesure de ce change- ment de couleur, le vent qui n’était jusque là que petite brise passe au niveau supérieur. Le soleil apparaît enfin, timidement. Filtré à travers une brume de sable, son rayonne- ment ne réchauffe pas immédiate- ment l’air ambiant, comme il

    Six heures du matin, je me lève sans faire de bruit. Mes compa-gnons dorment encore, engoncés dans leur couverture de laine. Je sors de la khaïma, grande tente mauri- tanienne qui nous est allouée, et mets le nez dehors. Le jour n’est pas encore levé. Seules

    les premières lueurs plei- nes de promesses appa- raissent à l’est. Entre chien et loup, je

    cherche au sol les traces de l’ombre venue subreptice- ment voir ce qui se passait la veille au soir : deux peti- tes oreilles droites,

    aux aguets, apparues furtivement à l’entrée

    de notre tente avant de disparaître quelques

    secondes plus tard. Je repère ses empreintes dans le sable et les suis. Après un détour me conduisant

    à un vieux congélateur déposé au milieu du cam-

    pement, celles-ci m’entraînent

    Le Parc National du Banc d’Arguin, situé de part et d’autre du 20e parallèle, longe le littoral mauritanien sur plus de 180 km.

    18

    séjour test en Mauritanie

    Cap Tafarit… Un savant mélange

    de surfcasting et de rock fishing !

    Prendre un maquereau bonite, c’est (relative-

    ment) facile. Le mettre au sec en revanche…

    Mieux vaut bien arrimer bagages et tubes de cannes, sinon…

    Les badèches se montreront particulièrement joueuses avec les petits leurres à bar.

    Voici le campement de Cap Tafarit, un lieu de vie

    perdu entre mer et désert.

  • 21

    peut le faire ailleurs en Afrique. Il lui faudra s’élever encore plus haut dans le ciel pour devenir ce qu’il est réellement et plus ici quand il est au zénith. L’arrivée de l’astre du jour entraîne aussi la levée des corps. Les uns après les autres, les dormeurs se réveillent et sortent des khaïmas. La vie humaine réap- paraît, les ombres de la nuit sont retournées se terrer, il est temps pour moi de redescendre rejoindre mes compagnons… Nous sommes quatre à être venu à Cap Tafarit. Jean-Jacques, ex-maître d’armes, a troqué ses épées contre des cannes de surf, spécialité dans laquelle il excelle. Plus touche à tout, Daniel a apporté une paire de lancers en plus des cannes de surf et

    il en va de même pour Jean-Michel. Tous viennent pour la première fois en Mauritanie et espèrent prendre de beaux poissons manquants à leur tableau de pêche personnel. Sur place, nous sommes en com- pagnie de Gwénolé et d’Ahmed. Gwénolé est un “expat” français qui vit en Mauritanie depuis un bon moment déjà. J’avais fait sa connaissance lors d’un salon de pêche se tenant à Paris. Ce jour-là, il m’avait tellement vanté “son” coin de pêche à grosses courbines qu’il aurait été impardonnable de ne pas venir lui rendre visite. Ahmed, lui, est un jeune Mauritanien qui tient une petite échoppe de matériel de pêche à Nouakchott. C’est aussi et surtout le pêcheur incontournable

    à Cap Tafarit, celui qui prend et fait prendre du poisson à qui vient pêcher en sa compagnie.

    Du rock fishing au rock trekking, il n’y a qu’un pas Descendant de ma montagne de sable aggloméré par le temps et durci par le vent, je retrouve notre petit groupe au restaurant du campe- ment. En fait, le terme “restaurant ” est à coup sûr excessif, si l’on consi- dère qu’il s’agit seulement d’un petit bâtiment de deux pièces ; l’une avec une unique table assortie de cinq chaises de jardin en résine de syn- thèse, l’autre tenant lieu de cuisine sommaire. Quoi qu’il en soit, attablé dans la salle principale, chacun est

    20

    séjour test en Mauritanie

    devant son bol de café et se délecte d’un petit pain de fabrication locale tartiné de simili beurre et/ou de vraie confiture. Au fil des minutes et entre deux déglutitions, la conversation au départ d’ordre général tourne assez vite sur le programme de la journée. Où va-t-on pêcher ? Pour Gwénolé comme pour Ahmed, la question ne se pose pas : à l’endroit où l’on prend des courbines, LE spot du Cap Tafarit ! Quelques gorgées de café plus tard et une tartine supplémentaire pour Jean-Michel, nous quittons le “res- taurant” et regagnons nos tentes respectives pour nous préparer. L’endroit où veut pêcher Ahmed n’est pas très loin, puisqu’on le voit depuis la plage. S’y rendre

    est, en revanche, un tout petit peu plus compliqué. Non pas qu’il faille faire des tours et des détours monstrueux, mais plutôt parce que la route est, disons, mal pavée. En fait, nous rejoignons le spot en longeant la falaise et marchons, sautons ou escaladons, selon le cas, à travers cailloux, rochers et éboulis. Du rock trekking à l’état pur ! Chacun de nous n’ayant pas forcément un passé de bouquetin, c’est au compte-goutte que notre groupe arrive donc au point donné ; les plus agiles et/ou les plus légers en premier, les plus lourds et/ou les plus chargés en dernier. Sur place, la marée qui en est à sa deuxième moitié de descendante laisse apparaître un surplomb

    Repas pris en commun autour de tieboudiennes bien sympathiques.

    La très grande plage entre Cap Tafarit et Cap Tagarit appelle au surf. Nous n’y rencontrerons cependant pas un pêcheur !

    Les chemins pour gagner les postes de pêche sont particulièrement chaotiques.

    Cette petite liche nous fera l’honneur de venir s’amuser avec l’un de nos leurres…

    Cela fait un petit moment qu’Ahmed bagarre avec la courbine… L’instant

    décisif de la mise au sec approche.

  • 23

    rocheux relativement plat parsemé de gros blocs caillouteux. Cette sorte de terrasse qui s’avance en mer se divise en trois parties espa- cées. Chacune d’elles possède grosso modo une quarantaine de mètres de large pour dix à quinze mètres de profondeur. Au fur et à mesure que l’eau baisse, la surface de la plateforme livre ses secrets : ici un trou d’eau où quelques petits poissons se sont faits piéger, là une colonie de bigorneaux taille XXL collés dans une anfractuosité, plus loin une faille, une entaille où s’en- gouffre chaque vague venant frap- per la roche… Étonnant cet endroit entre mer et falaise de sable durci qui s’érode petit à petit. Après quelques (sommaires) conseils de Gwénolé et d’Ahmed, les cannes de surf sont rapidement montées, les hameçons eschés, les lignes envoyées et tendues. Jean-Jacques, notre pur surfeur, s’est isolé sur la plateforme la plus extrême et a choisi de pointer ses trois cannes délibérément vers le large. Outre l’aspect stratégique du poste, je soupçonne notre ami d’avoir aussi choisi cet endroit pour

    son isolement, la quiétude faisant partie intégrante de sa philosophie du surf. Daniel, lui, a opté pour un placement beaucoup moins retiré et il a tiré plein centre, entre d