Science Actualit és - Dossier Page 1 sur .culture d'ignames dans les cacaoyères de Côte d'Ivoire.

download Science Actualit és - Dossier Page 1 sur .culture d'ignames dans les cacaoyères de Côte d'Ivoire.

of 15

  • date post

    12-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    212
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Science Actualit és - Dossier Page 1 sur .culture d'ignames dans les cacaoyères de Côte d'Ivoire.

  • radiquer la faim dans le monde : objectif n1 du Millnaire

    Rduire de moiti le nombre de personnes sous-alimentes dans le monde d'ici 2015, tel est le premier des Objectifs du Millnaire pour le Dveloppement (OMD) que s'est fix l'ONU en 2000. En sachant que les solutions de fond pour assurer la scurit alimentaire ne peuvent s'aligner sur les solutions d'urgence d'ordre humanitaire mises en oeuvre lors d'pisodes de famine.

    Les conflits arms, le dplacement de millions de personnes et la pauvret sont les causes principales des crises alimentaires en Afrique, devant notamment la scheresse et les invasions de criquets plerins dvastatrices pour les cultures.

    zoom

    Une famille malienne autour d'un plat base de millet et de lait.

    Augmenter la production agricole : gare aux fausses pistes !

    D'ici 2050, la population aura plus que doubl en Afrique subsaharienne. Pour faire face ce dfi dmographique sans prcdent et nourrir tous les Africains, la premire piste est d'augmenter les surfaces cultives. Mais l'accs de nouvelles terres* n'a jamais permis jusqu' prsent de sortir l'Afrique de la sous-alimentation. La deuxime piste est

    d'augmenter le rendement agricole. La rvolution verte initie en Asie a permis de relever le dfi alimentaire par la diffusion de varits haut rendement et l'augmentation spectaculaire d'engrais et de pesticides. Toutefois, inadaptes aux ralits locales et non soutenues par des politiques agricoles incitatives, la diffusion de ces innovations en milieu paysan est reste trs limite en Afrique.

    Sources : ONU, OMS, FAO, BIT, Banque mondiale, Unicef. CSI 2007

    Une autre piste l'agroforesterie est actuellement explore dans certaines rgions : elle repose sur la capacit des cosystmes se rgnrer grce des associations de cultures et de plantations d'arbres diffrentes, pPar exemple, la culture d'ignames dans les cacaoyres de Cte d'Ivoire. Dans le mme esprit, certains experts appellent une rvolution doublement verte de l'agriculture qui prendrait en compte le fonctionnement des cosystmes pour augmenter le rendement agricole sans ajout massif d'engrais et de pesticides.

    * elle seule, l'radication de l'onchocercose ccit des rivires due un parasite en Afrique de l'Ouest a ouvert l'agriculture 25 millions d'hectares fertiles entre 1974 et 2002 dans des zones marcageuses auparavant inexploites, permettant de nouveau un accs aux rivires.

    Les fondations prives refont la rvolution verte Le 12 septembre 2006, les fondations Bill & Melinda Gates et Rockefeller annoncent qu'elles s'associent pour une rvolution verte en Afrique . L'argent investi (150 millions de dollars, soit 112 millions d'euros) servira dvelopper de nouvelles semences pour les petits agriculteurs afin qu'ils doublent leur rendement d'ici vingt ans . Une initiative qui, selon certains experts, ne tire pas les leons du pass : sans programmes de recherche pour adapter ce modle venu d'ailleurs, le processus de rvolution verte risque une nouvelle fois d'chouer en Afrique. Par rvolution verte , on entend la diffusion en milieu paysan des varits amliores haut rendement avec pesticides et engrais.

    zoom

    Afrique subsaharienne : la diversit des cultures

    Les solutions prouves des paysans africains

    Introduites durant la premire moiti du XXe sicle par la colonisation, les cultures dites de rente (caf, cacao, coton), destines principalement l'exportation, ont t

    Page 1 sur 3Science Actualits - Dossier

    19/10/2007http://www.cite-sciences.fr/francais/ala_cite/science_actualites/sitesactu/print_dossier.php?id_arti...

  • rendues responsables des famines africaines car elles concurrencent au niveau des sols et du calendrier agricole les cultures dites vivrires (manioc, igname, sorgho), destines nourrir les populations locales. Si ce phnomne est exacerb dans les rgions soumises une faible quantit de pluie, savoir-faire paysan et innovations techniques peuvent parfois contourner le problme.

    zoom

    Agriculture durable made in Africa

    Au nord du Cameroun, pour poursuivre la culture de mil alors que le coton occupe l'essentiel des terres favorables, des paysans ont slectionn des varits de mil qui pouvaient tre repiques en saison sche sur les lits des fleuves.

    Autre exemple : au Burkina Faso, avec la technique du za*, des paysans parviennent cultiver de nouvelles terres. Reste que face la concurrence agricole internationale qui introduit sur le march africain des produits trangers bas prix, les petits producteurs locaux sont forcment pnaliss**.

    * Le za est une technique traditionnelle de prparation du sol qui consiste faire des trous pour le semis avec apport de compost ou de fumier, rcuprer les dbris organiques apports par le vent et favoriser la circulation de l'eau. ** Depuis quelques annes, des organisations paysannes, comme le ROPPA (Rseau des organisations paysannes et de producteurs agricoles de l'Afrique de l'Ouest), s'efforcent de dfendre les intrts des agriculteurs africains.

    Le Ventre de Douala un reportage de Jean-Christophe Monferran

    Le dfi de leau rare

    En Afrique subsaharienne, l'eau est trs mal rpartie et la situation risque d'empirer avec le rchauffement climatique. l'image du lac Tchad qui a dj perdu en trente ans plus de 25% de sa superficie cause de la scheresse, l'eau est rare dans la plupart des rgions. Mais on la trouve en abondance dans certains endroits. Ainsi, le bassin du Congo pourrait lui seul approvisionner le sous-continent en eau.

    Lorsqu'elle est prsente, l'eau est globalement sous-exploite : l'irrigation ne concerne que 6% des terres cultivables dans les zones les plus arides (contre 38% en Asie) ; la petite irrigation est certes utilise avec un certain succs pour les cultures marachres mais les grands travaux d'irrigation ne peuvent s'envisager qu'avec des tats structurs La production agricole reste donc pour l'heure trs dpendante des pluies.

    Quant l'espoir venu des progrs technologiques, il n'y a pas de miracle attendre : action sur les nuages pour dclencher la pluie*, rcupration de rose, dessalement de l'eau de mer ces approches sont inadaptes ou trop coteuses. Les techniques simples, comme les cultures de dcrue** et les pompes eau puisant l'eau douce dans les nappes phratiques, ont donc encore un grand avenir en

    Afrique.

    * Bien que teste dans plusieurs rgions du monde, l'efficacit de cette technique n'a pas encore t prouve. ** Les cultures de dcrue tirent profit des fadamas , zones situes le long des cours d'eau et inondes la saison des pluies. Dans les fadamas, il suffit souvent de creuser quelques mtres sous terre et d'installer une pompe pour avoir de l'eau.

    zoom

    Puits quip d'une pompe pied, dans un village de Guine, o des jeunes filles viennent remplir leurs bidons.

    Mousson africaine : semer avant les pluies

    Le projet international AMMA* a pour objectif de mieux comprendre la mousson africaine afin d'en amliorer la prvision. La premire grande campagne de mesures radars, ballons stratosphriques, instruments de mesure bord d'avions, de navires a t effectue en juillet 2006 dans toute la rgion ouest-africaine. Ce projet vise aussi

    Page 2 sur 3Science Actualits - Dossier

    19/10/2007http://www.cite-sciences.fr/francais/ala_cite/science_actualites/sitesactu/print_dossier.php?id_arti...

  • doter les pays concerns par la mousson d'outils mtorologiques performants et aider les agriculteurs semer au bon moment, l'impact des pluies tant dterminant sur la production agricole lorsqu'il n'y a pas d'irrigation. Encore faudra-t-il que ces prvisions parviennent des paysans souvent illettrs.

    * AMMA : Analyse multidisciplinaire de la mousson africaine. Financ par les Franais, les Britanniques et la Commission europenne jusqu'en 2010 et dot d'un budget de 60 millions d'euros, le programme AMMA mobilise plusieurs centaines de chercheurs.

    La Calebasse et le Pluviomtre un reportage de Marcel Dalaise

    zoom

    La culture de spiruline, simple et bon march, demande 4 fois moins deau et 20 fois moins despace que le soja.

    Spiruline : poudre miracle ?

    Cette pte verte spongieuse est de la spiruline, une algue que l'on trouve dans les eaux chaudes tropicales peu profondes et sales, comme au Tchad, mais qui peut tre cultive, comme ici Ouahigouya, au nord du Burkina Faso. Une fois sche et mise en poudre, cette algue, riche en protines (55 70% de son poids), vitamines (A, B12, E) et minraux (fer, calcium, magnsium), pourrait rsoudre, selon ses promoteurs, les problmes de dnutrition des jeunes enfants. Avec une nuance de taille : un complment alimentaire ne saurait solutionner lui seul la question de l'accs une alimentation diversifie et suffisante.

    Quand la science invente un nouveau riz

    Obtenu par croisements successifs entre du riz africain et du riz asiatique, le riz Nerica (New Rice for Africa) constitue une avance dans la cration de plantes adaptes aux conditions de culture de l'Afrique subsaharienne : il rsiste mieux la scheresse, il a un rendement plus lev et une teneur en protines plus importante que les varits traditionnelles. Depuis sa cration au milieu des annes 90 par des chercheurs du Centre du riz pour l'Afrique (ADRAO), plusieurs varits ont t dveloppes et sont actuellement cultives dans diffrents pays d'Afrique de l'Ouest.

    Les promesses non tenues des OGM Les plantes gntiquement modifies permettraient de combattre certaines carences (vitamines A et C, fer), d'enrichir les aliments en protines, de faire des cultures dans des rgions arides, sur des sols sals, d'amliorer la conservation des crales dans les greniers* Bref, beaucoup de contraintes seraient ainsi surmontes. Dix ans aprs la commercialisation du premier OGM, on est encore loin de ces perspectives allcha