SENEGAL - Ziguinchor

of 132 /132
Un Peuple – Un But – Une Foi MINISTERE DE L’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DES COLLECTIVITES LOCALES LIGNES DIRECTRICE POUR LA COOPERATION INTERNATIONALE REGION DE ZIGUINCHOR REPUBLIQUE DU SENEGAL PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT PROGRAMME D’APPUI AUX RÉSEAUX TERRITERIAUX ET THÉMATIQUES POUR UNE GOUVERNANCE LOCALE DE DÉVELOPPEMENT ART GOLDSÉNÉGAL CONSEIL REGIONAL LE JOOLA ANNEE 2012

Embed Size (px)

description

Lignes directrices en appui à la stratégie régionale pour la Coopération Internationale – 2011

Transcript of SENEGAL - Ziguinchor

  • Un Peuple Un But Une Foi

    MINISTERE DE LAMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DES COLLECTIVITES LOCALES

    LIGNES DIRECTRICE POUR LA COOPERATION INTERNATIONALE

    REGION DE ZIGUINCHOR

    REPUBLIQUE DU SENEGAL

    PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR

    LE DEVELOPPEMENT

    PROGRAMME DAPPUI AUX RSEAUXTERRITERIAUX ET THMATIQUES POUR

    UNE GOUVERNANCE LOCALE DE DVELOPPEMENT ART GOLDSNGAL

    CONSEIL REGIONAL

    LE JOOLA

    ANNEE 2012

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page1

  • 2NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page2

  • LIGNES DIRECTRICE POUR LA COOPERATION INTERNATIONALE

    REGION DE ZIGUINCHOR

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page3

  • 4Document des lignes directrices de la Rgion de Ziguinchor

    Carte n1 : Rgion de Ziguinchor lintrieur du pays

    Source : Programme ART GOLD 2010

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page4

  • 5Document des lignes directrices de la Rgion de Ziguinchor

    SIGLES, ACRONYMES ET ABREVIATIONS..8PREAMBULE.10INTRODUCTION13CHAPITRE I/PRESENTATION GENERALE DE LA REGION15CHAPITRE II/ BILAN DIAGNOSTIC DE LA REGION DE ZIGUINCHOR.172.1. LENVIRONNEMENT ET LES RESSOURCES NATURELLES172.1.1. Foresterie172.2. LES SERVICES SOCIAUX DE BASE.192.2.1. Sant et nutrition192.2.2. Education et formation212.2.3. Hydraulique et assainissement232.2.3. Habitat et cadre de vie252.2.4. Sports262.2.5. Culture272.2.6. Pauvret282.3. DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE LOCAL302.3.1. Lagriculture..302.3.2. Elevage312.3.3. Pche322.3.4. Tourisme332.3.5. Artisanat :342.3.6. Industrie352.3.6. Mines372.3.7. Emploi et entreprenariat372.3.8. Les secteurs dappui la production382.4. DECENTRALISATION ET GOUVERNANCE LOCALE472.4.1. DECENTRALISATION ET DECONCENTRATION472.4.2. Justice.502.5. JEUNESSE51CHAPITRE III/ VISION DE DEVELOPPEMENT DE LA REGION.55CHAPITRE IV/ THEMATIQUES DE DEVELOPPEMENT DE LA REGION55BILAN DIAGNOSTIC ET LIGNES DIRECTRICES DEPARTEMENT DE ZIGUINCHOR74CHAPITRE I/ PRESENTATION DU DEPARTEMENT DE ZIGUINCHOR.74CHAPITRE II/ BILAN DIAGNOSTIQUE DU DEPARTEMENT DE ZIGUINCHOR752.1. ENVIRONNEMENT ET LES RESSOURCES NATURELLES752.1.1. Foresterie752.2. SERVICES SOCIAUX752.2.1. Sant.752.2.2. Education et Formation762.2.3. Hydraulique762.2.4. Assainissement762.2.5. Sports77

    SOMMAIRE

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page5

  • 6Document des lignes directrices de la Rgion de Ziguinchor

    2.2.6. Culture.772.2.7. Pauvret772.3. DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE LOCAL.772.3.1. Agriculture772.3.2. Elevage772.3.3. Pche782.3.4. Tourisme782.3.5. Artisanat782.3.6. Industrie782.3.7. Mines et gologie782.3.8. Secteurs dAppui la Production..782.4. GOUVERNANCE ET DECENTRALISATION802.4.1. Dcentralisation802.4.2. Justice802.5. JEUNESSE802.5.1. Promotion de lEmploi des jeunes802.6. DYNAMIQUE ORGANISATIONNELLE812.7. LE DEVELOPPEMENT SOCIAL 812.7.1. La prise en charge des personnes vulnrables81CHAPITRE III/ LA SITUATION DU PARTENARIAT81CHAPITRE IV/ THEMATIQUES DE DEVELOPPEMENT DU DEPARTEMENT DE ZIGUINCHORxBILAN DIAGNOSTIC ET LIGNES DIRECTRICES DEPARTEMENT DE BIGNONA92CHAPITRE I/ PRESENTATION DU DEPARTEMENT DE BIGNONA92CHAPITRE II/ BILAN DIAGNOSTIQUE DU DEPARTEMENT DE BIGNONA922.1. ENVIRONNEMENT ET LES RESSOURCES NATURELLES922.1.1. Le milieu physique922.1.2. Les ressources naturelles932.2. SERVICES SOCIAUX.942.2.1. Sant942.2.2. Education et Formation952.2.3. Hydraulique952.2.4. Le cadre de vie962.2.5. Assainissement962.2.6. Sports972.2.7. Culture 972.2.8. Pauvret 972.3. DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE LOCAL 972.3.1. Agriculture972.3.2. Elevage982.3.3. Pche982.3.4. Tourisme982.3.5. Artisanat 992.3.6. Industrie 992.3.7. Mines et gologie99

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page6

  • 7Document des lignes directrices de la Rgion de Ziguinchor

    2.3.8. Secteurs dAppui la Production992.4. GOUVERNANCE ET DECENTRALISATION1012.4.1. Dcentralisation1012.4.2. Justice1012.5. DYNAMIQUE ORGANISATIONNELLE.1012.6. JEUNESSE1012.6.1. Promotion de lEmploi des jeunes1022.7. DEVELOPPEMENT SOCIAL1022.7.1. La prise en charge des personnes vulnrables102CHAPITRE III/ LE PARTENARIAT DANS LE DEPARTEMENT103CHAPITRE IV/ THEMATIQUES DE DEVELOPPEMENT DU DEPARTEMENT DE BIGNONA103BILAN DIAGNOSTIC ET LIGNES DIRECTRICES DEPARTEMENT DOUSSOUYE111CHAPITRE I/ PRESENTATION DU DEPARTEMENT DOUSSOUYE111CHAPITRE II/ BILAN DIAGNOSTIQUE DU DEPARTEMENT DOUSSOUYE1122.1. ENVIRONNEMENT ET LES RESSOURCES NATURELLES1122.1.1. Foresterie1122.2. SERVICES SOCIAUX..1122.2.1. Sant1122.2.2. Education et Formation1122.2.3. Hydraulique1132.2.4. Le cadre de vie1132.3.5. Sports1132.3.6. Culture1132.3.7. Pauvret1142.4. DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE LOCAL..1142.4.1. Agriculture1142.4.2. Elevage1152.4.3. Pche1152.4.4. Tourisme1162.4.5. Artisanat1162.4.6. Industrie1162.4.7. Mines et gologie1162.4.8. Secteurs dAppui la Production1172.5. GOUVERNANCE ET DECENTRALISATION1182.5.1. Dcentralisation1182.5.2. Justice1182.6. DYNAMIQUE ORGANISATIONNELLE.1182.7. JEUNESSE1182.8. DEVELOPPEMENT SOCIAL119CHAPITRE III/ PARTENARIAT119CHAPITRE IV/ THEMATIQUES DE DEVELOPPEMENT DU DEPARTEMENT DOUSSOUYE119CHAPITRE V/ MODALITES DE MISE EN UVRE128

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page7

  • 8Document des lignes directrices de la Rgion de Ziguinchor

    ART GOLD : Programme dAppui aux Rseaux Territoriaux etthmatiques pour une Gouvernance Locale deDveloppement

    AGP : Association des Groupement des PcheursAJAC : Association des Jeunes Agriculteurs de CasamanceAPE : Association des Parents dElvesAPROSEN: Agence pour la Propret du SngalAMA: Agence des Musulmans dAfriqueANRAC : Agence Nationale pour la Reconstruction de laCasamanceANEJ : Agence Nationale pour lEmploi des JeunesARD : Agence Rgionale de DveloppementARSD : Agence Rgionale de la Statistique et de la DmographieASUFOR: Association des Usagers de ForagesANCAR: Agence Nationale de Conseil Agricole et RuralASC : Association Sportive et CulturelleASER : Agence Sngalaise dElectrication RuraleBCEAO : Banque Centrale des Etats de lAfrique de lOuestBHS : Banque de lHabitat du SngalCADL : Centre dAppui au Dveloppement LocalCCA : Centre Conseil pour AdolescentCEDEAO : Communaut Economique des Etats de lAfrique delOuestCNAMS : Centre National dAction AntiminesCAPE : Cellule dAppui la Promotion des JeunesCBAO : Compagnie Bancaire de lAfrique de lOuestCDEPS : Centre Dpartemental dEducation Populaire et SportiveCEM : Collge dEnseignement MoyenCFA : Communaut Financire dAfriqueCTR : Comit Technique RestreintCL : Collectivits LocalesCLCOP : Comit Local de Concertation des Organisations deProducteursCNCAS : Caisse Nationale de Crdit Agricole du SngalCPR : Centre Rgional de PlanicationCTP : Comit Technique de PilotageCR : Communaut RuraleCRZ : Conseil Rgional de Ziguinchor

    DERBAC : Dveloppement Rural en Basse CasamanceDIPE : Dveloppement Intgr de la Petite EnfanceDIREL : Direction de lElevageDLD : Document des Lignes DirectricesDRDR : Direction Rgionale du Dveloppement RuralEFI : Ecole de Formation des InstituteursENDA : Environnement et Dveloppement en Afrique FAFS: Fdration des Associations Fminines du SngalFNPJ : Fonds National pour la Promotion de la JeunesseGIC : Groupement dIntrt CommunautaireGIE : Groupement dIntrt EconomiqueGOANA : Grande Oensive Agricole pour la Nourriture etlAbondanceGTR : Groupe de Travail RgionalGTD : Groupe de Travail DpartementalHI: Handicap InternationalIA : Inspection dAcadmieIDEN : Inspection Dpartementale de lEducation NationaleIDSV : Inspection Dpartementale des Services VtrinairesIEC : Information Education CommunicationIRPA : Inspection Rgionale de la Protection AnimaleIREF : Inspection rgionale des Eaux et FortsISRA : Institut Sngalais de Recherches AgricolesLD: Lignes DirectricesMFDC : Mouvement des Forces Dmocratiques de la CasamanceMUPROEL : Mutuelle des Professionnels de lElevageMUPROP : Mutuelle des Professionnels de la PcheN.D : Non DisponibleOCB: Organisation Communautaire de BaseOF: Organisation FminineONG : Organisation Non GouvernementalePLD : Plan Local de DveloppementPIC : Plan Investissement CommunalPRDI : Plan Rgional de Dveloppement IntgrPTF: Partenaires Techniques et FinanciersPROGES : Projet de Gestion des Eaux du SudPROCAS : Programme CasamancePNDL: Programme National de Dveloppement Local

    SIGLES, ACRONYMES ET ABREVIATIONS

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page8

  • 9Document des lignes directrices de la Rgion de Ziguinchor

    PIADESPC : Programme Intgr dAppui au DveloppementEconomique et Social PADERCA: Projet dAppui au Dveloppement Rural en CasamancePDMAS: Programme de Dveloppement des Marches Agricoles duSngalPME : Petite et Moyenne EntreprisePMI : Petite et Moyenne IndustriePMIA: Projet de Modernisation et dIntensication AgricolePEPAM/USAID: Programme dEau Potable et dAssainissement du

    Millnaire appuy par lAgence Amricaine pour leDveloppement International

    PAM: Programme Alimentaire MondialPDU : Plan Directeur dUrbanismePLAN REVA : Plan Retour Vers lAgricultureSDE : Sngalaise des EauxSONES : Socit Nationale des Eaux du SngalSRPS : Service Rgional de la Prvision et de la Statistique

    SENELEC : Sngalaise de lElectricitSIL: Socit Internationale de LinguistiqueSONATEL : Socit Nationale des Tlcommunications SODIZI : Socit de Domaine Industriel de ZiguinchorSONACOS : Socit Nationale de Commercialisation des

    Olagineux du SngalSTD : Services Techniques DconcentrsSGBS : Socit Gnrale de Banques au SngalSRDC : Service Rgional du Dveloppement CommunautaireSRP : Service Rgional de la PlanicationTBS : Taux Brut de ScolarisationUNESCO: Organisation des Nations Unies pour lEducation, la

    Science et la CultureUNICEF: Fonds des Nations Unies pour lEnfanceUSAID : Agence des EtatsUnis pour le DveloppementInternational

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page9

  • 10

    Document des lignes directrices de la Rgion de Ziguinchor

    Le processus de Dcentralisation men au Sngal a connu un vritable tournant en 1996 avec lrection de la rgion en collectivit locale, lacration de lAgence Rgionale de Dveloppement comme bras technique de cette dernire et le transfert de neuf domaines de comptencede lEtat aux pouvoirs publics locaux. Selon larticle 3 du code des Collectivits Locales (CCL), celles ci (443 en 2009) ont pour missions laconception, la programmation et la mise en uvre des actions de dveloppement an de sortir leurs populations des viscres de la pauvret.

    Linsusante capacit de ces entits faire face leurs missions pose le dbat sur la pertinence du cadre juridique de la Dcentralisation, surla capacit des administrations locales relever les ds dun sous dveloppement chronique par une bonne gouvernance locale, sur lutilisationecace de laide comme facteur de lutte contre la pauvret des mnages.

    La Dcentralisation au Sngal a toujours souert de ce juridisme ambiant d lambigit des textes. Les fonds de concours, de dotationet les retombes scales distribus par lEtat aux Collectivits locales en plus dtre insusants, sont allous de manire discriminatoire.Aussi, linsusance dune vision et des stratgies conomiques performantes dans la dnition des politiques publiques locales, la faiblepratique de lintercommunalit et la non exploitation de toutes les opportunits quore la Coopration dcentralise (article 17 du Codedes Collectivits locales) ne militent pas en faveur dune autonomie nancire des Collectivits locales.

    De grands programmes de Dveloppement ont t initis pour soutenir le dveloppement rgional. Mais le problme de transferts de ressourcesaux collectivits locales, les dicults de portage politique et technique qui pose la problmatique de la participation eective des acteurs, demeurele principal obstacle une dcentralisation oprationnelle. Limplication des acteurs la base au processus de dveloppement est encore timide.

    Le processus de Dcentralisation est certes irrversible, mais risque de demeurer dormante, et dtourn de ses objectifs initiaux si elle nestpas appuye par la mise disposition des Collectivits locales doutils pertinents pour bien grer leurs territoires.

    Le programme ART GOLD voudrait par consquent venir en appui aux Collectivits Locales du Sngal, en proposant un modle, une vision,une dmarche et des outils novateurs, volutionnistes qui prnent la participation de tous les acteurs, larticulation des territoires, lepartenariat, la conceptualisation, la capitalisation et la rplication des expriences dveloppes.

    La promotion de lapproche territoriale, avec les groupements dintrt communautaire (GIC) et les Maisons du Dveloppement local (MDL)est lune des dmarches novatrices et exploratoires du Programme ART GOLD. Le GIC est un regroupement de toutes les collectivits localesdun dpartement autour dobjectifs prcis, pour promouvoir lintercommunalit, la solidarit et la prquation entre les collectivits locales. Atravers la mise en place de ces entits, lambition du programme ART GOLD est de crer des ples de dveloppement stratgiques, bien articulsterritorialement la rgion et aux collectivits de base, et aptes ngocier avec les partenaires la Coopration dcentralise, des projetsstructurants et les excuter avec succs.

    Le programme ART GOLD Sngal, peut donc tre considr comme le laboratoire de la dcentralisation et du dveloppement Local.

    Nous souhaitons vivement que ce document constitue la fois le socle et le vivier de la Coopration Dcentralise au Sngal.

    PREAMBULE

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page10

  • 11

    Document des lignes directrices de la Rgion de Ziguinchor

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page11

  • 12

    Document des lignes directrices de la Rgion de Ziguinchor

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page12

  • 13

    Document des lignes directrices de la Rgion de Ziguinchor

    Le Programme ART GOLD Sngal fait partie du rseau international ART. En ancrage la Direction de la Coopration Dcentralise, du Ministredes Collectivits Locales, il a eectivement dmarr ses activits en 2009 et est excut dans deux rgions pilotes : la rgion de Louga et cellede Ziguinchor. ART GOLD Sngal est propos comme un cadre oprationnel mis la disposition des rseaux de la Coopration Dcentralise.Il constitue une plateforme pour les acteurs et les initiatives de coopration. Cest un mcanisme intersectoriel, port par le Systme desNations Unies, qui repose sur un mode de gestion administrative plus agile.

    Il vise articuler, sur les territoires et dans le cadre du processus de dcentralisation et de gouvernance locale, les initiatives politiques etoprationnelles des diffrents acteurs internationaux, rgionaux et locaux. Comme mcanismes dvelopps, le Programme a initi lesLignes Directrices, la mise en place de Groupements dintrt Communautaire et les Maisons de Dveloppement local.

    Les Lignes Directrices sont des documents de planication issus dun long processus de planication harmonise du point de vue de ladmarche et du contenu, articul toutes les chelles du territoire rgional et labor dans un fort contexte participatif. Elles constituent lesfondamentaux mme de lintervention du Programme car devant baliser la voie suivre par la Rgion et ses dpartements pour nancer, parle biais de lintercommunalit et de la Coopration Dcentralise des projets structurants, des projets dimpacts, respectant les principes decohrence territoriale, de solidarit et de prquation entre les CL, cela dans le but dradiquer la pauvret et de promouvoir le dveloppementconomique et social de nos populations.

    Ces documents de Lignes Directrices, sont ports politiquement par le Conseil Rgional de Ziguinchor et techniquement par les groupes detravail. Ils ont t labors dans un processus ascendant qui part du niveau dpartemental la synthse rgionale.

    A cet eet, les organes ciaprs ont t mis en place pour chaque dpartement par arrt Prfectoral:

    un Groupe de Travail Dpartemental (GTD), prsid provisoirement par le Prfet, en attendant la mise en place du GIC avec un Secrtaire etun Secrtaire adjoint. Ce GTD est compos des chefs de services techniques dpartementaux, des lus des CL du dpartement, de la Socitcivile et du Secteur priv (niveau dpartemental);

    un Groupe de Travail Rgional (GTR), mis en place par arrt du Prsident du Conseil Rgional, est prsid par celuici ou par son reprsentant,le secrtariat tant con lARD, avec comme membres les chefs de Services techniques rgionaux, les Conseillers rgionaux, la Socitcivile et le secteur priv (niveau rgional) ;

    un Comit Technique Restreint manation du (GTR) comme bras technique de celuici.

    Les organes cidessus ont eu mettre en uvre le plan de travail ciaprs pour chaque dpartement : un atelier de deux journes pour la validation du bilan diagnostic et des LD labores par chacun des chefs de Service technique sectoriel

    dpartemental et par les CL sous la coordination du CADL, qui, avec le CTR, a pralablement fait la synthse des direntes contributionssus voques.

    Concernant la Rgion, ces deux parties, en loccurrence, le bilan diagnostic et les LD labors par chacun des chefs de service techniquesectoriel rgional ont t valid au cours dun atelier dune seule journe sous la coordination technique de lARD et en prsence du GTR.

    INTRODUCTION

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page13

  • 14

    Document des lignes directrices de la Rgion de Ziguinchor

    Au cours de ces ateliers, les quatre (4) commissions techniques ciaprs ont eu eectuer le travail suivant, les quatre thmatiques proposespar le Programme ARTGOLD sont valids par les CL de la rgion.

    Toutefois, la commission Dveloppement Economique Local a t scinde en deux sous commissions compte tenu du nombre important dessecteurs concerns Ainsi, les commissions se prsentent comme suit :

    Commission Gouvernance et Dcentralisation Commission Services Sociaux Commission Dveloppement Economique Local subdivis en deux sous commissions :o Sous commission Secteurs Productifso Sous commission Secteurs dAppui la Productiono Commission Environnement

    Les travaux des direntes commissions ont t chaque fois restitus et valids par le GTD ou le GTR selon le cas aprs que le CTR ait prisen compte les observations et suggestions formules par la plnire de latelier considr.

    Le document des LD rgional a par la suite fait lobjet dune validation au cours dune session du Conseil Rgional et dun visa dapprobationpar le Gouverneur postriori.

    Quatre rsultats sont attendus travers ce processus dlaboration des LD.R1 : Un cadre organisationnel dlaboration des LD est dni ;R2 : Une mthodologique optimale dlaboration du DLD rgionales et dpartementales est dnie ;R3 : Un bilan diagnostic succinct et claire des dirents secteurs conomiques et sociaux dpartementaux et rgionaux est tabli ;R4 : Les LD dpartementales et rgionales des dirents secteurs conomiques et sociaux sont clairement dnies.

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page14

  • La rgion de Ziguinchor se situe 1233 latitude Nord, 1616 longitude Ouest, dclinaison magntique 1305 et 19,30 m daltitude au sudouest du pays dans la zone sud guinenne. Elle est une rgion chaude et humide, qui peut recevoir en moyenne 1200 mm de pluie par an.

    La rgion de Ziguinchor couvre une supercie de 7339 km2, qui en fait l'une des rgions les moins tendues du pays. Elle est limite l'Est parla Rgion de Sdhiou, l'Ouest par l'Ocan Atlantique sur 86 km de cte, au Nord par la Rpublique de Gambie et au Sud par la Rpubliquede Guine Bissau. On y distingue trois (3) zones :

    la zone Nord qui correspond une partie du dpartement de Bignona, zone moins arrose avec un climat soudano guinen. Deuxtypes de sols rencontrs : des sols ferrugineux et des sols ferralitiques sur lesquels pousse la savane boise.

    la zone Ouest qui regroupe une autre partie du dpartement de Bignona et tout le dpartement dOussouye. Cette zone est bien arroseet les sols hydro morphes rencontrs favorisent une vgtation de mangrove.

    la zone Sud Ouest correspond au dpartement de Ziguinchor et connat des prcipitations trs abondantes. On y trouve une fort avecdes espces trs varies, des fromagers et une multitude darbres fruitiers.

    Le climat de type tropical, subguinense caractrise par une longue saisonsche (d'octobre mai) et unhivernage sur quatre mois et demie. Latendance la baisse de la pluviomtrie(1065mm) en 1997 semblemaintenant retrouver son niveaunormal avec une tendance croissantemais en dents de scie. En 2009, lamoyenne pluviomtrique tait de1309,94 mm avec une hauteur d'eaumoyenne obtenue en 74 jours. Lamoyenne annuelle des tempraturesse situe environ 27C avec uneamplitude thermique de 22C (avril :37C janvier : 20C).

    La gomorphologie prsente des sols deplateaux et de terrasses (ferralitiques,ferrugineux) des rizires prs desestuaires et le long des cours d'eaucaractriss par des sols hydro morphesriches, propices la riziculture et dessols halomorphes (salins).

    CHAPITRE I : PRESENTATION GENERALE DE LA REGION

    15

    Document des lignes directrices de la Rgion de Ziguinchor

    Carte n1 : Situation administrative de la Rgion de Ziguinchor

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page15

  • La population de la Rgion de Ziguinchor se caractrise par une grande diversit dethnies qui y vivent de faon harmonieuse. Plus de la moitide la population est constitue par l'ethnie Diola (61%), viennent ensuite le groupe Mandingue (9%), le groupe Poular (9%), les Ouolofs (5%),les Manjaques (4%), les Mancagnes (3%), les Balantes (2,5%), les Srres (2,4%) et les autres ethnies (5,18%).

    Cette population, estime en 2009 six cent quatre vingt quatre mille quatre cent soixante (694.460) hts, est ingalement rpartie entre lestrois (3) dpartements de la Rgion. Un peu moins de la moiti soit environ 46,3% (321.330 hts) se trouve concentre sur les 15,75 % de lasupercie que constitue le dpartement de Ziguinchor, avec une densit allant jusqu' deux cent soixante dix huit (278) habitants au km2.

    Le dpartement de Bignona, pourtant le plus vaste (72,15 % de la supercie rgionale), soit 5295 km2, a une densit de seulement 59 habitantsau km2 avec une population de trois cent dix milles six (310.006) habitants. Concernant le Dpartement dOussouye, la densit est de 71habitants au km2 pour une supercie de 891 km2 et une population de soixante trois mille cent vingt quatre (63.124) habitants.

    La rpartition par sexe laisse apparatre un certain quilibre entre les hommes et les femmes avec toutefois une lgre domination des femmes.Cet quilibre s'observe tous les ges, sauf pour la tranche d'ge 1019 ans pour laquelle les hommes sont plus nombreux que les femmes.La rpartition selon les grands groupes d'ges conrme la jeunesse de la population avec environ 52 % qui ont moins de 20 ans. Les populationsde la Rgion de Ziguinchor sont dans leur crasante majorit fortement croyante. L'Islam est la religion la plus pratique avec environ cinqcent dix sept mille deux cent trente trois (517.233) adeptes soit 74,48 % en 2009. Pour cette mme anne :

    les catholiques sont estims environ 121.113, soit 17, 44 % ; les autres chrtiens sont estims 3.195 adeptes, soit 0,46 % ; les animistes, quant eux, sont au nombre de 53.265 adeptes, soit 7,67%. Ils sont surtout localiss dans larrondissement de Nyassia et

    dans le dpartement dOussouye o, ils reprsentent environ 45% de la population.

    Le taux d'accroissement moyen naturel de la population au niveau de la rgion (3,2%) entre 2003 et 2009 est relativement lev par rapport la moyenne nationale (2,6 %). Le niveau lev de ce taux est sans doute d la paix progressivement recouvre tout au long de la priodeconsidre. Cet tat de fait a, non seulement, favoris le retour dans leurs localits des personnes jadis dplaces vers les pays limitrophes,mais a galement encourag la reprise des activits de la plupart des projets et programmes qui avaient ralenti, voire stopp leurs actions.

    16

    Document des lignes directrices de la Rgion de Ziguinchor

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page16

  • Les formations forestires sont constitues de forts classes et de nombreuses forts naturelles non classes, appeles forts de terroir.Lensemble de ces formations forestires joue un rle important pour lconomie rgionale. Son potentiel riche et vari sert lalimentationdes populations, la fourniture de matriaux de construction, de bois dnergie, de services et de matires duvre pour lartisanat. Il existe deux sous zones co gographiques :

    v La sous zone forestire sudouest Mangrove (S.O.M.)Cette sous zone est fortement inuence par lestuaire uviomaritime de la Casamance. Elle couvre les dpartements dOussouye et deZiguinchor, lArrondissement de Tendouck et la communaut rurale de Kafountine, soit environ 3.505 km2, ce qui reprsente 48 % de lasupercie totale de la rgion.

    Les formations du domaine forestier sont constitues par des forts denses sches et des fortsgaleries localises principalement dans lapartie sud, par de la mangrove et des palmeraies qui colonisent la zone uviomaritime. On note galement la prsence du rnier dans cettesous zone. Divers produits forestiers (bois duvre, de service, de chaue, charbon de bois, fruits forestiers, huile de palme,) tirs de cesformations vgtales contribuent satisfaire les besoins des populations, et amliorer les conditions de vie en milieu rural. Mais durant lesdeux dernires dcennies, lvolution de ces formations forestires est globalement marque par la dgradation des forts de palmeraie, demangrove, de rneraie et dautres essences.

    v La sous zone forestire Sud Ouest Continentale (S.O.C)Elle couvre lArrondissement de Sindian et lArrondissement de Tenghory dans le Dpartement de Bignona. On note que les formations du domaine forestier (forts classes et forts de terroirs) de la souszone peuvent tre rparties en deux grandsgroupes :

    les forts denses sches localises dans la portion sud de la souszone, les forts sches claires et savanes (arbores ou arbustives) prdominantes dans le reste de la sous zone.

    A ces deux groupes sajoutent la rneraie essentiellement rencontre dans cette sous zone, la palmeraie et quelques peuplements depaltuviers. Toutes ces formations forestires sont prouves en ltat actuel.

    Tableau n1 : Situation des forts classes en 2009

    CHAPITRE II : BILAN DIAGNOSTIC DE LA REGION DE ZIGUINCHOR2.1. LENVIRONNEMENT ET LES RESSOURCES NATURELLES

    2.1.1. Foresterie

    17

    Document des lignes directrices de la Rgion de Ziguinchor

    Dpartements Supercie (ha) Massifs classs Supercies classes (ha) Taux classement

    Bignona 529 500 20 100 434,3 19%

    Oussouye 89 100 06 6 469 07%

    Ziguinchor 115 300 04 9 902 08%

    Total 733 900 30 116 805,3 16%

    Source : Statistiques IREF

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page17

  • Carte n2 : rpartition des ressources naturelles de la Rgion

    18

    Document des lignes directrices de la Rgion de Ziguinchor

    v Situation des forts communautaires : Les formations naturelles du domaine protg dont la gestion relve de la responsabilit des CL couvrent une supercie totale de 346 359,6ha. Actuellement, on compte une seule fort statut communautaire : savoir la fort des Kalounayes (situe dans le dpartement de Bignona)qui couvre une supercie de 1 773 hectares.

    Les atouts : Lexistence dun potentiel ligneux riche et vari avec des cosystmes particuliers et caractristiques de la rgion (mangrove, palmeraie, rneraie) ; le retour des partenaires au dveloppement avec des projets et programmes orients dans la gestion des ressources forestires ; lexistence dOCB de plus en plus actives dans la gestion des ressources forestires ; lamlioration observe ces dernires annes de la

    pluviosit ; la relance du centre de recherche et dveloppement (DRPF/ISRA) et lexistence dun centre de formation technique forestier ; les conditions climatiques des plus favorables du pays (en moyenne 1200 mm par an) ; des sols riches et favorables au dveloppement

    des formations vgtales ; un rseau hydrographique riche, vari et trs structur ; des considrations socioculturelles favorables.

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page18

  • 19

    Document des lignes directrices de la Rgion de Ziguinchor

    Forts de Paltuviers et de Mangroves Forts dense, Arbres Gants Verdure de la Rgion

    Les contraintes : Les mauvaises pratiques d'exploitation des ressources forestires ; lexploitation illicite des produits forestiers ; les feux de brousse ; les dfrichements inconsidrs pour la recherche de terres cultivables; la faible implication des CL dans la gestion

    des ressources forestires ; linsusance de coordination et dintgration des interventions des dirents acteurs intresss par la GRN ; linsusance du personnel technique, des moyens logistiques et nanciers mis la disposition du Service Rgional des Eaux et Forts ; linsusance des capacits techniques des populations locales pour une gestion durable des ressources forestires ; linsusance de la matrise des textes lgislatifs et rglementaires en matire de GRN ; la remonte de la langue sale.

    Les solutions : Promouvoir llaboration et la mise en uvre de plans damnagement et de gestion rationnelle et participative des massifs forestiers ; Promouvoir la valorisation des produits forestiers ligneux et non ligneux par une meilleure matrise des lires ; Renforcer et largir le partenariat entre les services tatiques, les partenaires institutionnels ; Renforcer les capacits techniques, organisationnelles et nancires des acteurs impliqus dans la GRN, notamment les services

    techniques, les CL et les OCB.

    v Les dynamiques organisationnelles du secteur Par le biais du Service des Eaux et Forts, des projets et programmes intervenant dans la rgion, les populations, sous lgide des CL, laborentdes plans damnagement et de gestion forestiers (GRN) pour avoir la pleine responsabilit des forts.

    2.2. LES SERVICES SOCIAUX DE BASE 2.2.1. Sant et nutrition Le Sngal s'est engag dvelopper son systme de sant en se fondant sur la stratgie des soins de sant primaires. Il a en outre, entreprisdes rformes visant essentiellement la rationalisation et le dveloppement harmonieux des structures en vue d'amliorer qualitativement etquantitativement les services.

    Dans la rgion, malgr les eorts consentis et les progrs raliss, le secteur est toujours caractris par une prise en charge sanitaireinsusante de sa population. La rgion est divise en cinq districts (Ziguinchor, Oussouye, Bignona, Diouloulou, Thionck Essyl).

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page19

  • 20

    Document des lignes directrices de la Rgion de Ziguinchor

    InfrastructuresBignona Oussouye Ziguinchor Rgion

    Public Priv Total Public Priv Total Public Priv Total Public Priv TotalHpitaux 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0 1Centre de sant 3 0 3 1 0 1 1 0 1 5 0 5Postes de sant 56 5 61 12 1 13 25 7 32 93 13 106Cases de sant 101 0 101 13 0 13 6 0 6 120 0 120Maternits rurales 157 5 162 11 3 14 28 2 30 196 10 206Pharmacies 0 5 5 0 3 3 2 17 19 2 25 27Sous brigades dhygine 3 0 3 1 0 1 1 0 1 5 0 5S.E.P.S. 3 0 3 1 0 1 1 0 1 5 0 5Centre PMI 3 0 3 1 0 1 2 0 2 6 0 6Cabinet mdical 0 0 0 0 1 1 0 5 5 0 6 6

    Tableau n2 : Rpartition des infrastructures sociosanitaires par statut et par dpartement en 2009

    Tableau n3 : Nombre de cas enregistrs en 2009 des 10 premires maladies cause de morbidit

    Source: Rgion Mdicale Ziguinchor

    Source: Rgion Mdicale Ziguinchor

    Tableau n4 : Prsentation des atouts, contraintes, solutions et dynamiques organisationnelles du secteur

    Types demaladies Touxrhume

    Maladiepeau Bronchite

    Accspalustre Plaies Diarrhe Grippe HTA IRA basse

    Pneumopathie

    Autres prciser

    Nombrede cas

    (Rgion)9602 7699 6648 5827 4747 4386 4266 3527 3400 3022 10412

    Atouts Contraintes Solutions Dynamiquesorganisationnelles

    Couverture sanitaire relativementsatisfaisante (la zone nord de largion reste complter)

    Inaccessibilit de certaines zones dela rgion lie au contexte dinscurit

    Renforcer le dispositif scuritaireRecruter un personnel quali /communautaire issu de la zone

    Niveau technique

    Existence des quipes cadres dergion et de districts

    Organisation rgulire des runionsde coordination rgionales et dedistricts

    Existence des comits de sant quisont des cadres dexpression de lacommunaut la gestion desproblmes de sant

    Existence des comits de gestionconformment aux dispositions destextes relatifs au transfert decomptence

    Existence dun CHR au niveau dela rgion

    Vtust des services au niveau delhpital rgionalDcit en ressources humainesqualies (spcialistes)Vtust de la logistique

    Rhabiliter les services de lhpitalrgionalMettre disposition des ressources humaines de qualitRenouveler la logistique du CHR

    Dynamique communautaire forteautour de la rsolution desproblmes de sant

    La pauvretLa crise

    Renforcer le dispositif scuritaireCration dactivits gnratricesde revenus

    Adhsion des populations lapolitique de contribution leortde sant

    Vtust de la logistiqueLa pauvretLa crise

    Cration de mutuelles de sant par lespopulations pour amliorer laccessibilitnancire aux soins de sant

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page20

  • 2.2.2. Education et formation En matire d'ducation, la rgion de Ziguinchor est la plus scolarise du pays. Le TBS est pass de 100,9% en 2003 110,30% en 2010. Ceschires montrent que dans la rgion, il sagit moins de convaincre les populations de la ncessit de scolariser les enfants, que de satisfairetoutes les zones o les besoins d'ducation sont prsents, en amliorant surtout la qualit des enseignements. Le rseau scolaire en 2010comprenait cent soixante dix huit (178) structures de Dveloppement Intgr de la Petite Enfance, quatre cent treize (413) coles lmentaires,cent treize (113) CEM, vingt cinq (25) lyces et deux cent cinquante trois (253) Daaras. Ce rseau scolaire est caractris par une grandedisparit entre les dpartements :

    lIDEN de Bignona avec 55,3% des structures du formel et 47,53% des eectifs dlves lIDEN de Ziguinchor avec 31,7% des structures du formel et 42,09% des eectifs dlves lIDEN dOussouye avec 13,03% des structures du formel et 10,36% des eectifs dlves.

    Lenseignement priv est assez dynamique avec cent neuf (109) structures sur un total de sept cent vingt neuf (729), soit 15% du rseau. Acela, il faut ajouter lengouement et lengagement des communauts pour lcole, malgr le contexte de crise. Ces caractristiques et cesspcicits ont bien entendu un impact sur les performances et les contre performances du systme ducatif rgional.

    Le systme ducatif rgional est organis linstar du systme ducatif national. Il couvre toutes les sections tant de lenseignement gnralque de lenseignement technique et professionnel public et priv.

    v Dveloppement intgr de la Petite Enfance Les structures du DIPE composes des cases des toutpetits, des coles maternelles et des coles communautaires connaissent au niveaurgional une progression rgulire. Lanalyse des statistiques des eectifs par sexe rvle une croissance denviron 15% de leectif des lvesentre 2008 et 2010 et une croissance rgulire du Taux Brut de Prscolarisation de 2006 2010 , avec cependant une lgre baisse de lindicede parit F/G passant de 1,01 0, 99 entre 2009 et 2010.

    Les contraintes au DIPE : La rgion ne compte quun seul inspecteur du Prscolaire pour lensemble des structures de ce systme ; linsusance des cantines

    scolaires ; les dicults de prise en charge nancire des enseignants par les communauts (conditions sociales trs direntes dune localit

    une autre) ; la plupart des structures sont encore des abris provisoires ; les constructions ne correspondent pas toujours aux besoins exprims par les communauts.

    Les solutions pour le DIPE : Renforcer le Personnel dencadrement de la Petite Enfance ; Renforcer les cantines scolaires ; Impliquer lEtat, les CL et les PTF la prise en charge nancire des enseignants ; Remplacer les abris provisoires par des constructions

    fonctionnelles ; Renforcer les moyens logistiques du personnel dencadrement ; Rationaliser la cration des coles.

    v Enseignement lmentaireAu niveau rgional, entre 2009 et 2010, le pourcentage de classes double ux a baiss de 5,13% 3,15% par rapport au nombre global declasses de la rgion. Concernant les classes multigrades, le pourcentage sest accru passant de 2,5% 3,6% entre 2009 et 2010. Aussi, le nombre de daaras est pass de deux cent sept (207) en 2009 deux cent cinquante trois (253) en 2010. Cette hausse sexplique dunepart par laugmentation du quota des volontaires en langue arabe, dautre part par lorganisation des responsables de daaras en collectif rgional.

    21

    Document des lignes directrices de la Rgion de Ziguinchor

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page21

  • Les contraintes lEnseignement lmentaire : Des retards dans la dotation en manuels de calcul, de lecture pour le CM1, le CM2 ; linsusance des supports et autres auxiliaires pdagogiques ; linadquation des choix linguistiques ; le dcit du suivi/encadrement et du renforcement des capacits des acteurs; la faible implication des communauts.

    Quelques recommandations: Une bonne sensibilisation et une bonne communication avec toute la communaut ducative ; une motivation des enseignants exprimentateurs ; un programme de formation continue des matres et directeurs ; une implication plus nette des membres des corps de contrle ; une bonne stratgie de mise en place des manuels et autres intrants ; Mettre en place un cadre de concertation avec les CL (abris provisoires, langues nationales,). Enseignement moyen et secondaire gnral

    Au niveau de lenseignement moyen, secondaire gnral, le TBS en 2010 est de 77,2% contre 75,8% en 2009, avec un indice de parit F/G de0,6 et 0,8 entre 2009 et 2010. Ceci fait que la rgion se situe largement au dessus de la moyenne nationale.

    22

    Document des lignes directrices de la Rgion de Ziguinchor

    AnnesDiplms

    2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010

    G F G F G F G F G F G F G F

    CFEE 56,86 49,17 57,88 51,59 83 78 76,01 69,93 82,44 78,62 67,70 63,58 67,56 64,50

    entre en 6e 38,72 31,31 51, 32 44,21 74,64 69,04 71,84 66,35 75,72 78,08 95,88 95,35

    BFEM 65,48 63,93 44,86 38,79 61,92 60,21 65,93 65,86 61,18 59,71 74,61 71,38

    BAC 46,09 42,01 49,56 45,12 35,54 32,05 24,09 20,42

    TOTAL 207,15 186,42 203,62 179,71 83,0 78,0 212,57 199,18 255,75 242,88 228,69 221,79 238,05 231,23

    v Enseignement SuprieurAu niveau de lenseignement Suprieur, on peut noter lexistence de quatre structures denseignement suprieur. Il sagit de :

    LUniversit publique de Ziguinchor LUniversit Catholique de l Afrique de lOuest UCAO (Priv) LInstitut Suprieur de Management ISM (Priv) LInstitut Suprieur dIngnierie territoriale en Afrique ISIT/A (priv)

    v Enseignement technique et formation professionnelleLes tablissements denseignement technique et de formation professionnelle de la rgion se prsentent comme suit par dpartement :Dpartement de Bignona : deux centres de formation professionnelle, deux centres denseignement technique fminin et un lyce agricole ; Celui dOussouye ne compte quune seule structure : le centre denseignement technique fminin dans la commune dOussouye, et enn, Celui de Ziguinchor abrite le centre rgional de formation professionnel (CRFP), le centre rgional denseignement technique fminin (CRETF)et un centre denseignement technique Fanda.

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page22

  • Les principales lires qui sont enseignes dans ces centres sont :Dans les CFP : menuiserie mtallique, menuiserie bois, lectricit, mcanique auto ; Au CRFP : les mmes lires que cidessus plus la mcanique gnrale, la maonnerie et le dessin btiment;Dans les CETF : la couture et la restauration ;Au CRETF : la couture, la restauration, la coiure et le social.

    v Promotion des langues nationalesLes programmes dalphabtisation dans la rgion se font travers neuf (09) langues ( joola, mandinka, mankagne, wolof, pulaar, sonink,manjaku, balante, srre). Cela atteste de limplication des populations dans la promotion de leurs langues. Des associations comme Pkumel(mankagne) se distinguent par leur dynamisme. Aussi, des variantes de la langue Diola non codies comme le Bandial, le Kassa, le Kwataye,le Karone se dveloppent et sorganisent avec laccompagnement linguistique de la SIL.En outre, ldition en langues nationales qui est sense faire la promotion de ces langues nest pas dveloppe. Cest pourquoi, il urgeaujourdhui de crer des bibliothques et des centres de documentation en langues nationales. Car sans une politique adquate de postalphabtisation, tous les eorts consentis risquent dtre vains, entrainant le retour lanalphabtisme des bnciaires rests longtempscoups de la lecture.

    v Ecoles Communautaires de Base (ECB)Elles accueillent les enfants de 9 14 ans qui nont jamais frquent lcole formelle ou qui lont quitte trs tt. Depuis 2005, ces colesnexistent plus dans la rgion. Aujourdhui, avec le retour des populations dplaces et le processus dinstallation dune paix dnitive, cemodle alternatif pourrait prendre en charge les enfants qui nont jamais frquent lcole formelle ou qui lont abandonne pour des raisonsdiverses.

    Recommandations Rchir sur des stratgies et moyens pour la rsorption du gap li la baisse du nombre dapprenants et la promotion des langues

    nationales ; Relancer les coles communautaires de base.

    2.2.3. Hydraulique et assainissementLa rgion de Ziguinchor a pendant longtemps bnci de sa bonne pluviosit et de ses nombreux cours deau ou bolongs, auents du euveCasamance, qui la parcourent sur toute son tendue. Avec les priodes de scheresse, notamment au cours des annes 1970, le phnomnede lexode rural et la crise arme intervenue au dbut des annes 1980, on a not :

    Une baisse de la pluviosit ; Un asschement progressif des mares naturelles ; Un non entretien des digues et diguettes antisel ; Une avance de la langue sale dans les valles rizicultivables.

    Autant de dicults qui endommagent srieusement le potentiel hydrographique de la rgion et dteignent sur les secteurs agricoles et delenvironnement.

    v Hydraulique UrbaineLe rseau hydraulique urbain de la rgion est estim en 2009 472 700 m. Il est rparti entre les trois dpartements comme suit: Ziguinchor338 553 m, Bignona 110 337 m et Oussouye 23 810 m. La variation du rseau dune anne lautre est faible, elle est en moyenne de 1,76%par an sur la priode avec une amplitude plus forte entre 2006 et 2007 soit 4,52%.

    23

    Document des lignes directrices de la Rgion de Ziguinchor

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page23

  • 24

    Document des lignes directrices de la Rgion de Ziguinchor

    Dsignation Ziguinchor Bignona Oussouye Rgion

    Population 269 002 51 345 7 149 327 496

    Consommation 1 775 163 314 217 75 419 2 164 799

    Taux couverture 18% 17% 29% 18%

    Types Annes Forages avec moteurs thermiquesForages avec

    groupes lectrogne Forages avec

    branchement SENELEC Forages avec

    quipements solaires

    2003 23 9 0 0

    2004 20 13 1 0

    2005 19 14 1 0

    2006 15 18 3 0

    2007 15 18 3 0

    2008 12 21 6 12009 12 24 6 2

    Tableau n6 : Couverture en valeur absolue et en valeur relative des besoins en eau des populations en 2009

    v Hydraulique Rural Les foragesLa rgion de Ziguinchor compte quarante quatre (44) forages rpartis comme suit :

    Tableau n7 : Evolution du nombre de forages de 2003 2009

    Ces forages ont tous une vocation pastorale et domestique pour la consommation humaine. Ils fonctionnent presque toute 20% de leurcapacit parce que encore trs peu utilises dans la petite irrigation agricole.

    Puits :Tableau n8 : Lvolution du nombre de puits raliss de 2003 2009 se prsente comme suit :

    Source : SDE Ziguinchor

    Puits modernes hydrauliques

    Annes 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009

    Nombre de puits 156 177 192 203 248 298 314

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page24

  • Ces puits ont t pour lessentiel raliss par les programmes suivants : DERBAC, UNICEF, AMA, AJAC, PEPAM/USAID, Programme de lEtat en cours.

    Les contraintes : En matire de forage, la proccupation rside dans lorganisation des usagers et dans la prise en charge des actions visant le fonctionnementcorrect des installations.Pour les puits, les sollicitations sont nombreuses malheureusement les programmes de lEtat mettent du temps se concrtiser surtout dansles zones insulaires.

    Les solutions :Poursuivre linstallation et le renforcement des capacits des ASUFOR ; Procder lextension des rseaux dadduction deau pour polariser les villages environnants ; Renforcer lutilisation des forages pour dvelopper la petite irrigation horticole ;Acclrer le fonage de puits modernes au niveau des les et villages du littoral, parfois y installer en mme temps des bassins de rtention

    des eaux de pluies pour les besoins domestiques ; Satteler les services techniques et de lUniversit (utilisation des innovations) pour rsoudre les problmes de salinit des eaux dans les leset des villages insulaires ; Poursuivre linstallation des points deau motoriss au niveau des villages de plus 1000 hts conformment au cahier de charge du ministrede lhydraulique.

    2.2.3. Habitat et cadre de vie L'habitat dans la rgion est principalement caractris par la prdominance de maisons en banco, couvertes de tles ondules surtout enmilieu rural.Sagissant du cadre de vie en milieu rural, il samliore de plus en plus, notamment du fait de la ralisation de latrines traditionnelles rduisantainsi les dfcations faites dans la nature. En milieu urbain, les maisons sont essentiellement constitues de villas en dur, galement couvertes de tles ondules, pour la plupart dentreelles. Ces maisons sont pour lessentiel dotes de latrines modernes fosse sceptique tanche ncessitant des vidanges rgulires.Malheureusement, pour linstant, ces vidanges sont dverses dans la nature par des camions polluant ainsi les environs. Un programme deralisation de systme tout lgout dans les communes savrent par consquent indispensable avec bien entendu des stationsdpurations pour limiter les risques de pollution.

    Le systme de collecte des ordures mnagres est trs peu performant, les dcharges secondaires ne sont pas rgulirement vacues versles dcharges nales souvent inexistantes ou mal amnages. Les jardins publics ou places publiques existent mais sont trs peu amnagsalors que les routes, avec un faible assainissement sont forts heureusement souvent bordes darbres des deux cts. Par ailleurs il fautsouligner lespoir suscit par la prsence dAPROSEN dans la commune de Ziguinchor dans la prise en charge de la gestion des orduresmnagres.

    Les facteurs de blocages : Les faibles moyens dont disposent les CL ; Le manque de logistiques et l'insusance de l'eectif du service rgional de lurbanisme; Les dicults d'accs aux zones d'extension pour les communes dotes de PDU.

    Solutions : Mieux exploiter les partenariats, notamment la Coopration Dcentralise ; Dcentraliser et renforcer leectif et les moyens logistiques et techniques du Service Rgional de lurbanisme et de lhabitat ; Asseoir une gestion intercommunale des dchets solides

    25

    Document des lignes directrices de la Rgion de Ziguinchor

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page25

  • 26

    Document des lignes directrices de la Rgion de Ziguinchor

    Carte n3 : rpartition du taux durbanisation par dpartement

    2.2.4. Sports Le sport dans la rgion, linstar du reste du Sngal, se pratique essentiellement deux niveaux : le sport de comptition, pratiqu dans presque toutes les disciplines, est organis en fdrations alies aux mmes structures du niveauinternational; le sport de masse est pratiqu par tous un peu partout travers la rgion.

    Tableau n9 : Rpartition du nombre dinfrastructures par dpartement en 2009

    InfrastructuresDpartement Stades et terrains clturs Plateaux multifonctionnel Piscines Priv Salles Multifonctionnelles prives.

    BIGNONA 01 04 00 00OUSSOUYE 02 03 00 00ZIGUINCHOR 04 07 01 02TOTAL 07 14 01 02

    Problmes et contraintes du secteur

    Linsusance dinfrastructures sportives, dquipements techniques et logistiques ; la faiblesse du suivi et de lentretien des infrastructures sportives ; linsusance de personnel administratif et technique dencadrement; linsusance de formation technique ; linsusance de moyens nanciers ; le manque de dynamisme du comit de gestion du stade.

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page26

  • Les solutions du secteur : Renforcer les infrastructures sportives, les quipements techniques et les moyens logistiques et nanciers ; Mettre en uvre une stratgie didentication de sponsors ; Former les agents administratifs et techniques dencadrement ; Redynamiser le comit de gestion du stade.

    2.2.5. Culture Le patrimoine culturel comprend deux divisions :Le patrimoine matriel (sites et monuments historiques) ;Le patrimoine immatriel (contes, lgendes et mythes) ;

    v Le patrimoine matrielLa rgion recle de nombreux sites et monuments historiques dont la plupart ont t classs. On peut citer en substance : le btiment abritantle Conseil Rgional, la Cathdrale Saint Antoine de Padoue, le Mausole Ahoune SANE, et sans doute plusieurs autres rechercher.

    La ralisation dun comuse rgional permettrait la collecte et le traitement dobjets ethnographiques tmoins du pass des dirents groupesethniques de la rgion, le recensement des personnalits historiques et la cration dun rpertoire des sites traditionnels des ethnies locales.

    v Le patrimoine immatrielLes contes, mythes et lgendes constituent des sources pour ltude ethnographique des nombreuses ethnies qui vivent dans cette rgion.Leur exploitation reste trs complexe car exigeant un travail de collecte, de conservation et de diusion, ainsi que la mise en place dunequipe denquteurs et de moniteurs en alphabtisation et dune quipe de chercheurs.

    Laction culturelle dans la rgion comprend le thtre, les ballets, la musique moderne, les arts plastiques, la musique traditionnelle.

    27

    Document des lignes directrices de la Rgion de Ziguinchor

    Crmonie de lutte traditionnelle Tombeau dun colon Franais face larsistance locale

    Sites issus de la colonisation

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page27

  • 28

    Document des lignes directrices de la Rgion de Ziguinchor

    Groupes culturels Dpartementde Ziguinchor

    Dpartementde Bignona

    DpartementdOussouye

    Les troupes thtrales

    02 Troupes semiprofessionnelles : CompagnieBoussana et Compagnie KarengDautres troupes : les jeunes talents ; la compagnie desRelais de Handicap International ; la troupe de Bantoet la troupe de KadiorDes troupes scolaires : la troupe du CEM Tt Diadhiou ;la troupe du CEM Malick FALL et de nombreuses autrestroupes au niveau des ASC de quartier

    La troupe de Thionck Essyl ;La troupe de Bailla ;Furim ;

    La troupe Ufulal

    Les groupes de ballets

    Black Soofa ; B. Bougheur ;Baadya ; Alamouta RFI ;ACAD ; Fort sacre ;Domandoman ; B. Africain ;Empire Manding ; Accrobates Peulh ; Talingdimanche leuden ;Diaslor Bionken ; Kougnalne ;Kareng ; Ndiathiar ;La troupe de Soucoupapaye et la troupe de Tilne

    Badjoute tate ;ThionckEssyl ; Djiguinoume ;Bala ;

    La musique moderne

    Il existe plusieurs groupes professionnels :Casamance ; Fogny ; VAPS ; Beteya band; AMALA;Kougnil kassa; Bandjikaki; Black african positive; Assoukatne ;Gui guitar ; Kambeng Kafo ; Bteya ; Kougnil Kassa ; JfJl ;Ocan ; Djinabantang; Tigro; Salam

    La musique traditionnelle

    La musique traditionnelle est trs dveloppe et varie. Chaque groupe ethnique plusieurs sortes demusiques, varies en fonction de lactivit, selon quils sagissent de festivits, de funrailles, dactivitsconomiques, de rites (exemple : circoncision, etc.).Le Centre Culturel sattache vaincre lamateurisme qui caractrise ce genre en apportant aux troupesun appuiconseil dans llaboration de projets, dans la formation, la recherche de partenaires, ladtermination des sites, etc.

    Tableau n 10 : rpartition des groupes culturels de la rgion

    Contraintes : Inexistence de comit de gestion ; Manque de vulgarisation des sites culturels de la rgion (muses...).

    Solutions : Mettre sur place un comit de gestion ; Rendre plus dynamique le centre culturel de Ziguinchor.

    2.2.6. Pauvret La rgion de Ziguinchor se caractrise prsentement par une prcarit sans prcdent. De statut de grenier du Sngal , elle est passe ltat dindigence au point de recourir laide alimentaire pour la couverture des besoins en la matire. Cette situation est essentiellement

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page28

  • due la crise sociopolitique, survenue au dbut des annes 80, et qui nest jusqu prsent pas entirement rsolue. Cependant il faut noterque, depuis quelques temps, une relative paix sopre dans la rgion. Ainsi, on constate une rduction sensible du taux de pauvret du fait delarrt des hostilits. Cet tat de fait a favoris le retour et lintervention des projets et programmes, au sein des direntes communautslocales de la rgion. Dans la rgion de Ziguinchor, prs de 63% des mnages et 73,3% des individus sont pauvres. Au niveau de la population, lincidence de lapauvret dpasse de prs de 23 points le niveau national (73,3% contre 50,8%). Contre toute attente, le niveau de la pauvret a connu unelgre baisse dans la rgion de Ziguinchor :

    moins 4,2 points au niveau mnage (passant de 67,1% en 2001 62,9% en 2005) et moins 1,2 point au niveau individuel (passant de 74,5% 73,3% entre 2001 et 2005).

    Le dpartement dOussouye dtient le plus important pourcentage de mnages pauvres au niveau rgional avec prs de 76 % ; il est suivi desdpartements de Bignona (68,7%) et de Ziguinchor (54%). Ce qui montre que la pauvret est plus marque dans les dpartements que dansla capitale rgionale malgr la forte concentration des populations issues des zones de conit. Au niveau individuel, les mmes tendances sedessinent :

    Bignona : 75,6% Oussouye : 79,8% Ziguinchor : 69,7%.

    29

    Document des lignes directrices de la Rgion de Ziguinchor

    Nature des indicateurs Cibles 2005 2006 2007Pourcentage de mnages vivant en dessous du seuil de pauvret(ESAMII 20012002) 67,1

    Taux brut de scolarisation

    Global 103,5 142,9 131,3

    Fille 100,0 140,6 129,1

    Garon 106,8 145,0 133,3

    Taux dadmission au CI

    Global 89,9 95,3 56,0

    Fille 77,4 94,6 99,4

    Garon 90,7 88,3 96,1

    Taux dachvement pour llmentaire

    Global 57,7 ND ND

    Fille 41,3 ND ND

    Garon 77,5 ND ND

    Taux de couverture vaccinale 74,0 75,0 74,2

    Proportion daccouchements assists par personne forme 72,0 79,4 75,5

    Taux de prvalence du VIH (SIDA) dans la population gnrale 2,2 2,2 2,2Taux de prvalence de linsusance pondrale (ratio poids/ge) chez les enfants de 0 5 ans source EDSIV 2005 10,4 11,0

    Taux daccs leau potableUrbain 0,6Rural 0,2

    % de la population urbaine ayant accs lassainissement 8,7

    Source: ESAM II, 2001, 2002, IA/MEN, EDSIV

    Tableau n11 : Variation des indicateurs de pauvret de la rgion de Ziguinchor entre 20052007)

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page29

  • 2.3. DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE LOCAL2.3.1. Lagriculture

    Les Potentialits :Elles peuvent tre rsumes en :une pluviomtrie abondante par rapport au reste dupays 1200 mm en moyenne par an ;un capital terre exploitable estim 2 100 000 hectaresconstitus de sols riches et varis ;des ressources humaines de qualit et majoritairementjeunes (plus de 60 % de la population active).

    Brve analyse :On note un faible taux dexploitation des terres (27,70%). La moyenne (2003 2009) des supercies cultivesest de 83 110 ha dont 64 888 ha de crales soit 77,83% (riz, mais, sorgho) ; 16 588 ha darachide soit 19,95% et 1,96 % pour les autres cultures.

    30

    Document des lignes directrices de la Rgion de Ziguinchor

    Valles Rizicoles de la Rgion de Ziguinchor

    Production maraichresProduction fruitires

    LgumesPlantations de Banane

    Les contraintes au dveloppement de lagriculture sont principalement : la lourdeur administrative dans la mise en uvre des mesures daccompagnement ; la dgradation et la baisse de fertilit des sols ; le faible niveau dquipement ; la micro parcellisation dans les valles ; le dcit en main duvre li lexode et au retour tardif des lves ; les dicults de commercialisation de produits agricoles lies linexistence ou linsusance de moyens de conservation et de

    transformation ; linaccessibilit de certaines zones de production ; le faible niveau de technicit des producteurs.

    Les solutions : Impliquer davantage les acteurs dans la dnition et la mise en uvre des mesures daccompagnement; Amnager et remembrer certains espaces ; Lutter contre lensablement des sols ; Intensier lagriculture ; dvelopper les lires (existantes et nouvelles) ; Renforcer les capacits des acteurs ; Favoriser limplantation dunits de conditionnement et de transformation ; Poursuivre les programmes de dminage ; Raliser laroport de Tobor.

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page30

  • v Etudes et recherches dans le domaine de lagriculture Aperu des acquis et perspectives de dveloppement du Centre de Recherches Agricoles (CRA) de DjiblorCest en 1967 que la Station de Recherche sur le riz submerg de Djiblor, 3 km de Ziguinchor commune fut cre. Avec la cration de lISRAen 1974, Djiblor a t rig en Centre de Recherches Agricoles, avec le mandat de mener des recherches sur toutes les spculations agricolessusceptibles de contribuer au dveloppement conomique et social de la Casamance. Le succs le plus palpable du centre a tincontestablement la diusion de varits amliores de riz chez les femmes, principales actrices de la riziculture en Casamance. Des itinrairestechniques accompagnant ces varits ont galement t dveloppes et vulgarises. A ct de cela, la connaissance des mcanismes degense des sols sulfats acides a permis dorienter les nouveaux amnagements de rizires vers les sites les plus appropris. Le gel des activits de recherches du centre du fait de linscurit (et le redploiement des chercheurs), la n des annes 90, sest donc faitressentir tous les niveaux de la vie locale, crant un vide territorial et conomique pour les populations, ainsi que pour la recherche agricolenationale qui se retrouve prive de rsultats dune zone aussi riche que la Casamance. Du fait de la demande insistante des populations pourle retour de lquipe de chercheur et de la volont marque des pouvoirs publics, le Centre de Recherches Agricoles (CRA) de Djiblor a trouvert en novembre 2008.

    Perspectives du CRA de Djibloro Rvaluation du rfrentiel technique compte tenu des changements climatiques ;o Reconstitution du capital semencier ;o Mises disposition des producteurs des technologies existantes ;o Investigation de toutes les composantes du dveloppement agricole ; o Constitution dune quipe pluridisciplinaire forte du CRA de Djiblor pour prendre en charge, de manire rapproche, la diversit de

    la demande de recherche.

    2.3.2. ElevageLlevage joue un rle important dans lconomie rgionale mais soure encore de son caractretraditionnel et extensif. La production de viande (bovine, ovine, caprine et porcine) est passe de 909,71tonnes 1238,87 tonnes entre 2003 et 2009 avec un taux daccroissement moyen annuel de 8 %. Parailleurs, le recours des populations aux direntes poudres de lait pour satisfaire de faon relative leursbesoins sexplique par la faible performance des vaches locales. Les sous produits notamment cuirs etpeaux ont t respectivement valus en 2009 7909 units et 4304 units (rpartis 1429 pour lesovins et 2875 pour les caprins). La production de miel pour sa part, a t value en 2009 5973 litres.

    Les potentialits : Une bonne pluviomtrie ; des pturages abondants ; toutes les lires de llevage peuvent tre dveloppes ; la demande des produits de llevage est trs importante par les populations, les htels, les campements, les pays limitrophes (Guine Bissau) ; la ore mellifre est trs riche et confre la rgion une vocation apicole ; les producteurs sont regroups en organisations professionnelles (MUPROEL).

    Les contraintes : Elles sont dordre structurel, sanitaire, nutritionnel, organisationnel et scuritaire :

    Le manque de formation des producteurs ; les dicults daccs au crdit ; les dicults dalimentation et dabreuvement par moment et par endroit ; linscurit, le vol de btail, labattage clandestin et labsence dabattoirs modernes la frquence des feux de brousse ; lapiculture reste confronte au caractre traditionnel de son exploitation.

    31

    Document des lignes directrices de la Rgion de Ziguinchor

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page31

  • Les solutions : Mettre en place un Programme intensif intgrant davantage lagriculture et llevage ; Renforcer la capacit des auxiliaires vtrinaires et des leveurs par des formations et voyages de dcouverte ; Renforcer la mutuelle des professionnels du secteur ; Dvelopper la lire apicole.

    2.3.3. Pche Elle constitue une des grandes potentialits de la rgion, disposant de 86 km de cte. Lcosystme marin de la Rgion ore des potentialitsaquacoles importantes. Les plans deau de la rgion se caractrisent par une importante diversit biologique. La faade maritime marquepar un vaste plateau continental regorge dimportants stocks de poissons, crustacs et de mollusques. Les espces lagunaires sontessentiellement composes dethmaloses, de brochets, de tilapias, de mulets, de capitaines, dotolithes, de mchoirons, de crevettes et hutresde paltuviers. Dans les plans deau continentaux estuaires compris, le potentiel exploitable est estim environ 25 000 tonnes. Lquipement de pche estassez diversi avec des pirogues moteur au niveau de la pche artisanale et de petits chalutiers au niveau de la pche industrielle. Le milieude la pche compte un eectif denviron 8000 acteurs.

    32

    Document des lignes directrices de la Rgion de Ziguinchor

    Tableau n12 : Evolution des donnes de la pche de 2003 2009

    Dsignation 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009Mise terre de poissons 13 719 12331,1 18489,3 14812,6 19284,9 25736,6 27959,8Mise terre de crevettes 888,2 852,3 1 087,4 817,5 671,1 420,2 563,2Transformation artisanale 3 974,1 3 702,1 5 093,9 5 101,4 5 739,3 7 255,2 7 908,8Transformation industrielle expdie 255,6 232,2 581 100,8 1 310,6 1 216,5 873,4 1 506,3

    Les contraintesLa rarfaction de la ressource due la forte pression, au peu de respect de larglementation et la dgradation de lcosystme ;Linsusance de lencadrement ;Linsusance des infrastructures et moyens de conservation ;Linsusance des IMF pour le crdit ;La non maitrise de la chaine de valeur dans la lire.

    Les solutionsCrer des aires marines protges et aires de patrimoine communautaire ; Instaurer et faire respecter le repos biologique ;Amliorer les types dembarcation et darmement de pche ; Renforcer le personnel technique et les moyens des services des pches ;Vulgariser les textes lgislatifs et rglementaires ; Renforcer les infrastructures et les moyens de conservation.Moderniser les embarcations ;Renforcer les dispositifs de scurit ;Dvelopper la pisciculture ;Faciliter laccs au crdit.

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page32

  • 33

    Document des lignes directrices de la Rgion de Ziguinchor

    2.3.4. Tourisme La rgion de Ziguinchor a une vocation touristique grce ses sites pittoresques, son riche patrimoine historique et culturel et sa vgtationluxuriante. Les importantes potentialits sont les suivantes :

    un climat doux et agrable avec une faade maritime de 86 kilomtres de ctes ensoleilles, de trs belles plages aux sables ns ; unpaysage insulaire sur le euve Casamance ;

    un parc national (Basse Casamance) et une rserve des oiseaux Kalissaye ; une originalit architecturale de l'habitat traditionnel (cases impluvium); une mosaque dethnies source dune trs riche diversit culturelle ; lexistence de zones touristiques plus ou moins vierges susceptibles d'tre amnages (Kafountine ) ; lexistence dun oce rgional du tourisme.

    Cest ainsi que plusieurs types de tourisme cohabitent (tourisme de grand standing, tourisme de standing moyen, tourisme rural intgr). Largion est divise en quatre (04) principales zones touristiques :

    Kafountine Abn (dans le dpartement de Bignona) Cap Skirring (dans le dpartement dOussouye) Ziguinchor (dans le dpartement de Ziguinchor) Zone continentale.

    ANNEES Nombre de Rceptifs 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009

    Htels et villages de vacances 22 21 21 25 27 32 34

    Campements privs 46 26 26 57 62 65 69Campements villageois 5 9 9 10 10 10 10

    Campements dEtat 0 2 2 0 0 0 0Total 73 56 56 92 99 104 113

    ANNEES Nombre de Rceptifs 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009

    Nombre darrives 17 903 26 291 26 941 25 899 28 270 21 208 13 886

    Dure de sjour 5,5 4,2 4,6 4,7 4,7 4,7 Nombre de nuites 98 080 110 948 125 156 121 028 132 012 99 583 115.516

    Tableau n13: Evolution des rceptifs de la rgion par type de 2003 2009

    Tableau n14 : Evolution des variables du tourisme de 2003 2009

    Les contraintes au dveloppement du tourisme La crise dans la rgion; l'enclavement interne et externe de la rgion (instabilit de la desserte arienne, dgradation des certaines routes) ; l'insusance de la promotion de la destination "Basse Casamance" ; la scalit lourde pour les oprateurs du secteur ; le manque de personnels qualis dans le secteur ; les dicults daccs au crdit ; labsence de cuves dapprovisionnement pour la desserte davions gros porteurs.

    Les solutions au dveloppement du tourisme: Dsenclaver la rgion; Accompagner le processus de la paix ;

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page33

  • Mettre en place un fonds touristique; Allger sensiblement la scalit ; Renforcer les moyens humains et techniques du service rgional ; Installer des cuves dapprovisionnement en krosne; Dlocaliser laroport de Ziguinchor ; Renforcer les moyens de loce rgional du tourisme.

    34

    Document des lignes directrices de la Rgion de Ziguinchor

    Htels, Campements, Auberges, Restaurants, Bars Htels, Campements, Auberges, Restaurants, Bars

    Ecotourisme dans les Bolongs et Frets danses de la Casamance

    2.3.5. Artisanat : Il joue un rle trs important dans l'conomie de la rgion. Il cre des emplois et gnre des biens et service moindre cot (environ 20000artisans et 8450 entreprises dans les trois catgories que sont: lartisanat dart, lartisanat de production et lartisanat de service). L'artisanat d'artcontribue l'essor du tourisme et au rayonnement culturel. Lartisanat est articul dirents secteurs de l'conomie dont le secteur primaireauquel il fournit les matriels et petits biens d'quipement. L'artisanat d'art contribue l'essor du tourisme et au rayonnement culturel.

    Tableau n15 : Evolution du nombre dentreprises rpertories et de leurs eectifs par catgorie de 2003 2009

    ANNEES 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009

    DESIGN NbreEntrep eectNbre

    Entrep eectNbre

    Entrep eectNbre

    Entrep eectNbre

    Entrep eectNbre

    Entrep eectNbre

    Entrep eect

    ART 158 579 168 609 183 654 208 729 224 777 242 831 270 915

    SERVICE 462 2317 483 2401 509 2505 528 2581 553 2681 567 2737 588 2800

    PRODUCT 493 3113 517 3209 533 3273 556 3342 583 3423 600 3491 623 3560

    TOTAL 1113 6009 1168 6219 1225 6432 1292 6652 1360 6881 1409 7059 1481 7275

    Source : Chambre des mtiers

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page34

  • Les contraintes du secteur : Le manque d'organisation des artisans par corps de mtier ; le manque de formation et linsusance de culture entrepreneuriale ; linexistence de zones artisanales; lexigit des villages artisanaux ; les dicults d'accs au crdit malgr l'existence de mutuelle ; les dicults dcoulement de la production ; labsence dappui la formation ; la baisse de la ressource en bois duvre et de services.

    Les solutions du secteur : Renforcer les capacits techniques et organisationnelles des artisans ; Raliser des zones artisanales et des villages artisanaux, notamment dans les dpartements ; Renforcer la mutuelle des artisans ; Faciliter la participation aux foires dexposition ; Faire la promotion de la qualit des produits ; Faire de lappui institutionnel.

    35

    Document des lignes directrices de la Rgion de Ziguinchor

    Artisanat, Galeries, masques, sculptures, statues, animaux Constructions locales en Banko

    2.3.6. Industrie Les industries sont trs peu dveloppes au niveau de la Rgion. Elles sont pour lessentiel, en dehors de la SUNEOR et des quelques entreprisesinstalles dans le Domaine Industriel, connes dans le sous secteur de la conservation et de la transformation des produits halieutiques.Implante le long du littoral du euve Casamance, la SODIZI a t cre en 1973. A part, lquipement de latelier de mcanique gnralenanc par lONUDI (1978 et 1980), la SODIZI na jamais bnci dune subvention tatique pour amliorer son capital. Une tude derhabilitation et dextension du Domaine industriel (SODIZI) est dj disponible.Les principales contraintes de la SODIZI sont :

    Les dicults daccs au nancement pour lextension du domaine et la ralisation dantennes dpartementales ; les dicults dacquisition dans les dpartements de terrains pour les antennes du domaine ; les dicults de fonctionnement de la SODIZI depuis larrt de la contrepartie nancire de lEtat.

    Les solutions pour la SODIZI : Prparer et envoyer des requtes de nancements lEtat et aux PTF ; Prparer, envoyer et suivre auprs des CL des demandes daectations de terrain ; Dmultiplier linstallation de PME pour accrotre leur contribution au fonctionnement du domaine.

    u Les industries de transformation des produits halieutiques : La SOSECHAL, situe en face de lentre principale du port de Ziguinchor, est une industrie de production de glace et de traitement

    de produits halieutiques surtout de la crevette destine lexportation. Elle est actuellement en arrt de production. IKAGEL, situe en face du march du port de Ziguinchor, est une industrie de traitement et de conditionnement des produits

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page35

  • halieutiques. Elle aussi est en arrt de production. les complexes frigoriques de production de glace et de conservation de produits halieutiques qui sont au nombre de deux, situs

    au quai de pche de Boudody et au port de Ziguinchor ;u La SUNEOR Elle est le principal tablissement industriel de la rgion. Son activit premire est la trituration darachides pour la production dhuiledarachide brute rane par les autres usines du pays. La SUNEOR produit galement de lhuile de palmiste quelle commercialise lextrieur,mais galement aux associations de femmes pour la production de savon. Elle produit, aussi, du tourteau darachides et du tourteau depalmistes pour lessentiel exporte par bateau partir du port de Ziguinchor.Les coques darachides tout comme celles des palmistes sont galement valorises pour la production surtout dnergie lectriqueautoconsomme et parfois vendue la SENELEC.

    36

    Document des lignes directrices de la Rgion de Ziguinchor

    ENTREPRISES DATECREATIONSUPERFCIE

    (m2) EFFECTIFSINVESTISCUMULEEN F CFA

    ACTIVITES OBSERVATIONS

    ATELIER MECANIQUE GENERALE1978

    (2003 nouvellegrance)

    274,5 02 Permanents04 Apprentis 35.014.063Tous travaux de : tour, frisage,rectication et surfaage de culasses En activit

    CENTRE REGIONAL DE FORMATION PROFESSIONNELLE 1991 1 225

    28 Permanents250 Elves

    Formation professionnelle :Mcanique auto, Mcaniquegnrale, Menuiserie bois,construction mtallique,Btiment et lectricit btiment

    En activit

    GIEGUIRASSY 1994 3 163 10 Permanents150 Journaliers 150.000.000Production dhuile damendes depalmistes et de savon ordinaire

    En activit

    COMPLEXEFRIGORIFIQUE 01012000 3 579 08 Permanents225 Journaliers 350.000.000Production de glace et transformationde produits halieutiques

    En activit

    SOFRIKAF 01062002 663 11 Permanents230 Journaliers 1.168.186.055Production de glace et transformationde produits halieutiques

    En activit

    GIEGET 01102004 174 02 Permanents15 Journaliers 130.000.000 Production de glace En activit

    CASAAUTOSERVICES 012005 1 500 02 Permanents10 Apprentis 9.000.000Mcanique auto tleriepeinture location vhicules

    En activit

    MARVAL (S.A.R.L.) 2008 561 02 Permanents 84.000.000 Menuiserie bnisterie : travailde mobiliers en bois lamell

    En activit

    MENUISERIE MODERNE 2008 1 500 07 Permanents 41.955.697 Menuiserie bnisterie bois En activit

    JUS DE FRUITS :SINEZIG ALIMENTAIRE 2008 1 856 05 Permanents 228.874.400

    Transformation de fruitsen jus et nectar

    En activit

    BREZIGAVICULTURE 2000 752 05 Permanents 40.851.110 Production de poussins dun jour En activit

    O.N.G. LEAD INTERNATIONALMINISTRY NETWORK 0106 2007 338,26 05 Ouvriers 60.000.000 Fabrication demballages En activit

    SAPSA 1996 287 05 Permanents 25.000.000 Aliment de btail et volaille Suspensiondactivit

    SOSECHAL 2002 3 680 15 Permanents60 Journaliers 350.000.000Produits halieutiques et fabrique de glace

    Suspensiondactivit

    Tableau n16 : Donnes de base des entreprises du Domaine Industriel

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page36

  • 2.3.6. MinesLa rgion de Ziguinchor est dote de potentialits minires non ngligeables qui restent peu explores et sous exploites. Il y a les argilescramiques et les argiles pour la poterie, le calcaire et les amas de coquillages du quaternaire, les sables titanifres des plages, les tourbes,les lignites, les hydrocarbures (ptrole et gaz).

    Les contraintes Taux de salinit lev des zones potentiel tourbier ; insusance dexploration pour lidentication et lvaluation des ressources minires ; insusance de moyens humains et matriels au niveau des services ; prlvements anarchiques de sable de plage, de carrire et dargile latritique ; linscurit.

    Les solutions Lutter contre lavance de la langue sale ; Plaidoyer auprs de lEtat et des PTF pour des moyens techniques et nanciers; Renforcer les capacits techniques, nancires et organisationnelles des services techniques ; Vulgariser les textes lgislatifs et

    rglementaires notamment le code minier ; Renforcer le contrle de lexploitation des ressources ; Favoriser les concertations pour la paix

    2.3.7. Emploi et entreprenariatLa politique de lEtat en matire demploi a connu des situations diverses depuis lindpendance. Premier pourvoyeur d'emplois, lEtat estvenu se substituer depuis 2000 travers le FNPJ au Programme dinsertion des matrisards en prenant en compte cette fois, lensembledes jeunes diplms ou non, disposant dun projet bancable sans exigence, ni de fonds propre, ni de garantie. Ainsi de 2001 2005, le FNPJ apermis la cration de neuf cent un (901) emplois. De 2006 2009, il a connu une lthargie, ne reprenant ses activits quen 2010 avec centquinze (115) emplois crs. A ct de ce programme, pour consolider et dvelopper lemploi, lEtat a mis en uvre dautres programmes telsque la GOANA, le PMIA, le PDEMAS, le PADERCA, etc. Le Conseil Rgional, pour sa part, a appuy la cration de mutuelles sectorielles dpargne, de garantie et de crdit notamment dans lartisanat,llevage et la pche pour favoriser la cration demplois salaris et non salaris. Dans le mme sens, il a plac auprs dune institution de nancementdnomme ASACASE, un fonds de crdit sans apport personnel ni garantie pour promouvoir les initiatives conomiques locales (IEL).Par ailleurs, pour renforcer la promotion de lemploi salari et non salari, le Conseil Rgional a en projet la mise en place dun cadre defacilitation daccs aux crdits fond sur le schma ci aprs : Les caisses dpargne et de crdit et les groupements dpargne et de crdit en milieu urbain et rural vont tre mis en rseau avec les mutuellessectorielles dpargne, de garantie et de crdit. Ces dernires, elles mmes, seront relies une fondation dutilit publique qui, accordantdes services nanciers et non nanciers, octroiera avec les banques des crdits pour contribuer la densication du tissu de la PME.Avec la reprise progressive des activits conomiques et sociales au niveau de la rgion de Ziguinchor, les professions librales, malgrlenclavement encore perceptible de cette rgion, sont reprsentes en nombre relativement satisfaisant. Elles participent ainsi audveloppement de lentreprenariat dans la Rgion. Celleci compte :

    Quatre cabinets davocats ; Trois cabinets dhuissiers ; Une tude Notarie ; Dix bureaux de reprsentation dagences dassurance ; Quatre bureaux de transit

    Toutes ces professions librales sont installes dans la capitale rgionale Ziguinchor lexception de lun des trois huissiers qui est install Bignona.Les contraintes du secteur de lentreprenariat :

    Laccs dicile au crdit ; les dicults de gestion du crdit ;

    37

    Document des lignes directrices de la Rgion de Ziguinchor

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page37

  • linsusance de la formation et du suivi ; lexigut des marchs ; linsusance des units de conservation et de transformation ; linscurit ; linsusance du nombre de centres de mtiers crs ; linsusance de lorganisation des producteurs.

    2.3.8. Les secteurs dappui la production v Transport Le transport de personnes et de marchandises dans la rgion se fait en utilisant les quatre modes suivants : terrestre, arien, maritime et uvial.v Transport par voie terrestreLe rseau routier, long de 1091,28 km, est compos comme suit : 192,25 Km de routes nationales entirement bitumes dont sept (07) en pavs ; 126 Km de routes rgionales avec 71,35 Km bitumes ; 518,33 Km de routes dpartementales avec 44,33 Km bitumes ; 23,7 Km de voiries urbaines avec 16 km bitumes. Les routes dpartementales reprsentent plus de la moiti du rseau routier rgional. Elles sont suivies de trs loin par les pistes rpertories.Les routes bitumes de la rgion ont t pour lessentiel rhabilits et / ou construites entre 2006 et 2009. Malheureusement, elles ont tfaites en simple bicouche parfois mme en monocouche au lieu de lenrob dance qui les auraient rendues durables surtout dans une rgionaussi pluvieuse que celle de Ziguinchor. En outre, de grands chantiers ont t ouverts depuis 2009 au niveau de la commune de Ziguinchorpour renforcer et amliorer ltat de la voirie urbaine, construites en grande partie en style pav. Le rseau routier est enjamb par des ponts. Ces ouvrages se justient par la prsence de nombreux marigots ou bolongs dans la rgion.A linstar du rseau routier, certains ponts sont dans un tat de dgradation avance surtout le pont Emile BADIANE sur le euve Casamance,qui ncessite une rhabilitation compte tenu de son importance pour le trac rgional.

    38

    Document des lignes directrices de la Rgion de Ziguinchor

    Dpartements Nombre %Bignona 15 36,59Oussouye 11 26,83Ziguinchor 15 36,59Rgion 41 100,00

    Tableau n 17 : Rpartition des ponts selon les dpartements

    Source: Agence Autonome des Travaux Routiers Ziguinchor

    Les contraintes du transport terrestre : La dgradation des infrastructures routires et des ouvrages darts ; la mauvaise qualit des routes rcemment construites en bitume (route ZiguinchorOussouye et la Boucle du Blouf) ; linsusance ou linexistence de trottoirs le long des routes urbaines souvent construites sans assainissement ; les dicults de

    traverse de la transGambienne ; la vtust et linsusance du parc automobile ; les dicults daccs au crdit pour le renouvellement du parc automobile ; linsusance des services oerts en matire dentretien et de rparation du parc automobile.

    Les solutions du transport terrestre: Rhabiliter et construire des infrastructures routires en enrob dance ; Rhabiliter les ouvrages dart ; Construire des routes urbaines avec assainissement et avec des trottoirs ;

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page38

  • 39

    Document des lignes directrices de la Rgion de Ziguinchor

    Construire un pont sur la transGambienne (bac de Farra fgny); Renouveler le parc automobile ; Mettre en uvre un programme de renforcement de capacits en maintenance et rparation mcanique (automobile) ; Rhabiliter et construire les routes secondaires pour dsenclaver certaines zones de production.

    v Transport arien. La Rgion dispose de deux aroports, celui de Ziguinchor et celui du Cap Skirring. Ces deux infrastructures sont gres par les AgencesAronautiques Nationales du Sngal (A.A.N.S.). Dans la rgion, le trac commercial constitue la composante essentielle du transport arien.Lanalyse de ce type de transport porte par consquent sur les deux aroports ci dessus voqus.

    v Aroport de Ziguinchor

    AnneMouvement Aronefs Mouvement Passagers

    TotalDpart Arrive Total Embarquement Dbarquement Transit

    2004 651 650 1 301 23 495 21 916 1 226 46 6372005 308 308 616 12 813 12 071 0 24 8842006 328 329 657 13 442 12 722 0 26 1642007 344 344 688 14 348 14 164 20 28 5322008 592 590 1 182 17 094 16 921 44 34 0592009 586 589 1 175 9 084 8 805 0 17 889% Variation 09/08 1,0 0,2 0,6 46,9 48 47,5

    Tableau n18 : Evolution du trac commercial de laroport de Ziguinchor de 2004 2009

    Source : ASECNA (Dlgation rgionale de Ziguinchor)

    On peut noter, quen plus du trac commercial en 2009, les autres composantes du trac que sont les vols militaires, privs et aroclub, ontreprsent 76% du mouvement total des aronefs au niveau de laroport de Ziguinchor. Ces mouvements daronefs bien que plus importantsne reprsentent cette anne l que 41% du mouvement de passagers.

    v Aroport du Cap SkirringLa baisse du trac au niveau de cet aroport peu aisment sexpliquer avec larrt des activits de la compagnie Air Sngal Internationalqui a fortement handicap le fonctionnement des structures dhbergement du Cap Skirring en particulier et de la Rgion en gnral.

    Les contraintes au transport arien La localisation de laroport de Ziguinchor au milieu des habitations, dans un primtre qui ne permet pas son extension ; larrt des vols intrieurs (Air Sngal international, Sunu Air, etc.) ; le cot lev du transport fret et passager ; lexigut des arogares ; linsusance des quipements au niveau des arogares ; linsusance de scurit au niveau des pistes denvol ; labsence de cuves krosne.

    Les solutions au transport arien : Dlocaliser laroport de Ziguinchor sur le site de Tobor; Dployer dans les meilleurs dlais des vols intrieurs concurrents pour amliorer les conditions daccs ; Procder lextension et

    la modernisation des arogares ;

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page39

  • Renforcer et moderniser les quipements des arogares (cuve krosne) ; Eloigner des aroports les dcharges dordures mnagres ; Renforcer les cltures de protection des aroports ; Renforcer les patrouilles de scurisation des aroports.

    v Transport maritime et uvial Transport maritimeLa rgion de Ziguinchor possde un port dans la commune du mme nom, situ 63 km de l'embouchure du euve Casamance. La navigationsur ce euve s'arrte Ziguinchor pour les bateaux en raison du pont Emile Badiane qui en barre le passage, et Sdhiou pour les chalandsqui peuvent passer sous ce pont. Ce port a t entirement rhabilit en 2008, la demande du Conseil Rgional, et sur nancement de laCoopration Franaise (AFD). Un programme ORIO, nanc par les Pays Bas, a pour objectif de faire du port de Ziguinchor un ple dedveloppement pour toute la rgion naturelle de Casamance et des pays limitrophes. Ce programme prvoit notamment le dragage du euve une profondeur de 7 m depuis lembouchure jusquaudel du pont EMILE BADIANE. Il est sur le point de dmarrer avec lappui de lacoopration internationalePar ailleurs, un projet de modernisation des moyens de desserte des les et des villages en bordure des bolongs est envisag. Il prvoit desubstituer les pirogues motorises actuelles en bois par des embarcations plus modernes. Pour ce faire un mini chantier naval est prvu Elinkine dans le dpartement dOussouye pour la construction et lentretien de ces embarcations dont la nature des matriaux de constructionreste dnir.

    40

    Document des lignes directrices de la Rgion de Ziguinchor

    Tableau n19 : Evolution du trac du port secondaire de Ziguinchor : 2003 2009

    Dsignation 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 % Variation 09/08Nbre de voiliers 36 40 45 47 60 28 09 67,9Nbre de Navires marchands 72 88 180 314 180 198 197 0,09Nbre de Navires militaires 36 20 20 21 27 15 Jauges brutes 42 476 48 472 114 054 404 929 349 482 328 085 412 958 25,8Jauges Nettes 25 954 28 616 49 429 151 770 131 790 130 545 133 514 2,3Passagers 0 0 5 058 54 130 51 710 61 234 85 844 40,2

    FRET (en tonne)Dbarquement 42 161 38 929 82 152 89 803 67 670 58 545 62 299 6,4Embarquement 3 168 26 438 16 399 61 590 56 025 20 747 21 310 2,7Ensemble 45 329 65 367 98 551 151 393 123 695 80 241 83 602 4,2

    Source : Capitainerie du port de Ziguinchor

    v Transport uvial En plus du transport maritime on note lexistence dun transport uvial de personnes et de biens qui seectue dans les bolongs et en mer,entre les les, et entre ces dernires et le continent. Le trajet commence par le dbarcadre de Boudody ( Ziguinchor). Le rapidedveloppement des services communautaires de transport par pirogues artisanales motorises, mme sil permet le dsenclavement des lesde la Basse Casamance a cependant besoin dtre mieux organis et scuris.

    Les contraintes du transport uviomaritime Lensablement du chenal du euve hauteur de certains villages et Ziguinchor; le non balisage des zones dangereuses au niveau des bolongs ; le faible niveau organisationnel des piroguiers ; la faible hauteur deau au niveau de la passe lembouchure qui ne permet pas des bateaux de plus de 4 000 tonnes daccder au euve ;

    NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page40

  • linexistence de pontons de dbarquement au niveau des villages en bordure des bolongs et au niveau des iles ; linsusance de la capacit en fret des pirogues actuelles ; linsusance de la scurit et du confort des pirogues actuelles ; lexigit du port de Ziguinchor, insusamment quip ; linsusance de la capacit en fret du bateau Aline Sitoe Diatta. Les solutions du transport uviomaritime Draguer le euve depuis le chenal ; Baliser les zones dangereuses des bolongs ; Renforcer les capacits des piroguiers ; Construire des pontons de dbarquement au niveau des villages en bordure des bolongs ; Moderniser en accroissant la capacit en fret des moyens de transport dans le euve et dans les bolongs ; Renforcer lquipement du port de Ziguinchor et raliser son extension ; Mettre en service dautres bateaux de transport de personnes et de fret ; Raliser un mini chantier naval ; Installer une puissance lectrique adquate au fonctionnement dune unit de froid dans lenceinte du port. Commerce

    Malgr un rayonnement pour lessentiel encore limit aux allochtones, le commerce tient un rle majeur dans lconomie rgionale. Eneffet, le commerce permet la rgion de satisfaire ses besoins en produits manufacturs imports. Il est not par ailleurs que des possibilitsde march existent pour les productions locales vers les autres rgions du pays et vers lextrieur. Il en est de mme pour les produitsmanufacturs dont la forte demande de la rgion est satisfaite par les commerants importateurs, le plus souvent installs Dakar. Enoutre, le projet de plateforme commerciale de la commune de Bignona et le projet de complexe commercial de la Chambre de Commercede Ziguinchor prvu lintrieur du port, faciliteront lexportation des productions locales et len