Sens propre - Sens figuré · PDF file sens propre, ensuite au sens figuré....

Click here to load reader

  • date post

    03-Oct-2020
  • Category

    Documents

  • view

    2
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Sens propre - Sens figuré · PDF file sens propre, ensuite au sens figuré....

  • Sens propre - Sens figuré Un drôle de loup

    Tout était calme et ensoleillé quand Polly entendit dehors un bruit extraordinaire. On aurait dit une petite tempête. Elle entendait le vent souffler au coin de la maison, mais les feuilles des arbres ne dansaient pas; tout restait calme. Le bruit s'arrêta. Polly se remit à lire. Puis le bruit reprit. Le linge qui séchait derrière la maison se mit à bondir sur sa corde, mais les nuages n'avançaient pas, les feuilles ne remuaient pas. Extraordinaire. Et le bruit s'arrêta brusquement, comme la première fois. Polly alla voir à la fenêtre du salon, qui donne sur le devant du jardin. Elle ne vit rien. Elle alla voir à la fenêtre de la cuisine, qui donne sur l'arrière. Elle vit le loup. Il était grimpé sur le mur du jardin, et il s'éventait avec une grande feuille de platane. Il était rouge sous son poil noir. Et Polly le vit lâcher son éventail, et commencer une gymnastique impossible. D'abord il s'est plié en deux et s'est redressé. Puis il a mordu deux ou trois fois dans le vide, comme s'il voulait avaler de larges goulées d'air. Et puis il a rejeté sa tête en arrière et il a reniflé bruyamment. Enfin, il s'est à nouveau plié en deux et il a commencé à inspirer. Il a inspiré, inspiré tant et si bien qu'il s'est mis à enfler, enfler, enfler. Et le mince loup noir est devenu un énorme loup noir; sa poitrine était ronde comme un tonneau. Alors, il a soufflé. «C'était donc ça, ce bruit extraordinaire», se dit Polly. Elle ouvrit la fenêtre de la cuisine et se pencha au-dehors. Derrière elle, les rideaux volaient dans la tempête du loup. - Hé! loup! que fais-tu? lui cria-t-elle quand il fut à bout de souffle. - Oh rien, dit le loup. Je m'entraîne, c'est tout. - Tu t'entraînes? s'étonna Polly. Pour quoi faire?

    . l

    C. STORR, Polly la futée et cet imbécile de loup, trad. X. SEGUIN, Pocket Jeunesse.

    a. À quoi Polly est-elle occupée quand elle entend le bruit extraordinaire? b. Par quoi est causé ce bruit extraordinaire? c. À quoi s'entraîne le loup? En as-tu une idée? (Rappelle-toi l'histoire des trois petits cochons.)

    Je découvre

    1. Observe les noms en gras dans la lecture. Explique quels sens ont ici les verbes danser et bondir. Que désigne dans la lecture le nom éventail? Pourquoi peut-on dire que ces mots sont utilisés ici de façon imagée?

    2. Utilise chacun de ces mots dans deux phrases où le mot sera d'abord utilisé au sens propre, ensuite au sens figuré. Aide-toi du dictionnaire. nager - lourd - un serpent - un poids.

    Un même mot peut être employé: - au sens propre; il a alors une réalité concrète. Exemple: une taille fine (mince).

    - au sens figuré; dans ce cas, il est utilisé dans un contexte différent, de façon imagée. Exemple: une question fine (intelligente).

    De nombreuses expressions utilisent le sens figuré. Exemples: Ne pas voir plus loin que le bout de son nez.

    -Se retrouver nez à nez. Mettre le nez dehors.

    ~ Je m'entraîne

    3. Écris chaque expression en indiquant si elle est au sens propre ou au sens figuré. • un temps froid • une tête brûlée • un esprit obtus • un temps glacial • une tarte brûlée • un trou profond

    • un nouvelle toute chaude • un sentiment profond • une soupe toute chaude • un hiver glacial • un caractère froid • un angle obtus.

    4. Indique, pour chaque phrase, si le mot en gras est employé au sens propre ou au sens figuré. a. Les doigts du pianiste courent sur le clavier. b. Le petit âne porte un lourd chargement. c. Dans le hangar, la poule couve ses œufs. d. Maman est partie courir depuis une heure. e. L'athlète s'est bien battu, puis s'est écroulé de fatigue. f. Mattéo couve la grippe depuis ce matin. g. Le vieux mur s'est écroulé pendant la nuit. h. Le conducteur ivre porte la responsabilité de l' acciclen t.

    5. Explique chacune des expressions. Tu peux t'aider du dictionnaire. • Mettre les pieds clans le plat. • Casser les pieds à quelqu'un. • Être pieds et poings liés. • Mettre un projet sur pied. • Jouer comme un pied. • Ne pas savoir sur quel pied danser. • Se lever du pied gauche.

    6. Cherche des expressions figurées contenant les mots suivants. tête - œil - cœur - cou - doigt.

    àc.e l 7. Recopie chaque phrase et indique

    ,.,~-::. entre parenthèses si le mot (ou l'expression) en gras est utilisé(e) au sens propre ou au sens figuré. • Manon mène ses parents par le bout du nez. • L'argile est une roche imperméable. • Les poutres supportent le toit. • Je n'en peux plus; j'ai l'estomac dans les talons. • Le Premier ministre a donné le feu vert à ses ministres. • Cette histoire est cousue de fil blanc .

    À TOI DE JOUER 8. Retrouve les quatre expressions qui utilisent un verbe au sens figuré.

    ,-- (1) n ,-+ C ro

  • Radical, préfixe, suffixe Une chaleur torride

    On avait l'impression que la nuit était faite de goudron fondu qui vous dégoulinait dessus. En ce mois de juillet, il faisait chaud partout, mais dans Holt Street, c'était vraiment l'enfer. Buddy essayait en vain de trouver le sommeil; les draps étaient moites et collaient à son corps. P'pa n'était pas à la maison, car il travaillait la nuit. Les deux chambres ressemblaient à un four dont tous les brûleurs auraient été allumés. Finalement, Buddy prit son oreiller et, enjambant le rebord de la fenêtre, sortit sur l'escalier d'incendie, pour voir si l'on y respirait mieux. Il avait déjà fait ça des quantités de fois. On ne pouvait pas tomber, puisqu'il y avait une balustrade au petit palier... c Enfin, si, on aurait pu tomber avec de la malchance, mais ça n'était encore jamais arrivé. Buddy passait son bras autour d'un des barreaux de la rampe métallique, et ça l'empêchait de rouler dans son sommeil. Mais c'était peine perdue, on n'était pas mieux dehors que dedans. C'était toujours un four, sauf que dans celui-ci on venait peut-être d'éteindre les brûleurs. Buddy se dit qu'il lui fallait monter plus haut. Il y avait parfois une faible brise qui passait,au ras des toits. l'enfant reprit son oreiller et gravit les marches de fer jusqu'à l'étage du dessus, le sixième. La différence n'était guère sensible, mais, comme c'était là le dernier étage, fallait bien se contenter de ça, Buddy avait appris par expérience qu'on ne pouvait pas dormir sur le toit en terrasse, parce qu'il était couvert de graviers qui vous faisaient mal, avec, au-dessous, une couche de goudron que la chaleur rendait mou et collant. l'enfant se tortilla un peu sur les dures lames de fer qui étaient espacées, si bien qu'on avait l'impression d'être étendu sur un gril. Finalement, il s'endormit, comme on peut le faire à douze ans, même sur un escalier d'incendie.

    W. IRISH, Une incroyable histoire, trad. M.,B. ENDRÈBE, coll. « Souris noire», Syros Jeunesse.

    a. Que fait Buddy pour être sûr de ne pas tomber de l'escalier d'incendie en dormant? b. Pourquoi Buddy n'essaie-t-il pas de dormir sur la terrasse? c. Pourquoi le garçon est-il sorti de sa chambre?

    Je découvre

    1. Observe les deux mots en gras de la lecture. À partir de quels mots sont-ils formés? Qu'a-t-on ajouté à chacun de ces mots? Peux-tu former d'autres mots à partir du même radical?

    2. À partir de chaque mot ci-dessous, forme d'autres mots de la même famille en ajoutant un préfixe, un suffixe ou les deux. bras - silence - lecture - heureux - plat.

    3. Quel est le radical de chacun de ces mots? relire - porter - radiologue - transpercer - mangeable - finir - rebond - chanteur - passager - déboiser.

    4. Retrouve les mots qui ont un préfixe. Quel est ce préfixe? encaisser - enfer - enfermer - malaci~ _:_ déchet - maléfique - souterrain - souvei"aù/~ maladroit - défaire.

    À partir d'un mot simple, le radical, on peut former d'autres mots, appelés mots dérivés, en ajoutant un préfixe, un suffixe ou les deux à la fois. Le préfixe est un élément placé devant le radical et qui en modifie le sens. Exemples: il + légal ► illégal para + chute ► parachute

    préfixe radical mot dérivé préfixe radical mot dérivé

    Le suffixe est un élément placé après le radical et qui en modifie le sens. Exemples: renard + eau ► renardeau boucher + ie ► boucherie

    radical suffixe mot dérivé radical suffixe mot dérivé

    Souvent, le radical ne se retrouve pas en entier dans le mot dérivé. Exemples: soupe► soupière; lumière► lumineux.

    ~ Je m'entraîne

    S. Forme le contraire de chaque, mot en utilisant un préfixe. possible - charger - réel - moral - adresse - réparable_:_ lisible - aventure - content - connu.

    6. À partir de chaque verbe, forme de nouveaux verbes en ajoutant des préfixes. Exemple: tenir► retenir, soutenir, détenir. .. prendre - venir - porter - garder - voir - faire - fermer - former - servir - paraître - plier.

    7. Recopie chaque mot et sépare d'un trait le radical et le suffixe. vendeur - regrettable - crémerie - radiologie - grandir - charpentier - jaunâtre - rectangulaire - patinoire - fillette.

    8. Recopie uniquement les mots qui ont un suffixe. Sépare d'un trait radical et suffixe. norvégien - défaut - muret - guérir - hauteur - chaton - maison - échelle - fourchette - chauffage.

    9. Reproduis le tableau et décompose les mots, comme dans l'exemple.

    mot préfixe radical suffixe alourdir a lourd

    superposable - profond - lenteur - rapetisser - malh