SANTأ‰ ET BIEN-أٹTRE AU MENU - PetMarket Magaz son rأ©gime : c’est un carnivore أ ...

download SANTأ‰ ET BIEN-أٹTRE AU MENU - PetMarket Magaz son rأ©gime : c’est un carnivore أ  tendance omnivore

of 8

  • date post

    10-Oct-2020
  • Category

    Documents

  • view

    0
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of SANTأ‰ ET BIEN-أٹTRE AU MENU - PetMarket Magaz son rأ©gime : c’est un carnivore أ ...

  • Réalisé par Éric Leforestier

    18. PETMARKET N°289

    DOSSIER ALIMENTS POUR CHIENS

    Si le chien est un glouton et n’est pas trop difficile quant au contenu de sa gamelle, ses possesseurs veillent de plus en plus à son bien-être. Pour cela, ils passent davantage en revue tous les composants des recettes proposées par les fabricants. Les formulations « naturelles », et celles aux objectifs de santé ciblés répondent à une attente réelle.

    SANTÉ ET BIEN-ÊTRE AU MENU

  • DOSSIER

    NOVEMBRE 2019 . 19

    Une gamme courte adaptée à toutes les races de chiens

    Expert en nutrition animale depuis plus de 30 ans, Mastery vous propose des aliments super premium pour chiens :

    • Élaborés avec des vétérinaires, • Sains et appétents, • Sans colorant ajouté ni arôme

    artifi ciel, • Fabriqués en France.

    facebook.com/MasteryNutrition masterynutrition.com contact@masterynutrition.com

    Formats disponibles : 3Kg, 8Kg et 12Kg

    légèrement, avec un parc canin de 7,6 millions d’animaux en 2018, en progression de +4 % par rap- port à 2016.

    Généralistes et spécialistes La vente d’aliments pour chiens représente un marché de près de 634 millions d’euros dans le circuit alimentaire (y compris le drive) en

    L a possession de chiens en France reste stable, avec 20,5 % de foyers français possesseurs d’au moins un chien en 2018, contre 20,2 % en 2016 selon les données de l’enquête Facco /Kantar (1) pu- bliée cette année. La population canine française, après avoir été en recul jusqu’en 2014, se sta- bilise aujourd’hui et croît même

    2018, selon le panel Nielsen (2). Au sein du circuit spécialisé (ventes des vétérinaires non comprises), la vente d’aliments pour chiens re- présente un marché d’un peu plus de 400 millions d’euros en 2018, selon le panel GFK (3). En termes de progression en valeur, l’avan- tage revient au circuit alimentaire. Ses ventes d’aliments secs pour chiens progressent de +1,1 % en

  • N&D Ocean vient compléter la gamme sans céréales de Farmina, disponible sous forme de croquettes et d’humide. Les recettes complètes de N&D Ocean utilisent comme sources de protéines uniquement des produits de la mer. Cette gamme de maintenance répond donc également aux besoins des chiens et chats sujets à des réactions allergiques ou à des intolérances à certaines sources de protéines.

    Dans le circuit spécialisé, les ventes d’aliments secs pour chiens sous MDD ont progressé de +11,6 % en valeur en 2018 par rapport à 2017.

    Les croquettes restent l’alimentation principale de 95,5 % des chiens et de 97,4 % des chats.

    DOSSIER

    20. PETMARKET N°289

    en premier lieu, par la nature de son régime : c’est un carnivore à tendance omnivore alors que le chat est un carnivore strict. Le chien peut, par exemple, manger des végétaux, et il est capable de s’adapter à différents régimes ali- mentaires. En revanche, le chat, en tant que carnivore strict, est phy- siologiquement incapable d’adop- ter un régime végétarien. En cas de carence en taurine (acide aminé),

    notamment, il peut développer une dégénérescence de la rétine pouvant conduire à une cécité et à des troubles cardiaques impor- tants. Le chien est principalement nourri, aujourd’hui, avec des ali- ments secs alors que le chat reçoit à la fois des aliments secs et des ali- ments humides. Ainsi, selon l’en- quête Facco/Kantar, les croquettes restent l’alimentation principale pour les chiens dans 95,5 % des foyers interrogés, mais aussi pour les chats dans 97,4 % des foyers. Pour ces derniers, les boîtes, bar- quettes et sachets fraîcheur ar- rivent à 54 %. Elles ne sont que très peu citées par les propriétaires de chiens. Les friandises sont, elles, utilisées par 49,7 % des posses- seurs de chiens, et 23,7 % des pos- sesseurs de chats. Le marché de l’alimentation canine se distingue également de celui de l’alimen- tation féline par sa segmentation plus poussée en termes de tailles et de races, celles-ci étant plus nom- breuses pour la gent canine que pour la gent féline. Les deux uni- vers se rejoignent, en revanche, en ce qui concerne la prise en compte des attentes nutritionnelles des animaux en fonction de leur âge (aliments pour chiots ou chatons, chiens ou chats seniors…), de leur poids mais aussi du fait qu’ils

    soient stérilisés ou non, même si la part des chats castrés et stérili- sés (mâles comme femelles) reste bien plus importante (près de 85 %) que chez les chiens (43 %). Par ail- leurs, l’alimentation canine semble faire l’objet de plus de conseils que l’alimentation féline. Toujours se- lon l’enquête Facco/Kantar, 40 % des possesseurs de chiens inter- rogés répondent avoir reçu une recommandation de la part d’un

    professionnel concernant l’alimen- tation de leur animal. La proportion tombe à 31 % pour les possesseurs de chats. L’enquête indique égale- ment que le taux de médicalisation des animaux donne un net avantage à la gent canine, puisque 86 % des possesseurs de chiens répondent être allés au moins une fois chez le vétérinaire pendant l’année, contre 62 % pour les possesseurs de chats.

    Nouvelles attentes, nouveaux enjeux Selon les données communiquées par un fabricant de pet food, 55 % des possesseurs déclarent recher- cher plus de naturalité pour leurs animaux de compagnie. La natura- lité est en effet une tendance émer- gente du marché du pet food, dont elle constitue désormais un levier de croissance incontournable. D’ici fin 2020, cette catégorie « na- turelle » devrait générer 270 mil- lions d’euros de chiffre d’affaires, soit 8 % du marché, tous secteurs confondus. Sa taille doublerait ainsi en deux ans. Et cette attente des clients vaut aussi bien pour l’aliment pour chien que pour l’ali- ment pour chat. Elle s’illustre de multiples façons : par le dévelop- pement de recettes sans céréales, d’aliments biologiques… Le seg- ment du bio n’en est encore qu’à

    2018. Il génère76 % des ventes du linéaire pet food chien. Ses ventes d’aliments humides baissent de –2 % et représentant 24 % des ventes du linéaire pet food chien. Au sein du circuit spécialisé, ces mêmes ventes d’aliments secs pour chiens ont baissé de –1,2 % en va- leur en 2018 (–0,3 % en volume) et représentent plus de 90 % des ventes de pet food chien. Les meil- leurs résultats du circuit alimen- taire s’expliquent par une mon- tée en gamme de leur rayon sec chiens, d’abord en ce qui concerne les marques nationales mais aussi

    pour les marques de distributeurs (MDD). Le circuit spécialisé voit, lui, son segment super premium (les marque nationales) perdre du terrain. Il développe ses MDD pour contrer les fortes progres- sions du e-commerce sur ce seg- ment de marché, en particulier le super prémium. En 2018, par rap- port à 2017, les ventes d’aliments secs pour chiens du circuit spécia- lisé sous MDD ont progressé de +11,6 % en valeur.

    Carnivore et omnivore L’alimentation du chien se dis- tingue de l’alimentation du chat,

  • DOSSIER

    NOVEMBRE 2019 . 21

    @everland_petfood Everland Petfood@everlandpetfood www.everland-petfood.comLes aliments NUTRIO Adult "Small & Medium" et NUTRIO "Junior" existent en 4 et 10 kg. L’aliment NUTRIO Chat existe en 15 kg.

    le meilleur Parce qu’il mérite

    Une gamme complète d'aliments pour chiens et chats

    Des recettes simples et optimisées

    Fabriqué en France SE

    RM IX

    S AS

    a u

    ca pi

    ta l d

    e 2.

    86 3.

    12 0

    € -

    80 2

    07 3

    00 7

    RC S

    Va nn

    es -

    Ta lh

    ou ët

    5 62

    50 S

    AI N

    T- N

    OL FF

    ses débuts dans le secteur du pet food : il estimé à 6 millions d’eu- ros aujourd’hui. Mais il devrait at- teindre 28 millions d’euros sur le marché français en 2020, tous cir- cuits confondus (4). La méthode du BARF pour Biologically Appro- priate Raw Food (« nourriture crue biologiquement appropriée ») est encore un résultat du besoin accrû de naturalité chez les propriétaires de chiens. Ce terme, qui définit une alimentation à base de viande crue, d’os, de légumes et de fruits, s’ap- plique à une grande variété de pra- tiques qui peuvent se révéler plus ou moins risquées pour l’animal, notamment en cas de consomma- tion d’os crus, parfois à l’origine de fractures dentaires.

    Enfin, la fabrication d’aliments pour chiens et chats va devoir composer, dans les années à venir, avec la raréfaction des ressources en intégrant dans leurs formula- tions de nouvelles sources de pro- téines comme les insectes, notam- ment. Les habitudes alimentaires des chiens, tout comme celles des chats, dicteront le choix de ces nou- velles matières premières. * Source: Lightspeed GMI/Mintel 2015. (1) Fédération des fabricants d’aliments préparés pour chiens, chats, oiseaux et autres animaux familiers. Enquête menée auprès de 14 000 foyers français. (2) Nielsen Scan Track, 2018, hypermarchés + supermarchés + proximité + drive + supermarchés à dominante marque propre (anciens hard discounts). (3) Panel GFK (animaleries, jardineries, libres-services agricoles, grandes surfaces de bricolage. (4) Source : Nielsen fin 2018 + GFK + données internes fabricant.

    En m