Session Normale-2011(Economie General Et Statistiques

Session Normale-2011(Economie General Et Statistiques
Session Normale-2011(Economie General Et Statistiques
Session Normale-2011(Economie General Et Statistiques
Session Normale-2011(Economie General Et Statistiques
Session Normale-2011(Economie General Et Statistiques
download Session Normale-2011(Economie General Et Statistiques

of 5

  • date post

    06-Apr-2018
  • Category

    Documents

  • view

    214
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Session Normale-2011(Economie General Et Statistiques

  • 8/3/2019 Session Normale-2011(Economie General Et Statistiques

    1/5

    rI W-.:.J I IL 8 J ~Jjl~ u~1 ~~I u b . i o 2 l 12 0 I I i Y . , 1 d 1 o ) 9 'u 1c ~ 9 o I 1

    * L'utilisation de la machine a calculer non programmable est uutnrisee,* 0,5 point de In Dote sur 20 est reserve ala. presentation de la cople (evrrez les ratures et les surchargeset mention nez Ie nuruero du dossier puis celui de la question).

    I DOSSIER I: DYNAMIQUE DE L'INVESTISSEMENT PUBLIC ET INSUFFISANCE DE L'EPARGNE IDOCUMENT 1Cereales : Une hausse des prix en septembre ?

    Le prix du bte a plus que double depuis fin juin 2010, se rapprochant de son plus haut n Iveau historlque de 300 eurospar tonne, atteint en ,2008, Cette flam bee est due globalement a plusieurs tacteurs. II s'agit en premier lieu desperturbations climatiques qui ant touche cinq des hurt principaux pays exportateurs de ble On note surtout lesinondations exceptionnel les qui ant touche l 'Australie, la secheresse sans precedent qui a obl ige la Russie (troisierneexportateur rnondral) a renoncer pendant un an a exporter sa production en ble. S 'y ajoute la baisse de I'ordre de 20%de la production dans des pays comme la France et Ie Canada qui accentue les Inquietudes du rnarche, Ainsi, laproduction mandiale est evalues a 23 millions de tannes de morns . Face a cette situation, l 'Egypte vient d' importer240 000 tonnes, a un prix superieur a 280 dollars. La conjugaison de tous ees facteurs se traduit d e j a par une fortedemande el une tendanee de revisions des prix a la haussa.

    Sources: l'Econorniste du 11.08.2010 etle Matindu 19.01.2011DOCUMENT 2 Les risques d'inflation importee se precisentLa flambee des cours des rnatieres premieres a I' international se confirms et les tendances a la hausse ne semblentpas s'atterruer. Tout laisse croire que cette evolution devratt se poursuivre durant les mois a venir, surtout avec lacrise egyptienne qUI a fait grimper Ie cours du petrole a plus de 100 dollars Ie baril at qui dit prix du brut, dit eftetd'entrainement sur taus lesautres produits, Le Maroc sera impacts direetement par eette situation car c'est unimportateur net d'hydrocarbures et de produits alirnentaires,Certaines analyses estiment que tout au long de 2011, l'intlation, en glissement annuel continuerait a etre volatile,compte tenu du poids encore important du segment alfmentaire dans la composition de I'indiee des prix a laconsommation (IPC), L'inflation pourrait rnerne passer par quelques pies au-dela de 3%, depassant alnsl Ie taux prevude 2% dans ta loi des finances 2011 .On se demande alors si Ie budget alloue a la compensation pourrait maintenir la progression des prix. Voulantprivilegier 1 8 paix sociale, Ie gouvernement pourrait sacrifier certains pastes budqetaires, notamment defonetionnement au d'investissement pour alimenter la compensation. Mais la compensation ne touche que troisprodurts (petrote, ble et sucre) alors que Ie panier de la rnenaqere englobe une centaine Done, une surchauffe desprix a la consornrnation est fort probable.

    Source: Finances News Hebda du 03.02,2011DOCUMENT 3La question de I'emploi continue a tourmenter les esprits, Et pour cause, la crise internationale a rnis a rude epreuveles economies qui ont genere ces derrueres annees une croissance sans emploi. Sur Ie plan mondial, le taux dechomaqe est de 6,2% et 12,6% des jeunes sont all chornaqe, soit un eftectif de 77,7 millions en 2010.Au Maroc, Ie taux de ch6mage des [eunes est de 17,6% a fin septembre 2010, Le taux de ch6mage national est de9% et 62% des chOmeurs sont situes dans la cateqorie de 15 a 29 ans. Ces chiffres lnquietants sont Ie fruit defacteurs demoqraphiques et d'un taux de croissance faible.

    Source: Finances News Hebda du 03.02.2011

  • 8/3/2019 Session Normale-2011(Economie General Et Statistiques

    2/5

    NS52

    DOCUMENT 4 Alerte, l'eparqna couvre demains en mains les investissementslE REVENU NATIONAL BRUT DISPONIBLE ET SON AFFECTATION (base 1998)en millions de dirhams courants

    Elements 2007 2008 2009Produit lnterieur Brut (PIS) 616254 688843 ...? ..Revenus et transferts nets de l'exterieur 55367 56307 43492Revenu national brut disponible (RNBD) 671 621 745150 779698Epargne nationale brute (ENB) 199379 226623 228061

    Source: Rapport Bank AI Maghnb, Exercice 2009Le dilemme dans lequel se trouve l'econornie marocaine est Ie suivant: la dynamique d'investissement a l'osuvredepuis une dizaine d'annees est sans doute, avec la consommation des menaces, un des rnoteurs puissants quiant porte la croissance econornlque, mats celte dynamique est desorrnais confrontee a un problerne definancernent.Le besoin de financement provient de l'ecart entre I'epargne nationale etles investissements engagesL'importance croissante de cet ecart s'explique des deux cotes. Cole eparq ne, la situation de crise induit unebaisse de l'eparqne publique et aussi un retrecissernent des revenus des menages et done de l'eparqne privee.Par ailleurs, une tres grosse part du revenu national brut disponible est aspires par la consommation finalenationale. En 2009, la consommation finale a absorbs 70,75% du RNBD_ II ne reste done que 29,25% de cerevenu disponibte pour l 'eparqne. c'est cette eparqne qui doit financer I'investfssement. Enfin, les aides familialesprovenant des transferts des marocams residents a l'etranqer (MRE) et les recettes touristiques ayanl connu unereduction sinon Line stagnation depuis 2008. Cole investissement, l'Etat, depuls Ie debut des annees 2000, s'estprogressivement lance dans des programmes de plus en plus importants et structurants, effort qu'il avolontairement poursuivi depuis 2007 pour contrebalaneer les effets negatifs de la crise internationale.

    Evolution de l'eparqne et de l'lnvestissement en % du PIBI Taux

    (en%4038 +----36 .1-----.--I

    38,1

    34+--------------------------4----o3=]~--- 31,5+ .....-31------, " -- _ , - - - T dO 'Za,9 29 7 ' - - - - aux epergne30 --~ 28 ~2"" 287 .. --' --~~---I 28,S - .. ------~-.: ......-28 2972 8 L ' - - - ~ - . . - . . - . . : : : - -- "" "- "- -- "- -- - -- -" -'- " -- -- - -- O J . 7- -, 5 - ' s : _26,3

    26 --,---,- 25-,2---, - -- ---- -- ---- ,,-,,-

    32 ;------------ ~-Taux d'investissemen

    24 ~- ..-----"". 2-5-;-'1~-,-"-------"--------------------------I 24,8 )

    22 .L-..~ . .. -- ------ -----------. -- ---..-----20 ------- ---~ Annee

    2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010

    Sources: La Vie Economique du 19,07.2010 et du 14.02.2011

  • 8/3/2019 Session Normale-2011(Economie General Et Statistiques

    3/5

    NS52

    DOCUMENT 5 Epargne I investissement : Un desequilibre tres prorionceLe renforcement de l'eparqne il long terme est Ie seul mecanisme aple a rernedier a la sous-liquidite bancaire auMaroc. A rappeler que Ie Maroc s'est engage dans differents projets de mise a niveau (Plan Maroc Vert, Pactenational pour l'ernerqenee industrielle, Vision 2020, autoroutes, __) et les besoins de financemenl ne pourraient etreque grandissants (300 mil liards de DH), d'ou la necessite d'une rnellleure mobilisation de l 'eparqne.Or, les plans d'eparqne restent inatractifs sur Ie plan fiscal. Le type d'eparqne mobilise est incompatible avec Iefinancement de projets etales sur Ie long terme (10 a 20 ans). 70% de l'eparqne au Maroc sont constitues deplacements liquides a court terme qui ne permettent pas Ie financement d' investissements structurants,Les mesures mises en place par Ie gouverneur de Bank AI-Maghrib (BAM) pour rernedier a cette problernatique de lasous-liouidite bancaire, comme la baisse du taux de 1 6 1 reserve rnonetaire a 6% ou encore Ie maintien cu tauxdirecteur a 3,25%, sont plus des reponses conjoncturelles et ne constituent pas des solutions a long terme.O'autres mesures pourraient done- etre envisaqees afin d'encourager l'eparqne a long terme, La premiere est de veillera une remuneration reelle positive et interessante de la petite sparqne. Les taux crediteurs servis sorrt aujourd'huitaioles et non incitatifs pour la petite eparqne,La seconde mesure consiste a cevetopper des Plans d'Eparpne Organises (PEO) s'adressant a des classes socio-professionnelles larges et, par consequent, oftrant des taux de remuneration croissants enfonction de la duree deblocage des fonds (plan d'eparqne-loqement, plan d'eparqne-actions, plan d'eparqne-educancn) qui sont exoneresselon la loi des finances 2011. Enfin, une meilleure mobilisation de l'eparqne stranpere serait egalement la bienvenue,mais cela necessite au~si une politique de change souple et adaptable.

    DOCUMENT 6Source: Finances News Hebdo du 16.12.2010Faut-illimiter l'lnvestissernent public pour contenir Iedeficit?

    Le gouvernement a anncnce Ie maintien de la dvnarnique d'investissement, est-es a dire qu'il sera en hausseencore une rols ? C'est au regard de cette situation que surgit I' interrogation a propos du rythme de progression deI'mvestissernent. Le gouvernement lui-rnerne, a travers son ministre des finances, a regulierement reaffirrne lanecsssits de revenir a un deficit inferieur a celul prevu pour cet exercice (- 4 % en 2010 et -3,5 % en 2011), gagede rnaitrise de I'endettement. II faudrait sans doute marquer Line pause dans l'effort d'lnvestissernent bucpetaire,51 l'on ne veut pas entrer dans un cycle de deficits qui fera remonter Ie ruveau de 18 dette de l'Etat,

    Evolution des donnees budqetalres au Maroc (en mil lions de dirhams)Rubriques 2008 2009 2010 2011 Taux de variation en %(2011 par rapport a 2008)Depenses de fonctionnement 124294 150873 136913 151 994 22,28Depenses de la dette 47923 57779 38238 36534 -23,76Depenses d'investissement 36178 45155 53785 53859 48,87Solde ardinaire (epargne publiquej , 2777 8565 9 274 6097 +119,55

    TR A V A IL A FA IRE : Sources: la Vie Economique du 0609.2010 et tes lois des Finances(12,75)

    2 A partir du document 2 :a- Degagez une cause et une co